le forum de l'histoire, des mystères, de l'insolite et du féérique
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MYTHOLOGIE CHINOISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 19:56












• Généralités
• Création
• Histoire
• Culture
• religion
• Augustes et empereurs
• Auguste de Jade
• Animaux mythiques
• Ao…
• Ba Xian
• Déesses
• Deités du corps
• Dieux
• Divinités taoïstes
• Dragons
• Sanguan Dadi
• San Xing
• Shi-Tien Yen Wang
• Glossaire
•      Divinités diverses










SOURCE :
Tous les textes et images :
https://mythologica.fr/chine/index.htm

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 20:06






La mythologie de la Chine s’est formée au cours des siècles par la juxtaposition d’éléments d’origine diverse : on y trouve pêle-mêle, à côté des anciennes divinités indigène, certaines grandes figures d’origine bouddhique, qui y jouent parfois, d’ailleurs, un rôle inattendu, des héros historiques divinisés à une époque plus récente, des personnages taôistes, etc.
Comme il n’y a jamais eu d’autorité d’aucune sorte ayant charge de la religion, pour en diriger, ou tout au moins en codifier le développement, doctrine et mythologie se sont constituées sans coordination, acceptant les idées et les personnages qui frappaient le plus l’imagination populaire en divers temps, non sans contradictions et doubles emplois.

L’écriture de contes mythologique commença durant les dynastie des Wei et des Jin (vers 220), quand des auteurs sous l’influence des idées du Taôisme et des superstitions bouddhistes, se sont intéressés aux histoires des dieux et des fantômes.


= ce caractère a trait au taoisme


= caractère qui a trait au bouddhisme

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 20:17







La Chine a  été occupée dès le paléolithique supérieur. En 1921 furen découverts dans la grotte de Chou kou tien les restes d’un homme qui fut très  longtemps considéré comme le plus ancien des Chinois. Baptisé Sinanthropus pekinensis, il a dû vivre au paléolithique supérieur, 500 000 ans avant notre ère, et fut  l’objet de nombreuses études. En 1963, on découvrit dans le Shaanxi, près de Lantian, les traces d’un être beaucoup plus ancien, vieux de 600000 ans. Pour l’instant, c’est l’homme de Lantian qui est le plus vieil ancêtre des Chinois. Au néolithhique, deux cultures différentes s’épanouissent sur le fleuve jaune : la culture de poterie rouge sur le cours moyen et la culture de Longshan, ou culture de la poterie noire, sur le cours inférieur. Les fouilles archéologiques de Hemudu confirment que la Chine a bien été le premier pays à cultiver le riz, il y a 6 000 ans, au sud de l’actuelle Shanghai.


De nombreux mythes des origines tentent de rendre compte de ce passé lointain et d’expliquer la marche du monde



La création de l’Univers







La légende de Pangu raconte qu’au début un oeuf contenait un homme. Cet oeuf se brisa, sa partie supérieure forma la voûte céleste et sa partie inférieure devint la Terre. Entre elles, un être, nommé “Pangu”, se mit à grandir chaque jour de 10 pieds, au même rythme que le ciel et la Terre. La croissance de ces trois éléments dura 18000 ans, ne s’arrêtant qu’avec la mort de Pangu, devenu gigantesque. Les hommes ne sont en fait que les parasites qui peuplaient son corps. Une autre légende raconte que le ciel rond couvre la Terre, qui est carrée. A l’origine, il y avait aux quatre coins de la Terre quatre piliers qui empêchaient le ciel de tomber, mais un monstre, appelé “Gonggon”, ébrécha le mont Buzhou, le pilier nord-est; c’est pourquoi, depuis, les astres marchent vers l’ouest.


Les premiers Augustes


Les divinités chinoises étaient d’abord représentées avec des attributs  animaux; au fur et à mesure que s’élabore l’histoire de Chine, elles perdent ces caractéristiques et deviennent les premiers “Augustes”, maîtres du ciel et de la Terre, dont le comportement doit servir d’exemple. Le premier est Fuxi, qui a un corps de poisson, un torse humain et qui, selon la tradition, règne, en compagnie de sa soeur-épouse Nugua, de 2852 à 2337 av. Notre ère. C’est à lui que les Chinois doivent les règles du mariage, c’est lui qui leur enseigne la chasse et la pêche, lui encore qui invente les premiers caractères de leur écriture en regardant les traces laissées sur le sable par les oiseaux.
Shennong, le “divin laboureur”, a, lui une tête de buffle. Il a une connaissance approfondie des graminées et invente l’agriculture, ainsi que la houe et la charrue, avec lesquelles il dessine le champ “tian” carré divisé en quatre carrés égaux. Selon une autre tradition, ce ne sont pas Fuxi, Nugua et Shennong qui ont structuré le monde, mais trois Augustes, qui règnent l’un sur le ciel, le deuxième sur la Terre et le troisième sur les hommes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 20:19



Le premier historien chinois, Sima Qian (v. 145-86 av. notre ère), commence un de ses récits avec cinq souverains. D'autres textes indiquent qu'il y en eut huit. Les uns comme les autres n'ont probablement pas plus de réalité historique que les Augustes. Les mythes de la protohistoire sont tous caractérisés par le choix de la couleur jaune pour le premier souverain -sans aucun rapport avec l'or , parce qu'elle est la teinte du centre de la Terre, celle qui sera attribuée aux parures impériales. Le premier souverain, Huangdi, le « souverain jaune », sait avant les autres utiliser le feu pour fabriquer des objets. Ainsi naissent les premières poteries, les premières fontes d'armes. Il invente aussi le char et le bateau, tandis que son épouse découvre la soie. Des souverains qui suivirent il faut retenir les deux derniers, Yao et Shun, qui durent combattre le déluge provoqué par l'ébranlement du mont Buzhou. Ils appellent aux affaires de l'État des hommes réputés pour leur sagesse, auxquels ils sont prêts, en cas de succès, à céder le pouvoir. Le principe de la transmission du pouvoir de sage en sage est ainsi posé avant le principe héréditaire. La sagesse a pour corollaire l'âge, synonyme d.' enrichissement par 1'expé- rience. Ainsi Shun, appelé auprès de Yao alors qu'il est déjà âgé, va-t-il régner pendant près de quatre-vingts ans.

YU LE GRAND

Le souverain Shun charge le comte Yu, intendant des travaux publics, de régler le problème du déluge. Celui-ci s'y emploie avec dévouement et sagacité, organise le territoire pour le bien de tous et fait même don de sa propre personne en devenant hémiplégique à force d'efforts. Le mythe du déluge se superpose d'ailleurs à la réalité du fleuve Jaune, dont on sait que le cours impétueux est capable de divaguer sur des centaines de kilomètres, provoquant des dégâts considérables et des famines spectaculaires. Après s'être dévoué pour le bien de son peuple et avoir fait la preuve de son efficacité, le comte Yu accède à son tour au pouvoir suprême. Mais il déroge sérieusement à la règle établie de la succession au mérite en appelant auprès de lui son propre fils. il crée ainsi la première dynastie royale, la dynastie des Xia, qui régnera de 2205 à 1800 av. J.-C. La tradition classique chinoise intègre la nouveauté de ce principe héréditaire du pouvoir en expliquant que le fondateur d'une dynastie est en fait le dépositaire de deux vertus -le tao et le te -, qui à elles deux caractérisent le bon souverain. La première recouvre une disposition à faire régner l'harmonie et la seconde est rattachée à la notion d'efficacité. Or ces vertus se transmettent à la descendance mâle, qui peut dès lors légitimement régner. Mais vient toujours le temps où l'un des héritiers abandonne ces deux principes pour faire le mal, vit dans la dé- bauche, gouverne par les châtiments et cherche à s'enrichir. De Yu à Ji, la dynastie des Xia comptera dix-sept souverains. Le tyran Ji marquera la fin de la dynastie, c'est-à-dire la nécessité impérieuse pour le pays de choisir une nouvelle lignée de sages.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 20:20






Avec 5 000 ans d’histoire la civilisation chinoise constitue l’une des plus anciennes civilisations au monde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 20:22






Les Chinois n'ont pas une religion, selon le sens que nous donnons à ce mot : dans leur ensemble, ils n'appartiennent à aucune confession et leurs cultes sont soit des cultes familiaux (culte des ancêtres) soit des cultes locaux (dieux agraires). Mais ils connaissent trois grands systèmes religieux : confucéisme, taoïsme, bouddhisme. Le conjucéisme est avant tout une doctrine politico-morale, acceptée par les classes instruites (lettrés, fonctionnaires), qui ne s'occupe ni de la nature des dieux ni du sort des âmes, mais qui reconnait la valeur des cultes administratifs (culte du ciel, des ancêtres impériaux) et des cultes familiaux. Confucius n'est pas considéré comme un Dieu, mais comme un Sage ou un Saint. Il n'y a pas de clergé confucéen.
Le taoïsme est une religion de secte, qui a inspiré soit de petites chapelles mystiques, soit de grands mouvements populaires. Son histoire est mal connue. Il a existé une grande école de penseurs taoïstes aux IV et IIIe siècles avant notre ère. (Tchouang tseu, Lie tseu). Le grand patron du taoïsme, Lao tseu ne parait point avoir de réalité historique. Le livre le plus sacré de l'Ecole est le Tao té king, ouvrage de philosophie mystique. Le taoïsme a essayé de devenir religion officielle depuis la fondation de l'unité impériale (IIIe s. avant notre ère) Parfois favorisé par les empereurs, plus souvent persécuté, le taoïsme n'est pas parvenu à se donner une organisation régulière, mais il existe un clergé taoïste : les tao-cheu vivent soit dans de grands monastères soit à titre de desservants de temples locaux. Le taoïsme vulgaire se rapproche plus d'une magie que d'une religion.


Le bouddhisme, introduit en Chine vers le premier siècle de notre ère, a connu de grands succès et de grands revers. Il ne s'est enraciné dans le pays qu'en prenant un aspect nouveau et en développant les pratiques relatives aux morts. Le bouddhisme populaire chinois dérive soit de l'amie dime, doctrine de salut obtenu par l'intercession divine, soit du bouddhisme lamaïque qui procure aux fidèles toutes sortes de bienfaits à l'aide de formules et de charmes. Certaines sectes bouddhistes pratiquant la méditation et l'extase ont connu de grands succès dans les hautes classes de la société au temps des T'ang et des Song. Sous l'influente du Japon, il se produit de nos jours en Chine un renouveau du bouddhisme.
Nombre de religions étrangères ont été, comme le bouddhisme, introduites en Chine dans les premiers siècles de l'ère chrétienne: mazdéisme, manichéisme, nestorianisme. Il existe de petites communautés de juifs chinois. Les musulmans sont très nombreux dans les provinces orientales de la Chine. D'importantes missions catholiques et protestantes s'emploient à christianiser la Chine. La propagande chrétienne, commencée sous les Mongols, puis interrompue, a obtenu ses premiers succès au début du XVIIe siècle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 20:51



Après le règne de Fuxi et de Nuwa, qui forment avec Shennong, les trois Augustes (Huang), cinq empereurs (Di) mythiques ont gouverné la Chine. Les fondements de la pensée chinoise traditionnelle nous sont connus essentiellement par des textes qui furent rédigés pour la plupart à l’époque dite des philosophes (du Ve au IIIe siècle avant notre ère). Il est cependant certain que nombre de concepts remontent à une époque beaucoup plus anciennes des souverains mythques, auxquels on attribuait toutes sortes d’inventions. Les termes utilisés en chinois donnent à la fois l’idée de dieu et d’empereur et le premier des empereurs historiques portera une combinaison des deux termes Huang + Di. Sans doute ces personnages sont un mélange de personnes ayant réellement existé et d’êtres divins mythiques dotés de sagesse et de pouvoirs extraordinaires.



Augustes


Nuwa de Yu-Tein Hsiao



FUXI


Inventeur de l’écriture chinoise, du calendrier et de l’utilisatioon des métaux , il organisa l’élevage et la pêche puis il enseigna la construction des maisons.

Fuxi et la tortue par Ma Lin (Dynastie Song)



NUWA


Soeur et épouse de Fuxi, elle répara les trous faits dans le ciel lors du combat entre le dieu du feu et celui des eaux.






SHENNONG ou Chen-Nong




Le Divin Laboureur fait partie des trois Augustes; il aurait inventé la charrue et découvert les propriétés des plantes médicinales et du thé.


Empereur


HUANGDI





L’Empereur Jaune, le plus connu qui aurait, entre autre, mis en place l’administration chinoise, développé l’écriture, inventé l’acupuncture.


ZHUANXU




deuxième des Cinq empereurs, souverains mythique de l’antiquité chinoise


XU

Ancêtre des minorités ethniques des Zhou et des Shang


YAO


Yao imaginé par le peintre de la dynastie Song Ma Lin.


Intelligent et bon, Yao , considéré comme le souverain idéal dans le confucianisme, fut aimé et respecté par tout son peuple.


SHUN

Il fut choisi par l’empereur Yao pou

_________________


Dernière édition par Lanaelle le Lun 21 Aoû - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 21:03


Yu-Huang ou Yuhang Dadi ou Yu Huang Shang-ti est “l’Auguste Empereur de Jade” dont la cour se trouve au plus haut du ciel, il est à l’origine le dieu suprême du ciel d’où cet autre qualificatif de “Père du ciel”.





Légendes


Sa cour céleste ressemble à n’importe quelle cour terrestre avec une armée, une bureaucratie, une famille royale et des courtisans. L’Empereur de Jae règne sans faiblesse et sans caprice. Les saisons vont et viennent comme il se doit, le Yin est équilibréé avec le Yang, le bon est récompensé et le méchant est puni.

Mais avec le temps, l’Empereur de Jade s’est éloigné de plus en plus des hommes et il est devenu habituel de lui parler par l’intermédiaire de son portier, le “Dignitaire Transcendantal”. Mais de toute façon, l’Empereur de Jade voit tout et entend tout.

Selon la légende, il était le fils d’un empereur Ch’ing-te et de sa femme Pao Yeh-kuang. Il a montré dès sa naissance une grande compassion. Après quelques années de règne il a abdiqué et il s’est retiré pour vivre en ermite. Il a passé son temps à distribuer son savoir sur la médecine et sur la connaissance des textes Taoistes.


L'Empereur de Jade au Temple du nuage blanc de Shanghai.

_________________


Dernière édition par Lanaelle le Lun 21 Aoû - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 21:15



Dans la mythologie chinoise, l’animal chinois le plus célèbre est le dragon mais il existe d’autres animaux mythiques.


Animaux de Légendes


BA SHE : énorme serpent de couleur noire à tête jaune, capable d’avaler un éléphant dont il recrachait les os au bout de trois ans. On fabriquait des médicaments à partir de la poudre de ces os qui avaient des vertus curatives contre les maux de coeur et de ventre.


FENGHUANG  : le Phénix chinois ressemble à un faisan avec des plumes de paon. L’élément mâle du phénix s’appelle Feng. L’élément femelle s’appelle Huang.
Ensemble ils représentent le bonheur conjugal.




JIAN  : oiseau qui n’avait qu’un seul oeil et une seule aile et de fait il devait vivre en couple. C’est aussi une épée.




JINGWEI   :  c’était à l’origiine la plus jeune fille de l’empereur Yandi qui, adolescente, périt en mer. Transformée en oiseau aux couleurs de son maquillage, elle décida pour prendre sa revanche de combler la mer orientale avec des petits cailloux et des brindilles et d’éviter ainsi de nouvelles noyades. La mer se moqua d’elle en affirmant qu’un million d’années n’y suffirait pas. Et l’oiseau répondit que si un million d’années ne suffisait pas elle y passerait cent millions d’années et même plus.






KUN  : Enorme poisson qui vivait dans la mer du nord et qui pouvait se transformer en un énorme oiseau du nom de Peng. Il pouvait voler six mois sans se reposer.





QUILIN  : le Quilin, une sorte de licorne, est étroitement lié à la vie de Confucius.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 21:30



Ao est le terme générique pour désigner les quatre “Roi-Dragon” qui étaient tous les sujets de l’Empereur de Jade. Chacun était responsable d’une partie de la mer.
Ao Kuang, le roi-dragon de l’Est est sans doute le plus connu surtout pour ses aventures avec le roi des Singes , Sun Wukong, mais il est vrai que tous ont eu, à un moment ou un autre, des problèmes avec Sun Wukong qui avait déciidé de se faire offrir un présent somptueux par chacun d’eux.




AO SHUN


Ao Shun ou Ngao Chen avait en charge la partie Nord. Il donna au singe, Sun Wukon, ses chaussures de nuages.






AO KUANG




ngao Kouang était le plus grand et le plus important des quatre rois dragons. Il avait en charge la partie Est. Mais il n’aimait pas être dérange par les importuns venus lui demander une faveur. La demande la plus effrontée est venue probablement de l’architecture Lu-Ban, qui voulut lui emprunter son palais tout entier pour s’en servir de modèle. A la décharge de Lu-Ban il faut dire que le palais de cristal était une pure merveille.

Puis vint le roi des singes qui après plusieurs tasses de thé et un marchandage des plusu obséquieux lui demanda un présent remarquable. Il jeta son dévolu sur une énorme barre de fer qui avait séjourné un millier d’années sous la mer et pesait 13000 livres. Comme personne ne pouvait soulever cette barre Al Kuang fut très content de s’en débarrasser car elle occupait une place considérable dans la chambre du trésor.
Après quelques inimitié, querelles et plaintes auprès de l’Empereur de Jade lui et le Singe devinrent les meilleurs ennemis du monde.

Son fils et héritier Ao-bing fut tué dans la terrible bataille contre Nezha, où il était question de massacrer les démons et non les dragons. Ao Kuang fut si durement touché qu’il envisagea même de déposer une plainte officielle auprès de l’Empereur de Jade. Plein de fureur, il alla à la rencontre de Nezha sur le champ de bataille mais il fut vaincu par ce dernier qui épargna sa vie et dans une ultime  humiliation le transforma en dragon bleu.


AO JUN

Ao Jun ou Ngao Jouen avant la charge de la partie Ouest. Lui aussi a eu des démêlés avec le Roi des Singes, Sun wukong, et il alla porter plainte auprès de l’Empereur de Jade.





AO CHIN

Ao Chi nou Ngao Kin avait la charge de la partie Sud; il était le frère d’Ao Kuang. Menacé par Sun Wukong, le Singe, il a dû lui donner à contrecoeur son chapeau en or rouge.


CULTE





Dans la religion populaire, les Long Wang (ou Lungwang) étaient des rois-dragons qui avaient le pouvoir de vie et de mort car ils régnaient sur la pluie, indispensable à la vie, et sur les funérailles. En tant que dieux des rivières, des lacs et des océans, ils représentaient la sagesse, la force et la bonté. Puisqu’ils contrôlaient les précipitations, durant les grandes périodes de sécheresse, les gens leur faisaient des offrandes ou des processions bruyantes qui suivaient la représentation d’un dragon.

On attribuait à  la colère des Long Wang les tempêtes, le brouillard et les tremblements de terre. Protecteurs des passeurs et des porteurs d’eau, les rois-dragons punissaient tout gaspillage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 21:56






Les Ba Xian, ou Pa Hsien ou Pa-sien, les «Huit Immortels», figurent parmi les personnages importants de la mythologie taoïste chinoise. Symbole de la chance, ce ne sont pas des dieux, bien qu’ils soient souvent considérés comme tels. Simples mortels à l’origine, les Ba Xian ont atteint l’immortalité grâce à la pratique du Tao, la “Voie”.

Leurs travaux extraordinaires et leurs vies courageuses, ont été récompensés par la Reine Mère Wang qui leur a donné à manger les pêches de vie éternelle.

Les huits personnages n’ont rien en commun, on pourrait même dire qu’ils constituent le type même du anti-héros mais ils forment un groupe presque inséparable.

Les huits immortels sur la mer



Cao Guojiu representé en habits de cour et tenant à la main des tablettes



Han Xiangzi représenté avec une flûte, patron des musiciens




He Xiangu représentée tenant une fleur de lotus à la main





Lan Caihe  est vêtu d’une robe bleue et d’une seule chaussure et portant un panier de fleurs




Li Tieguai  (Li à la canne de fer), représenté avec un bâton et une calebasse contenant de l’alcool, souvent ivre






Lü Dongbin  représenté tenant une épée






Zhang Guolao  se déplaçant sur un âne, souvent présenté avec un yugu, instrument de musique à percussion, est le patron des peintres et calligraphes






Zhongli Qua  nou Han Zhongli, homme grasouillet, possède un éventail qui lui sert à ranimer les âmes des morts.





Les légendes concernant les Ba Xian ont d’abord circuler de façon orale puis les premiers récits décrivant leurs parcours vers l’immortalité ont été écrits sous la dynastie Tang.

Ce n’est qu’au XVIIe siècle avec l’écrivain mal connu, Wu Yuantai, sous la dynastie de Ming que les huit personnages ont été clairement identifié dans son livre “Pérégrination vers l’Est” qui est un pendant taoïste aux “Pérégrinations vers l’Ouest” de Wu Cheng’en.




Pérégrination vers l’Est [1993]


[trad. Du chinois par Nadine Perront Collection Connaissance de l’Orient, série chinoise, Gallimard ISBN 2070733874]

Les personnages principaux en sont les Huit Immortels, figures emblématiques des banquets et de l’ivresse, dont les trognes hilares, connues et aimées de tous, ornent en Chine d’innombrables objets de la vie quotidienne.
Ces personnages drolatiques et variés (le vieillard, le militaire, le lettré, l’infirmet, etc.), devenus dès les Song sujets de prédilection des peintres et des conteurs, ont supplanté dans le coeur des Chinois tous les autres “immortels” du panthéaon des taoïstes, et inspiré  un nombre incalculable de légendes, d’historiettes, de pièces d’opéra et de locutions proverbiales. On trouvera le récit savoureux de leurs aventures fort mouvementées et la relation de leur ascension spirituelle, mais aussi, sous une forme éminemment attrayante et distrayante, une minde de renseignements sur les pratiques du taoïsme populaire (4ème de Couv.)

Actuellement ces huits personnages sont très souvent représentés dans les films.

_________________


Dernière édition par Lanaelle le Lun 21 Aoû - 9:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 22:01



La mythologie antique, les créations populaires, les personnalités divinisées, les créations d’écoles taoïstes, les emprunts au bouddhisme ont largement contribuer à peupler le panthéon des divinités chinoises


Déesses secondaires


BA :  déesse de la sécheresse
CH’ANG O :   déesse de la lune
CHANG YONG :   déesse de la justice
CHAO SAN-NIANG :   déesse des perruqiers et tout ce qui s’y rapporte
CHIH NII :   déese du filage
CHIH NU :   déesse du tissage qui fabriquait les belles robes de toutes les autres dinivités
CHUANG-MU :   déesse des chambres à coucher
CHUN T’I :   déesse de l’aube
FENG PHO-PHO :   déesse des vents dépeinte comme une vieille femme ridée qui chevauchait un tigre parmi les nuages et par temps calme qui portait sur ses épaules un sac contenant les vents.
GAOMEI :   à l’origine c’etait une ancienne déesse dont le nom signifie “première mère” et qui fut par la suite changée en divinité mâle
HOY KONG :   déesse de la Petite Ourse
HSI SHIH :   déesse de la crème pour le visage
LO SHEN :   déesse des rivières
YINGXI NIANG :   déesse du bonheur

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 22:08



Outre les dieux des artisans ou particuliers à chaque classe sociale, il existait aussi dans la mythologie de la Chine des divinités propres au corps humain et même à chaque partie de l’individu. Certaines sont mêmes représentées plusieurs fois comme par exemple le dieu du coeur sans que je sache très bien s’il y avait une subtile distinction dans l’organe ou si c’est une translitération différente des caractères chinois ou  bien une variation du nom en fonction de son origine géographique.


Divinités du corps


Chang Hsien : Dieu des rêves et des grossesses
Ch’ang Tsai : Dieu de la rate
Chao T’eng-k’ang :  Dieu des entrailles
Chen Kao :  Dieu des oreilles
Ch’ing Lung :  Dieu des poumons
Chio Yuan-Tzu :  Dieu du cerveau
Ch’Ung Ling-yu :  Dieu du nez
Chu Niao :  Dieu du coeur
Chu Ying :  Dieu des yeux
Hao Ch’iu :  Dieu du coeur
Hsuan Wen-hua :  Dieu des cheveux
Huan Yang-ch’ang :  Dieu du coeur
Huang T’ing :  Dieu de la rate
Lung Yen :  Dieu du foie
Mang Chin-i : Déesse de l’utérus
Ming Shang :  Dieu des yeux
Pao yuan-ch’uan :  Dieu de la rate
Shang Chien : Dieu du cou
Shen Hsui-Chih : Dieu de la médecine
Shih Liang-shih :  Dieu de la langue
Tan Chu : Dieu des dents
Taoo Kung : Dieu du diaphragme
T’ung Chung-chung : Dieu de la peau
T’ung Lai-yu : Dieu de l’estomac
T’ung Ming : Dieu de la langue

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Dim 20 Aoû - 22:18




Les sources des divinités de la religion chinoise sont nombreuses  : mythologie antique, créationis populaires, personnalités divinisées, création d’ecoles taoïstes, emprunts au bouddhisme.

On retrouve souvent plus d’une source à l’origine d’une divinité donnée, qui peut avoir jusqu’à trois interprétations différentes : populaire, taoïste et bouddhise. Toutes les divinités ont eu une ou plusieurs existences terrestres, parfois celle d’une personne réelle divinisée, parfois entièrement fictive.

Ils recevaient de la port de l’administration impériale des titres officielso ou nobilaires, les inscrivant dans une sorte de bureaucratie céleste.


Dieux secondaires



CAI SHEN : Dieu de la Richesse
CHANG FEI : Dieu des bouchers
CHANG PAN : Dieu des maçons
CH’ANG TSAI : Dieu de la colère
CHENG YUAN-HO : Dieu des chanteurs ambulants
CHIH JIH : Dieu du jour
CHIH SUNG-TZU : il fut d’abord un assitant de Shen Nung chargé  d’arroser la terre après la sécheresse provoquée par le vent généré par son maitre. Il fut nommé immortel et devint le dieu de la Pluie mais il a été rétrogradé pour avoir aidé la rébellion de Feng Po contre Huang Ti.
CHING LING TZU : Dieu du thé
CHING-HUA NIANG-NIANG : Dieu des tambours et des instruments à cordes
CHI PO : Dieu des vents
CHOU WANG ou ZHOU WANG ou JOU WANG ou TCHEOU WANG : A l’origine c’est le dernier empereur cruel et débauché de la dynastie Shang dont le principal passe-temps était de jeter des esclaves dans des cuves de vin. Quand il arriva au ciel le seul poste dont il fut jugé digne était Dieu de la sodomie
CHUNG-KUEI : Dieu des voyageurs et des examens
DI JUN : Dieu du du ciel de l’est
FAN K’UEID : Dieu des  bouchers
FEI LIEN : Dieu du vent
FENGBO : Dieu du vent
FENG PO PO : Déesse du vent
FU-HSI : Dieu de la végétatio et inventeur de l’écriture
GUAN DI : Dieu de la guerre
HO PO : Dieu du fleuve jaune
HOU CHI : Dieu des moissons abondantes qui fut conçu quand sa mère marcha sur les pas d’une divinité
HOU T’U : Dieu de la terre
HSIAO WU : Dieu des prisons
HSIEH T’IEN-CHUN : Dieu qui personnifie la planète Saturne
HSIEN NUNG : Dieu de l’agriculture
HSI LING-SU : Dieu de la soie
HSI-SHEN : Dieu de la joie
HSU CH’ANG : Dieu des archers
HUANG TI : Dieu de l’architecture
HUANG T’ING : Dieu de la colère
HUO PU : Dieu du feu
HU-SHEN : Dieu des archers
JEN AN : dieu des voleurs
KENG YEN-CHENG : autre dieu des voleurs
KING WAN : Dieu de la chance
KO HSIEN-WENG : Dieu des jongleurs
KUO TZU-I : Dieu du bonheur
LAI CHO : Dieu de l’agriculture
LAO LANG : Dieu des acteurs
LEI KUNG : Dieu du tonnerre
LEI TSU : Dieu des aubergistes
LI LAO-CHUN : Dieu des travailleurs du cuir
LI TIEN : Dieu des artificiers
LIU MENG : Dieu de l’agriculture
LIU PEI : Dieu des vanniers
LO-TSU TA-HSIEN : Dieu  des Barbiers et des mendiants
LO YU : Dieu du thé
LLU HSING : Dieu de la Justice
LU PAN : Dieu des charpentiers
MANG  SHEN : Dieu de l’agriculture
MAO MENG : Dieu des planètes Jupiter et Mercure
MEN SHEN : Dieu des portes qui protègent contre les mauvais esprits et les influences néfastes
MIAO HU : Dieu de l’agriculture
NAN-CHI HSIEN-WENG : Dieu de la longévité
SHUI KHAN : Défend les hommes contre le mal et pardonne leurs fautes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 9:39





Le Tao est basé sur les écrits de Lao-Tsé, notamment son traité du Vide Parfait, cette doctrine vise à mettre sa vie en accord avec le Tao, la Voie, celle qui est tout et n’est rien. Le taoisme encourage l’introspection, la méditiation et la divination, et est traditionnellement plus près du peuple que le confucianisme, son grand rival. Le taoïsme a intégré dans ses croyances des divinités de la mythologie traditionnele chinoise ou du bouddhisme. D’autres divinités sont en revanche purement taoïstes.



San Xing (Les Purs)
Yu Huang Da Di (Auguste Empereur de Jade)
Guan Yin
Jian Tai Gong (Iang Tai Gong)
Le maître taoïste Zhang (Zhang Tian Shi)
La Reine du Ciel (Tian Hou Sheng Mu) ou Mazu
Le maître suprême  (Xuan Tian Shang Ti)
Les Dieux des portes (Men Shen)
Jiu Tian Xuan Nu (La mystériuse Dame du neuvième ciel)
Le Grand Esprit de la Terre (Fu De Zheng Shen)
Lei Gong (le dieu du Tonnerre)
Ksitigarbha Bodhisattva (Di Zang Wang Pu Sa)
Liu Ren Xian Shi
Lord Guan Ti
Dou Mu Yuan Jun, la déesse de l’étoile du nord
Les Ba Xian, ou Pa Hsien, les Huits Immortels

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 10:09






Parmi les quelques 360 créatures à écaille de la mythologie de la Chine, le dragon occupait le sommet d’une hiérarchie. Il était représenté par un mélange de plusieurs animaux mais il existait un nombre important de variétés de dragons selon son habitat.

Il était l’un des quatre animaux symbolisant les points cardinaux.
Le dragon représentait le lever de soleil donc l’Est, le printemps et la fertilité, au contraire par exemple du tigre blanc de l’Ouest.


Pour mémoire les deux autres animaux étaient le Phénix au Sud et la Tortue au Nord.
Dans le taoïsme, les dragons étaient comme bienveillants et apportaient le bonheur et la prospérité. Ce n’est qu’avec le bouddhisme que leur nature a pris un aspect plus menaçant.

Le dragon a été le symbole de l’Empereur de Chine pendant deux millénaires, il était coutume d’appeler l’empereur de Chine, “Dragon”. Selon la légende le dragon avait neuf fils à la personnalité bien tranchée et une place bien précise dans l’iconographie.


Dragons


La liste est différente selon les auteurs c’est pourquoi vous trouverez ici plus de neuf noms.


Baxia  aime porter de lourdes charges, il figure sous la forme d’une tortue supportant d’immenses stèles.







Bian   apparait sous la forme d’un tigre dans les cours de justice et les prisons car il sait dire qui est bon ou mauvais.





Bixi   figure sur les paniers.

Chaofeng   aime prendre des risques c’est pourquoi on le trouve en décoratoin sur les toits.







Chiwen  aime regarder les horizons lointains.







Fuxi   adore la littérature et figure gravé sur les tablettes.







Gonfu   aime l’eau; il est représenté sur les ponts.


Haoxian   insouciant il aime l’aventure et figure sur les gouttières.


Jiaotu   figure sur les portes.





Longgui   apparait sous la forme d’une tortue à la tête de dragon.

Pulao   adore crier c’et pour cela qu’on trouve son image sur les cloches





Qiuniu   adore la musique et figure sur les instruments de musique.



Suanmi  aime le feu et la fumée c’est pour cela qu’il sert de pieds des brûles-parfums



http://tiantanglong.over-blog.com/article-symbole-et-legende-du
-dragon-chinois-96759035.html


Yazi   belliqueux et vaillant, il figure sur les poignées de couteaux et des épées.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 10:39






Pour gouverner le monde, il y a trois gouverneurs, les Sanguandadi ou Sanguan-Dadi, qui s’occupent chacun d’un domaine bien particulier et régissent le monde pendent un tiers de l’année.


Trois gouverneurs



Tianguan , le gouverneur du Ciel, mandarin céleste du premier degrè, régit le premier tiers de l’année et supervise les divinités célestes.


TIANGUAN l'Empereur du Ciel et sa cour céleste
https://fr.wikipedia.org/wiki/Trois_gouverneurs


Diguan, le gouverneur de la Terre, mandarin céleste du deuxième degré, régit le second tiers de l’année et supervise les dieux terrestres et les cinq montagnes sacrées.

Shuiguan, le gouverneur des eaux régit le dernier tiers de l’année et supervise les divinités des mers et des rivières.


SHUIGUAN -  Yu le Grand imaginé par le peintre de la dynastie Song Ma Lin

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 11:12




Les San Xing ou San-Hsing, ou Sanquing, les «Trois Etoiles», ou encore les «Trois Purs», sont les principes suprêmes du Taoïsme. Ce sont des personnages historiques qui obtinrent un statut divin en reconnaissance de leurs mérites spécifiques.

Fuxing , ou Fu-Hsing (Etoile de la chance), est généralement représenté aux côtés d’un enfant ou sous les traits d’une chauve-souris, symbole du bonheur : il est le dieu du bonheur.
Fuxing était, dit-on, un employé du gouvernement appelé Yang Cheng, qui vécut au VIe siècle av.J.-C. Il était originaire d’un village où les habitants étaient de petite taille. Chaque année, l’empereur, qui aimait s’entourer de nains, convoquait plusieurs villageaois à sa cour et ne les laissait plus répartir. La population du village diminuait. Un jour Yang Cheng demanda pitié à l’empereur de la part des villageois. Impressionné par la requête de Yang Cheng l’empereur accéda à sa demande.

Shouxing, ou Shou-Hsing, «Etoile de la longévité», est représenté sous les traits d’un homme à  la barbe et aux sourcils blancs,  à la calvitie avancée et tenant un bâton noueux, symbole des immortels. Il devint célèbre sous le nom de shou Lao, le dieu de la longévité et le “Vieil homme du pôle sud”. C’est lui qui décide de la date du décès de chaque personne, qu’il met par écrit. Les chiffres de cette date ne peuvent pas être changés, mais ils peuvent parfois être intervertis.

Luxing, ou Lu-Hsing «Etoile de l’honneurÅ, est le dieu des émoluments; il est souvent représenté sous la forme d’un cerf. Lu xing ou T’Shai-Shen est le dieu de la richesse et de la fortune. Il gouverne un grand nombre de déités secondaires placées sous son autorité.
Il a une figure majestueuse et il est habillé de soies exquises.
T’Shai-Shen est un dieu tout à fait populaire et adoré par tous
Luxing est parfois identifié à Wen Chang, le dieu de la litterature. On dit aussi qu’il s’agissait de ShiFrei, unserviteur du fondateur de la dynastie des Han qui vécut à la fin du IIIe siècle avant notre ère.


Légende

Selon une légende, un enfant du nom de Zao Yan apprit qu’il n’avait que 19 ans à vivre. Un jour, le garçon reçut l’ordre de se rendre dans un champ et d’y emporter de la nourriture et du vin. Là, il trouverait deux hommes jouant aux dames. Il leur offrirait à boire et à manger, mais il devrait refuser de répondre à leurs questions. Zao Yan partit donc vers les deux joueurs de dames, et leur offrit de la nourriture et du vi. Puis il attendit en silence : pendant que les deux hommes discutaient de la façon de remercier le garçon. Ils décidèret d’inverser les chiffres du nombre d’années qui lui restaient à vivre. Ainsi, ses 19 ans se transformèrent en 91 ans. Zao Yan découvrit par la suite que l’un des deux hommes était Shou Lao.

Arts






Lu Xing représente le bonheur, il porte le chapeau d’un haut fonctionnaire







Fu Xing  représente la Richesse et l’Abondance, il porte un enfant pour symboliser la sécurité dans la vieillesse et une robe simple de marchand.






Shou Xing  symbolise la Longue Vie, il est représenté par de nombreux symboles de longévité comme son grand crâne chauve, son bâton et une pêche dans sa main qui est le symbole de l’immortalité.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 11:24



Shi-Tien Yen-Wang désignent les dieux des morts, les dix souverains du Feng du, l’Au-delà.
Ils s’habillent de la même façon en portant des robes royales. Chaque souverain préside une cour de justice spécialisée.


01) Dans la première cour , présidé par Qin Guang Wang, par l’âme est jugée selon ses péchés dans la vie et expédiée dans une des huit cours de punition. La punition est adaptée au crime. Les avares boivent de l’or fondu, les menteurs ont les langues coupées.
02) Dans la deuxième cour, présidée par Qu Jiang Wang, se trouvent les docteurs incompétents et les agents malhonnêtes;
03) Dans la troisième, présidée par Song-Di Wang, les faussaires, les menteurs, les commères et les représentants gouvernementaux corrompus;
04) Dans la quatrième, présidée par Wu-Guan Wang se trouvent les faussaires en tout genre aussi bien ce qui ont frappé la fausse monnaie que ceux qui ont trafiqué les poinds et mesure mais aussi ceux qui connaissaient les médicament adequat et qui ne les ont pas utilisé pour soigner leurs patients.
05) Dans la cinquième, présidé par Yan-Luo Wang;
06) Dans la sixième, présidé par Bian-Cheng Wang;
07) Dans la septième, présidé par Tai-Shan Wang, les traitres et les terroristes sont hachés menu;
08) Dans la huitième, présidée par Du-Shi Wang, les sacrilèges et les blasphématers sont étouffés ou asphysiés par des fumées;
09) Dans la neuvième, présidée par Ping-Deng Wang, les incendiaires et ceux qui provoquent des accidents;
10)Dans la dixième cour, présidée par Zhuang-Lun Wang, se trouve la Roue de la Transmigration où les âmes sont triées pour se réincarner à nouveau dès que leur punition est achevée.


Avant que les âmes repartent, elles subissent le brassage de l’oubli, qui leur fait oublier le souvenir de leurs vies antérieures.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 11:30




“Je vous ordonne avec l’aide des gardes infernaux de vous emparer des fantômes pernicieux”
. Cette phrase rituelle de protection contre les esprits qu’on trouve dans l’opéra “Mulian ou la descente aux enfers”, est obligatoire si vous voulez visiter en toute sérénité l’Enfers de la mythologie chinoise le Diyu ou Di-Yu.


L’enfer est un mélange de Taoïsme et plus spécialement de bouddhisme : il existe 18 enfers, répartis entre 10 tribunaux dont ils dépendent, et présidés par des Rois : le 1er examine les actes de la vie passé du mort et selon, l’envoie vers le tribunal adéquat (8 sont chargés de châtier les âmes criminelles et le dernier est chargé de la Roue de la Transmigration). Ces régions infernales sont parcourues par une divinité compatissante et miséricordieuse, le bodhisattva kchitigarbha, qui peut sauver les âmes pécheresses qui ont recours à lui. Quand elle a passé tous les châtiments correspondants à ses mauvaises actions, l’âme arrive devant le dernier roi qui décide sous quelle forme elle renaitra après avoir bu le bouillon de l’oubli, qui efface le souvenir des vies antérieures.

L’Enfer forme tout un monde à part, avec ses villes et ses campagnes; on entre dans la ville principale (Fong-Tou) par la porte des Démons (Koei-men-kouan). Cette ville est bordée de l’autre côté par la rivière Naiho, enjambée par trois ponts :

• Un en or pour les dieux,
• Un en argent pour les hommes vertueux
• Un sans garde fous long de plusieurs lieux mais large seulement de quelques empans, pour les âmes sans mérite particulier et pour les criminels.

Les âmes criminelles, comme celles de ceux qui, durant leur vie terrestre, avaient profané des vêtements de couleur pourpre, ou les femmes qui n’avaient pas respecté leurs beaux-parents, celles qui furent dévergondées, malhonnêtes, tombent immanquablement dans les flots qui roulent en-dessous et sont immédiatement mordues par des erpents de bronze et les chiens de fer les déchiquètent.

Dans  la ville des “morts par Accident”, les âmes sont condamnées vivre éternellement comme démons affamés, sans possibilité de renaitre, sauf si elles trouvent un remplaçant (décédé de la même mort).


Paradis

Le paradis qui est un abus de langage se présente de deux manières pour les  justes, s’ils ne sont pas réincarnés tout de suite, peuvent aller :

• Soit à la montagne K’ouen-Louen (qui présente une étroite analogie avec l’Olympe des Grecs : le Palais de l’épouse de l’Auguste de Jade y est entouré de magnifiques jardins accueilant jeux et festins);
• Soit dans la Terre d’Extrême Félicité de l’Occident, chez le Bouddha Amitâbha (un Eden fermé et embelli de 7 gradins en terrasses, avec 7 rangs d’arbres en pierres précieuses, des étangs au fond d’or et fleuris de lotus…où les bienheureux mènent une existence pieusement réglée).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 11:32



AMEONNA
Déesse du mont Wushan qui était nuage le matin et pluie l'après-midi.
AMITABHA
Bouddha
AO...
Nom général des quatre Longwang, les 4 roi-dragons (Ao Shun, Ao Kuang, Ao Jun et Ao Chin) responsables d'une partie de la mer.
AUGUSTES (trois)
Personnages mythiques (Fuxi, Nuwa, Shennong)
AVALOKITESVARA
X
BAOSHENGDADI
Dieu guérisseur taôiste.
BAXIAN
Nom global des huit immortels.
BIXIA YUANJIN
Bixia Yuanjin est la déesse taoïste de l'Aube et de la naissance des enfants.

CAISHEN ou CAISHENYE
Dieu de la richesse
CAO GUOJIU
Un des huit Immortels
CHANG'E
Epouse de l'archer Huy, déesse de la Lune
CHENGHUANG
Dieu des fossés et murailles qui veille au bon ordre terrestre et infernal de sa localité.
CHIYOU
Ancêtre mythique de plusieurs ethnies et chef des Jiuli et adversaire redoutable de Huangdi et Yandi
DAJI
Femme-renarde et concubine du dernier empereur, Di Xin, de la dynastie Shang qui causa la perte de l'empire.
DIAN MU
Déesse de la Foudre et épouse du dieu du Tonnerre, Lei Gong.
DI XIN
dernier empereur, Di Xin, de la dynastie Shang
FUXI
Un des trois augustes
GUANDI
Dieu de la guerre qui protège aussi ceux qui se sont comportés avec courage et droiture.
GONG-GONG
Monstre qui déclencha une grande inondation et fut combattu par Yao et Zhu Rong.
HAN XIANGZI
Il fait parti des "Huit Immortels", les Ba Xian

HE XIANGU
Elle fait parti des "Huit Immortels", les Ba Xian
HOUJI
Héros culturel qui introduisit le millet.
HUANGDI
Empereur Jaune, souverain civilisateur mythique.
KSHITIGARBHA
Il deviendra Bouddha une fois l'enfer complètement vide ; il est chargé de sauver les êtres de la souffrance.
KUA FU
Héro qui régla la couse du soleil.
KUI XING
Dieu taôiste de la Litterature.
LAN CAIHE
Il (ou elle) fait parti des "Huit Immortels" les Ba Xian.
LEI GONG
Dieu du Tonnerre et aussi de la Justice.
LI TIEGUAI
Il fait parti des "Huit Immortels", les Ba Xian
LÜ DONGBIN
Il fait parti des "Huit Immortels", les Ba Xian
LU MONG
Mère dragon
MA GU
Déesse du Cannabis et de la Longévité
MAITREYA
prochain Bouddha à venir
MANJUSHRI
grand bodhisattva de la sagesse
MAZU
Déesse de la mer qui protège les marins et les pêcheurs.
MEN SHEN
Dieux des portes.
NEZHA
Chef de l'armée céleste.
NUWA
Déesse créatrice qui a façonné les premiers hommes avec de la glaise, leur a donné le pouvoir de procréer, et a réparé le ciel troué.
PAN CHIN LIEN
Déesse des hétaïres.
PANGU
Premier être sorti du chaos originel, séparateur du ciel et de la terre.
SAMANTABHADRA
Bouddha
SANGUANDADI
Trois gouverneurs chargés de la gestion d'un domaine bien précis (Tianguan, gouverneur du Ciel, Diguan, gouverneur de la Terre, Shuiguan, gouverneur des eaux)
SAN XING
les "Trois étoiles" représentant les principes suprêmes du Taoïsme (Fuxing, Chance; Shouxing, longévité; Luxing, Honneur)
SHANG DI
Dieu suprème.
SHENNONG
Un des trois Augustes.
TU ER SHEN
Dieu des amours homosexuelles.
TUDIGONG
Dieu du sol et protecteur de la ville et de certains lieux.
WANG YE
Envoyés de l’empereur céleste qui capturèrent les démons des maladies contagieuses et autres esprits maléfiques.
WENCHANGDIJUN
Dieu qui a le pouvoir de favoriser la réussite aux examens impériaux.
XIWANGMU
Reine-mère d’Occident
YUE LAO
Personnage de la mythologie et du folklore chinois qui détermine les alliances matrimoniales en fabriquant les effigies en terre des futurs époux, qu’il relie ensuite par un fil de soie rouge.
YANLUOWANG
Gardien et juge des enfers (Diyu)
ZAOWANGYE
Dieu des fourneaux qui veille au bon déroulement de la vie familliale.
ZHONG KUI
Jeune homme très laid qui se suicida pour avoir été rejeté du concours de fonctionnaire. Le maitre des enfers lui donna en compensation la charge de s'occuper des fantômes et esprits malfaisants; il passe aussi pour le protecteur des portes.
ZHU RONG
Un des dieux du feu, il est aussi l'exécuteur céleste des Hautes œuvres. Il punit ceux qui violent les lois célestes.


XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX


CHIH JIH
Dieu du Jour.
CH'IH SUNG-TZU
Seigneur de la pluie.
CHING LING TZU
Dieu du thé.
CHIN-HUA NIANG-NIANG
Dieu des tambours et des instruments à cordes.
CHI PO
Dieu des vents.
CHOU WANG
Dieu de la sodomie.
CHUNG-KUEI
Dieux des voyageurs et des examens.
DI JUN
Dieu du ciel de l'est.
FAN K'UEI
Dieu des bouchers.
FEI LIEN
Dieu du vent.
FENGBO
Dieu du vent.
FU-HSI
Dieu de la végétation et inventeur de l'écriture.
GUAN DI
Dieu de la guerre.
HO PO
dieu du fkeuve Jaune.
HOU CHI
Dieu des moissons abondantes qui fut conçu quand sa mère marcha sur les pas d'une divinité.
HOU T'U
Dieu de la terre.
HSIAO WU
Dieu des prisons.
HSIEH T'IEN-CHUN
Dieu qui personnifie la planète Saturne.
HSIEN NUNG
dieu de l'agriculture.
HSI LING-SU
Dieu de la soie.
HSI-SHEN
Dieu de la joie.
HSU CH'ANG
Dieu des archers.
HUANG TI
Dieu de l'architecture.
HUANG T'ING
Dieu de la colère.
HUO PU
Dieu du feu.
HU-SHEN
Dieu des archers.
JEN AN
dieu des voleurs
KENG YEN-CHENG
Autre dieu des voleurs.
KING WAN
Dieu de la chance.
KO HSIEN-WENG
Dieu des jongleurs.
KUO TZU-I
Dieu du bonheur.
LAI CHO
Dieu de l'agriculture.
LAO LANG
Dieu des acteurs.
LEI KUNG
Dieu du tonnerre.
LEI TSU
Dieu des aubergistes.
LI LAO-CHUN
Dieu des travailleurs du cuir.
LI TIEN
Dieu des artificiers.
LIU MENG
Dieu de l'agriculture.
LIU PEI
Dieu des vanniers.
LO-TSU TA-HSIEN
Dieu des barbiers et des mendiants.
LO YU
Dieu du thé.
LU HSING
Dieu de la Justice.
LU-PAN
Dieu des charpentiers.
MANG SHEN
Dieu de l'agriculture.
MAO MENG
Dieu des planètes Jupiter et Mercure
MEN SHEN
Dieu des portes qui protègent contre les mauvais esprits et les influences néfastes.
MIAO HU
Dieu de l'agriculture.
NAN-CHI HSIEN-WENG
Dieu de la longévité

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 11:33






Yin et Yang :
Deux principes complémentaires de la philosophie chinoise ancienne. Yin est le principe passif, le noir, le féminin; Yang est le principe actif, le blanc, le masculin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 12:53



Bixia Yuanjin est la déesse taoïste de l’Aube et de la naissance des enfants.





Bixia Yuanjin


La Princesse des Nuages Bigarrés, Pi-hia-Yuan-Kiun, appelée aussi la Sainte-mère, Cheng-mou, est la fille de l’ Empereur du Pic de l’Est. Elle est la protectrice des femmes et des enfants, et préside aux accouchements.
On lui donne pour époux, selon les traditions, soit le fils dudieu de la Mer occidentale, soit Mao Ying, qui parvint jadis à l’immortalité.

La déesse, très vénérée dans toute la Chine, est généralement représentée assise et coiffée de trois oiseaux aux ailes déployées. Elle a pour assistantes la Dame de Bonne Vue, qui préserve les enfants des maux d’yeux, et la Dame qui apporte des enfants.
La Princesse des Nuages bigarrés a un double bouddhique en la personne de la Déesse Guan-Yin, qui porte, elle aussi le surnom de Song-tseu niang-niang, la Dame qui apporte des enfants.
Couverte d’un grand voile blanc, elle est assise sur une fleur de lotus et tient dans ses bras un enfant. Déese de la fécondité, Guan-Yin est également experte pour toutes sortes de maladies.






Baxia et ses assistantes


Aussi est-elle très populaire et a-t-elle son image dans presque tous les foyers. Chaque année, de longues files de pèlerins se rendaient à son temple de Miao Fong Chan (la montagne du Pic merveilleux), situé à quelques soixante kilomètres de Pékin. Des malades de tout genre venaient implorer de la déesse leur guérison, parmi l’âcre fumée des bâtonnets d’encens, le crépitement des pétards, le grincement des crécelles, par quoi l’on cherchait à se rendre Guan-Yin favorable.









_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 12:58









Caishen, le dieu de la Richesse est suffisamment important, importance corrobée par la religion populaire y compris de nos jours, pour que les taoïstes aient fait de lui le chef du Ministère de la Richesse, avec toute une suite de fonctionnaires ((riches commerçants historiques, divinités taoïstes citées dans “l’Investiture des dieux” ou divinités issues de la religion populaire).

En fait, il existe plusieurs dieux de la Richesse en fonction de la localisation géographique, de l’origine sociale et du chooix personnel du pratiquant, c’est pourquoi le terme Caishen désigne souvent un ensemble de divinités susceptibles d’améliorer les conditions matérielles et surtout financières des gens.

En général, Zhao Xuantan est nommé “le premier dieu de la Richesse” et bien entendu, il existe le “second dieu de la Richesse” (Wu Xian Cai Shen). On distingue aussi des divinités à caractère civil comme Cai Bo Xing Jun, dont on trouve une statue dans le temple de Sam Kai Vui Kun à macao ou dans le temple Sze Ya de Kuala Lumpur.


D’autres avec un aspect militaire comme Guan Sheng Si Jun, appelé aussi “dieu de la guerre” est considéré normalement comme un ange gardien des commerçants et en même temps peut leur apporter la fortune.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 13:25





Cao  Guojiu


Cao Guojiu (Cao Yi ou Ts’Ao Kuo Chiu ou T’sao Kouo-kieou) fait partie des “Huit Immortels” les Ba Xian, ou Pa Hsien qui ne sont pas des dieux mais des personnages légendaires qui ont le droit de participer au banquer de Dame Wang à force de pratiquer le Tao.


Il était le frère de l’impératrice Cao de la dynastie des Song. Il vécut au Xe siècle de notre ère. Selon les différents récits, il se serait lassé de la viei de la cour, ou aurait été envahi par la honte en apprenant que son frère cadet, Cao Jingzhi, était un criminel, mais on raconte aussi qu’il avait lui-même participé à certaines exactions en sa compagnie.






il disparut dans les montagnes à la recherche du Tao (la Voie)






Devant franchir une rivière, Cao essaya d’obliger le passeur à le faire traverser gratuitement en lui montrant les tablettes d’or qui autorisaient l’accès à la cour impériale. Le passeur ne se laissa pas influencer ; de honte, Cao jeta son titre de créance à l’eau. Le passeur se révéla alors être Lu Dongbin déguisé. Ce dernier prit Cao comme disciple pour lui enseigner le Tao.












Selon une autre version assez semblable du mythe, l’empereur donna à Cao un médaillon en or qui permettait à son possesseur de franchir tous les obstacles. Lorsque Cao se trouva sans argent alors il montra le médaillon à un passeur pour l’influence; un prêtre (ou le passeur lui-même) lui demanda  pourquoi il jugeait nécessaire d’utiliser de telles méthodes de persuasion. Honteux, Cao jeta le médaillon dans la rivière. Le prêtre se révéla alors être Lu Dongbin, qui promit à Cao de l’aider à attendre l’immortalité.






Vêtu de la robe officielle de cérémonie de la cour et de la coiffe à ailettes, il tient à la main deux tablettes, insignes des fonctionnaires venus  pour avoir une entrevue avec l’empereur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 13:39







Cheng-Huang (ou Ch’eng-Huang) était le dieu des fossés et murailles qui jouait le rôle très important dans la vie religieuse des villes et des bourgs chinois, dont il était le protecteur attitré. Il n’en était pas le fondateur; à celui-ci, on rendaiti souvent un culte spécial sous des noms qui varient suivant les lieux (un des plus répandus est simplement l’Ancêtre du Village, Shezu).

Chaque village et chaque ville avaient son propre Cheng-Huang, le plus souvent c’était un dignitaire local ou une personne importante qui était morte et avait été élevée au rang de divinité.


Le Chenghuangshen de Shanghai


Il était le dieu que l’Auguste de Jade a chargé du gouvernement d’une circonscription. Son statut divin lui a été révélé par des rêves, mais les dieux étaient à l’origine de la décision. Cheng-Huang recherchait, grâce à ses rêves en général, le scélérats et les esprits malfaisants qui pouvaient se cacher dans sa communauté. Cheng-Huang non seulement protégeait la communauté des attaques, mais il devait aussi prendre garde que le Roi des Morts n’importât pas d’âme de sa juridiction sans autorisation ou que des esprits malfaisants se mêlent au cortège des démons domestiques.



Cheng-Huang Miao à Shanghai


Cheng-Huang a sous ses ordres toute une administraiton. Ses subordonnés les plus célèbres sont  “Monsieur Blanc”, Bai lao-ye, et “Monsieur Noir”, Hei lao-ye, qui voient tout ce qui se passe dans la circonscription, le premier pendant le jour et le second pendant la nuit. On les représente comme deux personanges longs et maigres, coiffés de hauts bonnets coniques, vêtus l’un tout en blanc, l’autre tout en noir. Il y a aussi Tête-de-Boeuf et Face-de-Cheval, amis ceux-ci sont plus exactement des aides infernaux.

Il intervenait aussi en cas de sécheresse pour faire tomber la pluie et procurait une moisson abondante. On lui adressait aussi des prières pour intercéder auprès des dix juges des enfers en faveur d’un défunt. Le taoïsme a adopté cette divinité très populaire et lorsqu’un moine souhaitait faire une prière pour aider l’âme d’un défunt, il en informait au préalable Cheng-Huang. Chaque ville avait et a encore un temple pour l’honorer. Ci-contre celui de Shangai qui se trouve dans un quartier très commerçant et faussement Ming.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 14:03



Dian Mu était la déesse de la Foudre et l’épouse du dieu du Tonnerre, Lei Gong.



Dian Mu et Lei Gong

Dian Mu avait la capacité de distinguer le bien du mal grâce à ses miroirs c’est pourquoi elle était aussi la déesse de la Justice.

Dian Mu fut accidentellement frappé par le tonnerre de Lei Gong, et mourrut sur le coup.

Un soir, Lei Gong vit une jeune femme jeter un bol de riz dans un fossé; ulcéré par cette attitude désinvolte, il la frappa mortellement d’un coup de tonnerre. Malheureusement, il constata que la jeune femme n’avait eté que de la balle de riz après avoir utilisé le grain pour confectionner un plat pour sa belle-mère.


Confus de cette fatale erreur, il alla se confier à l’Empereur de Jade qui réssucité la jeune femme et la lui donna comme épouse. Il la fit déesse de la Foudre. Ainsi grâce à ses éclairs elle allait pouvoir éclairer les personnes délictieuses que son mari devait frapper sans erreur possible même en pleine nuit.


Elle fabriquait la foudre avec ses deux grands miroirs.

Une grande fête avait lieu en son honneur le sixième jour du dixième mois de l’année lunaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 16:50








Erlang Shen et son chien Xiaotian Quan





Erlang Shen ou Er Lang Shen ou Eul-lang et parfois Yang Jian est le neveu de l’Empereur de Jade. Il reçoit l’encens qui est brûlé sur la Terre. Il habite avec ses frères et un millier de divinités à la tête de plante, près de la Rivière-des-Libations.

Il est accompagné dans sa chasse aux démons par son fidèle chien, Xiaotian Quan, lui aussi grand chasseur de mauvais esprits en tout genre.


Erlang Shen est un grand magicien doté d’immenses pouvoirs de transformation. Son front est orné de l’oeil de la Vérité. Il et aussi un terrible guerrier armé de son trident magique.

Il est très connu dans le “Voyage vers l’Occident” puisque c’est lui qui captura finalement Sun Wukong, le Roi des Singes

Mais la légende la plus connue est celle de la capture du dragon.
L’histoire se déroule dans le Sichuan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 17:02




Fuxi, ou Fu Hsi, selon la mythologie chinoise, est le frère et l’époux de Nugua (Nuwa). Tandis que cette dernière gouverne la terre, Fuxi dirige le ciel. Dans leurs représentations, tous deux sont dotés d’une queue de dragon.







Fuxi au Temple Fuxi Miao à Tianshui (Gansu) 1490




1) Une légende raconte qu’un homme labourait ses champs lorsqu’il entendit le grondement du tonneurre. Il ordonna à son fils et à sa fille de rentrer dans la maison, accrocha une cage de fer sous son avant-toit et attendit la foudre armé d’une fourche en fer.
Soudain, un coup de tonnerre retentit accompagné d’un éclair, et le monstrueux dieu du tonnerre Leigong apparut, brandissant une hache. L’homme chargea alors Leigong avec sa fourche, le poussa dans la cage et verrouilla la porte. La pluie et le vent cessèrent aussitôt.



Bagua, l’arrangement antérieur



Le lendemain matin, l’homme décida de se rendre au marché voisin dans le but d’acheter des épices pour faire mariner le dieu. Avant de partir, il interdit à ses enfants de donner quoi que ce fût à manger ou à boire à Leigong. Dès que l’homme fut parti, Leigong se mit à supplier les enfants de lui donner ne serait-ce qu’une goutte d’eau. Bien qu’obéissants, les enfants cédèrent. A peine l’eau avait-elle touché les lèvres de Leigong qu’il recouvrit sa force et fit exploser la cage. Avant de partir, il remercia les enfants et leur donna une de ses dents, qu’il leur conseilla de planter. Les enfants mirent la dent en terre, et elle donna naissance à une plante portant une courge.


La pluie se mit alors à tomber, et lorsque l’homme revint du marché, la terre était recouverte d’eau. L’homme installa ses enfants en sécurité à l’intérieur de la  courge, puis il construisit un bateau et monta jusqu’au ciel sur les flots déchaînés.



Fuxi et sa création (Temple Fuximiao à Tianshui (Gansu))



Là, il frappa à la porte et supplia le seigneur du paradis de mettre fin à l’inondatin. Ce dernier ordonna alors au dieu de l’eau d’arrêter le déluge. Le dieu de l’eau obéit avec une diligence telle que les eaux diminuèrent instantanément, et le bateau s’écrasa sur terre, entrainant l’homme dans la mort.
Les enfants survécurent car la courge avait amorti leur chute.

Les enfants se révélèrent être les survivants de l’inondation. Ils devinrent connus sous le nom de Fuxi. Lorsqu’ils furent adultes, le jeune homme suggéra à la jeune femme de faire des enfants. Celle-ci était réticente; ils étaient frère et soeur. Elle finit par accepter à condition que son frère l’attrapât. Fuxi se lança à la poursuite de sa soeur, et ainsi furent inventés les rites du mariage. La jeune femme prit alors le nom de Nuwa ou Nugua.


2) Selon une autre version de la légende, les deux jeune gens voulaient se marier et avoir des enfants, mais ils savaient qu’ils devaient obtenir la permission des dieux.  Ils escaladrent alors une montagne sacrée, et chacun édifia un feu de joie au sommet. Les fumées des deux feux se mêlèrent, signe que Nuwa et Fuxi interprétèrent comme la permission de se marier. Au bout d’un certain temps, Nuwa mit au monde une boule de chair. Fuxi découpa la boule en de nombreux morceaux avec une hache, et transporta les fragments jusqu’au ciel en grimpant sur une échelle. Une bourrasque éparilla les morceaux de chair à travers le monde. Lorsqu’ils touchèrent le sol, ils devinrent des êtres humains. C’est ainsi que la terre fut repeuplée.









_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 17:11







Dragon noir


Gong-Gong ou Kong Kong était dans la mythologie chinoise, est un terrible monstre qui provoqua une inondation désastreuse et il était l’ennemi juré du légendaire et bienveillant empereur Yao et de Zhu Rhong, le seigneur divin du feu.
Il apparaissait sous la forme d’un immense dragon noir, et il avait un fils tout aussi malveillant, ambitieux et malfaisant que son père.
Gong-Gong avait aussi sous ses ordres deux comparses, Xiangliu et Fuyou. Le premier, féroce et cupide, n’était pas très beau à voir avec ses neuf têtes et son corps de serpent aux écailles vertes. Le deuxième n’était qu’une canaille sans scrupule, pourrie par l’oisiveté. Fidèles en toutes occasions à leur maitre Gong-Gong, ces trois âmes damnées se joignirent à lui dans sa lutte pour assouvir son ambition démesurée.





1) Un jour, Gong-Gong décida d’empaler le mont Buzhou avec sa corne, ce qui perturba l’équilibre de la terre et fit déborder les fleuves. Puis il fit un trou dans le ciel, troublant le cours du soleil. Depuis cette époque, le monstre est tenu reponable de tous les phénomènes climatiques et lumineux anormaux.

2) Une autre version du mythe affirme que Gong-Gong et Zhu Rong, décidèrent de s’affronter pour déterminer lequel des deux était le plus puissant . Les deux créatures tombèrent du ciel et Gong-Gong fut vaincu. Humilié par sa défaite, Gong-Gong décida de se suicider en fonçant tête la première dans le mont Buzhou, l’une des montagnes qui soutenaient le ciel. Lorsque Gong-Gong heurta la montagne, un pan entier s’en détacha, un trou apparut dans le ciel et des craquelures fissurèrent la terre. Le feu et l’eau jaillirent et une impressionnante inondation recouvrit la quasi-totalité de la terre. Les seules zones qui échappèrent à l’eau furent dévastées par le feu.


Peu importe comment ces faits regrettables se sont exactement produits, le mal était fait et il fallait rapidement réparer les dégâts.
La déesse Nugua ramassa alors quelques pierres colorées dans le lit d’une rivière et les fit fondre. Puis avec cette mixture fondue, elle colmata et rapiéça le trou fait dans le ciel.
Puis elle étaya les piliers des quatres points cardinaux qui avaient été sérieusement ébranlés avec les pattes d’une tortue.
Cependant, en heurtant la montagne, Gong-Gong avait fait pencher le ciel vers l’ouest, ce qui explique sans doute pourqoi les fleuves de la Chine coulent vers l’est.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 17:20




Guan Di



Guan Di ou Kuan-Ti est le dieu de la guerre et le protecteur de la littérature. C’est un mortel du IIIe sicèle ap. J.-C., qui acquit une telle célébrité par ses prouesses guerrrières qu’il fut ensuite vénéré comme un dieu. Guan Di, ou Kuan-Ti,  est la divinité taoïste protectrice des soldats et des policiers. Il protège le royaume et veille sur les fonctionnaires.






Guan Di est représenté sous les traits d’un géant avec une longue barbe, un visage rouge en souvenir de l’un de ses exploits et des vêtements verts. Il est souvent vêtu d’une armure et se tient aux côtés de son cheval.







Un dignitaire corrompu avait en effet enlevé une jeune femme pour en faire sa maitresse. Guan Di vola au secours de la jeune captive et tua son ravisseur. Il se cacha ensuite dans un temple pour éhapper à ses poursuivants, mais les soldat y mirent le feu.
Il fut alors contraint de bondir sur eux et les massacra jusqu’au dernier. Les flammes lui ayant roussi le visage, il put quitter la ville incognito.





A l’origine, Guan Di était un général appelé Guan Gong ou Guan Yo, qui vécut au IIIe sicèle apr. J.-C., période tourmentée à la fin de la dynastie des Han. Fin stratège militaire, il était admiré pour son courage et sa loyauté; il fut exécuté alors qu’il était prisonnier de guerre  pour avoir refusé de porter allégeance à son ennemi. Déifié pour ses nombreuses qualités, il fut officiellement reconnu en tant que dieu à la fin du XVIe siècle.





Il avait une très grande popularité comme  le montre les 1600 temples qui lui sont consacrés. Il était bien entendu le dieu favori des soldats mais aussi de tout le peuple car il passait pour écarter les mauvais esprits. Sous la dynastie chinoise des Ch’ing (1644-1912), Guan Di était vénéré  pour ses fonctions guerrières; à d’autres périodes, il était considéré comme le gardien de la droiture, protégeant les hommes de conflits et du mal. Dans la croyance populaires, Guan Di était réputé pour chasser les démons. On l’invoquait également pour obtenir des informations au sujet des morts et pour prédire l’avenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 17:33






Guan-yin est la forme chinoise de la divinité bouddhiste Avalokitesvara, un des bodhisattvas les plus vénérés qui a subi une féminisation à compter des Songs sans doute sous pression populaire. Elle aide tous les êtres de la terre à atteindre l’illumination.

Déesse de la miséricorde et protectrice des enfants, elle revêt plusieurs formes différentes, tantôt masculine, tantôt féminine. Elle est souvent dépeinte comme une femme habillée de blanc, debout sur un lotus et tenant un enfant en bas-âge car elle aidait les femmes à avoir des enfants. Mais souvent elle est représentée sous les traits d’un bodhisattva à mille bras et mille yeux.








La déesse vient en aide à ceux qui en ont besoin, notamment les personnes menacées par les eaux, les démons, le feu et l’épée. Elle est comptée par les taoïstes au nombre des immortels. Guanyin est réputée capable de libérer les prisonniers de leurs chaînes, de priver les serpents de leur venin, et d’arrêter la foudre.







elle sait guérir pratiquement toutes les maladies. Cette déesse très populaire voit son image affichée dans presque toutes les maisons, et les fêtes célébrant sa naissance et son illumination ont une grande valeur aux yeux des bouddhistes. La déesse est très populaire particulièrement à Taiwan et son temple sur la montagne du “Merveilleux Sommet” et toujours empli d’une foule de pèlerins qui secouent des crécelles et lancent des pétards pour attirer son attention.










1) Dans un récit mythique, Guan Yin était la fille du roi Miao Zhong, sous la dynastie Zhou. La sainteté de la jeune fille lui inspira d’entre dans un couvent bouddhiste, mais son père fit tout pour s’y opposer; il demanda à la mère supérieure du couvent de faire travailler sa fille nuit et jour pour la dégouter de la vie monacale mais des animaux vinrent l’aider pour mener à bien ses travaux. Voyant son échec le roi finalement la fit tuer.




Guan Yin aux milles bras et mille yeux
Temple de Chua But Hap (Vietnam)





L’âme de Guan Yin descendit alors aux Enfers, où sa pureté transforma le funèbre séjour en paradis. Les dieux des Enfers s’en alarmèrent et demandèrent au Bouddha de la ramener. C’et insi que la vie lui fut rendue et elle réapparut sur une île où elle protégea les marins des tempêtes.
Son père ne tarda pas à être frappé de la peste et atteint de cécité. Guan Yin le soigna en lui faisant manger la chair de son bras, qu’elle avait fait cuire. Elle lui offrit ses yeux pour qu’il recouvre la vue. Il ordonna que l’on érigeât une statue de sa fille. Le sculpteur ne comprit pas très bien les instructionsi du monarque et il créa une statue à mille bras et mille yeux. Il fut si ému par la générosité et le désintéressemnt de sa fille qu’il devint un saint homme. En retour, sa propre conversion renit la vue et les bras à Guan Yin.

2) Le “Voyage en Occident”, considéré comme un récit populaire de la mythologie chinoie, raconte que le “roi-songe” monta un jour au ciel pour voler les pêches de l’immortalité dans le jardin de Xi Wang mu, la “déesse-mère de l’Occident”. Le singe provoqua la colère des dieux et Bouddha décida finalement de le faire prisonnier sous une montagne. Cependant, Guanyin intercéda en sa faveur pour qu’il entreprenne un pèlerinage bouddhiste vers l’Inde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 17:44








Il fait partie des “Huit Immortels” les Ba Xian, ou Pa Hsien qui ne sont pas de dieux mais des peronnages légendaires qui ont le droit de participer au banquet de Dame Wang à force de pratiquer le Tao.






Han Xiangzi

1) Han Xiangzi ou Han Hsiang-Tzu un savant qui a voulu étudier la magie plutôt que se préparer à la fonction publique. Quand son oncle réprimanda pour l’étude de la magie, Han Xiangzi fabriqua deux fleurs dont les pétales étaient ornés de poésies.

2) Han Xiangzi était, dit-on, le neveu d’un philosophe de la dynastie Tang. Il devint le disciple de Lu Dongbin, qui le conduisit au paradis et lui montra l’arbre qui produit les pêches de la vie éternelle. En grimpant dans l’arbre, Han glissa et fit une mauvaise chute. Il atteigniti l’immortalité juste avant de toucher le sol.

Réputé pour son mauvais caractère, Han Xiangzi avait des pouvoirs surnaturels. Un jour, il fit fleurir des pivoines en plein hiver. Une prophétie était inscrite sur les pétales. Sur le moment, les mots semblèrent abscons, mais ils se  révélèrent plein de sens par la suite.







Han Xiangzi est traditionnellement représenté portant une pêche, une flûte ou un bouquet de fleurs.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 19:26









elle fait partie des “Huit Immortels” les Ba Xian, ou Pa Hsien qui ne sont pas des dieux mais des personnages légendaires qui ont le droit de participer au banquet de Dame Wang à force de pratiquer le Tao.

He Xiangu ou Ho Hsien-Ku, “Jeune fille Immortelle”, et une jeune fille cantonaise d’une quinzaine d’années qui rêva qu’elle pourrait devenir immortelel en mangeant de la poudre de nacre (ou de mica?).

Après avoir broyé les pierres, elle avala la poudre, et He Xiangu devint aussi légère qu’une plume. Elle découvrit qu’elle pouvait voler jusqu’aux montagnes pour cueillir, pour sa mère, des fruits et de baies dans les arbres.

Un jour l’empereur la convoqua à la cour mais elle devint immortelle (Hsien) et disparut. Elle apparait seulement aux hommes de grande vertu.

Elle est généralement représentée tenant en main une pêche, une fleur de lotus ou un instrument de musique

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 19:43




Huangdi ou Huang Ti est le fameux “Empereur Jaune” de la mythologie chinoise.











Il est considéré comme le créateur mythique de la civilisaiton chinoise, il inventa les vêtements, les noms de famille, les rites. Fondateur de la Chine, il est attaché à la légende de l’écriture  : son devin, Tsang-Kie, aurait imaginé les caractères chinois, en observant les traces des pattes des oiseaux.

Doté de deux paires d’yeux, il pouvait scruter les phénomènes et les choses au-delà des apparences et percer les secrets du monde. Il auraiti communiqué à son peuple les fondements de la médecine chinoise. C’est sous son règne que les premiers traités de médecine, connus sous le nom de Nei Jing Sowen et le Nei Jing Ling Shu, sont écrits.


HUANGDI


Son épouse est Leizu selon la légende rapportée dans le Shiji écrit par l’historien Sima Qian ou selon un autre historien (Wang Zhen) de la période Yang, Xiling Shi (ou Xi Ling Shi).
L’une ou l’autre s’émerveillèrent de tirer un fil d’une extrême douceur d’une petite boule grise ramassée sous un mûrier. Une autre version précise que c’est en tombant dans sa tasse de thé bouillant que le cocon put se dévider facilement en un fil brillant et solide ; la sériculture venait de naitre.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 19:51








Ku ou Diku est présenté comme ancêtre des minorités ethniques des Zhou et des Shang.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 19:57



Le héro qui régla la course du soleil





Il y a très longtemps bien après que le ciel et la terre eussent été séparée, vivait un géant qui s’appelait Kuafu. Il avait une taille gigantesque et il marchait si vite qu’il semblait avoir des ailes.




Il se peut qu’autrefois le Soleil avançat plus vite qu’aujourd’hui. A l’époque, on avait toujours l’impression que les journées étaient trop courtes. Chaque jour, on n’avait pas encore trouvé le temps de se mettre à l’ouvrage que la nuit était déjà tombée. Comme en ce temps-là il n’existait pas de lampe, on peut imaginer combien les hommes étaient incommodés par ces nuits froides, obscures et interminables.

Aussi tout le monde se plaignait-il du Soleil? Un jour, Kuafu se mit en colère et alla voir le Soleil. Orgueilleux, le Soleil ne daigna même pas lui répondre. Il continua à filer rapidement vers l’Ouest. Furieux, Kuafu se mit à sa poursuite en brandissant son bâton.

L’étrange boule de feu roulait toujours vers l’ouest et Kuafu la poursuivait à toute vitesse à travers les plaines. Lieu après lieu, il s’en approchait. Mais plus il s’en approchait, plus il avait chaud. Il était en nage et les gouttes de sueur voltigeaient autour de lui. N’en pouvant plus, il déchira sa tunique, découvrant ainsi sa forte et rouge poitrine. Luttant contre la chaleur, il courait et courait toujours. Kuafu transpirait tellement qu’il lui semblait qu’il allait mourir de soif. Il avait la gorge horriblement sèche. Quelques lieux encore et il aurait rejoint le Soleil, mais il n’y parvint pas à cause de la soif.

Il dû s’arrêter et aller à la hâte se désaltérer dans le Huanghe. D’un seul trait, il absorba les eaux du fleuve. Cependant, il avait encore très soif. Il se précipita vers la rivière Wei, mais elle ne suffit pas non plus à étancher sa soif. Il prit le parti d’aller vider un lac du nord. Hélas, trop assoiffé, il ne put l’atteindre et mourut à mi-chemin.

Son bâton, tombé à terre, se transforma en une forêt de pêchers touffue. Chaque année, les arbres de cette forêt produisent en abondance des fruits désaltérant les hommes qui prennent le frais sous le vaste ombrage. C’est pourquoi le souvenir de Kuafu es tresté dans le souvenir des hommes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 20:16








Wen Chang, le dieu taoiste de la littérature est accompagné par un nain aussi laidi physiquement que brillant intellectuellement, K’uei Hsing ou Kui Xing, qui est le dieu des Examens impériaux.

K’uei Hsing, dont  le nom avant que la déification était Chung K’uei, passa un examen public avec un succès remarquable mais l’empereur devant la difformité de son corps lui refusa les honneurs habituels. Submergé par le chagrin, Kui Xing tenta de se suicider. Dans  une version du mythe, il fut sauvé par un poisson ou tortue enchanté. Toutefois, dans une autre version, il arriva à ses fins.


Kui xing


Kui Xing était adoré par les étudiants qui présentaient les examens impériaux. On l ereprésente assis sur une tortue de mer géange, tenant d’une main un sceau officiel et de l’autre à l’aide son pinceau il dresse la liste des candidats exceptionnels.

Il vit dans les étoiles de la Constellation de la Grande Ourse.


KUI XING

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 20:32








il (ou elle) fait partie des “Huit Immortels” les Ba Xian, ou Pa Hsien qui ne sont pas des dieux mais des personnages légendaires qui ont le droit de participer au banquet de Dame Wang à force de pratiquer le Tao.

Lan Caihe était une jeune femme, ou peut-être un homme efféminé qui jouait de la flûte et portait un panier chargé avec de fruits et de fleurs.

L’été, il/elle portait uné pais manteau, et l’hiver. Il/elle était vêtu€ d’habits légers. Il/elle portait une ceinture faite de bois noir et une seule botte. Sa famille connaissait les herbes médicinales et il/elle apprit aussi à les reconnaitre.


Une fois, Lan Caihe rencontra un clochard vêtu de haillons et au corps couverts de furoncles. Il/elle prit soin du malheureux, qui se révéla être Li Tieguai déguisé. En remerciement de sa gentillesse, Li Tieguai accora l’immortalité à Lan Caihe.
Lan Caihe parcourut alors le pays en chantant et en encourageant ceux qu’il/elle rencontrait à chercher la Voie taoiste.
Un jour, il/elle déposa son manteau, sa botte et sa ceinture, et monta au ciel sur le dos d’une grue.








Il/elle est souvent représenté(e) portant un panier de fruits ou de fleurs.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 20:52







Lei King ou Leigong dans la mythologie chinoise ou Lei Shen chez les Taoïste, est le dieu du tonnerre.

Lei Gong était au début un simple humain mais un jour, alors qu’il se promenait dans la campagne il découvrit un pêcher tobmé du ciel lors d’un combat entre les guerriers célestes et démon à l’aspect de renard. Il mordit à belles dents dans une pêche mais à son grand désarroi il lui poussa des ailes et une tête d’oiseau car le pêcher avait sans doute été ensorcelé.
Effectivement, il est dépeint comme une créature effrayante avec une tête d’oiseau, des ailes de chauve-souris, des griffes acérées et la peau bleue. Son char, conduit par A-Xiang, est tiré par six garçons.


Lei Gong produit le tonnerre avec son marteau et sa femme, Tian-Mu , provoque la fourdre avec ses miroirs ainsi que sa fille Lei-zi. Il porte aussi un burin pour punir les mauvais esprits qui ont utilisé leurs connaissances du taoïsme pour nuire aux humains et il pourchasse les criminels dont les crimes sont restés secrets.

En plus de son éouse, il reçoit l’aide de Yun Tung qui fouette les nuages, et de Yu-tzu (maitre de la pluie) qui provoque les déluges en plongeant son épée dans un vase plein d’eau.
Les vents hurlants se précipitent au-devant de lui, libérés du sac en peau de chèvre de Feng Po  ou Feng Po Po  (Madame Vent). C’est une vieille femme courbée qui chevauche un tigre dont les traces de pas forment les nuages.








Leigong ou Lei Kung


Un chasseur était à l’affut dans une grande forêt quand un violent orage éclata brutalement. Il se mit à l’abri dans un endroit où lui semblait-il le tonnerre était moins fort. En regardant vers la cime des arbres battue par la pluie et le vent il vit à son grand étonnement un enfant accroché au sommet d’un arbre gigantesque.


Puis il aperçut Leigong, le dieu du Tonnerre qui essayait de s’approcher mais à chaque fois l’enfant brandissait une sorte de petit drapeau monté sur un bout de bois et Leigong battait en retraite aussitôt.
Le chasseur compris alors que l’enfant n’était qu’un mauvais génie qui devait agiter un morceau de tissus souillé pour chasser le dieu. Il est bien connu que les dieux purs ont horreur des objets souillés. Alors un banda son arc, décocha sa flèche sur le pseudo drapeau qui tomba au sol. Le résultat ne se fit pas attendre Leilong revint en force et foudroya le grand arbre.
Notre homme n’avait pas bien estimé les effets de la foudre car il fut lui aussi touché mais avant de s’évanouir, il eut le temps de voir dégringoler de l’arbre une espèce de lézard verdâtre qui était le véritable aspect du génie camouflé en enfant.


Quand il reprit connaissance il revit le cadavre du lézard tout carbonisé mais accroché à son arc il y avait un bout de papier en guise de remerciement  l’informant que sa vie avait été rallongée de douze années pour l’aide qu’il avait apportée à un dieu céleste.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 21:26







Li Tieguai fait partie des « Huit Immortels » les Ba Xian, ou Pa Hsien qui ne sont pas des dieux mais des personnages légendaires qui ont le droit de participer au banquet de Dame Wang à fore de pratiquer le Tao.








Il fut le premier personnage atteindre l’immortalité. Li Tieguai ou Li Tieh-Kuai était un ascète qui reçut l’enseignement directement de Lao-Tseu, le père fondateur du Taoïsme, descendu en personne du ciel pour lui veniri en aide.

1) Peut après être devenu immorte, Li décida un jour de se rendre sur une montagen sacrée. Avant de quitter son enveloppe charnelle, il demanda à son disciple d’en prendre bien soin pendant sept jours, et il précisa que s’il ne revenait pas dans ce laps de temps le disciple devrait brûler le corps.
le sixième jour, la mère du disciple tomba malade. Impatient de leuir rendre visite, le disciple tomba malade. Impatient de lui rendre visite, le disciple brûla un peu trop tôt le corps de Li.

Lorsque l’âme de Li revint, elle ne trouva qu’un tas de cendres ; elle s’installa donc dans le corps d’un mendiant difforme et boiteux qui venait de mourir de faim. Li ne tenait pas à rester dans ce corps, mais Lao-Tseu  le dissuada d’en partir et lui offrit une béquille pour l’aider à marcher d’où son surnom «Li à la béquille de fer ».


2) Selon une autre légende, Li reçut sa béquile de Xi Wang Mu, la «déesse-mère de l’Occident », qui soigna une plaie de sa jambe et lui enseigna comment devenir immortel.




Li est généralement représenté sous les traits d’un mendiant aux cheveux sales à l’aspect négligé et muni d’une béquille en fer pour soulager sa jambe estropiée. Il et assis comme un mendiant sur la place du marché vendant des médicaments miraculeux qu’il transporte dans une gourde et dont certains peuvent ranimer les morts. Enfin c’est ce qu’on raconte….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Lun 21 Aoû - 22:41









Lü Dongbin ou Lü Tung-Pin ou Lü Tong-pin fait partie des “Huit Immortels” les Ba Xian, ou Pa Hsien qui ne sont pas des dieux mais des personnages légendaires qui ont le droit de participer au banquet de Dame Wang à force de pratiquer le Tao.





Il serait né vers 796 de notre ère, et après avoir été reçu comme fonctionnaire, il abandonna son poste pour aller se retirer dans les monts Zhongan. C’est lors d’une visite en ville qu’il aurait rencontré Zongli Quan qui l’aurait initié aux secrets de l’alchimie.









Encore étudiant, il rencontra un dragon de feu qui lui offrit une épée magique lui permettant de se cacher au paradis.
Plus tard, Lü Dongbin se rendit dans une auberge où il rencontra un homme appelé Zhongli. Alors que ce dernier faisait cuire du millet ou réchauffer un pichet de vin. Lü comblé pendant un demi-siècle, puis que la chance tournerait et que sa famille serait ruinée; il serait lui-même tué par des bandits.

Lorsque Lü Dongbin se réveilla, il était convaincu de l’inutilité d’une ambition terrestre et décida de renoncer au monde. il suivit alors Zhongli dans les montagnes à la recherche du taoïsme et devint immortel.

Avant de le prendre pour disciple, Zhongli le testa à plusieurs reprises.

- Il n’éprouva aucune tristesse lorsque sa bien-aimée tomba gravement malade ni aucune joie lorsqu’elle fut guérie.
- Après avoir aprêment discuté le prix, un acheteur tomba d’accord pour lui  prendre un objet mais au moment de payer il refusa d’acquitter le prix convenur et s’en alla sans que Lü Dongbin s’en émeuve.
- Au marché il acheta une série de casseroles en bronze pour un prix modique, revenu à la maison il s’aperçut que les ustensibles étaient en or, alors il les retourna au marchand.
- Un jour une horde de démons et d’esprits malfaisant l’assaillièrent dans sa maison en lui disant qu’ils allaient lui prendre sa vie comme lui-même l’avait fait dans une vie antérieure. Sans crainte, Lü répliqua que s’il avait pris leur vie dans le passé, ils n’avaient qu’en prendre la sienne aujourd’hui. Tout d’un coup, le ciel est devenu bleu et les démons disparurent.
- Alors qu’il avait fait l’homme à un mendiant, ce dernier lui en réclama plus de façon grossière et Lü lui dit au revoir avec un souririre.





- Un moine taoïste fou vendait un breuvage dans la rue en racontant aux gens que sa potioni magique aurait l’un des deux résultats : soit le buveur mourrait surplace, soit le buveur devenait immortel. Bien entendu, personne n’osait essayer, sauf Lü qui l’acheta pour l’essayer. Rien ne se passa pour lui.
- Alors qu’il gardait des chèvres dans la montagne un tigre affamé surgit; Lü mis les chèvres à l’abri puis il fit face au fauve qui s’en alla.
- Lü étudiait dans sa petite cabane dans la montagne quand une jeune et belle femme lui demanda l’hospitalité et se mit à le draguer mais il résista à la tentation.
- Son sens moral aigü l’empêcha d’utiliser son art alchimique à mauvais escient : il aurait renoncé à transformer pour une demi-millénaire seulement du vil métalt ordinaire en or, de  peur de léser le futur propriétaire au moment de l’échéance.


On raconte que Lü Dongbin aime à se mélanger aux simples mortels, récompensant les bons et punissant les méchants. Il combat l’ignorance, la passion et l’agressivité à l’aide de son épée qui est son attribut.

La tradition populaire a fait de Lü Dongbin un héros buveur et coureur. Il aurait vainement tenté sa chance auprès de He Xiangu et c’est peut-être pour cette raison que les couples évitent de se présenter ensemble devant lui de peur qu’il ne les sépare. Toutefois le clergé taoïste récuse cette version.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Mar 22 Aoû - 9:42



Lung mo ou Lung Mu ou selon son nom historique, Wen shi est la “mère du dragon” qui a élevé un dragon (cinq d’après une autre version) avant d’être déifiée car le lien très fort de piété filiale qui unissait Lung Mo et “ses enfants” est considéré comme une vertu exemplaire dans la culture chinoise.
Selon l’histoire Wen Shi est la troisième fille d’une famille pauvre qui naquit sous la dynastie Qin dans la province Guangdong.










Long Mo

Un jour, alors qu’elle était au bord du Xi Jiang en train de laver des vêtements, elle remarque une pierre ronde parfaitement lisse et blanche qu’elle décida de ramener chez elle car elle la trouva jolie. Elle dut se rendre à l’évidence que ce n’était pas un simple galet qu’elle avait ramassé sur les berges du Xi Jiang car quelques temps plus tard la pierre se fendit en deux et un (ou cinq) petit serpent en sortit. Ce n’était pas chose facile de le nourrir car sa famille était pauvre et le bébé était très vorace. Tous les jours, elle mettait de côté les meilleurs morceaux pour son protégé. Quand la nourriture ne fut plusu assez abondante, elle alla sur les bords du fleuve pour lui pêcher des poissons. Elle était ravie de voir à quelle vitesse il grandissait grâce à ses soins, mais elle dut convenir rapidement que ce n’était pas un serpent qu’elle était en train d’élever mais un petit dragon.


Ce petit dragon se révéla un nageur et pêcheur exceptionnel qui aidait Wen Shi à attraper du poisson, ce qui améliora de façon notoire la vie de la famile. Il en fut de même pour la vie du village qui n’eut plus à craindre de la sécheresse car le dragon est à la fois une créature des eaux et de la pluie.


Un jour, l’empereur appela Wen Shi à sa cour pour qu’elle explique comment elle osait élever un animal impérial. Pour obéir aux ordres de l’empereur, elle se rendit en bateau au palais mais le dragon ne voulait pas qu’elle s’éloigne trop de son vilalge et craignant pour sa sécurité et sa santé.
Aussi se cachat-il sous le bateau et quand il jugeait qu’elle était trop loin de sa maison il tirait imperceptiblement le bateau en arrière. De cette façon Wen Shi n’arriva jamais au palais impérial.
A sa mort, on la vénéra telle une déesse sous le nom de Long Mo, car nul n’avait jamais apprivoisé un dragon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Mar 22 Aoû - 9:52







Ma Gu fait partie des Immortels et on la considère comme une déesse, la déesse du Cannabis et de la Longévité. Son nom signifie “la jeune femme du cannabis”. En Corée elle porte le nom de Mago.

Elle apparait comme une jeune et belle fille de 18 ou 19 ans, avec ses cheveux souvent coiffés en chignon, ses ongles longs et manucurés ressembant àaux serres des rapaces, et vêtue d’une belle robe décorée d’un col en feuilles. Ma Gu porte généralement un panier de pêches ou une cruche de vin ou une potion faite de cannabis et de champignons; elle est souvent accompagnée par une grue ou un chevreuil.


Ma Gu libéra les paysans qui travaillaient pour son père et leur montra coment cultiver les terres gagnées sur la mer. Son mari la tua et jeta son corps dans un lac. Après la mort, elle acquit le statut de magicienne et devant la servante dédiée au service des pêches d’immortalité. On raconote qu’il arrive de l’apercevoir marchant sur l’eau en particulier au début et à la fi du mois lunaire. Sa fête est célébrée le sixième jour du sixième mois lunaire. Son temple se dresse  à l’endroit où son corps fut repêché.
Le temple Yantai dans la province de Shandongo de la Chi nest le seul temple dédié à Ma Gu qui a survécu à la révolution culturelle. Dans son temple, toute violence est bannie; la chasse et la pêche sont également interdites sur l’ordre de la déesse. Ceux qui violent cette loi finissent noyés dans le lac.


Ma Gu est la protectrice des femmes et donne aussi ses dons aux chamans, aux alchimistes et aux mystiques.


Magu, Déesse de la longévité , rouleau
suspendu du 18ème siècle ( Musée national, Varsovie )




MA GU


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Mar 22 Aoû - 10:03








Sur les portes extérieures des anciennes maisons chinoises, qui sont à deux battants, on voit parfois la représentaiton de deux guerriers armées, collés ou peints sur chacun des battants. L’un deux a la figure noire ou ro uge, l’’autre la figure blanche; ce sont les dieux des Portes.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Mar 22 Aoû - 10:12





Nezha armé





Nezha (ou No Cha) fut chef de l’armée céleste chargé de faire entendre raison aux esprits malfaisants qui contrecarraient les volontés divines et tourmentaient les hommes.


Li-Jing, commandant militaire, s’inquiétait beaucoup et sans doute avec raison car son épouse, Yen Shih, était enceinte depuis trois ans et demi. Finalement un jour la délivrance tant attendue arriva mais à sa grande déception Yin Shih mit au monde une boule de chair ou une fleur de lotus que son mair coupa en deux de dépit. Et alors à leur grande surprise un enfant en sortit. Un moine taoîste qui passait par là lui donna comme nom Nezha, le troisième; ce qui était particulièrement bien choisi et facile à trouver car il avait déjà deux frères : Jinzha et Muzha. Il lui prédit que son fils transgresserait 1700 fois l’interdiction de tuer.



Li Nezha


Il était la réincarnation de l’immortel Ling Zhu zi (le Sage à la Perle Lumineuse), venu sur terre pour aider l’Immortel Jiang Ziya dans sa mission de mettre sur le trône Wuwang et créer ainsi la dynastie des Zhu.


Il tua Ao-Ping, le fils et héritier du roi-dragon Ao-Kuang lors d’une terrible bataille où il était question de massacrer les démons et non les dragons. Ao Kuang fut si durement touché qu’il envisagea même de déposer une plainte officielle auprès de l’Empereur de Jade. Plein de fureur, il alla à la rencontre de Nezha sur le champ de bataille mais il fut vaincu par ce dernier qui épargna sa vie et dans une ultime humiliation le transforma en dragon bleu.





Dès sa naissance il portait déjà une ceinture autour du ventre et tenait l’anneau cosmique dans sa main droite. Ses cheveux sont coiffés en deux petits chignons sur la tête. Son maitre lui offrira deux roues de feu placées sous ses pieds en guise de véhichule et une lance. Il a la possibilité de faire pousser jusqu’à trois têtes et six membres supplémentaires.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Mar 22 Aoû - 10:32



Nu Kua ou Nu Kwa ou Nugua est la très puissante déesse créatrice chinoise qui, après le grand déluge, devint l’épouse de Fuxi.

Son nom est dérivé du mot qui désigne la courge ou le melon, symbole de fertilité, c’est pourquoi elle est parfois appelée la “fille-courge”. Mi-humaine, mi-serpent, Nuwa avait la capacité de changer de forme à volonté. Elle est représentée tenant deux compas, tandis que Fuxi tient une équerre, symbole du rôle qu’ils jouèrent dans la création. C’est Nuwa qui aurait inventé Lun sorte de cithare mais surtout c’sst elle qui est à l’origine de l’humanité.







Nuwa d'après © Yu-Tein Hsiao


Selon un récit, Nuwa descendit sur terre après la séparation du ciel et de la terre, et après la création des montagnes, des fleuves, des animaux et des plantes.  Mais Nuwa est plus connue pour avoir créé les hommes à partir d’argile ou de boue.
Alors que Nuwa parcourait le monde, elle eut l’impression que quelque chose lui manquait : elle avait besoin de compagnie. Elle s’assit sur la rive d’un cours d’eau et, regardant son reflet dans l’eau, commença à jouer avec la boue du fleuve. Inconsciemment, elle modela l’argile jaune pour en faire un  personnage. Cependant, plutôt que de lui donner une queue (comme la sienne), elle lui façonna des jambes et des pieds. Lorsque Nuwa eut terminé, elle déposa la figurine qui prit vie, dansant et riant de joie.
Nuwa était si fière de sa création qu’elle décida de remplir le monde de ces personnages. Elle y travailla jusqu’à la tombée de la nuit, et se remit à l’ouvrage le lendemain matin, dès le lever du soleil.
Ses personnages avaient beau s’éloigner d’elle, Nuwa continuait d’entendre leurs voix ; désormais elle ne se sentirait plus jamais seule.

Nuwa répare les cieux


Il ne lui fallut pas longtemps pour se rendre compte qu’il lui serait impossible de créer suffisamment de personnages pour peuple la terre entière d’autant plus qu’elle n’avait crée qu’une centaine de personnage et’ qu’elle se sentait déjà fatiguée par cette tâche routinière. Elle décida donc de faire appel à ses pouvoirs magiques : elle prit une branche de vigne, la traîna dans la boue d’argile jaune et la fit tourbillonner dans les airs. Chaque goutte de boue qui touchait les sol se transformait en un être humain. On racone que les hommes façonnés des mains de Nugua devinrent riches, tandis que ceux qui furen créés à partir de gouttelettes restèrent pauvres et humbles.
Lorsqu’elle se rendit compte que ses petits personnages étaient mortels et que l’espèce finirait par s’éteindre, Nuwa les divisa en hommes et femmes pour leur permettre de se reproduire. Elle dompta des bêtes sauvages et apprit aux hommes à irriguer la terre, en compagnie d’autres divinités.


Le déluge


Nuwa et son époux Fuxi sont également célèbres pour avoir établi les rites du mariage et pour avoir sauvé le monde d’un déluge. Une légende raconte que le chaos régna un jour sur le monde : les humains se faisaient dévorer par des bêtes sauvages, tandis que des incendies et des pluies dévastaient la terre.


Lors de la création du Ciel et de la Terre, la bataille qui suivit entre l’Esprit d’Eau, Kung-Kung et l’Esprit de Feu, Chu-Jung avait laissé de grands trous dans le ciel et le chaos dans le monde. Mais la déesse Nuwa y remit de l’ordre. Elle choisit dans le lit des rivières, des pierres à la coloration parfaite pour combler les trous. Elle les a chauffées afin qu’ils puissent être facilement modelés, et elle a ainsi rapiécé les trous du ciel. Elle étaya les cieux avec les pattes d’une tortue et canalisa les fleuves à l’aide de cendres de roseaux.








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Mar 22 Aoû - 10:36






Pan Chin-Lien, une des femmes les plus controversées dans le théâtre chinois, a été historiquement reconnu comme adultère et meurtrière de sang-froid. Elle tomba amoureuse de son beau-frère grand tueur de tigre et héros célèbre de la mythologie chinoise, Wu So.








Suite à un adultère commis avec un play-boy local, Ximen Qing les deux amants assassinèrent le mari. Comme veuve, les moeurs de l’époque la trouvèren beaucoup trop libérale de ses faveurs.
Son beau-père la tua. Après sa mort, elle fut honorée et elle devint finalement la déesse des hétaïres.
Cette histoire a manifestmenet beacoup de succès puisque on la trouve dès le XIVe siècle dans des récits. Le théâtre traditionnel chinois a repris ce thème.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Mar 22 Aoû - 10:43



Le plus grand récit cosmogonique de Chine décrit la création du monde par un dieu originel nommé Pan Gu. Son culte a survécu parmi certaines minorités ethnique du sud (les Miao, les Yao, les Li…). Ce dieu serait né de la rencontre du yin et du yang, les deux forces primordiales de l’univers.

Dns les ténèbres Pan-Gu surgit d’un énorme oeuf primordial et il se développa à l’interieur pendant 18000 ans. Puis avec une hache qu’il avait fabriquée, il fendit l’oeuf qui s’ouvrit.




Les parties transparentes et légères se mirent à flotter pour constituer le ciel en montant d’un zhang (3,58m) par jour; de même les parties lourdes et opaques commencèrent à s’enfoncer d’un zhang par jour pour former la terre.



Pan Gu




Alors, Pan Gu se dressa. Pour empêcher la terre, encore fluide, et le ciel de se mêler à nouveau, il grandit d’un zhang par jour et les maintint écartés. Pendant encore 18 000 ans, la terre et le ciel, ainsi séparés, se solidifièrent. Pan Gu put enfin se reposer, il s’étendit et mourut.

De son souffle naquirent le vent et les nuages, sa voix se mua en tonnerre, son oeil gauche en soleil, son oeil droit en lune, ses cheveux et ses moustaches en étoiles dans le ciel. Les autres parties de son corps donnèrent naissance à des éléments constitutifs de la terre, comme les montagnes, les fleuves, les chemins, les plantes, les arbres, les métaux, les pierres précieuses et les rochers. De sa transpiration jaillirent la pluie et la rosée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   Mar 22 Aoû - 10:56








Le mot de phénix est trompeur, car cet oiseau n’a pas grand-chose en commun avec celui des légendes européennes – ni par l’aspect ni par les aptitudes de régénération, ni par ses habitudes d’auto-immolation. Le phénix chinois ressemble à un faisan avec des plumes de paon – certaiens descriptions en sont plus précises et plus difficiles à imaginer : tête de cygne, crête d’un coq, bec d’une hirondelle, cou de serpetn, forme de dragon, alies écailleuses, queues de poisson, avec parfois des morceaux de tortue…


Le plumage du phénis est de cinq couleurs. Son chant est le plus merveilleux qu’on puisse imaginer. Il ne peut faire son nid que dans un sterculier, un arbre originaire d’Asie tropicale, et se nourrit de “fruits de bambous”.


Le nom chinois du phénix est Fenghuang. L’élément mâle du phénix s’appelle Feng. L’élément femelle s’appelle Huang. Ensemble ils représentent le bonheur congugal.




Dans le confucianisme, le phénix porte sur la tête le symbole de la vertu d’humanité, sur les ailres la conformité morale, sur le dos la justice, sur la poitrine la bienveillance et sur le ventre la bonne foi. On dit aussi que sa tête représente le ciel, ses yeux le soleil, ses ailes le vent, ses pattes la terre, son dos la lune et sa queue les planètes. Le phénix est associé au yang et à  l’été.


Phenix

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE CHINOISE   

Revenir en haut Aller en bas
 
MYTHOLOGIE CHINOISE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique :: MYTHOLOGIE-
Sauter vers: