le forum de l'histoire, des mystères, de l'insolite et du féérique
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MYTHOLOGIE EGYPTIENNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Ven 20 Oct - 23:27








Horus, le dieu faucon, fils d’Isis et Osiris, est le dieu de Behdet (dans la partie occidentale du delta du Nil). Horus est vénéré dans différentes localités d’Egypte. C’est le dieu de l’azur, des espaces célestes. Le soleil et la lune sont ses yeux.


FORMES




Horus




Isis cache le jeune Horus dans les marécages du Delta à Chemnis pour le soustraire à la violence de son oncle Seth. Il est dédoublé en Horus l’enfant (chez les grecs Harpocrate) représenté comme un enfant nu suçant son pouce et Horus le grand dieu à tête de faucon portant sur celle-ci le disque solaire. Il est le dieu protecteu des pharaons, mais aussi le patron d’un très grand nombre de lieux de Haute et Basse Egypte.
Il était adoré sous des noms vairés : Horus vengeur de son père, Horus qui préside aux Deux Yeux, Horus fils d’Isis… Mantou : mythologie égyptienne Dieu d’Hermonthis (nom de Thèbes). Dieu guerrier faucon, il est l’époux d’une divinité solaire mal connue “le soleil femelle des deux terres”. Il forme avec Osiris et Isis une triade.




Il existe plusieurs formes du dieu Horus

Harpocrate  fils d’Osiris et d’Isis, il représente Horus enfant qui a besoin de la défense de sa mère contre la cruauté de son oncle Seth.
Hornedjitef ou Harendotès (Horus qui venge son père). Parvenu à l’âge adulte Horus réclame son héritage et combat Seth, le meurtrier de son père.
Hoorus d’Edfou personnification de la royauté, dont le fils Harsomtus (Horus qui unifie les deux terres) qu’il a eu d’Hathor représentne à son tour la continuité de la royauté unificatrice des deux royaumes.

La mythologie égyptienne relate la violente querelle qui opposa Horus et Seth avec l’intervention de sa mère Isis.







A la mort de son frère Osiris, Seth s’était empara du pouvoir. Devenu adulte, Horus se rendit devant un tribunal divin présidé par Geb ou  Rê et revendiqua l’héritage de son père. Chou et Thot déclarèrent qu’Horus était dans son droit.



Isis dans les marais



Le dieu Soleil, mécontent que son opinioin n’eût pas été demandée en premier lieu, rejeta le verdict. Un des dieux l’ayant insulté, il se retira dans sa tente pour bouder. Plus tard, il retrouva sa bonne humeur et demanda à Seth et à Horus de s’expliquer. Seth déclara mériter le royaume parce qu’il était le seul assez fort pour défendre la barque du soleil. Certains dieux de l’Ennéade l’approuvèrent mais Isis les fit changer d’avis.

Seth refusant de poursuivre le procès en présence d’Isis, le dieu Soleil décida que le conseil se réunirait sur “l’île du milieu”.

Anti, le nautonier divin, reçut l’ordre de ne pas faire passer Isis sur son bateau. La déesse se déguisa alors en vieille femme et acheta Anti avec une bague d’or. Une fois sur l’ile, elle se transforma en belle et jeune femme pour séduire Seth. Elle lui raconta qu’elle était la veuve d’un brger, et qu’un étranger avait volé les troupeaux à son fils unique.


Elle lui demanda de l’aider et Seth déclara qu’il était injuste qu’un fils soit dépouillé de son héritage et l’Ennéade confirma ses dires. Isis se transforma en oiselle et s’envola dans un arbre, disant à Seth qu’il s’était condamné lui-même.



Hippopotames du Nil


Seth se plaignit de cet incident à l’Ennéade qui punit Anti en lui coupant les orteils. Seth défia alors Horus, l’invitant à se mesurer à lui : il proposa que tous deux se métamorphosent en hippopotame et qu’ils essaient de rester trois mois sous l’eau. Horus accepta mais Isis, craignant que sn fils perdre la partie, fabriqua un harpon de cuivre qu’elle jeta dans l’eau. Elle toucha d’abord Horus par accident puis harponna Seth qui demanda grâce. Isis eut pitié de lui et le relâcha. Horus fut tellement irrité qu’il sortit de l’eau, coupa la tête de sa mère et s’enfuit en l’emportant dans les dunes du désert. Isis se transforma en statue de pierre et retourna auprès de l’assemblée des dieux mais Thot la reconnut. Le dieu Soleil ordonna à l’Ennéade de punir Horus pour la blessure infligée à sa mère. Seth le trouva endormi et lui arracha les yeux, mais Hathor lui rendit la vue en le soignant avec du lait de gazelle.


Horus demanda de nouveau justice et les dieux écrivirent à Osiris defunt. En réponse, il exigea de savoir pourquoi son fils avait été dépouillé de son héritage et menaça d’envoyer les démons du Monde souterrain au royaume des dieux. Le dieu Soleil accepta finalement qu’Horus devienne roi. Seth fut forcé d’accepter le jugement et Isis se réjouit de voir enfin son fils couronné. Le dieu Soleil appela Seth pour vivre avec lui dans le ciel où il devint le dieu des Orages.








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 10:26




Les quatre fils d’Horus étaient les protecteurs des différentes parties du corps d’Osiris et pour cela, ils sont devenus les protecteurs du corps du défunt. Ils sont protégés à leur tour par quatre déesses.










_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 10:31




La légende été seulement transmise sous forme d'un récit homogène par Plutarque, vers 100 après J.-C. car les écrits égyptiens ne contiennent que des allusions.
Selon cette version, Geb et Nout mirent au monde pendant les jours épagomènes - comme le relate d'ailleurs la cosmogonie d'Héliopolis - Osiris, Isis, Seth et Nephthys, de même qu'Haroëris, qui provenait déjà d'un rapport prénatal entre Osiris et Isis.
Puis il épousa sa sœur Isis et reçut de Geb la riche vallée du Nil alors que Seth et Nephthys héritèrent des vastes déserts environnants.

Devenu roi, Osiris apporta la civilisation aux Egyptiens. Il leur apprit à cultiver les champs et leur donna des lois. Son frère et ennemi, Seth, ne pouvait le renverser du trône, puisqu'Isis surveillait attentivement le règne de son époux. Seth se servit alors d'une ruse: avec soixante-douze conspirateurs, il confectionna un coffre magnifique exactement aux mesures d'Osiris.





Lors d'un banquet, il promit de l'offrir à celui qui pouvait s'y allonger entièrement. Aucun des participants ne satisfaisait à cette condition, alors Osiris lui-même se mit également dans le coffre. Aussitôt, les compagnons de Seth fermèrent le couvercle, clouèrent le coffre. "On le porte ensuite au fleuve, et on le fait descendre jusque dans la mer par l'embouchure Tanaïtique (Tanatique), laquelle, à cause de cela, est exécrée encore aujourd'hui des Egyptiens et appelée Maudite". (Plut. 13)

Après de longues et vaines recherches, Isis finit par retrouver le coffre à Byblos. Entre temps, il avait été pris dans la croissance du tronc d'un arbuste de la famille des Ericacées (probablement une bruyère arborescente) que le roi de Byblos avait employé comme pilier pour son palais. Isis ramena le corps en Egypte, mais Seth le découvrit dans un moment de distraction d'Isis, le découpa en quatorze (ou seize) morceaux qu'il sema à travers le pays d'Egypte.




Dans des barques de papyrus, Isis et Nephthys naviguèrent alors dans les marais à la recherche des morceaux du corps qu'elles rassemblèrent petit à petit. Chaque ville revendiquait un morceau d'Osiris: ainsi à Philae, se trouvait une jambe, l'île de Biggeh abritait un tombeau d'Osiris, Busiris possédait la colonne vertébrale (pilier djed), l'épaule gauche se trouvait à Letopolis, et à Abydos se trouvait sa tête. Excepté le phallus qui avait été jeté dans le Nil et avalé par le poisson, oxyrhinque.

Isis fabriqua la première momie puis grâce à la magie elle réussit à lui rendre son souffle en agitant ses ailes de faucon au dessus de lui. Puis elle descendit sur le corps de son époux le temps de concevoir leur fils Horus.
Devant les poursuites incessantes de Seth, Isis se cacha avec l'enfant dans les marécages du Delta où elle l'éleva. Elle exhorta Horus, une fois adulte, à venger son père et à recueillir l'héritage royal.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 10:35








Le nom d’Iâh a étér approché d’une racine signifiant “pêcher” ou “capturer au filet”. Ce seraiti une allusion à un mythe très ancien, mais que l’on connait essentiellement par des sources d’époque greco-romaine : Shou et Thot doivent y prendre au piège l’oeil de la lune, tombé dans l’eau.

En Egypte, Iâh était un nom utilisé aussi bien pour les hommes que pour les femmes; il a été particulièrement apprécié, ainsi que celui de Thot, par les souverains de la XVIIIème dynastie (Ahmosis par exemple, qui vient de Ahmose : “Iâh l’a mis au monde”) parmi les nombreuses divinités en rapport avec la lune, Iâh est la plus “neutre” et incarne simplement l’astre lui-même. Ainsi, il était appelé “le Disque Blanc” ou encore, le “Seigneur du Ciel”. Les textes indiquent qu’il est le compagnon de la Terre. Naturellement, les Anciens avaient observé l’influence de la lune sur le comportement humain et sur le cycle de fécondité et ils ont donc associé la lune à l’inondation cyclique, donnant la vie à l’Egypte. Iah est devenu alors le dieu du renouveau, de la renaissance, du rajeunissement. On rouva Iâh cité dans la formule CX du Livre des Morts.

Assimilations : il a été absorbé par Khonsou, aussi bien pour son aspect agressif (croissant-couteau) que pour son aspect de barque celeste, “le Voyageur”. Cette dernière qualités fait de Iâh-Khonsu le guide des étoiles, lesquelles sont aussi les âmes des défunts. Par conséquent, le dieu devint un psychompe céleste, déjà mentionné dans les Textes des Pyramides.

Les modifications de l’aspec de la lune, qui meurt, renait, se remplit pour dépérir à nouveau dans un cycle sans fin, symbolise l’espoir de mort en une renaissance. Dans cette optique Iâh a été identifié à Osiris. En tant que “Dirigent de la Maison des Dieux dans les Etoiles”, il est intimement lié à Thot.








On ne connait aucun temple ou lieu dédié à Iâh. On ignore presque tout sur le culte de ce dieu, mais on sait que la pleine lune donnait lieu au rite de remplissage qui avait lieu le 15ème jour dans une chapelle à Edfou et à Denderah, à laquelle on accédait par 14 matches. Il semblerait que ce fut au Moyen Empire que le dieu fut le plus populaire, au moment où beaucoup d’immigrés du Levant sont arrivés en Egypte et que les Hyskôs ont régné sur l’ Egypte. Après le Nouvel Empire , son culte fut définitivement abandonné. Quoi qu’il en soit, ce dieu ne fut jamais très populaire en Egypte.





L’aspect changeant de la Lune a toujours intrigué les hommes : il est le point de départ de nombreux mythes. En Egypte, les deux luminaires sont les “Deux Compagnons”, les yeux d’Horus (le soleil à droite, la lune à gauche) sur  lesquelles veille Thot qui remplit le huérit l’oeil gauche, blessé par Seth et redevenu Oudjat. Le nom de Iâh serait une allusion à un mythe très ancien, mais que l’on connait essentiellement par des sources d’époque greco-romaine : Shou et Thot doivent y prendre au piège l’oeil de la lune, tombé dans l’eau. Les deux principales phases de la lune ont été interprétées comme la lutte entre le grand taureau céleste (phase croissante) et le taureau castré, le boeuf (phase décroissante).






Dieu anthropomorphe avec le disque et le croissant lunaires sur la tête. Il peut prendre la forme d’un Ibis ou d’un faucon, ou encore l’aspect d’un homme à tête de faucon ou d’ibis. Comme comptable du temps il peut porter dans ses mains une feuille de palmier ou un Oeil d’Horus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 10:38





Ioussas et Sethi Ier (Abydos)




Iousâas ou Ioussas ou Iusaas, le nom de la déesse a été traduit de plusieurs manières : “elle est (ou elle vient) quand elle est déjà grande”, “[quand] elle vient elle est [déjà] grande”. La signification sexuelle du nom est évidente quand on sait qu’Atoum porte (entre autres) l’épithète “Le Masturbateur” et que Iousâas est évoquée comme “La Main d’Atoum” qui l’inciete à l’acte créateur c’est-à-dire à la maturbation, à l’origine du premier couple divin, Shou et Tefnout. Le titre “Main de Dieu” est porté, au Nouvel Empire, par certaines reines, et plus tard lors de la Troisième Période Intermédiaires, par les Divines Adoratrices, prêtresses et épouses mystiques d’Amon à Thèbes. Nom Grec/Romain : Saosis.


C’est une divinité archaïque que l’on trouve dans les Textes des Pyramides. Elle est née des spéculations théologiques des prêtres héliopolitains. En effet à l’origine, on accordait à Atoum l’exclusivité de la conception du monde. Avec Iousâas, les prêtres héliopolitains ont doté Atoum d’une contrepartie féminine, et ainsi la création du monde s’est avèrée être plus réaliste. Ioussâs matérialise son désir de créer le monde, ainsi que “La Main d’Atoum” qui l’incite à l’acte créateur, c’est-à-dire à la masturbation, à l’origine du premier couple divin, Shou et Tefnout. Nebethetepet est une autre déesse, qui lui est étroitement liée, et qui appparait aussi comme le complèment féminin d’Atoum. Mais selon Meunier Iousâas représente plus le désir du créatuer et Nebethetepet le résultat de l’acte créateur. Son culte près d’Héliopolis fait d’elle non seulement l’élément stimulant du démiurge, Atoum-Râ, et, incidemment, la mère de Shou et Tefnout, mais aussi sa mère. En effet, dans certains textes, on la mentionne comme “la Mère du Soleil” et dans cet aspect de déesse mère, on l’a identifiée avec Nout et Methyer. Quant à Nebet-Hetepet, elle, apparait comme la fille di démiurge. Dans quleques textes Iousâas apparait comme la mère de Nebet-hetepet et dans d’autres, comme une transformation de cette dernière. Enfin, par extension, Iousâas fut également considérée comme l’épouse d’Harakhty.





Elle fut adorée dans une ville près d’Héliopolis, appelée également Iousâas. Fêtées au premier mois de la saison Chesmou (Pakhons) à Edfou, Iousâas était considérée à Dendérah comme une manifestation d’Hathor. Elle est aussi représentée dans les sanctuaires d’Abydos, d’Antinooupolis, de Thèbes et même – à cause de son assimilation à l’oeil solaire – dans certains temples de Nubie (Gerf Hussein, Abou Simbel, Derr Ouadi es-Séboua).





Son aspect est proche de celui d’Hathor : une femme, la tête surmontée des cornes en forme de lyre qui enserrent le disque solaire. Elle peut aussi porter une couronne d’uraei ou un scarabée sur sa tête. Iousâas sous sa forme habituelle tendant au pharaon le signe “ankh” flanqué de deux spectres “ouas” est visible sur le mur Ouest du second hypostyle à Abydos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 10:40




Ipèt (ou Ipy ou Opet) était la déesse mère représentée sous la forme d’une femelle hippopotame.

La plus grande fête de Thèves, “la fête d’Ipèt”, lui était consacrée: le dieu Amon se rendait à Louqsor pour s’unir avec la déesse assimilée à Amaunet (une épouse d’Amon peu représentée à Karnak où sa parèdre est Mout) afin d’assurer l’éternel renouvellement des cycles naturels. Dans ce temple, Ipèt est assimilée à la déesse Nout et de ce fait elle devient celle qui engendra Osiris.







Elle est représentée sous la forme d’une femelle hippopotame.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 11:02









Déesse égyptienne dont le nom signifie “trône”. Fille de Geb et Nout selon la cosmogonie héliopolitaine. Soeur et femme d’Osiris. Mère d’Horus. Elle a été dépeinte dans la forme humaine, couronnée ou bien par un trône ou bien par des cornes de vache incluant un disque de soleil. Un vautrour était aussi parfois incorporé en sa couronne. Elle est parfois dépeinte comme un cerf-volant au-dessus du corps momifié d’Osiris.

Comme personnification du trône, elle était une source importante du pouvoir du pharaon. Son culte était populaire partout dans l’ Egypte, mais les sanctuaires les plus importants étaient à Giza et à Behbeit el-Hagar dans le delta du Nil.

Isis, plus tard, eut un culte important dans le monde Gréco-romain, avec des sanctuaires à Délos et Pompéi. Son épithète latine était Stella Maris, ou “l’étoile de la mer”.

Isis, comme la mère d’Horus, était par l’extension considérée comme la mère et protectrice des pharaons. Le rapport entre Isis et Horus devrait aussi influencer la conception chrétienne du rapport entre Marie et l’enfant en bas âge Jésus Christ. La description de la tenue assise ou l’allaitement l’enfant Horus est peut-être à l’origine de l’iconographie de Marie et Jésus. Pour l’auteur du site, il/elle serait plutôt enclin à penser que c’est une représentation universelle de la maternité.







Isis allaitant






Isis a retrouvé et a rassemblé le corps d'Osiris après son meurtre et démembrement par Seth. Dans ce rapport elle a pris le rôle d'une déesse des morts et de rites d'obsèques. Isis s'est imprégné du cadavre et a par la suite donné naissance à Horus. Elle a enfanté dans le secret à Khemmis dans le delta du Nil et a caché l'enfant dans les marais de papyrus. Horus plus tard a défait Seth et est devenu le premier dirigeant d'une Egypte unie





Pour parvenir à connaître le nom secret de Rê et le forcer à donner ses pouvoirs à son fils Horus, Isis la magicienne s'arrange pour que le dieu veillissant se fasse piquer par un serpent qu'elle avait créé à partir d'un peu de la salive du dieu et de limon et soit condamné à en mourir. Ensuite, elle lui promet la guérison contre la divulgation - à elle seule - de son nom secret. Il finit par céder mais jamais Isis ne révélera le nom secret du Dieu.








Isis


La stèle de Metternich conservée au Metropolitan Museum de New York décrit comment Isis guérit une piqûre venimeuse de scorpion. Un soir, Isis sort de chez elle accompagnée de sept scorpions : Petet, Tjetet, Matet la précèdent, Meseret, Mesetetef marchent à ses côtés tandis que Tefen et Befen ferment la marche. Isis les oblige à une grande discrétion car elle se cache de Seth, meurtrier d'Osiris, afin de pouvoir élever son fils Horus jusqu'à ce qu'il soit en age de venger son père. Une femme fortunée, appartenant à la noblesse referme sa porte au passage de l'étrange cortège mais une jeune paysanne pauvre leur offre l'hospitalité. Les sept scorpions décident de se venger. Tefen s'introduit dans la maison de la noble, après avoir stocké dans son dard le venin des six autres scorpions, et pique son fils pour se venger. La mère cherche en vain du secours dans toute la ville. Cependant, Isis ne peut laisser mourir un enfant innocent. Elle décide de rendre vie au petit; elle nomme chaque scorpion par son nom, afin de les dominer et prononce une formule magique qui neutralise le poison. En voyant son fils sauvé, la femme riche offre toutes ses richesses à Isis et à la jeune paysanne.





Désormais, cette formule est applicable pour soigner toute personne piquée par un scorpion, à condition que les mots soient récités conjointement avec l'administration d'un onguent fait de pain d'orge, d'ail et de sel.







Isis représentée sur une stèle funéraire



Lors du procès de Seth contre Horus, Rê décida que le conseil se réunirait sur "l'île du milieu" et afin d'éviter la présence d'Isis qui faisait changer d'avis les juges, Anti, le nautonier divin, reçut l'ordre de ne pas la faire passer sur son bateau. La déesse se déguisa alors en vieille femme et acheta Anti avec une bague d'or. Une fois sur l'île, elle se transforma en belle et jeune femme pour séduire Seth. Elle lui raconta qu'elle était la veuve d'un berger, et qu'un étranger avait volé les troupeaux à son fils unique.
Elle lui demanda de l'aider et Seth déclara qu'il était injuste qu'un fils soit dépouillé de son héritage et l'Ennéade confirma ses dires. Isis se transforma en oiselle et s'envola dans un arbre, disant à Seth qu'il s'était condamné lui-même.

Horus accepta le défi de Seth qui consistait à se transformer en hippopotame et à rester 3 mois sous l'eau. Isis, craignant que son fils perde la partie, fabriqua un harpon de cuivre qu'elle jeta dans l'eau. Elle toucha d'abord Horus par accident puis harponna Seth qui demanda grâce. Isis eut pitié de lui et le relâcha. Horus fut tellement irrité qu'il sortit de l'eau, coupa la tête de sa mère et s'enfuit en l'emportant dans les dunes du désert. Isis se transforma en statue de pierre et retourna auprès de l'assemblée des dieux où Thot la reconnut.












_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 11:05








khépri représentait le soleil levant. Ce dieu-créateur, selon première cosmologie d’Héliopolis fut assimilé à Atoum et Rê.



Khépri



La racine égyptienne kheper signifie plusieurs choses, selon le contexte, le plus souvent le verbe “pour créer” ou “pour transformer” et aussi le mot pour “scarab” le scarabée.
La boule d’excréments était considérée comme le symbole du soleil que le scarabée poussait devant lui

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 11:10








Dieu à la tête de bélier qui régnait sur la région de la première cataracte d’où surgissaient les eaux de l’inondation.







Il fit apparaitre les premiers êtres vivant sur son tour de potier.

Knoum, Gardien des sources du Nil, ce dieu de la première cataracte, adoré dans la haute vallée du Nil, est associé à l’eau nourricière dont il commande la crue. C’est une divinité très ancienne dont le culte, initialement local, finit par se confondre avec celui de Rê. Sur les murs du temple d’Esna, un texte gravé au 1er siècle après J.-C. raconte qu’il serait le véritable père des hommes, la source de toute vie, façonnant Pharaon et les humains sur son tour de potier. Aidé de Ptah, dieu momiforme de la ville de Memphis, patron de la royauté et régent des fêtes jubilaires, il obéit aux ordres de Thot, dieu lunaire à tête d’Ibis, patron des scribes et archivistes des dieux. Ce potier sacré utilise le limon fertile du Nil pour modeler les corps et leur insuffle ensuite le ka, l’âme. Son instrument emblématique, la tour de potier, est doté d’un mouvement de rotation évoquant à la fois les grands cycles de l’année (crues du Nil, passage des saisons…) et de l’existence humaine : naissance, vie, mort, renaissance… c’est le mouvement originel de ce tour qui crée la vie. Le nom même de Khnoum vient de khnem, signifiant “construire”, le Créateur, celui qui bâtit l’univers matériel et assure sa permanence et sa reproduction.


Khnoum


Ce dieu bénéfique à tête de bélier s’avère l’un des meilleurs amis des hommes dans la mythologie égyptienne, même si on peut toujours craindre ses caprices. Le symbole du bélier le définit comme une source de vie, communiquant son inépuisable énergie aux êtres et aux choses, animant l’humanité et l’ensemble du vivant en insufflant aux femmes l’énergie créatrice. Chaque naissance ou récolte témoigne de sa prodigieuse virilité. Dans les représentations originales de la théogamie (le mariage des dieux), il participe à la naissance du futur pharaon, engendré par un dieu qui a pris la place du roi. C’est l’Egypte, elle-même qu’il aide ainsi symboliquement à se perpétuer et à se régénérer rituellement.

Source de toute vie, Khnoum est à la fois associé au Soleil qui fait lever les récoltes et à l’eau du Nil qui les fertilise. Ses nombreux noms attestent le caractère multiple de ses attributions : "démiurge", "gouverneur des deux terres", "porteur de lumière", "gouverneur de la maison de vie", "seigneur des terres de la vie", "maison de la vie", c’est-à-dire aussi bien le corps féminin que la caverne secrète, tout en haut de la vallée du Nil, d’où jaillit périodiquement l’inondation bienfaisante.





Dieu de la Cataracte, Khnoum est adoré comme le gardien des sources du Nil, qui libère les eaux du fleuve. Son lieu d’élection est la caverne de Hâpy, à Eléphantine : c’est d’elle, selon la légende, que surgit la crue, quand Khnoum accepte de la laisser partir. Les représentations du dieu portant une croix ankh à la main et une jarre sur la tête prouvent que c’est de lui, et de lui seul, que dépend l’inondation dont il est le maître et le grand dispensateur. Khnoum joue ainsi un rôle majeur dans l’imaginaire de l’Egypte antique, tout entier centré sur le cycle régénérateur de la crue. Lui rendre un culte est fondamental : la crue arrive certes tous les ans, mais peut être plus ou moins bénéfique, plus ou moins tardive. Son retard, dans une économie sans cesse menacée de pénurie, est synonyme d’épuisement des réserves et de début de famine. Les prêtres de Khnoum, chargés du bonheur de l’Egypte entière, ont pour devoir de satisfaire un dieu dont la colère ou le mécontentement peut provoquer la famine, la ruine, voire la mort de tout un peuple. C’est pour cela que le culte du dieu de vie a perduré jusqu’aux premiers temps du christianisme.

On trouve son nom dans les écrits de certaines sectes semi-chrétiennes des premiers temps de l’Eglise, certains prétendent même que la figure grecque du diable lui aurait emprunté quelques traits symboliques, notamment ses cornes torsadées.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:08











Khounsou ou Chonsou personnifiait la lune dans la mythologie égyptienne.
Quand Amon devint la principale divinité de Thèbes, Khonsou fut considéré comme le fils qu’ilaurait eu avec Mout.

Il est représenté comme un enfant momiforme reconnaisable à la mèche de cheveux (ou comme un homme à tête d’épervier) surmonté du disque lunaire.


Khounsou


Il possédait le redoutable pouvoir de déclencher les maladies mais aussi d’éloigner les mauvais génies qui en étaient responsables.   Les grecs l’assimilèrent à Héraclès.







Cette histoire est gravée sur une stèle conservée au Louvre et cessée se dérouler sous le règne de Ramsès II. Mais d'après l'étude du texte. il s'agirait sans doute d'un "faux historique" qui aurait été écrit soit au temps de la première domination perse, soit à l'époque ptolémaïque.

Pharaon était marié à la fille aînée du roi de Bakhtan (contrée inconnue peut être située en Syrie), dont la fille cadette, Bentrech, tomba un jour gravement malade. Son père dépêcha à son chevet les plus grands médecins de Bakhtan ainsi que des régions avoisinantes. Aucun d'entre eux ne réussit à arrêter le terrible sort qui pesait sur la jeune fille. En désespoir de cause, le souverain se décida à demander de l'aide à son beau-fils qui lui envoya un magicien. Celui-ci diagnostiqua un cas de possession; il se fit alors envoyer une statue de "Khonsou-qui-gouverne-Thèbes", le grand dieu qui chasse les démons errants.

Après un long voyage, la statue arriva enfin à Bakhtan où le roi la plaça au chevet de sa fille. Immédiatement le mauvais l'esprit mauvais reconnut la suprématie de Khonsou en l'accueillant par ces mots " soit le bienvenu en paix, grand dieu qui écarte les esprits malins. Bakhtan est ta ville, ses habitants et moi-même sommes tes serviteurs". Après quelques offrandes faites pour le remercier de son départ prochain il quitta le corps de la princesse et le roi se réjouit grandement en compagnie de tous les habitants de Bakhtan, heureux de voir leur princesse sauvée.

Devant la redoutable efficacité de la statue, le roi préféra la conserver auprès de lui et ne la renvoya pas en Egypte. Cependant une nuit alors qu'il dormait il vit Khonsou venir à lui sous la forme d'un faucon d'or qui s'éleva ensuite dans le ciel en direction de l'Egypte.
Le roi de Bakhtan s'éveilla et pris d'une certaine anxiété il fit mander le prêtre de Khonsou qui lui expliqua que la statue qu'il gardait depuis plus de trois ans et neuf mois devait revenir sur sa terre d'Egypte.

Alors le roi renvoya la statue dans son pays natal après l'avoir comblée de présents.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:12









déesses de la Vérité, de l’Ordre et de la Justice, Maât est plutôt la représentation de l’ordre cosmique tel que le démiurge l’a instauré, de l’ordre politique du roi ou de l’ordre social de la société, c’est pour cela qu’elle était rarement vénérée comme une divinité au sens propre.



Maat dans la tombe de Sheti Ier
(dans la vallée des Rois)



Elle est figurée par une déesse portant une plume d’autruche sur la tête ou simplement par cette plume stylisée. Elle apparait au moment de la création.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:15




Mandoulis est la forme grecque du nom de Merour, divinité originaire de Nubie apparue tardivement dans le panthéon égyptien et vénérée plus particulièrement dans les sanctuaires de Philae et Kalbsha, où se trouve son temple.








Mandoulis entre Hathor et Sekhmet



Représenté sous les traits d’un jeune homme coiffé d’une prerruque roude composite où l’on retrouve les attributs de Rê et d’Osiris (cornes torsadées horizontales, geres végétales liées, plumes, uraeii et disques solaires), Mandoulis est une divinité solaire mais aussi “osirienne”. Aux époques ptolémaïque et romaine qui ont développé cet espaect particulier du dieu, Merour est intégré à la triade Osiris-Isis-Horus dans laquelle il remplace Osiris.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:16









Méresger était la déesse qui veillait sur les tombes de la nécropole thébaine et sur les ouvriers de Deir el-Médineh, près de Thèbes. Son nom signifie “celle qui aime le silence”.

Elle est souvent représentée sous la forme d’un serpent lové à tête de femme ou plus simplement un serpent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:22









dieu de fertilité, Min est l’une des divinités les plus anciennes d’Egypte. Il est cité dans la pierre de Palerme et il était sans doute déjà adoré par les tributs nomades du désert oriental.





DESCRIPTION




Il est représenté sous une forme humaine ithyphallique vêtue d’une sorte de maillot (linceul ?) blanc ajusté ; les chairs sont colorées en noir, symbole de la fertilité. Il tient généralement un fléau dans sa main droite levée l’autre est dirigée vers son sexe. Il porte une couronne surmontée par deux grandes plumes et terminée par un long ruban rouge qui allait jusqu’au sol. Il portait la barbe postiche dont on voit le lien d’attache sur l’image ci-dessous.











Min était le dieu de la Sexualité, de la Fertilité et de la Procréation aussi bien animale, humaine que végétale. Min était aussi adoré comme le dieu protecteur des pistes vers le désert oriental (ce qui rappelle sans doute ses origines) et des voyagerus qui les empruntaient.









Min et Thoutmosis III



Ses sanctuaires les plus important étaient à Coptos (Sift) et à Akhmim (Panapolis). On lui offrait une sorte de laitue, sans doute montée, qui pouvait ressembler à àun pénis et la première gerbe de blé. Un taureau blanc lui était consacré.

La plus importante des fêtes où Min était honoré, était celle qui se déroulait au mois de pachons de la saison chemou. Mentionnée dans les listes de fêtes dès l’Ancien Empire, elle regroupait à la fois des rites agraires et des cérémonies de confirmation du pouvoir royal. La statue du dieu était sortie et visible de tous (ce qui n’était pas le cas en général pour les autres divinités). La procession se mettait en route précédée par un taureau blanc coiffé de deux plumes et du disque solaire. Après avoir tiré quatre flèches et lâcher quatre oiseaux dans les quatre directions, Pharaon coupait la première gerbe avec sa serpe rituelle incrustée d’or et elle était offerte au dieu avec une libation. La scène est représentée sur les parois du Château des Millions d’années de Thèbes et au Ramesseum.

En plus de son rôle dans des rites des moissons, il était particulièrement honoré pendant le Nouvel Empire dans les rites de couronnement des pharaons pour assurer leur énergie sexuelle et la naissance d’un héritier male.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:24








Mout est une des plus anciennes divinités du panthéon égyptien.
L'épopée des dieux de l'Egypte comporte pourtant avec la très populaire déesse Isis, une mère rédemptrice. Au-dela de cette femme tout à la fois sœur et épouse, se profile l'autre mère: Mout, celle qui s'est retiré du champ mythique et historique emportant avec elle les mots indicibles et les violences fondamentales.







Pour cette mère refoulée par la généalogie capricieuse des dieux, des héros et des hommes, la vie et le mort sont corrélative. L'eau du Nil, comme le sable brûlant du désert nubien sont des parties et symboles de ce corps maternel. Face à cette déesse redoutable, l'homme nait au jour avec le sentiment que le fait vivre se paie d'une culpabilité fondé sur l'équivalence entre la vie de l'homme et la mort de divin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:27









néfertoum est représenté par un homme dont la tête est surmontée d’un nénuphar d’où est sorti le soleil lors de la création.





On le vénère à Memphis où il forme la triade avec Ptah et Sekhmet.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:29







Néhebkaou



Serpent bienfaisant au rôle nourricier, dont le nom signifie “celui qui approvisionne les ka”, Néhebkaou gardait l’entrée du monde souterrain. Il protégeait pharaon dans l’Au-delà et accompagnait le soleil Rê durant son voyage nocturne. Il est aussi une aide précieuse pour  les défunts.

Dans les Textes des Pyramides, il apparait comme le fils de Geb et de la déesse scorpion Selgit. Il est d’ailleurs invoqué contre les morsures des serpents et les piqûres de scorpions.
Une autre tradition il serait le fils de la déesse des moissons Renenoutet
Une fête avait lieu en son honneur le premier jour de la saison de la germination.









_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:35




Pour les Egyptiens il existe deux façons de concevoir le temps, pas toujours très aisé à expliquer.







Neheh et Djet




Ils ont différencié Neheh et Djet, qui couvrent ensemble l’éternité dans tous ses aspects. Le premier désigne une notion d’éternité dynamique et se réfère à une notion de cycle éternel des périodes et de répétition.

Le second désigne une notion d’éternité plutôt statique et se réfère principalement à tout ce qui continue d’exister à l’infini dans son expansion spatiale. Rê pouvait être désigné comme Neheh-Eternité et Osiris comme Djet-Eternité.

En outre Neheh a été assigné à l’ouest (le côté droit), à l’horison et au lendemain, Djet à l’est, à l’au-delà et au jour d’hier. Enfin Neheh est masculin et Djet est féminin. Le degré d’abstraction élevé de ces deux notions en complique la compréhension.

Djet désigne aussi le corps d’un individu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:40








Déesse originaire de la ville de Saïs dans le delta du Nil, Neith (ou Nit, Net ou Niet) est représentée par une femme coiffée de la couronne rouge ou d’un bouclier et tenant à la main un arc et des flèches.


Selgit et Neith (cuve funéraire de Khonsou, © Musée égyptien du Caire)




C’est la déesse de la guerre et de la chasse. Son rôle est de repousser les mauvais esprits et de protéger le sommeil. Avec les trois autres déesses Isis, Nephthys et Selgit, Neith veille aussi et les vases canopes, plus particulièrement sur celui gardé par Douamoutef qui contient l’estomac du défunt.


Neith



Déesse créatrice du monde, maitresse du tissage, des arts domestiques et de la femme, protectrice du sommeil, des sarcophages et des vases canopes. Coiffée de la couronne rouge de la Basse-Egypte, c’est la déesse de l’inondation. Maitresse de la destinée du Nil, elle se promène sur ses rives sans craindre les crocodiles qui s’y prélassent.

Surgie de Noun, l’océan primordial, elle est née de sa propre volonté. Asexuée, sans partenaire masculin, elle renferme, en elle, tous les principes mâles et femelles constituant chaque élément de la nature. Démiurge érudite connaissant le sens et le pouvoir des mots, elle aurait créé le monde à l’aide de sept paroles ou de sept flèches. Cette érudtion en fait une conseillère très appréciée des dieux. D’autres récits plus tardifs la montrent tissant l’Univers sur la navette des tisserands, petite pièce de bois contenant la bobine de trame. Métamorphosée en Meh Ourt, la vache sacrée, elle conçoit le ciel d’où surgit la lumière. Transformée ensuite en poisson latès (perche du Nil), son animal sacré, symbole de la réssurection, elle fait émerger des eaux chaotiques la première butte de terre, créant ainsi le sol.


Neith tombe de Séthi I



Sans répit, architecte de l’Univers, elle tisse le monde comme une toile. De sa propre chair, elle tire de la matière, la ose dans une coquille d’oeur qui, ense brisant, donne naissance à un Rê auréolé de splendeur et de puissance. De la salive du Dieu-Soleil naissent les dieux; de ses larmes, les hommes. Mère du Soleil et ancêtre du panthéon égyptien, Neît est souvent confondue avec Noût, déesse du Ciel. Un jour, de ses lèvres tombe involontairement un crachat qui se mue en un serpent colossal. Le terrible Apopis fera payer aux dieux, surtout à Rê, “le fils préféré”, et à l’humanité toute entière de n’avoir pas été désiré. Mais de tous ces enfants, c’est Sobek, le dieu crocodile de la fécondité, patron des marais et protecteur de la Moyenne-Egypte, dont elle est le plus fière. Les hommes étant nés nus des larmes de son fils le Soleil, Neît va leur enseigner l’art du tissage afin qu’ils puissent se vêtir. Divinité funéraire, elle tisse les bandelettes enveloppant les morts et confère aux défunts des pouvoirs magiques assurant leur bien-être dans l’Au-delà. Déesse protectrice, elel veille sur les vases canopes avec la même déterminationo qu’elle défend l’Egypte de ses ennemis, coiffée de la couronne rouge de la Basse-Egytpe et armée de ses flèches. Elle porte parfois la navette des tisserands, qui est àla fois son emblème et le hiéroglyphe qui la désigne. Protectrice de la royauté et du sommeil, elle est aussi déesse du Soleil et ancêtre du panthéon égyptien, Neît est souvent confondue avec Noût, déesse du ciel. Un jour, de ses lèvres tombe involontairement un crachat qui se mue en un serpent colossal. Le terrible Apopis fera payer aux dieux, surtout à Rê, “le fils préféré”, et à l’humanité toute entière de n’avoir pas été désiré. Mais de tous ces enfants, c’est Sobek, le dieu crocodile de la fécondité, patron des marais et protecteur de la Moyenne-Egypte, dont elle est le plus fière. Les hommes étant nés nus des larmes de son fils le Soleil, Neît va leur enseigner l’art du tissage afin qu’ils puissent se vêtir. Divinité funéraire, elle tisse les bandelettes enveloppant les morts et confère aux défunts des pouvoirs magiques assurant leur bien-être dans l’Au-delà. Déesse protectrice, elle veille sur les vases canopes avec la même détermination qu’elle défend l’Egypte de ses ennemis, coiffée de la couronne rouge de la Basse-Egypte et armée de ses flèche. Elle porte parfois la navette des tisserands, qui est à la fois son emblème et le hiéroglype qui la désigne. Protectrice de la royauté et du sommeil, elle est aussi déesse de la chasse et de la guerre.









_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:45




La déesse vautour, Nekhbet, est originaire de la ville de Nékheb (actuellement El-Kab), capitale de la troisième nome de la Haute-Egypte, et située à 85 km au sud de Louxor. D’ailleurs Nekhbet signifie “celle de Nekheb”.

A El’Kab, elle était considérée comme une divinité primordiale qui avait créé le monde par sept paroles ou sept flèches. Elle devint rapidement la patronne de la royauté de la Haute Egypte tout entière.
La déesse était personnifiée par un vautour blanc femelle (c’est pourquoi on l’appellait aussi “la Blanche”). Son oiseau emblème était parfois perché sur la plante héraldique.




Nekhbet


Patronne de la monarchie du Sud, Nekhbet étend des ailes protectrices au-desus du pharaon dans les scènes rituelles. Elle apparait également, notamment dans les cérémonies de légitimation du pouvoir royal, sous l’aspect d’une jeune femme coiffée de la couronne blanche.



Nekhbet sur l’architrave du temple de Ramses III à Medinet Abou




Dans le rôle de protection du pharaon, elle est associéee à la déesse cobra Ouadjet, symbole de la Basse-Egypte.

Ces deux protectrices du pharaon figurent sur la couronne royale et montrent le pouvoiir du pharaon sur les deux Terres. Elles sont aussi appelées “les deux maitresses” introduisant le terme de Nebty dans le deuxième nom de la titulature du pharaon. Dans son temple, elle était également vénérée, sous la forme de Sheshemtèt, un aspect dela Déesse Dangereuse.

Vers la douzième dynastie, elle fut assimile à Mout peut être à cause de l’homophonie qui existe entre Mout et le mot vautour.



Nekhbet








Lorsqu’elle est représentée sur les parois des temples ou des tombeaux, Nekhbet apparaiti sous les traits d’une femme portant la dépouille d’un vautour surmontée de la couronne blanche de Haute-Egypte, ou sous la forme d’un vautour étendant ses ailes protectrices. Elle apparait aussi sur le diadème royal.



Ouadjyt et Nekhbet (à droite) protègent le pharaon Ptolémmée IX
(temple d’Edfou).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:51




 



Nephthys dont le nom signifie la “Maitresse de la Maison” est la déesse égyptienne des morts qui veillait sur les sarcophages. Avec Isis, elle était une des gardiennes du corps d’Osiris. Elle figure avec sa soeur auprès de la dépouille divine, la pleurant et veillant sur elle, parfois sous la forme d’un milan. Il ne faut cependant pas la considérer comme un pâle doublet d’Isis.






fille de Geb et Nout, elle est la soeur d’Isis, Osiris et Seth. Selon une tradition, elle était aussi la mère d’Anubis par Osiris. Anubis est parfois considéré comme le fils adultérinn que lui aurait donné Osiris. Elle est l’épouse de Seth.






Son sanctuaire principal se trouvait à Héliopolis. Elle peut également être assimilée à Ânoukis dans sa forme de Khersekèt. Avec cette dernière, elle possédait un temple à Komîr.










Au cours de la lutte qui opposa les deux frères, elle fut l’alliée du dieu Osiris et aida Isis à reconstituer son cadavre quand il fut découpé en morceaux par Seth.




Elle est représetnée sous la forme d’une femme portant une couronne dans la forme du hiéroglyphe pour maison.









_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:55





Nout au-dessus de Geb



Divinité féminine figurée soit nue, couverte d’étoiles, soit vêtue d’une tunique étoilée. A Héliopolis, Nout, est considérée comme la fille de Shou et Tefnout, elle est l’épouse de GEb, le dieu terre. La déesse du Ciel qui arque son corps au-dessus de Geb.

Elle personnifie la voûte céleste, et les bas-reliefs la figurent souvent sous l’aspect d’une femme dont les pieds touchent à l’horizon oriental, tandis que son corps se courbe au-dessus de la terre et que ses bras pendent aux frontières du couchant, parfois elle est apparue dans le corps d’une vache dont le corps frole le ciel.
Devenue mère du soleil Rê, elle avale chaque soit le soleil couchant et le met à nouveau au monde chaque matin. A Héliopolis, en revanche, elle est la mère d’Osiris, d’Isis, de Nephthys et de Seth.






Plutarque raconte comment Nout, que son père avait par colère interdit d'accoucher pendant un an, gagna au jeu de dés, cinq jours à son partenaire Thot, le dieu du temps, et qu'elle mit à profit ces cinq jours supplémentaires pour mettre clandestinement au monde cinq enfants.
Nout était aussi une déesse des morts et on a dit que le pharaon est entré dans son corps après la mort, dont il serait plus tard ressuscité. Son sanctuaire principal était à Héliopolis.









_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 12:57










Dieu de la Haute Egypte, Onouris était adoré à Thinis (ou This) proche d’Abydos. Son nom signifie “celui qui a ramené la lointaine”. On le trouve aussi sous le nom d’Anhour ou Anhuret. Il est associé à la légende complexe de la Déesse Lointaine : Onouris est identifé à Chou, le dieu qui ramena sa soeur Tefnout en sa partie. La déesse Méhit associée à Onouris en tant qu’épouse est une autre incarnation de la Lointaine.

Dieu guerrier qui anéantit les ennemis du soleil, chasseur divin et dieu du ciel, il a les traits d'un homme barbu coiffé d'une perruque portant un uraeus sur le front et quatre hautes plumes sur la tête. Il symbolisait la force cosmique du soleil. Il tenait à la main un cordelette avec laquelle il amenait le soleil. On le représente souvent tenant une lance avec une ou deux mains. Dès l'époque Thinite, Onouris fut le dieu funéraire d'Abydos et la divinité locale la plus importante ; il avait le titre de Khentamentiou, "celui qui préside aux occidentaux", et fut par la suite remplacé par Osiris.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Sam 21 Oct - 13:00











Son culte, originaire d’Abydos, où l’on disait que son tombeau légendaire avait été placé, se répand sur toute l’Egypte au cours de l’Ancien Empire. La figure du dieu s’enrichit au fur et à mesure de son extension géographique.

Osiris assimile les attributs des dieux qu’il remplace et ses conceptions funéraires éclipsent progressivement tous les autres comme par exemple à Abydos où il remplace le dieu des nécropoles Khentamentiou à la fin de l’Ancien Empire.

De tout temps dans l’histoire égyptienne, des prières et des supplications ont été adressées à Osiris dans l’espoir de garantir sa bénédiction et d’entrer ainsi dans l’Au-delà où il régnait.

Sa popularité s'accrut considérablement au cours du temps. A partir de la XVIII ième Dynastie il était probablement le dieu le plus largement adoré en Egypte. Sa popularité demeura jusqu'aux dernières heures de l'histoire égyptienne; et même des empereurs Romains, conquérants de l'Egypte, parés du costume traditionnel des Pharaons, lui firent encore des offrandes dans ses temples.


Les fêtes religieuses en l'honneur d'Osiris étaient très populaires. Elles se tenaient en Abydos chaque année au cours du quatrième mois de la saison de l'inondation au moment où l'on s'apprête à mettre les semences en terre. Une procession en barque était organisée et Osiris massacrait ses adversaires.
Une autre tradition très populaire était "l'Osiris végétant". Elle consistait à semer sur une porterie à l'effigie d'Osiris des graines d'orge. On reproduisait ainsi le cycle de la végétation.

Adoré dans toute l'Egypte, en compagnie d'Isis, sa femme, et d'Horus, son fils posthume, qui forment avec lui la triade osirienne, il était particulièrement vénéré à Abydos, où les prêtres montraient aux innombrables pèlerins son tombeau. Bienheureux les favorisés qui pouvaient se faire enterrer à l'ombre du sanctuaire auguste ou, à tout le moins, faire ériger là une stèle à leur nom pour s'assurer dans l'autre vie la bienveillance de l'« Etre bon ».










Osiris, Isis et Nephthys




A l’annonce de sa naissance, Rê se réjouit, malgréla malédiction dont il avait chargé Nout, et, ayant fait venir auprès de lui son arrière-petit-fils, il le reconnut comme héritier de son trône.

Osiris était beau de visage, avec le teint foncé, et sa taille dépassait celle de tous les hommes. Quand son père Geb se fut retiré au ciel, il lui succéda en qualité de roi d’Egypte, et s’associa comme reine Isis, sa soeur. Le premier soin du nouveau souverain fut d’abolir l’anthropophagie et d’enseigner à ses sujets, encore à demi sauvages, l’art de fabriquer les instruments de labour pour cultiver la terre et lui faire produire le blé et les raisinns destinés à la nourriture des hommes sous forme de pain, de vin et de bière. Le culte des dieux n’existait pas : Osiris l’institua, bâtit les premiers temples, sculpta les premières images divines, régla l’ordre des cérémonies et inventa même les deux espèces de flûtes qui devaient servir à soutenir le chant dans les fêtes.

Après cela, il construisit des villes et donna à son peuple de justes lois, méritant ainsi le nom d’Ounophris, “l’Etre bon”, sous lequel il est connu comme quatrième pharaon divin.
Non content d’avoir civilisé l’Egypte, il voulut répandre ses bienfaits sur le monde entier. Ayant donc remis la régence à Isis, il partit à la conquête de l’Asie, accompagné de Thot, son grand vizir, et de ses grands officiers, Anubis et Oupouaout. Ennemi de toute violence, c’est par la douceur seule qu’il assujettit pays après pays, dont il amollissait et désarmait les habitants par des chants et des concerts d’instrument variés. Il ne prit le chemin du retour que lorsqu’il eut parcouru la terre enitère et répandu partout la civilisation.

Revenu en Egypte, Osiris retrouva en parfait état son royaume, qu'Isis avait sagement gouverné en son absence ; mais il ne devait pas tarder à être la victime d'un complot organisé par son frère Seth, jaloux de son pouvoir.

Car Osiris est très connu pour sa légende.

Lors de la saison Akhet, le 17 du mois Athyr, en la vingt-huitième année de son règne, l’«Etre bon» tomba sous les coups des conjurés mais sa fidèle épouse Isis et Nephthys retrouvèrent son corps et le ramenèrent en Egypte. Grâce à ses sortilèges, Isis, aidée de Thot, d’Anubis et d’Horus, parvint à rappeler à la vie le cadavre de son mari, qui fut justifié des accusations de Seth devant le tribunal des dieux présidé par Geb.

Ressuscigé et désormais à l’abri de la mort, Osiris aurait pu remonter sur son trône et continuer à régner sur les vivants, mais il préféra quitter la terre pour se retirer dans l’Au-delà pour accueillir favorablement les âmes des justes et règner sur les morts.








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 8:54








Oupouaout ou Ophoïs pour les Grecs, dont le nom signifie “celui qui ouvre les chemins”, était le dieu local d’Assiout qui dégageait les routes et chassait les éléments hostiles qui pouvaient s’opposer à la marche des armées ou du cortège.

C’est pourquoi, on le voit sur les palettes préhistoriques du haut de son enseigne, guider en terre ennemies les guerriers de la tribu, de même que, lors de la “procession principale d’Oupouaout”, porté sur son pavois, il ouvre la marche du cortège des fêtes d’Osiris. Sa double effigie (une pour Haute et pour la Basse Egypte) précédait les processions en l’honneur de Pharaon. Parfois également, on le montre guidant la barque du Soleil pendant son voyage nocturne et , au besoin, la tirant à la cordelle le long du ciel du midi et du nord.



Oupouaout



Oupouaout était également une divinité funéraire protectrice du défunt. Au cours du Moyen Empire, il devint un dieux local d’Abydos étroitement lié au culte d’Osiris et il fut assimilé à Anubis. Ancien dieu guerrier, il fut adoré aussi comme dieux des morts, et notamment à Abydos, où, avant qu’Osiris ne le dépossédât, il était adoré comme souverain de la nécropole sous le nom de Khent-Amenti, “celui qui préside à l’Occident”.




Dieu féodal de Assiout, la Lycopolis des Grecs, Oupouaout n'entra que tardivement dans la légende osirienne, comme allié d'Osiris, dont, avec Anubis, il fut l'un des principaux officiers lors de sa conquête du monde, ce qui, à très basse époque, les fit parfois représenter tous les deux sous des habits de soldats.

En général on trouve des enseignes où il est représenté sous la forme d'un grand chien noir ou de chacal debout, entouré de deux Uraeus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 8:57





Ptah et le pilier Djed, tombe de Nefertari


Dieu créateur représenté dans une sorte de gaine moulante, rasé ou portant une calotte ajustée était adoré à Memphis.


Il est considéré comme le démiurge qui a pensé le monde dans son coeur et puis l’a réalisé par le verbe. Il joue également un rôle dans la préservation de l’univers et la permanence de la fonctioin royale.

C’est le patrond des artisans

Il se manifeste par le taureau Apis.

Il forme une triade de Memphis avec Sekhmet et Nefertoum.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:00




Qadesh



A l’origine sans doute une déité syrienne (peut-être Astarté?), Koudchou ou Qadesh ou Qetesh était la déesse de l’Amour et la Beauté.

Elle était représentée comme une jeune femme nue, debot ou perchée sur un lion, tenant des fleurs, un miroir, ou des serpents à la main. Elle était considérée comme une des formes d’Hathor.
Elle était l’éouse de Min, le dieu de la virilité. Selon Wilkinson, elle était la déesse de la “sainte extase” et du “plaisir sexuel”.

On la montre généralement de face (ce qui est rare dans l’iconograhie égyptienne).








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:03






Râ ou Rê



Rê ou Râ est le dieu-soleil d’Héliopolis, à tête de faucon, créateur suprême. On le combine aussi à d’autres dieux pour augmenter le prestige du dernier, comme dans Rê Atoum, Amon-Rê, ou dans la formule “Râ dans Osiris, Osiris dans Râ”. (cf. Amon-Rê, qu’on représente parfois par un bélier).

Selon la légende, on dit que Râ s’est créé lui-même dans une fleur de lotus dite primordiale. Ensuite il a créé Shou et Tefnout.

On a dit qu'il traversait le ciel chaque jour dans la barque solaire et le passage par le Milieu chaque nuit sur autre barque solaire pour réapparaître à l'Est chaque matin.







Son centre de culte principale se trouvait à Iounou (Héliopolis, “ville du soleil”), qui se trouve près de la ville moderne du Caire, mais son importance fut si grande que son culte se répandit dans tout le pays. Il possède aussi des temples à Abou-Gourad Aboussir et Abou-Simbel.
Râ était aussi considéré comme un dieu de l’Au-delà, étroitement associé à cet égard à Osiris. Dans cette capacité il a été dépeint comme une tête de bélier.

Le premier jour de l’année lui est consacré de même que le sixième et le septième jour de chaque mois.








Il était d'habitude dépeint dans la forme humaine avec une tête de faucon, couronnée avec le disque de soleil encerclé par l'uraeus (une représentation stylisée du cobra sacré). Le soleil lui-même était considéré pour être ou bien son corps ou bien son œil.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:07










Rénénoutet (serpent nourricier) aussi transcrit en Renenoutet, Renoutet et Renenout ou en grec  Ermouthis ou Thermoutis, était la déesse cobra qui protège les moissons et les greniers. Mais elle était aussi la déesse des vignerons et des celliers.

Elle devint la patronne des tisserands.

Elle a pour fils Néper ou Nepri, “le grain”. Sa fête se déroulait au cours du 9ème mois.


Rénénoutet allaite son fils, Népri, dans sa chapelle encadrée de colonnes hathoriques
Dans le cadre rectangulaire est inscrit Rénénoutet, maitresse des greniers.









_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:11







Satis ou Satet est la déesse des îles de la première cataracte du Nil qui se situe à Assouan.
Elle est l'épouse du dieu-bélier Khnoum et est associée à la déesse nubienne Anoukis.


Satis était aussi la gardienne de la frontière avec la Nubie toute proche. Elle faisait monter les eaux du Nil que Khnoum avait libérées.
Dans le texte des pyramides c’est elle qui purifie Pharaon qui s’identifie à elle en prenant possession de l’Egypte.

Son sanctuaire principal se trouve sur l’île Eléphantine depuis les époques les plus reculées.

Satis est représentée comme une femme portant la couronne blanche de Haute Egypte ornée de deux cornes d’antilopes ou de gazelle, signes de Nubie.

Déesse de la première cataracte du Nil, protectrice de la
Frontière du Sud et dispensatrice de la crue, son influence s’exerce sur l’Egypte entière. Coiffée de la couronne blanche du Haut Pays ornée de deux cornes d’antilope, elle connait les gestes qui déclenchent la crue et repoussent l’ennemi hors des frontières.

Combattante inlassable, fière, puissante et ingénieuse, tout à tour femme séduitsante parée de bijoux ou créature hybride à tête d’antilope, la “Reine” ou la “dame d’Eléphantine”, dont le nom signifie “plus rapide qu’une flèche”, tient l’Egypte entre ses mains. Protectrice, à  l’origine, des frontières du Sud contre les invasions ennemies, elle tient dans son poing serré un arc et des traits.
Montant la garde à la frontière de la Nubie à l’extrême sud de l’Egypte, elle repousse l’ennemi hors du territoire et tue celui qui a l’audace de s’y aventurer. Son nom est donné au premier nome (province) de la Haute-Egypte : Ta Setet, “terre de Satis” ou “pays de l’Arc”, dont la capitale Abou est l’actuelle Eléphantine. Sa réputation et sa puissance ne cessant de s’accroitre, son rôle d’ange gardien s’étend à tout le royaume jusqu’à la personne de Pharaon. Certaines fresques la représentent debout derrière le souverain, une main protectrice posée sur son épaule.

Quand la déesse troque son arc contre quatre cruches d’eau, c’est que, selon le calendrier antique, une nouvelle année vient de commencer. Satis déclenche, chaque année, la crue du Nil à une date bien précise, qui correspond au lever héliaque de l’astre Sothis, l’actuel Sirius. Ce jour est celui où l’astre redevient visible à l’Orient après plusieurs mois d’éclipse. Annonçant la crue bienfaitrice, il est si important qu’il constitue le premier jour de l’année dans le calendrier égyptien et le premier jour de la saison d’Akhet (saison de l’inondation) au mois de Thot. Ce jour-là, le 19 juillet de notre calendrier, Satis pénètre dans une grotte sacrée, située au niveau des premières cataractes du Nil, qui abrite le gouffre merveilleux d’où surgit, chaque année, la crue bienfaitrice et, d’un geste, déclenche la fameuse inondation, mère de la civilisation égyptienne. Sans cette montée des eaux provoquée par Satis, le désert envahirait tout le pays, empêchant toute vie.







Le peuple sait combien son culte est essentiel puisque c’est de son bon vouloir que dépend l’abondance de la prochaine récolte. Le sceptre et la croix ankh, "signe de vie", que Satis arbore quelquefois, semble prouver que le destin de l’Egypte repose entre ses mains. Oeuvrant en priorité pour le royaume terrestre, elle fournit également l’eau utilisée pour la purification des morts et veille, à Eléphantine, sur une des jambes d’Osiris, dieu des morts, dont le corps découpé en morceaux par son frère Seth, dieu du Tonnerre et de la Guerre, a été inhumée par sa femme, la grande magicienne Isis, aux quatre coins du royaume.








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:16










Sekhmet, déesse lionne, qui provoquait la chaleur et les épidémies meurtrières, et éliminait les ennemis de Rê car elle représentait la fureur destructrice du soleil.
Seuls les rites d’apaisement pouvaient calmer la déesse et ramener la paix. Elle était la fille de Rê et formait avec son époux Ptah et son fils Nefertoum la triade de Menphis. Les prêtres de Sekhmet formaient une des plus vieilels corporations de médecins d’Egypte.
Son princiapal centre de culte était la région de Menphis.






Sekhmet



On raconte que Rê, fâché par la rébellion des hommes, demanda conseil aux autres dieux. Noun et autres dieux lui conseillèrent d'envoyer son "œil divin" pour mater l'humanité.








Râ accepta et envoya son « œil divin », Hathor, transformée en Sekhmet. Mais une fois qu’elle eut commencé à détruire les hommes avec tant de violenc que rien ne put l’arrêter, alors Rê qui ne voulait pas anéantire toute l’humanité prépara un breuvage composé d’herbes, de jus de grenade rouge et de bière. Trompée par la couleur du liquide qu’elle croyait être du sang, elle en but jusqu’à s’énivrer. Sekhmet repris l’apparence de la divine Hathor. L’humanité avait échappé de justesse à un sort funeste, mais les maladies et la mort venaient de faire leur apparition sur la terre.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:19









Selqit (ou Selqet, Selkis, Serket, Serqèt) est la déesse-scropion qui protègent les sarcophages.









La déesse de scorpion, apparait comme une belle femme avec un scorpion sur sa tête ou sous la forme d’un scorpion à tête humaine; en fait l’animal qui est représenté est un scorpion d’eau inoffensif car Selqit est une divinité bienveillante qui transmet ses connaissances aux guérisseurs et elle-même a sauvé la vie de bien des gens innocents piqués par des scorpions; elle a aussi été considérée comme une aide de femems en couches car c’est elle qui donne le souffle vital. Elle a envoyé sept de ses scorpions pour protéger Isis des méfaits de Seth.

Elle était la protectrice de Qebehsenouf, le fils d’ Horus qui gardait les intestins du défunt.


Selqit et Neith (cuve funéraire de Khonsou ©️ muée égyptien du Caire)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:23






Séshat



Seshat (Sesha, Sesheta) était la déesse de l’écriture ete des annales dont le nom signifie “celle qui écrit”. Elle était la patronne de tous les types d’écritures y compris la comptabilité ou le recensement.


Elle accompagnait souvent Thot lors de la confection des annales car elle est le scribe de Pharaon qui notait sur les fruits de l'arbre ished, ses faits et gestes.
Elle était aussi la "maitresse de la maison des livres" et c'est pourquoi elle veillait sur les bibliothèques des temples dont elle avait conçu les plans.

Elle portait également le titre de "maitresse de la maison des architectes" car elle était étroitement liée au rituel du cordeau ("pedj shes") qui était utilisé pour définir l'emplacement d'un temple lors de sa fondation.

Elle passe parfois comme l'épouse de Toth dont elle aurait eu un fils, Hornub.


Elle était parfois appelée "Safekh - Aubi" (ou "Safekh - Abwy" qui signifie "celle qui a deux cornes") à cause de sa coiffure, mais on peut également penser que "Safekh - Aubi" était en fait une autre déesse. Elle porte aussi l'épithète de Sefekhètâbouy qui signifie sept et deux cornes.







Elle était dépeinte comme une femme portant une robe en peau de léopard et une curieuse coiffe composée d'une fleur (ou une étoile) à sept pétales ou pointes (Sefekhètâbouy) surmontée d'une paire de cornes inversées.



Seshat








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:31









Dieu belliqueux de la violence et du mal, Seth (Set, Setekh, Setesh, Seti, Sutekh, Setech, Sutech) est le second fils de Geb et de Nout.





il était représenté comme un homme ayant une queue fourchue et la tête d’un animal, qu’on n’est pas parvenu à identifier clairement, au museau allongé et aux oreilles dressées terminées en carré. Parfois, il prenait une forme animal au corps semblable à celui d’un canidé.

A l'origine Seth était la divinité des orages et du tonnerre.
Quand Geb partagea son royaume, il reçut les terres stériles du désert alors que son frère Osiris gouvernait les zones fertiles du delta. Nephthys est parfois donné comme son épouse, bien qu'il soit plus généralement associé aux déesses étrangères, Sémitiques comme Astarté et Anat.
Dans quelques versions Seth est alors allé vivre avec le dieu de soleil Rê, où il est devenu la voix du tonnerre. Dans le Livre de Seth Mort a été mentionné comme "le monsieur du ciel du nord" et tenu responsable de tempêtes et le temps nuageux. Mais Seth était un péril pour des Egyptiens ordinaires dans l'Au-delà, car il pouvait se saisir de l' âme des imprudents.





Malgré sa réputatioon, il avait un sanctuaire important à Ombos en Haute Egypte, ainsi que dans la région nord-est du delta du Nil. Parmi les animaux consacrés à Seth, il y avait l’oryx, le crocodile, l’hippopotame dans son aspect destructeur des barques et des champs cultivés et le verrat. Le porc était d’ailleurs tabou dans le culte de Seth. Les grecs plus tard ont assimilé Seth avec leur dieu-démon Typhon.









Seth harponne Apopis



1) Meurtrier d’Osiris

Osiris apporta la civilisation aux Egyptiens. Il leur apprit à cultiver les champs et leur donna des lois. Comme son frère et ennemi, Seth, ne pouvait le renverser du trône, puisqu’Isis surveillait attentivement le règne de son époux. Seth se servit alors d’une ruse pour le tuer.


2) Lutte contre Horus
   La guerre avec Horus a duré quatre-vingt ans, pendant lesquels Seth  a arraché l’oeil gauche de son adversaire et Horus a arraché une jambe de Set et des Testicules. Hourus est finalement apparu victorieux, ou a été considéré comme le vainqueur par un conseil des dieux et est ainsi devenu le dirigeant légitime des royaumes de la Haute et Basse Egypte. Seth a été forcé de rendre l’oeil d’Horus et a été ou bien châtré ou, dans quelques versions, tué.


3) Défenseur de Rê
Chaque nuit, lorsque Rê accomplit son voyage nocturnes d’Ouest en Est sa barque est attaquée par Apophis mais heureusement que Seth est là pour harponner le serpent et le renvoyer dans les profondeur des ténèbres. Rê lui saura éternellement gré de cet acte même.








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:37











Shou est le dieu de l’Atmosphère, qui se trouve entre Geb et Nout.
Shou est le dieu mâle associé à sa soeur, Tefnout. Ensemble, ils personnifient deux principes fondamentaux de l’existence humaine. Shou symbolise l’air sec et la force de conservation tandis que Tefnout incarne l’air humide et corrosif qui engendre le changement, créan ainsi le concept de temps.



Shou séparant Geb et Nout



Shou et Tefnout sont les enfants de Rê (ou d’Atoum, une forme de dieu solaire), qui naquirent enlacés, alors sur l’ordre de Rê, ils furent séparés créant ainsi un espace entre le ciel et la terre.






Dans le mythe de création d'Héliopolis, Shou était, avec sa sœur Tefnout, une des premières déités créées par le dieu de soleil Atoum, ou bien de son sperme ou bien du mucus de ses narines ou bien sa salive. Tefnout est alors devenu l'épouse de Shou et donna naissance à la déesse de ciel, Nout, et le dieu de la terre, Geb. Ils forment les premières divinités de l'ennéade héliopolitainne.








Shou au temple de Kom Ombo



Il est représenté sous la forme humaine portant sur la tête une plume d'autruche (le hiéroglyphe de son nom), avec les bras levés pour soutenir la voûte céleste, la déesse Nout, courbée au-dessus de Geb couché sur le dos.

Il est aussi représenté avec sa parèdre sous forme de lions et ils étaient révérés à Letopolis, ville du delta du Nil.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:40










Dieu crocodile, Sobek symbolisait la force des pharaons égyptiens. Fils de Neith. Dépeint comme un crocodile ou sous une forme humaine avec une tête de crocodile,











Il est couronné ou bien par une paire de plumes ou bien parfois par une combinaison du disque solaire et de l'uraeus.

On a considéré Sobek comme une déité quadruple qui représentait les quatre dieux élémentaires (Rê, le feu, Shou, l'air, Geb, la terre et Osiris, l'eau).
Dans le Livre des Morts, Sobek apporte son aide dans la naissance d'Horus; il va chercher Isis et Nephthys pour protéger le défunt et il aida à la neutralisation de Seth.

Sobek était considéré par les habitants de la région fertile du Fayoum comme le créateur de l’univers, le démiurge qui a ordonné le monde, le dieu suprême dont on ne doit sous aucun prétexte attiser la colère, il aurait surgi un jour des eaux boueuses de l’océan primordial pour créer l’univers. Adoré à Kom Ombo, sur la rive droite du Nil, à une cinquantaine de kilomètres au nord d’Assouan, son temple, élevé à l’époque ptolémaïque, a la particularité d’être un double sanctuaire, consacré dans sa partie gauche au culte d’Haroëris le faucon, dieu du ciel, et dans sa partie droite à celui de Sobek le crocodile, dieu souverain des eaux et de la fertilité. Les deux divinités se complètent : la première incarne la lumière, la seconde, l’eau : deux éléments essentiels à la vie.
Sobek sera chargé de récupérer au fond du Nil les mains d’Haroëris coupées par Isis parce qu’elles ont été souillées par le sperme de Seth. Sobek récupère également les quatre fils d’Haroëris, gardiens des vases canopes, nés d’une fleur de lotus, le nénuphar du Nil, et dérivant sur l’océan primordial, et les met à l’abri.


Sobek


Patron des marais, fils de Neit, la tisserande divine, architecte de l’univers, protecteur de la Moyenne-Egypte, il serait, dans l’Ennéade, né de la métamorphose d’une mèche de cheveux du dieu de la Terre. Geb, voulant asseoir sa puissance, dérobe à son père Rê, l’Uraeus, symbole du pouvoir royal, représentant un cobra femelle qui, enroulé autour du disque solaire, crache des flammes pour anéantir les ennemis du dieu-soleil. Mais le souffle du serpent divin brûle au visage Geb, qui n’apaise sa douleur qu’en appliquant sur sa blessure une mèche de cheveux de Rê. C’est cette mèche, que des serviteurs plongent bien des années plus tard dans les eaux du lac At Noub pour la purifier, qui se métamorphose en Sobek, le dieu crocodile. Au même moment, des ennemis de Pharaon surgissant des eaux sont décimés par le crocodile divin. Parce qu’il a émergé des eaux, Sobek est un dieu aquatique associé à la notion de fertilité. Sa seule présence fait croître la végétation. Certains prétendent même qu’on peut l’entendre rire aux éclats quand débute l’inondation. Animal vorace surgi des ténèbres du monde primitif, le crocodile divin est associé aux monstres de l’univers souterrain et aux ennemis de l’équilibre terrestre. Mi-homme, mi-alligator, il est considéré comme l’allié de Seth qui se serait revêtu d’une peau de crocodile pour échapper au châtiment qu’il encourait pour avoir tuer son frère Osiris, dieu des morts et pharaon des premiers temps. C’est parce qu’il se serait régalé des fragments du corps dépecé que le crocodile serait pourvu d’une grande gueule et de si nombreuses dents. L’âme du dieu de la fécondité et du milieu aquatique va s’incarner dans Petesoukhos, crocodile sacré dont le nom signifie "celui qui appartient à Soukhos", autre nom de Sobek. C’est dans la cité de Shedet, appelée Crocodilopolis par les Grecs, dans la région du Fayoum, vaste oasis saharienne de Moyenne-Egypte qui doit son extraordinaire fertilité au lac gigantesque creusé à proximité du temple, que l’Egypte entière vient l’adorer sous la forme d’un vieux crocodile somnolant sur la rive. Paré comme une idole, des anneaux d’or aux oreilles, des bracelets de métaux précieux autour des pattes, gavé de viande, de gâteaux et de miel par les prêtres, le dédaigneux reptile, vénéré parce que redouté, semble indifférent aux pèlerins qui se pressent autour de lui pour lui demander conseil, implorer sa clémence ou lui rendre hommage. Les Egyptiens craignent les crocodiles qui pullulent sur les rives du Nil, avalent les baigneurs et déciment les troupeaux. Ils cherchent à s’en protéger avec des charmes ou des amulettes. Pour se prémunir contre l’appétit insatiable de l’animal terrestre, ils vont le diviniser sous la forme de Sobek, animal sacré qui anéantit, dans les mondes souterrains du chaos primitif où il évolue, tous les ennemis de Rê. A leur mort, les crocodiles sacrés sont embaumés et entreposés dans les temples. A la fin du Moyen Empire, plusieurs pharaons de la 13ème dynastie remettent leur règne sous la protection du dieu crocodile en prenant comme nom : Sebekhotep, qui signifie "Sobek est satisfait". Seuls dans toute l’Egypte à refuser de diviniser un vulgaire reptile, les habitants de l’île d’Eléphantine commettent l’acte sacrilège aux yeux du reste du pays de manger les crocodiles, considérés comme simple aliment de base.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:43








Très ancienne divinité de la région memphite, Sokar ou Sokariis était le patron des artisans et plus particulièrement des joaillers, des orfèvres et des forgerons.


sokar



Dieu funéraire, il règne sur la nécropole de Rosetaou et il est le garant des transformations nocturnes du défunt. À partir de la Troisième Période Intermédiaire, il perd son caractère propre et il est associé à Ptah et à Osiris en une divinité syncrétique : Ptah-Sokar-Osiris.







La barque hénou ornée d'une proue à son effigie servait à conduire le défunt

Sokar est représenté de nombreuses façons. Dans la forme la plus courante il est présenté comme un homme à tête de faucon, mais il prend aussi l'aspect d'une momie parfois coiffée d'une couronne conique complexe qui comprend des cornes de disques et les cobras, n'est pas sans rappeler la couronne Atef. Parfois, il porte la Couronne Blanche et il tient un sceptre et un fouet, insignes d'Osiris.
La fête la plus importante en son honneur se déroulait tous les six ans, pendant la saison Akhet le vingt-sixième jour du mois de koiak. Une autre fête se déroulait le même mois avec renouvellement de son image funéraire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:45









Sothis est la personnification de l'étoile Sirius dont le lever hélique en juillet annonçait le retour prochain de la crue du Nil et la nouvelle année car les Egyptiens faisaient commencer l'année avec le tout premier jour de l'inondation et très rapidement, ils ont constaté que le jour de l'inondation était marqué par un phénomène astronomique : ce jour là, l'étoile Sothis apparaissait dans le ciel en même temps que le soleil.






A l'Epoque Tardive, Sothis devint la compagne de Hâpy, par reference à son rôle d'annonciatrice de la crue du Nil. A la période gréco-romaine, on la voit accompagnée d'un chien qui est le symbole grec de Sirius et qui a une étoile sur la tête. Ce chien porte parfois Sothis sur son dos ou court à ses pieds. Elle fut particulièrement vénérée à Per-Soped (Saft al Hinna), près de Bubastis, dans le 20e nome de Basse-Egypte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:48




Le sphinx est une créature égyptienne, bien que plusieurs autres cultures aient créé des êtres portant le même nom. Dans toutes les versions de la créature son corps est celui d’un lion. Les différences se font au niveau de la tête en particulier. En Egypte, il peut avoir une tête humaine ou la tête d’un faucon ou d’un bélier. Dans la plupart des cas, la version grecque est identique à la version égyptienne : corps de lion et la tête humaine, spécifiquement de femme.







Cependant il a quelques particularités supplémentaires, au niveau des seins et des ailes d'un aigle.
Indépendamment de la culture, le sphinx est d'habitude un gardien et bienveillant.








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:52









Taourèt (Taweret, Taurt, Thouéris, Thoeris, Toeris) dite « La Grande » est la déesse hippopotame protectrice des accouchements. Elle semble aussi confondue avec Apet, Ipet ou Opet.

Son apparition était censée éffaroucher n’importe quel esprit malin qui aurait pu nuire à un enfant et à la femme en travail.
Comme déesse protectrice de l’accouchement, elle était souvent accompagnée du dieu nain Bes, qui avait une fonction semblable.
Elle passe pour une compagne de Seth, de Sobek ou de Bes.






Elle était représentée avec une tête d’hippopotame, les pieds et les bras d’un lion, la queue d’un crocodile, des seins tombants et le ventre gonflé par une grossesse. Elle est coiffée d’un mortier éventuellement surmonté de cornes et du disque solaire.
Elle était souvent dépeinte tenant l’amulette « Sa » symbolisant la protection ou l’ank représentant la Vie.












Taourèt était très populaire comme protectrice chez des femmes égyptiennes en particuliers les femmes enceintes qui portaient des amulettes à l'image de la déesse.






A noter qu'il existe une déesse particulière pour les accouchements, moment particulièrement périlleux et exaltant, en la personne de Meskhenet.

Adoré sous la forme femelle bienveillante de la déesse Thouéris (ou Opet) au corps d’hippopotame, à la tête de crocodile et aux pattes de lion, protectrice des naissances et incarnation de la fécondité aquatique. Craint sous la forme maléfique de Seth, dieu du désordre et du chaos, du Tonnerre et des Forces violentes, il est considéré par les pharaons comme un animal maudit, ennemi des dieux, qu’il faut exterminer. Les Egyptiens redoutent ce représentant du Nil capable d’affronter la toute puissance de Pharaon, depuis qu’un hippopotame tua Ménès, premier roi d’Egypte, bâtisseur de la ville de Memphis et instaurateur d’un culte voué au crocodile. Après sa mort, il sera représenté par un crocodile saisi dans sa gueule par un hippopotame. Selon certaines légendes, l’hippopotame aurait même participé au combat des dieux. Seth noie son frère Osiris dans les eaux du Nil en prenant la forme d’un hippopotame. Pour venger son père, Horus revêt également la forme d’un hippopotame et affronte son oncle dans les eaux du Nil. Sa mère, Isis, harponne Seth, mais lui laisse la vie sauve. Horus, fou de colère, surgit du Nil et arrache la tête de sa mère grâce à ses puissantes mâchoires. Abondants dans la vallée du Nil, les hippopotames ravagent les cultures et sont considérés comme des ennemis par les paysans, qui les chassent à l’aide d’un harpon. Cette chasse prend très tôt un caractère rituel. Symbole des forces mauvaises, identifié à Seth, l’hippopotame est mis à mort rituellement par le roi sur les représentations figurées des mastabas (tombes). Les mâles blancs, symbole de la toute puissance du mal, sont encore plus redoutés et sont, à Edfou, la ville d’Horus, exterminés par des harponneurs choisis par les pharaons.








_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 9:58










Tefnout était la déesse de l'humidité et des nuages; la sœur et la femme de Shou, la mère de Nout et Geb et fille de Rê. Elle est d'habitude représentée comme une lionne (son animal sacré) ou une femme avec une tête de lionne avec le disque solaire et uraeus sur sa tête.

Tefnout s’enfuit dans le désert oriental de Nubie où sous la forme d'une lionne irascible et violente elle laissa libre cour à sa férocité. Son époux Shou et Thot furent chargés par Rê de la retrouver et de la ramener, ce qu’ils firent après l’avoir enivrée de vin. Apaisée, la Lointaine rentra en égypte, retrouva son aspect bénéfique et bienveillant en se plongeant dans les eaux du Nil, soit l’inondation .

Elle fut vénérée à Léontopolis où elle formait un couple avec son frère Shou.







Elle est généralement représentée sous la forme d’une femme à tête de lionne ou d’une lionne.







Déesse de l’humidité, de la rosée, de la pluie et des nuages. Fille de Noun, sœur jumelle et épouse de Shou, dieu de l’Air, mère de Noût, déesse du Ciel et de Geb, son époux dieu de la Terre. Représentée sous la forme d’une lionne ou d’un chat, elle forme avec Shou, selon la cosmogonie d’Héliopolis, le premier couple divin qui, en engendrant le Ciel et la Terre, permet l’apparition de la vie. Ce couple, considéré comme une entité primordiale abstraite, ne possède ni attribut, ni caractéristique particulière, ni vrai centre de culte. Pourtant les jumeaux d’Héliopolis, surnommés "les porteurs du ciel", sont les ancêtres du panthéon égyptien.

Déesse de l’élément liquide, fondamental dans l’épanouissement des hommes et de la nature, Tefnout possède un caractère solaire, figuré par le disque et l’Uraeus dont elle est parfois coiffée. Si la plupart des récits la décrivent comme le simple double de Shou, l’Uraeus l’identifie à Hathor, la déesse-vache de l’Amour, fille de Rê et incarnation du redoutable Œil magique qui personnifie le souffle du Soleil. Ce souffle est si brûlant qu’il terrasse et anéantit les ennemis du dieu. Tefnout se métamorphose alors en "La Lointaine", une lionne assoiffée de sang, rôdant aux confins de la terre. Un jour, elle s’enfuit en Nubie et ne revient pas. Furieux, Rê ordonne au dieu guerrier Onouris, identifié à Shou, de lui ramener sa fille. Shou parvient à calmer la colère de sa jumelle et la convainc de retourner auprès de leur père












_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 10:03







Thot (Thoout, Thoth) est le nom qui avait donné par les grecs au dieu Djehouti (Zahouiti, Dhouit) et qu'ils avaient identifié à Hermès à cause de leurs fonctions et attributions semblables. Djehouti pourrait signifier « celui de Djehout », nom de l'ancien nome de Basse-Egypte, dont la capitale, Hermopolis parva, avait dû être le berceau du culte de Thot avant que les Egyptiens établissent son principal sanctuaire à Hermopolis magna, en Haute-Egypte.
Thot est le messager des dieux, et adoré partout en Egypte comme le dieu de la Lune, maître des lettres et des sciences, des inventions, porte-parole et archiviste des dieux. Il est devenu le dieu de sagesse dont les larges connaissances étaient associées à la magie, la musique, la médecine, l'astronomie, la géométrie, le dessin et l'écriture.


Doué de tout savoir et de toute sagesse, il est l'inventeur des sciences et des arts : l'arithmétique, l'arpentage, la géométrie, l'astronomie, la divination, la magie, la médecine et la chirurgie, la musique avec les instruments à cordes et à vent, le dessin et surtout l'écriture, sans laquelle l'humanité aurait couru le risque d'oublier ses doctrines et de perdre l'avantage de ses découvertes.
En tant qu'inventeur des hiéroglyphes, « Seigneur des paroles divines », Thot est souvent appelé aussi Semsou, « l'Aîné », comme le premier des magiciens, ses disciples, qui se vantaient de pénétrer librement dans la crypte où il avait enfermé ses livres de magie, dans lesquels ils se faisaient fort de déchiffrer et d'apprendre « ces formules qui commandent à toutes les forces de la nature et asservissent les dieux eux-mêmes ». C'est cette infinie puissance que ses fidèles lui attribuaient, qui lui fit donner le nom de Thot, trois fois très grand, que les Grecs ont assimilé Hermès Trismégiste.
Les textes lui donnent souvent, pour compagne, Maât, la déesse de la Vérité et de la Justice, mais dans aucun temple on ne les trouve assemblés ; en revanche, on lui connaît deux épouses, Seshat et Nehemètâouay, « celle qui arrache le mal », qui forment avec lui, à Hermopolis, deux triades dont les dieux fils sont Hornoub pour la première et Nefer Hor pour la seconde.
Thot servit d'arbitre entre les dieux. Dans la légende d'Osiris, il protégea Isis pendant sa grossesse et guérit son fils Horus quand Seth lui arracha son œil gauche. Plus tard Thot fut identifié avec le dieu grec Hermès dans la forme d'Hermès Trismégiste ("Hermès trois fois grand"), forme sous laquelle il est resté populaire dans la magie médiévale et l'alchimie.


Thot était aussi un dieu de l'Au-delà, qui enregistrait les jugements sur les âmes des morts. Parfois c'était Thot lui-même qui pesait le cœur des morts par rapport à la plume de Maât dans la chambre des Deux Vérités.



FONCTION




Thot (Temple de Ramsès)


Archiviste des dieux, il est en même temps le patron de l'histoire, et il note soigneusement la succession des souverains en écrivant, sur les feuilles de l'arbre sacré d'Héliopolis, le nom du futur pharaon que la reine vient de concevoir de son union avec son époux ; de même il inscrit sur une longue palme les heureuses années de règne que la divinité a accordées au roi.Il est aidé dans cette tâche par sa parèdre, Seshat, qui est la déesse des Annales et de l'Ecriture.
Héraut des dieux, il leur sert souvent aussi de greffier et de scribe. « Rê l'a dit, Thot l'a écrit », alors que, lors du terrible jugement en présence d'Osiris, on voit Thot, qui a vérifié la pesée du coeur et l'a reconnu léger de fautes, proclamer à haute voix le verdict libérateur qu'il vient d'enregistrer sur ses tablettes.

Arbitre des dieux, il est investi de la confiance des dieux et il a été choisi par eux comme juge. Cest lui qui justifia Horus et condamna Seth ; aussi, depuis le Nouvel Empire tout au moins, c'est lui qui remplace le dieu déchu dans les scènes de couronnement et de libations en faveur du roi, ainsi que dans la cérémonie symbolique du « Sma taoui », l'acte d'unir les deux terres.









Le culte rendu à Thot se retrouve dans un grand nombre d'actes, quotidiens ou extraordinaires, qui rythmaient la vie des Egyptiens. Son sanctuaire principal se situait à Hermopolis (Khmunu) dans la région de delta du Nil.
Selon Plutarque, la principale fête du dieu Thot, était célébrée le 19 du mois de Thot, quelques jours après la pleine lune, au début de l'année. On abordait alors ses amis par ces mots : « Douce est la Vérité », et on leur offrait des présents sous forme de douceurs, du miel, des figues et autres gateaux.





Thot était généralement représenté sous une forme humaine avec une tête d'ibis, portant une couronne faite d'un croissant de lune de croissant. Il pouvait aussi apparaitre comme un ibis ou un babouin, animaux qui lui étaient consacrés. cette double représentation animale donne à penser que le dieu de l'âge historique provient peut-être de la fusion, à une époque plus reculée, de deux divinités lunaires figurées l'une par un oiseau et l'autre par un singe.










_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 10:04










Il s'agit d'un cobra prêt à l'attaque, dressé qui ornait le front ou la couronne de pharaon et sur celles de certains dieux ou déesses.

Selon une légende, Rê ayant perdu son œil gauche lors de sa lutte contre Seth, il le remplaça
Lorsque Shou et Tefnout lui ramenèrent son œil égaré, ce dernier en eut un tel chagrin que Rê, en guise de consolation, le transforma en uraeus et le plaça sur son front.
Ce symbole a également un rôle de protection contre les ennemis de pharaon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   Dim 22 Oct - 10:14

QUELQUES PHOTOS POUR COMPLETER LE SUJET



Détail du Livre des Morts du scribe Nebqed
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mythologie_%C3%A9gyptienne





Détail du Livre des Demeures Secrètes relatant le
périple quotidien de Rê. On le voit dans sa barque, ainsi que
le serpent Apophis.




Représentation du monde imaginée par les Egyptiens
de l'Antiquité, gravure issue de l'ouvrage Histoire de l'Egypte,
par Gaston MASPERO, France, XIX° siècle.

Source : http://www.histoire-fr.com/mythologie_egyptienne_dieux_legendes_2.htm




Râ sur la barque solaire, accompagné par Thot et luttant contre le serpent Apophis.
Source : http://www.histoire-fr.com/mythologie_egyptienne_dieux_legendes_2.htm



La déesse Isis, musée du Louvre, Paris.So
Source : http://www.histoire-fr.com/mythologie_egyptienne_dieux_legendes_2.htm




Nephtys pleurant Osiris, XXII° dynastie (945 à 715 avant Jésus Christ),
musée du Louvre, Paris.

source : http://www.histoire-fr.com/mythologie_egyptienne_dieux_legendes_2.htm

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MYTHOLOGIE EGYPTIENNE   

Revenir en haut Aller en bas
 
MYTHOLOGIE EGYPTIENNE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique :: MYTHOLOGIE-
Sauter vers: