le forum de l'histoire, des mystères, de l'insolite et du féérique
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Lun 16 Jan - 14:43




• introduction
• Elizabeth Booth
• Sarah Churchill
• Elizabeth Hubbard
• Mercy Lewis
• Elizabeth Parris
• Ann Putnam, Jr.
• Susanna Sheldon
• Mary Warren
• Mary Walcott
• Abigail Williams






Source :
http://www.legendsofamerica.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Lun 16 Jan - 14:46

INTRODUCTION






In the cold winter of 1691-92, the colonists of Salem Village, Massachusetts were at war with the Indians, the weather was harsh, and the villagers relied on the Church for some sense of safety. It was during this time that two little girls -- Elizabeth Parris and Abigail Williams, the daughter and niece of Salem Village Minister Samuel Parris, began to the practice of fortune telling, even though it was regarded as a demonic activity in the Puritan community. Soon thereafter, Elizabeth Parris and Abigail Williams became strangely ill, having fits, spouting gibberish, and contorting their bodies into odd positions. The Reverend Samuel Parris was sure that prayer could cure their odd behavior, but his efforts were ineffective.

He soon brought in the local doctor William Griggs, who could find no physical cause for the girls' problems and diagnosed them being afflicted by the "Evil Hand," commonly known as witchcraft. Other ministers were consulted, who agreed that the only cause could be witchcraft and since the sufferers were believed to be the victims of a crime, the community set out to find the perpetrators.



Within no time, there were three witches who were accused -- Tituba, Reverend Parris' slave;  Sarah Good, an impoverished homeless woman; and Sarah Osborne, who had defied conventional Puritan society. As the witch hysteria spread, there were numerous other young women who claimed to be afflicted.

But, what was the original cause of these so-called "fits"? Modern technology suggests they may have been caused by some combination of stress, asthma, guilt, boredom, child abuse, epilepsy, and delusional psychosis.



Another theory was first presented in a 1976 article in Science magazine where Dr. Linnda R. Caporael, a Professor in the Department of Science and Technology Studies at Rensselaer Polytechnic Institute, argued that a disease called “convulsive ergotism” might have been to blame. The disease is brought on by ingesting rye grain infected with ergot, a fungus that can invade developing kernels of rye grain, especially under warm and damp conditions.


In 1691, during the rye harvest in Salem, these conditions existed. Furthermore, one of the Puritans' main staple of their diet was cereal and breads made of the harvested rye. Convulsive ergotism causes violent fits, a crawling sensation on the skin, vomiting, choking, and, hallucinations. In fact, the hallucinogenic drug LSD is a derivative of ergot. Many of the symptoms of convulsive ergotism seem to match those attributed to Elizabeth Parris andAbigail Williams.





Tituba





There is another theory that might explain the girls’ symptoms. In 1689, Cotton Mather, minister of the Old North Church in Boston, published a bestselling book called Memorable Providences. Relating to Witchcraft and Possession, the book detailed an episode of supposed witchcraft a year earlier involving an Irish washerwoman named Goody Glover. Mather's account, describing the symptoms of witchcraft, was widely read and discussed throughout Puritan New England and just happened to be in the meager library of Reverend Samuel Parris. Interestingly Elizabeth Parris' andAbigail Williams' behavior mirrored those described in Cotton Mather’s book. With their interest in fortune telling, might these young girls taken it a step farther and read the book?


But, what of the many others that also exhibited similar afflictions throughout the year? Rye might still be the culprit, but, mass hysteria might also be attributed. Mass hysteria, also called collective hysteria, and group hysteria, is the spontaneous manifestation of the same or similar hysterical physical symptoms by more than one person. Mass hysteria typically begins when an individual becomes ill or hysterical during a period of stress and others begin to manifest similar symptoms. Unfortunately, scientists have found a clear preponderance of female victims over the years.







Cotton Mather



Stress was certainly present in 1692 Salem. The community was at war with the Indians, the people strongly believed that Satan was present on earth and very active, many watched as their friends and family were arrested and hanged, and a large proportion of the "afflicted" were orphans or completely alone. Having little hope for the future and having no monetary or emotional support from direct family members, there would be few men interested in them and their marriage prospects looked especially grim. Further, some researchers have suggested that their dramatic performances gained them respect and attention of the community, which helped them with dealing with the oppression they felt within Puritan society.


From June through September of 1692, nineteen men and women, all having been convicted of witchcraft, were hanged in Salem Village and another man was pressed to death under heavy stones for refusing to make a plea. Hundreds of others faced accusations of witchcraft; dozens languished in jail for months without trials until the hysteria that swept through Puritan Massachusetts subsided


In May, 1693 a general release freed all of those prisoners who remained jailed. By the end of the trials 24 villagers had died. Within five years, Salem officials publicly apologized for their fervor at a “Day of Fast and Repentance.”





The witch – la sorcière par Joseph E. Baker, 1892




En hiver froid de 1691 à 1692, les colons de Salem Village , Massachusetts étaient en guerre avec les Indiens, le temps était rude, et les villageois s’appuaient  sur l'Église pour un certain sentiment de sécurité. Pendant ce temps,  deux petites filles - Elizabeth Parris et Abigail Williams , fille et nièce de Salem Village ministre Samuel Parris, ont commencé à la pratique de la divination, même si cela  était considérée comme une activité démoniaque dans la communauté puritaine. Peu après, Elizabeth Parris et Abigail Williams sont devenues étrangement malade, ayant des crises, parlant une langue incompréhensible, et contorsionnant leurs corps dans des positions bizarres. Le révérend Samuel Parris était sûr que la prière pouvait guérir leur comportement bizarre, mais ses efforts ont été inefficaces.



Il a rapidement appelé le médecin local William Griggs, qui ne pouvait trouver aucune cause physique pour les problèmes des filles et son diagnostic a été  affligé par la "main du diable" communément connu comme la sorcellerie. D'autres ministres ont été consultés, qui on convenus que la seule cause pourrait être la sorcellerie et puisque les malades étaient considérés comme les victimes d'un crime, la communauté avait l’intention de trouver les responsables.
Quelques temps plus tard, trois sorcières ont été accusés - Tituba, l'esclave du révérend Parris; Sarah Good, une  pauvre femme sans-abri; et Sarah Osborne, qui avait défié la société puritaine conventionnelle. Comme l’hystérie de sorcière se propageait, il y eu de nombreuses autres jeunes femmes qui prétendèrent être affligées.

Mais, ce qui était la cause première de ces soi-disant «unique»? La technologie moderne suggère qu'ils peuvent avoir été causés par une combinaison de stress, l'asthme, la culpabilité, l'ennui, la maltraitance des enfants, l'épilepsie et la psychose délirante.
Une autre théorie a été d' abord présenté dans un article 1976 à la Science magazine où Dr. Linnda R. Caporael, professeur au Département d'études des sciences et de la technologie au Rensselaer Polytechnic Institute, a fait valoir que une maladie appelée "ergotisme convulsive" aurait pu être à blâmer. La maladie est provoquée par l'ingestion de grains de seigle infecté par l' ergot de seigle, un champignon qui peut envahir les noyaux de développement de grains de seigle, en particulier dans des conditions chaudes et humides.

En 1691, lors de la récolte de seigle à Salem, ces conditions étaient réunies. En outre, l'un des principaux aliments de base du régime alimentaire des puritains était céréales et pains faits de seigle récolté. L’ergotisme Convulsive provoque des crises violentes, une sensation rampant sur la peau, des vomissements, la suffocation, et des hallucinations. En fait, le LSD, drogue hallucinogène, est un dérivé de l'ergot de seigle. Plusieurs des symptômes d'ergotisme convulsif semblent correspondre à ceux attribués à Elizabeth Parris et Abigail Williams .

Il y a une autre théorie qui pourrait expliquer les symptômes des filles. En 1689, Cotton Mather, ministre de l'Église Old North à Boston, a publié un livre best - seller appelé « Mémorable Providences ». Liées à la sorcellerie et à la possession, le livre détaillé un épisode de la sorcellerie supposée s’être déroulé un an plus tôt impliquant une blanchisseuse irlandaise nommée Goody Glover. Le livre de Mather, décrivant les symptômes de la sorcellerie, a été largement lu et discuté dans toute la Nouvelle - Angleterre puritaine et se trouvait justement dans la maigre bibliothèque du révérend Samuel Parris. Fait intéressant, Elizabeth Parris »et Abigail Williams avaieint des comportement qui ressemblaien à ceux décrits dans le livre de Cotton Mather. Avec leur intérêt pour la divination, ces jeunes filles ont fait un pas plus loin et lu le livre ?

Le stress était bien présent en 1692 Salem. La communauté était en guerre avec les Indiens, les gens croyaient fermement que Satan était présent sur terre et très actif, beaucoup regardaient leurs amis et la famille qui avaient  été arrêtés et pendus, et une grande proportion des "affligées" étaient orphelines ou complètement seule. Ayant peu d'espoir pour l'avenir,  ne pas avoir un soutien financier ou émotionnel de membres directs de la famille, il y aurait peu d'hommes qui  intéresseraient à elles et leurs perspectives de mariage semblait particulièrement sinistre. En outre, certains chercheurs ont suggéré que leurs performances spectaculaires ont gagné leur respect et l'attention de la communauté, ce qui les a aidées à faire face à l'oppression qu'elles ressentaient dans la société puritaine.
De Juin à Septembre 1692,  19 hommes et les femmes, tous ayant été reconnu coupable de sorcellerie, ont été pendus à Salem Village et un autre homme a été pressé à mort sous les pierres lourdes pour avoir refusé de se défendre en justice. Des centaines d'autres ont été confrontés à des accusations de sorcellerie; des dizaines languissaient en prison pendant des mois sans procès jusqu'à  ce que l'hystérie qui a balayé le Massachusetts  puritain soit calmée.

En mai 1693 une libération générale a été accordée à  tous les prisonniers qui étaient restés emprisonnés. À la fin des procès 24 villageois étaient morts. Dans les cinq ans, les responsables de Salem se sont excusés publiquement leur ferveur à une «Journée de jeûne et repentir. »

_________________


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mar 17 Jan - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 20:43

ELIZABETH BOOTH




Elizabeth Booth (1674-??) - One of the "afflicted girls",
Elizabeth Booth was the daughter of George and Elizabeth Booth of Salem Village. On June 8, 1692,
the 18 year-old Elizabeth allegedly showed signs of affliction by witchcraft. Her afflictions were
supported by her mother and younger 14 year-old sister Alice. Though she participated
in examinations, inquests, and trials, she was not a favorite of the authorities and her name
was chosen for use on only a couple of complaints. However, she did do her share of damage.
She testified that ghosts  had come to her and accused John and Elizabeth Proctor of serial
murder, stating that they had  killed at least four people. She also made accusations against
Wilmot Redd and Giles Corey. Just  19 days after the executions on September 22, 1692,
Elizabeth Booth, apparently free of any  afflictions, married Jonathan Pease and started a family
of her own. In the meantime,  Wilmot Redd, John Proctor, and Giles Corey had been put to
death and Elizabeth Proctor  was in prison, sentenced to death, but, under a reprieve until her
child was born.









Elizabeth Booth (1674- ??) - Un des "filles affligées", Elizabeth Booth était la fille de
George et Elizabeth Booth de Salem Village. Le 8 Juin 1692, Elizabeth, 18 ans, aurait
montré des signes d'affliction par la sorcellerie. Ses afflictions ont été prises en charge
par sa mère et sa plus jeune soeur de 14 ans, Alice. Bien qu’elle ait participé à des
examens, des enquêtes, et des procès, elle n'a pas été une favorite des Autorités et
son nom a été choisi pour une utilisation sur seulement quelques plaintes. Cependant,
elle n'a fait sa part de dommages. Elle a témoigné que les fantômes étaient venus
chez elle et a accusé John et Elizabeth Proctor d'assassinat en série, indiquant qu'ils
avaient tué au moins quatre personnes. En outre, elle a également fait des accusations
contre Wilmot Redd et Giles Corey. Seulement 19 jours après les exécutions, le
22 Septembre, 1692, Elizabeth Booth,  était apparemment libre de tout afflictions,
elle a épousé  Jonathan Pease et a fondé sa propre famille. En attendant, Wilmot Redd,
John Proctor, et Giles Corey avait été mis à mort et Elizabeth Proctor était en prison,
condamné à mort, mais, en vertu d'un sursis dû à sa grossesse.





SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com

TEXTE ANGLAIS ECRIS PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 21:29

SARAH CHURCHILL




Sarah Churchill (or Churchwell) (1667?-after 1731) - Known as one of the "afflicted girls" during the Salem witch hysteria, Sarah was both an accuser and a confessor. Born to Arthur and Eleanor Churchill, a wealthy couple of English gentry, in about 1667, she spent her early childhood in Saco, Maine. In 1680, when Sarah was a young girl, Wabanaki Indians attacked Saco. The attack scared the Churchill family into moving to Marblehead, Massachusetts. While the fate of Sarah's mother, Eleanor, is unknown, her father Arthur lived until 1710. By 1692 Sarah had moved to Salem Village and was working for George Jacobs Sr., who was a crippled old man living on his prosperous farm near Salem Village. By hiring herself out as a servant, Sarah went from being the granddaughter of one of the wealthiest and socially prominent men in Maine (Major Phillips) to a low status maidservant for a country farmer.


When the witchcraft crisis broke out in Salem Village, Sarah was 25 years old. She was related to the 18-year-old Mary Walcott, the cousin of Ann Putnam Jr., and thereby in a position to become acquainted with the other young accusers in the village. When Sarah's symptoms of "affliction" declined, the other afflicted girls accused her of signing the Devil's book to avoid torture.


In response, Sarah confessed that her master George Jacobs Sr. and his granddaughter, Margaret Jacobs, forced her to sign the Devil's book. In order to save herself, Churchill also implicated Abigail Williams, Ann Putnam Jr., Mercy Lewis, Elizabeth Hubbard, Mary Walcott, Sarah Bibber, Mary Warren, Joseph Flint, Thomas Putnam, John Putnam, Jr., and John DeRich. Sarah's confession saved her from the gallows. Later, she married a weaver, Edward Andrews, in 1709 in Maine, after being fined for premarital fornication. The last record of Sarah Churchill is dated 1731.





Sarah churchill accused her employer Georges Jacobs Sr., of witchcraft.  He was found Guilty and hanged on july 19, 1692.His trial by T.H. Matteson. Sarah Churchill a accusé son employeur George Jacobs Sr, de sorcellerie. Il a été reconnu coupable et pendu le 19 juillet 1692. Son procès par T.H. Matteson





Sarah Churchill (ou Churchwell) (1667 -après 1731?) - Connu comme l'une des «filles affligées» au cours de l’hystérie de  sorcière de Salem, Sarah était  à la fois un accusatrice et confesseuse. Fille d’Arthur et Eleanor Churchill, un riche couple de petite noblesse anglaise, elle est née vers 1667, elle a passé sa petite enfance à Saco, Maine. En 1680, quand Sarah était une jeune fille, les Indiens abénaquis ont attaqué Saco. L'attaque a effrayé la famille Churchill qui a déménagé à Marblehead, Massachusetts. Alors que le sort de la mère de Sarah, Eleanor, est inconnu, son père Arthur a vécu jusqu'en 1710. En 1692 Sarah a déménagé à Salem Village et travailla pour George Jacobs Sr., qui était un vieillard infirme vivant sur sa ferme prospère près de Salem Village. En se louant comme un servitante, Sarah est passé du statut de la petite-fille de l'un des hommes les plus riches et socialement importants dans le Maine (Major Phillips) à celui plus bas  de soubrette  pour un agriculteur du pays.

Lorsque la crise de  sorcellerie a éclaté  à Salem Village, Sarah avait 25 ans. Elle était liée à Mary Walcott, 18 ans, la cousine de Ann Putnam Jr., et donc en mesure de se familiariser avec les autres jeunes accusatrices dans le village. Lorsque les symptômes d’ « affliction » de Sarah  ont diminué, les autres filles affligées l'accusèrent de signer le livre du diable pour éviter la torture.

En réponse, Sarah a avoué que son maître George Jacobs, père, et sa petite-fille, Margaret Jacobs, l’ont forcée à signer le livre du diable. Pour se sauver, Churchill également impliqué Abigail Williams, Ann Putnam Jr., Mercy Lewis, Elizabeth Hubbard, Mary Walcott, Sarah Bibber, Mary Warren, Joseph Flint, Thomas Putnam, John Putnam, Jr. et John Derich. La confession de Sarah l'a sauvée de la potence. Plus tard, elle a épousé un tisserand, Edward Andrews, en 1709 dans le Maine, après avoir été condamné à une amende pour fornication prénuptial. Le dernier enregistrement de Sarah Churchill est daté  de1731.




SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE ANGLAIS ECRIS PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 21:33

ELIZABETH HUBBARD



Elizabeth Hubbard (1675?-??) - Seventeen year-old Elizabeth Hubbard followed suit after Elizabeth Parris, Abigail Williams, and Ann Putnam Jr., also claiming to having been bewitched. Like many of the other "afflicted" girls inSalem Village, she was an orphan and lived with her great-aunt and uncle, Dr. William Griggs, who had diagnosed the original girls as being under the affliction of an "Evil Hand". As a physician Dr. Griggs and his wife were viewed as a family of social standing. However, Elizabeth was known by the locals to be a servant to the household, rather than an adopted daughter. Playing a leading part in the accusations against the "witches" throughout the summer and fall of 1692, her afflictions, fits, trances and testimony contributed to the conviction and execution of many.

Several witnesses came forward and testified against Elizabeth's character, stating that she was a religious deviant, a girl with a vivid and powerful imagination, was known to speak untruths, and often denied the Sabbath day. However, statements such as these did not discredit Elizabeth as a truthful witness to the court. She continued throughout the entire trials to be a leading accuser. By the end of the trials, Elizabeth Hubbard had testified against 29 people, 17 of whom were arrested, 13 were hanged and two died in jail.

Nothing is known of what happened to Elizabeth Hubbard after the trials were over.








Elizabeth Hubbard (1675 -? ??) – 17 ans a emboîté le pas à Elizabeth Parris, Abigail Williams et Ann Putnam Jr., Prétendant également avoir été ensorcelée. Comme beaucoup d'autres filles "affligées" à Salem Village, elle était orpheline et vivait avec sa grand-tante et son oncle, le Dr William Griggs, qui avait diagnostiqué les deux premières filles comme étant sous l'affliction d'un "Evil Hand". En tant que médecin, le Dr Griggs et sa femme ont été considérés comme une famille de statut social. Cependant, Elizabeth était connu par les habitants d'être une servante à la maison, plutôt qu’une fille adoptive. Jouant un rôle de premier plan dans les accusations contre les «sorcières», tout au long de l'été et l'automne 1692, ses afflictions, des crises, ses transes et ses témoignages ont contribué à la condamnation et l'exécution d'un grand nombre.

Plusieurs témoins se sont manifestés et ont témoigné contre le personnage d'Elizabeth, déclarant qu'elle était une religieuse déviante, une fille avec une imagination vive et puissante, était connu pour parler des contrevérités, et souvent nier le jour du sabbat. Cependant, de telles déclarations ne discréditent Elizabeth comme un témoin fidèle à la cour. Elle a continué tout au long du procès comme une accusatrice de premier plan. À la fin des procès, Elizabeth Hubbard avait témoigné contre 29 personnes, dont 17 ont été arrêtés, 13 ont été pendues et deux sont mortes en prison.


On ne sait rien de ce qui est arrivé à Elizabeth Hubbard lorsque les les procès étaient terminés.





SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE EN ANGLAIS ECRIT PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 21:36

MERCY LEWIS




Mercy Lewis (1675-??) - Born in Falmouth, Maine in 1675, Mercy Lewis lost both her parents in an Indian attack by Wabanaki Indians and and became an orphan at a young age. The orphaned Mercy was sent to live as a servant with Reverend George Burroughs, who had earlier lived in Salem. However, sometime later, she was sent to live with the Thomas Putnam, Jr. family in Salem Village, with whom she was distantly related.


At the Putnam household, Lewis befriended Ann Putnam Jr. and her cousin Mary Walcott who were among the first to make claims of affliction by specters of witches. Mercy would become one of the most consistent and vocal accusers during the 1692 witchcraft trials in Salem. From her previous experience, Mercy was chief source of information about Reverend George Burroughs and the Hobbs family in Maine. It suspiciously appears that the afflicted girls seemed to have entered into something of a conspiracy as time went on, so that in the case of Reverend Burroughs, Ann Putman initiated an accusation against him. Mercy was also responsible for preventing Mary Eastey from being freed when all other accusations had been withdrawn.


After the trials, Mercy was said to have given birth to an illegitimate child. Long after the trials, when folk discussed the afflicted girls, Mercy would be used as an example to discredit them and suggest they were nothing more than trollops looking for attention.











Mercy Lewis (1675- ??) – Mercy Lewis est née à Falmouth, Maine en 1675, elle a perdu ses deux parents dans une attaque des Indiens abénaquis et est devenu orpheline à un jeune âge. Mercy l’orpheline a été envoyé vivre comme une servitante chez le révérend George Burroughs, qui avait déjà vécu à Salem. Cependant, quelque temps plus tard, elle a été envoyée vivre dans la famille le Thomas Putnam Jr. à Salem Village, avec-qui elle était lointainement liée.


Au foyer Putnam, Lewis lie d'amitié avec Ann Putnam Jr. et sa cousine Mary Walcott qui étaient parmi les premiers à faire des réclamations de l' affliction par des spectres de sorcières. Mercy deviendrait l' un des accusateurs les plus cohérents et vocaux pendant les 1692 procès de sorcellerie à Salem. De son expérience précédente, Mercy était la principale source d'information sur le révérend George Burroughs et la famille Hobbs dans le Maine. Il semble soupçonneux que les filles atteintes semblaient avoir conclu quelque chose d'un complot que le temps passait, de sorte que dans le cas du révérend Burroughs, Ann Putman a lancé une accusation contre lui. Mercy a également été responsable de la prévention Mary Eastey d'être libéré lorsque toutes les autres accusations ont été retirées.


Au foyer Putnam, Lewis se lie d'amitié avec Ann Putnam Jr. et sa cousine Mary Walcott qui étaient parmi les premières à faire des réclamations de l'affliction par des spectres de sorcières. Mercy deviendra l'une des accusatrices les plus constantes et vocales pendant les procès de sorcellerie de 1692 à Salem. De son expérience précédente, Mercy était la principale source d'information sur le révérend George Burroughs et la famille Hobbs dans le Maine. Il s’avère soupçonneusement que les filles affligées semblaient avoir entamé quelque chose comme un complot pendant que le temps passait, de sorte que dans le cas du révérend Burroughs, Ann Putman a lancé une accusation contre lui. Mercy était aussi responsable de la non libération de Mary Eastey lorsque toutes les autres accusations avaient été retirées

Après les procès, il a été dit que Mercy avait donné naissance à un enfant illégitime. Longtemps après les procès, lorsque les gens discutaient des filles touchées, Mercy sera utilisé comme un exemple pour les discréditer et de suggérer qu'elles n’étaient rien de plus que des catins à la recherche d'attention.





SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE EN ANGLAIS ECRIT PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 21:40

ELIZABETH "BETTY" PARRIS





Elizabeth "Betty" Parris (1682-1760) - The first person in Salem to claim illness due to being "bewitched", Betty was born on November 28, 1682 to Salem Village Minister Samuel Parris and his wife Elizabeth. During the winter of 1691, Elizabeth Parris and her cousin, Abigail Williams, began to undertake experiments in fortune telling, mostly focusing on their future social status and potential husbands. They were quick to share their game with other young girls in the area, even though the practice of fortune telling, was regarded as a demonic activity. By January, 1692, Nine year-old Betty appeared to be consumed with a secret preoccupation and was forgetting errands and unable to concentrate. She then began to act in strange ways, barking like a dog when her father would rebuke her, screaming wildly when she heard the "Our Father" prayer and once hurled a Bible across the room. After these episodes, she sobbed distractedly and spoke of being damned, perhaps because of her practice of "fortune telling." The Reverend Samuel Parris believed that prayer could cure her odd behavior, but his efforts were ineffective. In fact, her actions got worse. Soon, she was contorting her body into odd postures, consistently spouting foolish and ridiculous speeches, and generally having fits.


The Reverend John Hale, who was the pastor at the nearby parish of Beverly, would describe the afflictions of the girls as appearing as if they "were bitten and pinched by invisible agents; their arms, necks, and backs turned this way and that way, and returned back again, so as it was impossible for them to do of themselves, and beyond the power of Epileptic fits, or natural disease to effect. Sometimes they were taken dumb, their mouths stopped, their throats choked, their limbs wracked and tormented so as might move a heart of stone to sympathize with them."


The local physician, William Griggs, diagnosed Elizabeth Parris as being afflicted by the "Evil Hand," commonly known as witchcraft. Reverend Samuel Parris thought it was "a very sore rebuke and humbling providence that the Lord ordered the horrid calamity to break out first in his family."


Since the sufferers of witchcraft were believed to be the victims of a crime, the community set out to find the perpetrators. On February 29, 1692, under intense adult questioning, the afflicted girls named Sarah Good, Sarah Osborne, and Tituba as their tormentors. Shortly after, the Salem witch trials began, with more and more girls accusing neighbors of witchcraft.

Betty Parris testified at trial that she was tormented by spectral visions of these women and would cry out when the accused moved her arms, legs, or head, as if the accused was injuring her from across the room. She was also involved in the conviction of Martha Corey.


Understandably, Mrs. Parris was worried about the health of her daughter and she protested against using her as a witch finder. At the end of March, Betty and Abigail were sent to live with Samuel Parris' distant cousin, Stephen Sewall, in Salem. The move seemingly stopped both of their symptoms

Once the trials were over, Betty Parris would later marry Benjamin Baron, a yeoman, trader, and shoemaker, in Sudbury. Leading a very ordinary existence, the couple had four children. She survived her husband by six years, dying in her home in Concord March 21, 1760.










Elizabeth "Betty" Parris (1682-1760) - La première personne à Salem à réclamer être "ensorcelée", Betty née le 28 Novembre 1682, à Salem Village, est la fille du ministre Samuel Parris et de sa femme Elizabeth. Pendant l'hiver 1691, Elizabeth Parris et sa cousine, Abigail Williams, a commencé à entreprendre des expériences dans la divination, se concentrant surtout sur leur statut social et leurs futurs maris potentiels. Ils ont été prompts à partager leur jeu avec d'autres jeunes filles dans la région, même si la pratique de la divination, était considérée comme une activité démoniaque. En Janvier 1692, Betty, 9 ans, semblait être consommer par une préoccupation secrète et oubliait les courses et ne pouvait se concentrer. Elle a ensuite commencé à agir de façon étrange, en aboyant comme un chien quand son père la réprimandait, crieant sauvagement quand elle entendait la prière le "Notre Père" et lança une fois une bible à travers la pièce. Après ces épisodes, elle sanglotait distraitement et parlait d'être damné, peut-être raison de sa pratique de la «divination». Le révérend Samuel Parris pensait que la prière pourrait guérir son comportement bizarre, mais ses efforts ont été inefficaces. En fait, ses actions ont empiré. Bientôt, elle contorsionnait son corps dans des postures bizarres, répandant constamment des discours insensés et ridicules, et ayant généralement des crises.

Le révérend John Hale, qui était le curé de la paroisse voisine de Beverly, décrira les afflictions des filles comme si elles étaient " mordues et pincées par des agents invisibles; Leurs bras, le cou et le dos tourné de-çi et de-là, et est retourné encore une fois, alors qu’il était impossible pour elles de le faire elles-mêmes et au-delà de la puissance de crises’ d’épilepsie ou d’une maladie naturelle. Parfois, elles étaient muettes, leurs bouches se sont arrêtées, leurs gorges étaient étranglées, leurs membres ravagés et tourmenté, il aurait fallu déplacer un cœur de pierre pour leur témoigner de la sympathie. »

Le médecin local, William Griggs, a diagnostiqué Elizabeth Parris comme étant affligé par la «main mauvaise», communément appelée sorcellerie. Le révérend Samuel Parris a pensé que c'était «une réprimande très douloureuse et une providence humiliante que le Seigneur a ordonné que l'horrible calamité éclate d'abord dans sa famille. »
Puisque les victimes de sorcellerie étaient censées être les victimes d'un crime, la communauté s'est mise à la recher des auteurs. Le 29 février 1692, sous un interrogatoire intense des adultes, les filles affligées nommèrent Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba comme leurs bourreaux. Peu de temps après, les procès des sorcières de Salem ont commencé, avec de plus en plus de filles accusant les voisins de sorcellerie.

Betty Parris a témoigné au procès qu'elle était tourmentée par des visions spectrales de ces femmes et criait quand l'accusé bougeait ses bras, ses jambes ou sa tête, comme si l'accusé la blessait de l'autre côté de la pièce. Elle a également été impliquée dans la condamnation de Martha Corey.


Naturellement, Mme Parris était inquiète pour la santé de sa fille et elle a protesté qu’on l’utilisait comme une chercheuse de sorcière. À la fin de Mars, Betty et Abigail ont été envoyés vivre avec le cousin éloigné de Samuel Parris, Stephen Sewall, à Salem. Le déplacement semble avoir arrêté leurs deux symptômes


Une fois les procès terminés, Betty Parris épousera plus tard Benjamin Baron, un vétéran, commerçant et cordonnier, à Sudbury. Menant une existence très ordinaire, le couple a eu quatre enfants. Elle a survécu à son mari de six ans, mourant dans sa maison à Concord le 21 mars 1760.




SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE ANGLAIS ECRIT PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 21:53

ANN PUTNAM Jr.






Ann Putnam, Jr. (1679-1716) - Twelve year-old Ann Putnam, Jr. played a crucial role in the witchcraft trials of 1692 as one of the first three "afflicted" children. Born on October 18, 1679 in Salem Village, Massachusetts, she was the eldest child of Thomas Putnam and Ann Carr Putman. She was friends Elizabeth Parris andAbigail Williams and in March, 1692, she too, proclaimed to be afflicted. Her mother, Ann Carr Putman, a fearful woman who was still mourning the death of an infant daughter, also would later claim that she had been attacked by witches. Also living in the household wasMercy Lewis, who had been orphaned as a child and was distantly related to the Putnams. Working as a servant, Mercy Lewis, like Ann Putnam, Jr. would become one of the most vocal accusers during the trial. Many of the people that Ann Putnam accused were those that her family or the Reverend Parris had quarreled with. Some historians have speculated that her parents coerced her to accuse those they were feuding with or sought revenge on. As one of the most aggressive accusers, her name appeared over 400 times in court documents. She accused nineteen people and saw eleven of them hanged.


When her parents died in 1699, Putnam was left to raise her nine siblings aged 7 months to 16 years. Putnam never married. Fourteen years after the terrible trials, Ann Putman admitted that she had lied and apologized for the part she had played in the witch trials in 1706:


"I desire to be humbled before God for that sad and humbling providence that befell my father's family in the year about ninety-two; that I, then being in my childhood, should, by such a providence of God, be made an instrument for the accusing of several persons of a grievous crime, whereby their lives were taken away from them, whom, now I have just grounds and good reason to believe they were innocent persons; and that it was a great delusion of Satan that deceived me in that sad time, whereby I justly fear I have been instrumental, with others, though ignorantly and unwittingly, to bring upon myself and this land the guilt of innocent blood; though, what was said or done by me against any person, I can truly and uprightly say, before God and man, I did it not out of any anger, malice, or ill will to any person, for I had no such thing against one of them; but what I did was ignorantly, being deluded by Satan.

And particularly, as I was a chief instrument of accusing Goodwife Nurse and her two sisters, I desire to lie in the dust, and to be humble for it, in that I was a cause, with others, of so sad a calamity to them and their families; for which cause I desire to lie in the dust, and earnestly beg forgiveness of God, and from all those unto whom I have given just cause of sorrow and offense, whose relations were taken away or accused."



She died in 1716 at the age of 37. She is buried along with her parents in an unmarked grave at the Putnam Cemetery in Danvers, Massachusetts.










Ann Putnam, Jr. (1679-1716) - Ann Putnam Jr., âgée de douze ans, a joué un rôle crucial dans les procès de sorcellerie de 1692 comme l'un des trois premiers enfants «affligés». Née le 18 octobre 1679 à Salem Village , dans le Massachusetts, elle était l'aînée de Thomas Putnam et d'Ann Carr Putman. Elle était amie  avec Elizabeth Parris et Abigail Williams et en mars 1692, elle aussi, déclarée être affligée. Sa mère, Ann Carr Putman, une femme craintive qui pleurait encore la mort d'une petite fille, allait plus tard prétendre qu'elle avait été attaquée par des sorcières. Vivant également dans le ménage il y avait  Mercy Lewis , qui était orpheline et était liée de loin à la famille Putnams, travaillant comme une servante, Mercy Lewis , comme Ann Putnam, Jr. deviendra l'une des accusatrices les plus vocales au cours du procès. Beaucoup de gens qu’Ann Putnam a accusé étaient ceux que sa famille ou le révérend Parris  s’étaient disputé. Certains historiens ont spéculé que ses parents l'ont contrainte à accuser ceux avec qui ils se disputaient ou cherchaient à se venger. Comme l'un des accusateurs les plus agressifs, son nom est apparu plus de 400 fois dans les documents judiciaires. Elle a accusé dix-neuf personnes et a vu onze d'entre elles pendues.


Quand ses parents sont morts en 1699, Putnam est restée pour élever ses neuf frères et sœurs âgés de 7 mois à 16 ans. Putnam ne s'est jamais marié. Quatorze ans après les terribles procès, Ann Putman a admis qu'elle avait menti et s’est excusée pour le rôle qu'elle avait joué dans les procès de sorcière en 1706:


« Je souhaite me mortifier devant Dieu pour la triste et humiliante providence qui a frappé la famille de mon père vers l'an 1692 ; que j'ai, étant enfant, pu, par une telle providence divine, devenir l'instrument d'accusations de plusieurs personnes pour des crimes graves, par lesquelles leurs vies ont été emportées et alors que j'ai maintenant de justes et bonnes raisons de penser qu'il s'agissait de personnes innocentes ; et que c'était une grande illusion de Satan qui m'abusa dans ce triste temps, illusion dont je crains à juste titre d'avoir été l'instrument, avec d'autres, quoique par ignorance et inconsciemment, pour répandre sur moi-même et sur cette terre la culpabilité d'un sang innocent ; bien que je puisse vraiment dire devant Dieu et les hommes que je ne fis pas par colère, méchanceté ou mauvaise intention envers quiconque, parce que je n'avais rien de tel contre aucun d'eux ; mais ce que je fis le fut par ignorance, étant abusée par Satan. Et en particulier, puisque je fus le principal instrument de l'accusation de maîtresse Nurse et de ses deux sœurs, je veux m'étendre dans la poussière et être mortifiée pour cela, de ce que j'ai été la cause, avec d'autres, d'une si triste calamité pour elles et leurs familles ; raison pour laquelle je veux m'allonger dans la poussière et sincèrement implorer le pardon de Dieu et de tous ceux à qui j'ai donné un juste motif de douleur et d'affront, dont les proches ont été emportés ou accusés. » (traduction libre - wikipedia)


Elle est morte en 1716 à l'âge de 37 ans. Elle est enterrée avec ses parents dans une tombe non marquée au cimetière Putnam à Danvers, Massachusetts.




SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE EN ANGLAIS ECRIT PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.







Ann Putnam Junior, tout comme Betty Parris et Abigail Williams, fut un témoin important du procès des sorcières de Salem. Née le 18 octobre 1679, Ann était l'aînée des enfants de Thomas et Ann Putnam. Intelligente et bien éduquée, la jeune femme était l'amie de quelques-unes des filles possédées par la maladie étrange qui marqua le début de l'affaire. En mars 1692, Ann Putnam tomba elle-même malade.
Elle fut l'une des plus jeunes et des plus actives accusatrices pendant l'affaire. Elle affirma avoir été tourmentée par 62 personnes différentes et témoigna dans plusieurs procès.
En 1706, Ann Putnam fut la seule à offrir des excuses pour sa participation au procès des sorcières. Elle se tint devant son église pendant que ses excuses étaient lues (voir plus haut) :




Maison d’Ann Putnam, photographiée vers 1891



Quelques historiens ont avancé que les parents d'Ann et les anciens de la communauté la contraignirent à accuser ceux à qui ils gardaient rancune et dont ils voulaient tirer vengeance. Un grand nombre d'accusés étaient des connaissances, plus ou moins proches, de la puissante famille Putnam.

À la mort de ses parents en 1699, Ann dut élever seule ses neuf frères et sœurs âgés de 7 mois à 18 ans. Elle ne se maria jamais et mourut en 1716.






SOURCE :
Wikipédia

_________________


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mer 18 Jan - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 21:56

SUSANNA SHELDON




Susanna Sheldon - One of the many accusers, Susanna Sheldon was 18 years-old at the time of the witchcraft trials. Like Mercy Lewis, she was a refugee from the Indian wars and made claims of afflictions for the first time during the last week of April, 1692. Four days following the accusation that Minister George Burroughs was the leader of the suspected witches, Sheldon allegedly began experiencing “strange spectral encounters." On April 24th, she was the first to identify the wealthy Salem merchant, Philip English, as her tormentor. She also accused Boston merchant, Hezekiah Usher of witchcraft and throughout the crisis, claimed to experience afflictions caused by Goody Buckley, Bridget Bishop, Mary English, Martha Corey, John Willard, Sarah Good, Lydia Dustin, John and Elizabeth Proctor, and George Burroughs. Altogether, Sheldon filed 24 legal complaints against her alleged tormentors. Throughout the trial, she allegedly experienced apparitions from specters who she said tried to persuade her to sign the devil’s book, visions from the dead, visual manifestations of snakes and birds, and symptoms of feeling physically choked and having her hands bound so tight that she could not free herself.

Beyond the trial, nothing more is known of her.







Susanna Sheldon - Une des nombreuses accusatrices, Susanna Sheldon avait 18 ans, au moment des procès de sorcellerie. Comme Mercy Lewis, elle était une réfugiée des guerres indiennes et a formulé des allégations de Afflictions pour la première fois pendant la dernière semaine d'Avril, 1692. Quatre jours suivants l'accusation que le ministre George Burroughs était le chef des sorcières présumées, Sheldon aurait commencé les expériences de "rencontres spectrales étranges." le 24 Avril, elle a été la première à identifier le riche marchand de Salem, Philip English, comme son bourreau. Elle a accusé également le marchand de Boston, Ezéchias Usher de sorcellerie et durant sa crise, a affirmé avoir subit des afflictions causées par Goody Buckley, Bridget Bishop, MaryEnglish, Martha Corey, John Willard, Sarah Good, Lydia Dustin, John et Elizabeth Proctor, et George Burroughs. Au total, Sheldon ont déposé 24 plaintes en justice contre ses bourreaux présumés. Tout au long du procès, elle aurait eu des apparitions connues de spectres qui dit-elle ont essayé de la persuader de signer le livre du diable, des visions de morts, des manifestations visuelles de serpents et d’oiseaux, et les symptômes de se sentir étouffé physiquement et ayant ses mains liées si serré qu'elle ne pouvait pas se libérer.


Après les procès, on n’a plus rien su d’elle.





SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE EN ANGLAIS ECRIT PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 21:59

MARY WARREN





Mary Warren (1671?-??) - Born twenty-one years before the Salem Witch Trials began, Mary Warren was the oldest of the "afflicted" girls and became one of the most rigorous accusers. She also became a defender and confessor, a unique role among the accusing girls of Salem Village.
Her parents and sister died early in her life, forcing her to become a servant. She was employed as a servant in the house of John and Elizabeth Proctor, who lived on the outskirts of Salem in what is now known as Peabody. The Proctors were opponents of the trials and thought that the accusers should be punished. In early March 1692, Warren began to have fits, saying she saw the specter of Giles Corey. John Proctor told her she was just seeing his shadow, and put her to work at the spinning wheel, threatening to beat her if she had any more fits. For some time, she did not report any more sightings, but she started to have fits again in his absence. Warren was kept hard at work at the Proctor home and was told that if she ran into fire or water during one of her fits, she would not be
Rescued. After her "fits" stopped, she posted a note at the Meeting House to request prayers of thanks. That very night, Mary said that Elizabeth’s spirit woke her to torment her about posting of the note. On April 3, 1692, Samuel Parris read Mary’s note to the church members, who began to question Mary after the Sunday services. In her answers, she introduced the possibility of fraud on the part of the accusing girls when she stated that they "did but dissemble." Mary told them she felt better now and could tell the difference between reality and visions.


The other "afflicted" girls then became angry with Mary and began to accuse her of being a witch. A formal complaint was filed on April 18, 1692 and she was examined. During her testimony, she was contradictory, telling the high court that all the girls were lying, but continuing to have fits herself. She then confessed to witchcraft and began to accuse various people, including the Proctors. She was released from jail in June, 1692. Her life after the trials is unknown.








Mary Warren (1671? - ??) - Née vingt et un ans avant le début des procès de sorcière de Salem, Mary Warren était la plus ancienne des filles «affligées» et est devenue l'une des accusatrices les plus rigoureuses .Elle est devenue aussi une défenseuse et un confesseuse, un rôle unique parmi les filles accusatrices de Salem Village .

Ses parents et sa sœur sont morts tôt dans sa vie, la forçant à devenir une servante. Elle travaillait comme servante dans la maison de John et Elizabeth Proctor, qui habitait à la périphérie de Salem dans ce qu'on appelle maintenant Peabody. Les Proctors étaient des adversaires des procès et pensaient que les accusatrices devaient être punies. Au début de Mars 1692, Warren a commencé à avoir des crises, en disant qu'elle voyait le spectre de Giles Corey. John Proctor lui a dit qu'elle voyait juste son ombre, et la mis à travailler à la roue, menaçant de la battre si elle avait plus de crises. Pendant un certain temps, elle n'a pas rapporté plus d'observations, mais elle a commencé à avoir des crises à nouveau en son absence. Warren a été gardé au travail dur à la maison de Proctor et on m’a dit que si elle avait couru dans le feu ou l'eau pendant une de ses crises, elle ne se serait pas sauvée. Après l’arret des crises, elle a posté une note à la Maison de la réunion (église) pour demander des prières de remerciement. Cette nuit même, Marie dit que l'esprit d'Elizabeth l'a réveillée pour la tourmenter au sujet de l'affichage de la note. Le 3 avril 1692, Samuel Parris a lu la note de Mary aux membres de l'église, qui ont commencé à questionner Mary après les services du dimanche. Dans ses réponses, elle introduit la possibilité de fraude de la part des filles accusatrices lorsqu’elle a déclaré qu’elle a déclaré qu’elles « dissimulaient. » Mary leur a dit qu’elle se sentait mieux maintenant et pouvait faire la différence entre la réalité et les visions.


Les autres filles "affligées" se sont alors fâchées avec Mary et ont commencé à l'accuser d'être une sorcière. Une plainte officielle a été déposée le 18 avril 1692 et elle a été interrogée. Pendant son témoignage, elle était contradictoire, disant la Cour Suprême que toutes les filles mentaient, mais continu pour avoir des crises elle-même. Elle a alors avoué la sorcellerie et a commencé à accuser diverses personnes, y compris les Proctor. Elle a été libérée de l prison en juin 1692. Sa vie après les procès est inconnue.





SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE EN ANGLAIS ECRIT PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 22:04

MARY WALCOTT





Mary Walcott (1675-1752) - The cousin of Ann Putnam Jr., Mary Walcott was a regular witness in the witch trials of Salem, Massachusetts. Mary was born to Jonathan Walcott, Captain of the Salem Village Militia, and Mary Sibley Walcott on July 5, 1675. When Mary was young, her mother died and her father married Deliverance Putnam, thus making him the brother-in-law of Thomas Putnam, Jr., who was not only one of the most powerful men in the village, but, also one of the major accusers.


Her aunt was Mary Sibley Woodrow, who decided to try some white magic to fend off the evil powers in the village. She had shown Tituba and her husband, John Indian, slaves of the Reverend Samuel Parris, how to make the "witch cake" to discover witches that resulted in Elizabeth Parris and Abigail Williams making their first accusations. For this advice, Mary Sibley Woodrow was suspended from the church; but, was later reinstated after she made a confession that her purpose was innocent. In the meantime, her 17 year-old niece, Mary Walcott, had gotten caught up in the whole witch hunt affair.


At the trials, while Mary Walcott was not the most notorious of the accusers, her role in the Salem witch trials was by no means minimal. She was said to have been calm in the beginning, but later, critics accused her of being a witch herself, who foiled her potential adversaries by distracting their attention away from herself onto innocent persons. However, Mary was never indicted for this accusation.


When the trials were over she married Isaac Farrar on April 29, 1696 and they eventually moved to Townsend, Massachusetts. They had eight children. She died in 1752 at the age of 77.








Mary Walcott (1675-1752) - La cousine d’Ann Putnam Jr. , Mary Walcott était un témoin régulier dans les procès des sorcières de Salem, Massachusetts. Marie est née à walcott, le 5 juillet 1675 et est la fille de Jonathan Walcott, capitaine du village de Salem Milice, et Mary Sibley Walcott. Quand Marie était jeune, sa mère morte et son père a épousé Deliverance Putnam, faisant ainsi lui le beau-frère de Thomas Putnam, Jr., qui était non seulement un des hommes les plus puissants dans le village, mais aussi un des principaux accusateurs.


Sa tante était Mary Sibley Woodrow, qui a décidé d'essayer un peu de magie blanche pour repousser les puissances du mal dans le village. Elle avait montré Tituba et son mari, John Indien, esclaves du révérend Samuel Parris , comment faire le «gâteau aux sorcières" pour découvrir les sorcières qui ont affligé Elizabeth Parris et Abigail Williams faisant leurs premières accusations. Pour ce conseil, Mary Sibley Woodrow a été suspendu de l'église; mais, plus tard a été réintégré après avoir fait une confession que son but était innocent. En attendant, sa nièce de 17 ans, Mary Walcott, était arrivée a rattrapé le retard dans l'affaire de chasse aux sorcières entière.


Lors des procès, tandis que Mary Walcott n'était pas la plus tristement célèbre des accusatrices, son rôle dans les procès des sorcières de Salem n’était en aucun cas minime. On dit qu’elle a été calme au début, mais plus tard, les critiques l’ccusée d'être une sorcière elle-même, elle a déjoué ses adversaires potentiels en détournant leur attention sur des personnes innocentes. Cependant, Marie n'a jamais été inculpée pour cette accusation.

Lorsque les essais étaient terminés, elle a épousé Isaac Farrar sur Avril 29, 1696 et ils ont finalement déménagé à Townsend, Massachusetts. Ils ont eu huit enfants. Elle est morte en 1752 à l'âge de 77 ans.




TEXTE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE ANGLAIS ECRIT PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2396
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   Mar 17 Jan - 22:08

ABIGAIL WILLIAMS




Abigail Williams (1680-??)  The 11 year-old niece of the Reverend Samuel Parris, she and her cousin, Elizabeth "Betty" Parris, were the first "afflicted girls" of the Salem witch trials. Abigail was born on July 12, 1680 but who her parents were remains unknown. Though she was always known as the "niece" of Samuel Parris, this may or may not have been true; but, she probably was some sort of relative.


During the winter of 1691, she and her cousin, Betty Parris, began to undertake experiments in fortune telling, mostly focusing on their future social status and potential husbands. They were quick to share their game with other young girls in the area, even though the practice of fortune telling, was regarded as a demonic activity. By January, 1692, Nine year-old Betty Parris began to exhibit hysterics and Abigail soon followed suit. Her uncle, Samuel Parris soon called in a doctor to determine whether or not these afflictions were medical. The physician, William Griggs, had difficulties understanding the actions of the two young girls. Griggs believed it was not a medical issue, rather, he suggested it must be witchcraft. According to Reverend Deodat Lawson, an eyewitness, she and Betty began to have fits in which they ran around rooms flailing their arms, ducking under chairs and trying to climb up the chimney.


She and her cousin, Betty, were the first two accusers in the Salem Witch trials of 1692. On February 29th, 1692, three women were arrested for suspicion of witchcraft: Sarah Good, Sarah Osborne and the Parris slave, Tituba. They were all found guilty, but, the only one to confess was Tituba. Since the other two women did not confess, Good was hanged, and Osborne died in prison. Tituba was luckily released out of jail a year later, when an unknown person paid her fees for release.


Abigail and Betty’s accusations of innocent people rapidly spread throughout Salem and nearby villages. Abigail gave formal testimony at least seven cases, and she was involved in as many as 17 capital cases, leading to the death of several innocent people.


As the witch trials were coming to an end, Abigail ran away from Salem. It is not certain what happened to her, but rumor has it that she fled to a city somewhere along the east coast and resorted to prostitution for survival. One reference stated that she "apparently died before the end of 1697, if not sooner, no older than seventeen. "






Abigail Williams (1680- ??)   La nièce de 11 ans  du révérend Samuel Parris , elle et sa cousine, Elizabeth "Betty" Parris , ont été les premières «filles affligées» des procès des sorcièresSalem. Abigail est né le 12 Juillet 1680 mais qui étaient ses parents reste inconnue. Même si elle a toujours été connue comme la «nièce» de Samuel Parris, cela peut ou ne peut pas être vrai; mais elle était probablement une sorte de parent.


Pendant l'hiver 1691, elle et sa cousine, Betty Parris , ont commencé à entreprendre des expériences dans la divination, la plupart du temps en se concentrant sur leur statut social futur et les maris potentiels. Ils ont été prompts à partager leur jeu avec d'autres jeunes filles de la région, même si la pratique de la divination, était  considérée comme une activité démoniaque. En Janvier 1692, Betty Parris, 9 ans, a commencé à avoir des crises  hystériques et Abigaïl lui a  bientôt emboîté le pas. Son oncle, Samuel Parris a appelé  un médecin pour déterminer si oui ou non ces afflictions étaient médicales. Le médecin, William Griggs, avait des difficultés à comprendre les actions des deux jeunes filles. Griggs a estimé que ce n’était pas un problème médical, plutôt, il a suggéré que ca devait être de la sorcellerie. Selon le révérend Déodat Lawson, un témoin oculaire, elle et Betty ont commencé à avoir des crises dans lesquelles ils ont couru autour de chambres agitant leurs bras, passant sous les chaises et essayant de monter sur la cheminée.


Elle et sa cousine, Betty , ont été les deux premières accusatrices dans les procès des sorcières de Salem de 1692. Le 29 Février 1692, trois femmes ont été arrêtées pour suspicion de sorcellerie: Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba,  l'esclave de Parris. elles ont toutes été reconnus coupables, mais, la seula à avouer a été Tituba. Comme les deux autres femmes ne confessent pas, Good a été pendue, et Osborne est morte en prison. Tituba a été heureusement sortie de prison un an plus tard, quand un inconnu a payé ses frais de mise en liberté.


Les accusations d’Abigail et Betty de personnes innocentes se propagèrent rapidement à travers Salem et les villages voisins. Abigail a témoigné formellement au moins sept cas, et elle a été impliquée dans le plus grand nombre des 17 cas  capitaux, conduisant à la mort de plusieurs personnes innocentes.


Quand  les procès des sorcières ont été terminé, Abigail a couru loin de Salem. On n’est pas certain  de ce qui lui est arrivé, mais la rumeur dit qu'elle a fui vers une ville quelque part le long de la côte Est et a eu recours à la prostitution pour survivre. Une référence a déclaré qu'elle "serait mort avant la fin de 1697, sinon plus tôt, mais elle n’avait pas plus de dix-sept ans."






SOURCE :
http://www.legendsofamerica.com
TEXTE ANGLAIS ECRIT PAR :
© Kathy Weiser/Legends of America, July, 2012.






Abigail Williams (née le 12 juillet 1680 et morte en octobre 1697) est la nièce du révérend Samuel Parris.


Elle fut une des jeunes filles soi-disant possédées, une grande accusatrice pendant le procès de Salem.
Abigail vivait avec Samuel Parris, son oncle, mais aussi le révérend et le père de Betty Parris, une autre des filles possédées. On ne sait pas pourquoi Abigail vivait avec les Parris, mais des historiens affirment que ce fut après la mort de ses parents. Abigail et Betty furent toutes deux les premières à présenter des "signes" : elles hurlaient à la lune et on retrouvait des marques sur leurs bras. Une théorie affirme qu'elles jouaient la comédie pour pouvoir échapper aux corvées qui les fatiguaient trop.


Pendant les procès, Abigail accusa de nombreuses personnes de sorcellerie ; notamment Sarah Good, Tituba (la servante barbadienne des Parris), Sarah Osbourne et Martha Corey.


Le 31 mars, les colons organisèrent un jeûne public en raison d'activités suspectes dans le bourg. Abigail Williams prétendit alors qu'elle avait assisté à un sacrement de sorcières ce jour-là dans une maison du village. Elle aurait vu les sorcières manger et boire de la chair et du sang, apparus sous la forme d'un pain rouge et d'un verre rouge. Lors de l'examen d'Elizabeth Proctor et Sarah Cloyces le 11 avril 1692, lorsque le juge Danforth questionne Abigail Williams, elle répond - selon les documents judiciaires :

Q. Abigail Williams! avez-vous vu une entreprise à la maison de M. Parris manger et boire? A. Oui, Monsieur, c'était leur sacrement. Q. Combien étaient-ils? A. Environ quarante, et Sarah Cloyse et Sarah Good étaient leurs diacres. Q. Qu'était-ce? A. Ils ont dit que c'était notre sang, et ils en ont eu deux fois ce jour-là.


Ce fut au cours de cet examen qu'Abigail Williams et les autres filles affligées se retournèrent contre John Proctor et l'accusèrent de sorcellerie lui aussi. Elles l'accusèrent parce que John Proctor considérait les paroles des filles comme des mensonges.


Dans la pièce d'Arthur Miller en 1953, Abigail Williams est un personnage principal. Elle est amoureuse de John Proctor et accuse Elizabeth Proctor de sorcellerie pour se marier avec lui. Ce n'est sûrement pas arrivé étant donné la différence d'âge de ces deux personnes (11 ans contre 60 ans), dont il est dit qu'elles ne se connaissaient pas avant l'affaire.

Liste des personnes qu'Abigail Williams accusa pendant l'affaire:


Arthur Abbott - John Alden, Jr - Daniel Andrews - Sarah Bassett - Bridget Bishop - Edward Bishop - Sarah Bishop Mary Black - George Burroughs - Sarah Buckley - Martha Corey – Giles Corey - Elizabeth Colson - Sarah Cloyce Martha Carrier - Bethia Carter Jr - Lydia Dustin - Mary Easty - Martha Emerson - Phillip English - Mary English Thomas Farrer - John Flood - Elizabeth Fosdick - Sarah Good -Elizabeth Hart -Dorcas Hoar
Abigail Hobbs -William Hobbs - Deliverance Hobbs -Elizabeth Howe - Rebecca Jacobs - George Jacobs, Jr -
George Jacobs, Sr - Susanna Martin - Sarah Morey - Rebecca Nurse - Sarah Osbourne - Alice Parker -
Sarah Pease -Sarah Proctor - Benjamin Proctor - William Proctor - John Proctor -Elizabeth Proctor - Anne Pudeator - Susannah Roots - Mary De Rich - Wilmot Redd - Sarah Rice – Tituba - Mary Toothaker
Roger Toothaker - Mary Warren - John Willard -Sarah Wildes - Mary Witheridge.


Même si Abigail Williams accuse beaucoup d’habitants au début des procès, surtout en mars, avril et mai, elle ne témoigne que contre huit d'entre eux : Mary Easty, George Jacobs Sr, Susannah Martin, Rebecca Nurse, John Proctor, Elizabeth Proctor, Mary Witheridge et John Willard. Elle donne son dernier témoignage le 3 juin 1692.
Après cette date, Williams disparaît des audiences du tribunal, pour des raisons inconnues. Il est possible que son oncle, le révérend Samuel Parris, la renvoya pour l'empêcher de participer davantage dans les procès de sorcières, tout comme il a envoyé sa fille loin, mais il n'y a aucune preuve de cela.


Parmi les personnes que Williams a accusées et / ou celles contre lesquelles elle a témoigné, 15 ont été exécutées, l'un a été torturé à mort. D'autres sont mortes en prison. D'autres encore ont été grâciées, jugées non coupable, ont échappé à la prison ou à l'arrestation.


On a mis la faute de toute l'affaire sur Samuel Parris qui a rédigé un essai pour s'excuser. L'essai excuse également Betty Parris et le comportement de Abigail Williams lors des procès, en déclarant que le diable parfois non seulement prend la forme de personnes innocentes, mais aussi trompe. Il quitte Salem Village peu après, en prenant Betty Parris et, très probablement, Abigail Williams avec lui.


Abigail Williams ou Betty Parris n'ont jamais présenté des excuses pour leur rôle dans les procès des sorcières de Salem. Ann Putnam, Jr., fut la seule fille affligée à le faire. Elle présente des excuses écrites à l'église de Salem Village en 1706.


Betty Parris se maria et éleva une famille à Sudbury. Mais il n'y a pas de registres indiquant ce qui est arrivé à Abigail Williams une fois les procès terminés.


Le livre "The Salem Witch Trials" déclare que Williams est morte en 1697 :
"Abigail Williams, hantée jusqu'à la fin, est apparemment morte à la fin de 1697, pas plus qu'à dix-sept ans."
Dans le livre de Hale, publié en 1697, il est mentionné une fille affligée qui a souffert de «manifestations diaboliques» jusqu'à sa mort et qui est morte seule. Abigail Williams, Elizabeth Hubbard et Mary Warren sont portées disparues dans les dossiers à l'époque ; il est donc possible Hale faisait référence à Williams.
L'emplacement de la tombe d'Abigail Williams est inconnu.


Le presbytère de Salem Village, où Abigail Williams vivait à l'époque des procès des sorcières de Salem, a été fouillé en 1970 et est ouvert aux visiteurs.





SOURCE :
Wikipédia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES FILLES AFFLIGEES (ENSORCELEES)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel personnage de dessins animés filles/garcons trouvez vous le plus joli
» J'ai trouvé une photo "les filles à Berlin !!"
» petites babioles pour nous les filles
» Les filles australiennes de Maddy
» Gateau rose de Noel ou noël pour les filles très girly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique :: LES SORCIERES DE SALEM :: LEGEND OF AMERICA-
Sauter vers: