Le grenier de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique

forum privé
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HISTORIOGRAPHIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2011
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: HISTORIOGRAPHIE   Mar 16 Fév - 23:14

Le Moyen Âge est fréquemment caricaturé et présentée comme « une période d’ignorance et de superstition » qui plaçait « les paroles des autorités religieuses au-dessus des expériences personnelles et de la réflexion rationnelle ». Cette perception est en partie liée à l’héritage de la Renaissance et des Lumières (1), quand les intellectuels se définissaient en opposition à cette période. Ceux de la Renaissance considéraient le Moyen Âge comme une période de déclin par rapport à la civilisation et à la culture du monde antique qu’ils tenaient en haute estime, tandis que les philosophes des Lumières, pour qui la raison était supérieure à la foi, méprisaient le Moyen Âge et l’importance accordée à la religion.

Cette vision a été réévalue à partir du XIXe siècle avec notamment le développement du médiévalisme, qui se traduisit par le style néogothique (2) en architecture, le préraphaélisme (3) en peinture ou le développement de fêtes médiévales (4). La redécouverte des renaissances médiévales (5) a poussé certains historiens à réévaluer le rôle de la raison durant cette période. Edward Grant écrivit ainsi que « si les pensées rationnelles révolutionnaires furent exprimés [au XVIIIe siècle], cela ne fut possible que grâce à la longue tradition médiévale qui considérait l’usage de la raison comme la plus importante des activités humaines ». De même, David C.Lindberg avança que « l’intellectuel de la fin du Moyen Âge connaissait rarement l’action coercitive de l’Eglise et se serait considéré comme libre (particulièrement dans les sciences naturelles) de suivre la raison et l’observation, peu importe où elles pouvaient le mener ».

La caricature de la période est également reflétée dans certaines notions plus spécifiques. Une idée fausse, propagée au XIXe siècle et toujours répandue, rapporte que tout le monde au Moyen Âge croyait que la terre était plate. En réalité, les universitaires médiévaux connaissaient la rotondité de la Terre, et Lindberg avance «qu’il n’y avait pas un seul érudit chrétien au Moyen Âge qui doutait de la sphérité [de la terre] et ne connaissait pas sa circonférence approximative ». D’autres idées fausse, comme «l’Eglise interdisait les autopsies et les dissections durant le Moyen Âge », « le développement du christianisme détruisit la science antique » ou « l’église chrétienne médiévale entrava la croissance de la philosophie naturelle », sont citées par l’historien Ronald Numbers comme des exemples de légendes populaires toujours considérées comme des vérités historiques, même si elles ne sont pas soutenue par les travaux universitaires.





NOTES :



(1) le siècle des Lumières est un mouvement intellectuel lancé en Europe au XVIIIe siècle (1715-1789), dont le but était de dépasser l’obscurantisme et de promouvoir les connaissances. Des philosophes et des intellectuels encourageaient la science par l’échange intellectuel, s’opposant à la superstition, à l’intolérance et aux abus des Eglises et des Etats. Le terme de « lumière » a été consacré par l’usage pour rassembler la diversité des manifestations de cet ensemble d’objets, de courants de pensée ou de sensibilité et d’acteurs historiques.
[…]






(2) Le style néo-gothique est un style architectural né au milieu du XVIIIe siècle en Angleterre. Au XIXe siècle, des styles néo-gothiques de plus en plus rigoureux et documentés ont visé à faire revivre des formes médiévales qui contrastaient avec les styles classiques dominants de l’époque. Le mouvement néo-gothique (autrement appelé « Renaissance gothique », sur le modèle du Gothic Revival anglais) a eu une influence importante en Europe et en Amérique du Nord, et il y a peut-être eu davantage d’architecture gothique qui a été construite durant les XIXe et XXe siècle qu’il n’y en a eu à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance.

On peut distinguer trois phases :
1. le néo-gothique de Christopher Wren en Angleterre, appliqué aux universités comme Oxford ;
2. la deuxième phase en Grande-Bretagne est parallèle au développement du roman gothique en littérature ;
3. la maturité dans les années 1840 grâce aux progrès de la science historique





(3) Le préraphaélisme est un mouvement artistique né au Royaume-Uni en 1848. Ce mouvement tient la peinture des maitres italiens du XVe siècle, prédécesseurs de Raphaël, comme le modèle à imiter.






(4) Une fête médiévale est un type de fête ayant pour thème le Moyen Âge et plus généralement l’imaginaire médiéval. Elle est généralement constituée d’un « marché médiéval », d’animations de rue (jonglerie, musiciens) et de spectacles tels que des tournois de chevalerie et des reconstitutions d’événements liés à l’histoire de la ville où la fête a lieu, qui peuvent être assurées par des troupes de spectacle professionnelles ou des associations de reconstitution historique.
[…]





(5) Les renaissances médiévales sont des périodes du Moyen Âge occidental qui se caractérisent par un renouveau culturel significatif à l’échelle européenne. On recense essentiellement trois phases de renaissances médiévales, connues sous le nom de renaissance carolingienne (VIIIe siècle et IXe siècle), de renaissance ottonienne (Xe siècle) et de renaissance du XIIe siècle.
[…]
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
 
HISTORIOGRAPHIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment sait on tout ça : l'historiographie du Titanic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le grenier de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique :: HISTOIRE :: MOYEN ÂGE-
Sauter vers: