Le grenier de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique

forum privé
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 14:22

Legend of America est un site américain parlant de différents sujets concernant les Etats Unis.
C’est sur ce site que j’ai trouvé un sujet parlant des Sorcières de Salem.
Malheureusement, tout est en anglais et l’anglais n’est pas ma tasse de thé, j’ai donc
traduit du mieux possible.

Je vous donne les textes en anglais puis je vous montre la traduction.
J’espère ne pas avoir fait trop de fautes.

_________________


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Ven 13 Jan - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 20:25








• Amesbury
• Andover
• Beverly
• Billerica
• Boxford
• Gloucester
• Haverhill
• Ipswich
• Lynn
• Malden
• Marblehead
• Peabody (part of Salem Town in 1692)
• Reading
• Rowley
• Salem Towne
• Salem Village (now called Danvers)
• Salisbury
• Topsfield
• Wenham




Though the Salem witch trials began in Salem Village, it was certainly
not the only village involved in the hysteria of 1692. Because Salem Village was, at
that time, a parish of Salem Towne and lacked its own government, most of the legal
business, including the executions, were held in the larger city of Salem. These two
communities are the most recognized in the hysteria of the Salem witch trials;
however there were several other towns in Essex County also experienced witchcraft
allegations and initial examinations of the accused. Some of these communities
included nearby Andover, which produced the vast majority of witchcraft accusations
and trials; Ipswich, Beverly, Haverhill, Topsfield,Gloucester, and many others.


While these were not the first examples of executions for witchcraft in New England,
the volume of accusations and convictions generated one of the most infamous
examples of mass hysteria in American History.



Quoique les procès  de sorcière Salem aient commencé dans le Village
Salem, ce n'était pas certainement le seul village impliqué dans l'hystérie de 1692.
Parce que le Village Salem était, à ce moment-là, une paroisse de Salem Towne et a
manqué de son propre gouvernement, la plupart des affaires juridiques, y compris les
exécutions, ont été tenu dans la plus grande ville de Salem. Ces deux communautés
sont les plus reconnues dans l'hystérie des procès de sorcière Salem; cependant il y
avait plusieurs autres villes dans le Comté de l'Essex a aussi éprouvé des allégations
de sorcellerie et les interrogatoires initiaux de l'accusé. Certaines de ces communautés
à proximité d’Andover, qui a produit la grande majorité d'accusations de sorcellerie et
des procès :  Ipswich, Beverly, Haverhill, Topsfield,  Glouscester et beaucoup d'autres




Bien que ce ne sont pas les premiers exemples d'exécutions pour sorcellerie en
Nouvelle - Angleterre, le volume des accusations et des condamnations a généré
un des plus infâmes exemples de l' hystérie de masse dans l' histoire américaine.







Source :
http://www.legendsofamerica.com

Textes écrit par :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.

_________________


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Ven 13 Jan - 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 21:59












Amesbury - Situated in Essex County, Amesbury was settled in 1655 as a part of village
of Salisbury. However, it was separated from Salisbury in 1666 and incorporated as the
town of Amesbury in 1668. It began as a modest farming community and later,
developed an aggressive maritime and industrial economy. The 90-foot drop in the
falls of the Powwow River provided water power for sawmills and gristmills.
Shipbuilding, shipping and fishing were also important. The ferry across the
Merrimack River to Newburyport was a lively business until the construction
of bridges to Deer Island.


During the Salem witch trials of 1692, Amesbury had only one person accused,
that of Susannah North Martin. Unfortunately, the  67 year-old impoverished
widow was hanged on July 19, 1692.



Today, Amesbury is largely residential and is called home to a little more
than 16,000 people









AMESBURY : Situé dans le comté d'Essex, Amesbury a été établi en 1655 comme
une partie du village de Salisbury. Cependant, il a été séparé de Salisbury en
1666 et constituée comme ville d'Amesbury en 1668. Il a commencé comme
une communauté agricole modeste et plus tard, a développé une économie
maritime et industrielle agressive. La chute de 90 pieds (environ 27 mètres)
dans les chutes de la rivière Powwow a fourni l'énergie hydraulique pour les
scieries et les moulins à farine. La construction navale, l'expédition et la
pêche sont également importantes. Le ferry qui traverse la Merrimack
River à Newburyport était une activité animée jusqu'à la construction
de ponts à Deer Island.



Pendant les procès de sorcière de Salem de 1692, Amesbury n'avait qu'une seule
personne accusée, celle de Susannah North Martin. Malheureusement, la veuve
appauvrie de 67 ans a été pendue le 19 juillet 1692.



Aujourd'hui, Amesbury est en grande partie résidentiel et recense  un peu plus de
16.000 personnes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:01










Located about 15 miles northwest of Salem Village, Andover got its start when a portion of land was set aside for an inland plantation in 1634. Early colonists were offered incentives to move to the area and the first settlement was established in 1641 by John Woodbridge and a group of settlers from Newbury and Ipswich. In May, 1646 the settlement was incorporated as a town and was named Andover, probably in honor of the town of Andover in England. The first recorded town meeting was held in 1656 in the home of settler John Osgood.

During the Salem Witch Trials of 1692, Andover, like other area villages, found itself in the midst of the hysteria. In fact, more people from Andover were accused and arrested for witchcraft than from any other town in New England.

The atmosphere of the town at the time was charged with fear of the unknown and political upheaval. The Massachusetts Bay Colony charter had been revoked by the crown, the church was split by the differing ideologies of two pastors, and Indian raids were occurring in nearby Haverhill and Billerica.

Unfortunately, the witch hysteria in Salem Village soon spread to Andover. The first accused was Martha Carrier, who was known as a strong-minded woman who would speak her mind. Unfortunately, this was not a trait admired by Puritans at the time. She was accused by her neighbor, Benjamin Abbot, after they had gotten into an argument that involved a land dispute. After the disagreement, Abbot fell sick and blamed his illness on her bewitching him and would later testify that she had killed one of his cows.

On May 28, 1692 Martha Carrier, along with her sister and brother-in-law, Mary Toothaker and Roger Toothaker and their 9 year-old daughter, Margaret, were arrested and charged with witchcraft. On May 31st, Carrier was examined by Judges John Hathorne, Jonathan Corwin, and Bartholomew Gedney. Testifying against her were several of the "afflicted girls", including Susanna Sheldon, Mary Walcott, Elizabeth Hubbard andAnn Putnam, Jr.. She pled not guilty and accused the girls of lying. Martha's youngest children were also coerced into testifying against their mother and in July, she was also implicated by Ann Foster.

In the meantime, Martha Carrier's children including 18 year-old Richard Carrier, 15 year-old Andrew Carrier, 10 year-old Thomas Carrier, Jr., and 8 year-old Sarah Carrier were also accused. Though her children would survive, Martha would not be so lucky. She was pronounced guilty on August 2nd and hanged on August 19, 1692, along with George Burroughs, George Jacobs, Sr., John Proctor, and John Willard.


In about July, 1692, Timothy Swan, a young man who was ill, began to accuse several people including Mary Ayer Parker, Mary Tyler Post Bridges, Rebecca Blake Eames, Frances Alcock Hutchins, and others. In some of these accusations, he was joined by two of the "afflicted girls," Ann Putnam, Jr. and Mary Walcott. Like Salem Village, the frenzy quickly spread in Andover and between July 15th and September 7th, Dudley Bradstreet, acting in his capacity as Justice of the Peace, issued some 30 arrest warrants to Andover persons who had allegedly committed the crime of witchcraft. That number would soon increase.


When the wife of Andover resident, Joseph Ballard, fell sick later that summer, they believed that her illness might be caused by witchcraft, and Mr. Ballard soon requested the help of two of the afflicted girls from Salem Village -- Ann Putnam, Jr. and Mary Walcott -- to identify who had caused his wife's illness. After visiting Elizabeth Ballard, the girls claimed that several people in Andover had bewitched her, including Ann Foster; her daughter, Mary Lacey Sr.; her granddaughter, Mary Lacey, Jr.; and numerous others. The Ballards then sought the help of the Reverend Thomas Barnard, who had once been the protégé of the Reverend Cotton Mather. Both Barnard and Mather whole heartedly believed in witchcraft and further thought that an “invisible empire” threatened the good people of Massachusetts Bay Colony. This belief was decidedly not shared by Barnard's co-pastor, theReverend Frances Dane, who from the outset, had condemned the witch hunt and trials. However, the Reverend Thomas Barnard cared little for his co-pastor's opinions and had been instrumental in spreading the witchcraft hysteria, and holding prayer meetings against the Devil.

On September 7, 1692, the Reverend Barnard ordered all those accused of witchcraft to come together at the Andover meeting house, where the "afflicted girls" were being kept. Once the accused had all been gathered, he conducted the "Touch Test," one of the most diabolical schemes of the witch trials. At that time, it was believed that if the hand of a witch touched the body of the person whom they had bewitched, that person would immediately become well and could identify the witch. After reciting a prayer, Barnard then blindfolded the accused who were then forced to go near the "afflicted girls," who would fall into fits and cry out claiming they were under the curse of a witch when the accused drew closer. However, when the accused touched the girls, they would immediately come out of their fit and identify the person touching them of being the one who afflicted them. This evidence was enough to cause the arrest of the accused as witches.

Justice of the Peace Dudley Bradstreet then dutifully wrote out the arrest warrants for 18 men and women who had been accused in the touch test. Some of these included Sarah Lord Wilson and her 14 year-old daughter, Sarah, Jr.; Mary Tyler and her daughter, Johanna; Abigail Wheeler Barker, and numerous others.

The elite of Andover were caught off guard. Captain Osgood, Deacon Frye, and other pillars of the church urged their friends and family members to confess, believing the message preached by Thomas Barnard that confession was the way to eternal life. And, "confess" they did, hoping that confession would keep them from being tried and executed. However, once numerous wives and children were in prison, the church pillars began to realize that they had been deceived by the fanaticism of their younger minister, Thomas Barnard. Finally comprehending the full implications of the hysteria, they turned to their older minister, Reverend Frances Dane, and formed a resistance movement. Under his guidance they started to take the strong steps required to free the imprisoned members of their families.

During the course of the legal proceedings, more than 40 Andover citizens, mostly women and children, were formally accused of having made a covenant with the Devil. Three Andover residents, Martha Carrier, Mary Ayer Parker, and Samuel Wardwell, were convicted and executed. Five more either pled guilty at arraignment or were convicted at trial. These included Mary Lacey Sr., Abigail Faulkner Sr., Sarah Wardwell, Elizabeth Johnson, Jr., and Ann Foster. Those who were not executed were later granted reprieves by Governor William Phips. Unfortunately, Ann Foster died in prison before she could be released.


Before the hysteria in Andover ended, some 80% of the town's residents had been drawn into the witch hunt.Andover also holds the dubious distinction of having the most confessed witches, and the highest number of children arrested.

Through the resistance led by the Reverend Frances Dane and the many petitions filed, public opinion eventually turned against the trials. Before it was over, even the radical Minister Cotton Mather had started to believe that innocent people were being hanged for witchcraft based on "spectral" evidence, testimony that a person's spirit appeared to a witness in a vision or a dream. Andover led the campaign that brought the witch trials to an end.

By 1705, Andover's growing population was expanding southward and a proposal was made to build a new meeting house in the south end of town. In 1709, Andover was divided into two parishes, North and South.


Today, the original town of Andover is known as North Andover, which supports about 28,000 people. Its development is varied, with much of the land along the Shawsheen and Merrimack Rivers being concerned with industry, and the lands southwest being more agricultural. It is considered a bedroom community of the greater Boston area.

The old burying ground in what is now North Andover marks the center of the early town. Nearby, once stood the meeting house, which was surrounded by clusters of homes on lots of four to eight acres. Also still standing in the city is the home of Benjamin Abbot, who had accused Martha Carrier of witchcraft. She was hanged on August 19, 1692. Continually lived in since the time it was built in 1685, the house remained in the Abbot family through eight generations, until 1933. Privately owned today, it is on the National Register of Historic Places.






North Andover nearly a century after the witch hysteria of
1692. Photo in 1886.
Nord d’Andover près d'un siècle après l'hystérie de sorcière
1692. photo de 1886.





Situé à environ 15 milles (24,14km) au nord-ouest du Village de Salem, Andover connut des débuts quand une partie du terrain a été mises de côté pour une plantation intérieure en 1634. On a offert des incitations aux premiers colons pour venir s’installer dans la région et la première colonie a été établie en 1641 par John Woodbridge et un groupe de colons de Newbury et Ipswich. En mai 1646, la colonie a été incorporée comme ville et a pris le nom d’Andover, probablement en l’honneur de la ville d’Andover en Angleterre. La première réunion de la ville a été enregistrée en 1656 dans la maison du colon John Osgood.

Pendant les essais Salem Witch en 1692, Andover, comme d'autres villages de la région , se trouvait au milieu de l'hystérie. En fait, plus de gens d’Andover ont été accusés et arrêtés pour sorcellerie que dans toute autre ville de la Nouvelle - Angleterre.


L'atmosphère de la ville à l'époque était chargée de la peur de l'inconnu et du bouleversements politiques. La Charte de la Baie du Massachusetts avait été révoquée par la couronne, l'église était divisée par les idéologies différentes de deux pasteurs, et des raids indiens se produisaient à proximité de Haverhill et de Billerica.


Malheureusement, l'hystérie des sorcières de Salem Village s'est rapidement propagée à Andover. La première accusée a été Martha Carrier, qui était connue comme une femme au fort caractère et qui disait ce qu’elle pensait. Malheureusement, ce n'était pas un trait de caractère admiré par les puritains à l'époque. Elle a été accusée par son voisin, Benjamin Abbot, après avoir pris part à une dispute impliquant un différend foncier. Après le désaccord, Abbot est tombé malade et l’a accusé de l’avoir ensorcelé sur et il témoignera plus tard qu'elle avait tué une de ses vaches.



Le 28 mai 1692 Martha Carrier, avec sa sœur et son beau-frère, Mary Toothaker et Roger Toothaker et leur fille de 9 ans, Margaret, ont été arrêtés et accusés de sorcellerie. Le 31 mai, Carrier a été interrogée par les juges John Hathorne, Jonathan Corwin, et Barthélemy Gedney. Témoigneront contre elle étaient plusieurs des « filles affligées », y compris Susanna Sheldon , Mary Walcott , Elizabeth Hubbard et Ann Putnam, Jr. . Elle a plaidé non coupable et a accusé les filles de mensonge. Les plus jeunes enfants de Martha ont également été contraints de témoigner contre leur mère et en Juillet, elle a également été mise en cause par Ann Foster.



En attendant, les enfants de Martha Carrier dont Richard Carrier, 18 ans, Andrew Carrier, 15 ans, Thomas Carrier Jr., 10 ans, et Sarah Carrier, 8 ans, ont également été accusés. Bien que ses enfants allaient survivre, Martha ne sera pas aussi chanceux. Elle a été déclarée coupable le 2 Août et pendue le 19 Août, 1692, ainsi que George Burroughs, George Jacobs, Sr., John Proctor, et John Willard




Au environ Juillet 1692, Timothy Swan, un jeune homme qui était malade, a commencé à accuser plusieurs personnes dont Marie Ayer Parker, Mary Tyler Postes Bridges, Rebecca Blake Eames, Frances Alcock Hutchins, et d' autres. Dans certaines de ces accusations, il a été rejoint par deux des " filles affligées ," Ann Putnam, Jr. etMary Walcott . Comme à Salem Village , la frénésie se propaga rapidement à Andover et entre le 15 Juillet et le 7 Septembre, Dudley Bradstreet, agissant en sa qualité de juge de paix, émis quelques 30 mandats d'arrêt pour des personnes d’Andoverqui auraient commis le crime de sorcellerie. Ce nombre augmentera bientôt.




Lorsque l'épouse de résident Andover, Joseph Ballard, tomba malade plus tard cet été-là, ils ont cru que sa maladie pouvait être causée par la sorcellerie, et M. Ballard a bientôt demandé l'aide de deux des filles souffrant de Salem Village - Ann Putnam, Jr . et Mary Walcott - pour déterminer qui avait causé la maladie de sa femme. Après avoir visité Elizabeth Ballard, les filles ont affirmé que plusieurs personnes à Andover l’avaient ensorcelée, y compris Ann Foster, sa fille, Mary Lacey Sr., sa petite - fille, Mary Lacey, Jr et de nombreux autres. Les Ballards ont alors demandé l'aide du révérend Thomas Barnard, qui avait été le protégé du révérend Cotton Mather. Barnard et Mather croyaient du fond du cœur à la sorcellerie et pensaient encore qu’un «empire invisible" menacait les bonnes gens de la colonie de Massachusetts Bay. Cette croyance n’était décidément pas partagée par le co-pasteur de Barnard, le révérend Frances Dane , qui , dès le départ, avait condamné la chasse aux sorcières et les procès. Cependant, le révérend Thomas Barnard se souciait peu de l'opinion de son co-pasteur et a joué un rôle dans la propagation de l'hystérie de sorcellerie, et la tenue des réunions de prière contre le diable.



Le 7 Septembre, 1692, le révérend Barnard ordonné à tous ceux(et celles) qui sont accusés de sorcellerie de se réunir à la maison de réunion d’Andover, où les " filles affligées " étaient gardées. Une fois que les accusés avait tous été rassemblés, il a dirigé le " test tactile", l' un des schémas les plus diaboliques des procès de sorcellerie. A cette époque, on croyait que si la main d'une sorcière touchait le corps de la personne qu’elle avait ensorcelé, cette personne devriendrait immédiatement bien et pourrait identifier la sorcière. Après avoir récité une prière, Barnard a alors bandé les yeux des accusés qui ont ensuite été forcé d'aller près des « filles affligées », qui tombaient dans des crises et criaient prétendant qu'elles étaient sous la malédiction d'une sorcière lorsque l'accusé s’aprpochait plus près. Toutefois, lorsque l'accusé touchait les filles, elles stoppaient immédiatement leurs crises et identifiaient la personne qui les avait touché d'être celle qui les affligeait. Cette preuve était suffisante pour provoquer l'arrestation de l'accusé comme des sorcières.



Le juge de paix Dudley Bradstreet a alors dûment rédigé les mandats d'arrêt pour 18 hommes et femmes qui avaient été accusés lors de l'épreuve tactile. Certains d'entre eux concernaient Sarah Lord Wilson et sa fille de 14 ans, Sarah, Jr., Mary Tyler et sa fille, Johanna; Abigail Wheeler Barker, et bien d'autres.



L'élite d'Andover a été prise au dépourvu. Le capitaine Osgood, le diacre Frye et d'autres piliers de l'église ont exhorté leurs amis et membres de leur famille à avouer, en croyant le message prêché par Thomas Barnard que la confession était le chemin de la vie éternelle. Et, «se confesser» ils l’ont fait, en espérant que la confession les empêcherait d'être jugés et exécutés. Cependant, une fois que de nombreuses femmes et des enfants étaient en prison, les piliers de l'église commencèrent à se rendre compte qu'ils avaient été trompés par le fanatisme de leur jeune ministre, Thomas Barnard. Enfin, comprenant les implications de l'hystérie, ils se tournèrent vers leur ancien ministre, le révérend Frances Dane, et formerènt un mouvement de résistance. Sous sa direction, ils ont commencé à prendre les mesures nécessaires pour libérer les membres de leur famille emprisonnés.



Au cours de la procédure judiciaire, plus de 40 citoyens d'Andover, principalement des femmes et des enfants, ont été officiellement accusés d'avoir fait une alliance avec le Diable. Trois résidents d'Andover, Martha Carrier, Mary Ayer Parker et Samuel Wardwell, ont été condamnés et exécutés. Cinq autres ont plaidé coupable lors d'une comparution ou ont été condamnés au procès. Celles-ci comprenaient Mary Lacey Sr., Abigail Faulkner Sr., Sarah Wardwell, Elizabeth Johnson, Jr., et Ann Foster. Ceux qui n'ont pas été exécutés ont été par la suite graciés par le gouverneur William Phips. Malheureusement, Ann Foster est morte en prison avant qu'elle ne puisse être relâchée.

Avant la fin de l'hystérie à Andover, environ 80% des habitants de la ville avaient été attirés par la chasse aux sorcières. Andover détient également la distinction douteuse d'avoir les sorcières qui se sont le plus confessées et le plus grand nombre d'enfants arrêtés.


Grâce à la résistance menée par le révérend Frances Dane et aux nombreuses pétitions déposées, l'opinion publique se retourna finalement contre les procès. Avant même que ce soit terminé, même le ministre radical Cotton Mather avait commencé à croire que des innocents étaient pendus pour sorcellerie sur la base de preuves «spectrales», témoignage que l'esprit d'une personne apparaissait à un témoin dans une vision ou un rêve. Andover a mené la campagne qui a mis fin aux procès des sorcières.

En 1705, la population croissante d'Andover s'étendait vers le sud et une proposition fut faite pour construire une nouvelle maison de réunion dans le sud de la ville. En 1709, Andover a été divisé en deux paroisses, Nord et Sud.




Aujourd'hui, la ville d'origine d'Andover est connue comme Andover Nord, qui prend en charge environ 28.000 personnes. Son développement est varié, une grande partie des terres le long des rivières Shawsheen et Merrimack étant concernés par l'industrie, et les terres du sud-ouest étant plus agricole. Elle est considérée comme une ville-dortoir de la région métropolitaine de Boston


Le vieux cimetière dans ce qui est maintenant le Nord Andover marque le centre de la ville ancienne. A proximité, se trouvai autrefois la maison de réunion, qui était entourée de grappes de maisons sur des lots de quatre à huit acres. Toujours debout dans la ville est la maison de Benjamin Abbot, qui avait accusé Martha Carrier de sorcellerie. Elle a été pendue le 19 août 1692. Elle a continué à être habité depuis sa construction en 1685. La maison est demeurée dans la famille Abbot pendant huit générations, jusqu'en 1933. Propriété privé aujourd’hui, elle est sur le registre national des lieux historiques.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:02









Beverly - Situated in Essex County, Beverly was originally part of Salem Towne and the Naumkeag Territory. However, due to religious differences with Governor John Endicott, Beverly was separated from the larger city and officially incorporated in 1668. It was named for the town of Beverley in Yorkshire, England. In 1671, Roger Conant, with 34 others, petitioned that the name be changed to Budleigh, the name of the city in England where he was born. He said that they should accept his petition because he was such an important founder of Beverly, and because he never had petitioned for anything else. But his petition was, obviously, denied. In 1675, King Philip’s War erupted, in which the Indians tried to eliminate the white settlers. Many of Beverly's men fought in this war.


During the Salem witch trials of 1692, Beverly, like so many other area villages played a role. The pastor of the Church of Christ in Beverly, Massachusetts, the Reverend John Hale was one of the most prominent and influential clergymen associated with the witch trials. Initially, he supported the trials, until his wife Sarah Noyes Hale was accused. He then changed his mind, and later, published a critique of the whole affair. Though his wife was accused, she was never charged. However, this would not be the case for several other Beverly residents. Dorcas Galley Hoar, a widow in her late fifties, was known to have practiced fortunetelling and had long been suspected of being a witch. It comes as no surprise that she was the first to be accused in Beverly. At her trial, she was found guilty and condemned to hang. However, she then confessed and with the support of several ministers, was given a reprieve and released. Also accused were Sarah Murrell, Sarah Morey, Sarah Riste, Susanna Rootes, and Job Tookey. Almost all of Beverly's accusations were made from the end of April to the first of June.

Today, Beverly is a community of almost 40,000 people. The Reverend John Hale's house, built in 1694, still stands at 39 Hale Street and is open to the public. His body is buried at the Ancient Burial Ground located between Hale and Abbott Streets.









Beverly - Situé dans le comté d'Essex, Beverly faisait à l'origine partie de Salem Towne et le territoire de Naumkeag. Cependant, en raison de différences religieuses avec le gouverneur John Endicott, Beverly a été séparé de la plus grande ville et incorporé (ou crée) officiellement en 1668. Elle  a été nommée pour la ville de Beverley dans le Yorkshire, en Angleterre. En 1671, Roger Conant, avec 34 autres personnes, a demandé que le nom soit changé à Budleigh, le nom de la ville en Angleterre où il est né. Il a dit qu'ils devraient accepter sa pétition parce qu'il était un fondateur  important de Beverly, et parce qu'il n'a jamais présenté une requête pour autre chose. Mais sa pétition a été évidemment refusée. En 1675, la guerre du Roi Philip a éclaté, dans lequel les Indiens ont essayé d'éliminer les colons blancs. Beaucoup d'hommes de Beverly se sont battus dans cette guerre.


Pendant les procès de sorcière de Salem de 1692, Beverly, comme tant d'autres villages de la région a joué un rôle. Le pasteur de l'Église du Christ à Beverly, Massachusetts, le révérend John Hale était l'un des ecclésiastiques les plus éminents et les plus influents associés aux procès des sorcières. Au début, il a soutenu les procès, jusqu'à ce que son épouse Sarah Noyes Hale a été accusé. Il a ensuite changé d'avis, et plus tard, a publié une critique de toute l'affaire. Bien que sa femme ait été accusée, elle n'a jamais été inculpée. Cependant, ce ne serait pas le cas pour plusieurs autres résidents de Beverly. Dorcas Galley Hoar, une veuve dans la cinquantaine, était connue pour avoir pratiqué la fortunetelling (peut être la divination) et avait longtemps été soupçonné d'être une sorcière. Il n'est pas surprenant qu'elle ait été la première à être accusée à Beverly. À son procès, elle a été trouvée coupable et condamnée à être pendue. Cependant, elle a ensuite avoué et avec le soutien de plusieurs ministres, a eu un sursis et a été libérée. Sont également accusées Sarah Murrell, Sarah Morey, Sarah Riste, Susanna Rootes et Job Tookey. Presque toutes les accusations de Beverly ont été faites de la fin d'avril au premier juin.



Aujourd'hui, Beverly est une communauté de près de 40.000 personnes. La maison du révérend John Hale, construit en 1694, se tient toujours au 39 Hale Street et est ouvert au public. Son corps est enterré au cimetière antique situé entre Hale et Abbott Street.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:03







Billerica - Situated in Middlesex County, the settlement was an Indian village named Shawshin when European settlers first came to the site. In 1638, Massachusetts Bay Governor John Winthrop and Lieutenant Governor Thomas Dudley were granted land along the Concord River and a settlement was formed. Under the supervision of the City of Cambridge, financial difficulties prevented the village being settled immediately. Finally, in 1652, roughly a dozen families from Cambridge and Charlestown Village begun to occupy Shawshin and later more families from Woburn would join them. Wishing to replace the foreign-sounding Shawshin with a name more familiar, the settlers chose the name Billerica, due to the fact that many of the families had come from there. The town was incorporated in 1655.

During the witch trial frenzy of Salem Village, Billerica, which is situated about 20 miles west of Salem Village, soon found many of its citizens accused. Dr. Roger and Mary Allen Toothaker would be accused by their niece,Sarah Carrier of Andover. Their daughters, ten year old, Margaret, and Martha Toothaker Emerson of Haverhill were also accused. Although there is no testimony to such, it is the belief of many that John Durrant and Rebecca Chamberlain were also victims of the Salem witch hunts. Both died in the prison in Cambridge, John Durrant in October, 1692, and Rebecca Chamberlain in September, 1692. Other Billerica residents were summoned to testify as witnesses including John Rogers, who had once been a close neighbor to Thomas and Martha Carrier, and Captain Jonathan Danforth. Though John Rogers agreed to attend, Captain Danforth refused, stating that he had nothing to say.

Today, the population of Billerica is about 40,000 people.







Billerica - Situé dans le comté de Middlesex, l'établissement était un village indien nommé Shawshin lorsque les colons européens sont venus pour la première fois sur le site. En 1638, le gouverneur de la Baie du Massachusetts, John Winthrop, et le lieutenant-gouverneur Thomas Dudley, se sont vu accorder des terres le long de la rivière Concord et un règlement a été formé. Sous la surveillance de la Ville de Cambridge, des difficultés financières ont empêché le village de s'installer immédiatement. Enfin, en 1652, environ une douzaine de familles de Cambridge et de Charlestown Village commencèrent à occuper Shawshin et plus tard, plusieurs de familles de Woburn se joignirent à eux. Désireux de remplacer le Shawshin, nom étranger par un nom plus familier, les colons ont choisi le nom Billerica, en raison du fait que beaucoup de familles étaient venues de là. La ville a été incorporée en 1655.

Au cours de la frénésie d'essai de sorcière de Salem Village , Billerica, qui est situé à environ 20 miles à l'ouest de Salem Village , a bientôt eu un grand nombre de ses citoyens accusés. Dr Roger et Mary Allen Toothaker seront accusés par leur nièce, Sarah Carrier d’Andover . Leurs filles, dix ans, Margaret et Martha Toothaker Emerson de Haverhill ont également été accusés. Bien qu'il n'y ait aucun témoignage à ce sujet, la croyance de beaucoup est que John Durrant et Rebecca Chamberlain ont également été victimes de la chasse aux sorcières de Salem. Tous deux sont morts dans la prison de Cambridge, John Durrant en Octobre 1692, et Rebecca Chamberlain en Septembre, 1692. D'autres résidents de Billerica ont été convoqués pour témoigner en tant que témoins , y compris John Rogers, qui avait été un voisin proche de Thomas et Martha Carrier, et Le capitaine Jonathan Danforth. Bien que John Rogers aot accepté de témoigner, le capitaine Danforth a refusé, déclarant qu'il n'y avait rien à dire.

Aujourd'hui, la population de Billerica est d'environ 40.000 personnes.




First Parish Church across Town Common, Billerica Massachusetts – 2010
(source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:First_Parish_Church_across_Town_Common,_Billerica_MA.jpg)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:04










Boxford - Located in Essex County, Boxford was first settled in 1646 as part of Rowley Village by Abraham Redington. It was officially incorporated in 1685, at which time, about 40 families resided in the settlement. The primary occupation of early settlers was farming, though there were a number of craftsmen located in the village. Boxford did not gain its own church until 1701, so it is likely that its residents attended church in other nearby villages. During the infamous witch trials of 1692, three Boxford residents were accused of witchcraft. Rebecca Blake Eames was the first accused in August. She and her husband Robert lived lived with their son and his family near the Andover line.


She was examined on August 19, 1692 along with Mary Lacey, Sr., of Andover, who testified that Rebecca Blake Eameshad baptized her own son, Daniel Eames, as a witch. Confessing, Rebecca claimed that she had been bewitched by the Devil in the hollow through which Ipswich Road runs. She would also say that her son, Daniel Eames was also a witch. On September 17, 1692, she, along with nine others were condemned to die. She would be imprisoned until May, 1693, when she was finally released. Her son, Daniel, was also imprisoned for a time, but, the results are unknown. Boxford's only other case was when Hannah Post, the sister of Mary Post of Andover, who had been found guilty and condemned of witchcraft, was also examined and indicted. She was later found not guilty and released.

Boxford is now called home to about 8,000 people.









Boxford - Situé dans le comté d'Essex, Boxford a été d'abord établi en 1646 dans le cadre de Rowley Village par Abraham Redington. Il a été officiellement incorporé en 1685, à ce moment, environ 40 familles ont résidé dans la colonie. La principale occupation des premiers colons était l'agriculture, bien qu'il y ait un certain nombre d'artisans situés dans le village. Boxford n'a pas eu sa propre église jusqu'en 1701, ainsi il est probable que ses résidents ont assisté à l'église dans d'autres villages voisins. Pendant les infâmes procès de sorcières de 1692, trois résidents de Boxford ont été accusés de sorcellerie. Rebecca Blake Eames a été la première accusée en août. Elle et son mari Robert vivaient avec leur fils et sa famille près de la ligne Andover.


Elle a été innterrogée le 19 août 1692 avec Mary Lacey, Sr., d'Andover, qui a témoigné que Rebecca Blake Eames avait baptisé son propre fils, Daniel Eames, en tant que sorcier. Se confessant, Rebecca a prétendu qu'elle avait été ensorcelée par le diable dans le creux par lequel la route d'Ipswich court. Elle disait aussi que son fils, Daniel Eames, était aussi sorcier. Le 17 septembre 1692, elle, ainsi que neuf autres, furent condamnées à mourir. Elle sera emprisonnée jusqu'au mois de mai 1693, quand elle sera finalement relâchée. Son fils, Daniel, a également été emprisonné pour un temps, mais, les résultats sont inconnus. Le seul autre cas de Boxford était celui où Hannah Post, sœur de Mary Post d'Andover, qui avait été reconnue coupable et condamnée à la sorcellerie, a également été interrogée et inculpée. Plus tard, elle a été déclarée non coupable et libérée.


Boxford a aujourd’hui une population de 8.000 personnes




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:06














Gloucester - Located on Cape Ann in Essex County, Goucester was founded at Cape Ann by an expedition called the "Dorchester Company" of men from Dorchester, England chartered by King James I in 1623. It was one of the first English settlements in what would become the Massachusetts Bay Colony, and predates both Salem and Boston. The first company of pioneers made landing at Half Moon Beach, and settled nearby. However, life in this first settlement was harsh and short-lived. Around 1626, it was abandoned, and the people moved to Naumkeag, which was later called Salem. Even the meetinghouse was disassembled and relocated. However, over the years, the original location was slowly resettled and Gloucester was formally incorporated in 1642. It took its name from the city of Gloucester in southwest England.


When the infamous witch trials began in 1692, Gloucester was still an isolated farming community, not yet the thriving port and fishing town it would soon become. Like Salem Village, Gloucester had gone through a number of factional conflicts earlier in the century, but, by 1692, had mostly obtained the stable, harmonious environment that Puritans expected of their communities. However, this model Puritan community, produced 17 witchcraft accusations, more than mostarea villages, with the exception of Andover, Salem Village and Salem Towne.

Though most of the community's problems had apparently resolved themselves, there were was obviously some remaining friction, as most of those accused were of high social and economic status, leading to the belief that there was clearly envy on the part of some villagers. The remaining accused were known to have reputations as trouble-makers or were related to other accused witches.

The first Gloucester residents accused of witchcraft were Margaret Skillings Prince and Elizabeth Dicer on September 3, 1692. They were accused by Ebenezer Babson after he had asked some of the afflicted Salem Village girls to visit his mother, Eleanor, who was complaining of spectral visions of Indians and French soldiers. Ironically, the previous summer, Ebenezer Babson had been involved in an odd hysteria over phantom Indiansand French soldiers that had allegedly gripped Gloucester. Despite this strange history, after the "afflicted girls" pinpointed Margaret Skillings Prince and Elizabeth Dicer, a complaint was sworn out against the two women. Around the same time, four more women were accused including Mary Prince Rowe, Phoebe Day, Rachel Vinson, and Joan Penney

Shortly afterwards, James Stevens, a deacon of the local church and lieutenant in the militia, sent for the "afflicted girls" of Salem Village to name the witch he believed was afflicting his sister Mary Fitch, much like Joseph Ballard had done in Andover in September. When Mary Fitch, who was deathly ill, was visited by the "afflicted girls," they named Rebecca Dike, Esther Elwell and 15 year-old Abigail Rowe as the witches who had caused her illness.

Others accused of witchcraft in Gloucester included William Brown, Ann Higginson Dolliver, Joseph Emons, and Abigail Somes. Four more women who were accused, successfully fought back by filing a legal action for slander against those who were spreading rumors about them. These women included Agnes Evans, Grace Dutch, Elizabeth Perkins, and Sarah Vinson. Fortunately for the accused, it appears that these cases never went to trial because the use of spectral evidence was banned in October, 1692, giving prosecutors little evidence to go on, and the Court of Oyer and Terminer was disbanded. In November, public officials set up the Superior Court of Judicature to hear the remaining witchcraft cases. Between January and May of 1693, most of the accused were released due to a lack of evidence or tried and found not guilty.

Today, Gloucester is an important center of the fishing industry and a popular summer destination. It's called home to a population of almost 29,000 people.





Gloucester in later years.
Gloucester les années suivantes




Gloucester - Situé sur le cap Ann dans le comté d'Essex, Gloucester a été fondé au cap Ann par une expédition appelée la « compagnie de Dorchester » des hommes de Dorchester, Angleterre affrété par le Roi James I en 1623. C'était une des premières colonies anglaises dans ce qui devenu la colonie de la baie de Massachusetts, et est antérieur à Salem et à Boston. La première compagnie de pionniers a atterri à Half Moon Beach, et s'est installée à proximité. Cependant, la vie dans cette première colonie était dure et de courte durée. Vers 1626, elle fut abandonnée, et le peuple s'installa à Naumkeag, qui fut appelé plus tard Salem. Même l'église fut démontée et déplacée. Cependant, au fil des ans, l'emplacement original a été lentement réinstallé et Gloucester a été formellement incorporé en 1642. Il a pris son nom de la ville de Gloucester dans le sud-ouest de l'Angleterre.


Lorsque les infâmes procès des sorcières ont commencé en 1692, Gloucester était encore une communauté agricole isolée, pas encore le port et la pêche ville prospère qu’elle allait bientôt devenir. Comme Salem Village , Gloucester avait traversé un certain nombre de conflits entre factions au début du siècle, mais, e 1692, avait surtout obtenu l’environnement harmonieux stable que les puritains attendaient de leurs communautés. Toutefois, cette communauté puritaine modèle a produit 17 accusations de sorcellerie, plus que la plupart des villages de la région , à l'exception d’Andover, Salem Village et Salem Towne .


Bien que la plupart des problèmes de la communauté aient apparemment été résolus, il y a évidemment eu des frictions, car la plupart des accusés étaient d'un statut social et économique élevé, ce qui a incité certains villageois a manifestement les envier. Les accusés restants étaient connus pour avoir la réputation de décideurs ou étaient liés à d'autres sorcières accusées.


Les premiers habitants de Gloucester accusés de sorcellerie étaient Margaret Skillings Prince et Elizabeth Dicer le 3 septembre 1692. Ils ont été accusés par Ebenezer Babson après avoir demandé à certaines des filles « affligées »du village de Salem de rendre visite à sa mère, Eleanor, qui se plaignait de visions spectrales d’indiens et de soldats français. Ironiquement, l'été précédent, Ebenezer Babson avait été impliqué dans une étrange hystérie sur les Indiens fantômes et les soldats français qui auraient saisi Gloucester. Malgré cette étrange histoire, après que les «filles affligées» aient désigné Margaret Skillings Prince et Elizabeth Dicer, une plainte officielle a été faite contre les deux femmes. Vers la même époque, quatre autres femmes ont été accusées, dont Mary Prince Rowe, Phoebe Day, Rachel Vinson et Joan Penney



Peu de temps après, James Stevens, diacre de l'église locale et lieutenant dans la milice, a envoyé chercher les «filles affligées» de Salem Village pour trouver la sorcière qui affligeait sa sœur Mary Fitch, comme Joseph Ballard avait fait à Andover en Septembre. Lorsque Mary Fitch, qui était mortellement malade, a été visité par les «filles affligées», elles ont nommé Rebecca Dike, Esther Elwell et Abigail Rowe, 15 ans comme les sorcières qui avaient causé sa maladie.



Parmi les autres accusés de sorcellerie à Gloucester figuraient William Brown, Ann Higginson Dolliver, Joseph Emons et Abigail Somes. Quatre autres femmes qui ont été accusées, ont réussi à se battre en déposant une action en justice pour diffamation contre ceux qui répandaient des rumeurs à leur sujet. Ces femmes étaient Agnes Evans, Grace Dutch, Elizabeth Perkins et Sarah Vinson. Heureusement pour l'accusé, il semble que ces cas n'ont jamais été jugés parce que l'utilisation de preuves spectrales a été interdite en octobre 1692, donnant peu de preuves au procureur et la Cour d'Oyer et de Terminer a été dissoute. En novembre, les fonctionnaires ont créé la Cour supérieure de la magistrature pour entendre les autres cas de sorcellerie. Entre janvier et mai 1693, la plupart des accusés ont été libérés en raison d'un manque de preuve ou ont été jugés non coupables


Aujourd'hui, Gloucester est un centre important de l'industrie de la pêche et une destination populaire d'été. Elle a une population de près de 29.000 personnes.





The Mariners Church Gloucester Docks
(source : https://www.pinterest.com/pin/444519425697032624/)



Gloucester docks
(source : https://www.pinterest.com/pin/444519425697032624/)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:07








Haverhill - Located about 24 miles north of Salem, on the Merrimack River, Haverhill got its start as a farming community, founded in 1640 by settlers from Newbury. It was originally known as Pentucket, which is a Native American word for "place of the winding river." It was later renamed for the town of Haverhill, England, in deference to the birthplace of the settlement's first pastor, Reverend John Ward. Haverhill has played a role in nearly every era of American history, from the initial colonial settlement, to the French and Indian Wars, and theAmerican Revolution and Civil War. It also played a role in the infamous Salem witch trials of 1692.


When the hysteria first began, Haverhill resident, Judge Nathaniel Saltonstall, was chosen to preside over theSalem witch trials; however, he found the trials objectionable and recused himself. Some historians cite his reluctance to participate in the trials as one of the reasons that the witch hysteria did not take as deep a root in Haverhill as it did in the neighboring town of Andover, which had the most victims of the witch hunt. However, a number of women from Haverhill were accused of witchcraft, and a few were found "guilty" by the Court of Oyer and Terminer. In the he old Pentucker Cemetery located at the intersection of Water and Mill Streets, lies the remains of Major Nathaniel Saltonstall, who objected to the witch trials.

Today, Haverhill is called home to almost 61,000 people.









Haverhill - Situéenviron 24 milesnord de Salem, sur la rivière Merrimack, Haverhill a fait ses débuts en tant que communauté agricole, fondée en 1640 par des colons de Newbury. Elle a été initialement connue sous le nom Pentucket, qui est un mot améridien et qui signifie "place de la rivière sinueuse." Elle a ensuite été rebaptisée pour la ville de Haverhill, Angleterre, par déférence pour le lieu de naissance du premier curé de la colonie, le révérend John Ward. Haverhill a joué un rôle dans presque toutes les époques de l’histoire américaine, de la colonisation initiale, aux guerres françaises et indiennes, et la Révolution américaine et la guerre civile . elle a également joué un rôle dans les infâmes procès des sorcières de Salem de 1692.

Lorsque l'hystérie a commencé, résident Haverhill, le juge Nathaniel Saltonstall, a été choisi pour présider les procès des sorcières de Salem ; cependant, il a trouvé les procès répréhensible et s’est récusé. Certains historiens citent sa réticence à participer aux procès comme l' une des raisons pour lesquelles l' hystérie de sorcière n'a pas pris racine profondément à Haverhill comme dans la ville voisine de Andover , qui avait le plus de victimes de la chasse aux sorcières. Toutefois, un certain nombre de femmes de Haverhill ont été accusés de sorcellerie, et quelques - unes ont été jugées «coupable» par la Cour d'Oyer et Terminer . Dans le cimetière, le vieux Pentucker (the old Pentucker Cmetery) situé à l'intersection de Water et Mill Streets, se trouve la dépouille du major Nathaniel Saltonstall, qui était opposé aux procès de sorcellerie .

Aujourd'hui, Haverhill a une population de près de 61.000 personnes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:11








Ipswich - A coastal town in Essex County, Ipswich was founded by John Winthrop the Younger, son of John Winthrop, one of the founders of Massachusetts Bay Colony in 1630 and its first governor, elected in England in 1629. When the colonists first arrived, they investigated the region of Salem, Massachusetts, and Cape Ann, including a place they called Agawam. However, they settled in Charlestown. In 1633, John the Younger decided to settle at Agawam. He and 12 men soon sailed into Ipswich harbor and took up residence there. The next year, the town was incorporated and called Ipswich after a town in Suffolk County, England. Nathaniel Ward, an assistant pastor in town from 1634 to 1636, wrote the first code of laws for Massachusetts. Early settlers became farmers, fishermen, shipbuilders and traders.

Like other local villages, Ipswich would see some of its citizens arrested for witchcraft; but, the hysteria that took over other nearby settlements such as Salem Village and Andover, would not have the same impact in Ipswich. This is accredited to the ministers of the settlement who put themselves on record as not being in agreement with the delusion of the witch trials.

However, Rachel Clinton was arrested for witchcraft at the end of March, 1692. She was indicted and imprisoned until 1693. Destitute, she would die just two years later. It probably came as no surprise to area residents that Mehittable Braybrook Downing, who had quite a questionable history and reputation for the time, was also arrested and imprisoned. Also accused were Thomas Dyer, Anna Edmunds, Margaret Read, and Thomas Wells. No one from Ipswich were executed. Sarah Buckley, wife of William Buckley, who was a former a resident of Ipswich, was also accused, but, the Reverend William Hubbard, stepped up to save her.

Today, Ipswich is a residential community with a vibrant tourism industry. It is called home to about 13,000 people








Ipswich - ville côtière dans le comté d'Essex, Ipswich a été fondée par John Winthrop le Jeune, fils de John Winthrop, l'un des fondateurs de la colonie de la baie de Massachusetts en 1630 et son premier gouverneur, élu en Angleterre en 1629. Quand les colons sont arrivés, Ils ont étudié la région de Salem, le Massachusetts et le cap Ann, y compris un endroit qu'ils ont appelé Agawam. Cependant, ils s'installèrent à Charlestown. En 1633, Jean Winthrop le Jeune décida de s'installer à Agawam. Lui et 12 hommes ont rapidement navigué dans le port d'Ipswich et y ont logé. L'année suivante, la ville a été incorporée et s’est appelé Ipswich d’après une ville dans le comté de Suffolk, Angleterre. Nathaniel Ward, un assistant du  pasteur de la ville de 1634 à 1636, a écrit le premier code de lois pour le Massachusetts. Les premiers colons sont devenus agriculteurs, pêcheurs, constructeurs et commerçants.


Comme d'autres villages de la région, Ipswich verra certains de ses citoyens arrêtés pour sorcellerie; Mais, l'hystérie qui a pris sur les autres colonies voisines tels que Salem Village et Andover, n'aura pas le même impact à Ipswich.  C’est accrédité pour les ministres de la colonie qui se mettent sur la liste comme n’étant ne pas en accord avec l’illusion du procès des sorcières.



Toutefois, Rachel Clinton a été arrêtée pour sorcellerie à la fin de Mars 1692. Elle a été inculpée et emprisonnée jusqu'à 1693. Indécente, elle mourrait deux ans plus tard. Ce n’est probablement pas surprise pour les résidents de la région que Mehittable Braybrook Downing, qui avait une histoire et une réputation douteuses pour l'époque, a également été arrêté et emprisonné. Ont également été accusés Thomas Dyer, Anna Edmunds, Margaret Read et Thomas Wells. Personne d'Ipswich n'a été exécuté. Sarah Buckley, épouse de William Buckley, qui était un ancien résident d'Ipswich, a également été accusée, mais, le révérend William Hubbard, est intervenu pour la sauver.




Aujourd'hui, Ipswich est une communauté résidentielle avec une industrie touristique dynamique.  Elle a une population d’environ 13.000 personnes.



Le pont Choate, avec le bâtiment Caldwel sur la gauche et le Séminaire Femme
Ipswich au-delà
(source : http://www.historicipswich.org/)




The Old North Burying Ground, Ipswich, MA  -   The Old North Burying
Ground à l' intersection de High Street et Rt 133 / 1A a été
créé en 1634 lors de la fondation de la ville d'Ipswich.

(source : https://storiesfromipswich.org)


Nathaniel Wade House près de South Green
(source : http://www.historicipswich.org/)



Emerson - Howard House, Turquie Shore Road, vers 1680
(source : http://www.historicipswich.org/)

Early aerial view of ipswich – vue aérienne ancienne d’Ipswich
(source : https://storiesfromipswich.org/2016/01/30/bygone-ipswich/)



John Appleton House au coin de N.Main et Central Streets
(source : https://storiesfromipswich.org/2016/01/30/bygone-ipswich/)



La maison Baker, South Green par George Dexter
(source : https://storiesfromipswich.org/2016/01/30/bygone-ipswich/)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:13












Lynn - Located in Essex County, Lynn was first settled in 1629 by Edmund Ingalls, who was followed by a number of other settlers who wanted to find a less crowded area. They bargained with the Nipmuck Indians for some land known as Saugus and in 1631 the settlement was incorporated as Saugus. The land originally purchased from the Indians now encompasses not only the city of Lynn, but also Reading, Swampscott, Nahant, Saugus and Lynnfield. In 1637, the settlement's first official minister, Samuel Whiting, arrived from King’s Lynn, England. The settlers were so excited that they changed the name of their community to Lynn in honor of him. Although mostly an agricultural community, early settlers also relied on shell fishing, and there were many who were skilled in making leather shoes, resulting in the first tannery in the United States being established in Lynn in 1629.

Lynn had its first "witch scare" in 1669 when Ann Holland Basset Burt, a Quaker and a midwife, was brought up on charges of witchcraft. Because she was not a doctor, but was successful at curing the sick, some people felt she could only have medical skills if she were a witch. Apparently no action was taken against Ann Burt as a result of these charges. However, some of her descendants would not be so lucky. Her grand daughter, Elizabeth Bassett Proctor, of Peabody, Massachusetts would be accused of witchcraft, found guilty, and condemned to die. She was only spared because she was pregnant. Her husband, John Proctorr would be hanged for wizardry. Several more in the family would also be accused.

During the witch hysteria, there were a number of people from Lynn who were accused of witchcraft including Sarah Hood Bassett, Sarah Aslett Cole, Jane Greepe Collins, Thomas Farrar, Margaret Gifford, Elizabeth Huthinson Hart, and Mary Leach Ireson.

Today, Lynn is the largest city in Essex County. It is an urban manufacturing and commercial center, densely populated and culturally diverse. Residents are proud of the city's long history, which parallels the history of New England as a whole. It is called home to more than 90,000 residents.









Lynn - Située dans le comté d'Essex, Lynn a été colonisée pour la première fois en 1629 par Edmund Ingalls, qui a été suivi par un certain nombre d'autres colons qui voulaient trouver un endroit moins encombré. Ils négocièrent avec les Indiens Nipmuck pour un terrain connu sous le nom Saugus et en 1631   la communauté  a été incorporé comme Saugus. La terre achetée à l'origine  aux Indiens englobe maintenant non seulement la ville de Lynn, mais aussi Reading, Swampscott, Nahant, Saugus et Lynnfield. En 1637, le premier ministre officiel de la communauté, Samuel Whiting, arriva de King's Lynn, en Angleterre. Les colons étaient tellement excités qu'ils ont changé le nom de leur communauté en celui de  Lynn en  son honneur. Bien qu’étant principalement une communauté agricole, les premiers colons se sont également appuyé sur la pêche des coquillages, et nombreux étaient ceux qui étaient qualifiés dans la fabrication de chaussures en cuir, ayant pour résultat  la création de la première tannerie aux États-Unis établie à Lynn en 1629.


Lynn a eu son premier «cas  de sorcière» en 1669 quand Ann Holland Basset Burt, une quaker et une sage-femme, a grandi sur des accusations de sorcellerie. Parce qu'elle n'était pas médecin, mais a réussi à guérir les malades, certaines personnes ont estimé qu'elle ne pouvait avoir des compétences médicales que si elle était une sorcière. Apparemment, aucune action n'a été intentée contre Ann Burt à la suite de ces accusations. Cependant, certains de ses descendants ne seraient pas si chanceux. Sa petite-fille, Elizabeth Bassett Proctor, de Peabody, Massachusetts serait accusée de sorcellerie, reconnue coupable, et condamnée à mort. Elle n'a été épargnée que parce qu'elle était enceinte. Son mari, John Proctorr serai pendu pour sorcellerie. Plusieurs autres membres de la famille seront également accusés.

Au cours de l' hystérie de sorcière , il y avait un certain nombre de personnes de Lynn qui ont été accusés de sorcellerie , y compris Sarah Hood Bassett, Sarah Aslett Cole, Jane Greepe Collins, Thomas Farrar, Margaret Gifford, Elizabeth Huthinson Hart, et Mary Leach Ireson.


Aujourd'hui, Lynn est la plus grande ville du comté d'Essex. Il s'agit d'un centre industriel et commercial urbain, densément peuplé et culturellement diversifié. Les résidents sont fiers de la longue histoire de la ville, qui est parallèle à l'histoire de la Nouvelle-Angleterre dans son ensemble. Sa population est de plus de 90 000 résidents.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:14









Malden - Situated in a hilly woodland area north of the Mystic River in Middlesex County, Malden is about 16 miles southwest of what was once called Salem Village. It was settled by Puritans in 1640 on land purchased in 1629 from the Pennacook Indian tribe. The area was originally called the "Mistick Side" and was a part of Charlestown. It was incorporated as a separate town in May, 1649. The name Malden was selected by Joseph Hills, an early settler and landholder, and was named after a small parish in Surrey County, England. That same Joseph Hills compiled the first code of enacted laws printed in New England in 1648. A church was organized in 1649; but the date of the erection of the first meeting-house is not known. Among the early ministers was the Reverend Michael Wigglesworth, a poet as well as preacher, who was ordained in 1656, and continued as pastor until his death, June 10, 1705. Malden originally included what are now the adjacent cities of Melrose (until 1850) and Everett (until 1870)


During the witch hunts of 1692, several Malden residents were accused including Mary Cox, Elizabeth Betts Fosdic, and Elizabeth Carrington Paine. The influential Captain John Floyd, who lived in Chelsea at the time of his accusation, had earlier lived in Malden.

Today, Malden is a large and prosperous town situated just four miles north of Boston. It is called home to more than 59,000 people.










Malden - Situé dans une région boisée vallonnée au nord de la rivière Mystic dans le comté de Middlesex, Malden est d'environ 16 miles au sud-ouest de ce qui était autrefois appelé Salem Village. Elle fut colonisée par les Puritans en 1640 sur la terre achetée en 1629 à la tribu indienne de Pennacook. La région était à l'origine appelé " Mistick Side" et faisait partie de Charlestown. Elle a été incorporée en tant que ville séparée en mai de 1649. Le nom Malden a été choisi par Joseph Hills, un des premiers colons et propriétaire terrien, et a été appelé d'après une petite paroisse dans le comté de Surrey, en Angleterre. Ce même Joseph Hills a compilé le premier code de lois promulguées imprimées en Nouvelle-Angleterre en 1648. Une église a été organisée en 1649; Mais la date de construction de la première maison de réunion n'est pas connue. Parmi les premiers ministres, il y avait le Révérend Michael Wigglesworth, poète et prédicateur, ordonné en 1656 et a continué comme pasteur jusqu'à sa mort, le 10 juin 1705. Malden comprenait à l'origine ce que sont maintenant les villes adjacentes de Melrose (jusqu'en 1850 ) Et Everett (jusqu'en 1870)




Pendant la chasse aux sorcières de 1692, plusieurs résidents Malden ont été accusés, comprenaient Mary Cox,Elizabeth Betts Fosdic et Elizabeth Carrington Paine . L'influent Capitaine John Floyd , qui vivait à Chelsea au moment de son accusation, avait déjà vécu à Malden.



Aujourd'hui, Malden est une ville grande et prospère située à seulement quatre miles au nord de Boston. Sa population est d’environ 59.000 personnes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:15










Marblehead - Located in Essex County, Marblehead was first settled as a plantation of Salem in 1629 by John Peach, Sr. At that time, the area was inhabited by the Naumkeag tribe; but smallpox epidemics in 1615–1619 and 1633, devastated the tribe. What was left of the tribe would later sell 3,700 acres to area residents in 1684. Over the years, more and more people migrated from nearby Salem, often to escape the strict discipline of the intensely religious Puritans. These people co-existed peacefully with the Naumkeag tribe. Twenty years after John Peach, Sr. had settled his plantation, enough people had come to the area that a town was incorporated in 1649. It was first called Massebequash after the river which ran between it and Salem. It was also referred to Marvell Head and Marble Harbor.

Later, the town's name was changed to Marblehead by settlers who mistook its granite ledges for marble. The town prospered as a fishing village with narrow, crooked streets, gradually growing inland from the harbor. In fact the fisherman did so well, that more people, hearing of the abundant fish, began to arrive from England to settle in Marblehead. On December 12, 1648 members of a Salem Towne Meeting voted, subject to the approval of the Massachusetts General Court, to grant Marblehead its complete independence from Salem.
Two years later, Marblehead would deal with its first official witch accusation. In 1650, a fisherman named Peter Pittford claimed that he had seen the "Goodwife James" step aboard a boat and put to sea "in the likeness of a cat!" He also insisted that she employed her evil talents to ruin his corn and beans. Jane James was the wife of a ship carpenter, who had, years earlier in 1639, been convicted of stealing. This created for her, a bad reputation and she soon became the target of numerous rumors. By 1650, neighbors began to cast her in the role of a witch. That year, as well as the next - 1651, and again in 1667, formal complaints would be made that James was a witch. Though she was never convicted, and all three times, won lawsuits against her accusers for slander, her reputation in the "court of public opinion" was forever ruined.
The next person accused of witchcraft in Marblehead would not be so lucky. Marblehead's sole victim during the witch hysteria of 1692 was Wilmot Redd, the wife of a fisherman who was known for her bad temper and many disputes with her neighbors. She was accused by several of the "afflicted girls" of Salem Village, a warrant was issued for her arrest in May, 1692, and she was examined in Salem Village. Several months later, in September, she was tried, found guilty, and sentenced to be hanged. Here execution was carried out on September 22, 1692. Years later, Marblehead would be known for another celebrity "witch" -- Moll Pitcher. Though she never claimed to be a "witch," many thought of her as such. She was actually a sought after fortune-teller, who was thought to have been very accurate, so much so, that some sailors would not set foot on their vessels if she predicted any type of bad luck. Had she been "practicing" her skill a century earlier, she probably would have been hanged.



Today, Marblehead displays much of its early architecture from its heydays commercial fishing era. It is called home to almost 20,000 people. Several sites from the witch hysteria of 1692 can be seen. Redd's Pond, located at the intersection of Pond and Norman Streets, is named for Wilmot Reddwho was one of the many executed during the infamous witch trials. Her home once stood near here. Adjacent to Redd's Pond is the Old Burial Hill, founded in 1638. Though Wilmot Redd was not buried here as the law would not allow her to be buried in consecrated ground, she was probably buried in an unmarked grave near her home. Today; however, a memorial marker now stands next to her husband's grave in Old Burial Hill. The historic cemetery also features numerous other historic Puritan gravestones. It is located on the high ground between Marblehead's colonial-era residential and retail district, called "Old Town", and the Barnegat neighborhood that stretches from Little Harbor to Doliber's Cove. It is accessible via a walkway at Redd's Pond and a stairway at the intersection of Orne and Pond Streets.

Also still standing in Marblehead is the Ambrose Gale House, built about 1663. Ambrose Gale is known for his testimony against Wilmot Redd, who would later be hanged for witchcraft. The privately owned house is located at 17 Franklin Street, between Washington and Selman Streets.









Marblehead - Situé dans le comté d'Essex, Marblehead a d'abord été colonisée comme une plantation de Salem en 1629 par John Peach, Sr. À cette époque, la région était habitée par la tribu Naumkeag; Mais les épidémies de variole en 1615-1619 et 1633, ont dévasté la tribu. Ce qui restait de la tribu vendra plus tard 3 700 acres aux résidents de la région en 1684. Au fil des ans, de plus en plus de personnes émigrèrent de Salem à proximité, souvent pour échapper à la stricte discipline des puritains intensément religieux. Ces personnes ont coexisté pacifiquement avec la tribu Naumkeag. Vingt ans après que John Peach, Sr. avait établi sa plantation, assez de gens étaient venus dans la région qu'une ville a été créée en 1649. Elle a d'abord été appelée Massebequash d’après la rivière qui se trouvait entre elle et Salem. Elle a également été mentionnée comme Marvell Head et Marble Harbour.


Plus tard, le nom de la ville a été changé à Marblehead par des colons qui ont confondu ses rebords de granit avec du marbre. La ville a prospéré comme un village de pêcheur avec des rues étroites, tortueuses, progressivement poussant l'intérieur du port. En fait le pêcheur l’a si bien fait, que de nombreuses personnes, en entendant les poissons étaient abondants, ont commencé à arriver d'Angleterre pour s'installer à Marblehead. Le 12 décembre 1648, les membres d'une assemblée de Salem Towne votèrent, sous réserve de l'approbation du Massachusetts General Court, d'accorder à Marblehead son entière indépendance vis-à-vis de Salem.


Deux ans plus tard, Marblehead s'occupera de sa première accusation officielle de sorcellerie. En 1650, un pêcheur nommé Peter Pittford a affirmé qu'il avait vu le "Goodwife James" à bord d'un bateau et glisser à la mer " sous la forme d'un chat!". Il a également insisté disant qu'elle a employé ses talents maléfiques pour ruiner son maïs et ses haricots. Jane James était la femme d'un charpentier de navire, qui avait, plus tôt dans l’année 1639, été condamné pour vol. Cela lui a donné une mauvaise réputation et elle est rapidement devenue la cible de nombreuses rumeurs. En 1650, les voisins ont commencé à la montrer dans le rôle d'une sorcière. Cette année-là, ainsi que la suivant - 1651, et encore en 1667, des plaintes formelles seront faites contre James disant qu’elle était une sorcière. Bien qu'elle n'ait jamais été condamnée, et toutes les trois fois, elle a gagné des procès contre ses accusateurs pour calomnies, mais sa réputation dans la «cour de l'opinion publique» était pour toujours ruinée.


La Personne suivante à être accusée de sorcellerie à Marblehead ne sera pas aussi chanceux. La seule victime de Marblehead pendant l'hystérie de sorcière de 1692 sera Wilmot Redd, la femme d'un pêcheur qui était connu pour sa mauvaise humeur et de nombreux différends avec ses voisins. Elle a été accusée par plusieurs des «filles affligées» de Salem Village, un mandat a été émis pour son arrestation en mai 1692, et elle a été interrogée dans le village de Salem. Plusieurs mois plus tard, en Septembre, elle a été jugé, reconnu coupable et condamné à être pendue. Son exécution a été effectuée le 22 Septembre, 1692. Des années plus tard, Marblehead sera connu pour une autre « sorcière » célébre - Moll Pitcher. Même si elle n'a jamais prétendu être une «sorcière», beaucoup ont pensé à elle en tant que telle. Elle était en fait une diseuse de bonne aventure recherchée, qui était très précise, a tel point que certains marins n’auraient pas mis le pied sur leurs navires si elle prédit tout type de malchance. Si elle avait"exercé" son talent un siècle plus tôt, elle aurait probablement été pendue.


Aujourd'hui, Marblehead affiche une grande partie de son architecture du début de l’apogée de sa pêche commerciale. Elle a une population de près de 20.000 personnes. Plusieurs sites de l'hystérie de sorcière de 1692 peuvent être vu. Redd Pond, situé à l'intersection des rues de l'étang et Norman, est nommé ainsi pour Wilmot Redd qui était l'une des nombreuses exécutées au cours des infâmes procès de sorcières. Sa maison se trouvait près d'ici, autrefois, du coté de l’étang de Redd et le cimetière d’Old Hill, fondée en 1638. Bien que Wilmot Redd n'a pas été enterré ici parce que la loi ne lui permettait pas d'être enterré en terre sainte, elle a probablement été enterré dans une tombe anonyme près de chez elle. Aujourd'hui, un marqueur commémoratif se trouve maintenant à côté de la tombe de son mari dans Old Burial Hill. Le cimetière historique dispose également de nombreuses autres pierres tombales puritaines historiques. Il est situé sur les hauteurs entre la partie résidentiel d’époque coloniale et quartier commercial de Marblehead, appelé "Old Town", et le quartier Barnegat qui va de Little Harbor à Cove Doliber. Il est accessible par une passerelle à l'étang de Redd et un escalier à l'intersection des rues l’étang et de l’orne.

Aussi toujours debout à Marblehead est la maison de Gale Ambrose, construite vers 1663. Ambrose Gale est connu pour son témoignage contre Wilmot Redd, qui allait plus tard être pendue pour sorcellerie. La maison privée est située au 17 Franklin Street, entre les rues de Selman et de Washington.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:17









Peabody - A suburb of Salem Towne, Peabody was first known by several names when it was settled in about 1626, including Northfields, Salem Farms, and Brooksby. It was settled at the same time as Salem Town and for more than a century would simply be just another part of the city. In 1752, the area was set off from Salem and incorporated as part of Danvers, which was once Salem Village. Then, it was usually referred to as "the South Parish," associated with the church located in the center of town (now Peabody Square). In 1855, the community broke away from Danvers to become the town of South Danvers. The name was changed in 1868 to Peabody after George Peabody, a noted local philanthropist who was born in South Danvers (now Peabody) in 1795. George Peabody donated the money that built the Peabody Institute Library on Main Street in Peabody, and later the Peabody Institute Library in Danvers as well as many other libraries and schools throughout the country. Peabody has long been known as the "Tanner City", because its growth and development depended on the success of the local leather industry. Although most of the leather-related businesses have moved out of the area, the city retains the nickname. It is located just two miles northwest of the city center of Salem, and about five miles south Danvers.


During the witch hysteria of 1692, three of the town's first residents -- Giles and v Corey, and John Proctor -- were found guilty and condemned to die for witchcraft. John Proctor's wife, Elizabeth, was also found guilty and sentenced to hang; but, received a reprieve because she was pregnant.

At that time, Peabody was still part of Salem Town. Giles Corey owned a large farm in the area of what is now Pine Street across from the old Post Office at the railroad crossing. Giles was pressed to death with stones after refusing to make a plea in his accusation of witchcraft. His wife Martha was also executed by hanging for being a witch. Their graves sit near their original homestead by Crystal Lake in west Peabody.










John Proctor, an early opponent of the witch hunt, was also hanged during the witch hysteria of 1692. He too, owned a large farm in what is now Peabody and the house that he once lived in continues to stand. John and his wife, Elizabeth Bassett Proctor, would both be found guilty and condemned to hang. John's sentence was carried out n August 19, 1692, butElizabeth was given a reprieve because she was pregnant. She would later be released and remarry. Their children, Sarah and William Proctor, as well as John's oldest son, Benjamin Proctor, from his first marriage, would also be accused. Also living in the house was a servant named Mary Warren, who would become one of the so-called "afflicted girls." Privately owned today, the house is located at 348 Lowell Street. A stream runs behind the house that is known today as Proctor Brook.

Today, Peabody is known for its diversity, natural beauty, historical and cultural amenities. It is called home to about 52,000 people.









Peabody - Une banlieue de Salem Towne, Peabody a d'abord été connu sous plusieurs noms quand il a été créé au environ de 1626, y compris Northfields, Salem Farms et Brooksby. Il a été réglé en même temps que Salem Ville et pendant plus d'un siècle sera tout simplement juste une autre partie de la ville. En 1752, la région était partie de Salem et incorporé dans le cadre de Danvers, qui a été autrefois Salem Village. Ensuite, il a été généralement Dénommé «la paroisse du Sud, Associé à l'église située dans le centre de la ville (maintenant Peabody Square). En 1855, la communauté se détacha de Danvers pour devenir la ville de South Danvers. Le nom fut changé en 1868 pour Peabody d’après George Peabody, un éminent philanthrope locale qui est né dans le sud de Danvers (maintenant Peabody) en 1795. George Peabody a fait don de l'argent qui a construit la bibliothèque de l'Institut Peabody sur Main Street à Peabody, et plus tard la Peabody Bibliothèque de l'Institut Peabody à Danvers, ainsi que nombreuses autres bibliothèques et écoles dans tout le pays. Peabody a longtemps été connu sous le nom "Tanner City," Parce que sa croissance et le développement dépendait du succès de l'industrie du cuir local. Bien que la plupart des entreprises liées au cuir ont quitté la région, la ville conserve le surnom. Elle est situé à seulement deux miles au nord-ouest du centre de Salem ville, et environ cinq miles au sud Danvers.


Au cours de l'hystérie de sorcière de 1692, trois des premiers habitants de la ville - Giles et V. Corey, et John Proctor - ont été reconnus coupables et condamnés à mort pour sorcellerie. L'épouse de John Proctor, Elizabeth, a été reconnu coupable et condamné également à la pendaison, mais, elle a reçu un sursis parce qu'elle était enceinte.

A cette époque, Peabody faisait encore partie de Salem Town. Giles Corey possédait une grande ferme dans le domaine de ce qui est maintenant Pine Street en face de l'ancien bureau de poste à la croisée des chemins de fer. Giles a été pressé à mort avec des pierres après avoir refusé de se défendre pour son accusation de sorcellerie. Sa femme Martha a été exécutée par pendaison également pour être une sorcière. Leurs tombes sont situées près de leur ferme d'origine Crystal Lake à l’ouest de Peabody.

John Proctor , un adversaire au début de la chasse aux sorcières, a également été pendu pendant l’hystérie des sorcières de 1692. Lui aussi, propriétaire d'une grande ferme dans ce qui est maintenant Peabody et la maison où il a vécu est toujours debout. John et sa femme, Elizabeth Bassett Proctor , seront tous deux reconnus coupables et condamnés à la pendaison. L’exécution de John a été réalisée, le 19 Août, 1692, mais Elizabeth a reçu un sursis parce qu'elle était enceinte. Plus tard, elle sera libérée et se remaria. Leurs enfants, Sarah et William Proctor , ainsi que le fils aîné de John, Benjamin Proctor, enfant de son premier mariage, seront également accusés. Vivant également dans la maison , il y avait une servante nommée Mary Warren , qui allait devenir l' une des soi-disant « filles affligées ." Société détenue aujourd'hui, la maison est située à 348 Lowell Street. Propriété privée aujourd'hui, la maison est située à 348 Lowell Street. Un ruisseau passe derrière la maison qui est connu aujourd'hui comme le ruisseau de Proctor.


Aujourd'hui, Peabody est connue pour sa diversité, sa beauté naturelle, ses équipements historiques et culturels. Elle appelle abrite environ 52 000 personnes.




Peabody square



Photo de la maison de John Proctor en mars 2012 à Peaboody(par Vin7474) (source : https://commons.wikimedia.org)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:17











Reading - Pronounced like like "red-ing", this city, situated in Middlesex County, Massachusetts is just about ten miles north of central Boston. In the 1630's, the original settlers of Massachusetts arrived establishing theMassachusetts Bay Colony. Nine years later, in 1639, some citizens of Lynn petitioned the government of the colony for a "place for an inland plantation". They were initially granted six square miles, followed by an additional four. The first settlement in this grant was at called "Lynn Village" and was located on the south shore of Lake Quannapowitt. On June 10, 1644 the settlement was incorporated by the House of Deputies as the Town of Reading, taking its name from Reading, England.


The first church was organized soon after the settlement, and the first parish, later known as South Reading, became Wakefield in 1868. A special grant in 1651 added land north of the Ipswich River to the Town of Reading. This area would later become the separate Town of North Reading in 1853. John Parker was one of the founders of Reading and served as a deacon of the 12th Congregational Church (now the First Parish Congregational Church), which he also was instrumental in establishing. He would also serve as a selectman, constable, and a judicial commissioner.

When the witch hunts of the area began in 1692, there were a number of people accused in Reading including several members of the Dustin family. The first to be arrested was the widow, Lydia Dustin. Though she was never tried and was eventually found to be not guilty, she died in prison before she could be released. Later, her daughters, Sarah Duston and Mary Colson were also arrested. Though a warrant was issued for her granddaughter, Elizabeth Colson, Constable John Parker was unable to find her, reporting to the court that she had escaped and was likely in Boston preparing to leave the country. Also arrested were Mary Harrington Taylor, Jane Lilly, and Sarah Davis Rice. No one from Reading was found guilty of witchcraft. Today, though Reading is located near Boston, it continues to have a small-town feel. It is called home to almost 25,000 people.








Reading - Prononcés comme comme "rouge-ing", cette ville, située dans le comté de Middlesex, Massachusetts se trouve à environ dix miles au nord du centre de Boston. Dans les années 1630, les premiers colons du Massachusetts  sont arrivés à établir la colonie du Massachusetts Baie la colonie. Neuf ans plus tard, en 1639, certains citoyens de Lynn ont demandé au gouvernement de la colonie pour une "place pour une plantation intérieure". On leur a initialement octroyés six miles carrés, Suivi par quatre autres. La première colonie dans cette subvention s’appelait "Lynn Village" et était situé sur la rive sud du lac Quannapowitt. Le 10 Juin 1644, la colonie   a été constituée par la Chambre des députés comme la ville de Reading, tirant son nom de Reading, en Angleterre.

La première église a été organisée peu de temps après la colonie, et la première paroisse, plus tard connu comme South Reading, devenu Wakefield en 1868. Une subvention spéciale en 1651 a ajouté des terres au nord de la rivière Ipswich à la ville de Reading. Cette région deviendra plus tard la ville séparée de North Reading en 1853. John Parker a été l'un des fondateurs de Reading et a servi comme diacre de la 12ème  l'Eglise congrégationaliste  (maintenant la First Congregational Church Parish (la première congrégation d’église paroissiale), qu’il a contribué à établir. Il sera aussi de conseillé municipal, agent de police et un commissaire judiciaire.

Lorsque la chasse aux sorcières de la région a commencé en 1692, il y avait un certain nombre de personnes accusées à Reading, dont plusieurs membres de la famille Dustin. La première à être arrêté était la veuve, Lydia Dustin. Même si elle n'a jamais été interrogée et a finalement été jugée non coupable, elle est morte en prison avant qu'elle ne puisse être libérée. Plus tard, ses filles, Sarah Duston  et Mary Colson ont été également arrêtées. Bien qu'un mandat a été délivré pour sa petite-fille, Elizabeth Colson, l’agent John Parker n’a pas pu la retrouver, déclarant à la cour qu'elle s’était échappé et était probablement à Boston se préparant à quitter le pays.  Egalement arrêtés il y avait Mary Harrington Taylor, Jane Lilly, et Sarah Davis Rice. Personne de Reading  n’a été reconnu coupable de sorcellerie. Aujourd'hui, bien que Reading est situé près de Boston, elle continue d'avoir une réputation de petite ville.  Elle a près de 25.000 personnes.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:19








Rowley - Situated in Essex County, Rowley was first settled in the spring of 1639 as a plantation by Reverend Ezekiel Rogers. As more people came to the area, the town of Rowley was incorporated the following spring, which at that time also included portions of modern day Byfield, Georgetown, and Haverhill. The town was named after Rowley, Yorkshire, England where Rogers had served as pastor for twenty years before coming the United States. That first year, a church was built and the Reverend Rogers became its pastor in December. In the early 1640's, two mills were built and the town soon became known for its hemp, flax, and cotton cloth. In 1642, a Keystone arch bridge and a dam were built on the Mill River. The first stone arch bridge in North America, it was constructed entirely of hand-chiseled granite and contained no mortar. It was rebuilt in the mid 19th Century. In 1669, a sawmill was established, which is still in business today.


In 1675, the westerly section of the Rowley, known as the "Merrimack Lands," or "Rowley Village by Merrimack," which began to be settled in about 1650, was incorporated as a separate town called Bradford. By 1680, Rowley was called home to about 129 families. In 1685, the southwestern section of the town, long known as "Rowley Village," was incorporated as the town of Boxford. In 1689, several Rowley men were ordered to the defense of Haverhill and Dover against the Indians; but, it is not known that any of them were slain. In 1690, when Sir William Phips led an expedition against Quebec during King Phillip's war, Rowley furnished one captain, Philip Nelson, one lieutenant, and thirty other men. Of these, John Bailey and Moses Wood died on their way to Canada


When the witch hysteria broke out, Rowley had its share of accused including John Howard, John Jackson, Sr., John Jackson, Jr., who were thought to have been related to Elizabeth Jackson Howe of Topsfield, who had been found guilty and hanged July 19, 1692. Also accused was Mary Post, who was the daughter of Mary Tyler Post Bridges, of Andover, who had also been accused of witchcraft. But, Rowley's saddest loss was
Margaret Stevenson Scott, an impoverished woman in her 70's, who was hanged on September 22, 1692.

A month later, Rowley would see more turmoil on October 23rd, when Rowley suffered its only Indian raid. In what was then called Byfield Parish, and now called Georgetown, Benjamin Goodrich, his wife and two of his daughters were killed by the Indians. Another daughter named Deborah, aged seven, was taken captive but redeemed at the expense of the province the next year.

Today, this small town of about 5,500 people is filled with colonial homes, mixed with later architectural styles.










Rowley - Situé dans le comté d'Essex, Rowley a été réglée la première fois au printemps 1639 comme une plantation par le révérend Ezéchiel Rogers. Comme plus de gens sont venus dans la région, la ville de Rowley a été constituée au printemps suivant, qui à cette époque comprenait également des portions de la moderne Byfield, Georgetown, et Haverhill. La ville a été nommée d'après Rowley, Yorkshire, en Angleterre, où Rogers avait servi comme pasteur pendant vingt ans avant de venir aux États-Unis. Cette première année, une église a été construite et le révérend Rogers est devenu son pasteur en Décembre. Au début des années 1640, deux usines ont été construites et la ville fut bientôt connue pour son chanvre, le lin, et le tissu de coton. En 1642, un pont en arc et un barrage ont été construits sur la rivière Mill. Le premier pont en pierre de voûte en Amérique du Nord, il a été entièrement construit en granit ciselé à la main et ne contenait pas de mortier. Il a été reconstruit au milieu du 19ème siècle. En 1669, une scierie a été établie, qui est toujours en activité aujourd'hui.

En 1675, la section ouest de la Rowley, connu sous le nom «Terres Merrimack," ou "Rowley Village par Merrimack," qui a commencé à être installé au environ de 1650, a été incorporé comme une ville séparée appelée Bradford. En 1680, Rowley avait environ 129 familles. En 1685, la section sud-ouest de la ville, longtemps connue comme "Rowley Village," a été constitué en la ville de Boxford. En 1689, plusieurs hommes de Rowley ont été condamnés à la défense de Haverhill et Douvres contre les Indiens; mais, on ne sait pas si l'un d'eux a été tué. En 1690, lorsque Sir William Phips a mené une expédition contre le Québec pendant la guerre du roi Phillip, Rowley fournit un capitaine, Philip Nelson, un lieutenant, et trente autres hommes. Parmi ceux-ci, John Bailey et Moïse Wood morts sur le chemin vers le Canada


Lorsque l'hystérie de sorcière a éclaté, Rowley a eu sa part d’accusés, dont John Howard, John Jackson, Sr., John Jackson, Jr., que l’on pensait lié à Elizabeth Jackson Howe de Topsfield, qui avait été reconnu coupable et pendue le 19 juillet 1692. Egalement accusée Mary post, qui était la fille de Mary Tyler Post Bridges, d'Andover, qui avait aussi été accusé de sorcellerie. Mais, la plus triste perte de Rowley était
Margaret Scott Stevenson, une femme pauvre de 70 ans , qui a été pendue le 22 Septembre, 1692.


Un mois plus tard, le 23 octobre, Rowley serait plus dans la tourmente, lorsqu’elle subira sa seule incursion indienne. Dans ce qui était alors appelé Byfield Parish, et maintenant appelé Georgetown, Benjamin Goodrich, sa femme et deux de ses filles ont été tués par les Indiens. Une autre fille nommée Deborah, âgée de sept ans, avait été faite prisonnière, mais racheté au détriment de la province l’année suivante.


Aujourd'hui, cette petite ville d’environ 5 500 personnes regorge de maisons coloniales, mélangés à de styles architecturaux postérieurs.



Moulin à foulon maintenant connu sous le nom de Mill Jewell
(source : http://rowley.essexcountyma.net/)



First Congregational Church de Rowley Massachusetts de Juillet 2010 (photo de John Phelan)
(source : https://commons.wikimedia.org)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:20








Salem Towne - The county seat of Essex County, Salem was the scene of the witchcraft trials in 1692. Many of those that were accused spent months in Salem's jail and those that were condemned were hanged on Gallows Hill. Salem was founded by a company of fishermen from Cape Ann led by Roger Conant at the mouth of the Naumkeag River in 1626. This was the site of an ancient Native American village and trading center that was called Naumkeag. The settlement was renamed Salem when it was incorporated in 1629. Salem originally included much of the North Shore, including Marblehead. Middleton, Topsfield, Wenham and Manchester-by-the-Sea. The people who originally came to Massachusetts were English Protestants, called Puritans, who had immigrated to obtain religious freedom. These religious folks; however, were very harsh, with laws and punishments that included fines, deprivation of property, banishment, imprisonment, and execution. Puritans also generally believed witchcraft to be real which caused much fear if people appeared to be possessed by demons, and witchcraft was a serious felony.


Once people settled in Salem Town, they found the ground not very fertile so many settlers moved outside the "city" and numerous small communities emerged including Salem Village, which was permanently settled in 1636. The villagers called the larger community of Salem -- "Salem Towne" to differentiate it from their village. The witch hysteria of 1692 was a series of accusations, hearings, and prosecutions of people accused of witchcraft in colonial Massachusetts, between February 1692 and May 1693. Despite being generally known as the Salem witch trials, the preliminary hearings in 1692 were conducted in a variety of towns across the province including Salem Village (now Danvers), Ipswich, and Andover. The hysteria began in Salem Village, which, at the time, was known for its many internal disputes, including arguments about property lines, grazing rights, church privileges, and challenges with the church in Salem Town. But, as the community was but a parish of Salem, and didn't have its own government, most of the legal actions quickly moved to the larger city, where the court, authorities and prison were located.

After the witch frenzy was over, Salem Towne continued to prosper and during the American Revolution, it would become a center for privateering. One peace was declared, the city became very active in overseas trading and its seaport would become one of the most significant in early America.
Today, Salem is a residential and tourist area which includes the neighborhoods of Salem Neck, The Point, South Salem and North Salem, Witchcraft Heights, Pickering Wharf, and the McIntire Historic District. There are a number of landmarks of the notorious witch trials as well as museums, tours and attractions that expand on the history. Related spots include: The Witch House, also known as the Corwin House, where witch trials Judge Jonathan Corwin lived. The only remaining structure with direct ties to the trials, it is a museum today. Other sites include the Old Burying Point, Gallows Hill, the Salem Witch Trials Memorial, the Peabody Essex Museum, the Salem Witch Museum, the Wax Museum of Witches & Seafarers and the Witch History Museum.

Though a great fire swept through the town in 1914, destroying some 400 buildings and leaving some 3,500 families homeless, the city still includes hundreds of remarkably well preserved structures that are on the state and national registers of historic places. The city is called home to about 41,000 people today.








Salem Towne - Le siège du comté d'Essex County, a été le théâtre des procès de sorcellerie Salem en 1692. Beaucoup de ceux qui ont été accusés, ont passé des mois dans la prison de Salem et ceux qui ont été condamnés, ont été pendus sur Gallows Hill. Salem a été fondée par une société de pêcheurs de Cape Ann dirigé par Roger Conant à l'embouchure de la rivière Naumkeag en 1626. Ce fut le site d'un ancien centre du village et le commerce amérindien qui s’appelait Naumkeag. La colonie a été renommé Salem quand il a été incorporé en 1629. Salem initialement comprenait une grande partie de la Côte-Nord, y compris Marblehead, Middleton, Topsfield, Wenham et Manchester-by-the-Sea. Les gens qui sont venus à l'origine au Massachusetts étaient des protestants anglais, appelés puritains, qui avaient immigré pour obtenir la liberté religieuse. Ces gens religieux, Cependant, étaient très dures, avec des lois et des peines qui comprenait des amendes, des privations de propriété, le bannissement, l'emprisonnement et l'exécution. Les Puritains croyaient aussi généralement que la sorcellerie qui causerait beaucoup de peur si les gens semblaient être possédés par des démons, et la sorcellerie est un crime grave.

Une fois que les gens se sont installés à Salem Town, ils ont trouvé le sol pas très fertiles, de nombreux colons se sont déplacés en dehors de la «ville» et de nombreuses petites communautés ont émergé y compris le village de Salem, qui a été réglé de façon permanente en 1636. Les villageois ont appelé la plus grande communauté de Salem - " Salem Towne "pour le différencier de leur village. L'hystérie de sorcière de 1692 était une série d'accusations, des audiences et des poursuites de personnes accusées de sorcellerie dans le Massachusetts colonial, entre Février 1692 et mai 1693. En dépit d'être généralement connu comme les procès des sorcières de Salem, les audiences préliminaires en 1692 ont été réalisées dans une variété de villes à travers la province, dont Salem Village (aujourd'hui Danvers), Ipswich et Andover. L'hystérie a commencé dans le village de Salem, qui, à l'époque, était connu pour ses nombreux conflits internes, y compris les arguments au sujet des lignes de propriété, les droits de pâturage, les privilèges de l'église, et les défis avec l'église de Salem Town. Mais, comme la communauté n’était qu'une paroisse de Salem, et n'a pas eu son propre gouvernement, la plupart des actions en justice ont rapidement été déplacé vers la grande ville, où se trouvaient les tribunaux, les autorités et la prison.

Après que l’hystérie de sorcellerie soit terminée, Salem Towne a continué à prospérer et pendant la Révolution américaine, il serait devenu un centre pour la course. Une paix a été déclarée, la ville est devenue très active dans le commerce outre-mer et son port allait devenir l'un des plus importants au début de l'Amérique.


Aujourd'hui, Salem est un quartier résidentiel et touristique qui comprend les quartiers de Salem Neck, The Point, South Salem et North Salem, Sorcellerie Heights, Pickering Wharf, et le quartier historique de McIntire. Il y a un certain nombre de points de repère notoires des procès de sorcières ainsi que les musées, visites et attractions qui élargissent l'histoire. Ces sites comprennent : la maison de la sorcière (the Witch House), également connu sous le nom la maison Corwin, où le juge JonathanCorwin des procès des sorcières, a vécu. Le seul bâtiment restant en lien direct aux procès, c’est un musée aujourd'hui. Autres sites comprennent le Old Burying, Gallows Hill, le Salem Witch Trials Memorial, le Peabody Essex Museum, le Salem Witch Museum, le Musée de cire des sorcières & marins et le Musée d’histoire de sorcière.

Même si un grand feu a balayé la ville en 1914, détruisant quelque 400 bâtiments et laissant quelque 3500 familles sans-abri, la ville comprend encore des centaines de structures remarquablement bien conservées qui sont sur les registres d'état et national des lieux historiques. La ville compte environ 41.000 personnes aujourd'hui.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:22








Massachusetts Bay Colonists
Colons de Massachusetts Bay




Out of sorrow and chagrin, out of dread,
was born a new love for the land which
had been desecrated, but, somehow
also consecrated, in the blood of innocents.


Hors de la douleur et de chagrin, par crainte,
est né un nouvel amour pour la terre qui
avait été profané, mais, en quelque sorte
également consacrée, dans le sang des innocents.





In 1623 a group of colonists attempted to set up a fishing establishment at Cape Ann, on the North Shore of Massachusetts. Though the project failed, a few men led by Roger Conant, refused to give up and in 1626 settled in Naumkeag, which was later renamed Salem in 1629. The Massachusetts Bay Colony was issued a charter by the monarch of England in 1629 giving them the rights of autonomy and self rule. The colonists were intent upon establishing a commonwealth where the Puritan Church could exist without the interference of the Church of England. Ministers began arriving in 1629 and the settlers began to organize a church. Around 1630, settlers converted an existing Naumkeag Indian trail into the Old Ipswich Road, creating a connection to the main cities of Salem and Boston.

However, the land in Salem Towne was not fertile, so many settlers moved outside the "city" and numerous small communities emerged including Salem Village, Beverly, Andover, Topsfield, Wenham and many others. The land where Salem Village was situated was once controlled by the Naumkeag branch of the Massachusett tribe. The village was permanently settled in 1636.

In the 1630's the communities grew as more and more people immigrated to the area due to the repressive government of King Charles I in England. At about the same time, the Pequot Indian War erupted which lasted from 1634-1638.

By 1640 Salem would be the second most important colonial town next to Boston, but the high rate of immigration began to slow. This was due to the Puritans being in power in England and the persecution had ended. At that time, the colony became more self sufficient and claimed sovereignty. In the 1650's the colonies prospered. In Salem, as well as other areas, the church became the most prominent organization.

Salem Village, located about five miles north of Salem Towne, was also growing and developing its own identity and separate interests. In 1666 Salem Village petitioned for a separate church, but, was denied. However, the farmers continued to make requests, due to the distance from town. Finally, Salem Village was granted the right to build their own church and hire a minister in 1672. However, the villagers would remain members of the Salem Towne Church, which would govern the smaller church. The village was also permitted to establish a committee of five, to assess and gather taxes from the villagers - including church-members and non-church members, for the ministry. Though villagers continued to participate in Salem Towne life, voted in Salem Towne elections, and paid most Salem Towne taxes, for the first time, they had a degree of autonomy.

The village members immediately began to build the Salem Village Meeting House and search for a minister. While the church was under the guidelines of the larger Salem Towne Church, the ministers were not ordained, and as a result, could not administer communion or admit candidates to formal church membership. From the beginning, there was conflict from those in Salem Towne who opposed the building of a separate church, as well as those in Salem Village, regarding the choice of a minister. Over the next several years the dissension would divide the community, making enemies of friends and family members. Though this was not unusual in many New England communities, many historians believe that Salem Village had a greater amount of conflict than was typical. During the 1670's-80's the new church's first three ministers would all step down, unsatisfied with the position, the church, and the village itself.

The first minister, Reverend James Bayley, arrived in Salem Village in October, 1672. An inexperienced pastor, just three years out of Harvard, Bayley walked into conflict. From the beginning, some members of the village felt that Bayley was hired "upon the invitation of a few." Like other fledgling communities, the procedures for hiring were informal and irregular.






Early drawing of Salem Village Meeting House
(1673-1701). It was in this structure that church services were held.
dessin précoce de Salem Village Meeting House (1673 à 1701).
Il était dans cette structure des services religieux ont eu lieu.




Even though there were dissenters, things went well at first, and in June, 1673, Bayley was invited to remain in his post. Five farmers donated 40 acres of land to him and the minister began to build a house. However, that same year, 14 villagers fell into arrears on their taxes for the church support, officially designating the discontent of some church members.

The central issue was actually who had the authority to call or dismiss a minister in Salem Village, making it a highly political conflict. Because the village was not an "official" town, the only authority in the village was the church, which angered many villagers who attended other churches in nearby communities. The tissue mushroomed to such proportions that it was taken to the county courts, the Salem Towne Church, and even the Colonial Legislature. Though the Salem Church advised the dissidents to submit to Bayley's continued ministry "without any further trouble," the conflict continued.

By 1679, a minority of the village, led by Nathaniel Putman and Bray Wilkins, had turned fully against Bayley, accusing him of neglecting his church duties and omitting family prayers in his own household. With the Village deeply divided over the legitimacy of his call, Bayley finally gave up the fight and left Salem Village in 1680. He would then minister for a few more years in Killingworth, Connecticut, before giving up the profession and becoming a doctor in Roxbury, Massachusetts.

Unfortunately, his departure did little to ease the dissension in the village. However, the village inhabitants, both church members and non-members, selected a committee, headed by Nathaniel Putman to look for a new minister.

The second minister, George Burroughs, who had graduated from Harvard in 1670, arrived in Salem Villagein 1680. As one of his conditions for coming, Burroughshad stipulated "that in case any difference should arise in time to come, that we engage on both sides to submit to counsel for a peaceable issue." Though this was common language in 17th century New England, it, no doubt, had more significance for Burroughs, who had probably learned from Bayley something of what confronted him.

The differences were not long in arising and Burroughsfound himself in the midst of the conflict taking place in the village. Some villagers accused him of being abusive to his wife. It was to Burroughs that Jeremiah Watts wrote his letter of April, 1682, lamenting the disputes ofSalem Village, saying ""brother is against brother and neighbors are against neighbors, all quarreling and smiting one another." With many villagers not paying their taxes, Burroughs was not always being paid and borrowed money from the Putnam family.

By early 1683, the minister's salary was not being paid at all, and in March, Burroughs simply stopped meeting his congregations. The Reverend Burroughs then accepted an offer to resume his ministerial duties at Casco Bay, which had been reorganized. He stayed there until the community was once again destroyed by Indians in 1690. He then moved to Wells, Maine.

Unfortunately, his brief time in Salem Village would come back to haunt him. In May, 1692, during the Salem witch trials, based on the accusation of the Putnams, who had sued him for the previous debt, Burroughs was charged with witchcraft, arrested and brought back to Salem. He was executed on August 19, 1692.

Deodat Larson, an un-ordained minister followed Burroughs. Reverend Deodat Lawson came from Boston and served as pastor from 1684 to 1688. Again contention arose in the church and Larson's bid to become an ordained minister failed. Like his two predecessors, Lawson ran into problems with Salem villagers and the Salem Village Church was being torn apart by two groups, each wanting control of the pulpit. This resulted in much of the congregation rejoining the First Church in Salem. In 1688, at the conclusion of his period of contractual obligation, Lawson left Salem Village. He then became a pasture in Scituate, Massachusetts before abruptly returning to England where he lived for the rest of his life

The villagers continued to hope that formation of their own church, apart from the Church of Salem, would be a way of somehow transcending the chronic divisions which plagued the community. As a result they began to search for an ordained minister. It soon came to their attention that there was a Reverend Samuel Parris, who was guest-preaching at several Boston area churches, and sent him an invitation in the spring of 1689. A Harvard Divinity School dropout, Parris first attempted to follow his father's profession as a West Indies merchant, but when that failed, he returned to Massachusetts to become a minister.

On June 18, 1689 at a general meeting of all of the villagers, it was agreed to hire Samuel Parris, at an annual salary of £66 and the villagers would provide firewood for both the church and parsonage. At a later meeting, the villagers agreed they would also provide Parris and his heirs, the village parsonage and barn, and two acres of land.









It was a fateful decision that Parris did not enter into lightly. He was aware of the conflicts of the village that had taken place in the last several years, but, his Puritan beliefs that each person was responsible for monitoring his neighbor's piety, he knew that conflict was inevitable. On November 19, 1689, the Salem Village church charter was finally signed and the Reverend Samuel Parris became Salem Village's first ordained minister. Salem Village now had a true church. To the parsonage, Reverend Parris brought his wife, Elizabeth, his nine-year-old daughter Elizabeth, his 11 year-old niece, Abigail Williams, and a slave couple he had brought from the West Indies, John and Tituba Indian.

His ministry began smoothly; but, as Parris began to reveal his beliefs and traits, a number of Salem Villagers, including a few church members, did not like what they saw. A serious, dedicated minister, he combined his evangelical enthusiasm to revitalize religion in Salem Village with psychological rigidity and theological conservatism.

While the Salem Towne Church and most Puritan churches of the time, were relaxing their standards for church membership, Parris held rigid to traditional strict standards, which required that members be baptized and make a public declaration of experiencing God's free grace to become full members. Most village church members were happy with Parris's traditionalism, which elevated their status by sharply distinguishing them from non-church members. But, a minority dissented and found allies among non-members, who constituted a large and influential part of the Salem Village community.

Suddenly, Parris, also found himself in the midst of contract disputes with the members of the Salem Village Church council. The council alleged that the contract, which was seemingly never formalized, only provided Parris with the parsonage and lands only so long as he remained minister, rather than Parris' beliefs that the contract granted Parrisoutright ownership of the house and lands. At the same time, Parris was making plans to refurbish the meeting house, commensurate with its new status as a full church. But, to many, this signaled a church both more intrusive and more expensive than some villagers wished.








By the fall of 1691, only two years after his ordination, Parris's ritual orthodoxy, overbearing disposition, and disputed contract had caused the village and church to once again break into factions. Church attendance fell and village officials refused to provide firewood to warm the church or Parris' house. Matters turned worse when a new Committee of Five was chosen by the village in October, 1691, which announced its refusal to relinquish the ministry house and land to Parris or to collect taxes for his salary, leaving it to the villagers to pay by "voluntary contributions." Parris then called upon church members to make a formal complaint to the County Court against the committee's neglect of the church. The factional fighting also began to play out in his weekly sermons as a battle between God and Satan.

This was the backdrop for the Salem witchcraft accusations, which would begin right in Reverend Parris' own home.

At the time that the witch trials began, the population of Salem Village is estimated to have been between 500 and 600 residents. Though most of
the accused in the Salem witch trials lived in nearby Salem Village, now known as Danvers, there were others who lived in the nearby villages of
Beverly, Middleton, Topsfield, Wenham, and others. Although no one knows for certain why the Salem Witch hysteria began, some historians point to economic factors, while others insist on religious and psychological pressures.

By the end of May, 1692, more than 150 “witches” had been jailed. As the hysteria spread, accused and imprisoned "witches" afraid for their lives began to confess to witchcraft. By September, 19 people had refused to confess and were hanged, including 71-year old Rebecca Nurse. Cooler heads eventually prevailed in early 1693, and the court began disallowing “spectral evidence,” bringing and end to the witch hysteria.

Salem Village eventually petitioned the Crown for a charter as a town. According to legend, the King denied the charter. However, on June 9, 1757, the town was incorporated anyway and named for the Danvers Osborn family. At the time of the American Revolution, Danvers was a shipping and shipbuilding center where tidal mills prospered. Its local bricks became nationally famous, while the later leather tanning industry brought a diverse and colorful mixture of new immigrant labor to the area. Tapleyville emerged in the 1830's as a center for the production of woven carpets where English and Scottish weavers settled and made their homes. Danvers Plains took advantage of important crossroads and the introduction of the railroad in the 1840's to become the prominent commercial center. Putnamville and Danvers Highlands were noted for their important and early shoe manufacturing industry, while farms throughout Danvers became known far and wide for the Danvers half-long carrot, and the Danvers onion, still popular today.

Today, the Salem Village Historic District in Danvers contains over a dozen houses in Danvers dating from that era, many associated with the witchcraft tragedy of 1692. Many of these building are located along Centre Street. The house of one of the convicted "witches," Rebecca Nurse, is still standing in Danvers and can be visited as a historical landmark. Now operated as a museum the Nurse Homestead is located at 149 Pine St. in Danvers. The foundations of the 1692 Parsonage, Nathaniel Ingersoll's Ordinary, the Sarah Osborne House, Joseph Putnam's home, and Bridget Bishop House can also be seen.

Today, Danvers supports a population of about 24,000. and continues to retain much of the hominess and architectural heritage of old New England.









En 1623, un groupe de colons a tenté de mettre en place un établissement de pêche à Cape Ann sur la rive nord du Massachusetts. Bien que le projet ait échoué, quelques hommes dirigés par Roger Conant, ont refusé d'abandonner et en 1626 se sont installés dans Naumkeag, qui a été rebaptisé plus tard Salem en 1629. En 1629, La colonie de Massachusetts Bay a publié une charte du Roi d’Angleterre leur donnant les droits d’autonomie et la règle de liberté. Les colons avaient l'intention lors de l'établissement d'une république où l'Église puritaine pourrait exister sans l'ingérence de l'Église d'Angleterre. Les ministres ont commencé à arriver en 1629 et les colons ont commencé à organiser une église. Vers 1630, les colons ont convertis une piste indienne existante de la Naumkeag dans Old Ipswich Road, la création d'une route (un lien) avec les principales villes de Salem et Boston.


Cependant, la terre à Salem Towne n’était pas fertile, plusieurs colons se sont déplacé en dehors de la «ville» et de nombreuses petites communautés émergèrent y compris Salem Village, Beverly, Andover, Topsfield, Wenham et beaucoup d'autres. Le terrain où était situé le village de Salem était autrefois contrôlé par la branche Naumkeag de la tribu Massachusett. Le village a été réglé de façon permanente en 1636.


Dans les années 1630 les communautés se sont agrandies, de plus en plus personnes ont immigré dans la région en raison du gouvernement répressif du roi Charles Ier d’Angleterre. A la même époque, la guerre indienne Pequot a éclaté et a duré de 1634 à 1638.


En 1640 Salem sera la deuxième ville coloniale la plus importante à côté de Boston, mais le taux élevé de l'immigration a commencé à ralentir. C’était dû au faite que les puritains étaient au pouvoir en Angleterre et la persécution avait pris fin. A cette époque, la colonie est devenue plus autonome et a revendiquée la souveraineté. Dans les années 1650 les colonies prospèrent. Dans Salem, ainsi que d'autres domaines, l'église est devenue l'organisation la plus importante.


Salem Village, situé à environ cinq miles au nord de Salem Towne, était également en croissance et développait sa propre identité et des intérêts distincts. En 1666, le village de Salem fait une pétition pour une église séparée, mais cela a été refusé. Cependant, les agriculteurs ont continué à faire des demandes, en raison de la distance de la ville. Enfin, le village de Salem a obtenu le droit de construire sa propre église et d'embaucher un ministre en 1672. Cependant, les villageois resteraient membres de l'Église Salem Towne qui régirait la plus petite église. De plus, le village a été autorisé à établir un comité de cinq ans, afin d'évaluer et de recueillir des taxes auprès des villageois - y compris parmi les membres de l'église et les non-membres de l'église, pour le ministère. Bien que les villageois aient continué à participer à la vie à Salem Towne, voté aux élections de Salem Towne, et payé la plupart des impôts à Salem Towne, pour la première fois, ils avaient un degré d'autonomie.


Les membres du village ont immédiatement commencé à construire la maison de réunion de Salem Village et recherché un ministre. Alors que l'église était sous les directives de la plus grande Salem Towne Eglise, Les ministres n’étaient pas ordonnés, et par conséquent, ne pouvait pas administrer la communion ou admettre des candidats à l'église officielle. Dès le début, il y avait un conflit avec ceux de Salem Towne qui étaient opposés à la construction d'une église séparée, ainsi que ceux de Salem Village, en ce qui concerne le choix d'un ministre. Au cours des années suivantes, la dissension diviserait la communauté, ferait des amis et des membres de la famille, des ennemis. Bien que cela ne fut pas inhabituel dans de nombreuses collectivités de la Nouvelle-Angleterre, de nombreux historiens pensent que le village de Salem avait une plus grande prépondérance aux conflits que ce qui est vu habituellement. Pendant les années 1670-80, les trois premiers ministres de la nouvelle église démissionneront, insatisfait de la position, de l'église et du le village lui-même.


Le premier ministre, le révérend James Bayley, est arrivé à Salem Village en Octobre 1672. Un pasteur inexpérimenté, à peine trois ans à Harvard, Bayley est entré dans le conflit. Dès le début, certains membres du village ont estimé que Bayley a été engagé "à l'invitation de quelques-uns." Comme d'autres communautés naissantes, les procédures d'embauche étaient informelles et irrégulières.


Même si il y avait des dissidents, les choses allaient bien au début, et en Juin 1673, Bayley a été invité à rester à son poste. Cinq agriculteurs ont fait don de 40 acres de terre pour lui et le ministre (révérend) a commencé à construire une maison. cependant, cette même année, 14 villageois ont accumulés des arriérés sur leurs impôts (taxes) pour le soutien de l'église, amenant officiellement le mécontentement de certains membres de l'église.


La question principale était qui avait effectivement le pouvoir d'appeler ou de révoquer un ministre à Salem Village, ce qui en fait un conflit hautement politique. Parce que le village n'était pas une ville «officielle», la seule autorité dans le village était l'église, ce qui a mis en colère de nombreux villageois qui ont assisté à d'autres églises dans les communautés avoisinantes. L’affaire a pris de telles proportions qu'elle a été emmenée devant les tribunaux du comté, l’Église de Salem Towne, et même le parlement colonial. Bien que l'Église de Salem a informé les dissidents de se soumettre au ministère continue de Bayley "sans aucun trouble », le conflit a continué.


En 1679, une minorité du village, dirigé par Nathaniel Putman et Bray Wilkins, s’était tourné entièrement contre Bayley, l'accusant de négliger ses devoirs religieux et en omettant les prières en famille dans sa propre maison. Avec le Village profondément divisée sur la légitimité de son appel, Bayley a finalement abandonné le combat et a quitté le village de Salem en 1680. Il serait alors ministre pendant quelques années à Killingworth, Connecticut, avant d'abandonner la profession et de devenir un médecin à Roxbury , Massachusetts.


Malheureusement, son départ n'a guère contribué à apaiser les dissensions dans le village. Cependant, les habitants du village, tant les membres de l'église et les non-membres, ont choisis un comité, dirigé par Nathaniel Putman pour trouver un nouveau ministre.


Le second ministre, George Burroughs, qui avait obtenu son diplôme de Harvard en 1670, est arrivé à Salem villageI en 1680. Dans l'une de ses conditions pour venir, Burroughs avait stipulé "que dans le cas où un différent devrait se produire dans le temps à venir, que nous nous engagions des deux côtés de le soumettre à l'avocat pour une solution pacifique ". Bien qu’il s’agissait d’un langage commun dans la Nouvelle-Angleterre du XVIIe siècle, elle, avait sans doute, plus d’importance pour Burroughs, qui avait probablement appris de Bayley ce à quoi il allait être confronté


Les différents ne se sont pas fait attendre et Burroughs se trouva au milieu du conflit qui se déroule dans le village. Certains villageois l'ont accusé d'être violent envers sa femme. C’est à Burroughs que Jérémie Watts a écrit sa lettre d'Avril 1682, déplorant les différends de Salem Village, en disant « frère contre le frère et voisins contre voisins, tous querellent et se frappent les uns les autres ». De nombreux villageois ne paient pas leurs impôts , Burroughs n'a toujours pas été payé et a emprunté de l'argent de la famille Putnam.



Au début de 1683, le salaire du ministre n'est pas payé du tout, et en Mars, Burroughs a tout simplement cessé de rencontrer ses congrégations. Le révérend Burroughs a ensuite accepté une offre de reprendre ses fonctions ministérielles à Casco Bay, qui avait été réorganisé. Il est resté là jusqu'à ce que la communauté soit de nouveau détruite par les Indiens en 1690. Il a ensuite déménagé à Wells, Maine.


Malheureusement, son peu de temps passé à Salem Village reviendra le hanter. En mai 1692 Au cours des procès des sorcières de Salem, basé sur l'accusation des Putnams, qui l'avait poursuivi en justice pour l’argent qu’il leur devait, Burroughs a été accusé de sorcellerie, arrêté et est ramené à Salem. Il a été exécuté le 19 Août, 1692.



Déodat Larson, un ministre non ordonné Suivi Burroughs. Le Révérend Déodat Lawson est venu de Boston et a servi en tant que pasteur de 1684 à 1688. De nouveau un conflit a surgi dans l'église et l'offre de Larson pour devenir un ministre ordonné a échoué. Comme ses deux prédécesseurs, Lawson a rencontré des problèmes avecles villageois de Salem, et l’église de Salem Village a été déchirés par les deux groupes, chacun des groupes voulait le contrôle de la chaire. Il en résulte qu’une grande partie de la congrégation rejoignit la première église à Salem. En 1688, à la fin de sa période d'obligation contractuelle, Lawson a quitté le village de Salem. Il est ensuite devenu un pâturage à Scituate, Massachusetts avant brusquement de retourner en Angleterre où il a vécu pour le reste de sa vie


Les villageois ont continué à espérer que la formation de leur propre église, en dehors de l'église de Salem Towne, serait une façon de transcender en quelque sorte les divisions chroniques qui sévissaient dans la communauté. En conséquence, ils ont commencé à chercher un ministre ordonné. Il arriva bientôt à leur attention qu'il y avait un révérend Samuel Parris, qui était invité à prêcher dans plusieures églises de la région de Boston, et lui ont envoyé une invitation au printemps 1689. Licencié de la Harvard Divinity School, Parris a d'abord tenté de suivre la profession de son père comme marchand aux Antilles, mais quand cela a échoué, il est retourné au Massachusetts pour devenir ministre.

Le 18 Juin, 1689, lors une assemblée générale de tous les villageois, il a été convenu d'embaucher Samuel Parris , avec un salaire annuel de 66 £ et les villageois fourniront du bois de chauffage pour l'église et le presbytère. Lors de la réunion suivante, les villageois ont convenu qu'ils fourniraient également à Parris et ses héritiers, le presbytère et la grange du village, et deux acres de terre.

Ce fut une décision importante que Parris n’a pas pris à la légère. Il était au courant des conflits du village qui ont eu lieu au cours des dernières années, mais, ses croyances puritaines que chaque personne est responsable du suivi de la piété de son voisin, il savait que le conflit était inévitable. Le 19 Novembre 1689, la charte de l'église Salem Village a finalement été signé et le révérend Samuel Parris est devenu le premier ministre ordonné de Salem Village. Salem Village avait maintenant une véritable église. Pour le presbytère, le révérend Parris amena Sa femme, Elizabeth, ses neuf ans, fille Elizabeth,, âgé de 9 ans, sa nièce de 11 ans, Abigail Williams, et un couple d'esclaves qu'il avait apporté des Antilles, Tituba et John Indien.

Son ministère a commencé en douceur; mais, quand Parris a commencé à révéler ses croyances et traits, un certain nombre de villageois de Salem, y compris quelques membres de l'église, n'ont pas aimé ce qu'ils ont vu. Un ministre sérieux, dévoué, il a combiné son enthousiasme évangélique pour revitaliser la religion à Salem Village avec une rigidité psychologique et le conservatisme théologique.


Alors que l’Eglise de Salem Towne et la plupart des églises puritaines de l'époque, se détendaient Leurs normes pour l'adhésion à l'église, Parris a gardé les strictes normes traditionnelles, qui exigeaient que les membres soient baptisés et fassent une déclaration publique d'éprouver la libre grâce de Dieu pour devenir membres à part entière. La plupart des membres de l'église du village étaient heureux avec le traditionalisme de Parris, qui a élevé leur statut en les distinguant de ceux qui ne faisaient pas partie de l’église. Mais une minorité était dissident et a trouvé des alliés parmi les non-membres, qui constituaient une partie importante et influente de la communauté du Village de Salem.


Soudain, Parris, se trouvait également au milieu des différends contractuels avec les membres du conseil de l’église de Salem Village. Le conseil a soutenu que le contrat, qui apparemment n’a jamais été formalisé, stipulait seulement à Parris avait les terres du presbytères tant qu'il restaient ministre, plutôt que les croyances Parris qui croyait que le contrat lui accordait la propriété de la maison et les terres. Dans le même temps, Parris faisait des plans pour rénover la maison de réunion, en rapport avec son nouveau statut comme une église pleine. Mais, pour beaucoup, cela signifiait une église plus intrusive et plus chers que certains villageois le souhaitaient.

À l'automne 1691, seulement deux ans après son ordination, l'orthodoxie rituelle de Parris, dominateur à disposition, et le contrat contesté avait de nouveau divisé le village et l’église en faction. La fréquentation des églises a diminué et les responsables du village ont refusé de fournir du bois de chauffage pour chauffer l'église ou la maison de Parris. Les choses ont empiré quand un nouveau Comité des Cinq a été choisi par le village en Octobre 1691 et qu’il a annoncé son refus de renoncer à la maison du ministère (le presbytère) et de la terre qu’occupait Parris ou de percevoir des impôts pour son salaire, laissant aux villageois de payer par «Contributions volontaires ». Parris a alors demandé aux membres de l'église de déposer une plainte officielle auprès de la Cour de comté contre la négligence du comité de l'église. Les combats entre les différents groupes ont également commencé à jouer dans ses sermons hebdomadaires comme une bataille entre Dieu et Satan.


Ce fut la toile de fond pour les accusations de sorcellerie à Salem, qui commencèrent dans la propre maison du révérend Parris.

Au moment où ont commencé les procès des sorcières, la population de Salem Village est estimée entre 500 et 600 habitants. Bien que la plupart des
Accusés dans les procès des sorcières de Salem vivaient dans les environs de Salem Village, maintenant connu sous le nom Danvers, il y avait d'autres personnes qui vivaient dans les villages voisins de
Beverly, Middleton, Topsfield, Wenham, et d'autres. Bien que personne ne sait avec certitude pourquoi l'hystérie des sorcières de Salem a commencé, certains historiens soulignent les facteurs économiques, tandis que d'autres insistent sur les pressions religieuses et psychologiques.


À la fin du mois de mai 1692, plus de 150 «sorcières» avait été emprisonné. Comme l'hystérie se propage, les accusées et les "sorcières" emprisonées craignent pour leur vie ont commencé à avouer pratiquer la sorcellerie. En Septembre, 19 personnes avaient refusé de confesser et ont été pendues, y compris infirmière Rebecca Nurse, âgée de 71 ans. Les têtes se sont finalement refroidies et la cour a commencé à refuser les « preuves spectrales », et apportant ainsi la fin de l’hystérie des sorcières.


Salem Village a finalement demandé à la Couronne pour une charte en tant que ville. Selon la légende, le roi a refusé la charte. Cependant, le 9 Juin 1757, la ville a été constituée de toute façon et nommé pour la famille Osborn de Danvers. A l'époque de la Révolution américaine, Danvers était un centre maritime et un centre de construction navale où les moulins à marée ont prospéré. Ses briques locales sont devenues célèbre à l'échelle nationale, alors que plus tard, l'industrie du tannage du cuir amène un mélange diversifié et coloré de la nouvelle main-d'œuvre immigrée dans la région. Tapleyville a émergé dans les années 1830 comme un centre de production de tapis tissés où tisserands anglais et écossais se sont établis et ont construit leurs maisons. Les plaines de Danvers ont profité de carrefours importants et de l'introduction du chemin de fer dans les années 1840 pour devenir le centre commercial de premier plan. Putnamville et la région montagneuse de Danvers Highlands ont été notés pour leur première et importante industrie de la fabrication de chaussures, tandis que les fermes tout au long de Danvers est devenu connu et large pour la demi-longue carotte et l'oignonde Danvers, encore populaire aujourd'hui.


Aujourd'hui, le quartier historique de Salem Village à Danvers contient plus d'une douzaine de maisons datant de cette époque, de nombreuses sont associés à la tragédie de la sorcellerie de 1692. Beaucoup de ces bâtiments sont situés le long de la rue du Centre. La maison d'une des condamnés comme «sorcières», Rebecca Nurse, est toujours debout à Danvers et peut être visité comme un monument historique. Géré comme un musée la ferme de Rebecca Nurse se trouve au 149, rue Pine à Danvers. On peut voir les fondations du presbytère de 1692, de l’ordinaire de Nathaniel Ingersoll, la maison de Sarah Osborne, la maison de Joseph Putnam et la maison de Bridget Bishop.


Aujourd'hui, Danvers a une population d'environ 24.000. et continue de conserver une grande partie de l'hominess et le patrimoine architectural de la vieille Nouvelle-Angleterre.




Carte de salem village en 1692
http://www.yorthopia.org/pages/Dossiers-1792719.html


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:23








Salisbury - Situated on the Atlantic Ocean north of Boston in Essex County, this area was once the territory of the Pentucket tribe of Pennacook Indians. On September 6, 1638, the secretary of theMassachusetts Bay Colony, Simon Bradstreet, was granted the right for him and eleven other men to begin a plantation north of the Merrimack River. This land grant included what are now the towns of Amesbury and Merrimack, Massachusetts as well as the New Hampshire towns of Seabrook, South Hampton, Newton, Hampstead, Plaistow and Kingston. The settlement was first called Colchester, but when it was incorporated the next year, it was renamed Salisbury, after Salisbury in Wiltshire, England. The original residents were given one lot near the center of town, where they could build a house, plus a larger planting lot just outside the center for farming. Families also owned large sections of "sweepage lots" near the beach, where they harvested the salt marsh hay.



The original roads at the center of the town formed a compact semicircle, which allowed the residents to quickly reach the garrison house in case of Indian attacks. One of the two greatest fears at the time was the Naumkeag tribe of Indians, thus the men of the town took turns standing watch against a surprise attack, especially at night. The Naumkeags, however, had been decimated by plague, and the threat was not what they thought it might be. The second threat came from wolves, which were plentiful, and would often kill the settlers' livestock.

One of the original founding families of the settlement were Richard and Ursula North, who had immigrated from England with their children. In 1639, they lived with the other settlers on plots along the “circular road” in the center of the village. Richard's daughter, by his first marriage, was Susanna North Martin, who would be accused and hanged for witchcraft during the hysteria of 1692. Though she lived in Amesbury at the time of her accusation, another Salisbury resident would play a key part in her trial.

Robert Pike, one of the founders of Salisbury and a prominent man who held a number of political positions over the years was responsible for recording much of the testimony against Susanna North Martin, who would be executed for witchcraft on July 19, 1692. However, Robert Pike would later become a vocal opponent to the entire affair when accusations were made against Mary Perkins Bradbury, whose son was married to Pike's daughter. In August 1692, he wrote a forceful letter to Judge Jonathan Corwin attacking spectral evidence. As long as spectral evidence was admissible in court, he wrote, "the Devil is accuser and witness."

After the whole witch affair, Salisbury continued to grow, profiting from its upland farms, boat building, and its position on a major overland trade route to the north. Years later it would become a haven for vacationers. Today, Salisbury continues to be highly diverse geographically, encompassing sixteen square miles of farms, beach, marshlands and both residential and commercial space. Now supporting a neighborhood of restored antique homes and riverfront marine businesses, it is called home to about 8,000 people.










Salisbury - Situé sur l'océan Atlantiquenord de Boston danscomtéEssex, cette région était autrefois le territoire de la tribu des Pentucket Pennacook Indiens . Le 6 Septembre 1638, le secrétaire de la colonie de Massachusetts Bay , Simon Bradstreet, a obtenu le droit pour lui et onze autres hommes pour commencer une plantationnord de la rivière Merrimack. Cette concession de terre inclus ce sont maintenant les villes de Amesbury et Merrimack, Massachusetts , ainsi que les villes de New Hampshire Seabrook, South Hampton, Newton, Hampstead, Plaistow et Kingston. Le règlement a été appelé Colchester, mais quand il a été incorporé l'année suivante, il a été rebaptisé Salisbury, après Salisbury dansWiltshire,Angleterre. Les habitantsorigine ont reçu un lot près du centre deville, où ils ont pu construire une maison,plusune plus grande plantation beaucoup justedehors du centre pouragriculture. Les familles appartiennent égalementgrandes sections de «lots» sweepage prèsla plage, où ils ont récolté le sel foinmarais.

Salisbury - Situé sur l'océan Atlantique au nord de Boston dans le comté d'Essex, cette région était autrefois le territoire de la tribu des Indiens Pentucket Pennacook. Le 6 Septembre 1638, le secrétaire de colonie  deMassachusetts Bay, Simon Bradstreet, a obtenu le droit pour lui et onze autres hommes pour commencer une plantation au nord de la rivière Merrimack. Cette concession de terre inclus ce que  sont maintenant les villes de Amesbury et Merrimack, Massachusetts, ainsi que les villes de New Hampshire Seabrook, South Hampton, Newton, Hampstead, Plaistow et Kingston. La colonie  fut d’abord appelé Colchester, mais quand elle a été incorporé l'année suivante, il a été rebaptisé Salisbury, d’après la ville de  Salisbury dans le Wiltshire, en Angleterre. Les résidents d'origine ont reçu un lot près du centre de la ville, où ils ont pu construire une maison, plus un grand terrain de plantation juste en dehors du centre pour l'agriculture. les familles possedaient aussi à de grandes sections de «lots» près de la plage, où ils ont récolté le foin de marais salants.


Les routes d'origine au centre de la ville formaient un demi-cercle compact, ce qui permettaient aux résidents d'atteindre rapidement la maison de garnison en cas d'attaques indiennes. L'un des deux plus grandes craintes à l'époque était la tribu des indiens Naumkeag, ainsi les hommes de la ville se sont relayés pour monter la garde contre une attaque surprise, surtout la nuit. Les Naumkeags, cependant, avaient été décimée par la peste, et la menace n’était pas ce qu'ils pensaient qu'il pourrait être. La deuxième menace est venue de loups, qui étaient nombreux, et tueaient souvent le bétail des colons.


L'une des familles fondatrices  de la colonie étaient Richard et Ursula North, qui avait immigré d'Angleterre avec leurs enfants. En 1639, ils ont vécu avec les autres colons sur les parcelles le long de la "route circulaire" dans le centre du village. La fille de Richard, par son premier mariage, était Susanna North Martin, qui sera accusé et pendue pour sorcellerie pendant L'hystérie de 1692. Même si elle vivait à Amesbury au moment de son accusation, un autre résident Salisbury jouera un rôle clé dans son procès .


Robert Pike, l'un des fondateurs de Salisbury et un homme de premier plan qui occupa plusieurs postes politiques au fil des ans était responsable de l'enregistrement d’une grande partie du témoignage contre Susanna North Martin, qui sera exécutéd pour sorcellerie le 19 Juillet 1692. Cependant, Robert Pike deviendra plus tard un opposant à toute l'affaire lorsque des accusations ont été portées contre Mary Perkins Bradbury, dont le fils était marié à la fille de Pike. En Août 1692, il a écrit une lettre énergique au juge Jonathan Corwin attaquant  la preuve spectrale. Tant que la preuve spectrale était admissible en cour, il a écrit, «le diable est accusateur et témoin."


Après l'affaire de sorcière, Salisbury a continué de croître, profitant de ses fermes de montagne, la construction de bateaux, et sa position sur un axe majeur du commerce par voie terrestre vers le nord. Des années plus tard elle deviendra un  paradis pour les vacanciers. Aujourd'hui, Salisbury continue d'être très diversifiée géographiquement, englobant seize miles carrés de fermes, de plage, de marais et de l'espace résidentiel et commercial. Maintenant, soutenant un quartier de maisons anciennes restaurées et des entreprises riveraines de la mer, elle a une population d’environ 8000 personnes.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:26












Topsfield - Located in Essex County, the area had long been inhabited by the Agawam Indian tribe prior to English colonization in the early seventeenth century. Led by Chief Masconomet, the Agawam people claimed the land north of the Danvers River, the whole of Cape Ann, and from there, to the Merrimack River. However, the first European explorers had brought smallpox to New England, which would eventually decimate all the shore tribes. When the colonists first arrived they investigated the area of Agawam and met the people, but, they settled in Charlestown. However, in 1633, John the Younger took a group of men northward and he and several of them took up residence in Ipswich Harbor. Two others continued up the river to a large meadow, which they called New Meadows. It was this place that would later become Topsfield. By 1643, the area of New Meadows was permanently settled.



One of the first settlers was Robert Smith who arrived in 1638. His descendants extended through five generations in Salem. She was the daughter of William Towne of Topsfield. The same girls who had accused Rebecca Towne Nurse of witchcraft, also named her sisters Sarah Towne Cloyce and Mary Towne Easty who lived in Topsfield. Though Sarah was eventually set free, Mary was hanged in September. Sarah Averill Wildes and Elizabeth Jackson Howe from Topsfield were hanged along with Rebecca Nurse. Many other Topsfield residents were accused of witchcraft until the hysteria ended in May, 1693, when the governor of Massachusetts set free all of the remaining persons accused of witchcraft and issued a proclamation of general pardon.

Afterwards, Topsfield would move on and during the American Revolution, many men of Topsfield were involved. By the 1800's shoe factories, stores and inns appeared in the community and by the beginning of the 20th century, the town's character had changed from a farming and shoe manufacturing community to a town of many large estates. Today, Topsfield is a small community of just about 6,000 people that enjoy a more rural atmosphere.


in Topsfield. They were respected townspeople and members of Capen's Congregational Church. Joseph Smith, Sr. was born in Topsfield in 1771, and his son, Joseph Smith, Jr., who was born in Vermont after his family moved, would later found the Church of Jesus Christ of Latter Day Saints. Virtually all of the early settlers were self supporting farmers with some involved in blacksmithing and saw and gristmill operations. The General Court of Massachusetts renamed the place Topsfield in 1648, after Toppesfield, England. In 1650, the town was incorporated. In 1684, the village hired the Reverend Joseph Capen, whose Parson Capen House still stands as the town's most notable historical landmark.

Like other area villages, the Salem witch trials of 1692 touched Topsfield directly. The first of Topsfield's six accused witches was young Abigail Hobbs, who had a reputation for "rude" and blasphemous behavior. She was the arrested on April 18, 1692, and her parents, William and Deliverance were arrested three days later. Despite the circle of accusations in the family, all three Hobbs managed to avoid hanging. In July 1692, Rebecca Nurse ofSalem Village was hanged at Gallows Hill







Topsfield - Situé dans le comté d'Essex, la région longtemps été habitée par la tribu indienne Agawam avant la colonisation anglaise au début du XVIIe siècle. Dirigé par le chef Masconomet, le peuple Agawam a réclamé les terres au nord de la rivière Danvers, l'ensemble de Cape Ann, et de là, vers la rivière Merrimack. Cependant, les premiers explorateurs européens avaient amené la variole en Nouvelle-Angleterre, qui décimera toutes les tribus côtières. Quand les colons sont arrivés ils ont étudié la région d’Agawam et rencontré les gens, mais, ils s’installèrent à Charlestown. Cependant, en 1633, John le Jeune a pris un groupe d'hommes vers le nord et lui et plusieurs d’entre eux ont élu domicile dans le port d’Ipswich. Deux autres ont continué vers le haut de la rivière jusqu’à une grande prairie, qu'ils ont appelé New Meadows. Ce fut ce lieu qui deviendra plus tard Topsfield. En 1643, la région de New Meadows a été réglée de façon permanente.

L'un des premiers colons était Robert Smith qui est arrivé en 1638. Ses descendants s’étendront sur cinq générations à Topsfield. Ils étaient des citadins respectés et membres de l'église congrégationaliste de Capen. Joseph Smith, Sr. est né à Topsfield en 1771, et son fils, Joseph Smith, Jr., qui est né dans le Vermont après que sa famille ait déménagé, fondera plus tard l'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. La quasi-totalité des premiers colons étaient agriculteurs avec certains Impliqué dans la forge et la scieroe et meuniers (pas sur que ce soit la bonne traduction). La Cour générale du Massachusetts Topsfield rebaptisé l'endroit en 1648, d’après Toppesfield, en Angleterre. En 1650, la ville a été constituée. En 1684, le village a engagé le révérend Joseph Capen, dont la maison se présente comme le plus remarquable monument historique de la ville.


Comme les autres villages de la région, les procès des sorcières de Salem de 1692 touchèrent directement Topsfield. La première des six sorcières accusées de Topsfield était la jeune Abigail Hobbs, qui avait la réputation et le comportement blasphématoire "rude". Elle a été arrêtée le 18 Avril, 1692, et ses parents, William et Deliverance ont été arrêtés trois jours plus tard. Malgré le cercle des accusations dans la famille, tous les trois Hobbs ont réussi à éviter la pendaison. En Juillet 1692, Rebecca Nurse de Salem Village a été pendu à Gallows Hill à Salem. Elle était la fille de William Towne de Topsfield. Les mêmes filles qui avaient accusé Rebecca Towne Nurse de sorcellerie, ont également nommé ses sœurs Sarah Towne Cloyce et Mary Towne Easty qui vivait à Topsfield. Bien que Sarah était finalement libre en Septembre, Mary a été pendue en Septembre. Sarah Averill Wildes et Elizabeth Jackson Howe de Topsfield ont été pendues en même temps que Rebecca Nurse. Beaucoup d'autres résidents de Topsfield ont été accusés de sorcellerie jusqu'à ce que l'hystérie ait pris fin en mai 1693. Lorsqu’en septembre, le gouverneur du Massachusetts libera toutes les personnes qui restaient accusées de sorcellerie et a publié une proclamation du pardon général.



Ensuite, Topsfield avancerait et pendant la Révolution américaine, de nombreux hommes de Topsfield ont été impliqués. Grâce aux usines de chaussures dans les années 1800, les magasins et les auberges sont apparus dans la communauté et au début du 20e siècle, le caractère de la ville avait changé d'une communauté agricole et de fabrication de la chaussure en une ville de nombreux grands domaines. Aujourd'hui, Topsfield est une petite communauté de près 6.000 personnes qui bénéficient d’une atmosphère plus rurale.





Congregational Church, Topsfield, Massachusetts
(source : Pinterest)




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   Ven 13 Jan - 22:27








Wenham - Located in Essex County, Wenham, was originally home to Native American Algonquian peoples for hundreds of years. Unfortunately, they were reduced in great numbers due to smallpox in the early 17th century. It was first settled in 1635 and was part of Salem. In September, 1643, the General Court of Massachusettsgranted that Wenham should be a town in its own right and the town was incorporated. The name is probably derived from two villages in England -- Great Wenham and Little Wenham. A church was formed in October, 1644 with John Fiske as pastor and seven families as members.


Wenham was fortunate during the witch hysteria of 1692, as there were no Wenham residents who were convicted of witchcraft. However, there were several people of Topsfield who were involved. Four were jurors in the trials including William Fisk, the foreman, and his son Thomas Fisk. One of the first three persons accused of witchcraft in the area was Sarah Solart Good, who had grown up in Wenham. However, when she married William Good, they moved to Salem Village. She was hanged on July 19, 1692. Another woman named Sarah Bibber, began as an accuser, giving depositions against 16 people, many of who were later hanged. In the hysteria, the tables were later turned on her and Bibber, herself, was accused of being involved in witchcraft. However, it doesn't appear that Sarah Bibber was ever indicted or tried.

Today, Wenham continues to retain much of its historic character and rural scenery. It is called home to almost 5,000 people.









Wenham - Situé dans le comté d'Essex, Wenham, était à l'origine occupé pendant des centaines d’années par le peuple indien des Algonquins pour les peuples algonquins. Malheureusement, un grand nombre ont été décimés par la variole au début du XVIIe siècle. Il a été fondée en 1635 et faisait partie de Salem. En Septembre 1643, la cour général de Massachusetts déclare que Wenham devrait être une ville à pat entière et la ville a été incorporée.
Le nom est probablement dérivé de deux villages en Angleterre – Grande Wenham  et la Petite Wenham. Une église a été créée en Octobre 1644 avec John Fiske comme pasteur et sept familles en tant que membres.


Wenham a eu la chance pendant l'hystérie de sorcière de 1692, car il n'y avait pas de résidents de Wenham qui ont été reconnus coupables de sorcellerie. Cependant, il y avait plusieurs personnes de Topsfield qui ont été  Impliqué. Quatre jurés étaient dans les procèss, y compris William Fisk, contremaître, et son fils Thomas Fisk. L'une des trois premières personnes accusées de sorcellerie dans la région était Sarah Solart Good, qui avait grandi à Wenham. Cependant, quand elle a épousé William Good, ils ont déménagé à Salem Village. Elle a été pendue le 19 Juillet 1692. Une autre femme nommée Sarah Bibber, a commencé comme accusatrice, donnant des dépositions contre 16 personnes, dont beaucoup qui ont ensuite été pendus. Dans l'hystérie, les rôles ont été inversés et plus tard Bibber, elle-même, a été accusée d'être impliqué dans la sorcellerie. Cependant, il ne semble que Sarah Bibber n'a jamais été inculpé ou jugé.


Aujourd'hui, Wenham continue de conserver une grande partie de son caractère historique et des paysages ruraux. Elle abrite près de 5000 personnes.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES VILLES TOUCHEES PAR LES PROCES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VTX: Liste des prochaines villes (régions) dégroupées
» Rues et Places de nos Villes en Hommage :
» Villes et villages décorés, vitrines, etc...
» [TUTO] Ajoutez vos villes perso à la météo du Sense
» Villes et Villages de A à Z

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le grenier de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique :: LES SORCIERES DE SALEM :: LEGEND OF AMERICA-
Sauter vers: