Le grenier de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique

forum privé
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Lun 22 Fév - 14:34






Liste des principaux chefs croisés classés par croisade :

La Salle des croisades du château de Versailles créée par Louis-Philippe en 1843 comporte les armoiries et noms des principaux chefs croisés.


Suzerains, croisés, religieux  

vassaux des précédents


vassaux des vassaux











• Bohémond de Tarente, normand d’Italie (fondateur de la principauté d’Antioche)
• Tancrède de Hauteville, normand d’Italie (fondateur de la principauté de Galilée)
• Godefroy de Bouillon, lorrain (fondateur du royaume de Jérusalem)
• Baudouin de Boulogne, lorrain (fondateur du comté d’Edesse)
• Baudouin du Bourg
• Raymond de Saint-Gilles, occitan (fondateur du comté de Tripoli)
• Guillaume de Cerdagne, dit Jourdain
• Gaston IV de Béarn
• Robert Courteheuse, normand
• Hugues de Vermandois, picard
• Robert II de Flandre, flamand
• Geoffroy III de Preuilly, dit Jourdain, comte de Vendôme †1102, prisonnier des Arabes.
• Girard Guinard, comte de Roussillon.
• Pierre l’Ermite, picard
• Gautier Sans-Avoir
• Héribrand de Hierges
• Hugues de Fauquembergues
• Enguerrand Ier de Coucy, picard
• Thomas de Marle, picard
• Guillaume Ier de Sabran
• Gouffier de Lastours, occitan






• Adhémar de Monteil, évêque du Puy, légat pontifical pour la croisade
• Daimbert de Pise, qui devint patriarche de Jérusalem
• Evremar de Thérouanne
• Arnoulf de Roeux








• Guillaume IX d’Aquitaine
• Guillaumes II de Nevers
• Josselin Ier d’Edesse
• Welf IV de Bavière








• 1102 : Baudouin de Rama
• Avant 1104 : Gervais de Bazoches
• 1104 : Hugues Ier de Champagne
• 1101, puis 1114 : Hugues de Payns, qui fondera l’Ordre du Temple
• Avant 1105 : Onfroy Ier de Toron
• 1105 : Eustache Grenier
• 1108 : Gibelin d’Arles
• 1106 : Hugues Ier du Puiset et Hugues II du Puiset
• 1106 : Guy de Milly
• 1109 : Bertrand de Saint-Gilles
• 1114 : Guillaume Ier de Bures et Geoffroy de Bures
• Avant 1118 : Albert de Namur
• 1119, puis 1130 : Foulques  V d’Anjou
• 1120 : Barisan d’Ibelin
• 1128 : Ithier de Rethel













• Louis VII, roi de France
          → Robert Ier de Dreux
           → Pierre Ier de Courtenay
           → Raoul Ier de Vermandois
           → Thierry d’Alsace
           →  Alphonse Jourdain
           →  Renaud de Châtillon
           →  Enguerrand II de Coucy
           →  Erard III de Breteuil

• Conrad II, empereur romain germanique
• Guerric de Coligny







• Baudouin III de Jérusalem, roi de Jérusalem
          → Amaury Ier de Jérusalem, comte de Jaffa et d’Ascalon
                  *** Hugues d’Ibelin, seigneur de Rama et d’Ibelin
                  *** Baudouin d’Ibelin, seigneur de Mirabel

          → Payen le Bouteiller, seigneur de Montréal et d’Outre-Jourdain
          → Elinard de Bures, prince de Galilée et de Tibériade

                 *** Rénier Brus, seigneur de Banias
                 *** guy Ier de Brisebarre, seigneur de Beyrouth
                 *** Onfroy II de  Toron, seigneur de Toron

          → Géraud Grenier, comte de Sidon
          → Gautier Grenier, seigneur de Césarée
          → Philippe de Milly, seigneur de Naplouse
          → Hugues II de Saint-Abraham, seigneur d’Hébron
          → Manassès de Hierges, connétable du Royaume
          → Sado, maréchal du royaume
          → Isaac, sénéchal du royaume
          → Raoul de Bethléem, chancelier du royaume
          → Roard l’aîné, vicomte et châtelain du royaume

• Raymond de Poitiers, prince d’Antioche
• Raymond III de Tripoli, comte de Tripoli
         → Guillaume II Embriaco, seigneur du Gibelet
• Evrard des Barrès, maitre de l’Ordre du Temple
• Raymond du Puy, maitre de l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem







• 1170 : Philippe de Dreux
• 1171-1172 : Etienne Ier de Sancerre
• 1171-1173 : Hugues III de Bourgogne
• 1176 : Guillaume de Montferrat
• 1179 : Geoffroy de Lusignan
• 1186 : Guy de Lusignan
• 1187 : Conrad de Montferrat













• Frédéric Ier Barberousse, empereur romain germanique
           → Léopold V de Babenberg
• Philippe Auguste, roi de France
           → Hugues III de Bourgogne
           → Robert II de Dreux
           → Philippe de Dreux
           → Pierre II de Courtenay
           → Albéric Clément
           → Philippe d’Alsace, comte de Flandre
           → Henri II de Champagne
           → Thibaut V, comte de Blois et de Chartres
           → Etienne Ier de Sancerre, comte de Sancerre
           → Raoul Ier de Coucy
           → Jean Ier de Ponthieu

• Richard Cœur-de-Lion, roi d’Angleterre







• Guy de Lusignan, roi de Jérusalem
           → Geoffroy de Lusignan, comte titulaire de Jaffa
           → Conrad de Montferrat, seigneur de Tyr, puis roi de Jérusalemm
           → Hugues II de Saint-Omer, prince titulaire de Galilée

                       ***  Onfroy IV de Toron, seigneur titulaire de Toron
           → Renaud Grenier, comte titulaire de Sidon
           → Guy de Brisebarre, seigneur de Césarée
           → Balian d’Ibelin
           → Jean d’Ibelin
           → Amaury II de Lusignan, connétable du royaume
           → Gautier Durus, maréchal du royaume
           → Obertus Nepas, sénéchal du royaume
           → Thomas, chambellan du royaume
           → Pierre de Tripoli, chancelier du royaume
           → Roard l’aîné, vicomte et châtelain du Royaume

• Bohémond III, prince d’Antioche
• Bohémond, comte de Tripoli
                  ***  Guy Ier Embriaco, seigneur titulaire du Gibelet
• Robert IV de Sablé, maitre de l’Ordre du Temple
• Garnier de Naplouse, maitre de l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem











• Enrico Dandolo, doge de Venise
• Boniface Ier de Montferrat
• Baudouin IX de Flandre
• Louis de Blois et de Chartres
• Henri de Hainaut
• Geoffroi de Villehardouin, chroniqueur, maréchal de Champagne et de Romenie
• Conon de Béthune
• Hugues de Coligny
• Hugues IV de Campdavaine
• Nicolas de Mailly
• Nivelon de Quierzy, évêque de Soissons






• Simon IV de Montfort
• Guy de Montfort
• Philippe de Novare







• V. 1210 : Jean de Brienne











• André II de Hongrie, roi de Hongrie
• Léopold VI d’Autriche
• Pélage Galvani







• Jean de Brienne, roi de Jérusalem
         → Gautier IV de Brienne, comte de Jaffa
         → Raoul de Saint-Omer, prince titulaire de Galilée

                  ***  Jean d’Ibelin, seigneur de Beyrouth
         → Balian Grenier, seigneur de Sidon
         → Gautier III de Brisebare, seigneur de Césarée
         → Raoul de Saint-Omer, sénéchal du royaume
         → Rohard de Caiphas, chambellan du royaume

• Bohémond IV d’Antioche, prince d’Antioche et comte de Tripoli
         → Guy Ier Embriaco, seigneur du Gibelet
• Henri Ier de Chypre, roi de Chypre
• Pierre de Montaigu, maitre de l’Ordre du Temple
• Guérin de Montaigu, maitre de l’ordre Ordre Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem
• Hermann de Salza, maitre de l’Ordre Teutonique












• Frédéric II, empereur romain germanique
          → Mathieur II, duc de Lorraine


Barons de Terre Sainte


• Frédéric II, roi de Jérusalem
         → Gautier IV de Brienne, comte de Jaffa
         → Hugues de Montbéliard, prince de Galilée

                 ****  Jean d’Ibelin, seigneur de Beyrouth
         → Balian Grenier, seigneur de Sidon
         → Gautier III de Brisebarre, seigneur de Césarée
         → Eudes de Montbéliard, connétable du royaume
         → Hugues de Montbéliard, bailli du royaume

• Bohémond V d’Antioche, prince d’Antioche et comte de Tripoli
          → Guy Ier Embriaco, seigneur du Gibelet
• Henri Ier de Chypre, roi de Chypre
• Pierre de Montaigu, maitre de l’Ordre du Temple
• Bertrand de Thessy, maitre de l’ordre Ordre Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem
• Hermann de Salza, maitre de l’Ordre Teutonique







• 1234 : Jean de Dreux, comte de Vienne et de Macon
• 1240 : Pierre Mauclerc, comte de Bretagne











• Saint-Louis, roi de France
          → Robert Ier d’Artois, frère du roi, perd la vie en 1250 pendant le siège de Mansourah
          → Alphonse de Poitiers (1220-1271), frère du roi
          → Charles Ier d’Anjou, frère du roi
          → Hugues IV, duc de Bourgogne
          → Olivier IV de Rougé
          → Geoffroy de Sergines, baron bourguignon
          → Jean de Joinville, sénéchal de Champagne, chroniqueur
          → Jean de Valenciennes
          → Guillaume de Beaumont
          → Olivier de Termes, maitre des arbalétriers du roi

                  ****  Guilhem de Roquefort
                  ****  Raimond de Roquefort
                  ****  Augier de Rabat, seigneur de Rabat
                  ****  Arnaud de Gindra
                  ****  Bernard de la Tour
                  ****  Raimond de Villeneuve
                  ****  Arnaud de Villeneuve
                  ****  Ferrand d’Alfaro
                  ****  Pons de Villeneuve
                  ****  Niel de Villefloure
                  ****  Arnaud de Cavanac
                  ****  Hugues de Rustiques
                  ****  Raynes de Rustiques
                  ****  Amiel de Rustiques
                  ****  Arnaud Férréol
                  ****  Guilhem de Touges
                  ****  Bernard de Seysses
                  ****  Roger de Congost, baron occitan
                  ****  Guihem de Minerve, baron occitan

          → Raimond II Trencavel, ancien vicomte de Carcassonne, Razès, Albi et Béziers
          → Galceran IV de Pinos, baron catalan
          → Bernard de Crexeill, baron catalan
          → Pierre Mauclerc, comte de Bretagne
          → Bouchard V de Vendôme
          → Henri II Clément
          → Gilles Ier de Mailly et son fils Jacques de Mailly







• Eudes de Châteauroux, légat du pape
• Gérard de Couchy, évêque d’Amiens
• Gui de Château-Porcien, évêque de Soissons






• Conrad IV de Hohenstaufen, roi titulaire de Jérusalem
          → Jean d’Ibelin, comte de Jaffa
          → Hugues d’Ibelin, prince de Galilée et seigneur de Beyrouth

                    ****  Philippe de Montfort, seigneur de Tyr et Toron
          → Julien Grenier, seigneur de Sidon
          → Jean l’Alleman, seigneur de Césarée
          → Jean d’Ibelin, connétable et bailli du royaume
          → Philippe de Cossie, maréchal du royaume
          → Geoffroy de Sergines, sénéchal du royaume
          → Jean de Cossie, chambellan du royaume

• Bohémond V d’Antioche, prince d’Antioche et comte de Tripoli
• Bohémond VI d’Antioche, prince d’Antioche et comte de Tripoli
          → Henri Ier Embriaco, seigneur du Gibelet
• Henri Ier de Chypre, roi de Chypre et régent de Jérusalem
• Renaud de Vichiers, maitre de l’Ordre du Temple
• Guillaume de Chateaunefu, maitre l’ordre Ordre Hospitaier de Saint-Jean de Jérusalem
• Gunther de Wüllersleben, maitre de l’Ordre Teutonique







• 1264 : Olivier de Termes, chef d’un contingent de catalans et français, adjoint de Geoffroy de Sergines
           → Raimon de Serralongue, baron catalan, demi-frère d’Olivier de Termes († noyé été 1265)
          → Guilhem de Minerve, baron occitan, beau-frère d’Olivier de Termes

• 1267-1269 : Olivier de Termes, sénéchal du royaume de Jérusalem par intérim, chef des croisés français et catalans
          → Bernard Hugues de Serralongue, baron catalan, demi-frère d’Olivier de Termes († Acre 19 décembre 1269)
          → Guillem de Canet, baron catalan, neveu d’Olivier de Termes, maréchal du royaume de Jérusalem
          → Galceran V de Pinos, baron catalan, petit neveu d’Olivier de Termes
          → Ferran Sanxe de Castro, fils bâtard du roi Jacques Ier d’Aragon
          → Père Ferrandis, fils bâtard du roi Jacques Ier d’Aragon

• 1269 : Robert de Crésèque, baron picard, chef d’un contingent français, sénéchal du royaume de Jérusalem († Acre 19 décembre 1269)










• Saint Louis, roi de France
           → Philippe le Hardi, fils du roi puis roi de France
           → Jean-Tristan, fils du roi
           → Alphonse de  Poitiers, frère du roi et comte de Toulouse
           → Jeanne de Toulouse, comtesse de Toulouse
           → Charles Ier d’Anjou, comte d’Anjou et de Provence, roi de Sicile, frère du roi de France
           → Raoul II Sores, maréchal de France
           → Renaud de Précigny, maréchal de France
           → Olivier de Termes, chef du contingent français en Terre Sainte
           → Raimond Abban, baron occitan
           → Gérard de Capendu, baron occitan
           → Guy de Lévis, seigneur de Mirepoix, maréchal de la foi
           → Lambert de Limoux
           → Sicard Alaman, damoiseau († juillet 1270)
           → Lancelot de Saint-Maard, maréchal de France
           → Héric de Beaujeu, maréchal de France






• Hugues III de Chypre, roi de Chypre et de Jérusalem
            →  Jacques d’Ibelin, prince de Galilée
                     ****  Isabelle d’Ibelin, dame de Beyrouth
            → Jean de Montfort, seigneur titulaire de Toron
            → Onfroy de Montfort, seigneur de Tyr
            → Balian d’Ibelin, connétable du royaume
            → Jean de Grailly, baron aquitain, sénéchal du royaume
            → Guillem de Canet, baron catalan, maréchal de 1269 à 1273

• Bohémond VII d’Antioche, prince titulaire d’Antioche et comte de Tripoli
            → Henri Ier Embriaco, seigneur du Gibelet
• Thomas Béraud, maitre de l’Ordre du Temple
• Hugues de Revel, maitre de l’ordre Ordre Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem
• Anno de Sangershausen, maitre de l’Ordre Teutonique







• Edouard Ier, roi d’Angleterre

• La continuation de la huitième croisade ne peut être dénommée neuvième croisade alors qu’elle n’est que les soubresauts d’une petite armée qui avait tardé à rejoindre Louis IX. Edouard est un dur combattant certes mais autant dire seul avec pour seul espoir de rejoindre Saint Jean d’Acre. Cette opération n’a reçu aucun aval des rois, elle n’est menée que par le fils du roi d’Angleterre.









• 1273 : Olivier de Termes, chef du contingent français en Terre Sainte († 12 août 1274)
              → Gilles de Sancy, capitaine d’un corps d’arbalétriers du roi de France
              → Pierre d’Amigny, capitaine d’un corps d’arbalétriers du roi de France


• Octobre 1275 : Guillaume de Roussillon seigneur d’Annonay et autres places, chef du contingent français en Terre Sainte envoyé avec une ordonnance de Philippe III le Hardi et l’assentiment du Pape  Grégoire X après le concile de Lyon de 1274. Il a disparu mystérieusement (assassinat) en 1277 à la suite d’un coup d’Etat sur Saint Jean d’Acre d’une flotte sicilienne envoyée par Charles d’Anjou en mai 1277et dirigée par le Comte Roger de San Severino.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Jeu 10 Nov - 10:32, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mar 1 Mar - 9:00








Bohémond de Tarente, normand d’Italie (fondateur de la principauté d’Antioche)





Bohémond de Tarente ou de Hauteville ou encore Bohémond Ier d’Antioche le Grand (autant par sa taille que par son prestige) (vers 1054 – 6  ou 7 mars 1111), prince de Tarente et prince d’Antioche, est un des meneurs de la première croisade.
Il est le fils ainé de Robert Guiscard, et de sa première épouse Aubrée de Buonalbergo.

Bohémond de Tarente participe aux expéditions de son père et le seconde entre 1081 et 1085 dans sa guerre contre Byzance en territoire byzantin. À la mort de celui-ci en juillet 1085, il est écarté de la succession sur les duchés d’Apulie, de Calabre et deSicile au profit de son demi-frère, le jeune et faible Roger Borsa (1), favorisé par la mère de ce dernier, Sykelgaite de Salerne (2) mais s’empare du sud de l’Apulie et du comté deTarente avec ses partisans la même année.

En 1096, alors qu’il participait aux côtés de son oncle Roger Ier de Sicile (3), comte de Sicile, au siège de la principauté indépendante d’Amalfi, il apprit qu’une grande expédition pour l’Orient était en route, un bon moyen pour lui d’aller se tailler un fief plus vaste et plus riche que son comté et s’embarqua avec des troupes et des proches dont son neveu le jeune Tancrède de Hauteville et Roger de Salerne (4), pour la première Croisade, dont il fut l’un des principaux chefs. Il s’empare par ruse d’Antioche le 2 juin 1098 et conserve la ville, malgré les véhémentes protestations deRaymond IV, comte de Toulouse. Il fait de la ville le centre d’une principauté où ses descendants indirects gouvernent tant bien que mal durant plus de deux siècles. Cependant la situation de Bohémond, devenu le prince « Bohémond Ier d’Antioche », est précaire entre les ambitions d’Alexis Comnène, l’empereur byzantin, qui lorgne sur ses possessions autrefois byzantines, mais aussi la volonté des Arabes et des Turcs, de reprendre le contrôle de la Syrie du Nord.

Au mois d’août de l’an 1100 Bohémond est fait prisonnier par l'émir de Sivas et n'est libéré qu’en mai 1103 : Tancrède de Hauteville gouverne Antioche à sa place durant cette période.

Après sa libération Bohémond repart en Europe en 1104 afin d’obtenir des renforts. En fait il ne revient plus jamais dans sa principauté. En effet il épouse la fille de Philippe Ier, roi de France, Constance (5) et tente d’attaquer l’Empire byzantin avec un débarquement en Dalmatie comme son père plus de vingt ans plus tôt, en 1105. À la fin de l’année 1107, il prend Avlona et assiège Durazzo. Malheureusement, un an plus tard, les Byzantins le tiennent en échec et son expédition tourne court ; humilié, il doit traiter avec l’empereur qui lui fait reconnaître l’autorité de Byzance sur sa principauté d’Antioche (Traité de Déabolis (6), 1108). En tant que prince d’Antioche il doit se reconnaître vassal d’Alexis Ier. Ce traité est mal accepté par Tancrède qui s’empresse de le dénoncer après la mort de Bohémond en Apulie, à Canosa le 26 mars 1111, laissant un jeune fils, Bohémond.

La princesse byzantine Anne Comnène, témoin oculaire de l’époque de la Croisade, qui l’a rencontré pour la première fois alors qu’elle avait quatorze ans, fut fascinée par Bohémond et a laissé, dans l’Alexiade, une description détaillée de lui pareille à nul autre prince croisé :

« II dépassait les plus grands d’une coudée ; il était mince du ventre, large des épaules et de la poitrine ; il n’était ni maigre ni gras. Il avait les bras vigoureux, les mains charnues et un peu grandes. À y faire attention, on s’apercevait qu’il était tant soit peu courbé. Il avait la peau très blanche, et ses cheveux tiraient sur le blond ; ils ne passaient pas les oreilles, au lieu de flotter, comme ceux des autres barbares. Je ne puis dire de quelle couleur était sa barbe ; ses joues et son menton étaient rasés ; je crois pourtant qu’elle était rousse. Son œil, d’un bleu tirant sur le vert de mer, laissait entrevoir sa bravoure et sa violence. Ses larges narines aspiraient l’air librement, au gré du cœur ardent qui battait dans cette vaste poitrine. Il y avait de l’agrément dans cette figure, mais l’agrément était détruit par la terreur. Cette taille, ce regard, il y avait en tout cela quelque chose qui n’était point aimable, et qui même ne semblait pas de l’homme. Son sourire me semblait plutôt comme un frémissement de menace… Il n’était qu’artifice et ruse ; son langage était précis, ses réponses ne donnaient aucune prise. »


Mausoleum de Bohemond à Canosa di Puglia




(1) Roger dit Borsa (« bourse »), né autour de 1060, peut-être à Melfi, et décédé le 22 février 1111, est un duc normand d’Apulie et de Calabre, de 1085 à 1111. Son règne est marqué par une période d’anarchie féodale. C’est un des fils de Robert Guiscard, 1er duc d’Apulie et de Calabre, et de sa deuxième épouse, la princesse lombarde Sykelgaite de Salerne. L’ origine de son surnom viendrait de son habitude de compter et recompter les pièces de monnaie qu’il avait dans sa bourse (bursa en latin).




(2) Sykelgaite de Salerne ou Sichelgaite (v.1041 – 27 mars 1090) était une princesse lombarde, seconde épouse de Robert Guiscard, duc d’Apulie. Fille ainée de Guaimar IV de Salerne et de sa seconde épouse Gemma, […]




(3) Roger Ier de Sicile : Roger de Hauteveille (italient : Ruggero d’Altavilla)  (v. 1031-1101), dit le « Bosso » puis, le « Grand Comte », « Jarl Rogeirr », est un aventurier normand du XIe siècle ; conquérant de la Sicile musulmane, il est à l’origine du futur royaume de Sicile. Fils cadet de Tancrède de Hauteville […]




(4) Roger de Salerne est fils de Richard de Salerne, régent du comté d’Edesse et de Altrude, une sœur de Tancrède de Hauteville (régent d’Antioche). Il fut régent de la Principauté d’Antioche de 1112 à 1119.

A la mort de son oncle Tancrède, Roger de Salerne devient régent de la Principauté d’Antioche en attendant la majorité du jeune prince Bohémond II.

Il épouse Hodierne de Rethel, sœur de Baudouin II, roi de Jérusalem.

Roger de salerne meurt en combattant les Turcs en 1119 à la bataille du Champ du Sang.




(5) Constance de France, née vers 1078, morte le 14 septembre 1126, est la fille de Philippe Ier, Roi de France et de Berthe de Hollande. Par son mariage, ,elle est successivement comtesse de Troyes, puis princesse d’Antioche, duchesse d’Apulée et de Calabre.




(6) Le traité de Déabolis aussi appelé Traité de Devol est un accord signé en 1108 entre Bohémond Ier d’Antioche et l’empereur byzantin Alexis Ier Comnène, à la suite de la Première croisade. Le traité tire son nom de la forteresse byzantine de Devol située en Albanie. Bien que le traité n’est pas appliqué immédiatement, il a pour but de faire de la principauté d’Antioche un Etat vassal de l’Empire byzantin.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Jeu 10 Nov - 10:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mar 1 Mar - 10:21

Tancrède de Hauteville, normand d’Italie (fondateur de la principauté de Galilée)






Tancrède de Hauteville (vers 1070/1072 - 5 décembre 1112) est un chevalier normand d'Italie méridionale, membre de la maison de Hauteville(1) , qui participa à lapremière croisade avant de devenir prince de Galilée (2)  et régent de la principauté d'Antioche. Il est le fils du seigneur normand Odon le Bon (Odonis boni marchisi selon Orderic Vital) et d’Emma de Hauteville, fille de Robert Guiscard, duc d'Apulie, de Calabre et de Sicile.

Ses exploits héroïques sont chantés par Le Tasse dans La Jérusalem délivrée.




Première croisade (1096-1099)


Par sa mère, il est petit-fils de Robert Guiscard, duc d'Apulie, de Calabre et de Sicile ainsi que neveu de Bohémond, prince de Tarente. Il naît aux alentours de 1071 en Italie méridionale. Au début de l’année 1096 il participe avec ses oncles Roger Ier de Sicile et Bohémond de Tarente au siège de la ville révoltée d’Amalfi, lorsque parvient la nouvelle de l’appel à la Croisade lancé par le pape Urbain II à Clermont. Bohémond et Tancrède décident d’y participer et débarquent en novembre 1096 à Avlona sur la côte albanaise, dans le territoire de l’empire byzantin. Dix ans plus tôt, Robert Guiscard, Bohémond et leur armée avaient débarqué au même endroit et avaient attaqué l’empire, avant d’être repoussés (1085). En 1096, les croisés normands doivent faire face à la méfiance et à la rancœur des habitants, et, s’ils sont ravitaillés, ils trouvent devant eux des villes fermées. Mais des fonctionnaires un peu zélés les font attaquer par des auxiliaires petchénègues et turcs au bord du Vardar. Bohémond, dont l’objectif est d’obtenir un fief en Orient et de le faire reconnaître par l’empereur Alexis Comnène, ne répond pas aux provocations et calme la colère de ses officiers comme Tancrède et Richard de Salerne. L’armée croisée arrive en Thrace le 1er avril 1097 et Bohémond se rend à la cour, où il se réconcilie avec Alexis, tandis que Tancrède et Richard et l’armée se hâtent de traverser le Bosphore pour ne pas prêter le serment d’allégeance à l’empereur. Ils rejoignent Nicomédie où campe déjà l’armée lotharingienne, menée par Godefroy de Bouillon

Il mène le siège de Nicée, en 1097, mais la ville est prise par l'armée d'Alexis après des négociations secrètes avec les Turcs Seldjoukides. Cela provoque une défiance de Tancrède à l'égard des Byzantins. Il est d’ailleurs, avec Raymond de Saint-Gilles l’un des chefs à clamer la trahison des grecs, alors que les autres chefs renouvellent leur serment d’allégeance à Alexis. Après Nicée, l’armée croisée se sépare en deux colonnes et Bohémond et Tancrède commandent l’avant-garde de l’une d’entre elles. Ils sont attaqués par les Turcs à Dorylée (où son frère aîné Guillaume trouve la mort), mais réussissent à tenir en attendant l’arrivée des autres corps d’armée. L’armée arrive et se repose quelques jours à Héraclée, puis Baudouin de Boulogne et Tancrède se séparent le 14 septembre 1097 du gros des croisés et descendent vers la Cilicie. Le 22 septembre, ils prennent Tarse, mais les deux chefs, projetant tous deux de se tailler un fief en Cilicie se brouillent. Tandis que Baudouin se rend à Édesse sur l’appel de son gouverneur Thoros d’Édesse (3), Tancrède prend d'autres villes comme Adana et Mamistra. Mais le litige avec Bohémond ne lui permet pas de créer un fief durable, et il doit rejoindre finalement l'armée des croisés devant Antioche tandis que la Cilicie sera conquise par l’empire byzantin en 1100.

Tancrède participe au siège d’Antioche. De nombreux croisés perdent espoir, dont Pierre l’Ermite, l’un des chefs de la croisade populaire qui déserte l’armée, mais est poursuivi et rattrapé par Tancrède. Il garde le sud de la ville, où il fait construire une forteresse qui achève d’encercler la ville et empêche tout ravitaillement.

La ville est prise le 3 juin 1098 et assiégée dès le lendemain par une armée turque de secours, qui est définitivement vaincue le 28 juin. Les croisés ne repartent qu’au mois de décembre 1098. Certains croisés proposent de se rendre maîtres de tous les ports le long de leur chemin, mais Tancrède estime que cela va leur prendre trop de temps, risquant de donner le temps à des armées musulmanes de venir et considère qu’il faut marcher le plus vite possible vers Jérusalem, s’en emparer, puis conquérir le pays à partir de la ville.

Le 6 juin 1099, il effectue une reconnaissance à Bethléem et aux abords de Jérusalem avant l’arrivée du gros des troupes. Le siège débute le 7 juin et Godefroy de Bouillon et Tancrède surveillent la partie ouest des abords de Jérusalem. Devant l’échec d’un premier assaut lancé le 13 juin, les croisés comprennent qu’il leur faut construire des machines de siège et Tancrède fait l’importante découverte de poutres dans un souterrain des faubourgs de Jérusalem. L’attaque finale commence dans la nuit du 13 au 14 juillet, mais l’assaut final n’est donné que le 15. Tancrède prend rapidement possession du Qubbat al-Sakhra, où sont entreposées les richesses de l’émir de Jérusalem. Il fait également prisonniers des centaines d’Arabes qui se rendent à Tancrède, voyant les massacres causés par les croisés. Mais le lendemain, des croisés trop zélés les massacrent et essuient la colère de Tancrède, dont ils avaient bravé les ordres.

Prince de Galilée

La ville prise, un nouvel État se crée et est confié à Godefroy de Bouillon, qui refuse cependant le titre royal. La plupart des croisés rentrent chez eux, leur devoir accompli, et Tancrède est le seul des principaux chefs à rester auprès de Godefroy de Bouillon. Vers le 25 juillet, il prend possession de Naplouse sans avoir à combattre, mais Godefroy le rappelle peu après car les Fatimides d’Égypte attaquent le pays, mais sont repoussés à Ascalon. Avec seulement quatre-vingts chevaliers, il s’empare de la Galilée et fonde la principauté de Galilée et de Tibériade dont il devient le premier seigneur.

Le 20 août 1100, une escadre vénitienne permet la prise du port de Caïffa, qui est disputé entre Geldemar Cardenel, à qui Godefroy de Bouillon l’a promis, et Tancrède, qui a grandement contribué à l’assaut. Pour se le concilier, le patriarche Daimbert tranche en faveur de Tancrède, qui donne ainsi à sa principauté un débouché maritime.

Godefroy de Bouillon était mort depuis le 18 juillet 1100 et fort des dispositions prises par ce dernier, le patriarche Daimbert entendait abolir l’Avouerie du Saint-Sépulcre et faire du nouvel État une théocratie. Mais des barons fidèles à Godefroy de Bouillon ne l’entendaient pas ainsi, refusèrent de livrer à Daimbert la Tour de David, qui permettait de contrôler Jérusalem, et appelèrent Baudouin de Boulogne, frère de Godefroy, qui se trouvait alors à Edesse, ville dont il était le comte. Tancrède brouillé avec Baudouin depuis l’affaire de Tarse, soutient Daimbert, qui vient de lui accorder Caïffa. Daimbert et Tancrède envoient un messager à Bohémond de Tarente, prince d’Antioche pour lui demander d’empêcher la venue de Baudouin, lequel doit obligatoirement traverser la principauté pour venir. Malheureusement, le messager est intercepté par leur ennemi Raymond de Saint-Gilles, en train de conquérir le comté de Tripoli. De toute manière, Bohémond n’aurait rien pu faire, car il est capturé par les Danishmendites en cherchant à secourir Gabriel, prince arménien de Malatya. Malgré quelques tentatives de Tancrède de barrer la route de Baudouin, déjouée par les partisans de ce dernier, Baudouin arrive sans encombre à Jérusalem et se fait couronner roi sans difficulté.

Tancrède se retire en Galilée, mais se retrouve sous le coup de la haine de Baudouin. Le premier conflit vient à propos de Caïffa, que Geldemar Cardenel revendique devant la Haute Cour du royaume, et que Tancrède ne veut pas céder. Mais sur ces entrefaits, Tancrède reçoit en mars 1101 une délégation de la principauté d’Antioche, qui lui demande de prendre la régence de la principauté pendant la captivité de Bohémond. Tancrède accepte, cède la Galilée à Baudouin qui en inféode Hugues de Saint-Omer (4) et se rend à Antioche.

Régent d’Antioche

Il commence par accorder des avantages commerciaux aux Génois en échange de l’appui de leurs escadres. Tancrède a en effet le projet de faire la conquête de la Cilicie sur les Byzantins et du Moyen Oronte sur l’émir d’Alep. Il assiège rapidement Laodicée et règle le problème des revendications de Raymond de Saint-Gilles sur Antioche. Au début du siège, Saint-Gilles, allié des Byzantins, accompagne une croisade lombarde qui tente de traverser l’Anatolie, mais est massacré. Saint-Gilles s’en échappe, et débarque en janvier 1102 à Saint-Siméon, et est immédiatement capturé par Bernard l’Etranger, un chevalier de Tancrède. Le roi de Jérusalem et le patriarche d’Antioche ordonnent aussitôt à Tancrède de relâcher Raymond, mais il ne le fait qu’après avoir exigé et obtenu de son prisonnier un serment par lequel il renonce à toutes ses prétentions sur Antioche, à s’installer dans le nord de la Syrie Franque et à secourir Laodicée. Libre, Raymond part assiéger Tripoli et conquérir le comté de même nom. Tancrède prend Laodicée dans la seconde moitié de 1102. Son succès contre les Byzantins lui vaut d’intervenir dans les affaires du royaume de Jérusalem et, quand Baudouin est battu à Rama par les Fatimides pendant l’automne 1102, Tancrède vient à son secours, mais en imposant le rétablissement de Daimbert comme patriarche.

En mai 1103, Bohémond de Tarente est libéré contre rançon et reprend la direction de la principauté d’Antioche. En 1104, Bohémond et Tancrède prêtent main forte au comte Baudouin II d’Édesse qui décide de profiter de la guerre civile qui ravage les États seldjoukides pour assiéger Harrân (5). L’entreprise, si elle avait réussi, aurait constitué une avancée notable des croisés en direction de Bagdad, où siège le calife abbasside, mais les croisés sont vaincus par une armée de secours turc. Baudouin et Josselin de Courtenay (6) sont capturés, mais Bohémond et Tancrède parviennent à arriver saufs à Edesse. Tandis que Bohémond rentre à Antioche, Tancrède assure la régence d’Édesse, qui est peu après assiégée par les Turcs. La ville étant sur le point de tomber, Tancrède organise une sortie, qui bien préparée réussit à massacrer une partie des assiégeants et à mettre en fuite l’autre partie, à l’aube d’un jour de juillet 1104. Mais Baudouin du Bourg reste prisonnier et Tancrède exerce la régence sur le comté. La défaite de Harran a d’autres conséquences sur la principauté d’Antioche, qui perd le Moyen Oronte repris par Alep et la Cilicie, reprise par les Byzantins.

Encerclé par les Turcs et les Byzantins, Bohémond décide de partir en Europe pour ramener des renforts. Il rappelle Tancrède qui confie la régence d’Edesse à Richard de Salerne(7) et prend celle d’Antioche. Bohémond se rend en Italie, où il lève une armée, puis à la cour du roi Philippe Ier de France, afin de lui demander une aide financière et militaire. Ce faisant, il négocie le mariage des deux filles du roi Constance et Cécile avec lui-même et son neveu Tancrède. Estimant que l’Empire Byzantin a trahi à plusieurs reprises les croisés, il prêche la croisade contre Byzance et débarque à Durazzo, qu’il assiège. Mais il est vaincu par Alexis Comnène en octobre 1107 et doit signer en 1108 le traité de Déabolis par lequel il reconnaît que la principauté d’Antioche est vassale de Byzance. Bohémond meurt peu après en Apulée, le 6 mars 1111, brisé par cette défaite.

Tancrède de son côté doit gouverner la principauté, sérieusement amoindrie par les conséquences de Harrân. Il commence par reconstituer le trésor en sollicitant des dons des bourgeois les plus riches d’Antioche. Il défait Ridwan d’Alep à Tizin le 20 mars 1105 et reprend la forteresse d’Artah (ou Artésie). Il profite de l’anarchie qui règne entre les émirs musulmans pour prendre la ville d’Apamée le 14 septembre 1106. À la mort de Gervais de Bazoches, en 1108, Baudouin Ier lui rend la principauté de Galilée. En 1108, il reprend aux Byzantins Laodicée, et leur signifie qu’il refuse d’appliquer le traité de Déabolis, mais il doit rendre la régence d’Edesse à Baudouin qui vient d’être libéré contre rançon et à la faveur des dissensions entre musulmans. La guerre entre les alliés musulmans respectifs d’Antioche et d’Edesse les pousse à se faire la guerre, mais Tancrède est obligé de renoncer à toute hégémonie sur Edesse. Il cherche ensuite à se faire reconnaître suzerain du comté de Tripoli, en soutenant Guillaume de Cerdagne (Cool contre l’autre prétendant, Bertrand de Saint-Gilles. La mort de Guillaume met fin à ce projet, mais Tancrède annexe la ville de Jabala. En 1110, il achète le Krak des Chevaliers (9) et renforce son système défensif. La même année, il secourt le comte d’Edesse, puis doit combattre Ridwan, émir d’Alep, à son retour. Ce dernier et ses alliés, les émirs de Chayzar et de Hama, vaincus, doivent se reconnaître vassaux de Tancrède et lui verser un tribut.




Le Krak des Chevaliers que Tancrède acheta en 1110


En 1111, secrètement soutenu par Byzance, les Seldjoukides de Perse organisent une contre croisade. La désunion dans le camp musulman permet à une coalition de toutes les forces franques de repousser aisément leurs ennemis. Tancrède meurt peu après, le 12 décembre 1112, en confiant la régence d’Antioche à Roger de Salerne, en lui faisant promettre de donner la principauté au fils de Bohémond à sa majorité, et en lui demandant de marier sa veuve avec le comte Pons de Tripoli (10), afin de sceller l’alliance entre les deux États.





(1) La Maison de Hauteville (italien : Casa d’Altavilla) est une famille de la noblesse normande issu de Tancrède de Hauteville et dont de nombreux membres s’établirent à partir des années 1030 dans le sud de l’Italie pour en faire petit à petit la conquête, avant de s’attaquer à la Sicile musulmane. Elle est à l’origine du royaume de Sicile.
Une branche de cette famille aurait également fait souche en Angleterre après la bataille de Hastings (1066), branche d’un petit-fils de Tancrède de Hauteville.





(2) prince de Galilée : la principauté de Galilée, aussi appelée principauté (ou seigneurie) de Tibériade ou de Tibérias est le plus ancien fief du royaume de Jérusalem.
Ce fut Tancrède de Hauteville qui le fonda au lendemain de la prise de Jérusalem. Il abandonna ses droits sur la principauté quand il s’installa dans la principauté d’Antioche, et le roi confia le fief à plusieurs seigneurs. Le fief fut conquis par Saladin après la bataille de Hattin en 1187. Elle fut momentanément rendue aux Croisés de 1240 à 1247.




(3) Thoros d’Edesse ou Thoros Edesatsi est un ancien curopolate byzantin, qui fut le lieutenant de Philaretos Brakhamios.
En 1095, il élimina la garnison turque de la citadelle d’Edesse et se rendit maitre de la ville.

Il résista aux attaques seldjoukides, mais dut demander de l’aide des croisés qui venaient de mettre le siège devant Antioche (1098). Baudouin de Boulogne, le frère de Godefroy de Bouillon, répondit à l’appel. Il s’imposa petit à petit, menaça de partir rejoindre les croisés et obligea Thoros à l’adopter comme successeur. Thoros trouva peu après (9 mars 1098) la mort au cours d’une émeute, peut-être avec la complicité de Baudouin qui devint alors comte d’Edesse.




(4) Hugues de Fauquembergues ou de Falkenberg, tué en 1106, prince de  Galilée ou de Tibérias.

Fauquembergues est situé près de Saint-Omer, d’om le nom de Hugues de Saint-Omer qui lui est parfois donné. Le fief de Saint-Omer appartient à  la dynastie des Châtelains de Saint-Omer, plusieurs cadets se sont fait connaitre sous ce nom.

Originaire de Saint-Omer, il accompagna Baudouin de Boulogne en 1098 dans le comté d’Edesse, puis à Jérusalem en 1101. Tancrède de Hauteville devant assurer la régence de la principauté d’Antioche, il reçut la principauté de Galilée devenue vacante. Il porta secours à Baudouin Ier, roi de Jérusalem, retiré à Joppé (Jaffa ?) après la bataille de Rama, en 1102. En 1106, alors qu’il revenait d’un raid en terre turque, sa troupe  fut prise dans une embuscade, il ne craignit pas, avec soixante-dix chevaliers, d’affronter quatre mille ennemis. Ayant reçu quelques renforts, il les battis et les mit en fuite, mais dans son triomphe il fut atteint d’une blessure dont il mourut peu après (d’après Guillaume de Tyr).




(5) La bataille de Harran est une bataille qui a opposé les musulmans aux Francs le 7 mai 1104. Si les Francs avaient remporté cette bataille, la route de Mossoul et éventuellement celle de Bagdad leur aurait été ouverte, mais cette défaite marque l’arrêt de leur expansion en Orient.








(6) Josselin Ier de Courtenay, né entre 1070 et 1075, mort en 1131, est un membre de la maison de Courtenay, parti aux Croisades en 1101, et devenu seigneur de Turbessel de 1102 à 1113, prince de Galilée et de Tibérias de 1113 à 1119 et comte d’Edesse de 1119 à 1131. Il est le fils de Josselin, seigneur de Courtenay, et d’Isabelle de Montlhéry.




(7) Richard de Salerne (vers 1060 -1114) – qui ne doit pas être confondu avec son cousin et homonyme, Richard de Hauteville (vers1045 – 1110, prince de Salerne et fils de Drogon de Hauteville) – était un participant à la Première Croisade et régent du comté d’Edesse de 1104 à 1108. Il était le fils de Guillaume de Hauteville et de Marie de Sorrente. Il est le troisième fils  de Guillaume de Hauteville, un noble normand et de Marie de Sorrente, fille de Guy le duc lombard de Sorrente. Neveu de Robert de Guiscard et de Roger Ier de Sicile et cousin de Bohémond de Tarente et de Tancrède. Il épouse Altrude, une sœur de Tancrède de Hauteville et il est le père de :

• Roger, prince régent d’Antioche
• Marie, seconde épouse de Josselin de Courtenay, comte d’Edesse

Il devient régent du comté d’ Edesse de 1104 à 1108, pendant la captivité du comte Baudouin II. En 1111, Richard se retire à Marash il y trouve la mort lors d’un tremblement de terre le 29 novembre 1114.




(Cool  Guillaume de Cerdagne († 1110) surnommé Jourdain après avoir été (re)baptisé dans les eaux du fleuve du même nom, comte de  Cerdagne (1095-1099) et de Tripoli (1105-1110), fils de Guillaume Raymond comte de Cerdagne et de Sancha de Barcelone.

Il accompagna à la première croisade Raymond de Saint-Gilles, qui était le demi-frère de sa mère. Lorsque celui-ci mourut, prenant pour prétexte l’absence du fils ainé de Raymond Bertrand et la minorité du second fils Alphonse Jourdain, il s’institula comte de Tripoli. Quelques années plus tard, Bertrand arriva en Terre Sainte pour recueillir la succession et Baudouin Ier de Jérusalem arbitra la succession en divisant le comté en deux. Guillaume fut assassiné et Bertrand réunifia le comté.



(9) Le Krak des  Chevaliers, ou Krak de l’Hospital – le terme « krak » dérive du syriaque karak signifiant « forteresse » -, Qal`at al-Hosn (la forteresse imprenable) ou Hisn al-Akrâd (forteresse des kurdes) est un château fort datant de l’époque des croisades. Il est situé dans l’ouest de la Syrie, sur les derniers contreforts du Jabal Ansariya.

Les chevaliers de l’Hôpital (ou Hospitaliers) gérèrent le fort de 1142 à 1271, date de sa conquête par Az-Zâhir Rukn ad-Dîn Baybars al-Bunduqdari (Baybars Ier), sultan des Mamelouks. Cette conquête mit fin à  129 ans d’invincibilité du fort.









(10) Pons de Tripoli (vers1096 - †1137) est un comte de Tripoli de 1112 à 1137 et fils de Bertrand de Toulouse et d’Hélène de Bourgogne.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mer 2 Mar - 17:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mar 1 Mar - 15:43

Godefroid de Bouillon,lorrain (fondateur du royaume de Jérusalem)






Godefroy de Bouillon, né vers 1058, soit à Baisy dans l'alleu de Genappe (aujourd'huiBaisy-Thy dans la province du Brabant wallon en Belgique) ou soit à Boulogne dans lecomté de Boulogne (aujourd'hui Boulogne-sur-Mer dans le département Pas-de-Calaisen France), et mort le 18 juillet 1100 à Jérusalem, est un chevalier franc, duc de Basse-Lotharingie. Premier souverain du royaume de Jérusalem au terme de la première croisade, il refuse le titre de roi pour celui, plus humble, d'avoué (1) du Saint-Sépulcre (2).

Premières années

Fils de sainte Ide de Boulogne, héritier des ducs de Basse-Lotharingie et d'Eustache II, comte de Boulogne, du royaume de France, Godefroy de Bouillon est un descendant de Charlemagne et, comme son illustre ancêtre, un personnage de légende. Il appartient à un clan de ducs, comtes et évêques, à un groupe aristocratique qui gouverne la Lotharingie depuis 950 au moins.

On ne connaît pas avec certitude le lieu de naissance de Godefroy de Bouillon ; les thèses hésitent entre Boulogne-sur-Mer en France et Baisy-Thy en Belgique. Son éducation de chevalier est assurée par son oncle Godefroy III le Bossu à Bouillon (Belgique). À la mort de ce dernier, il hérite de ses titres. Toutefois, si l'empereur d'Allemagne lui concède le marquisat d’Anvers (1076), il lui interdit, en tant que roi deGermanie, le titre de duc de Basse-Lotharingie comme le souhaitait son oncle dans son testament. Godefroy se range néanmoins fidèlement au côté d'Henri IV dans la Lutte d'Investiture qui oppose l'empereur germanique et le pape Grégoire VII, et entre dans Rome les armes à la main. Pour le récompenser de ses fidèles et loyaux services, l'empereur germanique le reconnaît finalement duc de Basse-Lotharingie vraisemblablement en 1087.

Il règne donc désormais sur un duché s'étendant sur ce qui deviendra le duché de Brabant, le comté de Hainaut, le duché de Limbourg, le comté de Namur, le duché de Luxembourg et une partie du comté de Flandre. Mais étant tombé gravement malade peu après cette expédition à Rome, il fait vœu, pour réparer ses torts, d'aller défendre les Chrétiens en Orient.

La Première Croisade

En 1095, le nouveau pape Urbain II appelle à la croisade pour libérer Jérusalem et venir à l'aide de l'Empire byzantin qui est l'objet d'attaques musulmanes. Godefroy de Bouillon est l'un des premiers à répondre à cet appel, convaincu par le prédicateur itinérant Pierre l'Ermite. Vassal de l'empereur Henri IV (constamment en conflit avec le pape) et grand féodal à l'autorité bien assise, on ignore tout  des raisons profondes qui l'ont poussé à tenter cette aventure vers l'inconnu alors que ses terres reçues en héritage sont convoitées : ferveur religieuse, Godefroy étant marqué par le renouveau monastique et la réforme clunisienne (3) qui a pénétré en Basse-Lotharingie ? Dispute avec Henri IV qui doute désormais de sa loyauté ? Toujours est-il qu'il devient l'un des principaux chefs de la première croisade. Pour financer son départ, il hypothèque le château de Bouillon à Otbert, prince-évêque de Liège et celui de Stenay au prince-évêque de Verdun. Le départ a lieu le 15 août 1096, accompagné d'une suite nombreuse. Godefroy est rejoint par ses frères Eustache (4) et Baudouin (5). Ceux-ci ne sont pas les seuls nobles à s'engager. Raymond IV de Toulouse (6), également connu sous le nom de Raymond de Saint-Gilles, a créé la plus grande armée. À l'âge de 55 ans, Raymond est aussi le plus ancien et peut-être le plus connu des seigneurs croisés. En raison de son âge et de sa renommée, Raymond est le chef de la croisade. Adhémar de Monteil (7), évêque du Puy et légat du pape, voyage avec lui. Il y a aussi l'ardent Bohémond de Tarente, un chevalier normand qui a formé un petit royaume dans le sud de l'Italie, et un quatrième groupe conduit par Robert II de Flandre (08).

Chacune de ces armées voyage séparément, certains vont au sud-est, à travers l'Europe et la Hongrie et d'autres traversent la mer Adriatique de l'Italie méridionale. Godefroy, et ses frères, seraient partis le 15 août 1096.

L'armée passe par Ratisbonne, Vienne, Belgrade et Sofia, le long de la route Charlemagne, comme Urbain II semble l'avoir appelée (selon le chroniqueur Robert le Moine). Après quelques difficultés en Hongrie, ils arrivent à Constantinople, capitale de l'Empire byzantin, en novembre. Le pape a, en fait, appelé à la croisade afin d'aider l'empereur byzantin Alexis Ier Comnène à combattre les Turcs musulmans qui ont envahi ses terres d'Asie mineure et de Perse. l'Armée de Godefroy arrive la deuxième, après celle d'Hugues Ier de Vermandois (9). Les autres armées croisées arrivent les mois suivants. Si bien que l'empereur byzantin se retrouve avec une armée d'environ 4 000 à 8 000 chevaliers et 25 000 à 55 000 fantassins qui campent devant sa porte.

L'empereur byzantin voudrait que les Croisés l'aident à reconquérir les terres dont se sont emparés les Turcs Seldjoukides. Les Croisés ont pour objectif principal de libérer la Terre sainte des musulmans et d'y établir une domination chrétienne. Pour eux, le problème d'Alexis Ier n'est qu'un contretemps. Au fur et à mesure de leur arrivée, l'empereur byzantin demande aux Croisés de lui prêter serment de loyauté, Godefroy et ses chevaliers conviennent d'une version allégée de ce serment, et promettent seulement de l'aider à retrouver ses territoires perdus. Au printemps 1097 les croisés sont prêts à engager la bataille, après avoir longuement négocié avec l'empereur la traversée du Bosphore. Ils pénètrent en Asie, pour reconquérir Nicée occupée par les Turcs depuis 1085. Pour parvenir jusque là, Godefroy de Bouillon fait élargir la route reliant Nicomédie à Nicée et l’empereur Alexis Ier Comnène s’engage à assurer un ravitaillement régulier. Après une étape à Nicomédie du 1er au 3 mai 1097, le 4 mai les croisés s'avancent vers Nicée. La ville est atteinte le 6 mai. Godefroy s'installe au nord, Bohémond de Tarente à l'est, et Raymond de Saint-Gilles, arrivé le 16 mai, au sud. Le siège de Nicée(10) peut commencer. Cependant, lorsque la ville est sur le point d'être prise, les Turcs font le choix de se rendre aux Byzantins et les croisés sont surpris, sinon déçus, de découvrir le 26 juin le drapeau byzantin flottant sur la ville qu'ils s'apprêtaient à attaquer.

Les croisés reprennent leur route vers la Terre Sainte. De son côté Kılıç Arslan Ier, sultan de Roum, bat le rappel des Turcs seldjoukides et attaque par surprise les croisés à la bataille de Dorylée (11), le 1er juillet 1097. La victoire des croisés leur ouvre la voie de l'Anatolie. L’armée progresse difficilement, endurant la faim et la soif, perdant ses chevaux en grand nombre et rendant les guides grecs responsables de ses maux. Vainqueurs des Danichmendides et de l’émir de Cappadoce à Héraclée, les croisés traversent le Taurus et sont accueillis favorablement en Cilicie par les Arméniens installés là depuis le milieu du XIe siècle.

Les Croisés atteignent l'Oronte le 20 octobre 1097. Godefroy de Bouillon, Bohémond de Tarente et Raymond IV de Toulouse, ne sont pas d'accord sur ce qu'il convient de faire pour s'emparer d'Antioche. Raymond voudrait lancer l'assaut, tandis que Godefroy et Bohémond préfèrent assiéger la ville. Bohémond s'installe au nord-est, face à la Porte Saint Paul. À l'ouest, Raymond place son camp face à la Porte du Chien, et Godefroy face à la Porte du Duc. Au sud, se trouvent les Tours des Deux Sœurs, et plus loin sur les hauteurs, se dressent la citadelle et la Porte de Fer. Au nord-ouest la Porte Saint-Georges n'est pas bloquée par les croisés, et continue d'être utilisée pour ravitailler la ville. Le siège d'Antioche (12) s'éternise et en décembre Godefroy tombe malade. Les approvisionnements diminuent à l'approche de l'hiver. À cause du manque de nourriture, un homme sur sept et environ 700 chevaux périssent. Des chevaliers et des soldats commencent à déserter. La situation est si désespérée qu'Alexis Ier ne juge pas utile d'envoyer renforts et ravitaillement.

Quand les Croisés finissent par prendre la ville, ils se considèrent déliés de leur serment envers l'empereur. Bohémond, parmi les premiers à entrer dans la ville, refuse de la lui restituer. Cela crée des tensions entre lui et Raymond de Toulouse qui est resté fidèle à sa parole. Durant l’été, tandis qu’une épidémie sévit à Antioche et emporte le légat Adhémar de Monteil, les croisés se répandent dans les régions voisines, s’emparent au sud de Lattaquié et de Ma`arrat, ou consolident leurs positions en Cilicie. Les tergiversations du conseil des barons au sujet d’Antioche et du commandement irritent le reste de l’armée, qui détruit les fortifications de Ma`arrat, conquise par Raymond de Toulouse pour le forcer au départ. Fatigué de ces querelles Godefroy se retire chez son frère Baudouin à Édesse. Durant le mois de mars Thoros d'Édesse a demandé l'aide des croisés pour faire face aux attaques turques. Baudouin qui s'est porté à son secours s'est peu à peu imposé dans la ville. Menaçant de repartir, il a obligé Thoros à l’adopter comme successeur. Lorsque le 9 mars 1098, Thoros a trouvé la mort au cours d’une émeute, Baudouin est devenu comte d’Édesse.
L’armée croisée reprend la route de Jérusalem le 13 janvier 1099, remontant la vallée de l’Oronte, sans être inquiétée par les émirs arabes de la région. Rejoignant la côte, elle s’empare de Tortose et de Maraclée. Sous la pression de ses soldats, Raymond de Toulouse doit abandonner le siège d’Arqa dont il comptait faire le centre de ses futures possessions. Suivant la côte jusqu’à Jaffa, les croisés entrent à Bethléem le 6 juin et mettent le siège devant Jérusalem le lendemain. Des échelles en bois pour grimper sur les murs sont construites. Une expédition en Samarie et l’arrivée d’une flotte génoise à Jaffa fournissent le matériel nécessaire à la construction de machines de siège.

Le royaume de Jérusalem

Après un assaut difficile de deux jours, la ville défendue par les Fatimides d'Égypte (13)  est prise le 15 juillet 1099. Godefroy est au premier rang des assaillants (les deux premiers sont Letold et Gilbert de Tournai, puis viennent Godefroy et son frère Eustache). Sous ses ordres ainsi que ceux de Tancrède et de Raymond de Toulouse, les Juifs et musulmans sont massacrés sans pitié, aussi bien hommes que femmes. Ce massacre « n'est pas seulement un crime, mais une faute politique grave puisqu'il fait des Fatimides (…) des adversaires désormais moins disposés à un accord éventuel ».

La couronne de roi de Jérusalem lui est proposée après la prise de la ville, mais il la refuse, arguant qu'il ne peut porter de couronne d'or là où Jésus Christ a dû porter une couronne d'épines. Il accepte le titre d'Avoué du Saint-Sépulcre et se contente de la charge de baron.

Ce choix signifie qu'il considère la Terre sainte, et Jérusalem avant tout, comme la propriété du Christ et donc, par extension, du Saint-Siège. Il se positionne ainsi en serviteur, en défenseur de l'Église. Il est nominalement seigneur du Saint-Sépulcre tout en se maintenant sous l'autorité ecclésiastique. Son titre lui confère les responsabilités suivantes : il doit d'abord avec ses vassaux garder Jérusalem et le tombeau du Christ, puis distribuer des terres aux chevaliers, conquérir et pacifier les villes aux alentours, rendre la justice et pérenniser l'économie locale. Godefroy donne à ses nouveaux États un code de lois sages, connu sous le nom d'Assises de Jérusalem. Il doit compter avec l'opposition de Daimbert de Pise, le patriarche de Jérusalem qui désire faire du Royaume de Jérusalem une théocratie avec le Pape à sa tête représenté par le patriarche. Daimbert s'est allié avec Tancrède de Hauteville.
Vingt jours après la prise de Jérusalem par les croisés, l’armée d’Al-Afdhal, vizir fatimide d'Égypte, forte de30 000 hommes, atteint la Palestine. Le vizir hésite à attaquer la Ville sainte, et prend position près d’Ascalon. Il envoie des émissaires à Godefroy de Bouillon, lui proposant un arrangement s’il quitte la Palestine. Pour toute réponse, les Croisés, marchent sur Ascalon et le 12 août 1099 repoussent l’armée égyptienne, faisant 10 000 victimes.


Mort


Godefroy décède le 18 juillet 1100 en revenant d'une expédition contre le sultan de Damas, vaincu devant Ascalon ; Les causes de sa mort sont inconnues : une légende rapportée par le chroniqueur Albert d'Aix veut qu'il ait été empoisonné après avoir mangé une pomme de cèdre que lui a offerte l'émir de Césarée au cours d'un repas. Le chroniqueur arabe Ibn al-Qalanisi évoque une flèche empoisonnée musulmane. Il est plus probable qu'il meurt de fièvres, mal fréquent dans cette région touchée par des épidémies de peste8. Apprenant la nouvelle, Baudouin abandonne Édesse et rentre à Jérusalem où il se fait couronner roi de Jérusalem le 25 décembre.
Albert d'Aix, chroniqueur français, reconstitua vers 1100-1110 l'histoire et les hauts faits du duc. Guillaume de Tyr contribua au XIIe siècle à la légende de Godefroy de Bouillon dans son ouvrage intitulé l'Histoire d'Eraclès. On raconte de lui des exploits extraordinaires, et généralement fabuleux ; il joint au courage la prudence, la modération et la piété la plus vive. On raconte qu'il descend du mythique chevalier au cygne, qui servira d'inspiration à Lohengrin. Le Tasse le choisit pour le héros de son poème. Sa statue équestre orne la place Royale de Bruxelles.

Albert d'Aix écrit ceci peu après 1100 à propos de Godefroy de Bouillon lors de la prise deJérusalem en juin 1099 :

« tandis que tout le peuple chrétien […] faisait un affreux ravage des Sarrasins, le duc Godefroy, s'abstenant de tout massacre, […] dépouilla sa cuirasse et, s'enveloppant d'un vêtement de laine, sortit pieds nus hors des murailles et, suivant l'enceinte extérieure de la ville en toute humilité, rentrant ensuite par la porte qui fait face à la montagne des Oliviers, il alla se présenter devant le sépulcre de notre seigneur Jésus-Christ, fils de Dieu vivant, versant des larmes, prononçant des prières, chantant des louanges de Dieu et lui rendant grâces pour avoir été jugé digne de voir ce qu'il avait toujours si ardemment désiré. »

On peut également vanter la simplicité de Godefroy. Durant le siège d'Arsouf, les cheiks arabes vinrent déposer des offrandes auprès de Godefroy, et le trouvent assis à même le sol dans sa tente, non pas entouré de soieries mais accroupi sur de la paille. Les cheiks s'émerveillent alors de la modestie du plus grand des princes francs. Godefroy, mis au courant de leurs commentaires, leur répond que « l'homme doit se souvenir qu'il n'est que poussière et qu'il retournera en poussière. »

Les chroniqueurs de l'époque contribuent également à établir le mythe guerrier du grand seigneur de Brabant. Sa force prodigieuse fut par exemple mise à l'épreuve par les cheiks, ceux-ci le mettant au défi de trancher d'un seul coup la tête d'un chameau au collet. Godefroy s'exécuta et la tête roula à terre. De même, aimant la chasse et les défis, il manquera en Cilicie de se faire tuer par un ours énorme qu'il affronta corps à corps. Enfin, lors du siège d'Antioche, Godefroy est resté célèbre pour avoir tranché en deux, et cela d'un seul coup d'épée, un ennemi par la taille. « Le buste tomba à terre, tandis que le bassin et les jambes restaient accrochés au cheval qui s'éloignait au galop. »

Dans l'église du Saint-Sépulcre, on voyait autrefois les tombeaux de Godefroy de Bouillon et des rois latins de Jérusalem mais après l'incendie de 1808 de la basilique, ils sont détruits par l'architecte des Grecs schismatiques pour aménager plusieurs chapelles. Selon une tradition, ces tombeaux étaient placés sous laPierre de l'Onction. Une autre tradition les plaçait sous les deux bancs attenant à la chapelle d'Adam sous le calvaire. De prétendue reliques de Godefroy (épée, croix pectorale et éperons) sont conservées dans un coffre de la sacristie puis exposées dans une vitrine. L'épée est toujours utilisée par le patriarche latin de Jérusalem et grand prieur de l'ordre du Saint-Sépulcre pour adouber les chevaliers.

Godefroy de Bouillon, mythe national

Il est, dès le Moyen Âge, considéré comme un héros, faisant partie des Neuf Preux.
Belgique

En 1830, la Belgique se cherche ardemment des racines, c’est ainsi que l’État nouvellement créé est saisi par la frénésie d’exalter ses gloires passées. Ainsi, les historiens belges du XIXe siècle vont s’approprier Godefroy de Bouillon, au même titre notamment qu'Ambiorix, en exaltant sa naissance improbable à Baisy-Thy, village qui se situe actuellement dans le Brabant wallon.

Les hagiographes belges vont glorifier cet ancêtre pour ses qualités martiales et sa foi envers Dieu ; mais aussi parce que, né aux confins des mondes latin et germanique, il préfigure la civilisation belge supposée être un mélange équilibré entre l’âme latine et les qualités germaniques propres au peuple belge. Godefroy devient le modèle idéal du Belge pieux et brave.

Il s’agissait alors pour les historiographes du Royaume, de faire croire aux citoyens belges que leur peuple était à l’œuvre depuis l’aube de l’humanité et qu’une nation belge existait en germe à l’époque de Godefroy. Cette vision de l’Histoire perdurera jusqu’au XXe siècle et parfois jusqu’auXXIe siècle. Cette phrase de Jo Gérard, datant de 1988, est un exemple contemporain de cette récupération nationaliste du passé : « D’avoir vécu en commun l’aventure des croisades, d’avoir vu mourir Godefroy de Bouillon et leur comte Philippe au pays des infidèles, les Belges ont puisé dans cet événement grandiose une nouvelle unité de sentiment, d’aspiration et de foi. »
Considéré comme un modèle « bilingue » pour la Belgique unitaire, il est également récupéré par le rexisme qui désire produire un parallèle entre Godefroy et Léon Degrelle ; Degrelle étant originaire de Bouillon, tous deux, poussés par un idéal de civilisation, sont partis en guerre vers l’Orient avec des troupes hétéroclites composées de guerriers venus de tous les pays d’Europe (les croisés dans un cas, les S.S. dans l’autre).

En 2005, la Belgique ravive le mythe national. Le Ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht se fait prêter par la Custodie franciscaine de Terre sainte plusieurs reliques civiles (croix pectorale, éperons et l'épée) censées avoir appartenu à Godefroy et conservées dans la sacristie de la basilique du Saint-Sépulcre. Ces reliques sont exposés dans le cadre de l'exposition « Made in Belgium » organisée à l'occasion du 175e anniversaire de l'indépendance belge.

France

En France, un écrivain tel que François-René de Chateaubriand écrivait dans ses Carnets de voyage, après avoir été nommé chevalier du Saint-Sépulcre :
« Cette cérémonie ne pouvait être tout à fait vaine, j'étais Français, Godefroy était Français ; ses vieilles armes en me touchant, m'avaient communiqué un nouvel amour pour la gloire et l'honneur de ma patrie. »

Dans le cloître Saint-Trophime de l'ancienne cathédrale d'Arles sont exposés sept tapisseries de la fin du XVIIe siècle dont trois représentent Godefroy de Bouillon.


La blessure de Godefroy de Bouillon, cloître Saint-Trophine, Arles



(1) au Moyen Âge, l’avoué (parfois dénommé voué) était le titulaire d’une charge d’avouerie (*)

* l’Avouerie est la charge  de l’avoué.

Dans le droit féodal, l’avoué était la personne chargée de la protection et de la représentation juridique d’une institution ecclésiastique, pour les affaires séculières de la vie quotidienne.


(2) le Saint-Sépulcre est, selon la tradition chrétienne, le tombeau du christ, c’est à die la grotte (maintenant englobée dans l’église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem) où le corps de Jésus de Nazareth fut déposé au soir de sa mort sur la Croix




(3) l’ordre de Cluny (ou ordre clunisien) fut un ordre monastique catholique.
Au début du Xe siècle, naît en l’Eglise catholique la volonté de réformer l’ordre monastique. Cette restauration s’appuie sur la Règle de Saint Benoît, un règlement qui régit dans ses moindres détails la vie monastique, pour respecter l’observance. Cette règle initiée par Saint Benoît de Nursie au VIe siècle connait un important développement, notamment grâce à  l’action de Benoît d’Aniane trois siècles plus tard. Mais elle est limitée par les traditions qui se développent dans les abbayes, et par la méconnaissance de la Règle. Cluny va alors s’imposer en groupant un nombre croissant de couvents,  et va devenir le centre du plus important monastique du Moyen Âge, rayonnant sur toute l’Europe.




(4) Eustache III de Boulogne (av.1060 – Rumilly, peu après 1125), fut comte de Boulogne de 1088 à 1125. Il était le fils d’Eustache II et de Sainte Ide de Boulogne. Vers 1101, il épouse Marie d’Ecosse, fille du roi Malcolm III d’Ecosse, et de Marguerite d’Angleterre. Il est le frère de Godefroi de Bouillon et de Baudouin de Boulogne [...]




(5) Baudouin de Boulogne, né en 1065, est le troisième fils d’Eustache II, comte de Boulogne et d’Ide de Lorraine. Il participe à la première croisade de 1096, à la suite de laquelle il devient comte d’Edesse de 1098 à 1100, puis le premier roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin Ier de 1100 à sa mort le 2 avril 1118.




(6)  Raymond IV (ou VI) de Toulouse, mieux connu sous le nom de Raymond de Saint-Gilles (vers 1042 - †1105) est un comte de Saint-Gilles (1060-1105), duc de Narbonne, marquis de Gothie, comte de Rouergue (1065-1105), marquis de Provence (v.1085-1105), comte de Toulouse (1094-1105) et comte de Tripoli (de 1102 à 1105, sous le nom de Raymond Ier).




(7) Adhémar ou Adémar de Monteil (né vers 1055 et mort le 1er août 1098 à Antioche), est un évêque du Puy de 1077 à 1098 et le légat pontifical de la première croisade.




(08) Robert II de Flandre dit Robert le Hiérosolymitain ou Robert II de Jérusalem (1065 - †1111). Il est le fils du comte Robert Ier de Flandre (v. 1035 - † 1093), et de Gertrude de Saxe. Il est comte de Flandre de 1093 à 1111.



(9) Hugues Ier de Vermandois, dit « Hugues le Grand », né en 1057, mort le 18 octobre 1102, comte de Vermandois et de Valois, fils d’Henri Ier, roi de France et d’Anne de Kiev.
Il est le frère cadet du roi Philippe Ier

.

(10) Le siège de Nicée dura du 14 mai au 19 juin 1097, au cours de la première croisade. C’est la première action militaire des Croisés contre les musulmans et cette victoire signe l’arrêt de la progression de l’Islam dans cette région.







(11) la bataille de Dorylee est une bataille livrée le 1er juillet 1097 qui oppose les combattants de la première croisade aux forces du sultanat de Roum. Elle s’achève par la victoire des croisés et la déroute des Seldjoukides.








(12) Le premier siège d’Antioche eut lieu du 21 octobre 1097 au 2 juin 1098. Le second siège lui succède lorsque les musulmans tentèrent de reprendre la ville aux croisés et dura du 7 juin au 28 juin 1098.







(13) La période fatimide de l’Egypte s’étend de 969 à 1171. En raison de la faiblesse de l’Etat abbasside, les Fatimides peuvent réaliser leurs ambitions de s’emparer de l’Egypte en juin 969.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mer 2 Mar - 18:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mar 1 Mar - 17:42

Baudouin de boulogne ,lorrain (fondateur du Comté d’Edesse)



Baudouin Ier (tableau de Merry-Joseph Blondel
dans la salle des croisades du Château de
Versailles, début XIXe)




Baudouin de Boulogne, né en 1065, est le troisième fils d’Eustache II, comte de Boulogne et d’Ide de Lorraine. Il participe à la première croisade de 1096, à la suite de laquelle il devient comte d’Edesse de 1098 à 1100, puis premier roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin Ier de 1100 à sa mort le 2 avril 1118.

Avant la Croisade

Baudouin de Boulogne a deux frères aînés : Eustache III, comte de Boulogne, destiné à recueillir l’héritage paternel, et Godefroy de Bouillon, duc de Basse-Lorraine, destiné à recueillir l’héritage maternel (son oncle Godefroy III le Bossu (1) , n'ayant pas d'enfants, l'a nommé comme son héritier). De fait, Baudouin est destiné à suivre une carrière ecclésiastique, voire épiscopale, afin de soutenir les politiques de ses deux frères. Mais pour des raisons mal connues, il abandonne cette voie pour celle des armes. Quand Godefroy met le siège devant Stenay pour conquérir les domaines de son oncle, lui et son frère Eustache organisent les renforts afin de l’aider.

Ayant quitté définitivement les ordres, il épouse Godehilde (+ 1097), fille du seigneur anglo-normand Raoul II de Tosny (2). Il semble que Godefroy de Bouillon l’a alors considéré comme son héritier, comme le laisse supposer la présence de Baudouin et l’absence d'Eustache à de nombreux actes de Godefroy.

Mais, au moment de partir en croisade, Baudouin, compte tenu des difficultés que son frère a eues pour rentrer en possession des biens de son oncle, préfère prendre part à la première croisade et tenter sa chance en Orient.

Comte d’Edesse

Il accompagne ses deux frères dans la Croisade, jusqu’à l’arrivée de celle-ci devant Antioche en octobre 1097. C’est à ce moment que Thoros, seigneur d'Édesse, demande de l’aide aux Croisés pour faire face aux attaques turques. Baudouin de Boulogne répond à l’appel de Thoros et s'impose peu à peu à Édesse, menaçant de repartir auprès des Croisés et obligeant Thoros à l’adopter comme successeur. Thoros trouve peu après (9 mars 1098) la mort au cours d’une émeute, peut-être avec la complicité de Baudouin, qui devient alors comte d’Édesse.

Godehilde de Tosny étant morte en 1097, il épousa Arda, une Arménienne, ce qui le fait mieux accepter par la population arménienne ; d’autant qu’il repousse efficacement les Turcs, agrandissant ses domaines jusqu’aux rives de l'Euphrate. Il songe à s’étendre vers le Dyarbekir lorsqu'il apprend la mort de son frère Godefroy. Il part alors recueillir la succession de Jérusalem, confiant le comté d'Édesse à son cousin Baudouin du Bourg.

Roi de Jérusalem

Le jeune royaume de Jérusalem ne possède alors qu’un seul port, Jaffa(3), les autres ports de Palestine étant tenus par les Fatimides d’Égypte. C’est un grave problème pour une colonie qui ne peut communiquer avec le reste de la chrétienté que par la mer. La première tâche de Baudouin est donc de s’assurer le contrôle du littoral et il prend successivement les ports d’Arsouf (4), Césarée (5) (1101),Saint-Jean-d’Acre (6) (1104), Beyrouth et Sidon (7) (1110). Il s'empare également d'Ayla (08) (1116) sur la mer Rouge. En même temps, il doit faire face à plusieurs contre-attaques fatimides et abbassides.

En 1113, Baudouin répudie son épouse Arda en la jetant dans un couvent pour épouser Adélaïde de Savone (9), veuve du comte Roger Ier de Sicile. Ce mariage lui apporte une dot considérable pour remplir le trésor, et l’appui précieux de la flotte sicilienne. Néanmoins, le divorce d'avec sa première femme n'est jamais proclamé par l'Église, ce qui le rend coupable de bigamie. Il consent à se séparer d'Adélaïde sous la pression du Saint-Siège, mais uniquement après avoir dépensé sa dot. Il meurt peu après, en évitant par cette dernière séparation de mourir excommunié.




(1) Godefroid III de Basse-Lotharingie ou Godefroid III d’Ardenne, dit le Bossu, mort le 27 février 1076 à Flargingue, fils de Godefroid II le Barbu, duc de Haute-Lotharingie puis de Basse-Lotharingie, et de son épouse Doda. Il fut Duc de Basse-Lotharingie de 1069 à 1076.

En 1069, Godefroid succède à son père et épouse Mathilde de Toscane, fille de Boniface III, marquis de  Toscane, et de Béatrice de Bar. Ils n’eurent qu’une fille, Béatrice (1071 - † 29 janvier 1071). Ce mariage fut un échec : dès 1071, les époux vivent séparément. Dans la querelle des Investitutres, Mathilde est partisane du pape Grégoire VII (parti guelfe), tandis que Godefroid soutient l’empereur germanique Henri IV (parti gibelin).

Il combat le duc de Saxe en 1075 pour le compte de l’empereur. En 1076, il soutient l’évêque d’Utrecht attaqué par son vassal Thierry V, comte de Hollande, et par Robert le Frison, comte de Flandre.

Godefroid est assassiné alors qu’il s’apprête à livrer combat au bord de l’Escaut. Malgré l’opposition de Mathilde, il a désigné pour lui succéder son neveu Godefroid de Bouillon, mais l’empereur préfère nommer son fils Conrad. Ce n’est qu’en 1089 que Godefroid de Bouillon récupère la Basse-Lotharingie.






(2) Raoul II de Tosny ou Raoul II de Conches (av. 1040 – 1102), membre de la famille de Tosny, est l’un des grands barons anglo-normands du règne de Guillaume le Conquérant, il participa à la conquête normande de l’Angleterre.






(3) Jaffa est la partie sud, ancienne de la ville de Tel Aviv-Jaffa en Israël. C’est un des ports les plus anciens du monde sur la côte orientale de la mer Méditerranée.

Le port de Jaffa, très sollicité dans l’antiquité et au Moyen Âge, était, comme les deux autres ports de la Palestine ancienne – Acre et Césarée – une des étapes importantes de routes de l’Orient des européens. Jaffa était une des Echelles du Levant, bien que d’une importance secondaire en comparaison d’Acre. Une partie du port et quelques mosaïques antiques ont survécu jusqu’à aujourd’hui.






(4) Arsouf : Apollonie est une ville antique située dans la  plaine du Sharon sur la côte méditerranéenne entre Jaffa et Césarée en Israël. La ville a eu différents noms au cours de l’histoire : Arshof, Sozousa, Arsuf, Arsour. Le site est dominé par les ruines d’une forteresse de l’époque des Croisades.

Pendant les Croisades, la ville est attaquée à deux reprises par les Croisés en 1099. Elle est prise en 1101 par Baudouin Ier avec l’aide de la flotte génoise. La ville est appelée Arsour par les Croisés. En août 1187, elle tombe au main de Saladin mais elle est reprise le 7 septembre 1191 lors de la bataille d’Arsouf qui oppose Richard Cœur de Lion à Saladin. En 1241, Jean II d’Ibelin entreprend la construction d’un vaste château concentrique au nord de la cité. En 1261, les Hospitaliers achète la ville à la famille d’Ibelin. En 1265, le sultant mamelouk Baybars conquiert la ville. La forteresse tombe ensuite en ruine et il ne subsiste qu’un petit village.




Ruines d’Arsouf




(5) Césarée, en Israël, est le nom d’une ville antique et moderne, située sur la côte méditerranéenne à 20 km au sud de la ville de Dor, entre Netanya et Hadera. Les vestiges impressionnants de la ville antique permettent d’admirer les ruines de la capitale royale d’Hérode Ier le Grand, et nombre de monuments d’époque romaine et médiévale des Croisades.
Au Moyen Âge, Césarée devient une seigneurie dans le royaume de Jérusalem.





(6) Acre (en hébreu : Akko ; en arabe : `Akka ; appelée Ptolémaïs dans l’antiquité ; aussi connu dans le monde chrétien sous le nom de Saint Jean d’Acre) est une ville d’Israël, située au nord de la baie de Haïfa, sur un promontoire et dotée d’un port en eaux profondes.


Le tunnel des Templiers





(7) Sidon ou Saïda en arabe est une ville du Liban. Elle fut dans l’Antiquité la capitale incontestée de la Phénicie. La ville est construite sur un promontoire s’avançant dans la mer. Ce fut le plus grand port de la Phénicie sous son roi Zimrida, au XVIIIe siècle. Elle est aussi  appelée Sagette ou Sayette durant les croisades (non donné par les Francs) et Sidon dans la Bible. Son nom signifie « pêcherie ».






(08)  Ayla est une ancienne cité musulmane qui fut établie sur le site de l’actuelle Aqaba en Jordanie. Elle fut la première ville islamique fondée en dehors de la péninsule d’Arabie. Ses ruines se trouvent au nord-ouest de l’actuel centre de la ville.

A cité fut initiée vers l’année 650 par le calife Othman Ben Afan. La ville a prospéré de 661 à 750 sous les Omeyyades puis au-delà sous les Abbassides (750-970) puis les Fatimides (970-1116). La ville a décliné vers la fin du XIIe siècle à la suite de tremblements de terre, et des attaques de Bédouins et de croisés. Baudouin Ier de Jérusalem prend la ville en 116 sans grande résistance. Le centre de la ville se déplaça alors à 500 mètres le long de la côte vers le sud, aux environs du fort mamelouk et de l’actuelle hampe de drapeau d’Aqaba.



La porte d’Egypte (Bab el Msir) dans les
ruines de la cité d’Ayla





Ruines d’Ayla (Aqaba)




(9)  Adélaïde de Savane : Adélaïde del Vasto (Adelasia ou Azalaïs) (vers 1075- 1118) est une comtesse sicilienne devenue reine consort de Jérusalem appartenant à la grande famille des Alérame (en italien Aleramici). Elle est la fille de Manfred, marquis de Ligurie ( ? – 1079) et d’Agnès de Vermandois. Elle est la nièce de Boniface del Vasto, marquis de Ligurie occidentale. Ses frères sont ancêtres des marquis de Saluces, Savone, Ceva et Lancia.

Par son mariage en 1089 avec le normand Roger de Hauteville, elle devient comtesse de Sicile et, à la mort de son mari en 1101, elle assure la régence de ses fils jusqu’en 1112. Elle est la mère du comte Simon de Sicile et du futur roi Roger II de Sicile, fondateur de la monarchie sicilienne.

Veuve en 1101, et encore jeune, elle se remarie, en septembre 1113, avec Baudouin de Boulogne, roi de Jérusalem, avec la promesse que Roger II hériterait du royaume de Jérusalem. Mais Baudouin avait, pour se marier, répudié sa précédente épouse et le Saint-Siège annula finalement le mariage en 1117. Adélaïde fut alors renvoyé en  Sicile, ce qui provoqua la colère de son fils.

Adelaïde mourut le 16 avril 1118 et fut ensevelie dans la  cathédrale de Patti.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mer 2 Mar - 17:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mar 1 Mar - 19:54

Baudouin du Bourg



Baudouin II (Baudouin du Bourg), roi de Jérusalem,
huile de toile, Versailles, Musée national des châteaux
de Versailles et de Trianon.


Baudouin de Rethel, appelé de Bourcq ou du Bourg, mort le 21 août 1131, est le comte d’Edesse de 1100 à 1118 sous le nom de Baudouin II d’Edesse, puis roi de Jérusalem de 1118 à 1131 sous le nom de Baudouin II de Jérusalem.

Seigneur du Bourg

Il est le fils cadet d’ Hugues, comte de Rethel et de Mélisende de Montlhéry. Avant la Première croisade, il possède la seigneurie de Bourcq, dans les Ardennes, d'où lui vient son nom (longtemps orthographié à tort du Bourg). En 1095, il se croise dans le contingent de ses cousins Eustache III de Boulogne, Godefroy de Bouillon et Baudouin de Boulogne. Il suit ce dernier à Édesse, et c’est ainsi qu’il se retrouve comte d’Édesse lorsque Baudouin succède à son frère Godefroy.

Comte d’Edesse

À Édesse, Baudouin II continue la politique de son prédécesseur. Il noue des alliancesavec les seigneurs arméniens de Marash et de Malatya (ou Mélitène), et étend sa suzeraineté jusqu’à ces contrées ; il épouse Morfia (1), fille de Gabriel, prince de Malatya. En 1104, il est fait prisonnier avec son cousin Josselin de Courtenay alors qu'il tente de s'emparer de Harran, première étape vers Mossoul. Détenus tous deux dans une forteresse, ils réussissent à s'en emparer grâce à des complicités arméniennes. Josselin de Courtenay part seul chercher du secours pendant que Baudouin tient la forteresse avec une petite troupe. Il est néanmoins forcé de se rendre. Libéré en 1108, il doit se résigner à abandonner les campagnes de la rive orientale de l’Euphrate, face aux incursions turques.

Roi de Jérusalem

À la mort de Baudouin Ier en 1118, la couronne est d'abord proposée à Eustache III, le frère aîné du roi, mais Josselin de Courtenay, qui ne tient pas rigueur à Baudouin du Bourg de l'avoir emprisonné en 1113, insiste pour que la couronne lui revienne. Baudouin d'Édesse accepte et le 14 avril 1118, dimanche de Pâques, est couronné roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin II. Reconnaissant, Baudouin donne à Josselin le comté d’Édesse. Presque aussitôt, le royaume est simultanément envahi par les Seldjoukides de Syrie et les Fatimides d'Égypte. Bien décidé à défendre son territoire, Baudouin force l'armée musulmane à reculer sans combat.

En 1119, la Principauté d'Antioche est envahie. Baudouin se précipite au nord avec l'armée de Jérusalem. Mais Roger de Salerne, prince d'Antioche, n'attend pas les renforts, et lance l'armée d'Antioche dans la bataille. Après le désastre de Tell ‘Aqibrin, ou bataille du Champ du Sang (2), où Roger est tué et son armée anéantie, Baudouin assure la régence d’Antioche et protège la ville.

En janvier 1120, Baudouin convoque le concile de Naplouse (3) . Sous l'impulsion d'Hugues de Payns (4) et de Godefroy de Saint-Omer (5), la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon (en latin : pauperes commilitones Christi Templique Solomonici) est créée. Cette milice a pour mission de sécuriser le voyage des pèlerins affluant d'Occident depuis la reconquête de Jérusalem et de défendre les États latins d'Orient. Elle s'installe sur le Mont du Temple, dans une aile du palais de Baudouin, l'ancienne Mosquée al-Aqsa (6), construite sur les ruines d'un ancien temple, dans lesquelles les Croisés pensent avoir retrouvé les ruines du Temple de Salomon(7).  Les membres de la milice deviennent peu à peu les Chevaliers du Temple ou les Templiers.

Le 27 février 1122, Il Ghazi ibn Ortoq, atabeg d’Alep, met le siège devant Zrdana, dans la principauté d’Antioche, mais Baudouin et Josselin, se joignent pour secourir la place forte et Il-Ghazi doit se retirer. Le13 septembre 1122, Josselin et Galéran du Puiset (08), seigneur de Bira tentent de capturer Balak ibn Bahram ibn Ortok, un officier turc, mais c’est ce dernier qui les surprend et les emprisonne à Kharpût. Baudouin tente de les délivrer. Une cinquantaine d’Arméniens s’emparent par ruse de la citadelle. Pendant que Josselin rejoint Édesse pour chercher du secours, Baudouin et Galéran finissent par être obligés de se rendre. En représailles, Josselin ravage la région d’Alep.

En avril 1123, à la suite de la capture du roi, le conseil nomme Eustache Grenier, connétable et bailli du royaume de Jérusalem, régent jusqu'à la délivrance du Roi. Le 29 mai 1123, à la tête des armées du Royaume de Jérusalem, emportant la Vraie Croix (9), il repousse une attaque des Fatimides d'Égypte à Ibelin. Il profitera peu de sa victoire puisqu'il meurt le 15 juin 1123.

En 1124, Baudouin finit par être libéré, en échange d’otages parmi lesquels sa fille Yvette, âgée de cinq ans et Josselin II, âgé d'une dizaine d'années, fils du comte d'Édesse. Pendant ce temps, les Croisés, avec l'aide d'une flotte vénitienne, assiègent et prennent la ville de Tyr. Se fondant sur la Pactum Warmundi (10), la République de Venise en profite pour fonder des colonies marchandes, autonomes et libres de droits et taxes militaires, dans les villes côtières du royaume.

Rassemblant les chevaliers de tous les territoires croisés, Baudouin rencontre les Seldjoukides à la bataille d'Azâz (11), le 11 juin 1125. Grâce à une habile manœuvre, l'armée croisée, bien qu'inférieure en nombre, est victorieuse. L'armée seldjoukide est taillée en pièces et perd quinze émirs et plusieurs milliers d'hommes. Le butin est considérable. Baudouin en profite pour payer sa rançon et faire libérer les otages de la forteresse de Kharpût.

Fort de cette récente victoire, Baudouin tente de prendre Damas en 1126 avec l'aide des Templiers, mais l'émir Tughtekin les repousse. À Alep, le mamelouk Khutlugh a pris le pouvoir pour son propre compte, mais il s'est rapidement montré si odieux que ses sujets se sont révoltés. La ville est revendiquée par deux princes, un ortoqide, Süleyman, et un seldjoukide, Ibrahim ibn Ridwan. Baudouin voudrait profiter de ces troubles pour s'emparer de la ville, mais il est devancé par l'atabeg de Mossoul, Imad ed-Din Zengi, qui entre dans la ville, sous les vivats de ses habitants. Baudouin ne peut s’emparer de la Syrie intérieure, les villes d’Alep et de Damas restant aux musulmans.

Mort et succession

Baudouin tombe malade en 1131 et décède le 21 août. Il est enterré dans l'église du Saint Sépulcre.

Guillaume de Tyr décrit Baudouin comme un homme pieux et craignant Dieu, connu pour sa loyauté et pour sa grande expérience dans les questions militaires. Ibn al-Qalanisi, qui l'appelle Baldwin le Petit (al-Baghdawin ru'aiuis) pour le distinguer de Baudouin Ier, fait remarquer qu'après lui il n'y eut personne qui ait un bon jugement et la capacité de gouverner. Galbert de Bruges n'est pas si favorable. Selon lui, Baudouin était avare et parcimonieux. Il estime qu'il avait été capturé parce qu'il n'avait pas bien gouverné le peuple de Dieu. Galbert prétend même qu'Eustache de Grenier, originaire de Flandre, a tenté d'offrir le royaume à Charles Ier de Flandre, pendant la captivité de Baudouin.

De son mariage avec Morfia de Malatya, Baudouin eut quatre filles: Melisende, Alix, Hodierne, et Yvette. En 1129, Baudouin choisit Mélisende pour héritière et s'arrange pour la marier à Foulques V d'Anjou. Avec Foulques pour co-souverain, Mélisende succède à son père le 14 septembre 1131.



(1) Morfia de Malatya, reine de Jérusalem (†1126), fille de Gabriel, prince arménien de Malatya.
Elle épousa vers 1101 Baudouin II, roi de Jérusalem, et eut :
• Mélisene de Jérusalem (1101 - † 1161) mariée en 1129 à Foulques d’Anjou, roi de Jérusalem
• Alix de Jérusalem (1110 - ?) mariée en 1126 à Bohémond II, prince d’Antioche
• Hodierne de Jérusalem mariée en 1131 à Raymond II, comte de Tripoli
• Yvette, nonne à Béthanie





(2) Bataille du Champ du Sang, nommée en latin Ager sanguinis, la bataille du Champ du sang opposa le 28 juin 1119 les Croisés d’Antioche contre les Alépins dans la plaine de Sarmada, à mi-chemin entre les deux villes.








(3)  Le concile de Naplouse est une assemblée de religieux et de nobles du Royaume de Jérusalem qui s’est ouvert à Naplouse le 16 janvier 1120 (ou le 23), présidé par le roi Baudouin II de Jérusalem et le patriarche latin de Jérusalem Gormond de Picquigny.

Le concile publie vingt-cinq canons dans le but de restaurer la morale et la discipline pour apaiser la colère divine dans le royaume de Jérusalem, affligé depuis 4 ans de plusieurs calamités, entre autres par l’invasion de sauterelles, la famine et les défaites militaires.

Les trois premiers canons rappellent le concordat, notamment les droits de l’Eglise sur les dîmes. Les canons 4 à 19 concernent les châtiments à infliger aux délits sexuels et conjugaux : l’adultère (4-6), le proxénétisme (7), la sodomie (8/11), les relations sexuelles entre Francs et Sarrassins (12-15) et la bigamie (17-19). Le canon 5, par exemple, condamne à la castration et à l’expulsion du royaume les hommes coupables d’adultères, et les femmes à la rhinotomie (ablation du nez) ; le canon 8 condamne les sodomites adultes au bûcher. Les six derniers canons concernent les clercs qui prendraient les armes ou abandonneraient leur statut ecclésiastique (20-21), les fausses accusations (22), les différentes punitions pour vol (23).

C’est lors de ce concile que fut entérinée la création de la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon (en latin :  pauperes commilitone Christi Templique Solomonici), qui avait pour mission de sécuriser le voyage des pèlerins affluant d’occident depuis la reconquête de Jérusalem.
L’Ordre du Temple fut créé à partir de cette milice, lors du concile de Troyes neuf ans plus tard.





(4) Hugues II de Payns est un chevalier champenois, fondateur et premier maître de l’ordre du temple (né à une date inconnue et mort en 1136)
Dans le contexxte de la croisade prêchée par le pape Urbain Ii en 1095, le chevalier Hugues de Payns organisa, en 1119, la milice des pauvres chevaleirs du Christ au service des chanoines du Saint-Sépulcre à Jérusalem. En 1129, cette milice fut fondée en ordre monastique et militaire qui prit le nom d’ordre du Temple.

Hugues II de Payns, est un des deux fils issu du second mariage de son père Hugues de Payns premier du nom. Son père se maria avec l’héritière du domaine de Montigny, dont il devint le seigneur.  Il était également le père de Gautier, qui deviendra seigneur du même lieur vers 1100. La mort de son épouse, probablement vers 1070, a poussé le seigneur de Montigny à reprendre une épouse, de laquelle il eut deux fils : Acheus de Payns et Hugues II.




(5) Godefroi de Saint-Omer (aussi connu sous le nom de Geoffroi de Saint-Omer), était un chevalier flamand, Gaulois de nation et l’un des membres fondateurs de l’ordre du Temple en 1118.

Dans le contexte de la croisade prêchée par le pape Urbain II en 1095, avec le chevalier Hugues de Payns il organisa en 1119, la milice des pauvres chevaliers du Christ au service des chanoines du Saint-Sépulcre à Jérusalem. En 1129, cette milice fut fondée en ordre monastique et militaire qui prit le nom d’ordre du Temple. Avec Hugues de Payns il fera plusieurs allers et retours entre le royaume de France et Jérusalem afin de trouver des soutiens financiers pour l’ordre. En 1127, nous retrouvons sa trace à Rome auprès du pape Honorius III pour organiser une nouvelle croisade. En 1130, il repart à Jérusalem avec Hugues de Payns (qui venait de recevoir des sommes d’argent et des biens énormes de la couronne d’Angleterre) après qu’il a convaincu sa famille de donner à l’ordre les redevances des Flandres du comte Guillaume Cliton. Geoffroy fut nommé duc de Thèbes et c’est dans cette contrée lointaine qu’il termina sa vie aventureuse.





(6) La mosquée al-Aqsa ou al-Aksa a été construite au VIIe siècle à Jérusalem. Elle fait partie, avec le Dôme du Rocher (***), d’un ensemble de bâtiments religieux construit sur l’esplanade des Mosquées (Haram al-sharif) qui est le troisième lieu saint de l’islam, après La Mecque et Médine. Il s’agit de la plus grande mosquée de Jérusalem, où 5000 fidèles peuvent prier, le site dans sa totalité peut accueillir plusieurs centaines de milliers de personnes. La mosquée al-Aqsa est située sur un lieu très symbolique, puisqu’il s’agit, selon la tradition juive, de l’emplacement du temple de Salomon […]





(***) Le Dôme du Rocher ou la coupole du Rocher, appelé parfois mosquée d’Omar à tort, « premier monument qui se voulut une création esthétique majeure de l’Islam », est un sanctuaire érigé sur ordre du  Calife Abd al-Malik ben Marwan à Jérusalem-Est, sur l’esplanade des Mosquées […]


Vue général du Dôme du Rocher

Le Dôme du Rocher abrite le « Rocher de la fondation » endroit où, selon la tradition musulmane, Mahomet serait arrivé depuis La Mecque, lors de l’Isra, ou voyage nocture et d’où il serait monté au paradis.[…]




(7)  Le Temple de Salomon, également connu sous la dénomination de Premier Temple, fut, selon la Bible, le premier temple juif de Jérusalem, construit par le roi Salomon.



Représentationi 3D du Temple




(08) Galéron du Puiset, était le fils d’Hugues Blavons, seigneur du Puiset, et d’Alix de Montlhéry.

Il est cité dans une donation faite vers 1102 par son frère Hugues à l'abbaye de Saint-Martin-des-Champs. Puis il partit combattre en Terre sainte et se met au service de Baudouin du Bourg, comte d’Édesse. À partir de 1115, ce dernier décide d’éliminer la noblesse arménienne du comté après plusieurs complots arméniens visant à livrer Édesse aux Turcs. Après avoir soumis et exilé Vasil Dgha, Baudouin s'attaque à Abelgh'arib et assiège Bîrejik, ou Bira. Un compromis est conclu, par lequel Abelgh'arib livre la ville et s'exile dans l'Arménie cilicienne. Baudouin donne alors le fief de Bira et la main de la fille d'Abelgh'arib à son cousin Galérand du Puiset.

Le roi Baudouin Ier de Jérusalem meurt en 1118, et Baudouin du Bourg, comte d’Édesse, lui succède, avec l'aide de Josselin Ier de Courtenay. Avant son départ pour Jérusalem, en 1118, Baudouin avant confié Édesse à Galéran, puis il inféode le comté d'Édesse à Josselin de Courtenay afin de le récompenser de son aide pour accéder au trône.

Le 13 septembre 1122, Josselin de Courtenay et Galéran du Puiset tentent de surprendre Balak ibn Bahram, qui se rend d'Alep à son fief de Kharpût, mais ce sont eux qui sont capturés et emprisonnés à Kharpût. le roi Baudouin II, qui tente de les libérer est capturé à son tour le 18 avril 1123. Balak tente ensuite d'exploiter son avantage et envahir la principauté d'Antioche. Mais une cinquantaine d'Arméniens entreprennent de délivrer leurs seigneurs et se rendent à Kharpût, déguisés en moines et en marchands. Avec l'aide des ouvriers arméniens de la ville, il massacrent la garnison, s'emparent de la citadelle et délivrent les prisonniers. Pendant que Baudouin, Galéran et les Arméniens tiennent la ville, Josselin part chercher du secours. Mais Balak, prévenu le 7 août 1123, revient à Kharpût et assiège la citadelle, forçant les défenseurs à se rendre avant l'arrivée des secours. Balak ordonne l'exécution de tous les défenseurs, à l'exception de Baudouin, d’un de ses neveux et de Galéran qui sont de nouveau emprisonnés et transférés à Harran.
Galéran meurt toujours captif entre 1123 et 1126.





(9) La Vraie Croix, dite également Sainte Croix, serait la croix sur laquelle Jésus-Christ a été crucifié.

Selon la tradition chrétienne, c'est sainte Hélène, la mère de l'empereur Constantin Ier, qui aurait découvert la Croix de Jésus ainsi que celles des deux larrons, lors d’un pèlerinage en Palestineentrepris en 326. Elle est devenue dès lors une des principalesreliques de la chrétienté, faisant l'objet d'une vénération particulière. Des reliquaires portant le nom de staurothèques sont spécialement fabriqués pour abriter les fragments.

Pour le christianisme, la Croix du Christ est en effet considérée comme l'instrument du salut de l'humanité puisque, selon cette religion, le Christ, par sa mort, a racheté les hommes de leurs péchés, et particulièrement du péché originel. Deux fêtes marquent, dans le calendrier liturgique catholique, l'importance de cette relique : le Recouvrement de la Croix (3 mai) et l'Exaltation de la Sainte-Croix (14 septembre).





(10) Le Pactum Warmundi est le nom en latin d'un important traité du début du XIIe siècle tirant son nom de Gormond de Picquigny.
Ce traité, négocié par ce dernier, établit une alliance entre les Croisés du royaume de Jérusalem et la république de Venise. Il est signé en l'an 1123 par Asclettin, évêque de Bethléem, Roger, évêque de Lydda, Bernard, évêque de Nazareth, Ébremar, archevêque de Césarée, les prieurs Arnaud du Mont-Sion, Aicard du Templum Domini (***), et Gérard du Saint-Sépulcre, l'abbé Guildin de Sainte-Marie de Josaphat, Guillaume Buris, et enfin, le chancelier Payen.

(***)Le Templum Domini, le temple du Seigneur, était une église chrétienne sur le site du dôme du Rocher pendant les croisades.




(11) La bataille d'Azâz oppose, en 1125, les arméesseldjoukides d'Alep, de Damas et de Homs qui assiègentAzâz, dans le Nord de la Syrie, aux forces franques coalisées.

L'armée croisée, répartie et treize détachements, mène trois batailles de front :

• à droite, les chevaliers d'Antioche ;
• au centre ceux de Tripoli et d'Edesse ;
• à gauche les forces du roi de Jérusalem.

Serré de près par l'ennemi, le roi de Jérusalem feint habilement la retraite puis fait volte-face pour reprendre l'avantage, et grâce à la vivacité de l'attaque, taille en pièces une armée d'élite qui perd quinze émirs et plusieurs milliers d'hommes.
Les Francs remportent la victoire et récoltent un butin considérable.





Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mer 2 Mar - 18:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mar 1 Mar - 20:44

Raymond de Saint-Gilles , occitan (fondateur du Comté de Tripoli)



Raymond IV de Toulouse, par Merry-Joseph Blondel,
salle des croisades, Versailles



Raymond IV (ou VI) de Toulouse, mieux connu sous le nom de Raymond de Saint-Gilles (vers 1042 - † 1105) est un comte de Saint-Gilles (1060-1105), duc de Narbonne, marquis de Gothie, comte de Rouergue (1065-1105), marquis de Provence (v.1085-1105), comte de Toulouse (1094-1105) et comte de Tripoli (de 1102 à 1105, sous le nom de Raymond Ier)


Le seigneur occitan


Raymond est le second fils de Pons, comte de Toulouse, et d'Almodis de la Marche. À la mort de son père, son frère aîné Guillaume IV hérite de l’ensemble des biens paternels, Raymond devant se contenter du comté de Saint-Gilles, qui se résume à une moitié de l’évêché de Nîmes, du château de Tarascon, de la terre d’Argence et de la moitié de l’abbaye de Saint-Gilles.



Château de Tarascon

Implanté à proximité de la Provence, il épouse vers 1060 une princesse provençale qui serait soit une fille du comte BertrandIer de Provence, soit une fille du comte Geoffroy Ier de Provence. À cette époque, le comté de Provence est tenu en indivision par les descendants du marquis Guillaume Ier de Provence et de son frère.

En 1065 sa cousine Berthe, comtesse de Rouergue décède, et Raymond s’empare de ses biens et titres aux dépens du veuf, Robert II d’Auvergne (1). Seul le comté de Rouergue lui apporte une puissance territoriale, les autres titres de Narbonne et de Gothie sont uniquement des titres théoriques apportant une suzeraineté plutôt théorique sur la Languedoc. Son frère étant particulièrement peu ambitieux, il use des titres de duc de Narbonne, marquis de Gothie et comte de Toulouse, ainsi que l’atteste une charte de 1088.

À la fin des années 1070, il prend le parti de l'archevêque d'Arles Aicard contre le comte de Provence et le pape. Il devient comte indivis de Provence vers 1085, à la mort de son oncle Bertrand, et prend le titre de marquis de Provence en 1093, à la mort de son cousin le marquis Bertrand II de Provence (2).

En 1074, il refuse de répondre à l’appel du pape Grégoire VII pour lutter contre les Normands, et le pape, se souvenant du mariage consanguin de Raymond, l’excommunie à deux reprises, en 1076 et en 1078. Ces excommunications sont levées en 1080, à la mort de la première épouse de Raymond.

En 1087 il se rend en Espagne et participe à la Reconquista contre les Musulmans. Son frère Guillaume meurt en1094 au cours d'un pèlerinage à Jérusalem, et, conformément au testament de son père, il hérite de ses biens, comtés de Toulouse, d'Albi, de l'Agenais et du Quercy. Il épouse peu après Elvire de Castille (3), qui lui apporte en dot une fortune importante.

Avec toutes ses acquisitions, la création du grand comté de Toulouse est bâtie sur quatre principes : relations cordiales avec l'Église, héritage, mariage et en dernier recours appel à la force.

Le croisé

En novembre 1095, le pape Urbain II profite du concile de Clermont pour lancer un appel à toute la noblesse d’Occident, afin de combattre les Musulmans, qui menacent Byzance, et de reconquérir les Lieux Saints. Raymond de Saint Gilles est l’un des premiers princes à y répondre. Les raisons qui incitent ce seigneur à abandonner la principauté qu’il a mis tant de temps et d’énergie à constituer pour partir à l’aventure en Terre sainte ne sont pas vraiment connues. La foi l’a évidemment motivé, mais Raymond est trop fin politique pour que l’on puisse admettre cette seule motivation.
Sage administrateur, il se prépare à la croisade en réunissant une importante fortune, sans aliéner ses possessions. Une bonne partie de cette fortune vient de la dot d’Elvire de Castille, qui l’accompagne en Terre Sainte. Pour l’augmenter, il ordonne la dévaluation du denier de Toulouse, et met en gage quelques terres annexes. Ainsi, une partie du Rouergue est donnée aux vicomtes de Rodez. Cette fortune, qu’il reconstitue au fur et à mesure des pillages, lui permet de payer son armée, et même de financer les autres chefs, quand ceux-ci se retrouvent à court d’argent. Il est ainsi le plus riche des croisés, ce qui lui permit mais sans succès de proposer en janvier 1099 aux autres princes croisés de les prendre à sa solde pour commander la croisade : 10 000 sous d'or à Godefroy de Bouillon et Robert de Normandie, 6 000 à Robert de Flandre, 5000 à Tancrède de Hauteville...

Il commande l'une des quatre armées de la première Croisade, celle des Provençaux, qui gagne Constantinople par voie terrestre. Selon une hypothèse qui ne fait pas l’unanimité parmi les historiens, le pape l’aurait nommé chef militaire de la croisade, à côté du légat Adhémar de Monteil, chef spirituel et théoriquement politique. Mais il se comporte toujours en égal des autres chefs et non comme leur supérieur.

Arrivé à Constantinople, Raymond est le seul à refuser le serment d’allégeance qu’exige l’empereur Alexis Comnène, se contentant de promettre de protéger l’empereur et de ne pas lutter contre ses intérêts. Après la prise d’Antioche, il s’oppose à ce que Bohémond de Tarente en devienne le prince, puis voyant que les autres chefs de la croisade s’attardent dans la ville, organise une mise en scène pour relancer l’armée croisée vers Jérusalem : il se joint aux pèlerins non combattants, pieds nus et portant une robe de pèlerins, et part avec eux devant les soldats croisés. Ceux-ci se décident alors à marcher vers Jérusalem, entraînant derrière eux les chefs croisés. Prudent, Raymond longe la côte, tout en organisant des expéditions de razzias pour ravitailler les troupes.

Jérusalem est prise en juillet 1099, et les barons se réunissent pour choisir le seigneur qui en aura la garde et élisent Godefroy de Bouillon au détriment de Raymond IV. Il participe à la bataille d'Ascalon (4), puis aide les byzantins à défendre Lattakié contre Bohémond de Tarente. Il se rend à Constantinople en mai 1100. En mars1101, il prend la tête d'une croisade de secours composée de Lombards, mais ne réussit pas à les convaincre de suivre la côte. Les Lombards prennent Ankara, mais se font massacrer le 5 août 1101 par les Turcs. Avec quelques chevaliers, Saint-Gilles parvient à s'échapper vers la mer Noire et à rejoindre Constantinople.

Il se consacre ensuite à se tailler un fief en Orient, et décide de conquérir l'émirat de Tripoli. Il commence par deux points forts, Tortose, qu'il prend le 21 avril 11028 et Giblet qu'il prend 28 avril 1104. En 1103, il fait construire une forteresse au Mont-Pèlerin. Tout en maintenant le siège sur Tripoli (5), il aide le roi Baudouin Ier de Jérusalem à prendre Saint-Jean-d'Acre. Il reprend ensuite le siège de Tripoli, mais est gravement blessé d'une flèche au début du mois de janvier 1105. Retiré au Mont-Pèlerin, il fait rédiger son testament, que signe Bertrand des Porcellets (6), gentilhomme provençal. Il lègue le comté de Tripoli à son fils aîné Bertrand, plus en âge de le défendre, et ses possessions françaises à son cadet Alphonse-Jourdain, trop jeune pour ce territoire insoumis ; il estime que dans le comté de Toulouse, le jeune héritier aura l'appui des conseillers de son père.
Il meurt au bout de deux mois, le 28 février 1105.

Mariages et enfants

Il épouse en premières noces vers 1066 la fille d'un comte de Provence, qui peut être soit Bertrand Ier de Provence, soit Geoffroy Ier de Provence. De ce mariage est né :

• Bertrand († 1112), comte de Toulouse, d'Albi, d'Agen, de Rouergue et du Quercy, marquis de Gothie, duc de Narbonne et comte de Tripoli.

Probablement veuf, il se remarie avec Mathilde de Hauteville († av. 1094) et fille de Roger Ier, comte de Sicile, et de Judith d'Évreux.

Il se marie ensuite pour la troisième fois en 1094 avec Elvire de Castille, fille d'Alphonse VI, roi de Castille et de Léon et de sa maîtresse Jimena Munoz. Elle donna naissance à :
• Alphonse Jourdain (1103 † 1148), comte de Toulouse, d'Albi, etc.





(1)  Robert II, comte d’Auvergne et de Rouergue du chef de sa première femme, est connu dans plusieurs actes, dont un de 1064. Il est encore cité dans une charte de Cluny en 1095.
Il épousa :
• En premières noces Berthe, comtesse de Rouergue († 1065), fille de Hugues Ier, comte de Rouergue et de Gévaudan († 1053), morte sans postérité
• Et en secondes noces Judith de Melgueil, fille de Guillaume, comte de Melgueil et de Beatrix de Guyenne. Il est le père de Guillaume VI.






(2) Bertrand II de Provence, mort en 1093, fut comte de Provence de 1061 à 1093. Il était fils de Geoffroi Ier, comte de Provence et d’Etiennette.





(3) Elvire de Castille, née vers 1080, morte après 1151 est une comtesse de Toulouse par mariage, ayant épousé en 1094 le comte Raymond IV de Toulouse.
Elle était fille illégitime d’Alphonse VI, roi de Castille et de Jimena Munoz






(4) Le premier Siège d’Ascalon fut mené par l’armée croisée commandée par Godefroy de Bouillon, le 12 août 1099, pendant la première croisade.









(5) Le siège de Tripoli, ville qui se trouve actuellement au nord du Liban, est un siège commencé en 1102 par Raymond de Saint-Gilles et qui prend fin le 12 juillet 1109 avec la prise de la ville, qui permet la constitution du comté de Tripoli.







(6) Bertrand des Porcelets est un sacriste de la cathédrale d’Arles de la famille des Porcelets, fils cadet de Rostaing des Porcelets, seigneur en partie de la ville d’Arles.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mer 2 Mar - 18:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mar 1 Mar - 20:55

Guillaume de Cerdagne , dit Jourdain



Guillaume de Cerdagne († 1110) surnommé Jourdain après avoir été (re)baptisé dans les eaux du fleuve du même nom, comte de Cerdagne (1065-1099) et de Tripoli (1105-1110), fils de Guillaume Raymon comte de Cerdagne et de Sancha de Barcelone.


Il accompagna à la première croisade Raymond de Saint-Gilles, qui était le demi-frère de sa mère. Lorsque celui-ci mourut, prenant prétexte de l’absence du fils ainé de Raymond, Bertrand (1) et la minorité du second fils Alphonse Jourdain, il s’intitula comte de Tripoli. Quelques années plus tard, Bertrand arriva en Terre Sainte pour recueillir la succession et Baudouin Ier de Jérusalem arbitra la succession en divisant le comté en deux. Guillaume fut assassiné et Bertrand réunifia le comté.




(1) Bertrand de Toulouse (dit parfois aussi Bertrand de Tripoli), né vers 1065 et mort en 1112, est un comte de Toulouse, de Rouergue, d’Agen, d’Albi et du Quercy, marquis de Gothie et de Provence et duc de Narbonne de 1096 à 1108, et comte de Tripoli de 1109 à 1112. Il est le fils de Raymond de Saint-Gilles.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mer 2 Mar - 18:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mar 1 Mar - 21:10

Gaston IV de Béarn


Gaston IV de Béarn, dit le Croisé, fut vicomte de Béarn de 1090 jusqu'à sa mort en 1130. Son surnom le Croisé est dû à son rôle pendant la première croisade. Il portait également le surnom de seigneur deSaragosse, après avoir mené la conquête de cette ville pour le compte d'Alphonse Ier d'Aragon seigneur lieutenant de Barbastro, lieutenant d'Uncastillo, et gentilhomme d'Aragon.

Il était le fils de Centulle V, vicomte de Béarn et de sa cousine Giséla, dont l'union fut rompue en 1074 à la suite de l'injonction du pape Grégoire VII en raison de leurs liens de consanguinité, prohibés par l'Église. Ses demi-frères Bernard (1) et Centulle (2) furent comtes de la province voisine de Bigorre.

C'est un croisé qui combattit en Orient pour la prise de Jérusalem, mais aussi contre les Maures en Espagne. Cela ne l'empêche pas de gouverner sa vicomté, de faire rédiger les fors de Béarn (3) et construire plusieurs refuges pour les pèlerins le long des chemins de Saint-Jacques.




(1)  Bernard III († 1113) est un comte de Bigorre de 1090 à 01113, fils de Centulle v, vicomte de Béarn et de Béatrix Ier, comtesse de Bigorre.
Il avait épousé vers 1110 Anicelle, fille d’Astanove II, comte de Fezensac, mais n’a eu qu’une fille, Beatrix, morte jeune. Après sa mort, Anicelle se remarie avec le comte Géraud III d’Armagnac.




(2) Centulle II († 1129) est un comte de Bigorre de 1113 à 1129, fils de Centulle V, vicomte de Béarn et de Béatrix Ier, Comtesse de Bigorre.
De son épouse inconnue, Centulle II a eu :
• Béatrix II († après 1148), mariée à Pierre, vicomte de Marsan

Veuf, il se remarie en 1128 avec Etiennette alias Stéphanie de Barcelone, fille de Raymon-Bérenger III, comte de Barcelone et de Douce Ier, comtesse de Provence. Il n’y a pas d’enfants connus nés de ce mariage. Veuve, Etiennette alias Stéphanie de Barcelone se remarie vers 1130 avec Raymond Arnaud II de Gascogne († 1167) vicomte de Dax et seigneur de Mixe.




(3) On appelle fors de Béarn l’ensemble complexe de textes légaux (privilèges, règlements, décisions de justice, tarifs, formulaires) accumulés dans le vicomté de Béarn entre les XIe et XIIe siècles. La version intégrale la plus ancienne qui nous soit parvenue date du XVe siècle.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Mer 2 Mar - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mer 2 Mar - 17:42

Robert de Courteheuse , normand



Portrait du xixe siècle représentant Robert II de
Normandie, par Henri Decaisne.




Robert II de Normandie dit Robert Courteheuse (vers1051/10521 – février 1134, château de Cardiff), fut comte du Maine de 1063 à 1069, puis duc de Normandie de 1087 à 1106. Il fut aussi un prétendant malheureux au trône d'Angleterre. Son surnom de Courteheuse (anglo-normand pour Courte botte) provient de sa petite taille. Fils aîné de Guillaume le Conquérant, il hérita à sa mort du duché de Normandie (1087) mais se heurta aux ambitions de ses deux frères cadets, Guillaume le Roux (1) et Henri Beauclerc (2), rois successifs d'Angleterre sous les noms de Guillaume II et Henri Ier. En 1106, le second lui infligea une défaite à la bataille de Tinchebray (3) et le captura. Robert termina sa vie comme prisonnier. L'historiographie anglo-normande le dépeint comme un prince faible et turbulent mais rappelle aussi ses exploits guerriers lors de la première croisade.

Robert de Courteheuse sous le règne de Guillaume le Conquérant (1051-1087)

Le comte nominal du Maine

Robert est le fils aîné de Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, et de Mathilde de Flandre1. En 1058, le comte du Maine Herbert II s'échappe du Mans occupé par le comte d'Anjou et se réfugie à Rouen. D'après le chroniqueur contemporain Guillaume de Poitiers, sans enfant, Herbert fait de Guillaume son héritier pour le comté du Maine2et fiance sa sœur Marguerite au jeune Robert Courteheuse. Après la mort d'Herbert, Guillaume mène une campagne de le Maine, puis occupe le Mans et y intronise son fils (1063). Ce dernier n'ayant alors que 11 ou 12 ans, fait hommage pour le comté à son suzerain pour ce territoire, le comte d'Anjou, à Alençon. C'est néanmoins son père, le duc de Normandie, qui est le véritable maître du Maine.

Robert ne participe pas à la conquête de l'Angleterre par son père en 1066, mais ce dernier l'avait désigné, dès 1063, comme son héritie. L'année suivante, il est chargé d'assister sa mère dans le gouvernement du duché de Normandie pendant le séjour de Guillaume outre-Manche. La nature de ses responsabilités est inconnue.

En 1069, des seigneurs manceaux rebelles, soutenus par le comte d'Anjou Foulque IV le Réchin, chassent les Normands du Maine. Ce n'est que quatre ans plus tard que le duc Guillaume peut intervenir. Il lance une expédition en hiver qui lui assure la réoccupation du comté. Bien que comte du Maine en titre et âgé d'environ vingt ans, Robert Courteheuse ne fait pas partie de la campagne. Son père ne semble pas avoir jugé nécessaire de l'avoir à ses côtés.

Une période d’errance

La rupture entre Guillaume et Robert intervient en 1077 à la suite d'un incident avec ses frères cadets Guillaume le Roux et Henri, à l'Aigle, lors de la préparation d'une campagne dans le sud du duché. Robert et sa suite quittent les lieux, et plus tard tentent, sans réussite, de s'emparer de la forteresse ducale de Rouen.
Robert trouve refuge auprès de Hugues Ier de Châteauneuf, seigneur du Thymerais. Hugues Ier, marié à Mabile de Montgommery, lui ouvre ses châteaux de Châteauneuf, Sorel et Rémalard4. Robert et ses compagnons s'installent dans ce dernier château. Guillaume le Conquérant, assisté de Rotrou II (4), le comte du Perche, assiège et s'empare du château de Rémalard.

Les historiens ont donné deux explications à cette rébellion. D'abord, Robert ne supportait plus que son père ne lui confiât aucun territoire. Non pas que le jeune prince fut un homme épris de pouvoir mais il voyait ces terres comme un moyen de subvenir lui-même à ses besoins financiers et à ceux de sa suite. Or, comte du Maine et héritier du duché de Normandie, il n'avait aucun pouvoir sur l'un ou sur l'autre et donc aucune ressource propre. Son roi de père ne voulait pas partager son autorité. Probablement avait-il peu confiance dans les qualités de gouvernement de son fils aîné. En plus de cette frustration, la révolte de Courteheuse peut s'analyser comme un« classique conflit de génération ». D'un côté, un père représentant d'une époque austère. De l'autre, un prince libéral, fastueux, témoin d'une jeunesse bouillonnante.
Robert Courteheuse trouve d'abord refuge chez son oncle Robert le Frison (5) puis à la cour du roi Philippe Ier de France, soit deux ennemis du duc de Normandie. Le Capétien ose confier au rebelle la forteresse de Gerberoy face à la frontière normande. Piqué au vif, Guillaume le Conquérant va assiéger le château en 1078. Robert tient son vieux père en échec. Dans un affrontement, ce dernier est blessé au bras et précipité à bas de son cheval, peut-être par son fils (1079) près de sa forteresse de Gerberoy. Les deux hommes finissent par se réconcilier en 1080. Robert reçoit des responsabilités en Angleterre aux côtés de son oncle Odon de Bayeux (6). Puis il préfère s'exiler à nouveau en 1083.

Il ne réapparaît en Normandie qu'en 1087, après la mort de son père. Au préalable, le mourant avait pardonné à son fils aîné et lui avait attribué le duché de Normandie tandis que Guillaume le Roux avait reçu le Royaume d'Angleterre. Quant au plus jeune des enfants mâles, Henri, sa part consistait en une forte somme d'argent.

Robert Courteheuse, duc de Normandie (1087-1106)

Robert devient donc le nouveau duc de Normandie à la mort de son père Guillaume le Conquérant, le 9 septembre 1087.

L’anarchie

La tâche de Robert est compliquée très tôt par le fait que les principaux barons normands tels Guillaume d'Évreux (7), Raoul II de Tosny (08), Guillaume de Breteuil ou Robert II de Bellême (9) ont pris le contrôle des châteaux en expulsant leurs garnisons ducales, aussitôt la mort du Conquérant connuement perçu par les historiens, principalement parce que les chroniqueurs, écrivant durant le règne de son frère Henri Ier, le dépeignirent négativement. Orderic Vital (10), notamment, le décrit comme faible et indolent dès sa prise de pouvoir. Pour le moine chroniqueur, ses contemporains ont conscience des limitations de leur nouveau duc, et ils cherchent à en profiter.

La dégradation de l'autorité ducale se perçoit à travers le retour des guerres privées. Guillaume le Conquérant avait réussi à les contenir, chose que son fils n'arrive pas à faire. Guillaume de Breteuil dispute le château d'Ivry-la-Bataille à son vassal Ascelin Goël. Robert II de Bellême rallume la vieille querelle entre sa famille et les Giroiet leurs alliés, les Grandmesnil tandis que le comte d'Évreux, Guillaume ravage les terres de Raoul II de Tosny.

Autre difficulté pour le duc : la noblesse qui a souvent des terres de chaque côté de la Manche est partagée entre le soutien à Robert et le soutien à Guillaume le Roux. Des seigneurs incitent chacun des deux frères à s'emparer du domaine de l'autre. Dans un premier temps, le duc de Normandie est à son avantage. En 1088, une coalition de puissants barons tant en Angleterre qu'en Normandie, peut-être attirés par sa prodigalité, se déclare en faveur de la réunion des deux parties sous la direction de Robert. Une rébellion contre le roi d'Angleterre s'organise pour le renverser. La rébellion échoue. Puis, c'est au tour de Guillaume le Roux de se trouver en position de force. Il rallie plusieurs barons normands (Roger de Mortemer (11), Robert d'Eu (12) Etienne d'Aumale (13) , Gautier II Giffard (14), Gérard de Gournay (15)) et débarque en Normandie en février 1091 et s'installe à Eu. Robert Courteheuse prend peur. Finalement, les deux frères se rencontrent à Rouen et se réconcilient. Le roi d'Angleterre accepte même d'aider Robert à récupérer toutes les terres qu'il a dû concéder dans le duché pour s'attacher des fidélités. Au premier chef, est visé Henri Beauclerc qui a reçu du duc le Cotentin et l'Avranchin en 1087/1088 en contrepartie d'une bonne partie de l'argent qu'il a reçu en héritage. Ensemble, Robert et Guillaume mènent campagne contre leur cadet. Ils l'assiègent au Mont-Saint-Michel. Henri rend la place et s'exile.




Par le traité de Caen (16) (ou de Rouen), les deux frères se désignent héritiers l'un de l'autre. Le 18 juillet 1091, alors qu'ils tiennent cour à Caen, ils font rédiger un texte appelé Consuetudines et Justitie. Ce document est important pour les historiens puisqu'il rappelle les prérogatives du duc en Normandie, telles qu'elles existaient du temps deGuillaume le Conquérant. Preuve de leur entente, Robert Courteheuse accompagne Guillaume le Roux en Angleterre pour l'aider à repousser l'invasion du roi d'Écosse, Malcolm III Canmore (17). Le duc revient en Normandie avant la fin de l'année 1091.

Ensuite, les relations se dégradent à nouveau. Les termes du traité de Caen sont rapidement bafoués, et Robert le répudie à la Noël 1093. Le roi d'Angleterre conservait de nombreux partisans en Normandie, notamment au nord de la Seine. Avec leur appui, le 11 mars 1094, il débarque à Eu et s'empare du château de Bures-en-Bray, qui appartenait à un partisan du duc.

En 1096, le légat du pape parvient à établir un accord entre les deux frères. Robert Courteheuse confie la garde du duché à Guillaume le Roux qui, en échange, lui offre 10 000 marcs d'argent, cette somme servant à financer le départ du duc à la croisade. En effet, l'année précédente, le pape Urbain II a lancé un appel aux évêques et aux chevaliers pour qu'ils partent libérer la Terre sainte des Musulmans. Robert Courteheuse y répond favorablement.

Robert en croisade (1096-1100)

En septembre 1096 Robert part donc pour la Terre sainte dans la première croisade.
Beaucoup de seigneurs et ecclésiastiques normands accompagnent le duc de Normandie : Étienne d'Aumale, Gérard de Gournay, les évêques Odon de Bayeux et Gilbert Fitz Osbern (18). Plusieurs princes voisins se placent sous sa bannière tels le duc de Bretagne, Alain Fergent (19), le comte de Blois-Chartres, Étienne-Henri (20), tous deux ses beaux-frères, et Robert II de Flandre. Cette forte armée s'arrête en Italie du Sud, chez le Normand Roger Borsa, duc d'Apulie et y passent l'hiver. Après un passage par Constantinople, il arrive avec son armée à Nicée dans la première semaine de juin. La ville est assiégée par les croisés, et une bataille importante les a déjà opposés à une armée seldjoukide, le 16 mai 1097.

Le duc fait partie des participants les plus importants de la croisade aux côtés de Bohémond de Tarente, de Raymond IV de Toulouse et de Godefroi de Bouillon. Pour l'historien britannique John France, son rôle dans cette guerre s'avère plutôt faible compte tenu de son rang et de la taille de son armée. Le biographe William M. Aird rehausse son importance dans l'expédition en soulignant son rôle de médiateur entre les chefs croisés, souvent rivaux et sa détermination à les mener jusqu'à Jérusalem. Déterminant à la bataille de Dorylée (une des premières de la croisade), il figure comme un des leaders lors du siège d'Antioche (1098) et fait acte de bravoure à Ascalon en s'emparant de la bannière du vizir Al-Afdal (12 août 1099). C'est finalement la légende qui augmentera les exploits de Robert Courteheuse en Orient, une légende qui naît alors que le duc n'est pas encore mort. La légende enfle sous les Plantagenêt, Wace (21) transformant son périple en Terre Sainte en épopée.

Après la prise de Jérusalem (15 juillet 1099), Robert revient en Normandie. S'il n'a pas obtenu de territoire en Orient comme son compatriote Bohémond de Tarente, la croisade lui a apporté la gloire. De plus il revient avec une épouse ramenée d'Italie du Sud, Sybille de Conversano (22), fille du comte normand Godefroi de Conversano et petite-nièce de Robert Guiscard. De cette union naîtra un fils, Guillaume Cliton (23), héritier du duché de Normandie.

Si le duc de Normandie récupère son duché sans opposition, il arrive quelques semaines trop tard. Guillaume le Roux est mort accidentellement un mois auparavant et son frère Henri Beauclerc en a profité pour s'emparer de la couronne d'Angleterre (5 août 1100).

Robert contre son frère  Henri (1100-1106)

Se sentant frustré, Robert, poussé par l'ancien évêque de Durham, Rainulf Flambard (24) et plusieurs barons envisage alors une expédition pour prendre la couronne d'Angleterre à son frère Henri. En 1101, il débarque à Portsmouth avec son armée. Le roi d'Angleterre et ses fidèles accourent à sa rencontre. La bataille est imminente mais la diplomatie permet d'éviter l'affrontement. Par le traité d'Alton (25), Robert accepte de renoncer à sa prétention sur le trône anglais contre une rente annuelle de 3000 livres et la cession de toutes les possessions d'Henri en Normandie.

Cependant, les actes belliqueux de part et d'autre rendent rapidement caduc le traité d'Alton. Il faut de nouvelles entrevues en 1102 et en 1104 pour réconcilier les deux frères mais la paix n'est que provisoire. La situation n'est pas sans rappeler les relations entre Robert Courteheuse et Guillaume le Roux quelques années plus tôt. En 1103, Robert traverse la Manche pour plaider la cause de son ami Guillaume (II) de Warenne (26) auprès de son frère. Après sa tentative d'invasion de 1101, celui-ci a été dépossédé de ses vastes biens en Angleterre et banni du royaume. Henri profite de sa démarche risquée pour le forcer à renoncer à sa rente annuelle de 3000 livres contre le pardon accordé à Guillaume (II) de Warenne.

En 1105, le roi d'Angleterre débarque en Normandie. Il sait qu'il peut compter sur l'appui de nombreux Grands qui le considèrent comme leur seigneur. Cette fois, les tentatives de conciliation échouent. Les deux frères veulent en découdre. La bataille a lieu le 28 septembre 1106 à Tinchebray dans le sud-ouest du duché. Henri inflige une défaite décisive à l'armée de Robert qu'il capture. Henri se proclame duc de Normandie et, conscient du danger, refuse de libérer son frère.

Un long emprisonnement (1106-1134)

En 1106, Robert est emmené en Angleterre et enfermé brièvement à Wareham, dans le Dorset. Puis il est emmené à Devizes, dans le Wiltshire, jusqu'en 1126. Il est ensuite emprisonné au château de Cardiff, au pays de Galles. Son fils, Guillaume Cliton, alors enfant, échappe aux mains du roi d'Angleterre. Devenu majeur, il tentera en vain de récupérer le duché de son père et trouve la mort en 1128. Dans sa prison, Robert lui survivra puisqu'il meurt en février 1134, à plus de 80 ans, au terme d'une captivité aux conditions honorables.
Il est inhumé dans l'église abbatiale Saint-Pierre à Gloucester, où un mausolée sera construit. Son frère paie une bougie qui devra brûler éternellement pour le salut de son âme.

Un mauvais prince ?

Robert fut desservi par la majorité des sources médiévales. Le jugement d'Orderic Vital à propos de son règne est sévère : « enclin à l'engourdissement et à la paresse, il ne gouverna jamais, comme il convient, dans la vertu et la justice ». Si le moine lui reconnaît quelques qualité (« hardi, vaillant dans les armes, habile à tirer de l'arc, ayant la voix claire et nette, la langue éloquente »), il lui reproche sa prodigalité, son caractère influençable, et surtout sa faiblesse. Cette image négative a influencé les interprétations modernes sur son règne. Il est souvent décrit comme un dirigeant faible, mou, prodigue jusqu'à en devenir impécunieux. L'historien François Neveux complète : « Son idéal semblait être de vivre dans le luxe, l'oisiveté et le plaisir. Ce n'était pas un homme d'État ».
Certes quelques contemporains ont préféré souligner ses prouesses chevaleresques et le peindre comme un héros de la Première croisade mais ces qualités et ces hauts-faits s'avèrent dérisoires pour une historiographie moderne qui juge les princes selon leur capacité à administrer un territoire et à réprimer leurs vassaux. En cela, il s'oppose clairement à ses frères Guillaume le Roux et Henri Beauclerc, tous deux jugés durs et intraitables, et donc bons, par les historiens. La dernière biographie sur le personnage, écrite par William M. Aird, offre une évaluation plus positive de l'œuvre de Robert.


Famille et descendance

Fils de Guillaume le Conquérant, duc de Normandie et roi d'Angleterre, et de Mathilde de Flandre, il fut fiancé à Marguerite († 1063), sœur d'Herbert II, comte du Maine. Il épousa Sybille de Conversano († 1103) en 1100. Ils eurent deux fils :
• Guillaume Cliton († 1128), comte de Flandre de 1127 à 1128.
• un fils dont le prénom est inconnu, né en 1101.
Il eut aussi plusieurs enfants illégitimes de maîtresses inconnues :
• une fille qui épousa Hélie de Saint-Saëns.
• Richard (v. 1079 – v. 1099), qui fut tué à la chasse dans la New Forest dans des conditions étrangement similaires à celles qui virent la mort de son oncle Guillaume le Roux quelques mois plus tard.
• Guillaume (v. 1079-1111), qui fut tué à Jérusalem alors qu'il s'était exilé en Terre sainte à la suite de la défaite de son père.




(1)  Guillaume le Roux : Guillaume II d’Angleterre, dit Guillaume le Roux (vers 1060- 2 août 1100), est roi d’Angleterre de 1087 à 1100 en succédant à son père Guillaume le Conquérant. Son règne est surtout marqué par l’opposition avec son frère ainé Robert de Courteheuse, le duc de Normandie, les deux hommes se disputant le contrôle de l’Angleterre et de la Normandie. En 1096, à la faveur du départ de son frère pour la première croisade, Guillaume le Roux parvient à étendre sa domination sur le duché de Normandie, mais sa mort accidentelle quatre ans plus tard interrompt précocement la réunion de ces deux Etats. Il est le troisième fils de Guilaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre. Il est donc le cadet de Robert Courteheuse et richard, et l’ainé d’Henri.




(2) Henri Ier Beauclerc (1068, peut-être Selby, dans le Yorshire, ou Winchester, dans le Hampshire – 1er décembre 1135, Lyons-la-Forêt), est le plus jeune fils de Guillaume le Conquérant. Il succède à son frère Guillaume II le Roux sur le trône d’Angleterre en 1100, et s’empare du duché de Normandie aux dépens de son frère Robert en 1106.

Il est surnommé « Lion de Justice » pour son amélioration des rouages rudimentaires de l’administration et de l’appareil législatif du pays.




(3) La bataille de Tinchebray a eu lieu le 28 septembre 1106, dans la ville de Tinchebray en Normandie, entre les troupes de l’envahisseur Henri Ier Beauclerc, roi d’Angleterre, et celle du Duc de Normandie, son frère ainé Robert Courteheuse.









(4)  Rotrou II, mort le 1er mars 1080, fut seigneur de Mortagne-au-Perche, de Nogent-le-Rotrou et vicomte de Châteaudun (sous le nom de Rotrou Ier) de1044 à 1080. Membre de la famille de Rotrou, il était le second fils de Geoffroy Ier, vicomte de Châteaudun, seigneur de Mortagne et de Nogent, et d’Helvide de Pithiviers. […]

Son père fut tué dans une émeute à Chartres, et son frère ainé ne lui survécut que quelques années.
Il commença par venger la mort de son père en s’attaquant aux biens de Thierry, évêque de Chartres et fut brièvement excommunié. […]

Il avait épousée Adèle (Adelise), fille de Guérin de Bellême, seigneur de Domfront, qui donna naissance à :
• Geoffroy II († 1100), comte de Mortagne, puis comte du Perche
• Hugues III († 1100), Vicomte de Châteaudun
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mer 2 Mar - 17:49

(5) Robert Ier de Flandre dit Robert le Frison (vers 1035 - † 13 octobre 1093, château de Wynendaele), fils cadet du comte Baudouin V et d’Adèle de France. Frère cadet de Baudouin VI de Flandre, il dépossède le fils de ce dernier et devient comte de Flandre de 1071 à 1093.





(6) Odon de Conteville dit Odon de Bayeux ou Odo et parfois Eudes (v. 1030 ou ap.1035 – 6 janvier 1097, Palerme), est un noble normand qui, grâce à sa parenté avec Guillaume le Conquérant, dont il est le demi-frère devient évêque de Bayeux puis l’un des hommes les plus riches et puissants de l’Angleterre nouvellement conquise. Agissant comme régent comme régent d’Angleterre à plusieurs reprises durant les absences du roi, il est aussi comte de Kent (1067-1082 ; 1087-1088).

Personnage fameux pour son ambition, son implacabilité et son énergie, mais à la réputation contrastée, il tombe soudainement en disgrâce et est emprisonné pendant cinq ans, de 1082 à 1097. Il est très probablement le commanditaire de la Tapisserie de Bayeux l’œuvre brodée qui dépeint la conquête normande de l’Angleterre.





(7) Guillaume d’Evreux : Guillaume de Normandie († 1118) fut comte d’Evreux de 1067 à 1118. Il était fils de Richard de Normandie, comte d’Evreux, et de Godehilde. Avant d’épouser Richard, Godehilde était mariée à Roger Ier de Tosny, seigneur de Conches, et avait donné naissance à plusieurs enfants, dont Raoul II de Tosny.
Il participa à la conquête de l’Angleterre avec les 80 navires que fournit son père et combattit à la bataille d’Hastings. […]




(08) Raoul II de Tosny ou Raoul II de Conches (av. 1040-1102), membre de la famille Tosny, est l’un des grands barons anglo-normands du règne de Guillaume le Conquérant, il participa à la conquête normande de l’Angleterre.
Femme : Elisabeth (ou Isabelle) de Montfort, fille de Simon Ier de Montfort. A la suite de ce mariage, Simon donne son gendre la châtellenie de Nogent-le-Roi, en dehors du duché de Normandie.

Enfants :
• Raoul II de Tosny
• Roger II le Jeune, héritier de son père et aussi de Guillaume, comte d’Evreux et de Guillaume de Breteuil mais mort trop tôt pour recueilir l’héritage
• Godehilde mariée à Baudouin de Boulogne, futur roi de Jérusalem




(9) Robert II de Bellême (vers1057 – château de Wareham, après 1130), fut comte de Ponthieur, vicomte d’Hiémois dans le duché de Normandie, seigneur de Bellême en France, et 3ème comte de Shrewsbury en Angleterre. Il fut l’un des principaux protagonistes de l’anarchie qui succéda à la mort en 1087 de Guillaume le Conquérant, duc de Normandie et roi d’Angleterre. Alors que les trois fils de ce dernier se disputaient l’héritage paternel, il tenta de conserver l’intégralité de ses biens, mais finit par tout perdre. Après lui avoir retiré son comté anglais en 1102, Henri Beauclerc, le benjamin du Conquérant, le fit prisonnier dix ans et l’emprissonna jusqu’à sa mort. […]




(10) Orderic Vital, né le 16 février 1075, Atcham, Angleterre et mort en 1141 ou 1143 à l’abbaye de Saint-Evroult, est un moine anglo-normand connu comme l’un des plus importants historiens du Moyen Âge central. Sa principale œuvre est l’Historia ecclesiastica qui retrace notamment l’histoire du duché de Nnormandie et du Royaume d’Angleterre aux XIe et XIIe siècles.




(11) Roger de Mortemer († vers 1080), seigneur de Saint-Victor-en-Caux. C’est probablement le duc de Normandie Guillaume le Bâtard (plus tard le Conquérant) qui lui donne la garde du château de Mortemer (Seine-Maritime), à la frontière normande sur la route d’Amiens. Il a d’importants domaines dans le Pays de Caux et épouse Hawise, une aristocrate qui est héritière de terres dans le diocèse d’Amiens. […]

La famille Mortimer est une importante famille du baronnage anglo-normand, issue de la noblesse du duché de Normandie.






(12) Robert d’Eu († 1091/1093), comte d’Eu et seigneur d’Hastings (Angleterre), fut un baron anglo-normand.

Il est le fils ainé et successeur de Guillaume d’Eu, comte d’Eu. Il ne prend aucune part à la rébellion de son frère, et rentre en possession du château d’Eu.






(13) Etienne d’Aumale (avant 1070 – vers 1127), fut comte d’Aumale sous les règnes des ducs de Normandie Robert Courteheuse et Henri Ier Beauclerc.
Il est le fils d’Eudes III de Champagne, comte de Troyes et de Meaux d’environ 1048 à 1063-65, et d’Adélaïde de Normandie († vers 1090), comtesse d’Aumale, et demi-sœur de Guillaume le Conquérant. […]




(14) Gautier II Giffard († 1102), est un important baron anglo-normand, seigneur de Longueville-sur-Scie dans le Pays de Caux, il était aussi comte de Buckingham en Angleterre.

Il est le fils de Gautier Ier Giffard et d’Ermangarde, fille de Gérard Flatel. Sa sœur Rohaise épouse Richard de Bienfaite, seigneur de Bienfaite et d’Orbec, lord de Clare et de Tonbridge.
Il épouse Agnès, sœur d’Anselme de Ribemont. Ils ont pour descendance connue :
• Guillaume Giffard, évêque de Winchester et chancelier d’Angleterre
• Gautier III Giffard, qui succède à son père




(15) La famille de Gournay est une ancienne famille aristocratique du duché de Normandie. Elle prend son nom de la ville de Gournay-en-Bray. Par la position de Gournay, ville frontière avec les terres du roi de France, ses seigneurs ont joué un rôle stratégique dans la défense du duché. La famille s’éteint au cours du Moyen Âge sur les terres de France.

Gérard de Gournay commande les troupes normandes avec Etienne d’Aumale pour soutenir Raoul II de Tosny contre Guillaume d’Evreux. Il participe à la première croisade.




(16) Le traité de Caen ou traité de Rouen est un traité conclu vers la fin du mois de février 1091, entre Guillaume le Roux, roi d’Angleterre, et son frère ainé, Robert Courteheuse, duc de Normandie. Il met fin à une tentative d’intervention du roi anglais en Normandie qui avait débuté à peine un mois plus tôt. Il est conclu avant qu’aucun affrontement armé sérieux n’ait eu lieu. Guillaume le Roux et Robert Courteheuse se mettent d’accord pour cesser leur rivalité. […]




(17) Malcolm III, surnommé Canmore (« Grosse-Tête ») (écossais Maíl Choluim mac Donnchada), né vers 1031, mort le 13 novembre 1093 à Alnwick dans le Northumberland (Angleterre), est roi d’Ecosse de 1058 à 1093. Il est le fils ainé de Duncan, roi des Scots de 1034 à 1040, et de son épouse identifiée comme une cousine anonyme de Siward de Northumbrie († 1055)




(18) Gilbert Fitz Osbern (Gislebertus), surnommé La Grue, est un évêque d’Evreux.

Il est le fils de Guillaume Fitz Osbern, comte de Breteuil et grand sénéchal de Normandie, et d’Alice de Tosny. [...]






(19) Alain IV de Bretagne dit Alain Fergent ou Fergant, Fergan, Fergandus et Fergens, né vers 1060 au château de Châteaulin et mort le 13 otobre 1119) à l’Abbaye Saint-Sauveur de Redon, fils de Hoël II de Bretagne et d’Havoise de Bretagne, fut comte de Cornouaille, de Rennes et de Nantes et enfin duc de Bretagne de 1084 à 1113. […]




(20) Etienne II Henri (Estienne Henri) († 19 mai 1102) fut comte de Blois, Châteaudun, Chartres, Meaux et Seigneur de Sancerre, Saint-Florentin, Provins, Montereau, Vertus, Oulchy-le-Château, Château-Thierry, Châtillon-sur-Marne et Montfélix. Il était le fils di comte Thibaud III de Blois et de Gersende, fille du comte Herbert Ier du Maine. En 1080 à Chartres, il épouse Adèle d’Angleterre, fille de Guillaume le Conquérant. […][b]






(21) Wace, dit aussi Guace ou Wistace (peu après 1100 , Jersey – entre 1174 et 1183), est un poète normand, que l’histoire littéraire a retenu pour ses deux œuvres majeures le Roman de Brut et le Roman de Rou. Au XVIIIe siècle, il a été prénommé de façon erronée « Robert Wace », et au XIXe siècle, il a été prétendu qu’il était né noble. [b][…]






(22) Sibyle de Conversano (Conversano, Apulie, vers 1080 – Rouen, Normandie, 1102 ou 1103), est une noble normande d’Italie de la fin du XIe siècle qui devint l’épouse du duc de Normandie Robert Courteheuse.

Elle est la fille de Godefroi de Conversano et petite-nièce de Robert Guiscard.





(23) Guillaume de Normandie, dit Guillaume cliton (25 octobre 1102 – Alost, 28 juillet 1128), comte de Flandre de 1127 à 1128, revendiqua le duché de Normandie et le trône du Royaume d’Angleterre.

Il est le fils du duc de Normandie Robert Courteheuse et de Sybille de Converso, petit-fils de Guillaume le Conquérant et Mathilde de Flandre,




(24) Rainulf, surnommé Rainulf Flambard et parfois Ranulf Passiflamme (v. 1060 – 5 septembre 1128), évêque de Durham (1099-1128), fut un influent et puissant ministre du gouvernement du roi d’Angleterre Guillaume le Roux, et un personnage controversé.




(25) le traité d’Alton est un accord signé en juillet 1101, entre Henri Ier d’Angleterre et son frère plus âgé Robert Courteheuse, duc de Normandie. Par ce traité, Robert reconnait Henri comme roi d’Angleterre, en échange d’une rente annuelle et autres concessions. Cet accord permit de résoudre temporairement la crise de succession des rois anglo-normands.




(26) Guillaume (II) de Warenne (avant 1071 – vers le 11 mai 1138), 2ème comte de Surrey, fut un important baron anglo-normand du Royaume d’Angleterre. Il était aussi lord du rape de Lewes, et seigneur de Bellencombre et Mortemer dans le duché de Normandie.
Il est le fils de Guillaume (Ier) de Warenne († 1088), 1er comte de Surrey, et de sa première femme Gundred († 1085), sœur de Gerbod le Flamand, officieux comte de Chester jusqu’en 1070.

En 1118, il épousa Elisabeth (ou Isabelle) de Vermandois (v. 1085-1131), fille de Hugues Ier de Vermandois – ou Hugues « Le Grand » de France- et d’Adélaïde de Vermandois et de Valois. Ils eurent cinq enfants :
1. Gundred de Warenne, épousa Roger de Beaumont, 2ème comte de Warwick, puis Guillaume « Taillebois » de Lancastre, Lord de Kendal et Lonsdale dans le Westmoreland
2. Ada de Warenne (v. 1123-1178) Adélaïde ou Adeline, épousa Henri de Northumberland, comte de Hintingon, fils du roi David Ier d’Ecosse. Mère de rois d’Ecosse Malcolm IV et Guillaume le Lion
3. Guillaume III de Warenne, né vers 1119, mort au cours de la deuxième croisade en Anatolie en 1148
4. Réginald de Warenne (1121/26 -1178/79), épousa Adeline, fille et héritière de Guillaume, lord de Wormgay dans le Norfolk, tenait les châteaux de Bellencombre et Mortemer
5. Raoul de Warenne
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mer 2 Mar - 18:12

Hugues Ier de Vermandois , picard



Hugues Ier de Vermandois, dit « Hugues le Grand », né en 1057, mort le 18 octobre 1102, comte de Vermandois et de Valois, fils d'Henri Ier, roi de France, et d'Anne de Kiev.
Il est le frère cadet du roi Philippe Ier.

Il épouse Adélaïde de Vermandois(v.1062 † 1122), carolingienne, fille d'Herbert IV, comte de Vermandois et de Valois, et d'Alix de Valois. Il succède à son beau-père Raoul IV en 1080. Il est ainsi le fondateur de la lignée descomtes de Vermandois capétiens.
Il fonde une collégiale à Saint-Quentinen l'honneur de Sainte Pexine.

« Sainte Pechine, dont on prétend que le véritable nom est Sainte Persévérande. Elle étoit Espagnole ; ayant mené une vie austère, pénitente et chrétienne, du temps des persécutions, avec une autre Vierge nommée Sainte Colombe, un Préteur Romain et Païen les chassa d'Espagne, et elles passèrent en France. Sainte Pechine mourut en Poitou dans un petit lieu nommé Thorignac.Hugues de France, Comte de Vermandois, ayant fait la guerre dans cette province, découvrit ses reliques, les emporta, et crut avoir fait une grande conquête. II les fit transporter à Saint-Quentin, bâtit une église exprès, et fonda une collégiale en l'honneur de cette Sainte. »

— André-Guillaume Contant d'Orville, André René de Voyer d'Argenson de Paulmy, Mélanges tirés d'une grande bibliothèque, vol. 21, 1783, p. 184-185


Il prend la croix avec Godefroy de Bouillon et combat au siège de Nicée, à Dorylée. Après laprise d'Antioche, où il gagne le surnom de "Grand", les Turcs viennent assiéger la ville et Hugues, découragé, abandonne les croisés et revient en France sans avoir accompli son vœu. La prise de Jérusalem le couvre de honte et, pour réparer son manquement, il repart vers la Palestine ; il est blessé dans un combat au bord du fleuve Halys et meurt à Tarse, en Cilicie.

De son épouse, il a :
• Mahaut, ou Maud ou Mathilde, (1080-1130), mariée en 1090 avec Raoul Ier de Beaugency (1068 † 1113)
• Béatrice (1082-après 1144), mariée à Hugues IV de Gournay
• Raoul Ier (1085-14 octobre 1152)
• Isabelle ou Elisabeth (1085-1131), mariée à Robert de Beaumont, comte de Meulan, puis à Guillaume II de Warenne, comte de Surrey
• Constance, (1086-??), mariée à Godefroy de la Ferté-Gaucher
• Agnès (1090-1125), marié à Boniface de Savone
• Henri (1091-1130), seigneur de Chaumont-en-Vexin, tué lors d'une bataille avec Thomas de Marle
• Simon de Vermandois (1093-10 février 1148), évêque de Noyon
• Guillaume, (vers 1094-vers 1096) (= possible Guillaume de Vermandois, marié à Isabelle, fille illégitime du roi Louis VI de France)
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mer 2 Mar - 22:16

Robert II de Flandre , flamand







Robert II de Flandre dit Robert le Hiérosolymitain ou Robert II de Jérusalem (1065 - † 1111). Il est le fils du comte Robert Ier de Flandre (v. 1035 - † 1093), et de Gertrude de Saxe. Il est comte de Flandre de 1093 à 1111.

Le cours de sa Vie


Étant le fils le plus âgé de Robert Ier, ce dernier l'associe au gouvernement dès1086, probablement pour asseoir définitivement la branche cadette des Baudouinides de Flandre sur le comté. C'est lui qui assure la régence du comté lors du pèlerinage de son père en Terre sainte (1085-1091). Le soutien à l'Église est alors notable à l'intérieur du pays, le comte de Flandre se choisissant, en 1089, comme chef de l'administration de ses domaines, le prévôt du chapitre de Saint-Donatien de Bruges2.

En 1096, il répond à l’appel à la première croisade lancée par le pape Urbain II, et suit Godefroid de Bouillon, après avoir organisé le conseil de régence du comté. Il est avec Hugues de Vermandois, Raymond de St-Gilles, Robert Courteheuse, Baudouin II de Hainaut (1), Bohémond de Tarente et son neveu Tancrède de Hauteville, l’un des principaux chefs de la croisade. Il participe au siège de Nicée, à la prise d’Antioche en octobre 1097 et à la prise de Jérusalem (2), le 15 juillet 1099, où il se couvre de gloire en entrant dans Jérusalem parmi les premiers chevaliers vainqueurs. En septembre 1099, il refuse la royauté sur la ville sainte et rentre en Flandre avec le duc de Normandie, ramenant une précieuse relique, le bras de Saint Georges (3), offerte par l’empereur Alexis Ier Comnène; c’est l’église abbatiale d'Anchin (4) qui la reçoit.
Dans le même temps est construite l'abbaye Saint-André de Bruges (5) dans le quartier Sint-Andries. Sa croisade, égrainée de nombreux pillages, lui vaut son surnom de Robert de Jérusalem. Durant cette absence, l’empereur Henri IV avait tenté de s’emparer de la Flandre impériale.

Lorsque, après la mort de Gérard, deux candidats se disputèrent le siège de Cambrai, l'ambition de Robert se prêta volontiers aux desseins de la papauté ; Urbain II avait déposé Waucher, l'évêque impérial, au profit de son compétiteur français Manassès, et  (6) fit inviter par l'archevêque de Reims le comte de Flandre à prêter l'appui de ses armes à la bonne cause. C'est à ce moment que l'ancien diocèse d'Arras fut distrait de celui de Cambrai et considéré comme un ressort distinct (1094). Le roi de France et le comte avaient tout deux intérêt à se débarrasser de l'ingérence d'un évêque allemand.
Plusieurs seigneurs du voisinage secondèrent l'entreprise du comte de Flandre, auquel ils avaient ouvert leurs places fortes : c'étaient Amaury de Gouy, Hugues d'Oisy (7), Manassès de Rumilies, Anselme de Bouchain, d'autres encore.

En octobre 1102, Henri IV accoure au secours de Waucher. Il s'empare de Lécluse, deBouchain, de Marquion (que Robert venait d'élever sur le territoire cambrésien), de Palluel, d'Inchy. Robert préfère faire amende honorable et se rend à Liège le 29 juin 1103, pour prêter hommage à Henri IV,
Mais dès 1105, le nouvel empereur, Henri V (08) marche sur la Flandre, appuyé par le comte de Hainaut Baudouin III (9) et les Hollandais. Ils échouent devant Douai et une nouvelle paix est signée, reconnaissant au comte de Flandre la possession de Douai ainsi que celle de la cité de Cambrai et de sa châtellenie.

Le roi d’Angleterre Henri Ier refusant de payer les traites de la rente annuelle accordée au comte de Flandre en échange d'une aide qui lui a été apportée, Robert, en bon vassal, s’allie au roi de France Louis VI et attaque la Normandie. En diversion, Thibaud II de Champagne (10), beau-frère d'Henri Ier, dresse les barons français contre leur roi. Robert marche alors sur Meaux, mais il se noie en franchissant la Marne sur un pont qui s'effondre au passage de sa cavalerie.




Mariage et descendance


Marié en 1092 avec Clémence de Bourgogne, fille de Guillaume Ier de Bourgogne et d'Étiennette de Bourgogne, Robert à 3 enfants:
• Baudouin VII (v. 1093-1119), comte de Flandre de 1111 à 1119
• Guillaume (1094-1109)
• Philippe (1095-) (mort jeune)



(1) Baudouin II de Hainaut : Baudouin II de Flandre né vers 1056, mort en Asie mineure en 1098  près de Nicée, fut comte de Hainaut et de Valenciennes de 1071 à 1098, seigneur de Beaumont (Hainaut) à la mort de sa mère. Il était fils de Baudouin VI, comte de Flandre et de Hainaut et de Richilde, comtesse de Hainaut.
Il épousa en 1084 Ide de Louvain († 1139), fille d’Henri II, comte de Louvain et de Bruxelles et d’Adèle de Betuwe.

Ils eurent :
• Baudouin III (1088 - †1120), comte de Hainaut
• Louis, vivant en 1096
• Simon, chanoine à Liège
• Henri († après 1096)
• Guillaume († après 1117)
• Arnould († après 1117) sr du Roeulx, dont postérité de ce nom
• Ide, mariée à Guy sr de Chièvres ; puis vers 1100 à Thomas de Marle (v. 1073 - † v. 1130/1131)
• Richilde, mariée vers 1115 (séparés en 1118) à Amaury III de Montfort († 1136), comte d’Evreux
• Alix, mariée à Nicolas II de Rumigny († 1153 ou après)






(2)  Le siège de Jérusalem lors de la première croisade dura du 7 juin au 15 juillet 1099. La situation est alors singulière : partis pour libérer les lieux saints de la domination turque seldjoukides afin de pouvoir rétablir la route des pélérinages , ils se retrouvent face à une ville reprise entre-temps par les Fatimides qui n’y avaient jamais fait obstacle.







(3) Georges de Lydda (vers 275/280 à Lydda (aujourd’hui Lod en Israël) -  23 avril 303), Saint Georges pour les chrétiens, est un martyr du IVe siècle, saint patron de la chevalerie de toute la chrétienté (Ordre du Temple, Ordre Teutonique, Ordre de la jarretière, Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges…), il est principalement représenté en chevalier qui terrasse un dragon : allégorie de la victoire de foi chrétienne sur le démon (du bien sur le mal).






(4) Abbaye Saint-Sauveur d’Anchin est une abbaye bénédictine fondée en 1079 sur la commune de Pecquencourt, dans le département du Nord en France. important foyer culturel du XIe siècle au XIIIe siècle, ce monastère produit de nombreux manuscrits et chartes. En 1568, l’abbaye fonde le collège d’Anchin, le plus grand collège de l’université de Douai. L’abbaye est supprimée à la Révolution et démolie en 1792.


L’abbaye Saint-Sauveur d’Anchin au XVIe siècle, cartulaire de
l’Album de Croÿ, dessiné par Adrien de Montigny
.






(5) Abbaye Saint-André de Bruges est un monastère bénédictin fondé à Bruges (quartier ‘Sint-Andries’) au début du XIIe siècle  par Robert II de Flandre. Supprimé lors de la Révolution française il fut reconstruit à Sint-Andries au sud de Bruges à la fin du XIXe siècle, et la vie monastique fut relevée par des moines venus de Maredsous





(6) Pascal II (Raniero de Bieda, né vers 1050 à Santa Sofia, mort le 21 janvier 1118 à Rome) était un religieux bénédictin italien du Moyen Âge, qui fut le 160e pape de l’Eglise catholique du 13 août 1099 au 21  janvier 1118, succédant à Urbain II.






(7) Hugues Ier d’Oisy (avant 1049 – 1110), seigneur d’Oisy et de Crèvecoeur, châtelain de Cambrai.

Il est le petit-fils de Wautier d’Oisy et Ermentrude de Chièvres fils de Wautier de Cambrai et N d’Oisy.

Marié en 1065 à Ade de Mons, fille de Gossuin Ier de Mons et d’Ermengarde de Chaumont et nièce de Richilde de Hainaut, comtesse de Mons.

Il a pour descendants :
• Hugues II d’Oisy (1075-1139)
• Fastre Ier d’Oisy époux d’Ide d’Avesnes ( ? – après 1098), père de Gossuin d’Oisy, l’éducateur de Gilles de Chin
• Simon d’Oisy-Inchy, (mort avant 1111)
• Ade d’Oisy, épouse du seigneur de Marchion
• Une fille, mariée à Amauri de Vermandois, fils ainé de Sohier de Vermandois






(08) Henri V (11 août 1086 – 23 mai 1125), est roi des Romains de 1099 à 1111, puis empereur élu des Romains de 1111 à 1125.

Il est le fils du précédent empereur Henri IV (1050-1106) et de Berthe de Turin (1051-1087). Il épouse, le 6 ou le 7 janvier 1114 à Worms, Mathilde (1102-1167), fille d’Henri Ier d’Angleterre (1068-1135) et de Mathilde d’Ecosse.






(9)  Baudouin III, né en 1088, mort en 1120, fut comte de Hainaut de 1098 à 1120. Il était fils de Baudouin II, comte de Hainaut, et d’Ide de Louvain.

Son mariage lui apporta l’espoir d’une aide pour conquérir la Flandre, comté dont son père avait été dépossédé par Robert le Frison. Il se forma une coalition autour de l’empereur Henri V contre Robert II de Jérusalem, le nouveau comte de Flandre. Ils l’attaquèrent en 1105, mais furent vaincus, et Baudouin dut lui abandonner Cambrai (1110). Après la mort de Baudouin VII à la Hache, Baudouin entra dans une coalition contre son successeur Charles de Danemark, mais qui n’eut pas plus de succés que la précédente  il mourut peu après des suites d’une chasse

Il épousa en 1107 Yolande de Gueldre, fille de Gérard Ier Flaminius, comte de Gueldre et de Wassemberg. Ils eurent :
• Baudouin IV le Bâtisseur (1108 - †1171), comte de Hainaut
• Gérard (†1166), comte de Dale
• Gertrude, mariée à Roger III de Tosny (†1162)
• Richilde, mariée à Thierry d’Avesnes (†1106), puis à Evrard II Radoul († 1160) burgrave de Doornic (Tournai)





(10) Thibaut de Blois ou Thibaut IV le Grand (né vers 1090/1095, mort le 10 janvier 1152), fut comte de Blois, de Chartres et de Châteaudun, comte de Meaux, de Troyes et de Champagne (1125-1151 : Thibaud II), et seigneur de Sancerre (1102-1151).

Il est le deuxième fils d’Etienne-Henri (†1102), comte de Blois, Chartre,  Châteaudun, Meaux, Seigneur de Sancerre, et d’Adèle (†1137), fille de Guillaume le Conquérant. […] Thibaud hérite en 1102 des domaines de son père, mort à la bataille de Rama, en Terre Sainte. En 1125, son oncle Hugues Ier de Champagne se fait templier et lui lègue le comté de Troyes ainsi que le titre du comte de Champagne qu’il s’était attribué, bien que ne possédant pas la totalité de la province.

En 1123, il épousa Mathilde de Carinthie et ont 11 enfants.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mer 2 Mar - 22:32

Geoffroy III de Preuilly, dit Jourdain , comte de Vendôme † 1102, prisonnier des Arabes.


Geoffroy III de Preuilly, dit Jourdain, seigneur de Preuilly (1067-1102), est connu également sous le nom de (Geoffroy II de Vendôme) (1085-1102), comte de Vendôme . Il est le fils de Geoffroy II Martel, seigneur de Preuilly, et d'Almodis, dite de Blois.

Il devient comte de Vendôme à la mort de son beau-frère Bouchard III (1). Il prend part au conflit qui opposa les deux frères d'Anjou, Geoffroy III le Barbu (2) et Foulque IV le Réchin (3). Soutenant d'abord Foulque, il inverse son alliance et est emprisonné par Lancelin de Beaugency et n'est libéré qu'en 1090, contre rançon. Comme ses prédécesseurs, il a des démêlés avec l'abbaye de la Trinité, conflit qui finit par causer son excommunication. En pénitence, il participe à la première Croisade. Il meurt selon certains en 1102, après avoir été fait prisonnier par les Arabes ausiège d'Ascalon (1099). Selon d'autres sources, il serait mort à la bataille de Rames (Palestine) en 1103.

De son épouse Euphrosine de Nevers, comtesse de Vendôme, fille de Foulques l'Oison de Nevers et de Perronnelle du Maine (Dynasties) (fille de Lancelin II du Maine (Dynasties), seigneur de Beaugency) il eut :
• Geoffroy III Grisegonel, qui lui succéda à Vendôme ;
• Eschivard Ier, qui lui succéda à la baronnie de Preuilly ;
• Engelbaud (1062-1115), archevêque de Tours.






(1) Bouchard III de Nevers, dit le Jeune, comte de Vendôme(1066-1085), fils de Foulques l'Oison et de Pétronille de Château-Gontier.
Mineur à son avènement, sa tutelle fut assurée par son cousin Guy de Nevers, seigneur de Nouastre, de 1066 à1075. Celui-ci mourra sans enfants en 1084, lui léguant la terre de Nouâtre.
Comme son père, Bouchard III fut régulièrement en conflit avec l'abbaye de la Trinité ; en un accord mit fin à la brouille en 1083.
Sans alliance, il mourut en 1085.





(2) Geoffroy III d'Anjou, dit le Barbu, né en 1040 ou 10411, mort en 1096 ou 10972, est comte du Gâtinais de 1056 à1068, d'Anjou et de Tours de 1060 à 1068. Il était de la famille des Ingelgeriens par sa mère et fils aîné de Geoffroy II Ferréol, comte de Gâtinais et d'Ermengarde d'Anjou.






(3) Foulques IV d'Anjou, dit « le Réchin » ou « le Querelleur », (né en 1043 à Château-Landon - mort le 14 avril 1109 àAngers), fut comte d'Anjou et de Tours de 1068 à 1109. Il était de la famille des Ingelgeriens et fils cadet de Geoffroy IIFerréol, comte du Gâtinais et d'Ermengarde d'Anjou.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Mer 2 Mar - 22:39

Girard Guinard , comte de Roussillon

Girard Ier, dit Guinard , comte de Roussillon de 1102 à sa mort en 1113.

Fils et héritier du comte Guislabert II (1), il participa à la première croisade sous les ordres de Raymond de Saint-Gilles. Il s'illustra notamment en entrant parmi les premiers dans Jérusalem le 15 juillet 1099. Il rentra brièvement en Roussillon entre 1100 et 1105, avant de repartir vers la Terre Sainte à la demande de Raimond de Saint-Gilles. Durant son absence, c'est sa femme la comtesse Agnès qui dirigea le comté. Après la mort de Bertrand de Toulouse, fils de Raimond de Saint-Gilles, en 1112, il rentra en Roussillon. Il fut assassiné peu après dans des circonstances obscures.

Girard était marié à Agnès dont il eut :
• Gausfred III (2). Gausfred III était trop jeune pour régner au décès de son père, c'est son oncle Arnaud Gausfredqui occupa la régence.
• Béatrice de Roussillon, mariée avec Guilhem de Narbonne.








(1) Guislabert II ou Guillabert II1 (espagnol : Guislaberto, catalan : Guislabert), né vers 10252 et mort en 11022, est comte de Roussillon de la mort de son père, Gausfred II, vers 1074 jusqu'à sa mort. Sa mère était Adélaïde.








(2) Gausfred III, né vers 11031 et mort en 11641, a été comte du Roussillon de1113 jusqu'à sa mort. Il était le fils et le successeur de Girard Ier, qui a été assassiné, alors que Gausfred était encore un enfant. Arnold Gausfred, le jeune oncle du comte, a tenu le rôle de régent jusqu'en 1121.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Jeu 3 Mar - 14:56

Pierre l’Ermite , picard



Pierre l’Ermite (1053 - + 1115) ou Pierre L’Hermite ou Pierre d’Amiens ou Pierre d'Achères est un religieux français du XIe siècle, qui prêcha la croisade après l’appel d’Urbain II au concile de Clermont et qui prit ensuite la tête d’une des principales croisades populaires (1) de 1096. Il échappa au massacre des croisés de Civitot (2), rejoignit la croisade des barons, la suivit jusqu’à Jérusalem, mais disparut au moment de la prise de la ville.
C'est un bienheureux catholique fêté le 8 juillet.


Origine

Selon certains auteurs il serait né vers 1050 et serait le fils de Renauld L'Ermite, de la Maison d'Auvergne, et d'Alide de Montaigu, de la Maison de Picardie. Il aurait été, avant de rentrer veuf dans les ordres, marié à Béatrix de Roussy, de la Maison de Normandie, avec laquelle il aurait eu deux enfants : Pierre et Ailide.

Selon d'autres il appartiendrait à une famille du nom de L'Hermite, seigneurs de Bétissart, fixée aux Pays-Bas, qui serait elle-même issue des seigneurs de L'Hermitage en Auvergne.
Ces affirmations sont contestées par d'autres auteurs, qui précisent d'autre part que rien ne vient confirmer que L'Hermite était son nom de famille, à une époque il n'existait pas de noms de famille et que ces généalogies ont été inventées au XVIIe siècle.

Le surnom de Pierre d’Amiens attribué par quelques chroniqueurs milite en faveur d’une origine autour de cette ville, à défaut de la ville elle-même. Au XIXe siècle, les historiens le considèrent comme issu d’une famille noble, comme un chevalier ayant longtemps guerroyé et qui se serait ensuite repenti et aurait décidé de vivre en ermite. Mais les études critiques modernes ont montré qu’à part la citation très imprécise d’Albert d’Aix, cette affirmation n’est absolument étayée par rien. De toute manière aucun de ces historiens n’a pu donner un nom à la famille dont serait issu Pierre l’Ermite.


Les années d’incertitudes

On lui attribue un pèlerinage à Jérusalem effectué en 1093, au cours duquel il aurait constaté les persécutions exercées à l’encontre des pèlerins et qu’il aurait rapporté au pape, l’incitant à lancer son appel à la croisade, mais René Grousset (3) qualifie cet épisode de « légende à rayer définitivement de l’histoire ».



La croisade populaire

Le 27 novembre 1095, le pape Urbain II, qui avait déjà reçu les envoyés de l’empereur byzantin Alexis Comnène au concile de Plaisance (4) six mois auparavant, lança un appel solennel à la Chrétienté pour inciter ses barons à partir en expédition pour délivrer les Lieux saints.

L’idée de la croisade prit tellement bien que des prédicateurs parcoururent les campagnes pour haranguer les foules dont un grand nombre - que l'historien Jacques Heers (5) a appelé « les fous de Dieu » - décida de partir. Ceux-ci, associés à la diffusion de l'appel pontifical, drainaient de larges auditoires auxquels ils prêchaient la réforme des mœurs.

L’un des prédicateurs les plus connus est Pierre l’Ermite, qui commença sa prédication dans le Berry, puis l’Orléanais, la Champagne, la Lorraine et la Rhénanie, emmenant dans son sillage quinze mille pèlerins, encadrés par quelques chevaliers dont Gautier Sans-Avoir. Arrivé à Cologne le 12 avril 1096, il continua de prêcher auprès des populations allemandes, tandis que Gautier Sans-Avoir conduisit les pèlerins en direction de Constantinople.

Les travaux historiques commencent à se développer sur les premières persécutions contre les Juifs(6) lors des croisades « allemandes ». L'historien Jean Richard (7) note :

« Une récente étude de l'historien Jean Flori a mis en exergue l'extrémisme religieux de la croisade, car elle ne suivait pas uniquement les lignes tracées par Urbain II dans son discours de Clermont, les prédicateurs introduisaient dans leurs prêches une note antijuive qui allait se traduire par les exactions dont les juifs deRhénanie et de la vallée du Danube ont été les principales victimes10. »

Pierre l’Ermite usa des terreurs créées par les massacres commis lors des persécutions des Juifs, dans d’autres régions pour obtenir des communautés juives des régions qu’il traversait le ravitaillement et le financement des croisés.

Ayant persuadé un certain nombre d’Allemands de partir, il quitta Cologne à la tête d’environ douze mille croisés le 19 avril 1096 et traversa le Saint-Empire et la Hongrie en suivant le Danube.



Le sac de Semlin

Une contestation, probablement à propos de l’achat de vivres, dans la ville de Semlin, près de la frontière entre la Hongrie et l’empire byzantin déclencha des bagarres, la ville fut prise d’assaut et quatre mille Hongrois furent tués. Les croisés n’échappèrent à la colère du roi Coloman (08) de Hongrie qu’en se sauvant dans le territoire byzantin. Méfiants, les Byzantins cherchèrent à canaliser cette foule, n’y parvinrent pas et évacuèrent Belgrade qui fut aussitôt mise à sac. Ce pillage ainsi que celui des faubourgs de Nish montrent que Pierre l’Ermite ne maîtrisait déjà plus sa troupe. Malgré ces heurts, l’empereur Alexis Comnène fit bon accueil aux croisés et leur conseilla d’attendre la venue des barons à Constantinople, mais comme les Croisés pillaient les faubourgs de la ville, il leur fit traverser le Bosphore et leur attribua le camp de Civitot.





Le massacre des croisés

Ne parvenant pas à discipliner les croisés qui choisirent d’autres chefs et commencèrent à faire des incursions en territoire turc, Pierre l’Ermite repartit vers Constantinople pour demander conseil à l’empereur. Les croisés remportèrent quelques succès face aux paysans turcs et à des garnisons faibles et peu nombreuses, mais furent massacrés lorsque le sultan Kılıç Arslan Ier revint avec son armée. Des vingt-cinq mille croisés installés à Civitot, seuls trois mille réussirent à être évacués à Constantinople où ils retrouvèrent Pierre l’Ermite.
.

Le siège de Nicée


Les barons arrivèrent à Byzance au cours du printemps 1097 et après négociations, franchirent le Bosphore et mirent le siège devant Nicée. Pierre l’Ermite les y rejoignit avec les rescapés de la croisade populaire. La ville se rendit aux Byzantins le 26 juin 1097. Puis la croisade continua son chemin à travers l’Anatolie, défit à nouveau les Seldjoukides à Dorylée (1er juillet 1097) et atteignit Antioche le 21 octobre 1097.

Le siège d’Antioche

Ce siège, l’un des plus durs de la croisade en raison de sa durée (près de huit mois) et des difficultés de ravitaillement fut la cause d’un certain nombre de défections, comme celle du comte Etienne-Henri de Blois15. Pierre l’Ermite lui-même perdit espoir et déserta, avec Guillaume, dit « le Charpentier » (9), vicomte de Melun. Mais Tancrède de Hauteville, craignant une désaffection générale, ne l’entendit pas ainsi, poursuivit les deux fugitifs et les ramèna de force aux abord d’Antioche où Bohémond de Tarente leur infligea une virulente admonestation16. La ville d’Antioche fut prise le 2 juin 1098, mais elle fut assiégée le lendemain par une armée de secours commandée par Kerbogha, atabeg de Mossoul. Les croisés manquaient de vivres, n’ayant pas eu le temps de reconstituer les réserves, mais la découverte de la Sainte Lance par un pèlerin provençal du nom de Pierre Barthélemy (10) redonna espoir aux croisés. Ils étaient tellement sûrs d’eux qu’ils envoyèrent Pierre l’Ermite accompagné d’un certain Herlouin, qui parlait la langue arabe et servait d’interprète17, en ambassade auprès de Kerbogha pour lui demander de lever le siège. Devant le refus de ce dernier, les croisés attaquèrent le camp de Kerbogha et défirent son armée18.


L’arrivée à Jérusalem


Après la victoire, les croisés restèrent de longs mois à Antioche et ne repartirent en direction de Jérusalem que le13 janvier 1099. Pierre l'Ermite les accompagna et sa dernière apparition se fit sur le mont des Oliviers (11) le8 juillet 1099 lorsqu'il harangua la foule des croisés avant la prise de Jérusalem. La ville fut prise le 15 juillet 1099. Ensuite il n'y a pas de certitude sur son sort.

Légendes

• L’obituaire de l’abbaye de Neufmoustier à Huy

Une légende fait cependant réapparaître le personnage à Huy en 1100, où il fonde le monastère de Neufmoustier et où il finit ses jours en 1115. Cette légende trouve son origine dans les écrits de Jacques de Vitry qui trouva commode, pour convaincre les gens originaires de l'évêché de Liège du bien-fondé d'une participation à la croisade contre les Albigeois, de manipuler un peu l'histoire et de faire naître quelques personnages héroïques issus du Pas-de-Calais en bord de Meuse. Et pourtant l'obituaire de l'abbaye de Neufmoustier à Huy note en sa page du 8 juillet 1115 que ce jour voit « la mort de Dom Pierre, de pieuse mémoire, vénérable prêtre et ermite, qui mérita d'être désigné par le Seigneur pour annoncer, le premier, la sainte Croix » et le texte poursuit par « après la conquête de la Terre sainte, Pierre revint au pays natal » et aussi que « il fonda cette église ... et s'y choisit une sépulture convenable ».Une légende fait cependant réapparaître le personnage à Huy en 1100, où il fonde le monastère de Neufmoustier et où il finit ses jours en 1115. Cette légende trouve son origine dans les écrits de Jacques de Vitry (12) qui trouva commode, pour convaincre les gens originaires de l'évêché de Liège du bien-fondé d'une participation à la croisade contre les Albigeois (13), de manipuler un peu l'histoire et de faire naître quelques personnages héroïques issus du Pas-de-Calais en bord de Meuse19,20. Et pourtant l'obituaire de l'abbaye de Neufmoustier à Huy21 note en sa page du 8 juillet 1115 que ce jour voit « la mort de Dom Pierre, de pieuse mémoire, vénérable prêtre et ermite, qui mérita d'être désigné par le Seigneur pour annoncer, le premier, la sainte Croix » et le texte poursuit par « après la conquête de la Terre sainte, Pierre revint au pays natal » et aussi que « il fonda cette église ... et s'y choisit une sépulture convenable ».


• La chanson de Jeahan Le Bouteiller


Une autre légende est donnée au XIVe siècle par le trouvère français Jehan-le-Bouteiller, qui chante la mémoire d’« un dict Pierre l'Hermite deschendant d'un comte de Clairmont par un sieur d'Herrymont [qui] épousera une de Montagut ». Les parents de Pierre l'Ermite seraient donc Renauld d'Hérimont et Aleïdis de Montaigu (Aleïdis est signalée à Huy dans l'obituaire de Neufmoustier, déjà cité, comme la « mère de Dom Pierre, possédant une maison à Huy »






(1) La croisade populaire est un mouvement religieux populaire qui se déroula en marge des croisades officielles. Son but était d’atteindre Jérusalem, cependant, la plupart de ces croisades populaires vont dévier de leur objectif initial pour se transformer en véritables massacres collectifs. La première eut lieu à la suite de l’appel aux croisades du pape Urbain II en 1095. Il y eut par la suite plusieurs autres croisades populaires : la croisade des enfants en 1212, les croisades des Pastoureaux de 1251 et 1320, et une autre en 1291 qui provoque la chute de Saint Jean d’Acre.



(2) Civitot est le nom d’un camp à proximité de Nicée où s’installa la croisade populaire de Pierre l’Ermite, peu après son arrivée à Constantinople en 1096.




(3) René Grousset (5 septembre 1885 à Aubais – 12 septembre 1952 à Paris) est un historien français,, spécialiste de l’Asie, et membre de l’Académie française.




(4) Le concile de Plaisance était un synode composé d’ecclésiastiques et de laïcs de l’Eglise catholique romaine, qui s’est déroulé du 1er mars au 5 mars 1095, à Plaisance.

Ce concile se déroule à la suite de la querelle des Investitures, un important conflit politique qui a opposé le pape à l’empereur romain germanique à propos de la désignation et de la nomination des évêques et archevêques germaniques. La lutte a été tellement âpre que l’empereur a tenté de déposer Grégoire VII et fait élire un certain Guibert, connu ensuite comme l’antipape Clément III.

Le pape Urbain II est sorti vainqueur de ce conflit et décide de convoquer les évêques d’Italie, de Bourgogne, de France, d’Alémanie de Bavière et d’autres provinces à un concile qui soit se tenir à Plaisance à la mi-carême (soit le 1er mars) 1095. […]




(5) Jacques Heers, né le 6 juillet 1924 à Paris et mort le 10 janvier 2013 à Angers, est un historien français, spécialiste de l’histoire du Moyen Âge, professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris-Nanterre, puis directeur des études médiévales à Paris IV.





(6) L’appel à la croisade d’Urbain II en 1095 déclenche des persécutions de la part des paysans envers les communautés juives de France et de Rhénanie, malgré les oppositions et interdictions de l’Eglise. Les participants de la croisade populaire ne sont pas les seuls impliqués, des barons croisés y prennent également part.

Dans les chroniques juives du Moyen Âge, ces persécutions sont connues sous le nom de Gezerot Tatnou, c’est-à-dire « Décrets de l’année [hébraïque] (4)856 ».





(7) Jean Barthélemy Richard est un historien médiéviste français, né au Kremlin-Bicêtre (Seine) en 1921.





(08) coloman de Hongrie : Koloman Arpad dit la Bibliophile, né vers 1065, décédé le 3 février 1116, inhumé à Székesfehérvar, fut roi de Hongrie de 1095 à 1116. Il est le fils de Géza Ier et de sa première épouse Sophie de Looz.




(9) Guillaume Ier, dit « le Charpentier », vicomte de Melun, obtint du roi Philippe Ier, en 1084, la confirmation des privilèges de l'abbaye Saint-Père de Melun, que les rois Hugues Capet, Robert le Pieux, et Henri Ier avaient accordés aux vicomtes de Melun, ses prédécesseurs. Il se croisa avec Hugues Ier « le Grand », comte de Vermandois, en 1096, et durant cette expédition, il s'acquit le surnom de « Charpentier », parce que, suivant les chroniques du temps, il ne se trouvait point d'armes qui pussent résister à l'effort de ses coups. Robert, moine de l'abbaye de Saint-Remi de Reims, qui a consigné ce fait dans son Histoire de la Terre-Sainte, et qui connaissait personnellement le vicomte Guillaume de Melun, ajoute dans un autre passage, en parlant du siège d'Antioche, en 1098, « qu'il était issu de race royale, et cousin de Hugues de France, surnommé « le Grand », comte de Vermandois, frère du roi Philippe Ier. ». Guillaume Ier eut, entre autres enfants :


1. Ursion II, vicomte de Melun
2. Eudes de Melun, qui céda, en 1141, à l'abbaye de Honnecourt, un droit qu'il avait à Villers-Guislain, et voulut être enseveli dans cette abbaye, à laquelle il fit don de quelques reliques de saint Damien et de saint Éloi.





(10) Pierre Barthélemy, né à Marseille et mort le 20 avril 1099, est un moine, soldat et mystique français, inventeur supposé de la relique connue comme la « Sainte Lance ».




(11) Le Mont des Oliviers est une colline à l’est de Jérusalem ; il englobe en fait les deux collines à l’est de Jérusalem ; il englobe en fait les deux collines situées immédiatement au nord de celle-ci. Le lieu est important pour les trois religions monothéistes.







(12) Jacques de Vitry, né entre 1160 et 1170 dans la région de Reims et décédé le 1er mai 1240 à Rome, était un historien et auteur spirituel, confesseur de Marie d’Oignies, prédicateur populaire, et évêque de Saint Jean d’Acre. Il fut nommé cardinal-évêque de Tusculum en 1228.





(13) La croisade des Albigeois
(1208-1229) (ou croisade conte les Albigeois) est une croisade proclamée par l’Eglise catholique contre l’hérésie, principalement le catharisme et dans une faible mesure le Valdéisme. Dès le XIIe siècle, les textes de l’époque parlent d’hérésie albigeoise sans que cette région soit plus cathare que ses voisines.
[…]
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Jeu 3 Mar - 15:43

Gautier Sans-Avoir



Gautier Sans-Avoir, mort en 1096, est, avec Pierre l'Ermite, un des chefs de la croisade populaire, partie en avant-garde de la première croisade bien avant la mise en marche de celle des nobles et seigneurs.


Origine et famille



Son origine n'est pas connue avec certitude. Michaud le dit du village de Noyers, près de Langres, mais son affirmation, insuffisamment documentée, ne peut pas être pris en compte. Guibert de Nogent (1) le dit « né au-delà de la Seine ». On considère qu'il était neveu d'un Gautier, seigneur de Poissy, et peut-être du village de Boissy-sans-Avoir. Il serait fils d'Hugues Sans-Avoir, cité en 1058 comme témoin d'un acte de Galéran III (2), comte de Meulan, et frère de Guillaume et de Simon Sans-Avoir, tous deux croisés en 1096 et tués à la seconde bataille de Ramla (3) en mai 1102.


Biographie

Il est le fils cadet du seigneur de Poissy, en France, n’était qu’un pauvre chevalier sans espoir d’obtenir un quelconque fief. Impressionné par la passion religieuse de Pierre l’Ermite, il a voué son épée au service de Dieu, sans attendre que nobles et seigneurs se constituent une armée pour une véritable expédition guerrière. Sa fougue et son impatience sont telles qu’il n’a pas supporté les lenteurs du grand prédicateur. Réunissant autour de lui les plus déterminés et les plus combatifs des pèlerins, rameutant ceux qui portait une arme et savaient s’en servir, il a pris les devants. C’est avant tout un homme de guerre. Il a su maîtriser et organiser son troupeau de dix ou douze mille croisés. Il a trouvé des chefs, tels que Turpin d’Etampes, pour les encadrer et les discipliner. Le pillage a été interdit, et même des gredins comme les Compagnons de la Sainte Croix se le tiennent pour dit.
En 1095, Urbain II lance l'appel à la croisade au concile de Clermont, à la suite de quoi des chrétiens de tous pays et de toutes catégories sociales se mettent à coudre des croix rouges sur leurs habits et à partir en pèlerinage à Jérusalem, afin de libérer la ville de la domination des musulmans. L'enthousiasme est tel que nombre d'entre eux vendent ou hypothèquent leurs biens afin de se procurer les armes et l'argent nécessaires pour le voyage. La noblesse et le peuple partent de France, du sud de l'Italie, de Lorraine, de Bourgogne et de Flandre, et se répartissent rapidement en plusieurs convois.

Gautier Sans-Avoir part bien avant l'armée des barons, accompagne les paysans qui partent vers la Terre sainte. Pierre l'Ermite et lui se mettent à la tête d'une croisade populaire de Français et rejoignent Cologne le 12 avril1096. Pierre l'Ermite s'y arrête pour prêcher la croisade à la noblesse germanique, tandis que Gautier Sans-Avoir prend la tête des croisés qui désirent partir immédiatement vers Jérusalem. Accompagné de ces derniers et de huit chevaliers, il quitte la ville le 15 avril 1096 et rejoint le cours du Danube. La frontière du royaume de Hongrie est atteinte le 8 mai et la traversée du royaume se fait sans heurts jusqu'à Belgrade qui marque la frontière avec l'empire byzantin. Le gouverneur de la ville, n'ayant aucune instruction pour l'accueil des croisés, leur refuse l'entrée de la ville le temps de recevoir des directives de l'empereur. Il s’ensuit des accrochages entre les croisés et les soldats de Belgrade et, pour comble de malheur, seize hommes de Gautier sont surpris en train de voler dans le marché de Semlin, un village hongrois. Ils sont dépouillés de leur armure et pendus vers le 11 juin. Enfin, les croisés sont autorisés à pénétrer dans le territoire byzantin jusqu’à Niš, où ils sont ravitaillés, et à continuer leur route, sous escorte, jusqu’à Constantinople, qu'ils atteignent le 20 juillet.

L'empereur Alexis Ier Comnène leur conseille d'y attendre la croisade des barons et la croisade menée par Pierre l'Ermite les rejoint le premier août. L'indiscipline d'un grand nombre de croisés et leur caractère un peu pillard les incitent à piller les faubourgs de Constantinople et, le 7 août, l'empereur organise la traversée du Bosphore et assigne aux croisés le camp de Civitot, sur la rive asiatique du Bosphore et à une trentaine de kilomètres de la ville de Nicée, tenue par les Turcs. Plutôt que d'attendre l'arrivée des barons, les pèlerins se mettent à piller les campagnes turques, malgré les exhortations de Gautier et de Pierre, qui ne les contiennent plus. Pierre l'Ermite est désavoué comme chef de la Croisade et se rend régulièrement à Constantinople pour demander conseil à l'empereur. Gautier reste dans le camp, mais un certain nombre de croisés italiens et allemands choisissent comme chef un certain Renaud, qui part avec une troupe vers Nicée et prend le château de Xerigordon.

Mais Kilitch-Arslan, sultan seldjûqide de Roum, reprend le château, réduit en esclavage les défenseurs qui acceptent de se convertir à l'islam et massacre les autres8. Puis, pour attirer les croisés hors de Civitot, il y envoie des espions qui font courir le bruit que Renaud a pris Nicée, mais n'est pas disposé à partager le butin. La plus grande partie des croisés, environ vingt-cinq mille, encadrés par cinq cents chevaliers, dont Gautier Sans-Avoir, Gautier de Teck et le comte de Tubingen, partent en direction de Nicée. Trois kilomètres plus loin, ils sont attaqués par l'armée seldjoukide qui s'est mise en embuscade. Vingt mille personnes sont massacrées, dont Gautier Sans-Avoir, et la plupart des rescapés sont réduits en esclavage. Seuls trois mille croisés atteignent Civitot et sont évacués vers Constantinople.

Gautier et prospérité

Tout le long de la croisade, depuis son départ d'Île-de-France jusqu'à sa mort près de Nicée, Gautier Sans-Avoir est perçu comme un modèle de courage, d'honneur et d'humilité. Son exemple, en tant que noble engagé dans les croisades, contraste avec celui des barons normands et francs qui se sont engagés dans l'aventure avec l'idée de se tailler des fiefs en Terre sainte.

Cette figure du chevalier obscur et désintéressé devient un symbole de l'idéal de chevalerie médiévale et un prototype des moines-guerriers des ordres militaires. En 1118 (un peu plus de vingt ans après sa mort), cet idéal est l'un des piliers de la fondation du plus célèbre de ces ordres militaires du Moyen Âge: les templiers.




(1) Guibert de Nogent (1053 près du village de Catenoy dans le Beauvaisis  - † vers 1125 à l’abbaye de Nogent-sous-Coucy près de Soissons) est un écrivain, théologoien et historien français. Il fut considéré comme un des précurseurs de la méthode historique par son recours aux sources à la fois écrites, orales et matérielles, par leur recoupement mutuel et par son approche critique de leur contenu en fonction de leur degré de fiabilité par des historiens positivistes. Ainsi ses Gesta Dei per Francos et principalement son De Pignoribus sanctorum furent longtemps considérés dans cette optique comme des ouvrages rationalisants, faisant de Guibert un précurseur de Calvin ou Voltaire. Ce qui est remis en question par des auteurs plus récents soulignant l’omniprésence du surnaturel dans les écrits de Guibert.[…]








(2)  Galéran III ou Valéran III fut vicomte de Meulan à partir de 1005, puis s’intitula comte de Meulan peu avant 1015. Il était le fils d’Hugues Ier, vicomte de Meulan, et d’Oda du Vexin.

L’année de sa naissance n’est pas connue. L’on peut cependant l’estimer à 990/95, car son père est né aux alentours de 965, et Galéran est suffisament puissant en 1015 pour prendre le titre de comte.







(3) Trois batailles ont opposé les croisés aux fatimides d’Egypte à Ramleh ou Ramla (Palestine) en 1101, 1102 et 1105.

Première bataille de Ramla

Le 7 septembre 1101, 260 chevaliers et 900 fantassins du Royaume de Jérusalem, commandés par le roi Baudouin, mettent en déroute une armée fatimide dix fois supérieure en nombre tout en perdant eux-mêmes un tiers de leurs effectifs.

Deuxième bataille de Ramla


Le 17 mai 1102, une armée égyptienne de près de 20 000 hommes, commandée par Charaf, le fils du vizir al-Afdhal, arrive en Palestine et parvient à surprendre les troupes de Baudouin Ier de Jérusalem à Rama, près du port de Jaffa. Le roi n’échappe à la capture qu’en se cachant parmi les roseaux. La plupart des 500 chevaliers sont tués ou capturés. Charaf peut reprendre Jérusalem, mais par son indécision laisse des renforts Francs arriver par mer et doit retourner en Egypte. En 1103 et 1104, le vizir du Caire lancera de nouvelles expéditions contre les Francs qui échoueront (rivalité entre la flotte et l’armée de terre, mort du général, etc.).

Troisième bataille de Ramla

Le 27 août 1105, Baudouin Ier de Jérusalem repousse une offensive fatimide appuyée par l’atabek de Damas.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Jeu 3 Mar - 15:50

Héribrand de Hierges ,


Héribrand II de Hierges, seigneur de Hierges mort en 1117, était fils de Héribrand Ier de Saussure, seigneur de Hierges et de Hedwige d'Orchimont. Il épousa Hodierne de Rethel, sœur du roi Baudouin II de Jérusalem et eut un fils, Manassès, qui fut connétable du royaume de Jérusalem de 1144 à 1152.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Jeu 3 Mar - 15:55

Hugues de Fauquembergues



Hugues de Fauquembergues ou de Falkenberg, tué en 1106, prince de Galilée et de Tibérias.
Fauquembergues est situé près de Saint-Omer, d'où le nom de Hugues de Saint-Omer qui lui est parfois donné. Il est aussi nommé par erreur Hugues de Saint Aldemer par quelques traducteurs de Guillaume de Tyr. Le fief de Fauquembergue appartient à la dynastie des châtelains de Saint-Omer, plusieurs cadets se sont fait connaître sous ce nom.


Originaire de Saint-Omer, il accompagna Baudouin de Boulogne en 1098 dans le comté d'Edesse, puis àJérusalem en 1101. Tancrède de Hauteville devant assurer la régence de la principauté d'Antioche, il reçut laprincipauté de Galilée devenue ainsi vacante. Il porta secours à Baudouin Ier, roi de Jérusalem, retiré à Joppé (Jaffa ?) après la bataille de Rama, en 1102. En 1106, alors qu'il revenait d'un raid en terre turque, sa troupe fut prise dans une embuscade. Il ne craignit pas, avec soixante-dix chevaliers, d'affronter quatre mille ennemis. Ayant reçu quelques renforts, il les battit et les mit en fuite, mais dans son triomphe il fut atteint d'une blessure dont il mourut peu après (d'après Guillaume de Tyr).
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Jeu 3 Mar - 17:34

Enguerrand Ier de Coucy , picard




Blason de la Maison de Coucy



Enguerrand de Boves ou Enguerrand Ier de Coucy (env.1042 - 1116). Fils de Dreux ou Drogon de Boves. De son père, il hérite de la seigneurie de Boves, et en épousant en premières noces Ade de Marle, il acquiert les seigneuries de Marle, de Coucy et de La Fère.
En 1085, il devient comte d'Amiens du chef de sa grand-mère. En 1105, l'abbaye de Saint-Fuscien (1) au sud d'Amiens est dotée par Enguerrand de Boves de la seigneurie tout entière.

Il devient possesseur en 1080 du château de Coucy (2), dont il donne le nom à la Maison formée par ses descendants.


Famille

Enguerrand Ier et Ade de Marle, fille de Létaud (ou Liétard) de Roucy (ou de Marle), seigneur de Marle et Coucy, et nièce du comte Ebles Ier de Roucy ont deux enfants :

1. Thomas de Marle
2. Agnès de Coucy

Guibert, abbé de l'abbaye de Nogent-sous-Coucy (3) note que Thomas de Marle eut une mère si ignominieuse, c'est-à-dire d'une vie si débordée et débridée, que pour cela il ne fut jamais beaucoup aimé de son père2. Ade était en fait une femme indépendante, au tempérament généreux et à la personnalité affirmée, menant sa vie (amoureuse notamment) à sa guise. Ce type de femmes libres, "scandaleuses", à qui on ne pouvait passer la laisse, est moins rare qu'il semblerait au Moyen Age parmi les aristocrates héritières de seigneuries : qu'on pense à Sibylle de Porcien, à Aliénor d'Aquitaine, à Elisabeth Ière Tudor un peu plus tard... Ainsi, il n'est pas avéré que son héritier Thomas de Boves soit réellement son enfant : Enguerrand ne le traitait pas vraiment en fils, et Thomas ne voyait pas forcément en Enguerrand un père. En général, ils se détestaient, même !
Enguerrand n'est pas non plus exempt de péchés, puisqu'il s'adonne fort à l'amour des autres femmes. Selon les sources, après avoir répudié Ade de Marle pour adultère ou après son veuvage, Enguerrand de Boves épouse en secondes noces Sibylle de Château-Porcien. Femme de condition dégradée (le comté de Porcien, qui fut puissant, se réduit en peau de chagrin : son héritière ne parviendra pas à le sauver), Sibylle est la fille de Roger,comte de Porcien, et ex-épouse de Godefroi Ier de Namur, qui l'avait répudiée pour inconduite notoire. Sa vie libre l'apparente à Ade de Marle, mais en mode décadent.




Histoire


Il participe à la première croisade en 1096 et est présent au siège d'Antioche qui capitule le 3 juin 1098. La légende dit que c’est Enguerrand Ier qui, au cours d’un combat contre les Maures lors de lapremière croisade en Terre sainte, ayant perdu sa bannière, découpa en bandes son manteau bleu doublé de rouge pour en faire une nouvelle qui deviendra par la suite les armoiries de Coucy : trois bandes rouges et trois bandes faites de cloches, tête-bêche, bleu azur et blanc (fourrure héraldique : le vair).

En 1100, revenu en France, il entre en conflit avec son fils Thomas de Marle et obtient alors l'appui de son cousin l'évêque Enguerrand de Laon. Il se réconcilie ensuite avec lui au cours des événements de la Commune d'Amiens pour lutter contre les bourgeois révoltés.
Les habitants d'Amiens ayant obtenu du roi Louis-le-Gros, la permission de s'établir en commune, avec le soutien de l'évêque Geoffroy et de Guermond son vidame, demandèrent à Thomas de les soutenir dans leurs œuvres contre Adam, le châtelain qui tenait la garde de la Tour du Castillon pour Enguerrand, le comte, père de Thomas. Mais Thomas se réconcilia avec son père et combattit avec lui contre les habitants d'Amiens. Les habitants obtinrent le soutien du roi Louis-le-Gros qui leur envoya du renfort. Le siège dura deux ans. Sibylle, la marâtre de Thomas, et qui ne l'aimait guère (elle espérait qu'il soit déshérité par Enguerrand), trahit son beau-fils en renseignant le vidame Guermond. Thomas, sérieusement blessé dans une embuscade, chercha à se venger et fit exécuter Gautier, demi-frère de Sibylle. Le clergé décida alors de l'excommunier en 1114 lors de l'assemblée de Beauvais. Le roi assaillit Thomas, enleva les châteaux de Crépy et Nogent, et ruina les forts érigés sur les terres appartenant à l'abbaye Saint-Jean de Laon (4).





(1)  Le monastère de Saint-Fuscien-aux-Bois est une ancienne abbaye bénédictine fondée à la fin du VIe siècle dans le village de Saint - Fuscien, dans la Somme, et supprimée à la Révolution.

Selon la tradition, ce serait la reine Frédégonde qui aurait fondé un premier monastère à proximité du lieu du martyre de Saint – Fuscien.
Lors des invasions normandes, le monastère fut détruit en 859 (reconstruit en 880, puis détruit à nouveau en 925) et il resta en ruine pendant environ deux siècles.

Enguerrand de Boves, comte d’Amiens, 1042-1116, dota l’abbaye qui fut restaurée et occupée par des bénédictins. En 1105, la charte de la fondation de Geoffroy d’Amiens indique que le premier abbé bénédictin était Odolric. […]











(2) Le château de Coucy est un ancien château fort, construit à partir du XIIIe siècle, dont les vestiges se dressent sur la commune de Coucy-le-Château-Auffrique dans le département de l’Aisne en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Les ruines  se trouvent à  l’extrémité d’un éperon rocheux ou s’est établie la ville et dont il est séparé par un fossé large d’environ 50 mètres.

[…]

Enguerrand III de Coucy, reconstruit, entre 1225 et 1230, le château dont les ruines sont encore visibles actuellement. Voulant rivaliser avec les rois de France, il a dépense une fortune énorme dans la construction de ce château au donjon colossal.
Vers 1380, Enguerrand VII, grand diplomate, embellit et transforme la forteresse en aménageant de vaste salles et en la dotant d’un palais d’architecture gothique. […]


Château de Coucy
depuis l’Ailette




Maquette du château de Coucy
dans son état d’avant 1917









(3) L’abbaye de Nogent-sous-Coucy est une ancienne abbaye bénédictine située près de Coucy-le-Château sur la rive droite de la rivière Ailette. Elle est fondée en 1059 par Albéric ou Aubry, sire de Coucy, avec son épouse Ade de Marle et Mathilde sa belle-mère.

Construite sur l’emplacement d’une ancienne chapelle dédiée à la Sainte-Vierge, l’abbaye est prospère le temps qu’elle est sous la protection des sires de Coucy.

Le célèbre chroniqueur Guibert de Nogent  (1053- †1124) y est nommé abbé en 1104.

En 1789, l’abbaye est démantelée et servit par la suite de carrière de pierres.


L’abbaye au XVIIe siècle, planche
gravée du Monasticon Gallicanum







(4) L’abbaye Saint-Jean de Laon est fondée à Laon en 641 par Sainte Salaberge, sœur de Saint Bodon.

Salaberge est une disciple de saint Eustase, deuxième abbé de Luxeuil. Veuve, elle se retire à Laon, où elle fonde hors les murs, au sud de la ville, un monastère de femmes qu’elle dote elle-même et qu’elle dédie à saint Jean-Baptiste. Il regroupe bientôt 300 moniales. Salaberge en fait ensuite un monastère double dont elle est la première abbesse.


L’abbaye Saint-Jean-Baptiste de Laon
dans le Monasticon Gallicanum
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Jeu 3 Mar - 18:37


Thomas de Marle , picard



Thomas de Marle1, dit Thomas Feriæ, de la Fère (vers 1073 - † 1130), fils d'Enguerrand de Boves et d'Ade (Adèle) de Marle et Coucy, était sire de Coucy, seigneur de La Fère qui lui venait de son grand-père maternel, Létard (ou Létaud) de Marle (ou de Roucy), frère du comte Ebles Ier de Roucy.


Famille

Avant de partir en croisade, Thomas fut marié en premières noces avec Ide de Hainaut († 1101), fille de Baudouin II de Hainaut et veuve de Guy de Chièvres. Il eut avec Ide de Hainaut deux filles :

• Ide ou Bazilie qui épousa :

en premières noces, Alard, seigneur de Chimay dont naquit :
• - Gille, et
• - Hadevide qui épousa Canon, seigneur de Villers et Ham
puis en secondes noces, Bernard d'Orbais, dont naquit :
_ Enguerrand.
- Béatrice, mariée à Erard III, seigneur de Breteuil-en-Beauvaisis dont naquit :
** Valéran, seigneur de Breteuil,
** Erard, comte de Squillace au royaume de Naples
** Hugues de Breteuil.


Vers 1102, il épousa en secondes noces une fille de Roger, seigneur de Montaigu et d'Ermengarde. Ce mariage fut annulé en 1104 pour cause de consanguinité.

En troisièmes noces, il épousa en 1104 Mélisende de Crécy († 1114), fille de Guy (†1147), seigneur de Crécy, avec laquelle il eut :

• Mélisende de Crécy (v.1107 - † ?) qui épousa :
• Adelelme, fils d'Adam, châtelain d'Amiens,
• Hugues IV, sire de Gournay, seigneur de la Ferté, Beaussault et Gaillefontaine.
• Enguerrand II de Coucy (v.1110 - † 1147/1149)
• Robert de Boves (? - † 1191), sire de Boves et comte d'Amiens. Il épousa Béatrix de Saint-Pol, fille deHugues II, comte de Saint-Pol.



Biographie

Thomas de Marle fut seigneur de Coucy, Boves, Marle, La Fère, Crépy et Vervins. Comme la paternité de son père était douteuse, ce dernier détestait son fils Thomas et aurait voulu le déshériter. Sa mère Ade de Marle, connue aussi sous le nom d'Ade (Adèle) de Roucy, fut répudiée par son mari pour adultère.


La Croisade

Parti en avril 1096 avec son père pour la Première croisade, Thomas s'y couvrit de gloire et participa à plusieurs batailles :
• le siège de Nicée en juin 1097
• la Bataille de Dorylée en juillet 1097
• la Bataille d'Al-Bara en décembre 1097 (1)
• le Siège d'Antioche en juin 1098
• en juillet 1099, le Siège de Jérusalem : il fut l'un des premiers croisés à entrer dans la Ville sainte.


La lutte entre le père et le fils

Rentré au pays, certainement frustré et déçu du peu de profit d'une si longue expédition en Terre sainte, Thomas de Marle, installé dans la forteresse de Montaigu, se mit à ravager et dévaster les régions autour de Laon, d'Amiens à Reims.

Enguerrand de Boves, son père, en fut fort mécontent et fit le siège de la forteresse avec :
• Ebles II de Roucy, fils d'Hildouin,
• André de Roucy, seigneur de Ramerupt, son frère,
• Hugues dit le Blanc, seigneur de Laferté,
• Robert de Péronne, seigneur de Crespy.

Thomas de Marle, averti, s'échappa, alla rejoindre Louis, fils du roi Philippe Ier, dont il obtint du secours, et fit lever le siège. Mais Thomas perdit la forteresse de Montaigu après la dissolution de son mariage avec l'héritière de Montaigu.



La commune d’Amiens

En 1113, les habitants d'Amiens obtinrent du roi Louis VI le Gros (2) la permission de s'établir en commune. Avec le support de leur évêque, Geoffroy (3), et du vidame Guermond, ils demandèrent à Thomas de Marle de les soutenir dans leurs œuvres contre Adam, le châtelain qui tenait la garde de la Tour du Castillon pour Enguerrand, le comte d'Amiens, père de Thomas. Mais Thomas se réconcilia avec ce dernier et combattit à ses côtés contre les habitants d'Amiens. Thomas s'empara des terres et villages avoisinants, commit désordres et cruautés. Sibylle de Château-Porcien, sa belle-mère qui le tenait en inimitié, le trahit en avertissant Gormond de Picquigny de ses agissements. Guermond lui tendit une embuscade et le blessa grièvement d'un coup de lance dans le jarret. Thomas se réfugia en son château de Marle. Gormond de Picquigny en profita pour attaquer le château où Adam commandait : il obtint le soutien du roi Louis VI qui lui envoya du renfort et entra dans Amiens le 11 avril 1115.


La défaite de Thomas de Marle


Revenu à Marle pour se soigner, Thomas chercha à se venger et fit exécuter Gautier, archidiacre de Laon, demi-frère de Sibylle de Château-Porcien, qui avait soutenu le mariage adultérin de sa sœur avec Enguerrand et qui était un des principaux instigateurs de la révolte des Amiènois. Le clergé décida alors de l'excommunier lors d'un synode tenu à Beauvais le 6 décembre 1114.

Comme Thomas continuait ses méfaits, le roi fut contraint de l'assaillir : il lui enleva les châteaux de Crécy et de Nouvion, et ruina les forts érigés sur les terres appartenant à l'abbaye Saint-Jean de Laon. Le roi assiégea ensuite la tour de Castillon et la rasa après deux ans de siège.
Thomas fit la paix avec le roi contre une grande somme de deniers et la promesse de réparer tous les dommages causés à l’Église.


La perte du comté d’Amiens


Après la mort d'Enguerrand de Boves en 1116, le roi Louis VI le Gros confia en 1117 le comté d'Amiens à Adèle de Vermandois2, fille d'Herbert IV et d'Adèle (Alix) de Crespy, elle-même fille de Raoul, comte d'Amiens. Adèle de Vermandois le donna aussitôt en dot à sa fille née d'un second mariage avec Renaud II de Clermont, Marguerite de Clermont, mariée à Charles Ier de Flandre qui prit donc le titre de comte d'Amiens.

Pour se venger de ce que le roi avait donné le comté d'Amiens -qui devait lui revenir de droit à la suite de la mort de son père Enguerrand- Thomas s'allia à Baudouin, comte de Hainaut et Hugues, comte de Saint-Pol. En 1130, il tua Henri de Vermandois, seigneur de Chaumont-en-Vexin, fils d'Adèle de Vermandois, et frère du comte RaoulIer de Vermandois dit le Vaillant.


La mort du sire de Coucy

En octobre 1130, Thomas fut grièvement blessé par le comte Raoul de Vermandois lors du siège de Coucyordonné par le roi Louis VI qui voulait en finir avec les exactions de son vassal. Thomas de Marle rendit l'âme le 9 novembre 1130. Raoul de Vermandois vengeait ainsi la mort de son frère Henri. Thomas fut inhumé sous la tour de l'église abbatiale de l'abbaye de Nogent-sous-Coucy et son corps y resta jusqu'au 3 avril 1219, date où il fut transféré dans la nouvelle église que son petit-fils Enguerrand III avait fait construire.

Le chroniqueur de l'époque, Guibert de Nogent, abbé de l'abbaye bénédictine de Nogent-sous-Coucy, dit de lui qu'il fut le plus grand coquin connu de son époque.





(1) Bara, El-Bara, Al-Bara ou Albara est une des villes mortes du Jebel Riha au nord-ouest de la Syrie, située à 25 km de Ma’arrat al-Numan, environ à 65 km au nord de Hama et à 80 km au sud-ouest d’Alep.

Les ruines forment un vaste ensemble éparpillé sur plusieurs collines boisées (maquis, oliviers). C’était un riche bourg agricole fondé au IVe siècle sur une route commerciale importante entre Antioche et Apamée, dont l’économie était basée sur la production d’huile d’olive et de vin. Il se développe grâce aux moines qui s’y installent : entre le Ve et le VIIe siècle sont construit cinq églises, trois monastères et deux tombeaux pyramidaux. La ville devait alors accueillir jusqu’à 5000 habitants.


Ruines de Bara




C’est le siège d’un évêché byzantin jusqu’à l’arrivée des croisés. Une bataille y a lieu le 31 décembre 1097, durant laquelle Bohémond de Tarente et Robert de Flandre mettent en fuite une forte troupe de Turcs venus au secours d’Antioche assiégée. La ville est prise en septembre 1098 par Raymond de Saint-Gilles. Al-Bara constitue dès lors une des pièces défensives de la principauté d’Antioche outre-Oronte avec Apamée. Puis elle est conquise par l’émir ortogide l’Alep Balak en 1123, qui y édifie une forteresse, le Qalaat Abou Sofian (ou Abu Safyan). Elle retourne aux croisés à une date inconnue, puis en 1148 Nur ad-Din la leur prend définitivement.

Al-Bara, détruite par les tremblements de terre de 1157 et de 1170, est abandonnée et disparait des chroniques à la fin du XIIe siècle. Un village est construit à proximité au début du XXe siècle.





(2) Louis VI, dit « le Gros » ou « le Batailleur », né le 1er décembre 1081 à Paris, mort le 1er août 1137 au château royal de Béthisy-Saint-Pierre. Roi des Francs de juillet 1108 à 1137, il est le cinquième roi de la dynastie dite des Capétiens directs.





(3) Geoffroy dit d’Amiens (ou Godefroy), né vers 1066 et mort en 1115 à Soissons, est un prêtre français qui est évêque d’Amiens. Il est vénéré comme saint dans l’Eglise catholique romaine.


(4) Gormond (de Picquigny), Germond, Guarmond ou encore Waremond (mort à Sidon en 1128), prélat picard originaire de Picquigny, fils ou frère d’Arnoul de Picquigny (suivant les sources).

Fin 1110, Guermond emprisonne Adam, châtelain d'Amiens. Geoffroy, évêque d'Amienstente à plusieurs reprises de le faire libérer.

1113-1117, Insurrection communale d'Amiens et combats d'Enguerrand, de Thomas de Marle et du châtelain Adam contre les bourgeois, l'évêque Geoffroy et le vidame Guermond de Picquigny, assistés de Louis le Gros.

Il participe aux croisades. Il fut patriarche latin de Jérusalem de 1118 à 1128, successeur de Arnoul de Chocques. Pour protéger les pèlerins en Terre sainte, il encouragea en 1118 la création par Hugues de Payns de l'ordre des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, noyau de l'ordre du Temple. C'était un homme simple et craignant Dieu, selonGuillaume de Tyr. Il ordonne des travaux. Il reçoit la ville de Tyr à composition. Il mourut en1128.

Il fut régent du royaume de Jérusalem de 1123 à 1124, lors de la captivité de Baudouin II.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Jeu 3 Mar - 18:42

Guillaume Ier de Sabran



Guillaume Ier de Sabran (entre 1055 et 1105) est un croisé.

Il est mentionné dans de nombreuses chartes et donations en faveur de monastères à partir de 1064
Il fait partie des croisés qui partent en octobre 1095 sous la direction de Raymond IV de Toulouse et Adhémar de Monteil, évêque du Puy.
Il est parmi les soixante croisés qui, au siège d'Antioche, en 1098, défendent un pont contre une armée musulmane. Il est un des premiers à pénétrer dans la ville et fait prisonnier les fils du gouverneur de la place.
Pendant le siège de Jérusalem en juin 1099, par son intervention il aide au débarquement de troupes génoises dans le port de Jaffa. Le 15 juillet suivant, il entre dans Jérusalem.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Jeu 3 Mar - 20:09

Gouffier de Lastours , occitan


Gouffier de Lastours (dit également Goufier, Golfier, Gulpher) était un chevalier limousinqui participa à la première croisade. Il est le seigneur de Rilhac-Lastours.

Origines

La date de naissance de Gouffier n'est pas connue. Il était fils de Gui Ier de Lastours et Agnès, la sœur du seigneur de Chambon-Sainte-Valérie. Il avait deux frères, Gui II et Gérald. Accompagné par ses frères, il fit don du terrain à l'abbaye de Beaulieu entre 1062 et 1072, en échange de messes à dire pour l'âme de leur père décédé.


La première croisade


Gouffier, après avoir entendu, le 23 décembre 1095, Urbain II prêcher la croisade à Limoges, participe, avec ses frères, à la première croisade, dans l'armée de leur suzerain Raimond IV de Toulouse, et celle du légat papal Adhémar de Monteil.

Les comptes-rendus des actes de Gouffier au début de la croisade sont un peu douteux. Il est censé s'être distingué au siège de Nicée en 1097. Par la suite, pour traverser l'Anatolie, l'armée croisée se sépare en deux groupes. Selon la légende, Gouffier faisait partie du groupe qui est pris en embuscade à la bataille de Dorylée le 1er juillet 1097. Selon cette version, lors de cette embuscade, Gouffier est envoyé chercher le secours de la seconde armée, qui, avec Godefroy de Bouillon, arrive juste à temps pour vaincre les Turcs. Cependant, il est plus probable que Gouffier fait déjà partie de l'armée plus grande, avec Godefroy et son propre seigneur Raimond IV.

Au siège d'Antioche, Gouffier fait le blocus de la sortie de la ville à travers le Mont-Silpius. Dans un autre récit, les croisés ayant construit un pont en bateaux à travers l'Oronte, Gouffier le traverse à cheval et tue trois Turcs qui se tenaient en embuscade à l'autre côté. Quelques jours plus tard Gouffier tue un émir, et en capture le cheval. Au cours d'une autre escarmouche, il sauve la vie de Raimond IV, tuant quinze Turcs, cassant toutes ses armes et son bouclier.

En 1098, Antioche tombe aux mains des croisés, qui, ensuite, levent un contre-siège des Turcs. À partir de ces événements, les actes de Gouffier sont notés par des témoins oculaires, et passent donc pour réalité. Il fait partie de la capture de "Talamania" (peut-être Al Bara), et il contribue fortement au siège de Marra en décembre 1098. Le soir du 11 décembre il est le premier à monter les remparts de Marra, suivi par tant d'autres croisés que l'escalier se casse sous leur poids.

Les croisés assiégent Jérusalem en juillet 1099, et prenne la ville le 15 juillet. Gouffier accompagne Raimond IV et pourchasse les musulmans jusqu'à la Tour de David jusqu'à leur reddition.
La légende s'empare de nouveau de Gouffier. Il est censé avoir sauvé un lion de l'attaque d'un serpent. Le lion le suit alors partout, même en bataille. Quand Gouffier part vers Europe en bateau, les matelots ayant peur du lion l'empêchent de monter à bord. Le lion nage après le bateau, et se noie.

Après son retour à Lastours, Gouffier fait don de cinq étendards musulmans à l'abbaye Saint-Martial de Limoges (1). Il fait également don de tapisseries au château d'Arnac-Pompadour. Son frère Gui meurt lors de la croisade, mais en 1114 Gouffier et son autre frère, Gérard, font don d'un terrain à Géraud de Salles (2) pour fonder l'Abbaye de Dalon (3). La mention la plus tardive de Gouffier se trouve vers 1126. Il est alors noté châtelain d'Hautefort. La date de sa mort n'est pas connue, une plate tombe à son effigie est visible dans l'église du Chalard, une autre dalle funéraire se trouve dans la salle capitulaire du prieuré du Chalard,datant de la fin du XIIIéme ou début XIVéme elle pourrait avoir regroupé les restes de plusieurs descendants de Gouffier de Lastours.

Gouffier est censé être intervenu en faveur d'une reine de France, accusée d'adultère. Gouffier vainc l'accusateur en combat singulier, ce qui lui conférera le droit de porter la fleur de lis sur ses armoires.



Famille


Gouffier épouse Agnès, la fille de Ranulf d'Aubusson. Sa dot est le château de Gimel. Ils ont quatre enfants, Gouffier, Olivier, Gui et Hermangarde. Gouffier, l'aîné, est mortellement blessé dans un combat près de Limoges. Gui meurt à Jérusalem au cours de la deuxième croisade. Olivier a une fille, Agnès, qui épouse Constantin de Born, frère de Bertran de Born (4), illustre troubadour. Enfin, Hermangarde aurait été mariée à Bertran de Born, le père de Constantin et Bertran.





(1) L’Abbaye Saint Martial est un important foyer de l’art, de droit, de la science et de la technologie qui rayonne, au Moyen Âge, sur l’ensemble du monde médio-latin.


Située à Limoges, dans le Limousin historique, le département de la Haute-Vienne et la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, elle nait en 848, sur ordre de Charles Le Chauve, de la transformation d’un chapitre de Chanoines desservant le tombeau de Saint Martial de Limoges et ses sanctuaires annexes en un établissement bénédictin.

Les chanoines de Saint-Martial, vivent sous la règle de Chrodegang, puis la règle de Saint Benoit en 877. En 1063, ils adoptent la réforme clunisienne.

Après avoir été l’un, des centres culturels les plus influents du monde médio-latin au XIIe siècle, l’abbaye est transformée en collégiale en 1535, puis végète jusqu’à la Révolution. Dissoute en 1791, alors qu’elle est déjà à l’abandon, elle est physiquement démantelée à partir de 1794. […]




(2) Géraud (ou Giraud) de Salles, fils de Foulques, seigneur de Salles et d’Aeardis (Deux-Sèvres), décédé à l’abbaye des Châteliers, à Chantecorps (Deux-Sèvres) le 20 avril 1120, est un ermite prédicateur, et fondateur d’établissements religieux. L’Eglise catholique romaine l’a reconnue bienheureux. Sa fête est le 20 avril.

Son père et sa mère embrassèrent la vie religieuse. Il eut deux frères, Grimoald, qui fut chapelain de Tustonium, puis prieur de Castellare, puis après 1120 élu abbé de Sainte-Marie-des-Alleux, et enfin évêque de Poitiers, mais juste l’année d’avant sa mort, en août 1141, et il fut enterré à Fontevrault. Son autre frère, Foulques, prit l’habti d’ermite à boscaivum où il mourut en odeur de sainteté et fut enterré.




(3) L’Abbaye de Dalon est une abbaye cistercienne située à Sainte-Trie, dans le département français de la Dordogne.

Elle fut fondée en 1114 par Géraud de Salles (ou de Salis) († 1120) sous la règle de Saint Benoit, grâce à une donation de Gérard de Lastours et de son frère (Gouffier de Lastours, dit «Le Grand » ou « Le Vieux », ou encore « Le Chevalier Au Lion ») présents le jour de la fondation, avec Eustorge, 48e évêque de Limoges, et divers seigneurs de la région. […]





(4) Bertran de Born (v. 1140 – v. 1215), serait né au château de Born, aujourd’hui disparu, sur la commune de Salagnac (Dordogne), seigneur de Hautefort, à la frontière entre Limousin et Périgord. C’est un troubadour qui célèbre l’amour et la guerre. Il fut mêlé aux luttes des fils d’Henri II Plantagenêt, et pris parti contre Richard pour Henri le Jeune. A la mort de celui-ci, il se réconcilia avec Richard, qu’il soutint à son tour contre Phillippe-Auguste. Ses plus belles poésies sont de sirventes à l’accent satirique très violent.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 12:15




Adhémar de Monteil , légat pontifical pour la croisade



Adhémar ou Adémar de Monteil  (né vers 1055 et mort le 1er aoput 1098 à Antioche), est un évêque du Puy de 1077 à 1098 et le légat pontifical de la première croisade.

Famille et jeunesse


Il est issu de la maison des Adhémar (1), famille noble du Dauphiné, celle des seigneurs de Monteil. Contrairement à ce qui a pu être écrit, cette famille n’est pas issue des rois wisigoths ni de Charlemagne, mais plutôt des comtes de Valence. Ses parents, Armann Rotboldus et Adalhisia, ont eu trois enfants : Adhémar, seigneur de Monteil, Lambert François, seigneur de Peyrins et Guillaume Hugues, qui hérite de Monteil à la mort de son frère.

Il semble, position d’aîné oblige, qu’il ait été d’abord destiné à une carrière militaire avant d’entrer en religion, mais cette période de sa vie est particulièrement mal documentée. Toujours est-il qu’au cours de la croisade, il prend une part active à celle-ci. On ignore également les raisons et les circonstances dans lesquelles il rejoint le clergé, mais on peut supposer, étant donné son parcours, qu'il le fait par vocation.



Evêque du Puy


Étienne de Polignac, évêque de Clermont (1053-1073), puis du Puy-en-Velay (1073-1077) est excommunié en février 1076 comme simoniaque (2). L'évêque refusant d’obéir à Hugues de Die, le légat chargé de faire exécuter ces décisions, le pape Grégoire VII (3) renouvelle le 20 mars 1077 l’excommunication, le dépose et ordonne aux chanoines du Puy de ne plus obéir à Étienne de Polignac et de choisir un nouvel évêque. Le choix de ces derniers se porte sur Adhémar de Monteil.

Adhémar favorise dans son nouveau diocèse la réforme grégorienne (4), mais entre en lutte avec la noblesse locale, et notamment la maison de Polignac (5), qui avait forcé les précédents évêques à leur céder le tiers des revenus du diocèse. Les Polignac ne sont pas les seuls à s'opposer à l'évêque, les chevaliers de Ceyssac s’emparent des biens de l’église de Saint-Hilaire du Puy et le seigneur de Mézenc moleste les paysans de l’abbaye de Saint-Chaffre. Adhémar doit parfois recourir à l’excommunication pour mettre fin à leurs abus et leurs exactions.

Adhémar aurait effectué un pèlerinage à Jérusalem en 1086, selon la Chronique de Saint-Chaffre. La chronique Saint-Pierre du Puy3 précise que le 20 décembre 1086, Guillaume, prieur de Saint Laurent de Grenoble est élu abbé de Monastier, mais que comme l’évêque se trouve en pèlerinage, l’ordination ne peut être faite qu’au début de l’année 1087, au retour d’Adhémar. Sur les trois copies de cette chronique, deux seulement précisent que le pèlerinage a pour destination Jérusalem. Durant cette période, les routes de Jérusalem étaient fermées par les Turcs seldjoukides, et le voyage à Jérusalem ne pouvait se faire que par mer. En conclusion, Adhémar de Monteil est probablement parti en pèlerinage en 1086, mais sa destination exacte, Jérusalem, reste incertaine.
En 1087, il fait donation d’Usson à l’abbaye de la Chaise-Dieu, acte dont le comte Raymond de Saint-Gilles est témoin.



La première croisade

Adhémar participe au concile de Clermont qui s’ouvre le 18 novembre 1095. Durant une dizaine de jours, le concile prend des dispositions pour lutter contre la simonie, d’autres pour préciser l’investiture des clercs par des laïcs et pour régler le problème matrimonial du roi de France. Le dernier jour du concile, le 27 novembre 1095, le pape appelle solennellement la chrétienté à secourir l’empire byzantin et à délivrer les Lieux Saints. Enthousiasmé par l’entreprise, Adhémar est le premier à s’engager dans la croisade, suivi de peu par Raymond de Saint-Gilles.

Très rapidement, le pape nomme Adhémar légat pontifical (6) et chef spirituel de la Croisade. Durant l’année 1096, Adhémar effectue des donations, réunit les sommes nécessaires à l’expédition et met au point avec Raymond de Saint-Gilles les dispositions pour le regroupement de l’armée provençale. Cette armée, regroupant des soldats aquitains, toulousains et provençaux, quitte Le Puy-en-Velay au milieu du mois d’octobre 1096 pour prendre la direction de Constantinople. Leur armée franchit les Alpes, traverse la Lombardie et Milan, suit la côte dalmate et rejoint Durazzo, qui se trouve dans l’Empire byzantin.

Jean Comnène, neveu de l’empereur Alexis Ier Comnène et gouverneur de Durazzo, fait accompagner et surveiller l’armée croisée par des troupes petchénègues, des mercenaires ouraliens au service de Byzance, pillards à l’occasion. Entre ces derniers et les croisés les incidents se multiplient sur la route de Constantinople. En février 1097, à proximité d’Ochrida, Adhémar est renversé de sa mule et frappé par des mercenaires qui voulaient s’emparer de son or ; il n’est sauvé que par l’un des mercenaires qui le protège de ses compagnons. À la suite de cet incident, Adhémar tombe malade et s’arrête à Salonique au début du mois de mars avec une petite troupe, tandis que l’armée provençale continue sa route et atteint Constantinople le 27 avril. Excédé par ces incidents et considérant les Byzantins avec méfiance, Raymond de Saint-Gilles refuse de prêter le serment d’allégeance (7) qu’exige l’empereur. Adhémar, qui arrive un peu plus tard, parvient à apaiser la querelle et Raymond se borne à s’engager à ne pas combattre l’empereur et à ne pas s’attaquer à ses intérêts.

Les quatre armées croisées ont fait leur jonction à Byzance, traversent le Bosphore et mettent le 16 mai 1097 le siège devant Nicée, alors aux mains des Turcs Seldjoukides. Raymond, Adhémar et les Provençaux gardent la porte sud, par laquelle les secours sont susceptibles d'arriver. Ce fut le cas à plusieurs reprises, mais l’armée provençale les repousse. La ville capitule et se rend à l’empereur byzantin, au grand déplaisir des croisés qui espéraient piller la ville.

Puis les croisés font route à travers l’Anatolie, en direction de la Terre sainte. À Dorylée, l’armée normande de Bohémond de Tarente et de Robert Courteheuse est surprise par les Seldjoukides (1er juillet 1097), mais l’armée provençale arrive à temps pour les secourir et remporter la victoire. Enfin, le 8 octobre 1097, les armées croisés arrivent en vue de la ville d’Antioche.

Le siège commence le 20 octobre et durera huit mois. La plupart des conseils se passent dans la tente d'Adhémar. Malgré deux victoires contre des armées de secours (Duqâq de Damas fin novembre 1097 et Ridwan d’Alep le 9 février 1098) et l’arrivée de renforts (en mars, sous la conduite d’Edgar Atheling), le manque de vivres, le séisme du30 décembre 1098 et l’apparition d’une aurore boréale sèment le doute chez les croisés, qu’Adhémar doit s'employer à chasser. Enfin, Bohémond de Tarente négocie avec Firouz, un habitant d’Antioche qui ouvre les portes de la ville aux croisés le 3 juin. Il était temps, car une troisième armée musulmane de secours, conduite par Kerbogha, atabeg de Mossoul, arrive le lendemain et assiège à son tour Antioche, qui n’a pu reconstituer ses réserves de vivres.

La situation semble critique quand le 10 juin, un prêtre provençal, Pierre Barthélémy, annonce à Raymond de Saint-Gilles et à Adhémar que le Christ lui est apparu en rêve et lui a révélé le lieu où est caché la Sainte Lance. Adhémar, connaissant l’existence d’une relique similaire à Constantinople, n’attacha pas d’importance au récit, tandis que le comte de Toulouse le croit et fait entreprendre des fouilles pour la retrouver. Sans être le moins convaincu par cette découverte, Adhémar garde le silence et laisse la conviction des croisés stimuler leur enthousiasme. Le 28 juin, les croisés effectuent une sortie et attaquent le camp musulman. Adhémar commande une des divisions, précédé d’un chapelain, Raymond d’Aguiliers, qui porte la Sainte Lance, et prend une part très active à cette bataille. L’armée de Kerbogha est écrasée, et les croisés s’emparent de ses vivres et de ses richesses.

Après cette victoire, Adhémar doit arbitrer la querelle entre Bohémond et Raymond, le premier voulant prendre possession de la ville et y fonder une principauté, le second déclarant qu’en vertu de la parole donné à Constantinople, Antioche devait être rendue à l’empereur. Adhémar cherche également à persuader les barons et les chevaliers croisés à reprendre la route de Jérusalem, avant que les Musulmans ne se ressaisissent et n’opposent une trop forte résistance à la progression de la croisade.

Mais il meurt le 1er août 1098 lors d’une épidémie indéterminée. Sa mort laisse un vide à la tête des armées croisées car, ami et envoyé du pape, il était le seul chef dont personne ne contestait l’autorité. Pendant le siège de Jérusalem, certains croisés prétendent l’avoir vu en apparition et qu’il leur aurait ordonné d’organiser une procession autour des murs de la ville, ce qui fut fait.


Anecdote


Le moine Albéric des Trois-Fontaines (08) mentionne dans sa Chronique qui va depuis la création jusqu'en 1241 qu'Adhémar de Monteil est l'auteur de l’hymne Salve Regina (9), nommé pour cette raison « antienne du Puy ». Mais L. Brehier précise que "ce témoignage se heurte à de nombreuses contradictions".


Adhémar et les Grecs orthodoxes


Au cours de sa mission, Adhémar n’a jamais tenté d’imposer la suprématie de l’Église latine. Lorsque Antioche est prise, il purifie la basilique Saint-Pierre qui était devenue une mosquée et y instaure un clergé composé de grecs et de latins. Son rôle dans la croisade est de la guider vers les Lieux Saints sans tenter de ramener le clergé grec à l’obédience à Rome, ni d’imposer la primauté du pape sur toute la Chrétienté. Mais les premiers contacts entre les Croisés et les Grecs renforcent la méfiance mutuelle et après sa mort le fossé entre Rome et Constantinople s’accroît.


(1) La maison d’Adhémar a été une illustre et ancienne famille de la noblesse du Dauphiné (Haute Provence), issue peut-être des comtes de Valentinois ou de Royans au Xe siècle. Elle fut au Moyen Âge l’une des plus puissantes de sa province. Des généalogies très fantaisistes la font descendre d’un Lambert Adhémar, époux de Madeleine de Bourgogne et nommé duc de Gênes par son oncle charlemagne. Sa seigneurie  comptait au XIIe siècle une trentaine de châteaux.






(2) La simonie est, pour les catholiques, l’achat et la vente de biens spirituels, tout particulièrement d’un sacrement et, par conséquent, d’une charge ecclésiastique.
Elle doit son nom à un personnage des Actes des Apôtres, Simon le Magicien qui voulut acheter à Saint Pierre son pouvoir de faire des miracles (Actes, VIII.9-21), ce qui lui valut la condamnation de l’apôtre : « que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent ! ».


(3) Ildebrando Aldobrandeschi de Soana, né vers 1015/1020 et mort le 25 mai 1085 à Salerne (Italie), est un moine bénédictin toscan qui devient en 1073 le 155e évêque de Rome et pape sous le nom de Grégoire VII, succédant à Alexandre II connu parfois comme le moine Hildebrand il est le principal artisan de la réforme grégorienne, tout d’abord en tant que conseiller du pape Léon IX et de ses successeurs, puis sous son propre pontificat


(4) La réforme grégorienne est une politique menée durant le Moyen Âge sous l’impulsion de la papauté. Elle est accompagnée du chant grégorien et caractérisée par le contrôle des prêtres par un moine tous les mois. Si les historiens admettent que le pape Léon IX a commencé le redressement de l’Eglise, c’est pourtant le pape Grégoire VII qui a laissé son nom à la réforme. De plus, les efforts pour sortir l’Eglise catholique d’une crise généralisée depuis le Xe siècle se poursuivent bien après le pontificat de Grégoire VII. Ainsi l’expression « réforme grégorienne » peut paraitre impropre puisqu’elle ne sait pas limité à quelques années mais concerne au total près de trois siècles.

Elle comporte quatre projets principaux :

• L’affirmation de l’indépendance du clergé : les laïcs ne peuvent plus intervenir dans les nominations. Ce point ne va pas sans conflits, notamment entre le pape et les empereurs germaniques qui se considèrent comme les représentants de Dieu sur terre (querelles des investitures)
• La réforme du clergé, pour que celui-ci suscite le respect. Le clergé est mieux instruit et l’Eglise impose le célibat des prêtres ainsi quel le mariage chrétien pour les laïcs.
• L’affirmation du rôle du pape : à partir du XIe siècle, le pape met en place une structure centralisée autour de la papauté. En 1059, le pape Nicolas II crée le collège des cardinaux qui élit le nouveau pape. De plus, on voit se développer la curie pontificale qui contrôle ce qui se fait dans l’Eglise. Enfin, le pape multiplie les interventions pontificales. L’une des plus connues est matérialisée par le Décret de 1059 réformant l’élection pontificale et interdisant le nicolaïsme(a) et la simonie.
• La garantie du travail des moines tout en contrôlant les comptes de l’Eglise, qui fut un sujet très polémique à l’epoque.

(a) Le nicolaïsme désigne, dans le christianisme, et particulièrement dans l’Eglise latine du Moyen Âge, l’incontinence sexuelle des clercs astreints au célibat : mariage, concubinage, etc.




(5) La première maison de Polignac, était une très ancienne famille remontant aux vicomtes de Velay et de Brioude de l’époque carolingienne. Le château de Polignac se trouve au nord-ouest de la ville du Puy-en-Velay (actuelle Haute-Loire). Eteinte en 1385, son nom est relevé à la suite du mariage en 1349 de Guillaume de Chalencon avec Valpurge de Polignac.




(6) Le légat apostolique (du latin legatus, « envoyé »), ou plus communément légat du pape, ou légat pontifical, est un représentant extraordinaire du pape chargé d’une mission spécifique, généralement diplomatique. Il se distingue en cela  du pape chargé d’une mission spécifique, généralement diplomatique. Il se distingue en cela du nonce apostolique qui est un ambassadeur permanent du Saint Siège auprès des gouvernements étrangers.





(7) Un serment d’allégeance est un serment par lequel un sujet ou un citoyen reconnait son devoir d’allégeance et jure fidélité à son pays ou le cas échéant, à son monarque. Dans beaucoup de serments d’allégeance modernes, l’allégeance est un serment de fidélité à la constitution. En particulier, aux Etats-Unis d’Amérique, les présidents, les juges et le personnel militaire prêtent serment à la constitution.

Aux époques féodales, une personne (le vassal) jurait également allégeance à son supérieur féodal (le suzerain) : c’est l’hommage lige (a).

(a) L’hommage lige (ou homme-lige) est une forme d’hommage particulière. L’hommage lige oblige le vassal qui le prête plus étroitement vis-à-vis du suzerain que l’hommage ordinaire (dit par opposition « simple » ou « plan »), notamment au regard du service d’ost.





(08) Albéric ou Aubry de Trois-Fontaines, en latin : Albericus Trium Fontanum, est un chroniqueur français du XIIIe siècle. Probablement né à proximité de Liège, il est mort après janvier 1252 à l’abbaye de Trois-Fontaines.

Religieux de l’ordre de Cîteaux, moine de l’abbaye de Trois-Fontaine (diocèse de Châlons-sur-Marne), il a rédigé dès 1232 une chronique, compilation de plusieurs autres chroniques anciennes, qui va depuis la Création du monde par Dieu jusqu’en 1241.





(9) L’antienne (a) Salve Regina est une prière catholique, en latin, dédiée à  la Vierge Marie. Elle est chantée et appartient au répertoire du chant grégorien. Son incipit (b) littéraire (qui sert de titre) signifie Salut, ô Reine en français. Elle aurait été composée au XIe siècle par Hermann de Reichenau (abbaye de Reichenau, sur une île du lac de Constance, au sud de l’Allemagne).

(a) Une antienne est le refrain, souvent bref et de préférence chanté, avant et après un psaume (ou plus rarement, entre les strophes d’une hymne). Musicalement, l’antienne est l’ancêtre du refrain.

(b) Le mot incipit désigne les premiers mots d’un texte, religieux ou non, chanté ou non. Selon la tradition des Hébreux reprise dans le christianisme, l’incipit donne son titre au document.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Jeu 10 Nov - 10:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 12:36

Daimbert de Pise qui devint patriarche de Jérusalem



Daimbert (ou aussi Dagobert), évêque (1085), puis archevêque de Pise (1092), fut le premier Patriarche latin de Jérusalem (1) après avoir été capturé pendant la première croisade.


Daimbert arriva avec la flotte pisane, qui venait en aide aux Croisés afin d'assiéger les principales villes en bord de Méditerranée en 1100 (il faut modifier cette date, il est déjà patriarche en décembre 1099, donc la flotte est arrivée avant). Il fut nommé par le pape Pascal II (2) pour remplacer le patriarche temporaire, Arnoul de Chocques. Daimbert désirait faire du Royaume de Jérusalem une théocratie avec le Pape à sa tête et comme représentant le patriarche. Godefroy de Bouillon promit qu'il retournerait la couronne à la Papauté une fois que les croisés auraient conquis l'Égypte, qui deviendrait alors un royaume séculier pour remplacer Jérusalem. Daimbert se trouvait avec l'armée au siège de Jaffa lorsque Godefroy de Bouillon mourut. Il réclama aussitôt Jérusalem pour lui-même mais les nobles ont tiré avantage de son absence en plaçant sur le trône le frère de Godefroy, Baudoin de Boulogne.

À son retour de Jaffa, Daimbert couronna le nouveau roi à Bethléem car il avait refusé de le couronner à Jérusalem.

Daimbert fut remplacé par un prêtre, Evremar de Thérouanne, lorsqu'il partit à Rome en1102 faire un rapport au Pape. Ce remplacement fut de courte de durée car Daimbert reprit sa place à son retour.
Daimbert de Pise régna comme patriarche de Jérusalem jusqu'à sa mort en 1107 et fut remplacé par Gibelin d'Arles (ou de Sabran) (3).






(1) Le Patriarche latin de Jérusalem est l’un des patriarches catholiques orientaux. C’est le titre le plus ancien parmi tous les patriarches catholiques orientaux puisqu’il date de 1099 et le seul de rite latin.

En effet, après la crise de Jérusalem par les croisés en 1099, une structure religieuse, le patriarcat latin, est créée à Jérusalem en complément d’une structure temporelle, qui sera le royaume de Jérusalem.





(2) Pascal II (Raniero de Bieda, né vers 1050 à Santa Sofia, mort le 21 janvier 1118 à Rome) était un religieux bénédictin italien du Moyen Âge, qui fut le 160e pape de l’Eglise catholique du 13 août 1099 au 21 janvier 1118, succédant à Urbain II.

Il lutta contre les empereurs Henri IV et Henri V. le pontificat de ce bénédictin a duré 18 ans, 5 mois et une semaine.






(3) Gibelin de Sabran (né vers 1045 – mort le 6 avril 1112 en Palestine) était un ecclésiastique français du Moyen Âge, qui fut archevêque d’Arles (1080 – 1107), légat pontifical (1107) et patriarche latin de Jérusalemn (1108 – 1112).
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 12:57

Evremar de Thérouanne


Evremar ou encore Evremer, clerc de Thérouanne, il remplaça provisoirement Daimbert de Pise comme Patriarche latin de Jérusalem en 1103 ou 1104. Il fut déposé du patriarcat et nommé archevêque de Césarée en 1107.









Arnoulf de Roeux



Arnoul Malcouronne aussi connu sous le nom d’Arnoul de Roeux2, né au XIe siècle et mort en 1118, est un patriarche latin de Jérusalem de 1112 à 1118.

Originaire du village de Chocques, dans les Flandres, Arnoul était le fils illégitime d’un clerc. Il commença sa carrière religieuse en Normandie, où il fut le précepteur de Cécile († 1126), fille de Guillaume le Conquérant. Chapelain du duc de Normandie, Robert Courteheuse, il fut à Caen le chef d’une école qui rivalisa avec celle de Lanfranc (1), et dont sortit Raoul de Caen (2) , l’historien normand auteur de la Gesta Tancredi (3) relatant la vie de Tancrède, ancêtre des rois normands de Sicile.

À l’appel d’Urbain II au concile de Clermont, il prit la croix et suivit le duc de Normandie, à la première croisade, en 1096. Peu avant la prise de Jérusalem, il fut choisi avec Pierre l'Ermite pour prononcer le sermon juste avant l’assaut. Le 1er août 1099, après la prise, il fut choisi par les chefs croisés pour être patriarche de la ville, mais ce choix fut invalidé par le pape qui désigna Daimbert de Pise. Il fut alors l’un des principaux conseillers du roi Baudouin Ier de Jérusalem, puis fut choisi comme patriarche à la mort de Gibelin d’Arles en 1112.

Sa nièce Emma épousa Eustache Grenier, comte de Sidon et seigneur de Césarée, l’un des seigneurs les plus puissants du royaume. À la mort de Baudouin Ier, Arnoul fut l’un des principaux artisans de l’accession de Baudouin du Bourg sur le trône. Il mourut peu après non sans avoir été déchu de sa qualité de patriarche de Jérusalem lors d'un concile présidé par Aimar Bérenger de Morges, évêque d'Orange et légat du pape Pascal II.



(1) Lanfranc (Lanfrancus), également appelé Lanfranc du Bec, Lanfranc de Cantorbéry ou Lanfranc de Pavie, est un théologien et réformateur de l’Eglise d’Angleterre, nommé archevêque de Cantorbéry de 1070 à sa mort. Il nait vers 1010 dans la région de Pavie (Italie) et meurt le 28 mai 1089 à Cantorbéry (Angleterre)




(2) Raoul de Caen (Rardulf ou Radulfus Cadomensis en latin), né vers 1080 dans la ville de Caen d’où il tire son nom et mort autour de 1120, est un écrivain normand auteur de la Gesta Tancredi. Il fit ses études à Caen sous Arnoul de Roeux […]

Raoul de Caen est un chevalier normand né vers 1080 dans la ville de Caen ; tout d’abord au service du prince Bohémond de Tarente, il se rend en Syrie en 1107 pour servir Tancréde de Hauteville, prince d’Antioche en intériem lors des absences de Bohémond.






(3) Les Faits et Gestes du prince Tancrède pendant l’expédition de Jérusalem (Gesta Tancredi in expeditione Hierosolymitana), ou plus simplement Gesta Tancredi, est un texte écrit par Raoul de Caen relatant l’histoire du chevalieri normand Tancréde de Hautevilel qui se distingua lors de la première croisade
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 15:27





Guillaume IX d’Aquitaine



Guillaume IX d'Aquitaine ouGuillaume VII, comte de Poitou (en limousin, Guilhem VII de Peitieus), né le22 octobre 1071, mort le11 février 1127, surnommé depuis le  XIXe siècle le Troubadour, comte de Poitiers sous le nom de Guillaume IX et duc d'Aquitaine et de Gascogne du25 septembre 1086 à sa mort. Il est également le premier poète connu en occitan.
La forme limousine de son prénom est Guilhem. Il succède à son père Guillaume VIII à l'âge de 15 ans, ce qui lui vaut le surnom de Guillaume le Jeuneau début de son règne. Il est aussi le père de Guillaume X et le grand-père d'Aliénor d'Aquitaine.


Famille


Fils de Guillaume VIII d'Aquitaine et d'Hildegarde de Bourgogne, il est brièvement marié à Ermengarde d'Anjou (fille de Foulque IV le Réchin, comte d'Anjou), avant d'épouser Philippe de Toulouse (fille de Guillaume IV, comte de Toulouse) ou Philippie en1094, dont il a :

• Guillaume X d'Aquitaine (1099-1137), son héritier,
• Agnès de Poitiers, future épouse du roi Ramire II d'Aragon,
• Henri, abbé de Cluny,
• Raymond de Poitiers (1115-1149), qui règne sur la principauté d'Antioche.




L’apogée de la principauté d’Aquitaine


Il continue à développer l'embryon d'organisation administrative de ses prédécesseurs, avec l'ajout d'un prévôt à Surgères en 1087 et la création d'agents forestiers. Il prend et détruit le château de Blaye au comte Guillaume V d'Angoulême, afin de réfréner les entreprises de celui-ci en Saintonge.
Ayant acquis des droits sur Toulouse par sa femme Philippe, il les fait valoir par les armes en prenant Toulouse en 1098. Guillaume le Troubadour rejoint la première Croisade, menée par Godefroy de Bouillon, après la chute de Jérusalem, en mars 1101. Il reste une année et demie en Orient, à combattre le plus souvent en Anatolie, où il est gravement battu deux fois, notamment aux Monts Taurus.

En 1110, il est blessé à Taillebourg.

Il s'empare de biens de l'Église en 1113 pour financer sa campagne contre Toulouse, et abandonne sa femme Philippe pour l'épouse de son vassal le vicomte de Châtellerault, qu'il nomme la Maubergeonne (la Dangereuse). Ces actes lui valent l'excommunication par Pierre II, évêque de Poitiers en 1115. Il marie néanmoins son fils Guillaume à la fille de sa maîtresse en 1121.

À la fin de sa vie, il participe à un épisode de la Reconquista(1). Allié au roi de Castille (2) et León (3), Alphonse le Batailleur (4), qui a épousé sa sœur Béatrice, ils guerroient de 1120 à 1123 pour la conquête du royaume de Valence (5), remportant notamment la bataille de Cutanda (6) le18 mai 1120.



Mécène et troubadour lui-même


Guillaume IX de Poitiers marque surtout l'histoire comme homme de lettres, qui sait entretenir une des cours les plus raffinées d'Occident.

Il accueille à sa cour le barde Gallois Blédri ap Davidor, qui réintroduit sur le continent l'histoire de Tristan et Iseut.

Il est lui-même un poète, utilisant la langue d'Oc (08) pour ses œuvres, poèmes mis en musique.

C'est le plus ancien poète médiéval, depuis saint Fortunat (9) au VIe siècle (qui réside longtemps à l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers), dont des œuvres en langue vulgaire, ni sacrées ni à la gloire de héros guerriers, soient conservées. Ses vers traitent le plus souvent des femmes, d'amour et de ses prouesses sexuelles. Sa poésie est parfois très crue (par exemple dans la chanson convenable, quand il demande à ses compagnons quel cheval il doit monter, d'Agnès ou d'Arsens) et peut même aller jusqu'à parler d'amour entre hommes, reflet d'une époque où l'Église n'a qu'une emprise limitée sur la société. Considéré comme un des précurseurs de l'amour courtois (fin amor enoccitan), il est l'un des modèles influents de l'art des troubadours, dont la poésie va devenir plus galante.

À son retour de croisade, il répudie sa femme et prend pour maîtresse une femme mariée, qu'il invoque comme muse dans ses poèmes sous le nom de Dangereuse (la Maubergeonne). Il évoque aussi la fondation d'un couvent, dont les nonnes seraient choisies parmi les plus belles femmes du comté. À la bataille de Cutanda, il aurait combattu avec le corps de sa maîtresse peint sur son bouclier.

Il évoque également la guerre et les conséquences qu'elle a eu pour lui : selon Orderic Vital, il raconte sa captivité en Orient de manière plaisante.
Il fait de grosses donations à l'Église, dont certaines pour la fondation de monastères. Il reconstruit le palais des comtes de Poitiers.


(1)  La Reconquista (mot espagnol et portugais, en français Reconquête) est le nom donné à la reconquête des royaumes musulmans de la péninsule Ibérique par les souverains chrétiens. Elle commence en 718 dans les Asturies, et s’achève le 2 janvier 1492 quand Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille, les « Rois catholiques » (Los Reyes catolicos), chassent le dernier souverain musulman de la péninsule, Boabdil de Grenade, achevant l’unification de l’essentiel de l’actuelle Espagne – excepté la Navarre, incorporée en 1512.

Depuis le VIIIe siècle, une grande partie de l’Espagne est sous domination musulmane. A la toute fin du XIe siècle, le pape Urbain II encourage la Reconquista de l’Espagne occupée par les Maures. Au XIIe siècle, les Etats chrétiens du nord de l’Espagne commencent donc la reconquête. L’avancée est lente, mais au milieu du XIIIe siècle, après la victoire chrétienne de Las Navas de Tolosa (a), il ne reste aux musulmans que le petit royaume de Grenade qui finira par tomber en 1492.

(a) la bataille de Las Navas de Tolosa, ou Hisn al-Oqab, se déroula au lieu-dit Castillo de la cuesta (de nos jours Castro Ferral, dans la province de Jaén, en Espagne). Cette bataille fut  remporté par les Chrétiens et marqua une étape décisive de la Reconquista et accélère sensiblement le délitement de l’empire Almohade.








(2) La Castille (en espagnol  Castilla) est une région historique espagnole aux limites floues, résultant de l’évolution du petit comté de Castille (du IXe au XIe siècles), suivi par le royaume de Castille (du XIe au XIIIe siècles), par la vaste couronne de Castille (XIIIe au XIXe siècle), par les régions de Vieille-Castille et Nouvelle-Castille (du XIXe siècle au XXe siècle), pour enfin former une région composée de communautés à statut autonome (à compter de la fin du XXe siècle).




(3) Le royaume de Leon, une des 15 grandes anciennes divisions de l’Espagne et du Portugal, fut un des royaumes médiévaux de la Péninsule Ibérique, successeur du royaume des Asturies, qui eut un rôle dans la Reconquista et la formation des royaumes chrétiens successifs de l’occident péninsulaire.




(4) Alphonse Ier d’Aragon (v.1073 – Polenino, 7 septembre 1134), dit le Batailleur, a été roi d’Aragon et de Pampelune de 1104 jusqu’à sa mort en 1134.

Fils ainé du roi Sanche Ier d’Aragon et de sa seconde épouse Félicie de Roucy, Alphonse Ier succède à son demi-frère Pierre Ier. Combattant inatigable, il agrandit considérablement son royaume, faisant la conquête de Saragosse et de la moyenne vallée de l’Ebre.


Alphonse Ier le Batailleur
(par Francisco Pradilla y Ortiz, 1879)



Marié à Urraque Ier de Leon en 1109, il est roi de Leon, de Castille et de Galice à ses côtés.  Il prend alors le titre d’ »empereur de Leon et roi de toute l’Espagne » ou d’ « empereur de toute l’Espagne ».  A la suite de leur séparation, en 1114, qui entraine celle de leurs royaumes, il conserve ce titre jusqu’en 1127, date à laquelle il l’abandonne au fils ainé d’Urraque Ier, Alphonse VII.

Il poursuit sa lutte contre al-Andalus, qui lui permet d’agrandir considérablement son royaume et qui le mène jusque devant Valence, Cordoue et Grenade. C’est lors d’une bataille contre les Almoravides, à Fraga qu’il est blessé mortellement. Il meurt quelques jours plus tard, à Polenino. Sans descendance, il décide de léguer son royaume à plusieurs ordres militaires religieux, mais son testament est repoussé par les noblesses navarraises et aragonaise, qui poussent sur Garcia V et Ramire II sur les trônes de Navarre et d’Aragon.





(5)  Valence est une ville d’Espagne, située dans l’est du pays sur la côte méditerranéenne. Fondée en 138 av.J.-C. par le consul romain Decimus Junius Brutus Callaicus sous le nom de Valentia Edetanorum, Valence devient, au Moyen Âge, la capitale du royaume de Valence.





(6) la Bataille de cutanda est remportée par les Aragonais et leurs alliés francs le 17 juin 1120 contre une armée almoravide qui essayait de reconquérir Saragosse, perdue en 1118.
Parmi les alliés des Aragonais, figurent Guillaume IX, duc d’Aquitaine, venu avec 600 lances, et Imad al-Dawla, roi musulman de Saragosse, luttant contre les Almoravides.





(7) Dans la civilisation celtique de l’Antiquité, le barde est un lettré et un fonctionnaire qui tient une place prépondérante dans la société en perpétuant la tradition orale. Il appartient à la classe sacerdotale, de même que les druides (a)  et les vates (b).  Le barde est spécialisé dans la poésie orale et chantée. Son rôle est de faire la louange, la satire ou le blâme.

(a) le druide est un personnage très important de la société celtique, au point qu’il est à la fois ministre du culte, théologien, philosophe, gardien du Savoir et de la Sagesse, historien, juriste et aussi conseiller militaire du roi et de la classe guerrière. Il est en premier lieu l’intermédiaire entre les dieux et les hommes. Il est chargé de la célébration des cérémonies sacrées et lui seul a le droit de pratiquer les sacrifices.

(b) le vate est un membre de la classe sacerdotale, au même titre que les druides et les bardes. Le vate est un devin, il s’occupe plus particulièrement du culte, de la divination et de la médecine. Les femmes participent à cette fonction de prophétie.




(08) L’occitan ou langue d’oc est une langue romane parlée dans le tiers sud de la France, les Vallées occitanes et Guardia Piemontese (en Italie), le Val d’Aran (en Espagne) et à Monaco.

L’occitan fut très tôt, dès le Moyen Âge central, une langue administrative et juridique concurrente du latin. La langue occitane est connue pour sa riche littérature à partir du XIIe siècle, époque où les troubadours vont commencer à la rendre illustre dans toutes les cours d’Europe. Dès le XIIIe siècle, l’occitan est utilisé comme langue scientifique. Elle fut aussi une langue utilisée pour les échanges commerciaux  internationaux.




(9) Saint Venance Fortunat, dont le nom latin est Venantius Honorius Clementianus Fortunatus, né vers 530 à Valdobbiadene près de Trévise (Italie) et décédé en 609 à Poitiers (France), est un poète chrétien du VIe siècle. Il fut également évêque de Poitiers.

Considéré comme saint il est liturgiquement commémoré le 14 décembre.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Jeu 10 Nov - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 15:33

Guillaume II de Nevers



Guillaume II de Nevers, comte de Nevers et d'Auxerre, né en 1083, mort le 20 août 1148, est un aristocrate français.



Guillaume II de Nevers est le fils de Renaud II, comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre, et d'Agnès de Beaugency. À la mort de son père en 1089, il demeura sous la tutelle de son grand-père, Guillaume Ier jusqu'à la mort de celui-ci, en 1097 ou en 1100.


Après la prise de Jérusalem, il décida de se rendre en Terre sainte en renfort. Il arriva à Constantinople en 1101 avec 15 000 hommes. Il entreprit de traverser l'Anatolie, mais son armée fut écrasée par les Turcs, et il fut l'un des rares rescapés à parvenir à Antioche.
Il épousa Adélaïde, avec laquelle il eut Guillaume III (1110-1161) et Anne, mariée à Guillaume VIII d'Auvergne.



Il contribua avec son épouse en 1144 à la fondation du prieuré Notre-Dame de La Fermeté à La Fermeté (Nièvre).
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 16:26

Josselin Ier d’Edesse



Josselin Ier de Courtenay, né entre 1070 et 1075, mort en 1131, est un membre de la maison de Courtenay (1), parti aux Croisades en 1101, et devenu seigneur de Turbessel (2) de 1102 à 1113, prince de Galilée et de Tibérias de 1113 à 1119 et comte d’Édesse de 1119 à 1131. Il est fils de Josselin, seigneur de Courtenay, et d’Isabelle de Montlhéry.


Il se rend vers la Terre sainte en 1101 en accompagnant une croisade de secours, probablement celle conduite par Guillaume II, comte de Nevers. Après un probable pèlerinage à Jérusalem, il rejoint son cousin Baudouin du Bourg, comte d’Édesse, lequel lui confie la seigneurie de Turbessel. En 1104, il prend Marach (3) à son seigneur arménien,Tatoul de Marach, puis les Francs d’Antioche et d’Édesse organisent une expédition contre Harran afin d’ouvrir la route de Mossoul. Une bataille est livrée contre les Turcs, mais Josselin et Baudouin se laissent prendre à la tactique turque de la fuite simulée et sont capturés. Josselin est emprisonné par Soqman ibn Ortoq à Hisn Kaîfâ, mais ses sujets arméniens réussissent par ruse à le faire libérer en 1107. Il s’acharne ensuite à faire libérer Baudouin, puis à l’aider à reprendre Édesse à la régence de Roger de Salerne, puis à combattre Tancrède de Hauteville, régent d’Antioche, qui s’était approprié une partie des terres de Josselin.

En 1109, il se rend avec son suzerain au plaid (4) convoqué par le roi Baudouin Ier de Jérusalem afin de départager les prétentions des deux candidats au comté de Tripoli, Guillaume de Cerdagne et Bertrand de Toulouse. Baudouin en profite pour confirmer les droits de Josselin et oblige Tancrède à rendre les terres qu’il avait pris à Turbessel. L’armée assemble en profite pour prendre d’assaut la ville de Tripoli qui devient la capitale du comté éponyme.

À partir de 1110, Mawdûd ibn Altûntâsh, atabeg de Mossoul, reprend l’offensive contre les Francs et attaque le comté d’Édesse. Baudouin du Bourg envoie Josselin de Courtenay à Jérusalem afin de demander des secours et l’intervention de Baudouin Ier de Jérusalem sauve le comté d’Édesse. En 1111, Mawdûd tente d’assiéger successivement Édesse puis Turbessel, mais doit lever le siège à chaque fois, et Josselin réussit une sortie qui surprend l'arrière garde de l'armée turque alors qu'elle fait retraite. En avril 1112, Mawdud tente encore une incursion conrre Samosate, Édesse et Saruj, mais est surpris et défait devant cette troisième ville par Josselin.

Mais si les villes à l’est de l’Euphrate sont sûres et imprenables, ces raids turcs pillent les campagnes qui constituent le domaine comtal et ruinent le comte d’Édesse. Au contraire les terres à l’ouest de l’Euphrate, protégées par ce fleuve, sont en pleine prospérité. Or la puissance féodale tient autant du titre que de la valeur économique du fief, et la seigneurie de Turbessel commence à primer sur le comté d’Édesse. Un jour de 1113, des messagers envoyés par Baudouin du Bourg au prince d’Antioche font étape à Turbessel. Là Josselin leur parle de la situation économique, leur fait valoir que le comte d’Édesse est ruiné et leur propose de rejoindre son service. Apprenant la nouvelle, Baudouin entre dans une violence colère contre celui qu’il considère comme un ingrat. Ne voulant pas tenter de prendre d’assaut Turbessel, il feint d’être gravement malade et appelle Josselin à Édesse. Josselin, espérant la succession du comté, accourt, mais est jeté en prison dès son arrivée et doit renoncer à Turbessel.

Libéré, il se rend à Jérusalem, où le roi Baudouin Ier lui confie la principauté de Galilée. Son premier objectif est de tenter de prendre la ville de Tyr, et il se lance dans de nombreuses razzias sur les campagnes et les banlieues de la ville pour l’affaiblir économiquement, mais la ville résistera jusqu’en 1123.

Baudouin Ier meurt en 1118 les barons de la Haute Cour hésitent entre Eustache III, comte de Boulogne, frère du roi mais reparti dans ses terres européennes, et Baudouin du Bourg, cousin du roi et demeurant à proximité. Josselin et Arnoul de Chocques, patriarche de Jérusalem, entreprennent de soutenir la candidature de Baudouin du Bourg, qui est élu roi et sacré le 14 avril 1118. Reconnaissant, Baudouin donne à Josselin le comté d’Édesse.

Le 14 août 1119, il participe aux côtés du roi Baudouin II de Jérusalem et du comte Pons de Tripoli à la seconde bataille de Dânîth contre Il Ghazi ibn Ortoq, atabeg d’Alep. Une seconde campagne contre Il-Ghazi, en mai 1120, apporte un nouveau succès contre Alep.

Le 27 février 1122, Il-Ghazi met le siège devant Zrdana, dans la principauté d’Antioche, mais Baudouin II et Josselin d’Édesse se joignent pour secourir la place forte et Il-Ghazi doit se retirer. Le 13 septembre 1122, Josselin de Courtenay et Galéran du Puiset, seigneur de Bira tentent de capturer Balak, mais c’est ce dernier qui les surprend et les emprisonne à Kharpût, rejoint par Baudouin II qui avait tenté de les délivrer le 18 avril 1123. Une cinquantaine d’Arméniens parviennent à s’emparer de la citadelle par ruse et, pendant que Josselin rejoint Édesse pour chercher du secours, Baudouin, Galéran et les arméniens tiennent la citadelle, mais finissent par être obligé de se rendre. En représailles, Josselin ravage la région d’Alep.

Baudouin II finit par être libéré, en échange d’otages parmi lesquels Yvette de Jérusalem et Josselin II, fils du comte, et Baudouin II reprend l’offensive. Une coalition musulmane est écrasée à la bataille de ’Azâz le 13 juin 1125, et le butin permet de payer la rançon pour libérer les otages.
En novembre 1125, il repousse une nouvelle contre croisade, menée par Aq Sonqor Bursuqî, le nouvel atabeg de Mossoul et d’Alep. Ce dernier est assassiné le 26 novembre1126 et son fils Izz al-Din Mas’ud est empoisonné peu après. Ses généraux se disputent alors le pouvoir et Josselin commence à assiéger Alep, espérant profiter de l’anarchie pour s’en emparer, mais Bohémond II d’Antioche a la même idée, et la rivalité entre les chefs francs leur ôte tout espoir de s’emparer de la ville
Josselin réussit à agrandir le comté et atteint même les rives du Tigre au nord de Mossoul. En novembre et en décembre 1129, il participe à une expédition de Baudouin II contre Damas, mais ils ne parviennent pas à prendre la ville.

En 1131, il assiège une forteresse entre Alep et Mabbug. Alors qu'il inspectait une mine qu'il faisait creuser sous une des remparts, celle-ci s'écroule sur lui et l'ensevelit. Il est dégagé des décombres, mais gravement blessé. Peu après, un émir met le siège devant Kaisûn. Josselin demande à son fils de conduire l'armée pour délivrer la place, mais ce dernier refuse, alléguant une infériorité numérique. Josselin père décide alors de commander son armée d'une litière pour secourir Kaisûn, ce qui incite l'émir à lever le siège, tant Josselin était craint de ses ennemis. Mais le vieux comte meurt pendant l'opération


Il épouse vers 1100-4 une fille de Constantin Ier, prince d'Arménie, qui prend le prénom de Béatrice après son mariage et qui donne naissance à un fils :
• Josselin II († 1159), comte d’Édesse.
Cette arménienne meurt avant 1120 et Josselin se remarie en 1121 avec Marie de Salerne, sœur de Roger de Salerne, prince régent d'Antioche. Elle apporte Azaz en dot, mais le prince Bohémond II dénonce l’accord vers 1125 et reprend Azaz. Marie de Salerne donne naissance à :
• une fille mentionnée par Guillaume de Tyr, qui est abbesse de Sainte Marie la Grande à proximité du Saint-Selpulchre. Elle témoigne en 1162 lors du procès en annulation du mariage d’Amaury Ier et de sa nièce Agnès de Courtenay.




(1) La maison de Courtenay est issue d’Hutton (parfois appelé Athon), apparenté aux comtes de sens.

Elle comporte plusieurs branches :
• la branche ainée d’où est issue la maison capétienne de Courtenay
• la branche cadette qui gouverne le comté d’Edesse en Orient
• la branche anglaise des comtes de Devon.

Aux alentours de l'an 1000, Hutton profite de la guerre de succession de Bourgogne entre Robert II le Pieux et Otte-Guillaume de Bourgogne pour s'emparer d'une terre en Gâtinais(Loiret), sur laquelle il bâtit le château de Courtenay. Son fils Josselin de Courtenay a trois fils, dont Miles de Courtenay et Josselin Ier de Courtenay.

Branche ainée
Miles (ou Milon), fils aîné de Josselin de Courtenay, épouse en 1095 Ermengarde, fille ducomte Renaud II de Nevers. Leurs fils Guillaume et Renaud se rendent en Palestine, mais Guillaume étant mort au cours du voyage, Renaud revient en France et lui succède ; il possède, entre autres, les seigneuries de Courtenay, Château-Renard, Bléneau, Tanlay,Charny (Yonne), etc.. Vers 1150, sa fille et héritière Élisabeth épouse l'un des fils du roiLouis VI, Pierre de France, qui hérite de la seigneurie et est la tige de la maison capétienne de Courtenay.

Branche cadette
Josselin Ier (second fils de Josselin de Courtenay) part en Terre sainte en 1101 rejoindre son cousin, le comte d'Édesse Baudouin du Bourg ; il reçoit la seigneurie de Turbessel qu’il défend contre les Turcs, puis le comté d'Édesse en 1119, Baudouin du Bourg ayant été entre temps élu roi de Jérusalem. Par sa situation avancée en territoire musulman, Édesse est le plus exposé des fiefs des croisés ; Josselin Ier réussit à accroître et à conserver le comté jusqu’à sa mort en 1131.
Son fils et successeur, Josselin II, perd peu à peu ses fiefs principaux : Mélitène en 1141, puis Édesse en 1144. Il tente de reprendre Édesse en 1146, mais l’opération échoue. Josselin II d'Édesse a perdu une grande partie des territoires de son père, lorsqu’il est fait prisonnier en 1150 par des Turcomans. Il meurt en captivité en 1159 à Alep.
La branche cadette de la maison de Courtenay s’éteint en 1200, à la mort de Josselin III de Courtenay (fils de Josselin II), comte titulaire d'Édesse et sénéchal du royaume de Jérusalem.

Branche anglaise
Elle est issue probablement d'un neveu d'Élisabeth, Robert de Courtenay, qui s'établit en Angleterre vers le début du XIIIe siècle. L'un de ses descendants, Hugues de Courtenay, épouse une petite-fille du roiÉdouard Ier et est créé comte de Devon en 1355, en raison de l'héritage de la famille de son arrière-grand-mère.

Pendant la guerre des Deux-Roses, les Courtenay prennent le parti des Lancastre, ce qui leur vaut de voir leurs terres confisquées lors des victoires de lamaison d'York (1469-1471 et 1471-1485). En 1495, Guillaume Courtenay, comte de Devon, épouse Catherine d'York, fille du roi d’Angleterre Edouard IV. Cette alliance lui vaut d’être, pendant un moment, emprisonné à la tour de Londres, le roi Henri VII Tudor (lui-même marié à Élisabeth d'York, la sœur aînée de Catherine) craignant une conspiration de cet éventuel prétendant au trône. Son comté lui est finalement restitué en 1511.

Le fils de Guillaume et de Catherine d'York, Henri Courtenay (1496-1538) est tout d’abord un proche du roi Henri VIII, mais sa femme, catholique, étant restée proche de la reine répudiéeCatherine d'Aragon, il est soupçonné de haute trahison puis décapité à la tour de Londres en 153813. Son fils Édouard Courtenay (1526-1556), comte de Devon, est un moment « fiancé » à la reine Marie Ire Tudor qui épouse finalement le roi Philippe II d’Espagne en 1554. Il se rapproche alors de la sœur de Marie, la future reine Élisabeth Ire, puis il est mêlé à une conspiration contre la reine Marie. Ses terres lui sont confisquées, puis son comté lui est restitué en 1553. Il meurt, sans postérité, en exil à Padoue. Il est le dernier de la branche principale des Courtenay en Angleterre, mais la famille ne s'éteint pas avec lui, puisqu'il subsistait une autre branche, dite de Powderham , qui continue jusqu'à nos jours.

En 1831, l'aîné des Courtenay subsistants, le vicomte Courtenay of Powderham, réclama le titre de comte de Devon, arguant d'une formule juridique ambigüe dans l'acte de création de 1553. Le titre lui fut accordé, avec une ligne de succession agnatique étendue à toute la famille de Courtenay (« heirs male whatsoever »). L'actuel et 18e comte de Devon est Hugh Courtenay, né en 1942.



(2) Turbessel est l'une des premières possessions de Baudouin de Boulogne, car la population arménienne de la ville se révolte au début de l’année 1098 contre sa garnison, lors de son passage en direction d’Édesse. En mars 1098, Baudouin de Boulogne est comte d’Édesse, et il reçoit en aout son frère Godefroy de Bouillon qui a quitté Antioche en raison de la peste qui y sévit. Baudouin lui donne en fief Ravendel et Turbessel, mais ce dernier les lui rend en novembre, quand la croisade repart en direction de Jérusalem. En 1101, le comte Baudouin du Bourg accueille à Édesse un de ses cousins, Josselin de Courtenay et lui donne Turbessel en fief. Josselin seconde Baudouin dans ses entreprises contre les musulmans, mais les incursion turques qui pillent les campagnes à l’est de l’Euphrate entre 1110 et 1113 appauvrissent le domaine comtal de Baudouin. Au contraire, la seigneurie de Turbessel, à l’ouest de l’Euphrate est en pleine prospérité, protégée par le fleuve. La mésentente s’installe entre les deux seigneurs francs, et Baudouin finit par confisquer la seigneurie, qui est ensuite rattachée au domaine comtal et devient l’une des résidences des comtes d’Édesse. Après la prise d'Édesse, en 1144, Turbessel devient la capitale du comté, avant d'être cédée auxByzantins en 1150, puis prise par Nur ad-Din en 1151.

seigneurs de Turbessel
• 1098 : Godefroy de Bouillon
• 1101-1113 : Josselin de Courtenay



(3) Vingt cinq ans avant l'arrivée des croisés, Marach est confiée à Philaretos Brakhamios parRomain IV Diogène, empereur byzantin. À la suite de la bataille de Manzikert, en 1071, Philaretos profite de son isolement de l'empire pour se tailler une principauté en Cilicie et autour d'Édesse et Antioche, mais ses possessions sont prises par les Turcs et seul Mar'ash reste en son pouvoir. Il meurt entre 1086 et 1092, mais Mar'ash reste arménienne, et quand les Croisés l'atteignent le 13 octobre 1097, ils la rendent aux Byzantins, qui y nomment gouverneur un arménien du nom de Thatoul.

Bohémond de Tarente, prince d'Antioche tente de prendre la ville en l'assiégeant en 1100, mais il lève le siège pour secourir Gabriel de Malatya et est capturé peu après par les Turcs. En 1104, ce sont les Francs d'Édesse, conduit par Josselin de Courtenay, alors seigneur de Turbessel, qui assiègent et prennent la ville. Mar'ash devient alors une seigneurie franque, donnée à plusieurs seigneurs successifs, dont tous ne sont pas connus. Parmi eux, il y a Geoffroy le moine, régent du comté d'Édesse en 1122 pendant la captivité de Josselin de Courtenay. Le dernier seigneur, Renaud, est tué en même temps queRaymond de Poitiers lors de la bataille d'Inab, le 28 juin 1149. Josselin II réunit alors la seigneurie au comté, mais néglige de lui attribuer une garnison suffisante et Mas'ûd Iers'empare de la ville le 11 septembre 1149.

seigneurs de Marach
• 1097-1104 : Thatoul, gouverneur arménien pour Byzance
• 1104-1108 : Roger de Salerne († 1119), ensuite régent d'Antioche.
• avant 1119-1124 : Geoffroy le Moine († 1124)
• avant 1136-1146 : Baudouin de Marach (tué à Édesse en novembre 1146)
• 1146-1149 : Renaud († 1149), marié à Agnès de Courtenay




(4) Aux époques mérovingienne et carolingienne, un plaid (en latin placitum) est une cour publique ou une assemblée où un souverain, ou un comte le représentant, prend conseil de ses barons ou vassaux sur les affaires de son état ou de son domaine. Le plaid organisé par le roi ou l'empereur disparaît après Charles II le Chauve, mais le terme continue d'être employé à la fin du Moyen Âge et à l'époque moderne.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 17:39

Welf IV de Bavière


Welf Ier de Bavière, parfois appelé Guèlfe Ier de Bavière, mort le 6 novembre 1101 à Paphos sur l'île de Chypre, est duc de Bavière de 1070 à1077 puis de 1096 jusqu'à sa mort. Il est issu à la fois de la maison italienne d'Este et de la maison allemande des Welfs, dans la généalogie desquels il est nommé Welf IV.


Origine et début

Welf Ier/IV est le fils d'Alberto Azzo II d'Este et de Chuniza d'Altdorf. Il hérite des possessions patrimoniales de son oncle maternel, Welf III d'Altdorf, duc de Carinthie, mort sans descendance en1055. Il épouse ensuite Ethelinde, fille d'Otton de Nordheim, duc de Bavière.


Duc de Bavière

Bien que son père Azzo, guidé par sa cousine Mathilde, suive les intérêts du pape, Welf, quant à lui, soutient d'abord l'empereur. En récompense de sa fidélité, il reçoit le duché de Bavière confisqué à Otton. Lorsque ce dernier devient un ennemi d'Henri IV, Welf divorce d'Ethelinde et devient duc de Bavière à Noël 1070. Après son divorce, Welf se remarie en1071 avec Judith de Flandre , fille de Baudouin IV de Flandre, veuve de Tostig Godwinson, comte de Northumbrie, et tante de la reine d'Angleterre.


Entre le pape et l’empereur

Pendant la querelle des Investitures, ne souhaitant pas subir les foudres de l'Église en ne suivant pas les directives du pape, Guèlfe prend le parti du pape Grégoire VII et, en mars1077, se joint aux princes mécontents qui soutiennent l'élection de l'anti-roi Rodolphe de Rheinfelden. Henri IV, en conséquence, le prive de son titre. Mais, soutenu par les bavarois qui lui sont restés fidèles et aidé de son père en Italie, Guèlfe parvient à se maintenir et à défier la décision de l'empereur en mai 1077.
Après la mort de Grégoire VII en 1085, Guèlfe, même s'il adhère toujours au point de vue de l'Église, commence à diminuer son soutien à Hermann de Salm le nouvel « anti-roi des Romains ». En 1089, cependant, son fils (futur Welf II de Bavière) se marie avec Mathilde de Toscane, renforçant de ce fait ses relations avec la papauté. Après le divorce de son fils de de Mathilde en 1095, Welf fait amende honorable auprès de l'empereur et est officiellement rétabli comme duc de Bavière. Après la mort de son père Azzo en 1097, Guèlfe tente de prendre le contrôle des biens paternels en Italie, mais échoue face à son demi-frère Foulques Ier d'Este.


La première croisade

En 1099, il se joint à la croisade.
Il meurt sur le chemin du retour à Paphos à Chypre et est inhumé dans l'abbaye de Weingarten. Son fils ainé lui succède à la tête du duché de Bavière.


Postérité

De son mariage avec Judith de Flandre naissent les enfants suivants :
• Welf II de Bavière, né en 1072
• Henri IX de Bavière, mort le 13 décembre 1126
• Kunizza, morte le 6 mars 1120, mariée à Frederick Rocho, comte de Dießen.
On peut aussi signaler qu'il est un aïeul à la 25ème génération de la Reine Elizabeth II
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 17:57





1102 : Baudouin de Rama



Baudouin, seigneur de Rama (1) , mort en 1138


Il apparaît dès 1106, où il est châtelain de Rama et tient la ville et le territoire environnant. En 1126, cette seigneurie devint vassal du comté de Jaffa, qui fut ensuite confisquée par le roi.

Son origine n'est pas connue. Allan V Murray, dans the Crusader Kingdom of Jerusalem, a dynastic history 1099-1125 précise qu'il peut être identifié avec Baudouin de Hestrut, un chevalier flamant qui est cité en Terre Sainte entre 1102 et 1105. S'il reçut Rama en 1106, et du fait du changement de patronyme, cela expliquerait la disparition de Baudouin de Hestrut dans les documents à partir de 1105.

De son épouse Étiennette de Naplouse, il eut :
• Rénier de Rama
• Helvis de Rama, mariée en 1120 à Balian d'Ibelin, puis en 1151 à Manassès de Hierges, connétable du royaume de Jérusalem.



Liste des seigneurs

• 1106-1138 : Baudouin de Rama († 1138)
• 1138-1147 : Rénier de Rama, fils du précédent
• 1148-1151 : Balian d'Ibelin († 1151), marié à Helvis de Rama, sœur du précédent
• 1151-1170 : Hugues d'Ibelin († 1170), fils des précédents
• 1170-1186 : Baudouin d'Ibelin († 1187), frère du précédent
• 1186-1187 : Thomas d'Ibelin (+ 1188), fils du précédent
• 1187-1229 : occupée par les Musulmans
• 1229-1244 : domaine royal (royaume de Jérusalem)
• 1244-1260 : Jean d'Ibelin (+ 1266)






(1)  La seigneurie de Rama ou seigneurie de Ramla est un arrière-fief du royaume de Jérusalem. Elle s'étendait autour de la ville de Ramla, en Israël, entre Jérusalem et Jaffa.
Il y a des seigneurs dès 1106. Dépendant initialement du domaine royal, la seigneurie est rattachée au comté de Jaffa en 1126. En 1148, le fief passe à la famille Ibelin. La seigneurie est conquise par Saladin en 1187. Les Croisés la réoccupèrent de 1229 à 1260.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Jeu 10 Nov - 10:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 18:08

Avant 1104 : Gervais de Bazoches


Gervais de Bazoches, prince de Galilée et de Tibérias (1), exécuté en 1108


Avant la première croisade, il était avoué de l'église de Mont-Notre-Dame et frère d'Hugues, seigneur deBazoches-sur-Vesles (Aisne).

En Terre sainte, c'est l'un des officiers du roi Baudouin Ier de Jérusalem qui lui confia la principauté de Galilée à la mort d'Hugues de Fauquembergues en 1106. Au mois de mai 1108, sa troupe de 80 chevaliers et 200 soldats fut défaite par Tughtikin, atabeg de Damas, et Gervais fut fait prisonnier avec quelques chevaliers. Tughtikin demanda les villes de Acre (Israël), d'Haifa et de Tibériade pour sa libération et Baudouin refusa tout en proposant une rançon d'argent. Gervais fut alors exécuté.



(1) La principauté de Galilée, aussi appelée principauté (ou seigneurie) de Tibériade ou de Tibérias est le plus ancien fief du royaume de Jérusalem

Ce fut Tancrède de Hauteville qui le fonda au lendemain de la prise de Jérusalem. Il abandonna ses droits sur la principauté quand il s'installa dans la principauté d'Antioche, et le roi confia le fief à plusieurs seigneurs. Le fief fut conquis par Saladin après la bataille de Hattin en 1187. Elle fut momentanément rendue aux Croisés de 1240 à1247.

La principauté s'étend largement autour du lac de Tibériade et le long de la vallée du Jourdain jusqu'à Bessan.






1104 : Hugues Ier de Champagne



Hugues Ier de Champagne (né en 1074 et mort en 1126), est le troisième fils du comte Thibaut Ier de Champagne et d'Adélaïde de Valois.

En janvier 1093 il devient comte de Troyes, de Vitry et Bar-sur-Aube. En 1102 il se dit premier comte de Champagne, bien qu'il ne le tienne pas en entier.

Il eut pour épouses :

En 1094, Constance de France (†1125), fille du roi Philippe Ier de France. Ce mariage fut annulé en 1105 faute d'enfants ;

En 1110, Isabelle de Bourgogne, fille du comte Étienne Ier de Bourgogne dit Tête Hardie.

En 1123 Isabelle donne tardivement naissance à un fils prénommé Eudes de Champlitte. Hugues ne reconnaît pas l'enfant et chasse la mère et son fils.


N'ayant pas participé à la première croisade, le comte assiste et donne son consentement en 1104 avant son départ pour un premier séjour en Palestine à une Charte du duc Hugues II de Bourgogne en faveur du prieuré Saint-Marcel de Fleurey-sur-Ouche. Il part cette même année et rentre en1107 de Palestine. En août 1114, il repart en Terre sainte accompagné de Hugues de Payns. Ce dernier est l'un des fondateurs et maître de l'ordre du Temple en 1118 à Jérusalem.

Revenu en 1116, le comte favorise l'expansion de l'abbaye de Clairvaux fondée en partie grâce à ses fonds par saint Bernard de Clairvaux. En 1125, il abdique, transmet son héritage à son neveu Thibaut IV de Blois et rejoint l'ordre du Temple en Terre sainte. Thibaut IV de Blois renonce au titre de comte de Champagne et emploie uniquement celui de comte de Blois.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Ven 4 Mar - 21:48

1104,puis 1114 : Hugues de Payns , qui fondera l’Ordre du Temple



Hugues II de Payns est un chevalier champenois, fondateur et premier maître de l'ordre du Temple, (né à une date inconnue et mort en 1136).

Dans le contexte de la croisade prêchée par le pape Urbain II en1095, le chevalier Hugues de Payns organisa, en 1119, la milice des pauvres chevaliers du Christ au service des chanoines du Saint-Sépulcre à Jérusalem (1). En 1129, cette milice fut fondée en ordre monastique et militaire qui prit le nom d'ordre du Temple.


Sa famille

Hugues II de Payns, fondateur principal de l'ordre du Temple, est un des deux fils issu du second mariage de son père, Hugues de Payns premier du nom. Son père se maria avec l'héritière du domaine de Montigny, dont il devint le seigneur. Il était également le père de Gautier, qui deviendra seigneur du même lieu vers 1100. La mort de cette héritière, probablement avant 1070, a poussé le seigneur de Montigny à reprendre une épouse, de laquelle il eut deux fils : Acheus de Payns et Hugues II.

La famille de Payns/Montigny, d'après les chartes de l'abbaye de Molesmes (2), avait des liens de parenté avec lesTouillon et les Montbard (famille de Saint Bernard de Clairvaux).

Peu après que le comte de Champagne eut confié le domaine de Payns, domaine de ses ancêtres, à Hugues II, celui-ci se maria, en 1108 à Élisabeth de Chappes. Cette union dura peu de temps, car Hugues II partit en 1113ou 1114 en Terre sainte, à la suite de la mort de sa femme. Néanmoins, quatre enfants virent le jour.
• Gibuin, qui deviendra vicomte de Payns (avant 1140) et de Chappes (par sa mère), meurt sans descendance avant 1150.
• Thibaud devient ecclésiastique, et sera élu abbé de l'Abbaye Sainte-Colombe de Saint-Denis-lès-Sens (3) en1139. Il participe au concile de Sens de 1140, en compagnie de Saint Bernard, concile qui condamnera Pierre Abélard pour ses thèses peu orthodoxes. Il entreprend la construction d'une nouvelle église abbatiale en1142, mais part en 1146 en Orient, où il trouvera la mort au cours de la Deuxième Croisade.
• Isabelle (parfois appelée également Élisabeth) se marie à Gui Bordel, qui mourra lors de la Deuxième croisade comme son frère Thibaud de Payns. Cependant, l'un de leurs enfants, Gui Bordel II, se fera templier et sera commandeur de la commanderie de Bure-les-Templiers (4).
• Herbert a une descendance dont la trace ne se perd qu'au début du XVIe siècle.
Toutefois, sa lignée conservera jusqu'à la guerre de Cent Ans le château de Payns, près de la commanderie du même nom (5). Après cela, toute trace d'elle se perd.


Sa vie

• Période ayant précédé l’installation en Terre sainte

Hugues II de Payns vécut en Champagne pendant la première période de sa vie. La date exacte de sa naissance est inconnue, mais on peut la situer entre 1070 et 1080.

C'est en l'année 1100, et en qualité de témoin, qu'il appose sa signature sur deux chartes de Hugues de Troyes, comte de Champagne. Il est probable que Hugues de Payns, vassal d'Hugues de Troyes, était un seigneur de renom, proche de la famille comtale, puisque fils d'un des vassaux (le seigneur de Montigny) de celle-ci.

En 1095, le pape Urbain II, lors du Concile de Clermont, déclenche le mouvement des croisades au Proche-Orient. C'est le départ massif de la première croisade qui s'acheva en 1099 par la prise de Jérusalem par lescroisés. Hugues de Payns n'y participe pas, car il est encore à la cour du comte de Champagne.

C'est plus tard, en 1104, qu'il accompagne son suzerain Hugues de Champagne en Terre Sainte, où il demeura pendant trois ans. De retour chez lui en 1107, Hugues de Payns se voit confier le domaine de Payns, celui de ses ancêtres, par son suzerain. Il épouse l'année suivante (1108) une jeune fille noble du sud de la Champagne, Élisabeth de Chappes.

Ils auront quatre enfants nés entre 1108 et 1114. En 1113, Hugues de Payns signe une charte de donation du comte de Champagne. Le document porte l'inscription suivante : « Hugo, dominus (seigneur) de Peanz ».




• Installation en Terre Sainte et création de la Militia Christi

En 1114, il part à nouveau en Terre Sainte avec Hugues de Champagne, mais cette fois-ci, il s'y installe définitivement. On peut considérer que sa femme mourut entre 1113 et 1114.
Hugues de Payns rejoint les chevaliers qui œuvraient alors à la protection du tombeau du Christ (6), haut lieu de pèlerinage, à Jérusalem. Ce groupe de nobles laïcs, dirigés par Hugues de Payns et Godefroy de Saint-Omer (7), vivait alors sous la protection et l'autorité des chanoines du Saint-Sépulcre3. Leur objectif était de protéger les pèlerins venant d'Occident jusqu'à la Ville Sainte. Ils étaient vraisemblablement hébergés à l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem.

C'est en 1120 que naît l'idée de créer une milice indépendante appelée militia Christi. À la suite de la bataille de l'Ager Sanguinis, Baudouin II, roi de Jérusalem, convoque le concile de Naplouse en janvier 1120. La création de cette milice a conduit ses membres à prononcer des vœux religieux et à suivre les usages de chanoines réguliers. Cette "militia Christi" est à l'origine de l'ordre du Temple, fondé en 1129 lors du Concile de Troyes.



• La reconnaissance et les premiers développements de l’Ordre du Temple


• Un des moteurs de cette reconnaissance fut l'ancien suzerain d'Hugues de Payns, Hugues de Champagne. En 1125, il quitte à nouveau la Champagne, après avoir désigné Thibaud de Blois pour lui succéder, et s'engage dans lamilitia Christi. Deux ans plus tard, en 1127, Baudouin II et le patriarche de Jérusalem, Gromond de Picquigny, envoient Hugues et quelques-uns de ses frères en Occident. Pour Hugues, il est nécessaire de fonder une base solide en Occident. Cela passe par le recrutement d'hommes désireux de combattre en son sein ou à ses côtés, par l'établissement d'un réseau capable de soutenir l'effort militaire d'Outremer. Mais par-dessus tout, il lui faut obtenir l'accord des autorités religieuses. Pour cela, il demande au pape Honorius II (08) de convoquer un concile, afin de sanctionner la création de son organisation.

• Hugues, accompagné de ses frères, chevauche alors à travers tout l'Occident en 1127, 1128 et une partie de 1129, afin de rassembler des soutiens, moraux et également logistiques. Les nombreuses donations faites à ce moment à l'ordre sont l'occasion de mettre en place un réseau de commanderies, chargées de fournir chevaux, guerriers et argent, toutes choses nécessaires à l'action en Terre Sainte.

• En 1127, lors de son passage en Champagne, le comte Thibaud II lui donne une maison à Barbonne, qui sera une des premières commanderies. Le cortège passe en Anjou, en Normandie, en Angleterre, en Flandre avant de revenir en Champagne. C'est à ce moment que prend place le concile de Troyes, en janvier 1129. Hugues y est présent, en compagnie de Payen de Montdidier, Archambaud de Saint-Amand, Geoffroy de Bossoit et trois autres frères, Gondemard, Raoul et Jean. D'autres dons sont faits à cette occasion au tout nouvel ordre.

• Lors de leur retour en Terre Sainte fin 1129, les Templiers étaient bien plus nombreux, et disposaient d'une base correcte en Occident.

• Hugues de Payns dirigea l'ordre du Temple pendant près de vingt ans, jusqu'à sa mort en Terre Sainte en 1136. Les derniers actes parlant de lui datent de 1133/1134, et les chroniques le disent décédé en 1136. Les circonstances de sa mort, curieusement, ne sont pas connues. Il était âgé d'environ 56 à 66 ans. Un obituaire (9) de la commanderie de Reims (10) indique que les Templiers célébraient sa mémoire le 24 mai, mais rien ne prouve qu'il s'agit de la date précise de sa mort.

• Un chroniqueur du XVIe siècle situe sa sépulture dans l'église Saint-Jacques de Ferrare.

• Il n'existe aucun portrait contemporain de lui



• Les hommes de son temps

Au cours de sa vie et comme fondateur de l'ordre du Temple, Hugues de Payns a côtoyé un certain nombre d'hommes remarquables qui l'ont soutenu et aidé dans son entreprise.

• Bernard de Clairvaux dit saint Bernard, (1090-1153), théologien français, fondateur et abbé de Clairvaux, (cistercien)
• Honorius II, pape de 1124 à 1130. Il est probable qu'il ait reçu Hugues de Payns à Rome en 1127.
• Louis VI dit le Gros, roi de France de 1108 à 1137
• Baudoin II du Bourg, comte d'Édesse, premier roi du royaume franc de Jérusalem de 1118 à 1131
• Foulques V, comte d'Anjou et de Touraine, roi de Jérusalem de 1131 à 1143
• Hugues Ier de Champagne, comte de Champagne et de Brie, plus tard lui-même templier
• Thibaud II de Champagne, neveu du précédent et nommé par lui comte de Champagne
• Payen de Montdidier, premier maître de l'ordre en France
• Robert de Craon, deuxième maître de l'ordre du Temple de 1136 à janvier 1149
• Godefroy de Saint-Omer, cofondateur de l'ordre du Temple




(1) Chanoines du Saint-Sépulcre de Jérusalem : l’Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem est un ordre religieux créé par Godefroy de Bouillon après la prise de Jérusalem mais aussi la vie liturgique de sanctuaire. Avec l’extension des conquêtes en Terre Sainte, l’ordre se développe en étendant sa mission de protection des lieux saints sur l’ensemble du Royaume Franc de Jérusalem.
Avec la perte des Etats latins d’Orient, l’ordre se replie sur l’Europe. En 1489, Innocent VIII décide la suppression de l’ordre canonial et son incorporation à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.




(2) L’abbaye Notre-Dame de Molesme est située dans la commune de Molesme en Bourgogne, département de la Côte-d’Or. Elle fut fondée par Robert (a) en 1075 sur une terre du lieu-dit Molesme, offerte par le comte de Tonnerre, et est restée en activité jusqu’à la révolution.

(a) saint Robert de Molesme (v.1029-1111) est un moine réformateur français, fondateur de l’ordre cistercien.





(3) L'Abbaye Sainte-Colombe de Saint-Denis-lès-Sens était une abbaye fondée par Clotaire II (a) sur le tombeau de sainte Colombe à Saint-Denis-lès-Sens en 620. Elle était connue également pour les reliques de Thibaut de Provins qui avaient été rapportées d'Italie en 1075 par son frère Arnolf de Champagne, abbé de Sainte-Colombe de Sens et Saint-Pierre de Lagny-sur-Marne.
L'église fut démolie pendant la Révolution française en 1792 et les reliques de la sainte disparurent. Au XIXe siècle, une chapelle de l'Immaculée Conception fut construite à cet emplacement. Saint Thomas Becket y vécut de 1166 à 1170.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1966.

(a) Clotaire II, dit le Jeune, né en mai1 584, mort le 18 octobre 629, est roi de Neustrie de584 à 613 et roi des Francs de 613 à 629, après la conquête du royaume d'Austrasie et du royaume de Bourgogne.

Sa victoire de 613 sur la reine Brunehilde (Brunehaut) met fin à la longue période de guerres entre rois francs, commencée en 570, et dont deux protagonistes ont été les parents de Clotaire, Chilpéric Ier et Frédégonde.






(4) La commanderie de Bure, fondée entre 1120 et 1133, constitue la première commanderie templière de Bourgogne. C’est une commanderie fondée dans les débuts du Temple, et qui eut une grande importance : elle est le siège d’une baillie dont dépendent de nombreuses maisons.



Façade et église de la commanderie




(5) La commanderie templière de Payns était situé non loin du village de Payn, dans le département de l’Aube, en région Champagne-Ardenne.

Payns était le fief du seigneur Hugues de Payns, fondateur de l’ordre du Temple. cette commanderie a été abandonnée par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem lorsqu’ils en héritèrent à la disparition de l’ordre du Temple.





(6) des traditions chrétiennes, légendes et découvertes archéologiques placent le tombeau de Jésus en différents lieux :

• Eglise du Saint-Sépulcre à Jérusalem, et plus précisément le Saint-Sépulcre

Eglise du Saint Sépulcre

• Tombe du jardin à Jérusalem

La tombe du jardin

• Tombeau de Talpiot dans un quartier de Jérusalem-Est

Tombeau de Talpiot scellé

• Village de Shingo au Japon
• Sanctuaire de Roza Bal au Cachemire.
• Rennes-le-Château en France





(7) Godefroy de Saint-Omer (aussi connu sous le nom de Geoffroi de Saint-Omer) était un chevalier flamand, Gaulois de nation et l’un des membres fondateurs de l’ordre du Temple en 1118.

Il est présenté aussi comme issu de la famille des seigneurs de Saint-Omer : Guillaume Ier, seigneur de Saint-Omer, et son fils Hugues, participèrent à la premier croisade en tant que vassaux de Robert II de Flandre. Hugues de Saint-Omer y aurait été alors remarqué comme étant un des meilleurs chevaliers du royaume de Jérusalem. Gautier de Saint-Omer fut prince consort de Galilée et de Tibériade (1159-1171).





(08) Honorius II (né Lamberto Scannabecchi), cardinal d’Ostie à partir de 1117, pape du 21 décembre 1124 au 13 février 1130. Après cinq ans et deux mois de pontificat, il sera inhumé dans la basilique Saint-Jean du Latran.

Comme légat du pape, il a participé activement au Concordat de Worms (1122). C’est pendant son pontificat que furent approuvés les Prémontrés, et l’Ordre du Temple en 1129 lors du concile de Troyes.

Lamberto est né dans une famille simple dans le hameau de Fiagnano dans le village de Casalfiumanese près d’Imola. Au XIIe siècle, une telle carrière n’est pas impossible et démontre des qualités hors normes[…]



(9) Un obituaire (nom et adjectif, du latin obitus : mort, décès) est un registre renfermant le nom des morts et la date anniversaire de leur sépulture afin de célébrer des offices religieux pour le repos de leur âme.



(10) La commanderie de Reims était une commanderie dont l’origine remonte aux templiers et qui se situait dans l’enceinte de la ville de Reims, dans le département de la Marne.

Elle est fondée en 1170 à l’emplacement de l’église de la Trinité alors en ruine et louée avec le terrain par Henri, Archevêque de Reims aux templiers de La Neuville. Ils y construiront un hôtel, un manoir seigneurial, un colombier, un auditoire et auront droit de haute et basse justice dans l’enceinte. Ils fondent aussi une école. Reims était le chef-lieu de la Baillie. Après la destruction de l’ordre, la commanderie est dévolue à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 10:02

Avant 1105 : Onfroy Ier de Toron ,



Onfroy de Toron (Umfredus de Torum en latin) est unchevalier croisé qui apparaît pour la première fois en 1115 comme vassal de Josselin de Courtenay, prince de Tibériade ; le château de Toron (1) étant construit depuis l’an1105, il en était probablement le seigneur depuis cette date après avoir participé à la Première croisade.

D’une épouse inconnue, il eut Onfroy II de Toron.

Onfroy de Toron est probablement un Italo-Normand, peut-être lié à la famille Hauteville, l’un de ses descendants se déclarant, au XVe siècle, issu de Tancrède de Hauteville, tandis que la mythologie familiale se donnait une origine danoise, c’est-à-dire viking







(1) Le Toron (arabe : Tebnīne) est une forteresse ayant appartenu aux croisés au Liban sur la route de Tyr à Damas. Elle se trouve dans l'actuel village de Tibnine.

Le château de Toron doit son nom au vieux français qui signifie "éminence" ou "colline isolée" certainement dû à sa situation géographique

Le Toron se situe dans la seigneurie de Toron dans le royaume de Jérusalem. Il fut construit par Hugues de Falkenberg en1105 pour aider à la réduction de la ville de Tyr encore aux mains des Fatimides. À la mort de Hugues de Falkenberg, comme le château était sans défenses, l'émir Izz al-Mulk voulut s'emparer du château mais le roi Baudoin Ier inféoda celui-ci au seigneur Gervais de Bazoches qui mourut peu après, exécuté sur la place de Damas.

Le château revint alors au seigneur Onfroy Ier de Toron. Il fut alors successivement hérité par ses descendants Onfroy II de Toron et Onfroy IV de Toron. Banias, qui fut donné à Baudoin IIpar les Assassins en 1128, a été hérité par Onfroy II lorsqu'il se maria avec la fille de Renier Brus, seigneur de Banias et d'Assebebe. Onfroy II céda une partie de Banias et de Chastel Neuf aux Hospitaliers en 1157. Banias et Toron furent fusionnés jusqu'à ce qu'ils tombent aux mains de Nur ad-Din en 1164 avant d'être récupéré.

Le château de Toron est resté une forteresse croisée jusqu'en 1187 avant de tomber au main de Saladin. Dix ans plus tard, en 1197, le Toron des Chevaliers fut assiégé par les croisés allemands de la troisième croisade. Le château fut démantelé par le sultan Malik al-Mu'azzam qui désirait les échanger. Le château de Toron fut rétrocédé en 1229 aux Francs, deux après la mort de Malik al-Mu'azzam le 11 novembre 1227 par l'empereur allemand Frédéric II.
Il sera définitivement perdu pour les croisés en 1266
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 10:56

1105 : Eustache Grenier



Eustache Garnier dit Granier ou Grenier ou Eustache Grener selon les sources et les auteurs, (Eustachus Garnerius, Eustachus Granarius selon des actes signés de sa propre main en 1110 et 1120 respectivement, ou encore Eustachus Granerius selon un acte personnel du 5 mai 1116 repris dans le cartulaire du Saint-Sépulcre)(vers 1071-1123), seigneur de Césarée, prince de Sidon, est un chevalier croisé qui prit part à Première croisade. Il fut connétable et vice-roi de Jérusalem. Au XIXe siècle, il est aussi appelé Eustache d'Agrain par des auteurs qui en font l'auteur de la famille d'Agrain (1).


Chevalier, il devient seigneur de Césarée, après la prise de cette place par les Croisés en 1101.
Il est cité pour la première fois en 1105 à la troisième Bataille de Rama où il est décrit comme l'un des quatre vassaux principaux du Roi Baudouin Ier de Jérusalem.

Selon Foucher de Chartres, Eustache, surnommé l'épée et le bouclier de la Palestine, était « un homme preux, de noble caractère », et Guillaume de Tyr dira qu'il était « un homme sage et prudent, avec une grande expérience des questions militaires ».

Il est un des envoyés de Baudouin II pour négocier entre Guillaume Jourdain et Bertrand de Toulouse , tous deux fils de Raymond IV de Toulouse, qui se disputaient la possession de Tripoli.]
En 1109 il assiste au siège de Tripoli, dont Bertrand de Toulouse, comte de Provence, prit le gouvernement.

En 1110, Baudouin II lui donne, en plus de la seigneurie de Césarée (2), le comté de Sidon (3), actuelle Saïda, seconde baronnie du Royaume de Jérusalem, après la prise de cette ville (4).

Il prend part à l'importante convocation de la chevalerie, comme les principaux vassaux du royaume, puis au siège raté de Chayzar (5), et en 1111, à celui de Tyr, victorieux, en y supervisant la construction de machines d'assaut.

En 1120, il est présent au conseil de Naplouse, organisé par Baudouin II, durant lequel les lois du Royaume de Jérusalem furent établies.

En avril 1123, à la suite de la capture du roi Baudouin II, il fut élu par les barons pour gouverner le royaume de Jérusalem, en qualité de régent.

le 29 mai 1123, à la tête des armées du Royaume de Jérusalem, emportant la Vraie Croix, il repousse une attaque des Fatimides d'Égypte à Ibelin.
Il meurt peu après, le 15 juin 1123. Il fut enterré à l'abbaye Sainte-Marie à Jérusalem.


Il avait épousé Émelote ( ou Hermeline ou Emma ) nièce du patriarche Arnoulf de Roeux plus connu sous le nom de Arnoul de Chocques. Par son mariage il ajoute ainsi Jéricho à ses domaines. Sa femme se remariera avec Hugues II du Puiset, comté de Jaffa. Ils eurent pour enfants :
• Géraud Granier (ou Grenier), (1101-1171), aussi appelé Eustache II le Jeune.
• Gautier Granier (ou Grenier), (1102-1154), Seigneur de Césarée, marié à Eschiva de Tibériade. Selon Guillaume de Tyr, Géraud et Gautier étaient jumeaux.
• Agnès, femme d’Henri de Milly, dit le Buffle, frère du prince de Naples.





(1) La famille d’AGrain des Ubas est une famille noble du Vivarais dont la filiation suivie remonte au XIVe siècle. Elle s’est éteinte en ligne masculine en 1828.





(2) La seigneurie de Césarée est l’un des fiefs du royaume de Jérusalem. C’est une seigneurie de grande étendue le long du littoral, entre Arsouf et Haifa.

Césarée fut prise en 1101 et fut donnée à Eustache Grenier. Brièvement occupée par Saladin, elle fut reprise par Richard-Cœur-de-Lion et rendue à son seigneur légitime. Elle fut définitivement conquise par les Mamelouks en 1266.





(3) Le comté de Sidon est l’un des principaux fiefs du royaume de Jérusalem. C’est une seigneurie côtière entre Tyr et Beyrouth.

La ville de Sidon fut conquise en décembre 1110, érigée en comté et donnée à Eustache Grenier. Elle fut momentanément conquise par Saladin de 1187 à 1197 et rendue aux descendants d’Eustache Grenier. Julien Grenier la vendit à l’Ordre du Temple, mais la ville fut détruite par les Mongols la même année, puis conquise par les Mamelouks.





(4) Le siège de Sidon voit, en 1110, la prise de la ville par les croisés.

Au cours de l’été 1110, une flotte norvégienne arrive en Syrie, avec à sa tête le roi Sigurd Ier. Le roi de Jérusalem Baudouin Ier lui demande son aide pour achever la conquête du littoral palestinien, en premier lieu le port de Sidon, toujours aux mains des Fatimides.

Le siège débute le 19 octobre, renforcé par l’arrivée d’une escadre vénitienne commandée par le doge Ordefalo Faliero. Le blocus du port empêche toute intervention venant d’Egypte, et Sidon se rend le 4 décembre. Baudouin la donne en fief à Eustache Grenier.








(5) Shaizar, Shayzar, ou Chayzar est une ville et forteresse médiévale en Syrie qui joua un rôle important dans les conflits entre chrétiens et musulmans à l’époque des croisades. Situé sur l’Oronte entre Hama et Apamée, sur un site stratégique, elle est citée dans les Lettres d’Amarna sous le nom de Senzar ou Sezar. Les Grecs l’appellent Sidzara, puis elle est rebaptisée Larissa par les Séleucides. Les Romains lui rendent son nom et les Byzantins l’appellent Sezer. Les Croisés, avec Guillaume de Tyr parlent de Caesarea (Césarée de Syrie), et la ville est parfois confondue avec l’actuelle Kayseri.

Pendant les croisades, elle est à la frontière entre la principauté d’Antioche et les Seldjoukides. Le régent d’Antioche Tancrède de Hauteville l’attaque en 1108 et 1110, puis finalement signe un traité avec les Monqidhites. En 1111, Tancrède, Baudouin de Boulogne et Bertrand de Tripoli assiègent la forteresse pendant deux semaines, mais abandonnent après l’intervention de Mawdüd, atabeg de Mossoul. En 1113, après la mort de Ridwaan d’Alep, elle est attaquée par les Assassins.

Elle est assiégée le 26 avril 1138 lors d’une campagne commune entre les Francs d’Antioche et les Byzantins de Jean II Comnène, mais Zengi peut lever le siège dès le 21 mai faute d’entente entre les alliés chrétiens.

Le château est détruit par un tremblement de terre en 1157. La ville est immédiatement attaquée et pillée, aussi bien par les Assassins que par les Francs, avant d’être prise par l’armée d’Alep. Nur ad-Din la restaure, mais un autre séisme en 1170, un raid des Korasmiens en 1241 puis l’invasion mongole de 1260 achèvent de la ruiner. Le château actuel est restauré sous les règnes de Baybars et de son successeur Qalâ’ûn.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 11:50

1108 : Gibelin d’Arles


Gibelin de Sabran (né vers 1045 - mort le 6 avril 1112 enPalestine) était un ecclésiastique français du Moyen Âge, qui fut archevêque d’Arles (1180-1107), légat pontifical (1107) et patriarche latin de Jérusalem (1108-1112).

Au concile d’Avignon tenu en 1080 auquel assiste l’archevêque d’Arles Aicard, Gibelin est nommé officiellement archevêque d’Arles et Aicard destitué. Gibelin est consacré par le Pape.

Un archevêque refusé par ses diocésains

En pratique, ce changement d’archevêque est mouvementé. En effet, le clergé et le peuple d’Arles souhaitent conserver leur archevêque de la famille des vicomtes de Marseille (1) qui a pris parti pour l’empereur Henri IV contre le pape Grégoire VII. C’est pourquoi, Gibelin, malgré l’appui du comte Bertrand II de Provence (2) ne peut prendre possession de son diocèse. Menacé par les arlésiens lors de son entrée en ville, il doit renoncer et devra se contenter pendant de nombreuses années de l’évêché d’Avignon où il se replie à partir de 1094.


Un archevêque de substitution

Il va devoir attendre longtemps avant de revenir à Arles, presque vingt-ans, jusque vers 1098-1099, où profitant d'un voyage d'Aicard en Palestine, il se fait relever par une Bulle du Pape Urbain II des serments (renoncement à l’archevêché d’Arles) qu’il avait prononcés en 1080 sous la menace des Arlésiens.

Il est alors mentionné comme archevêque d'Arles à plusieurs reprises. Le 29 mars 1102 par exemple, on rapporte que Gibelin, archevêque d’Arles, préside l’assemblée qui rattache le monastère de Saint-Roman de l’Aiguille à Psalmodie (3). De même, en 1105, Raymond de Toulouse comte de Saint-Gilles, dans son testament, ordonne à ses héritiers de restituer à Gibelin, archevêque d’Arles tout ce qu’il lui avait usurpé à Arles, Argence, Fourques, au Baron (Albaron) et à Fos. En 1106 enfin, l'archevêque d'Arles Gibelin dote l'abbaye de Montmajour (4) des églises Notre-Dame et Saint-Roman, dans la vallée de Mouriès sous un cens annuel de sept sous.



Patriarche de Jérusalem

À la fin de l'année 1107, Gibelin quitte Arles et part à son tour en Palestine à la demande du pape Pascal II qui l'envoie comme légat régler une affaire concernant Ebremar (ou Evremar), le patriarche de Jérusalem. Mais finalement, c'est Gibelin qui hérite de cette charge l'année suivante, charge qu'il conservera jusqu'en 1112.

Gibelin de Sabran meurt en Palestine en avril 1112 alors qu'il se préparait à revenir en Provence. Il ne sera remplacé officiellement sur le siège du diocèse d'Arles que trois ans plus tard en 1115 par Atton de Bruniquel (5). Toutefois, il est probable qu'Aicard, son prédécesseur excommunié, ait récupéré officieusement l'archevêché au départ de Gibelin en Palestine en 1107 et l'ait conservé jusqu'en 1113, date supposée de sa mort.




(1) Les vicomtes de Marseille sont une famille vicomtale dont l’origine remonte au milieu du Xe siècle avec Arlulf de Marseille. Cette famille s’éteint en 1216 avec Roncelin de Marseille, abbé de l’Abbaye Saint-Victor de Marseille, puis vicomte de Marseille qui est le dernier de la lignée à posséder des droits sur le vicomté.






(2) Bertrand II de Provence, mort en 1093, fut comte de Provence de 1061 à 1093. Il était fils de Geoffroi Ier, comte de Provence, et d’Etiennette.







(3) L’abbaye de Psalmody, également orthographiée Psalmodii ou Psalmodie, était une abbaye bénédictine extrêmement influente au Moyen Âge, dont les ruines sont situées aux alentours de Saint-Laurent-d’Aigouze dans le département français du Gar et la région Languedoc-roussillon.

Son histoire est connue par son cartulaire, reconstitué au XVIIIe siècle par Noël Loys, un homme de loi de Nîmes. Les plus anciennes de ces chartes, présentées par les moines comme remontant à la fin du VIIIe siècle, sont aujourd’hui reconnues comme des faux. L’abbaye, probablement fondée au VIIe siècle, s’est développé grâce aux dons jusqu’à jouir d’un patrimoine considérable dans tout le sud de la France. […]


Ruines de l’abbaye de Psalmody au début du XXe siècle






(4) L’abbaye Saint-Pierre de Montmajour, attesté sous la forme latinisée Monsmajoris, est une abbaye bénédictine fondée en 948 à environ quatre kilomètres au nord-est d’Arles dans le département des Bouches-du-Rhône (France). Dès la fin du Xe siècle elle devient l’une des abbayes les plus riches de Provencee et le monastère se développe, entre le XIe siècle et le début du XVIIIe siècle, par la construction d’une série de bâtiments religieux et militaires. Abandonné à la fin du XVIIIe siècle, puis fortement dégradé après la Révolution, cet ensemble architectural fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840, les bâtiments annexes étant classés en 1921.




Montmajour


Montmajour : le cimetière des moines






(5) Atton de Bruniquel, né dans les années 1180 et mort le 6 mars 1129, est un prélat français du Moyen Âge. Il fut archevêque d’Arles à partir de 1115. Il est issu de la famille de Bruniquel et neveu par sa mère de Richard de Milhaud archevêque de Narbonne.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 12:24

1106 : Hugues Ier du Puiset et Hugues II du Puiset



Hugues du Puiset, mort en 1118, est un seigneur du Puiset (sous le nom d’Hugues II) de 1097 à 1106, puis un comte de Jaffa en 1118. Il est fils de Hugues Ier Blavons, seigneur du Puiset et d'Alice de Montlhéry.

Par sa mère, il est apparenté à un certain nombre participants de la première croisade dont son frère aîné Érard III, son cousin germain Baudouin du Bourg, qui devient comte d’Édesse. Un autre cousin germain, Josselin de Courtenay, les rejoint en Terre sainte en 1101. Hugues du Puiset reste en France et administre la seigneurie du Puiset pendant l’absence de son frère, puis après la mort de ce dernier après le siège de Jérusalem. En 1106, il confie la seigneurie et son neveu Hugues III, le fils d’Érard, à son frère Guy, seigneur de Méréville et organise son départ en Terre Sainte, avec son épouse Mabel de Roucy, ses frères Gilguin et Galéran et un neveu, Raoul de Pont-Echanfray.

En chemin ils s’arrêtent à Tarente, possession de Bohémond de Tarente oncle de Mabel de Roucy. Celle-ci y accouche d’un fils, prénommé Hugues comme son père, et comme les parents jugent la santé de l’enfant trop fragile pour supporter la traversée jusqu’en Palestine, ils confient cet enfant à la garde de Bohémond. L’enfant est élevé avec son cousin germain Bohémond II. Peu après son arrivée dans le royaume de Jérusalem, Hugues Ierdu Puiset acquiert des terres dans les environs de Jaffa et les défend contre les incursions des Fatimides d’Égypte. Le 28 septembre 1110, une charte de donation signée par le roi Baudouin Ier en faveur des Hospitaliers mentionne Hugues du Puiset comme témoin. Baudouin Ier meurt le 2 avril 1118 et son cousin Baudouin du Bourg, également cousin d’Hugues du Puiset, lui succède sous le nom de Baudouin II. Le port de Jaffa était le plus important de Terre Sainte et le plus exposé aux incursions égyptiennes et Baudouin II, afin de faciliter sa défense, crée le comté de Jaffa (1) qu’il confie à Hugues de Puiset au cours de l'été 1118. Mais Hugues meurt peu après en 1118, et sa veuve se remarie avec croisé qui vient d’arriver en Terre Sainte, Albert de Namur (2).

De son épouse Mabel de Roucy, fille d'Ebles II de Montdidier, comte de Roucy et de Sybille de Hauteville, il eut un fils :
• Hugues II (1106 † 1134), comte de Jaffa.




(1) Le comté de Jaffa est un fief sur le littoral du royaume de Jérusalem, qui est aussi une marche face à l’Egypte fatimide. C’est un fief le long de la côte entre la mer Méditerranée et Jérusalem.

La ville de Jaffa fut prise dès 1099, et Baudouin Ier en fit un comté qu’il confia à Hugues du Puiset. En 1135 le comte Hugues II fut accusé d’adultère avec la reine Mélisende de Jérusalem, et son comté fut confisqué, pour être donné en apanage à des membres de la famille royale. En 1153, la ville dAscalon est prise, et le comté devient le comté de Jaffa et d’Ascalon. Jaffa fut prise par Saladin après la bataille de Hattin en 1187, et reconquises en 1191 par Richard Cœur de Lion. Elle fut définitivement prise par les musulmans en 1268.




(2) Albert de Namur († 1122) est un comte de Jaffa de 1118 à 1122, fils d'Albert III, comte de Namur, et d'Ida de Saxe.
Fils cadet de ses parents, mariés vers 1065, il a très bien pu se joindre à la première croisade en 1095, mais l'absence de document mentionnant sa présence dans les premières années du royaume de Jérusalem ne permet pas de le confirmer. De fait, sa première apparition en Terre sainte date de 1112, quand une charte en faveur de l'Ordre des Hospitaliers le mentionne comme témoin.

En 1118, Hugues Ier du Puiset, comte de Jaffa, meurt. Le roi Baudouin II de Jérusalem ne peut pas laisser le comté sans maître, car il constitue la première défense face aux Fatimides d'Égypte qui cherchent à reconquérir la Terre Sainte, et confie à Albert de Namur le comté de Jaffa et la main de la veuve, Mabille de Roucy, fille d'Ebles II, comte de Roucy, et de Sibylle de Hauteville.

On ne sait pas les causes de sa mort, qui est survenue vers 1122, car son beau-fils Hugues II est installé comme comte de Jaffa en 1123.







Hugues II du Puiset, né vers 1106, mort vers 1134, est un comte de Jaffa (1123-1132), fils de Hugues Ier, comte de Jaffa et de Mabille de Roucy.

Selon Guillaume de Tyr, ses parents se rendirent en Terre Sainte en pèlerinage, et Hugues naquit en Apuléependant ce voyage. Comme le nouveau-né semble de santé fragile, ses parents n’osent pas lui faire subir les rigueurs de la traversée et le confie au prince Bohémond II de Tarente, héritier de la principauté d'Antioche. Ses parents parviennent à Jérusalem et son père reçoit le comté de Jaffa, puis meurt en 1118. Sa mère se remarie à Albert de Namur qui administre le comté, régulièrement en butte aux incursions des Fatimides d’Égypte.

On ne sait pas où Hugues de Puiset a passé son enfance, ni quand il se rend dans le royaume de Jérusalem. René Grousset indique qu’il accompagne Bohémond II lorsque ce dernier vient prendre possession de la principauté d’Antioche, mais cet évènement se passe en 1126 alors qu’Hugues du Puiset est déjà comte de Jaffa en 1123. De plus, il est mentionné comme ami d’enfance de la reine Mélisende de Jérusalem, ce qui est difficilement possible si l’une a été élevée à Jérusalem et l’autre à Tarente.

Après la mort d’Albert de Namur, le roi Baudouin II, son cousin germain, lui donne en 1123 le comté de Jaffa et le marie à Emma, nièce du patriarche Arnoulf de Roeux et veuve d'Eustache Ier de Grenier, seigneur de Césarée. Hugues et Mélisende ont des liens étroits d'amitié, mais la rumeur le disait trop familier avec la reine et, après la mort de Baudouin II et l’avènement de Foulque d’Anjou, mari de Mélisende, l’hostilité monte entre Foulque et Hugues et la cour se divise bientôt entre les deux camps. Selon Guillaume de Tyr, Gautier Grenier, seigneur de Césarée et beau-fils d'Hugues, l'accuse de trahison lors d'une séance de la Haute Cour et lui lance un défi. Une date est fixée pour le duel judiciaire, mais, le jour venu, Hugues se dérobe pour une raison inconnue : peut-être craint-il un piège de Foulque ou peut-être avait-il fait un faux serment pour protéger la reine et redoute-t-il la fureur divine. Son absence empêche ses partisans de prendre sa défense et il est reconnu coupable par défaut.

À cette nouvelle, Hugues prend peur et se rend à Ascalon pour se mettre sous la protection des Égyptiens. Ces derniers profitent de cette alliance pour envahir le sud du royaume de Jérusalem jusqu’à Arsur, mais les vassaux d’Hugues, son connétable Bliand d’Ibelin (1) en tête, ulcérés par cette trahison, abandonnent leur suzerain et livrent Jaffa à Foulque, qui repousse les Égyptiens, mais ne peut empêcher la prise de Panéas par Zengi, atabeg de Mossoul et d’Alep. Hugues du Puiset n’a plus d’autre choix que faire sa soumission au roi et implorer son pardon. Afin d’apaiser les griefs et les haines, il est convenu qu’Hugues serait exilé pendant trois ans et retrouverait ses fiefs à son retour.

En attendant son départ pour l’Italie, Hugues séjourne à Jérusalem, quand il est pris à parti par un chevalier breton et grièvement blessé. La population, croyant dans un premier temps que le roi avait ordonné l’agression alors que la trêve était conclue entre le comte et le roi, menace de se révolter, estimant l’agression injuste. Foulques, innocent de cet attentat, ordonne que l’agresseur soit jugé par la Haute Cour des Barons, qui condamne le chevalier breton au démembrement, puis ordonne que son exécution soit publique, tout en interdisant qu’on lui coupe la langue, de sorte qu’il puisse parler jusqu’au bout. Par ce procédé, le peuple hyérosolomitain est convaincu de l'innocence du roi.

Malgré la gravité de ses blessures, Hugues se rétablit et s'exile en Apulée où le roi Roger II de Sicile (2), son parent, le fait comte de Gargan. Il meurt peu après.





(1) Barisan d'Ibelin († 1151) est une importante figure duroyaume de Jérusalem et est l'ancêtre de la famille Ibelin. Son prénom est souvent prononcé Balian et il est aussi appelé Balian l'ancien.

Sa famille est inconnue ; on a parlé des vicomtes de Chartres, mais rien n'a été prouvé. On a aussi émit l'hypothèse que Barisianus signifie habitant de Bari, en Italie. Il se rend en Terre Sainte probablement lors du premier pèlerinage de Foulque V d'Anjou. Il est cité en 1115. En1120, et devient connétable du comté de Jaffa.

Il épouse vers 1122 Helvis de Rama, fille de Baudouin,seigneur de Rama, et de Stéphanie de Naplouse.

En 1134, Hugues II du Puiset, comte de Jaffa, se révolta contre Foulque d'Anjou, devenu roi de Jérusalem, et Balian prit le parti du roi. En 1141, Foulque d'Anjou, fit construire un château à Yebna (actuelle Yavne), entre Jaffa et Ascalon, lieu qui était un point stratégique contrôlant la route venant de l'Égypte fatimide, et en nommera comme seigneur Balian. Celui-ci prit alors comme nom de famille la forme française du nom de ce château, qui est Ibelin.

En 1148 Balian hérite de la seigneurie de Ramla par sa femme Helvis de Rama. Durant cette même année, il est également présent au conseil tenu à Acre après l'arrivée de la seconde croisade, où il fut décidé d'assiégerDamas.

Sa descendance se compose comme suit :
• Hugues d'Ibelin († 1170), seigneur d'Ibelin et de de Rama
• Baudouin d'Ibelin († 1187), seigneur de Mirabel, puis de Rama
• Balian d'Ibelin († 1193), seigneur de Naplouse et d'Ibelin
• Ermengarde d'Ibelin († 1160/67), mariée à Elinard de Bures, prince de Galilée et seigneur de Tibérias
• Stéphanie d'Ibelin († après 1167)
Il meurt en 1151. Sa veuve se remaria avec Manassès de Hierges, connétable du royaume de Jérusalem.




(2) Roger II de Sicile (22 décembre 1095 - 26 février 1154) est le second fils du Grand Comte Roger de Hauteville, premier comte normand de Sicile, et d’Adélaïde de Montferrat. Fondateur du royaume de Sicile (1130), il unifie toutes les conquêtes des Normands en Italie sous une seule couronne. Avec les Assises d'Ariano (1140), il jette les bases d'un royaume centralisé, investissant le roi et sa bureaucratie d'une autorité absolue. Roger II de Sicile fait preuve d'une politique extérieure énergique, menant plusieurs expéditions guerrières en direction de l'Afrique du Nord et de l'Orient byzantin. Son union avec Béatrice de Rethel donnera une fille, Constance, qui enfantera Frédéric II, roi de Sicile et empereur germanique.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 12:32

1106 : Guy de Milly


Guy de Milly, mort en 1126, seigneur de Naplouse (1) (1108-1126).
Originaire de Picardie (Milly-sur-Thérain-Oise), il vint en Terre Sainte, où il reçut la seigneurie de Naplouse.

De sa femme Étiennette ou Élisabeth, il eut :
• Guy Francinega
• Philippe de Milly
• Henry Bubalus






(1) La Seigneurie de Naplouse est l'un des fiefs du royaume de Jérusalem. C’est la région au nord de Jérusalem, autour de la ville de Naplouse.

La ville fut conquise par Baudouin Ier et réunie à la seigneurie d'Outre-Jourdain. Elle en fut détachée en 1106quand le roi l'inféoda à Guy de Milly. Son fils Philippe de Milly l'échangea contre la seigneurie d'Outre-Jourdain, et elle fut donnée en douaire à la reine Marie Comnène qui l'apporta à son mari Balian d'Ibelin. Elle fut ensuite conquise par Saladin en 1187.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 13:04

1114 : Bertrand de Saint-Gilles


Bertrand de Toulouse (dit parfois aussi Bertrand de Tripoli), né vers 1065 et mort en 1112, est un comte de Toulouse, de Rouergue, d’Agen, d’Albi et du Quercy, marquis de Gothie et de Provence et duc de Narbonne de 1096 à 1108, et comte de Tripoli de 1109 à 1112. Il est fils de Raymond de Saint Gilles.


Naissance


La légitimité de Bertrand a été mise en doute, mais ne semble pas assurée. En fait, les parents de Bertrand, Raymond de Saint-Gilles et la fille du comte de Provence, sont apparentés et le mariage, bien que célébré, est nul selon le droit canon. Seulement le décret du pape Grégoire VII, qui interdit les unions consanguines, est postérieur au premier mariage de Raymond de Saint-Gilles. Il est donc simplement issu d’une union non reconnue par l’église. De plus, les partisans de Guillaume IX d'Aquitaine le qualifient de bâtard, voulant ainsi l’écarter du comté de Toulouse.


Biographie


Son père part en croisade en 1096, en lui confiant ses possessions, dont le comté de Toulouse. Selon un chroniqueur anglais, Bertrand ressemble en caractère à son père. Mais le fils, s’il peut s’emporter comme son père, ne sait pas feindre la modération quand il le faut. Dès 1098, il commet sa première erreur, en s'en prenant aux privilèges des chanoines de Saint-Sernin (1). Les chanoines refusent d’y renoncer, et Bertrand décide de recourir à la force et incendia les bâtiments du chapitre. Raymond de Saint-Gilles étant alors loin à proximité d’Antioche, les chanoines appelèrent à leur aide un seigneur local susceptible de faire valoir ses droits, Guillaume IX, duc d'Aquitaine, marié à Philippe de Toulouse, fille du comte Guillaume IV, le frère et prédécesseur de Raymond de Saint-Gilles. Guillaume d’Aquitaine ne se prive pas de faire valoir ses droits, arguant que le testament du comte Pons de Toulouse avait bien été respecté, mais que, maintenant que Raymond de Saint-Gilles avait quitté ses domaines pour l’Orient, le comté de Toulouse revenait à sa femme Philippe.

Il prend aussitôt la tête de ses troupes et envahit le comté de Toulouse, sans que Bertrand ne lui oppose de forces. À partir de 1098, c’est Guillaume d’Aquitaine qui agit en maître à Toulouse, signant la plupart des chartes, et ceci jusqu’en 1101, date à laquelle il part lui-même en croisade.

Bertrand peut recouvrer ses États, peut être en payant une forte somme à Guillaume qui doit financer son voyage. De toute manière, même si Guillaume d’Aquitaine tenait Toulouse, il était mal accepté dans le comté de Toulouse et Bertrand, même s’il ne pouvait s’opposer militairement au duc d’Aquitaine, avait organisé une résistance.

De 1101 à 1108, il administre ses états favorisant le commerce et le développement économique dans un domaine pacifié : les vassaux les plus remuants sont encore en Terre sainte. Durant cette époque, il est cependant en lutte avec le pape Pascal II à propos de l'abbaye de Saint-Gilles. En 1105, son père meurt devant Tripoli assiégé (2), léguant tous ses biens occitans à son jeune fils Alphonse Jourdain et le comté de Tripoli à Bertrand. Elvire et Alphonse reviennent de Terre sainte au cours de l’été 1108. Cette même année, après avoir remis le comté de Toulouse et ses dépendances à Alphonse et à son tuteur, Bertrand part à son tour en Orient.

Comme son père, il a soigneusement préparé son départ. Un millier de soldats, ainsi que sa femme Hélène et son fils Pons l’accompagne, qui s’embarquent sur une flotte de quarante galères. Pour obtenir ces navires des Génois, il leur a accordé des exemptions d’impôts, ce qui favorise plus tard le commerce dans le Languedoc. Après une halte à Byzance, où il prête un serment similaire à celui de son père, il se rend à Antioche pour se faire remettre par Tancrède de Hauteville la citadelle d’Antioche, que son père possédait. Tancrède accepte, mais en échange de l’aide de Bertrand pour le siège d’une ville voisine. Or cette ville est byzantine, et Bertrand refuse, pour ne pas rompre son serment. Il quitte alors Antioche pour Tortose, qu’il atteint en mars 1109, et réclame le comté de Tripoli (3) à Guillaume de Cerdagne. Celui-ci refuse, disant le tenir de Raymond de Saint-Gilles et annonce qu’il le défendra contre Bertrand. Disposant d’effectifs réduits et ne pouvant faire face à l’escadre qui débarque, Guillaume appelle Tancrède à son aide. Plutôt que causer un conflit qui risque d’affaiblir les Croisés, Bertrand demande alors l’arbitrage de Baudouin Ier, roi de Jérusalem.

En attendant la venue du roi, Bertrand attaque le port de Giblet par terre tandis que son escadre l’investit par mer : la ville est prise en un clin d’œil et cette opération éclair impressionne aussi bien alliés qu’ennemis. Baudouin, Tancrède et leurs armées respectives arrivent devant Tripoli, et cette concentration de soldats permet la prise (et le pillage) de la ville. Bertrand est reconnu comme comte de Tripoli par le roi, tandis que Guillaume reçoit Tortose et Arqah. Mais ce dernier reste un danger pour Bertrand, car il a dû accepter de se reconnaître vassal du prince d’Antioche, ce qui, en raison de l’animosité de ce dernier, représente une menace. Mais Guillaume meurt peu après et ses places fortes reviennent à Bertrand.

En février 1110, l’armée de Baudouin et la flotte de Bertrand prennent Beyrouth, puis une croisade menée par le prince Sigurd de Norvège permet la prise de Sidon quelques mois plus tard. C’est alors que les seldjoukides attaquent Antioche, mais Baudouin et Bertrand se portent au secours de Tancrède. Après la victoire, Bertrand soutient les droits de l’empereur Manuel Ier Comnène sur la ville, s’opposant à Baudouin qui la préfère aux mains d’un prince franc. Bertrand meurt peu après, le 21 avril 1112.



Mariage et enfants


Il épousa en juin 1095 Hélène de Bourgogne (v.1080 † 1141), fille d'Eudes Borrel, duc de Bourgogne, et de Sibylle de Bourgogne, qui donne naissance à :
• Pons (v. 1096 † 1137), comte de Tripoli.
Veuve, Hélène se remarie à Guillaume Ier Talvas, comte de Ponthieu





(1) La basilique Saint-Sernin de Toulouse est un sanctuaire bâti pour abriter les reliques de Saint Saturnin, premier évêque de Toulouse, martyrisé en 250. Devenu l’un des plus importants centres de pèlerinages de l’occident médiéval, elle fut desservie, depuis le IXe siècle au plus tard et jusqu’à la Révolution française, par une communauté canoniale. Saint-Sernin est la plus grande église romane conservée en Europe.




(2) Le siège de Tripoli, ville qui se trouve actuellement au nord du liban, est un siège commencé en 1102 par Raymond de Saint-Gilles et qui prend fin le 12 juillet 1109 avec la prise de la ville, qui permet la constitution du comté de tripoli.









(3) Le comté de Tripoli était l’un des Etats latins d’Orient fondés à la faveur de la première croisade. Il était sur le territoire de l’actuel Liban – au centre de la carte ci-contre et subsista de 1102 à 1258.

• Ce n'est que plusieurs années après la constitution des autres États latins d'Orient que fut créé ce comté. Raymond de Saint-Gilles commença par s'emparer de la forteresse de Tortose (1102). Il tenta vainement de s'emparer de Homs dans l'arrière pays, sur le cours de l'Oronte, citadelle dont la possession aurait permis à l'état d'exister plus longtemps. Il mit le siège devant Tripoli en 1104, mais la ville résista plusieurs années, car ravitaillée par mer par les Égyptiens. Raymond mourut en 1105, et son cousin Guillaume Jourdain lui succéda. Le siège n'était pas encore terminé qu'arriva d'Europe Bertrand, le fils de Raymond de Saint Gilles qui disputa à Guillaume la possession du comté. Baudouin Ier roi de Jérusalem vint avec toute son armée arbitrer le litige. Ces renforts permirent la prise de la ville (12 juillet 1109). Baudouin Ier résolut la succession de Tripoli en partageant le comté en deux, mais l'assassinat de Guillaume en 1110 permit à Bertrand de réunifier le comté.
• Ses descendants dirigèrent le comté jusqu'en 1187, et le comté passa alors aux princes d'Antioche.
• La population franque du comté était principalement constituée de Croisés originaires d'Occitanie et d'Italie. Des États latins d'Orient, c'était le seul où l'on parlait la langue d'oc, contrairement aux autres qui parlaient lalangue d'oil, aussi la domination des Normands d'Antioche fut mal acceptée.
• Les XIIIe siècle fut parsemé d'intrigues de révoltes et d'assassinat. Il vit même le seigneur de Gibelet injurier son suzerain aux portes de Tripoli. La dernière comtesse, Lucie fut déposée en 1288 et Tripoli devint une commune autonome sous le protectorat de Gênes. Les Francs étaient beaucoup plus préoccupés de leurs querelles internes que de la progression des Mamelouks.
• Ceci leur permit de mettre le siège devant la ville en février 1289, qui fut prise le 27 avril 1289, ce qui entraîna le massacre de la population.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 13:12

1114 : Guillaume Ier de Bures et Geoffroy de Bures


Guillaume de Bures, originaire de Bures-sur-Yvette en Île-de-France, est arrivé dans le royaume de Jérusalem avant 1115 avec son frère Godefroy. Ils apparaissent comme des vassaux de Josselin de Courtenay. En 1119 il participa avec son frère à un raid en terre musulmane de l'autre côté du Jourdain, au cours duquel son frère fut tué. Quand Josselin reçut le comté d'Edesse, il laissa la principauté de Galilée qui fut donnée à Guillaume. À la mort d'Eustache Grenier (1123) et pendant la captivité de Baudouin II de Jérusalem, il devint connétable et régentdu royaume de Jérusalem. En 1128, il fut envoyé en France pour choisir un mari pour la fille et héritière de Baudouin. Il mourut en 1142. Il n'avait pas d'enfant, et son neveu Elinard de Bures, fils probable de Godefroy, lui succéda.









Avant 1118 : Albert de Namur



Albert de Namur († 1122) est un comte de Jaffa de 1118 à 1122, fils d'Albert III, comte de Namur, et d'Ida de Saxe.

Fils cadet de ses parents, mariés vers 1065, il a très bien pu se joindre à la première croisade en 1095, mais l'absence de document mentionnant sa présence dans les premières années du royaume de Jérusalem ne permet pas de le confirmer. De fait, sa première apparition en Terre sainte date de 1112, quand une charte en faveur de l'Ordre des Hospitaliers le mentionne comme témoin.

En 1118, Hugues Ier du Puiset, comte de Jaffa, meurt. Le roi Baudouin II de Jérusalem ne peut pas laisser le comté sans maître, car il constitue la première défense face aux Fatimides d'Égypte qui cherchent à reconquérir la Terre Sainte, et confie à Albert de Namur le comté de Jaffa et la main de la veuve, Mabille de Roucy, fille d'Ebles II, comte de Roucy, et de Sibylle de Hauteville.

On ne sait pas les causes de sa mort, qui est survenue vers 1122, car son beau-fils Hugues II est installé comme comte de Jaffa en 1123.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 18:25

1119, puis 1130 : Foulque V d’Anjou


Foulques V d'Anjou, dit « le Jeune », né en 1092, mort le 10 ou le 13 novembre 1143 à Acre, fut comte d'Anjou et de Tours de 1109 à 1129, comte du Maine de 1110 à 1129, puis roi de Jérusalem de 1131 à 1143. Il était de la famille des Ingegeriens (1) fils cadet de Foulques IV le Réchin, comte d'Anjou et de Tours, et de Bertrade de Montfort


Enfance

Bertrade de Montfort, sa mère est la cinquième épouse de son père Foulques le Réchin et avait été épousée à la suite d'un marchandage entre Robert II Courteheuse, duc de Normandie et Guillaume, comte d'Évreux. Par un accord, Foulques le Réchin aidait Robert Courteheuse à mater la révolte des Manceaux et Robert Courteheuse acceptait de rendre les terres de Raoul de Gacé (2) († 1051) au neveu de ce dernier Guillaume d'Évreux, lequel accordait à Foulques le Réchin la main de sa pupille et nièce Bertrade, que ses contemporains considéraient d'une très grande beauté. Foulques naît peu après de ce mariage, mais l'ambition de Bertrade ne s'arrête pas au seul comté d'Anjou. Considérant que son mariage est nul puisque la précédente épouse de Foulques est encore en vie, Bertrade abandonne son mari et rejoint Philippe Ier, roi de France en emmenant son fils avec lui.

Foulques le Jeune vit à la cour royale à Paris pendant que son beau-père et sa mère encourent les foudres de l'Église et sont excommuniés par le pape Urbain II, celui qui appelle en 1095 la chrétienté à délivrer les Lieux saints. Ce n'est qu'en 1104 que Bertrade, touchée par le prêche de Robert d'Arbrissel (3) se soumet aux décisions de l'Église et se retire à Fontevraud.
Il semble que Foulques le jeune reste encore à la cour du roi, mais en 1106, son demi-frère Geoffroy Martel (4), héritier du comte d'Anjou, se révolte contre son père et est assassiné au siège de Candé. Foulques le Jeune, devenu héritier, quitte alors Paris pour rejoindre son père et est associé au gouvernement du comté. Il n'a que quinze ans, et son père Foulques le Réchin meurt trois ans plus tard, en 1109.


Comte d’Anjou et du Maine

Bien qu’il se démarque de ses ancêtres par sa douceur, son affabilité et sa loyauté, il n’en reste pas moins un seigneur attaché à maintenir la puissance de ses États et passe sa vie à mater et réduire ses vassaux les plus turbulents, notamment ceux d'Amboise, à l’instar de son contemporain, le roi de France Louis VI le Gros. Il prend ainsi les châteaux forts de Doué et de l’Isle-Bouchard(1109), de Brissac (1112), de Montbazon(1118) et de Montreuil-Bellay (1124). Il réprime également les tentatives d’indépendance des bourgeois, freine les mouvements d’émancipation communale et se fait obéir de la féodalité ecclésiastique.

Juste après son avènement, il épouse Erembourg, fille et héritière d'Hélie de Beaugency, comte du Maine. Ce mariage rattache définitivement le Maine à l'Anjou, mais le contraint à mener une politique louvoyante entre Henri Ier Beauclerc, roi d'Angleterre et duc de Normandie, et Louis VI le Gros, roi de France.

Mais son action ne se limite pas à une politique intérieure, et il intervient dans le conflit qui oppose les héritiers de Guillaume le Conquérant. Il s’allie au roi Louis VI le Gros, reçoit en échange la charge de sénéchal et soutient avec son roi la cause de Guillaume Cliton, prétendant au duché de Normandie contre son oncle Henri Ier Beauclerc, roi d’Angleterre. En 1112, l’aide de Louis VI lui permet de conserver le Maine envahi par Henri Beauclerc. En 1113, il se rapproche du roi anglais et fiance sa fille Mathilde à Guillaume Adelin (5), fils d’Henri Beauclerc. En 1116, il revient à l’alliance capétienne et combat Thibaut IV de Blois, neveu d’Henri et ennemi de Louis VI, puis participe à la campagne de Louis VI en faveur de Guillaume Cliton et contre Henri. La mort au combat du comte Baudouin VII de Flandre (1119), autre soutien de Guillaume Cliton, incite Louis et Foulques à conclure un accord avec Henri Beauclerc, et Guillaume Adelin épouse Mathilde.

Foulques profite de cette paix pour effectuer un pèlerinage à Jérusalem qu’il atteint en mai 1120 et où il se fait apprécier par sa valeur, son courage et sa piété. Quand il rentre en Europe, il apprend que Guillaume Adelin était mort le 25 novembre 1120 dans le naufrage de la Blanche-Nef (6), et qu’Henri Beauclerc refuse de rendre la dot. Foulques soutient de nouveau les prétentions de Guillaume Cliton, qu’il marie en 1123 à sa seconde fille Sibylle et lui donne le Maine en dot, mais le pape intervient et annule le mariage le 26 août 1124.

Foulques n’en continue pas moins à soutenir Guillaume Cliton, mais la situation change encore en 1127. D’une part, Charles le Bon, comte de Flandre est assassiné le 2 mars 1127, et Guillaume Cliton, petit-fils de Mathilde de Flandre et beau-frère de Louis VI le Gros par son second mariage, revendique le comté de Flandre. D’autre part, Mathilde, l’unique enfant légitime d’Henri Beauclerc, veuve de l’empereur Henri V depuis 1125, est reconnue héritière du royaume d’Angleterre par son père qui propose sa main à Geoffroy, fils aîné de Foulques. L’accord est rapidement conclu et le mariage est célébré au Mans le 17 juin 1128, jetant ainsi les bases de l’empire Plantagenêt. Trois mois plus tôt, le 31 mai 1128, Foulques avait pris la croix et, après une dernière visite à Fontevrault où s’était retirée sa fille Mathilde, veuve de Guillaume Adelin, confie tous ses domaines à son fils et part définitivement en Terre sainte, au début de l’année 1129.



En rouge foncé, les fiefs de Foulques d’Anjou : Anjou, Touraine et Maine



Héritier du royaume de Jérusalem

En effet, de l’autre côté de la Méditerranée, le roi Baudouin II de Jérusalem, prend de l’âge, n’a pas de fils pour lui succéder et cherche un héritier à marier à sa fille aînée Mélisende. En 1127, il envoie son connétable Guillaume de Bures et Gautier de Brisebarre, seigneur de Beyrouth (7) demander conseil auprès du roi Louis VI de France, lequel désigne le comte Foulques V d'Anjou. Le choix est heureux, car le comportement, la piété et la vaillance de Foulques lors de son pèlerinage de 1120 avait valu l’admiration de tous. De plus, Baudouin connaissait par ses contacts en Occident les qualités d’administrateur, de chef guerrier et savait également qu’il était veuf depuis1126. Foulques aborde à Saint-Jean-d'Acre au milieu du printemps et épouse Mélisende de Jérusalem le 2 juin1129.

La première intervention de Foulques en tant qu'héritier du royaume est d'assister son beau-père qui tente de conquérir Damas. Tughtekin, le précédent atabeg, est mort le 12 février 1128 et son fils Taj el-Moluk Buri lui a succédé sans difficulté, mais les Nizarites s'implantent et contrôlent peu à peu son entourage. De confession chiite et haïssant les sunnites, ils commencent à comploter et à négocier avec les Francs pour leur livrer la ville. Baudouin II se prépare à cette éventualité quand la population de Damas se révolte et massacre les Nizarites en septembre 1129, faisant échouer les plans de Baudouin II, qui tente néanmoins le siège de la ville, mais y renonce le 5 décembre 1129 à cause de pluies diluviennes qui rendent le sol boueux et impraticable.

En février 1130, le prince Bohémond II d'Antioche est tué en Cilicie par les Turcs. Il ne laisse qu'une enfant, Constance, pour lui succéder sous la régence de sa veuve Alix de Jérusalem, fille de Baudouin II. Mais Alix ne veut pas se contenter de la régence, mais veut diriger directement la principauté et, prévoyant l'opposition de son père et des principaux barons, envoie un messager à Zengi, atabeg de Mossoul et d'Alep lui demandant sa protection. Heureusement, le messager est intercepté, et Baudouin et Foulques se rendent à Antioche pour y mettre de l'ordre. Alix est exilée à Laodicée.


Roi de Jérusalem

Baudouin II meurt à Jérusalem le 21 août 1131 et la succession ne pose aucun problème. Reconnu roi sans difficulté par la Haute Cour du royaume, Foulques et Mélisende sont sacrés roi et reine au Saint Sépulchre le 14 septembre 1131. Le comte JosselinIer d'Édesse meurt la même année et son fils Josselin II, un piètre guerrier, lui succède, et préfère séjourner à Turbessel plutôt qu'à Édesse, qu'il juge trop exposé. À Lodicée, Alix noue des alliances avec Guillaume, châtelain de Sahyun, Josselin II et Pons de Tripoli pour reprendre le pouvoir à Antioche. Les barons d'Antioche, apprenant le complot, appellent Foulques qui vient avec son armée, mais à qui le comte Pons de Tripoli refuse le passage dans ses États. Afin d'éviter une effusion de sang qui profiterait à Zengi, Foulques embarque à Beyrouth pour Saint-Siméon, arrive à Antioche où il empêche les intrigues d'Alix. Puis il attaque Rugia, d'où le comte Pons espère envahir la principauté d'Antioche, et l'oblige à la reddition et à la soumission. Foulques reste ensuite quelque temps à Antioche pour régler les affaires de la principauté, dont il est régent, puis confie l'administration à Renaud Masoier, connétable d'Antioche.

Espérant profiter des troubles internes, des bandes turcomanes envahissent la principauté d'Antioche, d'où ils sont repoussés, puis le comté de Tripoli où ils battent Pons et l'obligent à se réfugier dans Montferrand (08). Avertie, son épouse Cécile de France, demi-sœur de Foulques, se précipite à Jérusalem pour demander secours à son frère. Foulques arrive à temps pour obliger les Turcomans à lever le siège de Montferrand, puis bat les troupes d'Alep à Qinnesrin.

Les années qui suivent sont militairement calmes, car Zengi est occupés par les luttes entre les califes abbassides de Bagdad et les sultans seldjoukides, et n'intervient pas en Syrie jusqu'en 1137 et les Francs en profitent pour construire des forts permettant d'assurer la sécurité des routes.

Parmi les principaux barons du royaume figure Hugues II du Puiset, comte de Jaffa, un cousin et un ami d'enfance de la reine, que des esprits malveillants soupçonnent d'entretenir une liaison. Peu à peu se forment deux camps, les partisans du roi et ceux du comte de Jaffa. Gautier de Grenier, seigneur de Césarée, beau-fils du comte de Jaffa hostile à son beau-père, l'accuse de trahison et lui lance un défi. Hugues l'accepte, mais ne se présente pas le jour fixé pour le duel judiciaire et est déclaré coupable. Pris de peur, Hugues de Jaffa se réfugie à Ascalon sous la protection des Égyptiens, mais ses vassaux refusent l'alliance égyptienne et l'abandonnent. Hugues est alors obligé de se soumettre, et est exilé pour une durée de trois ans. Au moment de s'embarquer, il est attaqué par un chevalier breton et grièvement blessé. Voulant couper court aux accusations d'avoir commandité le meurtre et aux risques d'émeutes, Foulques fait juger le coupable par la Haute Cour des barons et ordonne que l'exécution soit publique et qu'on ne lui coupe pas la langue, pour lui permettre de parler jusqu'au bout, et la loyauté du roi dans cette affaire est reconnue par tous. Hugues du Puiset se rétablit, contre toute attente et se rend en Sicile, où il meurt peu après. Mais le courroux de Mélisende de Jérusalem s'exerce longtemps sur les protagonistes, au point que certains craignent pour leur vie, avant qu'il ne finisse par s'apaiser.

Mélisende profite de son ascendant sur son mari, qui cherche à se faire pardonner, pour le faire autoriser le retour de sa sœur Alix à Antioche. Le nouveau patriarche, Raoul de Domfront, en lutte contre son clergé, trouve en elle une alliée et ne s'oppose pas à son retour, mais Foulques contre ce retour et cette complaisance en négociant le mariage de la princesse Constance avec Raymond de Poitiers (1136).

Zengi, ayant réglé les affaires irakiennes, reprend l'offensive contre les Francs qui sont acculés à la défensive, mais l'empêchent de s'emparer de Damas (février 1135) et de Homs (juillet 1137). Il attaque ensuite Montferrand, bat Foulques qui conduit une armée de secours l'oblige à se réfugier dans la forteresse et le pousse à livrer la place forte en échange de la vie sauve et de la liberté, malgré l'arrivée d'une autre armée de secours (août 1137).

C'est à cette époque que Jean II Comnène, empereur byzantin, intervient en Cilicie, puis assiège Antioche. Ayant besoin de toute l'aide militaire contre Zengi, Foulques et Raymond acceptent de reconnaitre la suzeraineté byzantine sur Antioche, concluent une alliance et envisagent une expédition de conquête d'Alep. Mais la mésentente franco byzantine fait échouer le siège de Shaizar en mai 1138 et Jean Comnène repart à Byzance. Pour compenser le départ de cet allié, Foulques conclue un pacte d'assistance avec Mu'in ad-Din Unur, régent de Damas, également menacé par Zengi.

Afin de renforcer la sécurité du royaume vis-à-vis des incursions égyptiennes, Foulques ordonne la construction de forteresse à Ibelin (Yavné) (9), Blanche-Garde (Gath) (10), Bethgibelin (Beth Guvrin) (11) et Moab (12). Il meurt à Acre le 10 novembre 1143 d'une chute de cheval, laissant deux fils mineurs, les futurs Baudouin III et Amaury Ier.

Mariage et enfants

Il avait épousé en premières noces en 1110 Erembourg († 1126), comtesse du Maine, fille d'Hélie de Beaugency, comte du Maine, et de Mathilde de Château-du-Loir, et avait eu :
• Geoffroy V le Bel ou Plantagenêt († 1151), comte d'Anjou, de Tours, du Maine et duc de Normandie
• Hélie II († 1151), comte du Maine
• Mathilde née sous le nom d'Alice († 1154), mariée à Guillaume Adelin († 1120), fils et héritier du roi Henri Ierd'Angleterre; elle fut abbesse de Fontevraud (1149-1154).
• Sibylle († 1165), mariée en 1123 à Guillaume Cliton. Le mariage fut annulé en 1124, et elle se remaria en1134 avec Thierry d'Alsace, comte de Flandre.
Veuf, Foulques V se remaria en 1129 avec Mélisende de Jérusalem († 1161), fille de Baudouin II, roi de Jérusalem, et de Morfia de Malatya. Ils eurent :
• Baudouin III (1131 † 1162), roi de Jérusalem
• Amaury Ier (1136 † 1174), roi de Jérusalem


Mariage de Foulques V d’Anjou et de Mélisende de Jérusalem.




(1) Les Inngelgeriens sont un lignage de la noblesse franque qui établit l’autonomie et la puissance du comté d’Anjou entre 930 et 1060, profitant des luttes entre les derniers carolingiens et les Robertiens, ancêtre des Capétiens.






(2) Raoul de Gacé (†1051), fut un noble normand, tuteur du futur Guillaume le, Conquérant, et seigneur de Gacé, d’Ecouché, de Bavent, de Varenguebec et de Noyon-sur-Andelle. Il était fils de Robert le Danois, archevêque de Rouen et comte d’Evreux, et d’Herlève.






(3) Robert d’Arbrissel, né vers 1047 dans le village d’Arbrissel (actuel département d’Ille-et-Vilaine) dans le diocèse de Rennes en Bretagne et mort au Prieuré d’Orsan en centre Val de Loire, probablement autour de 1117, est un ermite et moine breton.

Prêcheur itinérant, reconnu par le pape Urbain II, il suit une pratique érémitique extrême. Il est le fondateur des abbayes de Fontevraud et de la Roë et de l’ordre de Fontevraud.

Ses exigences spirituelles et sa conduite lui créeront des difficultés pendant toute sa vie et bloqueront les tentatives de canonisation au XVIIe siècle. Les historiens contemporains se disputent encore sur le sens de son action, le décrivant tour à tour comme un précurseur du féminisme, un défenseur des pauvres, un réformateur exigeant.






(4) Geoffroy IV d'Anjou, dit Martel, mort le 19 mai 1106 fut uncomte d'Anjou associé à son père de 1098 à 1106. Il était fils de Foulque IV le Réchin, comte d'Anjou et de Tours, et d'Ermengarde de Bourbon.

On estime la date de sa naissance entre 1070 et 1075. Vers1098, soutenu par les barons angevins, il se révolta contre son père, dont il désapprouvait la politique, et l'obligea à partager le gouvernement du comté. Il eut aussi à combattre des vassaux indociles et fut assassiné durant siège deCandé, en 1106, peut-être à l'instigation de son père.






(5) Guillaume Adelin (1103 – 25 novembre 1120), était le seul fils légitime d’Henri Ier Beauclerc et de son épouse Edith d’Ecosse. Sa mort prématurée dans le naufrage de la Blanche-Nef a amené un remaniement dans les relations politiques entre l’Angleterre et la France.

Ses grands-parents maternels étaient Malcolm III d’Ecosse et Marguerite d’Ecosse. La deuxième partie du nom de Guilaume, qui s’écrit indifféremment Audelin, Atheling ou Aethelin, dérive du viel anglais Ætheling signifiant « fils du roi ».






(6) La Blanche-Nef est un navire normand qui fit naufrage à Barfleur au large du Cotentin, le 25 novembre 1120 avec pas moins de 140 hauts barons et dix-huit femmes de haute naissance, filles, sœurs, nièces ou épouses de roi et de comtes à son bord, parmi lesquels l’héritier du trône d’Angleterre, le prince Guillaume Adelin, fils du roi Henri Ier Beauclerc.






(7) La seigneurie de Beyrouth était aux XIIe et XIIIe siècles un des fiefs du royaume de Jérusalem. C’était la seigneurie la plus au nord du royaume, située entre le comté de Sidon et le comté de Tripoli.

Beyrouth fut conquise en 1110 par Baudouin Ier, roi de Jérusalem, qui le donna à Foulques de Guines. La ville fut conquise et occupée par Saladin de 1187 à 1197 avant d’être à nouveau reconquise. En 1204, elle est donnée par Amaury II de Lusignan à Jean d’Ibelin, le vieux seigneur de Beyrouth. La ville tomba définitivement en 1291.

Il peut paraitre curieux que cette seigneurie soit vassale du prince de Galilée et de Tibériade plutôt que du Comté de Sidon, car ce comté sépare justement la seigneurie de la principauté. La raison en est probablement la suivante : Beirouth a été prise avant Sidon, donc le comté n’était pas encore créé quand Baudouin inféoda Beyrouth à Foulques de Guines. La ville étant très éloignée du centre du royaume, il plaça le nouveau seigneur sous la protection d’un vassal plus proche.






(08) Montferrand : la forteresse de Ba’rin est située dans la province de Hama. Elle était nommée Montferrand par les croisés et se situe à proximité de la ville antique de Rafanée qui était aussi pourvue d’une citadelle pendant les croisades.





(9) La seigneurie d’Ibelin est un des arrières-fiefs du royaume de Jérusalem. Le site d’Ibelin était occupé depuis les temps les plus anciens ; les Romains l’appelaient Iammia. Les juifs y avaient le Conseil de Yavné après la destruction du second Temple de Jérusalem. Les Arabes le nommèrent Yebna. Le château croisé fut construit entre Jaffa et Ascalon, près de Montgisard et de Rama.
Actuellement, Ibelin s’appelle Yavné.

En 1141, Ascalon était encore tenue par les Fatimides d’Egypte, et les armées égyptiennes envahissaient chaque année le royaume croisé à partir d’Ascalon. Ibelin fut construit dans le but de contenir ces attaques. Le château intial, bâti par le roi Foulques de Jérusalem avait quatre tours. La seigneurie fut donnée à Barisan d’Ibelin, puis fut conquise par Saladin après la Bataille de Hattin en 1187.






(10) La ville de Gath, Gat ou Geth est une des cinq cités-états des Philistins établies à partir du XIIe siècle av. J.-C. Elle est établie au nord-ouest du territoire philistin à proximité de la Shephelah. Les autres cités de la pentapole sont Gaza, Ekron, Ashkelon, et Ashdod.

Après la conquête de la région lors de la première croisade, une petite forteresse appelée « Blanche Garde » est construite à cet endroit selon le plan d’encerclement de la ville fatimide d’Ashkelon. Ce site est conquis par la suite par les Ayyoubides et sert de base au village, médiéval puis moderne, de Tell es-Safi qui existe jusqu’en 1948. Ces ruines sont visibles aujourd’hui, certaines parties des fortifications extérieures ont été fouillées au cours des années fin 1990-2000.






(11) Beth Guvrin est une ancienne ville de la Shéphélah en Israël, entre la rivière Guvrin et la rivière Marésha, à proximité du Kibboutz Beth Govrin. Elle est mentionée par Flavius Josèphe sous le nom Beth Govri et par Hazal sous le nom de Beth Gouvria. La signification de ce nom en araméen est la maison des hommes. Selon le Midrash, il y avait des géants dans les grottes aux alentours du village, d’où son nom. A l’époque romaine, elle est renommée Eleuthéropolis. Le site était déjà identifié comme Baitogabra dans la Géographie de Ptolémée. Les Croisés l’appellent Bethgibelin. L’identificationi d’Edward Robinson d’un village arabe dépeuplé appelé Beit Jibrin avec la ville ancienne a été confirmée par des fouilles archéologiques.

Après la conquête de la région lors de la première croisade, Baudouin Ier de Jérusalem attaque pendant l’hiver 1100 les Bédouins qui trouvaient refuge dans les grottes et écumaient la route entre Jérusalem et Jaffa. Il fait boucher les grottes et y mettre le feu. Vers 1136, Foulques V d’Anjou y fait construire un château afin de défendre hébron face aux incursions depuis la ville fatimide d’Ashkelon, une série de fortifications avaient été décidées pour encercler la ville. Ce plan d’encerclement inclut aussi les forteresse d’Ibelin (Yavné) et de Blanche-Garde (Gath). Pour les croisés, le site s’appelle Bethgibelin, Begebelinus, ou Gibelin, et est identifié à Beer-Sheva. La forteresse consiste en une tour centrale entourée d’une ligne de muraille avec quatre tours d’angle. La défense est complétées par un fossé. Elle réutilise des parties des murs et des tours nord-ouest de la ville de l’époque byzantine. Dans une deuxième phase de construction, un mur extérieur est ajouté pour défendre une zone plus large, donnant à la forteresse un plan concentrique.


Grotte en forme de cloche


La forteresse de Bethgibelin






(12) Moab : La seigneurie d’Outre-Jourdain aussi appelée seigneurie de Montréal, du nom de sa capitale, était au XIIe siècle un fief du royaume de Jérusalem situé à l’est du Jourdain.

En 1142, Payen le Bouteiller fit construire le krak de Moab, aussi appelé la « Pierre du Désert ». La position stratégique du fief, entre Damas et la mer Rouge, permettait de contrôler les caravanes musulmanes entre l’Egypte et la Syrie. «Al-Karak » devint la ville principale de la seigneurie et la résidence de l’archevêque de Rabbah.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 18:34

1120 : Barisan d’Ibelin

Barisan d'Ibelin († 1151) est une importante figure duroyaume de Jérusalem et est l'ancêtre de la famille Ibelin. Son prénom est souvent prononcé Balian et il est aussi appelé Balian l'ancien.
Sa famille est inconnue ; on a parlé des vicomtes de Chartres, mais rien n'a été prouvé. On a aussi émis l'hypothèse que Barisianus signifie habitant de Bari, en Italie. Il se rend en Terre Sainte probablement lors du premier pèlerinage de Foulque V d'Anjou. Il est cité en 1115. En1120, et devient connétable du comté de Jaffa.
Il épouse vers 1122 Helvis de Rama, fille de Baudouin, seigneur de Rama, et de Stéphanie de Naplouse.
En 1134, Hugues II du Puiset, comte de Jaffa, se révolta contre Foulque d'Anjou, devenu roi de Jérusalem, et Balian prit le parti du roi. En 1141, Foulque d'Anjou, fit construire un château à Yebna (actuelle Yavne), entre Jaffa et Ascalon, lieu qui était un point stratégique contrôlant la route venant de l'Égypte fatimide, et en nommera comme seigneur Balian. Celui-ci prit alors comme nom de famille la forme française du nom de ce château, qui est Ibelin.
En 1148 Balian hérite de la seigneurie de Ramla par sa femme Helvis de Rama. Durant cette même année, il est également présent au conseil tenu à Acre après l'arrivée de la seconde croisade, où il fut décidé d'assiéger Damas.
Sa descendance se compose comme suit :
• Hugues d'Ibelin († 1170), seigneur d'Ibelin et de de Rama
• Baudouin d'Ibelin († 1187), seigneur de Mirabel, puis de Rama
• Balian d'Ibelin († 1193), seigneur de Naplouse et d'Ibelin
• Ermengarde d'Ibelin († 1160/67), mariée à Elinard de Bures, prince de Galilée et seigneur de Tibérias
• Stéphanie d'Ibelin († après 1167)
Il meurt en 1151. Sa veuve se remaria avec Manassès de Hierges, connétable du royaume de Jérusalem.








1128 : Ithier de Rethel


Ithier ou Itier, Witer, Wither, Withier, Gonthier, Guithier de Vitry, dit le Dévot, mort en 1171, fut châtelain de Vitry et comte de Rethel de 1158 à 1171. Il était fils d'Eudes, seigneur de Vitry, et de Mathilde, comtesse de Rethel.


Il est cité dans une charte signée en mars 1128 par son oncle le Baudouin II de Jérusalem, par lequel ce dernier accorde des privilèges à l'Église du Saint-Sépulcre de Jérusalem. On en déduit qu'à cette date il prenait part aux croisades. Durant cette période Baudouin II organisa une expédition pour prendre Damas, mais sans succès.


Il épousa Béatrice de Namur († 1160), fille de Godefroy Ier, comte de Namur, et d'Ermesinde de Luxembourg. De leur union naquirent :
• Béatrix († 30 Mars 1185), mariée à Roger II, roi de Sicile
• Hugues, cité comme moine à Reims en 1160.
• Manassès IV († 1199), comte de Rethel.
• Henri († 1191), châtelain de Vitry
• Baudouin († 1198), seigneur de Chemery
• Albert († 1213), archidiacre à Liège
• Simon
• Clémence, mariée à Hugues de Pierepont († 1188)
• une fille mariée à Geoffroi, vidame de Chalons
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 21:02








Louis VII, Roi de France


Louis VII, dit « Louis le Jeune », né en 1120, mort en 1180 àParis, roi des Francs de 1137 à 1180. Il est le fils de Louis VI, dit « Louis le Gros », roi des Francs, et d’Adélaïde de Savoie (v.1092-1154)

Biographie

Sixième souverain de la dynastie des Capétiens directs. Il épouse successivement Aliénor d'Aquitaine (1), Constance de Castille (2), et Adèle de Champagne (3). Son fils Philippe Auguste lui succéde.


Début de règne

Il est sacré roi et couronné, à Reims, dès le 25 octobre 1131, par le pape Innocent II (4), après la mort accidentelle de son frère aîné Philippe de France (1116-1131) (à ne pas confondre avec Philippe, son frère cadet du même prénom), à la suite d'une chute de cheval provoquée par un cochon errant, le 14 octobre 1131. Louis étant le second fils de Louis VI le gros, il n'était pas prédestiné à une carrière royale et son père lui réservait une carrière ecclésiastique, voire une carrière monastique comme son frère cadet Henri, d'où sa piété austère et rigoureuse. Son inexpérience et sa faible préparation à l'exercice du pouvoir expliquent probablement sa désastreuse politique malgré les réticences de Suger.

Après le décès de son père Louis VI « le Gros », d'une dysenterie probablement consécutive à un excès de bonne chère, il est à nouveau couronné à Bourges, le25 décembre 1137.
Avant de mourir, son père avait organisé son mariage avec Aliénor d'Aquitaine (1122-1204), fille de Guillaume X d'Aquitaine, duc d’Aquitaine et d’Aénor de Châtellerault. Le mariage eut lieu à Bordeaux, le 25 juillet 1137. Il est lui-même couronné duc d'Aquitaine, à Poitiers le 8 août 1137. Ce mariage fabuleux permit au domaine royal de presque tripler, car la jeune mariée apporte dans sa dot la Guyenne, la Gascogne, le Poitou, le Limousin, l’Angoumois, la Saintonge et le Périgord, c’est-à-dire une partie du Midi et de l’Ouest de la France, l’équivalent de 19 départements actuels (une spécification avait été faite, lors du mariage, que le duché Aquitain ne s'absorberait pas dans le Royaume de France: L'union devait rester purement personnelle). Le caractère du roi, dévot, ascétique (il aurait voulu être moine), naïf et maladroit, mou dans ses décisions, s’accorde mal avec le caractère d'Aliénor, fort et sensuel. Cependant les dix premières années semblent se passer sans réelle mésentente.

Louis VII écarte sa mère de la cour, mais garde les conseillers de son père dont l’abbé de Saint-Denis, Suger (5). Il poursuit également la politique de son père et continue de mettre en valeur le domaine royal ainsi que la rénovation et la transformation de la basilique Saint-Denis. Il fait de multiples concessions aux communautés rurales, encourage les défrichements et favorise l’émancipation des serfs. Il prend appui sur les villes en accordant des chartes de bourgeoisie (Étampes, Bourges) et en les encourageant hors de son domaine (Reims, Sens, Compiègne, Auxerre). Il soutient enfin l’élection d’évêques dévoués au pouvoir royal.

En 1138, Louis VII s’oppose au comte Thibaud II de Champagne (6) et au pape Innocent II au sujet de l’investiture pour l’évêché de Langres, pour lequel il avait imposé Guillaume de Sabran, un moine de Cluny au lieu d'un candidat de Bernard de Clairvaux. Il s’oppose à nouveau au pape en tentant d’imposer son candidat au siège de Bourges en 1141 contre Pierre de La Châtre, soutenu par le pape Innocent II. Celui-ci finit par excommunier Louis VII et Pierre de La Châtre trouve refuge en Champagne. Innocent II lève ensuite cette excommunication. En décembre 1142, le roi envahit le comté et lors de son avancée incendie en janvier 1143 Vitry-en-Perthois et son église dans laquelle s’étaient réfugiés les habitants du village, qui y trouvèrent une mort affreuse.

Edit du roi de France, Louis VII, banissant du royaume les juifs relaps sous peine de mutilation ou de mort. Paris, 1144-1145. Archives nationales de France.

En vue d'apaisement, il signe le traité de Vitry (7) avec le comte Thibaud II à l’automne 1143, acceptant l’élection de Pierre de La Châtre pour faire lever l'interdit qui pèse sur le royaume. Le 22 avril 1144, il participe à la conférence de Saint-Denis pour régler définitivement le conflit entre le  Saint-Siège et lui.



La deuxième croisade

Pour sceller le règlement du conflit, il accepte de prendre part à la deuxième croisade prêchée par saint Bernard de Clairvaux, et aux environs de Noël 1145, Louis VII annonce sa décision de partir pour porter secours aux États chrétiens de Palestine, menacés par les Turcs qui viennent d’envahir le comté d'Édesse où de nombreux chrétiens sont massacrés. Le pape Eugène III (08) approuve cette croisade et autorise le Roi de France à prélever le décime, c'est-à-dire d'imposer les biens ecclésiastiques, normalement exclus de tout impôt, pour financer son expédition. Vers Pâques 1146, le roi prend la croix en même temps que de nombreux barons lors de l’assemblée de Vézelay.

Le 11 juin 1147, le roi Louis VII et Aliénor partent pour la deuxième croisade, à la tête de 300 chevaliers et d’une nombreuse armée, suivie peu à peu par des dizaines de milliers de pèlerins. Se mettant en marche à partir de Metz, ville impériale, ils passent par la vallée du Danube, où ils sont rejoints par l’armée de l’empereur Conrad III  (9) et prévoient de passer en Asie mineure par Constantinople, où ils arrivent le 4 octobre 1147.

L’expédition est marquée par la discorde entre les clans français et allemand, l’inexpérience de Louis VII qui se montre velléitaire, et le soutien douteux des Byzantins qui nuisent plus aux chrétiens qu’ils ne les aident. Trompé par ceux-ci, Louis VII est battu par les Turcs en Asie Mineure et connaît plusieurs revers en Syrie. Il rejoint à grand peine Antioche en mars 1148, alors aux mains de Raymond de Poitiers, oncle d’Aliénor, qui reçoit les Croisés avec beaucoup d’égards.

Raymond espère que Louis VII va l’aider à combattre l’ennemi qui l’avait dépouillé de certains de ses territoires, mais le roi ne pense qu’à aller à Jérusalem. Aliénor tente en vain de convaincre son mari d’aider son oncle Raymond de Poitiers. Le roi préfère prendre conseil auprès du Templier eunuque Thierry de Galeran. Après coup, les chroniqueurs de l’époque se déchaînent et accusent la reine d’adultère : Guillaume de Tyr l’accuse même d’un inceste avec son propre oncle.

Forçant Aliénor à le suivre, Louis VII quitte Antioche et gagne Jérusalem où il accomplit le pèlerinage qu’il s’était imposé. En juin 1148, il tente de prendre Damas, devant laquelle son armée est repoussée. Le couple royal séjourne encore une année en Terre sainte avant de revenir séparément vers la France, par mer. Le roi fait d'abord escale en Calabre où il débarque le 29 juillet 1149. Il séjourne dans le royaume de Sicile où il attend trois semaines l'arrivée de la reine venant de Palerme. À Potenza et durant trois jours, Louis VII fut l'hôte du roi normand Roger II de Sicile. Sur le chemin du retour, il eut à Tivoli une entrevue avec le pape Eugène III (9-10 octobre 1149).

En définitive, la participation de Louis VII à cette deuxième croisade fut lourdement préjudiciable à l’avenir du royaume, car l’expédition se solda par un très lourd échec sur tous les plans. D'abord sur le plan financier, car cette expédition appauvrit considérablement le trésor royal ; sur le plan politique, car le roi ne s’est pas occupé directement du royaume pendant ses deux années d’absence, et par conséquent, a relâché son emprise sur les grands féodaux ; sur le plan militaire, car la croisade est une succession d’échecs militaires ; de plus, une partie de sa chevalerie et une grande armée ont été sacrifiées ; et sur les plans dynastiques, patrimoniaux, territoriaux et stratégiques car cette croisade provoque la rupture du roi avec Aliénor, lors de la séparation, Aliénor récupère les fiefs qu’elle avait apportés dans sa dot. Cette dernière va alors épouser le futur roi d’Angleterre, Henri Plantagenêt (10). Ce mariage apporte d’immenses territoires à la couronne d’Angleterre, permettant ainsi la présence sur le continent d’un redoutable concurrent au roi de France. Par ce mariage, le roi Henri II d'Angleterre règne sur un territoire qui s’étend de l’Écosse aux Pyrénées, comprenant l’Angleterre, l’Anjou, le Maine, la Normandie, l’Aquitaine et la Bretagne. Les successeurs de Louis bataillent sans relâche contre l'Angleterre pendant à peu près cent ans pour finalement récupérer une bonne partie des territoires perdus par Louis VII et faire la paix avec l'Angleterre pour un bon moment en 1259 lors du traité de Paris (11).


La séparation d’avec Aliénor

Dès le voyage de retour en France, en novembre 1149, Louis VII pense à se séparer d’Aliénor. Mais le pape Eugène III, lors d’un arrêt au Mont-Cassin (12), puis l’abbé Suger réussissent à les réconcilier, et en 1151, Alix de France (1150-1195), seconde fille du couple royal, vient au monde.

Cependant, après le décès de Suger, en 1151, le roi désirant toujours la séparation, le Second concile de Beaugency (13) trouve finalement une faille, au motif que l’arrière-grand-mère d’Aliénor, Audéarde de Bourgogne, était la petite-fille de Robert le Pieux, arrière-arrière-grand-père de Louis VI (cousinage au 9e degré civil, mais au 5edegré canonique), et de ce fait prononce l’annulation du mariage le 21 mars 1152. Aliénor reprend sa dot, et le18 mai 1152, elle épouse en secondes noces le comte d’Anjou Henri II Plantagenêt, qui devient roi d’Angleterre en 1154. Il a 19 ans et elle, 30 ans.

Cette faute politique s'ajoute en tant qu'élément déclencheur dans la rivalité entre les rois de France et les rois d’Angleterre, qui a débuté sous le règne de Henri Ier de France, pour se terminer au milieu du XIIIe siècle. Beaucoup d'historiens médiévistes considèrent que cette séparation est à l'origine d'une « Première Guerre de Cent-Ans ».

L’ascension des Plantagenêts

Geoffroy d'Anjou (14) est alors un des principaux vassaux du Roi de France. Fin stratège, il se marie avec Mathilde, petite-fille de Guillaume le Conquérant ce qui lui permet, en plus de l'Anjou, de revendiquer la Normandie mais aussi le trône d'Angleterre si jamais Étienne venait à mourir sans descendance. Geoffroy, qui conquiert progressivement la Normandie, meurt finalement en 1151, laissant derrière lui trois fils. L'aîné, Henri, a l'intelligence de se marier avec Aliénor d'Aquitaine à la suite de son divorce avec le Roi de France, en 1152. Henri possède alors un domaine plus grand que celui du Roi de France, domaine qui s'agrandit avec la mort d'Étienne, qui le désigne comme son successeur à la couronne d'Angleterre en 1153 avec le traité de Wallingford (15). Henri est finalement couronné Roi d'Angleterre en 1154.

Louis VII va alors tout faire pour affaiblir son puissant vassal. Reprenant une stratégie qui avait fait merveille lors du règne de son grand-père Philippe Ier, il soutient les révoltes de Bretagne et du Poitou contre l’Angleterre, et celle des fils d’Henri II contre leur père. Il est aidé en cela :

• par les manœuvres d’Henri II Plantagenêt qui pousse à la révolte ses grands vassaux,
• par le soutien du clergé au roi de France, en raison de la piété de Louis VII et des liens historiques étroits entre l’épiscopat et la royauté capétienne,
• et par la révolte des fils d’Henri II qui exigent des apanages (16) et trouvent refuge et protection auprès de Louis VII, et qui sont appuyés par leur mère, Aliénor d'Aquitaine.


Principaux évènements de son règne

En 1158, Louis VII et Henri II Plantagenêt se réconcilient et se font la promesse d’un mariage entre Marguerite de France et Henri le Jeune. Apaisement de courte durée, dès mars 1159, Henri II s’en prend au comté de Toulouse, et durant l’été, Louis VII contraint le roi d’Angleterre à lever le siège de la ville de Toulouse. Lors de l'année 1163, Henri II rend hommage à Louis VII pour la Normandie au nom de son fils Henri le Jeune. Louis VII fait alliance avec les comtes de Flandre et de Champagne tandis que l'on pose la première pierre de la cathédrale Notre-Dame de Paris, c'est le pape Alexandre III (17) qui a cet honneur. Louis VII offre la somme de deux cents livres pour la construction dirigée par Maurice de Sully (18), évêque de Paris.

Il y a un affrontement entre Henri II Plantagenêt et Thomas Becket (19) l’archevêque de Cantorbéry, soutenu par Louis VII. Finalement quatre chevaliers fidèles d’Henri II tuent l’archevêque.
Louis VII fait, entre temps, bâtir les fortifications de Villa franca devenue Villa nova regis (Villeneuve-sur-Yonne) qui devait servir de bastion avancé à plusieurs provinces, et devint une des huit résidences royales, à qui il donne les privilèges de Lorris pour qu'elle s'accroisse rapidement.

Le 21 août 1165, naît Philippe Auguste, unique héritier mâle de Louis VII. Le 30 septembre 1174, le traité de mariage d’Adèle avec Richard Cœur de Lion est signé.

En 1172 et 1173, Louis VII pousse Henri et Richard, les enfants d’Henri II Plantagenêt, à entrer en conflit avec leur père. Fin 1173, Louis VII et Henri II concluent à Caen une trêve provisoire et réaffirment vers le printemps 1174 l’intention de marier leurs enfants Adèle et Richard.

En 1177, le pape impose à Henri II la conclusion du traité d'Ivry, signé le 21 septembre, et par lequel les deux rois se jurent amitié ; traité suivi, le 22 juin 1180, par la signature d’un pacte de non-agression. Le traité de Gisors (20) du 28 juin 1180 marqua la fin de cette série de guerres continuelles entre la France et l’Angleterre.

Le 1er novembre 1179, il fit sacrer son fils Philippe Auguste, et épuisé par la maladie, il lui abandonna le pouvoir l’année d’après.

En 1180 se conclut le mariage d’Agnès et d’Alexis II Comnène. Louis VII meurt finalement le 18 septembre 1180, d'une cachexie paralytique dans son palais royal de la Cité à Paris. Le lendemain, il est inhumé à l’abbaye royale Saint-Port de Barbeau (21) qu’il a fondé près de Fontaine-le-Port, en bord de Seine entre Melun et Fontainebleau. Son fils Philippe Auguste lui succède. Ce dernier exerçait en fait le pouvoir depuis le 28 juin 1180, jour où son père lui abandonna le pouvoir.

À la suite de l'abandon de l'abbaye de Barbeau, Louis XVIII fait transporter le 30 juin 1817, les cendres de Louis VII à la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France.


Bilan du règne

Bien qu’éduqué pour être clerc ou moine plutôt que roi, Louis VII a joué un rôle important dans l’histoire de France :

• Il consolide le pouvoir royal dans les provinces qui étaient sous son influence et combat le pouvoir féodal.
• Il s’entoure de conseillers de grande qualité et promulgue des ordonnances importantes pour la gestion du royaume comme celle de paix de 1155 :

« Moi, Louis, par la grâce de Dieu roi de France. Afin de réprimer la fièvre des méchants et d'arrêter les mains violentes des pillards, à la demande du clergé et avec l'accord du baronnage, nous décrétons la paix dans tout le royaume. Pour cette raison, l'année du Verbe incarné 1155, le 4 des ides de juin, nous avons réuni un concile à Soissons. Y furent présents les archevêques de Reims et de Sens ainsi que leurs suffragants, tout comme les barons, les comtes de Flandre, de Troyes et de Nevers, et d'autres très nombreux, et le duc de Bourgogne. Par leur volonté, nous prescrivons qu'à partir de la prochaine fête de Pâques, et pour dix ans, toutes les églises du royaume et l'ensemble de leurs possessions, tous les paysans, le gros et le petit bétail également, et, pour ce qui est de la sécurité des chemins, tous les marchands où qu'ils se trouvent et tous les hommes quels qu'ils soient — tant qu'ils seront prêts à venir en justice devant ceux qui doivent leur rendre justice —, aient absolument tous la paix et pleine sécurité. Nous avons dit en plein concile et devant tous, par le verbe royal, que nous observerions cette paix sans la briser et que, s'il s'en trouvait pour violer la paix prescrite, nous ferions justice d'eux selon notre pouvoir. Ont juré cette paix le duc de Bourgogne, le comte de Flandre, le comte Henri [de Troyes], le comte de Nevers, le comte de Soissons et le reste du baronnage présent. Le clergé également, les archevêques et les évêques, les abbés ont promis, devant les reliques sacrées et au vu de tout le concile, d'observer cette paix, de leur côté, de toutes leurs forces ; et pour que justice soit faire des violences, ils ont promis de nous aider selon leur pouvoir et ils ont proclamé dans la stabilité de la parole consacrée. Pour que la chose soit entendue plus largement et qu'on n'en perde pas le souvenir, j'ai confié à la mémoire des lettres la stipulation de la chose faire et la teneur de la paix, et nous avons ordonné de les fortifier de l'autorité de notre sceau. »

• Le royaume de France s’enrichit sous son règne, l’agriculture se transforme et gagne en productivité, la population augmente, le commerce et l’industrie se développent, une véritable renaissance intellectuelle apparaît, et le territoire se couvre de châteaux forts construits en pierre.
Cependant, la deuxième croisade fut calamiteuse, et la séparation d’avec Aliénor d’Aquitaine est une erreur lourde, qui fournit à un vassal mineur le moyen de s’imposer, en plaçant le roi de France en infériorité territoriale pendant près d’un demi-siècle. Il fallut l’action de trois grands rois, Philippe Auguste, Louis VIII « le Lion » et Louis IX, pour redresser la situation et arriver à réduire les conséquences de cette lourde décision.

La monarchie, jusque-là itinérante, s’est fixée à Paris car la présence du roi dans tout son domaine n’est plus nécessaire. Un embryon d’administration centrale et locale s’est formé. Autour de lui, des familiers lui ont donné des conseils politiques, et vont former le Conseil du roi, les services centraux de la monarchie regroupent les chefs des services domestiques du palais. En province, des prévôts ont été chargés par le roi de collecter les revenus, de lever des contingents militaires et de rendre la justice. Comme son père, le roi va soutenir le mouvement d’émancipation des communes, va accorder des privilèges aux communautés rurales et émanciper des serfs.

Unions et descendance

• Avec Aliénor d'Aquitaine :
• Marie de France (1145 - 11 mars 1198), épouse en 1164 Henri Ier de Champagne, comte de Troyes, dit « Le Libéral ». Régente du Comté de Champagne de 1190 à 1197.
• Alix de France, (1150 - 1195), elle épouse Thibaut V de Blois dit « Le Bon » (1129 - 1191), comte de Blois1152 - 1191.

• Avec Constance de Castille, (v.1138 - 1160) fille de Alphonse VII de Castille.
• Marguerite de France (1158 - 1197), épouse en 1172 le prince d’Angleterre Henri, duc de Normandie (mort en 1183), et en 1185/1186, le roi de Hongrie Bela III.
• Adèle de France (1160-1221) (ou Alix, comtesse de Vexin) (1160 - 1218 ou 1221), épouse en 1195,Guillaume III de Ponthieu (ou de Montgomery).

• Avec Adèle de Champagne (ou Adèle de Blois) :
• Philippe Auguste (1165 - 1223), roi de France.
• Agnès ou Anne de France (1171 - 1240), impératrice byzantine par son mariage avec Alexis II Comnèneen 1180, empereur de Constantinople (1169-1183). Puis par un autre mariage en 1183 avec Andronic IerComnène, empereur de Constantinople (1183-1185). Vers 1204 elle épouse Théodore Branas, seigneur d’Andrinople.

D'une maîtresse au nom resté inconnu, il est le père de Philippe de France (mort en 1161).






(1)  Aliénor d’Aquitaine, dite également Eléonore d’Aquitaine ou de Guyenne, née vers 1122 ou 1124 et morte le 31 mars ou le 1er avril 1204, à Poitiers, a été tour à tour reine de France, puis d’Angleterre.

Duchesse d’Aquitaine, elle occupe une place centrale dans les relations au XIIe siècle entre les royaumes de France et d’Angleterre : elle épouse successivement le roi de France Louis VII, à qui elle donne deux filles, puis Henri Plantagenêt, le futur roi d’Angleterre Henri II, renversant ainsi le rapport des forces en apportant ses terres à l’un puis à l’autre des deux souverains. A la cour fastueuse qu’elle tient en Aquitaine, elle favorise l’expression poétique des troubadours en langue d’oc. A compter de son premier mariage, elle joue un rôle politique important dans l’Europe  médiéale.




(2) Constance de Castille (v.1136- 4 octobre 1160 à Paris), infante de Castille et reine des Francs par son mariage avec le roi Louis VII le Jeune. Elle est fille d’alphonse VII, roi de Castille et de Leon et de Bérengère de Barcelone.




(3) Adèle, Alix ou Alice de Champagne, née vers 1140 et morte le 4 juin 1206 à Paris, est reine de France par son mariage avec Louis VII de France. Elle est la fille du comte de Champagne et de Blois  Thibaut IV et de Mathilde de Carinthie.

Elle est donc la sœur du comte de Champagne Henri Ier le Libéral, du comte de Blois Thibaut V, de Guillaume aux blanches Mains, archevêque de Reims et d’Etienne comte de Sancerre.




(4) Innocent II (Gregorio Papareschi), né à Rome (Italie), est pape du 14 février 1130 au 24 septembre 1143




(5) Suger de Saint-Denis est un homme d’Eglise et homme d’Etat français. Il serait né à chennevières-lès-Louvres, en 1080 ou 1081 et mort à Saint-Denis le 13 janvier 1151.

(6) Thibaut de Blois ou Thibaut IV le Grand (né  vers 1090/1095, mort le 10 janvier 1152), fut comte de Blois, de Chartres et de Châteaudun, comte de Meaux, de Troyes et de Champagne (1125 -1151 : Thibaud II) et seigneur de Sancerre (1102-1151)

Il est le deuxième fils d’Etienne-Henri (†1102) , comte de Blois, Chartres, Châteaudun, Meaux, seigneur de Sancerre et d’ Adèle (†1137), fille de Guillaume le Conquérant.




(7) Le traité de Vitry en Perthois est Conclu à l’automne 1142 entre Louis VII et le comte Thibaud de Champagne, à l’issue de l’invasion de la Champagne par Louis VII avec l’occupation de Reims et Châlons-en-Champagne, et surtout la mort brulées vives de 1500 personnes dans l’incendie de l’église de Vitry-en-Perthois. C’est le drame de Vitry en Perthois qui fut reproché au roi, bien qu’il n’en ait semble-t-il pas donné l’ordre.  […]




(08) Eugène III (Bernardo Paganelli di Montemagno), né à Pise vers la fin des années 1080 et mort à Tivoli le 8 juillet 1153, disciple de Saint Bernard et moine de Clairvaux, fut pape de 1145 à 1153.




(9) Conrad III, né en 1093 et mort le 15 février 1152 à Bamberg, est le premier membre de la maison de Hohenstaufen à avoir été élu roi des Romains en 1138. Il règne de 1138 à sa mort en 1152 sans jamais avoir été couronné empereur.




(10) Henri Plantagenêt : Henri II (5 mars 1133-  6 juillet 1189) fut comte d’Anjou et du Maine, duc de Normandie et d’Aquitaine et roi d’Angleterre.

Il est le fils de Geoffroy V d’Anjou et de Mathilde l’Emperesse, fille du roi Henri d’Angleterre.
Il participa aux efforts de sa mère pour reprendre le trône d’Angleterre occupé par Etienne de Blois et fut fait duc de Normandie à l’âge de 17 ans.  Il hérita de l’Anjou en 1151 et épousa peu après Aliénor d’Aquitaine dont le mariage avec le roi Louis VII de France avait récemment été annulé par le second concile de Beaugency. […]




(11) Le traité de Paris de 1259 (aussi appelé traité d’Abbeville) est un traité intervenu entre la France et l’Angleterre. Il met fin au conflit qui dure depuis plus de cent ans entre les Capétiens et les Plantagenêt.




(12) L’abbaye territoriale du Mont-Cassin est une église particulière de l’Eglise catholique située comme son nom l’indique, sur le mont Cassin dans la commune de Cassino en Italie.
Fondée par Benoît de Nursie en 529, elle est le berceau de l’ordre des Bénédictins. Elle sert de retraite à des souverains et à des pontifes […]






(13) Le second concile de Beaugency est un concile qui s’est tenu au Moyen Âge, à la moitié du XIIe siècle, dans la ville de Beaugency (Orléanais, actuel département du Loiret). Ce concile, convoqué le 21 mars 1152, prononce l’annulation du mariage entre le roi de France Louis VII et Aliénor d’Aquitaine pour cause de consanguinité.




(14) Geoffroy V d’Anjou, dit le Bel ou Plantagenêt (24 août 1113 – 7 septembre 1151, Château-du-Loir) fut comte d’Anjou et du Maine (1129-1151), et, plus tard, duc de Normandie (1144-1150).

Il est surnommé Plantagenêet à cause du brin de genêt qu’il avait l’habitude de porter à son chapeau. Il était le fils de Foulque V († 1143), comte d’Anjou et roi de Jérusalem, et d’Erembourge du Maine (†1126), héritière du Maine. Son fils Henri II d’Angleterre est le fondateur de la dynastie plantagenêt des rois anglais.




(15) Le traité de Wallington est un accord conclu le 6 novembre 1153 entre le roi Etienne d’Angleterre et Henri Plantagenêt, duc de Normandie, comte d’Anjou et du Maine, fils de Mathilde l’Emperesse et futur Henri II d’Angleterre. Le traité met fin à la guerre civile créée par la dispute pour la couronne d’Angleterre qui durait depuis 1135. Il est parfois aussi appelé traité de winchester ou traité de Westminster, car bien qu’initié à Walllingford, il a été formellement écrit à Winchester (Angleterre) et finalisé à l’abbaye de Westminster.




(16) Un apanage est une concession de fief, pris sur le domaine royal, faite par un souverain régnant aux fils et filles puînés exclus de sa succession. Le mot apanage vient du latin médiéval apanagium, lui-même formé des mots ad panem qui signifie « pour donner du pain » (panis). […]




(17) Elu pape sous le nom d’Alexandre III en 1159, Rolando Bandinelli est né vers 1105 à Sienne et mort le 30 août 1181 à Civita Castellana.




(18) Maurice de Sully, né entre 1105 et 1120 àSully-sur-Loire, dans l'actuel département du Loiret (France) et décédé le 11 septembre 1196 à Paris, est un homme d'Église français. Évêque de Paris de 1160 à 1196, il entreprend en 1163 le chef-d’œuvre monumental qui immortalisera son nom, la construction de la cathédrale Notre-Dame de Paris.




(19) Thomas Becket, ou Thomas À-Becket ouThomas de Londres dit saint Thomas de Cantorbéry, (Cheapside, Londres,21 décembre 1120 - Canterbury, 29 décembre 1170) fut Archevêque de Cantorbéry de 1162 à 1170. Il engagea un conflit avec le roi Henri II d'Angleterre sur les droits et privilèges de l'Église. Il sera finalement assassiné par des partisans du roi. Il fut canonisé en 1173 dans la cathédrale de Cantorbéry, devenue lieu de pèlerinage.




(20) le 28 juin 1180, le troisième traité de Gisors est un accord d'assistance défensive et offensive signé entre Philippe Auguste et Henri II Plantagenêt.




(21) L’abbaye de Barbeau est une ancienne abbaye de l'ordre cistercien, située en France à huit kilomètres au sud-est deMelun ; elle avait été fondée par Louis VII qui y fut inhumé. Elle a été totalement détruite au XIXe siècle. Elle se trouvait sur le territoire de Fontaine-le-Port.


Tombeau de Louis VII au milieu du chœur de l’abbaye de Barbeau.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Jeu 10 Nov - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 21:15

Robert Ier de Dreux

Robert Ier de Dreux, dit le Grand, naquit vers 1125 et mourut le 11 octobre 1188, comte de Dreux, cinquième fils de Louis VI le Gros, roi de France et d'Adèle de Savoie.

En 1137, il reçut, en apanage, de son frère Louis VII devenu roi à la mort de leur père, le comté de Dreux, dont il garda le titre jusqu'en 1184 quand il le céda à son fils Robert II.

Par son mariage, en 1145, avec Harvise d'Évreux, il devint comte du Perche. À l'occasion de ses noces, en 1152, avecAgnès de Baudement, dont il adopta les armes, il reçut le comté de Braine et les seigneuries de Fère-en-Tardenois, d'Arcy, de Nesles, de Longueville, de Quincy-sous-le-Mont, de Savigny-sur-Ardres deBaudement, de Torcy, de Chailly de Longjumeau et fonda la seigneurie de Brie-Comte-Robert.

Avec son frère le roi Louis VII, Robert Ierparticipa à la deuxième croisade en 1147 et à l'échec du siège de Damas en 1148. Avant la fin de la croisade, il revint en France, et fomenta une conspiration contre son frère Louis VII, en espérant lui prendre le pouvoir. Mais, son action fut contrecarrée avec succès par l'abbé Suger de Saint-Denis qui assurait la régence du royaume en l'absence du roi.
Au cours de la guerre civile anglaise (1135-1154), il combattit contre les Anglais et participa en 1154 au siège de Sées en Normandie.

Il mourut en 1188, et sera inhumé en l'Église abbatiale Saint-Yved de Braine. Ce prince accorda en 1180 une charte communale à la ville de Dreux, déjà depuis longtemps érigée en commune, et fonda la ville de Brie-Comte-Robert, ainsi appelée de son nom.


Marié en premières noces vers 1140 avec Agnès de Garlande (1122 † 1143), fille d'Anseau de Garlande, sénéchal de France et comte de Rochefort, d'où :

• Simon (1141-av.1182), seigneur de La Noue.


Marié en secondes noces vers 1144 avec Harvise (1118 † 1152) fille de Gautier d'Evreux, comte de Salisbury, d'où :

• Adèle ou Alix (1145, morte après 1210), mariée après 1156 avec Valéran III, comte de Breteuil, puis en secondes noces en 1161 avec Guy II, seigneur de Châtillon, en troisièmes noces avec Jean Ier de Thorotte, mort en 1176 et en dernières noces avant 1183 avec Raoul Ier de Nesle, comte de Soissons, mort en 1235


Marié en troisièmes noces en 1152 avec Agnès, comtesse de Braine (1130 -† 1202/18) et fille de Guy de Baudemont, comte de Braine, d'où :

• Robert II (1154 † 1218), comte de Dreux et de Braine
• Henri (1155 † 1199), évêque d'Orléans
• Alix (1156 -† ap. 1217), mariée en 1174 à Raoul Ier (v. 1134 - † 1191), seigneur de Coucy
• Philippe (1158 † 1217), évêque de Beauvais
• Isabeau (1160 † 1239), mariée en 1178 à Hugues III de Broyes († 1199), seigneur deBroyes et de Châteauvillain
• Pierre (1161 † 1186), seigneur de Bouconville-Vauclair en partie
• Guillaume (1163 † ap.1189), seigneur de Brie-Comte-Robert, de Torcy et de Chilly4
• Jean (1164 † ap.1189)
• Mamilie (1166 † 1200), religieuse à l'abbaye du Charme, au nord de Château-Thierry
• Marguerite (1167 † ?), religieuse à l'abbaye du Charme


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Dim 6 Mar - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 21:19

Pierre Ier de Courtenay


Pierre Ier de France, né vers 1126, mort entre le 10 mars 1180 et le 10 avril1183, était seigneur de Courtenay, Montargis, Châteaurenard, Champignelles, Tanlay, Charny et Chantecoq. Sixième fils de Louis VI le Gros (1081-1137), roi de France et d'Adèle de Savoie, il est la tige de lamaison capétienne de Courtenay.

Son père lui donna la dignité d'abbé laïc de la collégiale de Mantes.

Il accompagna en 1147 ses frères Louis VII de France et Robert Ier de Dreux à la deuxième croisade, prenant part à tous les combats dont celui de Laodicée et au siège de Damas. Parmi les croisés, il y avait également Renaud de Courtenay, le père de sa future femme.

Alors que ses frères Henri et Robert se rebellèrent contre l'autorité du roi, son frère Louis VII, il fut le seul à lui rester fidèle, en 1149-50.

Il prit la croix une seconde fois en 1179 avec le comte Henri Ier de Champagne et Philippe de Dreux, évêque de Beauvais, son neveu, et passa en Terre sainte.

Il mourut entre 1180 et 1183.


Avant 1150, il épouse Élisabeth de Courtenay († 1205), fille de Renaud de Courtenay et d'Eustachie (fille deBaudoin de Corbeil), future dame de Courtenay, dont il eut:
• Pierre II (vers 1155 - † 1219), qui deviendra empereur latin de Constantinople
• une fille, née vers 1158 et mariée à Eudes de la Marche
• Alice de Courtenay (vers 1160 - † 1218), mariée à Guillaume de Joigny, puis à Aymar Taillefer, comte d'Angoulême
• Eustachie († après 1235), mariée successivement à Guillaume de Brienne, seigneur dePacy-sur-Armançon, puis à Guillaume Ier de Champlitte, prince d'Achaïe, enfin au comteGuillaume Ier de Sancerre
• Clémence, mariée à Gui VI, vicomte de Thiers
• Robert Ier de Courtenay-Champignelles4 (vers 1168 - † 1239), seigneur de Champignelles-en-Puisaye et de Châteaurenard, grand Bouteiller de France en 1223. Il eut plusieurs enfants dont Jean archevêque de Reims et Guillaume
• Philippe
• Isabelle, épouse d'Aymon de Charost
• Constance, mariée à Gasce de Poissy, puis à Guillaume de Breteuil.
• Guillaume (vers 1172 - † 1233/1248), seigneur de Tanlay.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Dim 6 Mar - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 21:22

Raoul Ier de Vermandois


Raoul Ier de Vermandois, dit le Vaillant ou le Borgne, connu aussi sous le nom de Raoul de Crépy, né vers 1094, mort le 13 octobre 1152, fut comte de Vermandois, d'Amiens et de Valois de 1102 à 1152.

Fils d'Adélaïde de Vermandois et d'Hugues Ier le Grand, petit-fils du roi Henri Ier de France, il est cousin germain du roi Louis VI le Gros. Il apporte son soutien à ces derniers contre les barons rebelles à l'autorité royale.

Ayant perdu un œil au cours de la prise du château de Livry en 1129, il blesse mortellement l'année suivante Thomas de Marle, sire de Coucy au siège de Coucy, celui-là même qui avait tué son frère Henri (1091-1130), seigneur de Chaumont-en-Vexin. En novembre 1131, le roi Louis VI le fait sénéchal.

Peu après la mort de Louis VI en 1137, il soutient3 temporairement la cause de la reine mèreAdèle de Savoie qui craignait voir sa dot utilisée au service de l'État par son fils Louis VII aidé de l'abbé Suger.
Dévoué à la couronne, Louis VII lui propose la sœur de sa femme Aliénor d'Aquitaine, Pétronille d'Aquitaine (v. 1125 † 1151). Pour pouvoir l'épouser, Raoul répudie en 1142 sa première épouse Éléonore de Blois. L'épouse délaissée se plaint alors auprès de son frèreThibaut IV, comte de Blois et de Champagne, qui se rebelle à son tour contre le roi de France. Le pape Innocent II intervient en annulant ce mariage et excommunie les nouveaux époux ainsi que les évêques qui ont consenti à bénir leur union. Le pape Eugène III qui succède à Innocent II légitime ce nouveau mariage au concile tenu à Reims en 1148.

Pendant l'absence de Louis VII, parti pour la deuxième croisade, en 1145, Raoul reste en France en qualité de régent du royaume avec Suger. Après le retour de Louis VII, Raoul devenu veuf de Pétronille, sa seconde épouse, se remarie en 1152 avec Laurette d'Alsace (v. 1131 † 1170), fille de Thierry d'Alsace, comte de Flandre.


1) Vers 1120, il épouse en premières noces Éléonore de Blois, fille d'Étienne II de Blois et d'Adèle d'Angleterre, dont il se sépare vers 1141 pour cause de consanguinité. Certaines généalogies5 attribuent à cette union, un fils Hugues II qui serait devenu moine sous le nom de Félix de Valois, mais cette affirmation semble être un canular du XVIe siècle.

2) En 1142, il épouse Pétronille d'Aquitaine (Péronelle), fille de Guillaume X d'Aquitaine et sœur d'Aliénor d'Aquitaine, il a :
• Élisabeth (1143-1183), comtesse de Vermandois et de Valois, mariée à Philippe d'Alsace, comte de Flandre
• Raoul II (1145-1167), comte de Vermandois et de Valois.
• Éléonore de Vermandois (1148/1149 - 1213)


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Dim 6 Mar - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 21:33

Thierry d’Alsace


Thierry d'Alsace (vers 1099/1101 - †17 janvier 1168 à Gravelines), fils du ducThierry II de Lorraine (Thierry le Vaillant) (v.1055 - † 1115) et de Gertrude de Flandre(v.1070 - † 1117), elle-même fille du comteRobert Ier de Flandre dit le Frison et deGertrude de Saxe.

Il fut seigneur de Bitche (dates non connues) et comte de Flandre de 1128 à 1168. Veuf en 1133 de Marguerite de Clermont-Beauvaisis (veuve de Charles le Bon), qui ne lui laisse qu’une fille , il se remarie à son arrivée en Palestine avec Sibylle d'Anjou.


Après le meurtre de Charles le Bon en1127, il revendique le comté de Flandre en tant que petit-fils du comte Robert le Frison, mais le roi Louis VI, impose son protégé et beau-frère Guillaume Cliton, qui devient comte. Sa politique et son attitude à l'égard des libertés flamandes le rendent rapidement impopulaire auprès de ses villes, et dès la fin de l'année Bruges, Gand, puis Lille et Saint-Omer appellent et reconnaissent Thierry comme comte. Celui-ci n’hésite pas, gagne la Flandre à laquelle se rallie la partie impériale du comté, et engage la lutte contre Guillaume.

Sur requête de Louis VI, l’archevêque de Reims l’excommunie ; puis Louis VI assiège Lille, mais doit se retirer devant la menace anglaise (Henri Ier d’Angleterre, oncle de Guillaume, a transmis ses droits sur la Flandre à Thierry et le soutient). Thierry subit un échec à Tielt, puis au château d’Oostkamp et se réfugie à Bruges, qu’il doit fuir, pour gagner enfin la forteresse d’Alost, où Guillaume, aidé de Godefroid le Barbu et des Français, l’assiège. L’assaut aurait été donné si, le 27 juillet 1128, Guillaume Cliton n’avait trouvé brusquement la mort: Thierry est à présent seul comte.

En 1128, il inaugure son gouvernement à Gand puis se fait reconnaître de toutes les villes du comté ainsi que du roi d’Angleterre, qui fait prêter aux seigneurs anglais de Flandre l’hommage de vassalité à Thierry.

Dès 1132 le nouveau comte prête hommage à Louis VI, et les entreprises de Baudouin IV de Hainaut, dernier prétendant au comté de Flandre, sont matées.

L’une des caractéristiques de la vie de Thierry est le nombre de ses voyages en Terre sainte où il se croise quatre fois. La première fois en 1139, après avoir établi de nouvelles règles de police dans le comté. Arrivé en Palestine, il y trouve la discorde, et s’illustre lors de l’expédition victorieuse qu’il mène contre Césarée, ville fondée par le tétrarque Hérode Philippe II). Cette victoire va lui valoir la main de Sibylle d'Anjou, la veuve de Guillaume Cliton son prédécesseur à la tête du comté de Flandre. Sybille étant la fille de Foulque V d'Anjou, roi de Jérusalem, ce mariage fut prestigieux s’il en est. Il combat aux côtés de son beau-père Foulque V d'Anjou à l'invasion des collines de Gilead, une contrée montagneuse à l'est du Jourdain.

Il rentre rapidement en Flandre, pour intervenir dans les querelles autour du duché de Basse-Lotharingie. Thierry répond à l’appel du conseil de régence de Godefroid III et mate la révolte de deux seigneurs révoltés à Vilvorde ; le comte de Flandre reçoit alors l’hommage du duc de Brabant.
Thierry se croise à nouveau en 1147 et participe à la deuxième grande expédition en Orient. Il se signale au passage du Méandre et assiste à la grande assemblée tenue en 1148 à Ptolémaïs par le roi Louis VII, l'empereur Conrad III de Hohenstaufen et Baudouin III de Jérusalem, roi de Jérusalem. Il combat à la bataille d'Attalia et rejoint la même année, l'armée du roi Baudouin III à Acre.

Durant son absence, Baudouin IV de Hainaut envahit la Flandre ; la comtesse Sibylle, en couches, réagit fermement et fait ravager le Hainaut en réponse aux exactions commises par Baudouin en Artois. L’évêque de Reims s’entremet et une trêve est signée. De retour en 1150, Thierry se venge et bat Baudouin IV à Bouchain, qui avait pourtant obtenu l’aide du comte Henri Ier de Namur et de l’évêque de Liège, Henri II de Leez. Au cours de l’entrevue entre les deux comtes en vue d’une paix, Thierry donne sa fille Marguerite en mariage au fils de Baudouin IV, le futur Baudouin V de Hainaut.
En 1155 il fonde la maison des Templiers à Douai.

Continuant sa politique matrimoniale, Thierry marie son fils aîné en 1156 à Élisabeth, fille et héritière du comte Raoul Ier de Vermandois. Reparti en Terre sainte l’année suivante avec cette fois son épouse, il en revient deux ans plus tard (1159) sans elle, celle-ci ayant désiré prendre le voile à Béthanie. Leur fils Philippe, ayant assuré sans mal le gouvernement du comté depuis leur départ, et est associé au pouvoir dès le retour de son père.

En 1164, il accorde leurs lois aux habitants de Nieuwpoort, puis repart en Palestine, le mirage oriental ne cessant d’exercer sur lui une fascination. Il accompagne le roi Amaury Ierde Jérusalem à Antioche et Tripoli. Après son dernier retour en 1166, il adopte comme sceau un arbrisseau portant des dattes, avec au revers une tête couronnée de lauriers.

Il meurt le 17 janvier 1168 à Gravelines et est enterré à l’Abbaye de Watten, près de Saint-Omer.


Le gouvernement de Thierry a été modéré: il restaure une certaine paix intérieure, développant une administration comtale jusqu'alors embryonnaire. C’est aussi une ère de développement économique, d’expansion des terres cultivées par défrichage, et de fondation d’établissements commerciaux. Sous Thierry d’Alsace, par ailleurs, la Flandre connaît sa plus grande extension territoriale.
Il fut un croisé infatigable, ses quatre pèlerinages en témoignent.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Dim 6 Mar - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Sam 5 Mar - 21:45

Alphonse Jourdain


Alphonse Jourdain (° 1103 - † 1148), est un comte de Toulouse, de Rouergue, d'Albi, de l'Agenais et du Quercy, marquis de Gothie, de Provence et duc de Narbonne de 1108 à 1148. Il est fils deRaymond IV de Saint-Gilles, comte de Toulouse…, puis comte de Tripoli et de sa troisième épouse, Elvire de Castille.


Après avoir constitué un ensemble territorial autour du comté de Toulouse, son père Raymond de Saint Gilles laisse sa baronnie à son fils aîné Bertrand et part en croisade avec son épouse Elvire. Après la prise de Jérusalem, Raymond se taille un fief en Orient, le comté de Tripoli, tandis que sa femme accouche en 1103 d’un fils, nommé Alphonse en l’honneur de son aïeul maternel, le roi Alphonse VI de Castille. Selon le chroniqueur espagnol Rodrigo Jiménez de Rada, archevêque de Tolède, écrivant plus de 200 ans après les faits, Alphonse devait son second prénom, Jourdain, au fait qu'il avait été baptisé dans le fleuve de ce nom.

Raymond de Saint Gilles meurt en 1105, laissant à Alphonse ses terres par testament et Guillaume de Cerdagne, un lieutenant de Raymond de Saint-Gilles et le nouveau comte de Tripoli, raccompagne Elvire et Alphonse à Toulouse durant l’été 1108. Bertrand remet alors Toulouse à son frère, encore âgé de cinq ans, et part à son tour en Terre sainte.

Il est élevé dans la partie orientale de ses États (comté de Saint-Gilles, marquisat de Provence, Beaucaire et la terre d'Argence). Guillaume IX, comte de Poitiers et duc d'Aquitaine, se met à revendiquer de nouveau le comté de Toulouse au nom de sa femme5et l’occupe de 1113 à 1119. Il semble aussi que sa mère soit repartie en Castille durant cette époque, car elle est citée comme mariée à un noble castillan en 1117. Face au duc d’Aquitaine, une résistance passive s’organise, manifesté entre autres dans les actes privés qui ne mentionnent pas le nom du comte et aussi par quelques émeutes dans Toulouse. En 1119, les Almoravides menacent les royaumes chrétiens d’Espagne, et Guillaume d’Aquitaine lève une armée pour aider le roi de Castille à les combattre, en laissant Toulouse à la garde d’un gouverneur, Guillaume de Montmaur. Peu après le départ, les habitants de Toulouse prennent d’assaut le palais du gouverneur, le jettent au cachot et rappellent au pouvoir Alphonse Jourdain.


Alphonse avait également hérité d’une partie du comté de Provence. Ce comté jouissait d’une situation successorale particulière, puisqu’il était possédé en indivision par les descendants de Guillaume Ier le libérateur et de son frère Rotboald Ier, seules les filles dotées étant exclues de la possession. Il y avait eu par la suite deux à quatre comtes simultanés, situation qui n’avait pas posé de gros problèmes au cours du XIe siècle. Puis la maison de Toulouse s’était éteinte en 1093, et d’autre familles étaient entrées dans l’indivision : la maison de Toulouse en 1063, celle d’Urgel en 1065, celle de Gévaudan de 1093 à 1115, puis celle de Barcelone en 1115. Le problème est que les maisons de Toulouse et de Barcelone sont rivales et se heurtent déjà dans leurs sphères d’influence, qui est l’actuel Languedoc. À cela d’ajoute les ambitions de la maison des Baux qui, étant issue d’Etiennette de Provence-Gévaudan, revendique une part du comté.

Les guerres dite baussenques ne tardent pas à éclater entre Raymond-Béranger III, comte de Barcelone, d’une part et Alphonse Jourdain et les seigneurs des Baux d’autre part. Défait, Alphonse se réfugie dans Orange en 1123, où il est assiégé par Raymond-Bérenger, mais la milice toulousaine se porte à son secours et force la levée du siège. Mais Alphonse doit renoncer à contrôler la totalité de la Provence et signe en 1125 un traité de partage de la Provence : Alphonse obtient ce qui est au nord de la Durance, qui devient le marquisat de Provence, tandis que Raymond Bérenger reçoit le comté de Provence, au sud de la Durance.

Dans les années qui suivent, il tente à plusieurs reprises d’étendre ses domaines vers l’est, mais sans vraiment réussir. La société médiévale est alors en pleine mutation, les franchises accordées aux Génois par Raymond de Saint-Gilles au cours de la première croisade favorisent le commerce et développe les cités et la bourgeoisie, et les châtelains se sont rendu compte qu’ils constituent la plus grande partie des ost des grands seigneurs et que sans eux, ces derniers n’ont que peu de pouvoir. Or si Alphonse a su se concilier la bourgeoisie naissante, il n’a pas vraiment perçu cette influence croissante des châtelains et ses différentes actions, bien que stratégiquement correctes, seront des échecs.

Il intervient d’abord dans le Nîmois qui lui permettrait de faire la jonction entre ses états toulousains et provençaux, mais se trouve en concurrence avec Bernard Aton Trencavel, vicomte de Carcassonne, qui a su se concilier ses châtelains. Alphonse, ne voulant pas entrer en conflit avec cet ancien allié n’insiste pas.

En 1132, le comte Bernard IV de Melgueil meurt en laissant sa fille Béatrice, âgée de sept ans, sous la garde conjointe d’Alphonse et de Guilhem VI de Montpellier. Il est entendu que si Béatrice meurt au cours des six ans qui suivent sans s’être mariée, le comté de Melgueil revient à Alphonse. En secret, le comte de Montpellier négocie les fiançailles de Béatrice avec Bérenger-Raymond de Barcelone, comte de Provence et Alphonse se trouve de nouveau écarté. Il se vengera du comte de Provence en soutenant la maison des Baux lors de la seconde guerre baussenque, mais sans succès.


En 1134 est tué à la bataille de Fraga le vicomte Aymeri II de Narbonne, parent et allié du comte de Barcelone, Raimond-Bérenger IV, rival du comte toulousain. Profitant de la minorité de l'héritière, la vicomtesse Ermengarde, Alphonse Jourdain se rend maître de Narbonne vers 1139 avec l'appui de l'archevêque Arnaud de Lévézou, co-seigneur de Narbonne avec le vicomte. Pour mieux assurer sa domination sur le Narbonnais, Alphonse, opportunément « libéré » de son épouse Faydide d'Uzès, morte ou répudiée, songe à la fin de l'année1142 à épouser Ermengarde, qui entre dans l'adolescence. Un contrat de mariage est rédigé, le 21 octobre 1142. Ce projet matrimonial, qui ferait passer de façon permanente la vicomté de Narbonne sous contrôle toulousain, menace de bouleverser l'équilibre politique régional. Du point de vue du comte de Barcelone Raimond Bérenger IV, « l'enjeu (...) était capital ; il en allait de la conservation des principautés barcelonaises dans le Midi ». Fin 1142, c'est donc avec l'appui barcelonais qu'une coalition de seigneurs méridionaux se réunit, sous la direction du chef de la famille Trencavel, Roger Ier, vicomte de Carcassonne, Albi et Razès, pour s'opposer aux projets du comte de Toulouse. Sur les conseils du comte de Barcelone, Ermengarde épouse Bernard d'Anduze, fidèle du vicomte Roger et cousin des seigneurs de Montpellier. En 1143, le comte Alphonse, vaincu par ses ennemis et fait prisonnier, est contraint de lâcher prise. Selon le traité de paix qui lui est imposé par Roger, le comte de Toulouse s'engage à restituer Narbonne à Ermengarde.

Du côté de Toulouse, en 1141, le roi Louis VII de France, marié à Aliénor, duchesse d’Aquitaine, petite-fille de Guillaume IX et de Philippe de Toulouse, intervient dans le Toulousain pour faire valoir les droits de sa femme sur la région, obligeant Alphonse à se défendre. Alphonse Jourdain accorde en 1141 des franchises communales à la ville deToulouse, probablement en récompense de la fidélité de la ville pendant le siège de la ville par le roi.

Le 2 septembre 1143 à Fourques, il reçoit en fief de Raimon de Montredon, l’Argence, un petit territoire entre Beaucaire et Saint-Gilles). En 1143, il se rend en Espagne pour soutenir son cousin le roi Alphonse VII de Castille en guerre contre le roi Garcia V de Navarre. En1144, il fonde Montauban, la première bastide.

Cette même année, la ville orientale d’Édesse est prise par Zengi, atabeg de Mossoul, qui menace les états latins d’Orient. Le pape Eugène III décide d’organiser une nouvelle croisade pour secourir les Francs installés en Orient. Alphonse Jourdain décide de se croiser en 1146 à Vézelay, après le prêche de Bernard de Clairvaux. Contrairement à la majorité des croisés, qui ont choisi la voie terrestre pour rejoindre la Terre sainte, Alphonse préfère suivre l’exemple de son frère Bertrand et s’embarque en août 1147 à la Tour-de-Bouc et, après une étape en Italie, accoste à Saint-Jean-d’Acre en avril 1148. Il meurt empoisonné à Césarée le 16 août 1148. Comme Alphonse avait revendiqué le comté de Tripoli à son petit-neveu le comte Raymond II, ce dernier a été accusé du crime. Mais le chronique Guillaume de Nangis attribue le crime à la reine Mélisende de Jérusalem, sœur d’Hodierne, la femme (volage) de Raymond II.


Il avait épousé avant 1125 Faydive, fille de Raymond, seigneur de Posquières et d’Uzès, qui donne naissance à :
• Raymond V (1134 † 1194), comte de Toulouse
• Alphonse, cité en 1155 et en 1177
• Faydive († 1154), mariée en 1151 à Humbert III, comte de Savoie.


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Dim 6 Mar - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Dim 6 Mar - 12:46

Renaud de Châtillon



Renaud de Châtillon, né vers 1120, mort en 1187 à Hattin, prince consort d'Antioche(1153-1163), puis seigneur consort d'Outre-Jourdain (1) et seigneur d'Hébron (2)
.



Premières razzias et emprisonnement

Certaines sources font de Renaud de Châtillon le fils d'Henri Ier, seigneur de Châtillon et d'Ermengarde de Montjay mais, d'après Jean Richard, il aurait été fils d'Hervé II de Donzy, qui était seigneur de Gien, Châtillon (Châtillon-sur-Loing, actuellement Châtillon-Coligny) et Donzy.
C'est un cadet sans fortune, mais qui passe pour être un magnifique guerrier. Il part pour la Terre sainte et, au printemps 1153, épouse Constance, princesse régente d'Antioche, veuve de Raymond de Poitiers. Aimery de Limoges (3), patriarche d’Antioche, dont ce mariage diminuait l'influence sur la princesse, ayant parlé de lui avec mépris, Renaud le jette en prison, le fait torturer, puis après avoir enduit ses blessures de miel, l’enchaîne et le fait exposer au soleil et aux insectes.

Prétextant le refus du basileus Manuel Ier Comnène de lui payer une somme due pour services militaires contre le prince Thoros II d'Arménie, il décide de lancer un raid contre Chypre, qui était alors un thème byzantin. Il s'allie avec son ennemi de la veille Thoros et débarque à Chypre au printemps 1155, défait sans difficultés la garnison byzantine, puis ravage systématiquement l’île : les champs cultivés sont brûlés, les troupeaux massacrés, les églises, les palais et les couvents pillés et incendiés, les femmes violées, les vieillards et les enfants ont la gorge tranchée, les hommes riches sont emmenés en otage et les pauvres décapités. Avant de quitter l’île avec son butin, Renaud fait rassembler tous les prêtres et les moines grecs et leur fait couper le nez avant de les envoyer à Constantinople. Même en cette époque où la piraterie contre Byzance est chose ordinaire, la violence de cette razzia indigne tous les chroniqueurs.

Très vite, les violences de Renaud le rendront odieux à ses voisins Alépins, aux Byzantins et à ses propres sujets.

Pendant les trois années qui suivent le raid sur Chypre, Renaud est aux côtés du roi Baudouin III de Jérusalem dans divers combats contre les forces musulmanes ce qui lui permet en 1158 de reprendre Harim (4) à Saladin.

L'empereur Manuel Ier Comnène, forcé d'abandonner ses ambitions en Méditerranée occidentale, y gagne d'avoir les mains libres en Orient. Les princes francs d'Orient désirent son alliance et Baudouin III de Jérusalem épouse sa nièce. L'empereur réunit une importante armée, reconquiert la Cilicie sur les Arméniens et prend ses quartiers d'hiver à cent cinquante kilomètres d'Antioche. Renaud de Châtillon, qui sait que les autres princes francs désapprouvent sa conduite à Chypre et que Manuel Ier lui en tient rigueur, prend les devants et va demander, prosterné, pieds nus et la corde au cou, le pardon de l'empereur. L'empereur le lui accorde et, en avril 1159, fait à Antioche une entrée pacifique mais destinée à rappeler la vassalité d'Antioche envers Byzance.

Le 23 novembre 1160, Renaud est fait prisonnier par les soldats turcs au cours d’une opération de pillage. Nur ad-Din le tiendra emprisonné à Alep durant seize ans. Pendant sa captivité, Constance d'Antioche (5) meurt et Bohémond III d'Antioche, fils du premier mariage de Constance, hérite d'Antioche.

Grâce à un échange de prisonniers, Renaud est libéré en 1176 par As-Salih Ismail al-Malik, le fils de Nour ad-Din Mahmûd. Selon d'autres sources, en tant que beau-père de l'impératrice Marie d'Antioche (6), il est racheté pour la somme extraordinaire de 120 000 dinarsd'or.

Apogée
Il offre alors ses services au roi Baudouin IV de Jérusalemqui lui donne la seigneurie d'Hébron. En épousant la jeune veuve de Miles de Plancy (7) , Étiennette de Milly (08), dame d'Outre-Jourdain, il devient seigneur de Montréal et d'Outre-Jourdain. Il tient notamment les forteresses de Kerak (9) et de Chawbak (10) et de là, il va rançonner les caravanes passant dans les environs.

Ses années de captivité ne l'ont pas du tout assagi et il multiplie les provocations. Allié des Templiers, il exerce sur la cour de Jérusalem une influence grandissante. Il est partisan d’une politique de conquête face aux musulmans, motivée beaucoup plus par ses espoirs de pillage que par des considérations stratégiques.

Contrairement aux chroniqueurs francs, qui semblent vouloir minimiser son rôle en cette occasion, mais conformément à tous les chroniqueurs musulmans, on pense maintenant que c'est Renaud de Châtillon qui commandait l'armée des croisés lors de la célèbre bataille de Montgisard (11) (25 novembre 1177).

En 1181, malgré une trêve conclue entre Baudouin IV de Jérusalem et Saladin, il pille une caravane se rendant à la Mecque. Saladin s’en plaint à Baudouin IV de Jérusalem, qui ne trouve pas la force de sévir contre son vassal (il était alors en pleine crise dans sa maladie). Saladin, fou de rage, aurait déclaré qu'il tuerait Renaud de Châtillon de ses propres mains.



Chute et mort de Renaud de Châtillon

En 1182, il monte une expédition en mer Rouge, pille les ports du Hedjaz et menace les villes saintes de l'Islam, La Mecque et Médine. En chemin, il coule un bateau de pèlerins musulmans se rendant vers Jeddah. Tandis que Renaud, chargé de butin, remonte vers ses terres, ses hommes continuent à sillonner la mer Rouge et pillent le Hedjaz ; l'idée de base était défendable du point de vue stratégique (menacer La Mecque pouvait créer une utile diversion en détournant les forces arabes du royaume de Jérusalem) mais l’opération manquait de moyens et son exécution, peu rationnelle, en limita les effets. Il semble d’ailleurs que Renaud de Châtillon, toute sa vie le montre, ait été incapable d'un dessein mieux suivi. Le frère de Saladin, al-Adel, qui gouverne en Égypte, lance contre eux une flotte qui écrase les pillards. Certains d’entre eux sont conduits à La Mecque pour y être décapités en public.

Saladin lance des raids sur son territoire (1183). Il assiège la forteresse de Kérak, mais fait épargner le secteur où se déroulent les noces de la belle-fille de Renaud. Celui-ci ne doit son salut qu’aux secours de Baudouin IV.

À la mort de Baudouin IV (1185), la régence du royaume de Jérusalem va à Raymond III de Tripoli, qui traite avec Saladin. La mort du jeune Baudouin V donne le trône à Guy de Lusignan (août 1186). Le pouvoir effectif passe au parti de Renaud de Châtillon.

En 1187, il attaque encore une caravane allant de l'Égypte à Damas. La trêve est rompue et Saladin engage la guerre contre le royaume de Jérusalem. La bataille entre les deux armées a lieu le 4 juillet 1187 à Hattin (12)  et les Francs sont vaincus. Renaud de Châtillon est exécuté peu après d'un coup de sabre par Saladin, ainsi que tous les Templiers et les Hospitaliers.


Enfants

De son premier mariage (1153) avec Constance d'Antioche (1127 † 1163), il eut :
• Agnès d'Antioche († 1184), mariée à Béla III, roi de Hongrie

De son second mariage (1177) avec Étiennette de Milly, dame d'Outre-Jourdain, il eut :
• Alix de Châtillon († 1235), mariée à Azzo VI d'Este





(1)  La seigneurie d’Outre-Jourdain aussi appelée seigneurie de Montréal, du nom de sa capitale était au XIIe siècle un fief du royaume de Jérusalem situé à l’est du Jourdain.




(2) La seigneurie d’Hébron est un fief du royaume de Jérusalem. Elle est aussi nommée la seigneurie de Saint-Abraham.

Hébron est l’un des châteaux francs les plus anciens du royaume. Il fut régulièrement donné à des chevaliers du royaume, puis de retour à la Couronne. La seigneurie fut définitivement conquise pas Saladin en 1187.




(3) Aimery de Limoges et le patriarche d’Antioche de 1140 à 1165, puis à nouveau de 1170 à 1193.
Il nait vers 1110 en France et part étudier à Tolède. En 1136, il est nommé archidiacre d’Antioche.
Après la déposition de Raoul de Domfront, il est élu patriarche d’Antioche sans doute grâce au prince d’Antioche, Raymond de Poitiers, avec qui il entretient de relations amicales.  Il prend ensuite part à la régence de sa veuve, Constance, mais il est emprisonné par Renaud de Châtillon, son deuxième mari. Il doit s’exiler après sa libération à l’instigation du roi Baudouin III de Jérusalem. Pendant son exil, il célèbre le mariage de Baudouin à Théodora Comnène en 1158. Peu de temps après, il est autorisé à rejoindre son patriarcat.
[…]

Tout au long de sa vie, il entretient de bonnes relations avec les églises orientales et prépare le chemin à l’union des maronites (a) à l’église latine. Il meurt entre 1193 et 1196 et est enterré à la cathédrale d’Antioche.

(a) les Maronites sont des chrétiens catholiques orientaux, descendant du peuple assyrien, qui sont en pleine communion avec le Saint-Siège, c’est-à-dire l’évêque de Rome […]




(4)  Harim, Harrim, appelée par les Francs Harenc est une petite ville du nord de la syrie dépendant administrativement du gouvernorat d’Idleb. C’est une ancienne forteresse de l’époque de l’empire byzantin, jusqu’aux invasions mongoles du XIIIe siècle. Elle se trouve aujourd’hui à la frontière turque.

[…] les croisés s’en emparent  avec Artha en novembre 1097 pendant le siège d’Antioche et la place est constamment disputée entre musulmans et chrétiens au  temps des croisades. Reprise par Baudouin III le 25 décembre 1157 à Nur ad-Din, elle donne son nom à une bataille entre les deux camps le 12 août 1164, remportée par Nur ad-Din qui l’investit à son tour le 18 octobre suivant. La forteresse, endommagée par les tremblements de terre au XIIe siècle, est reconstruite par les Ayyoubides, mais ne résiste pas aux invasions mongoles de 1260.




(5) Unique héritière de la principauté d’Antioche, la princesse Constance, née au Moyen-Orient vers 1127 où elle décède en 1163, est la fille de Bohémond II d’Antioche, prince de Tarente et d’Alix de Jérusalem, princesse d’Antioche et de Laodicée. Son père est le petit-fils de Philippe Ier, roi de France, sa mère la fille du roi de Jérusalem Baudouin de Rethel et son épouse arménienne, Morfia de Malatya.

Mariée en premières noces (1136) avec Raymond de Poitiers (†1149) ayant  25 ans de plus qu’elle, d’où elle eut :

• Bohémond III (†1201), prince d’Antioche
• Marie (1145 - †1182), mariée en 1161 à l’empereur Manuel Ier Comnène (†1180)
• Philippa (v. 1148 - †1178), mariée à Onfroy II de Toron (†1179)
• Baudouin d’Antioche (†1179), mort pendant la bataille de Myriokephalon

Mariée en secondes noces (1153) avec Renaud de Châtilln (1120 - †1187), elle eut deux autres enfants :

• Agnès de Châtillon († 1184), mariée à Bela III, roi de Hongrie
• Jeanne de Châtillon († avant mai 1204)


(6) Marie d’Antioche, née Marguerite-Constance, fille de Raymond de Poitiers et de Constance de Hauteville, princesse d’Antioche, impératrice d’Orient.

Né vers 1145, d’une beauté célèbre dans tout l’Orient, elle épouse en 1160 l’empereur Manuel Ier Comnène (1118 - † 1180) veuf d’Irène (Berthe) de Sulzbach qui ne lui donné qu’une fille : Marie Comnène la Porphyrogénète […]




(7) Miles ou Milon de Plancy, assassiné à Saint Jean d’Acre en octobre 1174, est un noble de royaume de Jérusalem originaire de Champagne, sénéchal du royaume de 1166 à 1174, seigneur de montréal et d’Outre-Jourdain de 1173 à 1174 et régent du royaume en 1174.




(08) Etiennette de Milly, morte en 119, fut dame d’Outre-Jourdain et de Montréal et une figure influente du royaume de Jérusalem.


Elle était la fille de Philippe de Milly, seigneur de Naplouse et d’Outre-Jourdain et d’Isabelle. Par ses multiples mariages, ses différents maris devinrent  seigneurs d’Outre-Jourdain.
Premier mariage, en 1163, avec Onfroy III de Toron, qui mourut en 1173 ; ils eurent un fils le futur Onfroy IV de Toron et une fille Isabelle, mariée à Roupen III prince d’Arménie

Second mariage, avec Miles de Plancy, qui fut assassiné en 1174.

Troisième mariage, en 1177, avec Renaud de Châtillon, ancien prince consort d’Antioche, qui avait récemment été libéré de captivité à Alep.




(9) Al-Karak écrit aussi Karak ou Kerak est une ville de Jordanie situé à quelques kilomètres à l’est de la Mer Morte et sur le territoire de laquelle a été édifié un célèbre château fort croisé au XIIe siècle, le Kerak de Moab (a). Il s’agit de la capitale du gouvernorat de Karak.



Château fort et ville d'Al-Karak en Jordanie


La cour supérieure du château.


(a) Le Kerak de Moab ou Krak des Moabites est un château fort datant du XIIe sièce, à l’époque des Croisades. Il est situé à Kerak, l’actuelle ville d’Al-Karak en Jordanie.





(10)  Le krak de Montréal ou de Mont Réal, aussi appelé par les historiens arabes Karac el Chobac, château d’al-Shawbak ou de Schaubak est un château fort datant du XIIe siècle, à l’époque des croisades. Il est situé dans la région d’Edom (« Idummée ») à environ 50 km au sud-est de la mer Morte. Les ruines d’Al-Shawbak sont situées en Jordanie.



Vue du Krak de Montréal, Shaubak, Jordanie



L’intérieur de l’enceinte du château



Les ruines de la forteresse




(11)  La bataille de Montgisard est une importance bataille livrée entre Saladin et Baudouin IV le Lépreux le 25 novembre 1177. Baudouin IV, au cours de cette bataille réussit avec des effectifs réduits à repousser Saladin qui cherche à envahir le royaume de Jérusalem.






(12) La bataille de Hattin ou bataille de Tibériade a lieu le 4 juillet 1187 près du lac de Tibériade, en Galilée. Elle oppose les armées du royaume chrétien de Jérusalem, dirigées par Guy de Lusignan, aux forces de Saladin. Ce dernier remporte une victoire écrasante, qui lui ouvre les portes de la Palestine.





Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Dim 6 Mar - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1748
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   Dim 6 Mar - 15:42

Enguerrand II de Coucy



Enguerrand II de Coucy dit de La Fère ou de Marle, seigneur de Coucy, de Marle, de La Fère, de Crécy (sur-Serre), de Vervins, de Pinon, de Landouzy (La-Ville), de Fontaine (lès-Vervins), et de quelques autres lieux.

Contrairement à son père le seigneur-brigand Thomas de Marle, Enguerrand II administre paisiblement son domaine et s'attache surtout à gouverner ses terres, dotant notamment son château d'une chapelle dont les substructions constituent de nos jours les vestiges les plus anciens de Coucy.

En 1131, il épouse Agnès de Beaugency, cousine germaine du roi Louis VII de France, et fille de Mahaut ou Mathilde de Vermandois, elle-même fille d'Hugues Ier de Vermandois, frère du roi Philippe Ier de France. Agnès lui donne deux fils Raoul Ier de Coucy et Enguerrand.

Il passe le plus clair de ses loisirs à chasser dans les bois, où la légende raconte qu'il aurait tué une bête féroce (un lion, selon certaines sources) qui terrorisait le pays.

S'étant croisé ainsi qu'Érard III de Breteuil son beau-frère, lors de la deuxième croisade (1147-1149), pour accompagner le roi Louis le Jeune et l'empereur Conrad III, ils moururent tous les deux vers l'an 1147.








Erard III de Breteuil

La maison de Breteuil, qui tient son nom de la ville de Breteuil-sur-Noye en Picardie, est une famille noble originaire duChartrain qui s'installa ensuite en Picardie.

Cette maison est issue de Gilduin (Gelduinus), cité en 1019 comme vicomte de Chartres. Il devient ensuite comte de Breteuil en 1048, puis se fait moine à une date inconnue et meurt le 18 mai 1060. De son épouse nommée Emmeline, il eut :

• Harduin, mort entre 1050 et 1060, vicomte de Chartres, marié à une Elisabeth, mais sans postérité.
• Erard Ier, mort entre 1061 et 1066, comte de Breteuil et vicomte de Chartres, qui suit.
• Hugues de Breteuil, chanoine à Chartres, puis évêque de Langres de 1031 à 1049
• Valéran († 1063), moine, puis abbé de Saint-Vannes à Verdun
• Adèle, mariée à Raoul III, comte de Valois.



Erard III, comte de Breteuil, prit part à la seconde croisade et fut tué en janvier 1148 à la bataille de Laodicée. Il est le fils de Valéran II, († entre 1119 et 1124), sire de Breteuil et d’Ivette ou Judith.



Il épousa en premières noces Béatrice de Coucy, fille de Thomas, sire de Coucy et d'Ida de Hainaut, qu'il répudia en 1130 pour épouser Ivette de Bulles. De sa première épouse, il avait eu :

• Valéran III († 1162), sire de Breteuil
• Erard de Breteuil, cité en 1139 et en 1168, marié à une Remburge.
• Hugues († 1184), seigneur de Crèvecœur et châtelain de Breteuil, marié à Ada de Gerberoy.
• Enguerrand de Breteuil, cité en 1139


De sa seconde épouse, il laissa deux enfants, Mannasès et Ermengarde


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Dim 6 Mar - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES   

Revenir en haut Aller en bas
 
LISTE DES PRINCIPAUX CHEFS CROISES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Voitures de chefs d'état
» 19 GC VILLINGEN
» Collectif-Les chefs-d'oeuvre du fantastique
» Les Chefs indiens célèbres (La Nouvelle populaire)
» [2999] Liste "old school v7" mais en v8.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le grenier de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique :: HISTOIRE :: LES CROISADES-
Sauter vers: