Le grenier de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique

forum privé
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 INTRODUCTION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1852
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: INTRODUCTION   Ven 3 Fév - 16:41

LEGEND OF AMERICA – SORCIERES DE SALEM







Legend of America est un site américain parlant de différents sujets concernant les Etats Unis.
C’est sur ce site que j’ai trouvé un sujet parlant des Sorcières de Salem.
Malheureusement, tout est en anglais et l’anglais n’est pas ma tasse de thé, j’ai donc
traduit du mieux possible.

Je vous donne les textes en anglais puis je vous montre la traduction. J’espère ne pas avoir fait trop de fautes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1852
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INTRODUCTION   Ven 3 Fév - 16:48

INTRODUCTION





• Les procès des sorcières de Salem
• La Nouvelle Angleterre puritaine
• Croyance puritaine
• Politique
• Salem village
• La sorcière, selon le puritain de Salem
• Les affligées (possédées)
• Les accusés
• Le premier examen (interrogatoire ou procès)
• Les crises s’intensifient
• Qu’arrive-t-il à l’accusée
• La fin de l’hystérie
• Qu’est-il arrivé à …
• Citations diverses...
• Conclusion...






SOURCE :

http://www.legendsofamerica.com/
TEXTE ANGLAIS :
By Krista Delle Femine, with additional edits by Kathy Weiser-Alexander
Par Krista Delle Femine avec des modifications supplémentaires de Kathy Weiser-Alexander.



About the Author: Krista Delle Femine, from Hyannis, Massachusetts, attended school at Smith College in Northampton, Massachusetts, receiving her Associate's Degree. She has five sons, a daughter, and triplet grandsons. She plans to continue her education and become a lawyer. About herself, she says she loves to learn and teach and that she hopes to pay her blessings forward by passing on what she has observed and learned. She also describes herself as a curious wanderer who intends to live her life with an open mind and noble heart in the hopes that her children will follow in her footsteps. This story contains additional information and edits by Legends Of America's Founder/Editor Kathy Weiser-Alexander.



au sujet de l'auteur : Krista Delle Femine, de Hyannis, Massachusetts, a fréquenté le Smith College de Northampton, Massachusetts, recevant son diplôme de associé. Elle a cinq fils, une fille, et des  petit-fils, des triplés. Elle prévoit de poursuivre ses études et de devenir un avocat. A propos d’elle-même, elle dit qu'elle aime à apprendre et à enseigner et qu'elle espère payer ses bénédictions avant en transmettant ce qu'elle a appris et observé. Elle se décrit également comme un vagabond curieux qui a l'intention de vivre sa vie avec un esprit ouvert et un cœur noble avec l'espoir que ses enfants suivront ses traces. Cette histoire contient des informations et des modifications supplémentaires par le     fondateur / éditeur de Legends Of America, Kathy Weiser-Alexander America.

_________________


Dernière édition par Lanaelle du Chastel le Sam 4 Fév - 15:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1852
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INTRODUCTION   Ven 3 Fév - 21:23







The Salem wicht trials were a seriez of hearings and prosecutions of people accused of witchcraft in colonial Massachusetts, between February 1692 and May 1693. Despite being generally knowwn as the “Salem Witch Trials”, the preliminary hearings in 1692 were actually conducted in several towns across the province, including Salem Village (now Danvers), Ipswich, Andover and Salem Towne. The most infamous trials were conducted by the Cour of Oyer and Terminer in 1692 in Salem Towne.




Witch Trial by Joseph E. Baker, 1892.
Procès de Sorcières par Joseph E. Baker, 1892




Les sorcières de Salem étaient une série d’auditions et de poursuites contre des personnes accusées de sorcellerie  dans le Massachusetts coloniale, entre février 1692 et mai 1693. Malgré que ce soit généralement connu sous le nom « Procès des sorcières de Salem », les audiences préliminaires en 1692 ont effectivement été menées dans plusieurs villes de la province, y compris Salem Village (aujourd’hui Danvers), Ipswich, Andover et Salem Towne. Les procès les plus tristement célèbres ont été effectués par  la Cour d’Oyer et Terminer à Salem Towne en 1692.









The puritains of New England were a significant group of English Protestants in the 16th and 17th centuries who had grown discontent with the Church of England. They contented that the Church of England has become a product of political struggles and man-made doctrineis and that they were beyond reform. Escaping persecution from church leadership and the king, they came to America.


Before the Witch trials, the Puritans were floundering about, trying to find a purpose. Until about 1660, most “Americans” had a common goal :  working together to forge a new frontier; but, after the Puritan colony was welle established, attentions turned to gain, both materially and spiritually. The Puritan colonists dit not care fort he English political leaders. Instead, thy idolized the founding fathers, like those who came over on the Mayflower. However, by 1692, the founding fathers were dead and gone. The majority of the population was initially born in England, but, over the  years, the tide changed, and in the late 1600’s, Americ was filled with people born on her soil.


There was no separation between church and state, and people who dit not attend meetings were suspect and could be punished. Many towns had a rule that a man could not vote if he was not a member of church. Because lying was considered a sin, it was punishable by law. Hangings were not common; but, when one occurred it was a form of entertainment that young children were encouraged to attend. The most popular part of the hanging was the last words, whent the person about to be executed would say goodbye to his ou her family. Puritans reasoned allowing children to witness hangings would teach them the consequence of immoral behavior.

Life was an exhausting array of chores with little amusement. The average family made their own bread, butter, cider, ale, clothes, candles and just about everything else they used. Every member of the family could expect to work from morning to night. Houses were dark, damp and depressing. A candle was always burning, even in the middle of the day becaus the tiny windows let in so little light.


Most people could not write, and signed their names on legal papers with their “mark”. Signing an “X” was unfashionable to young girls (and even grown women), who liked to make curly cue hearts and other inventive designs. Because most people couldn’t read, they didn’t (or know)  how their name was spelled, and, since the court reporter couldn’t very welle as kan illiterate person how to spelle his or her name, the spelling depended on who was taking the notes. Many of the official documents spelle individual names differently. Mary Easty was also Esty; Osborn, Osburn; Cory, Corey and so on. Even learned and educated men used loose grammar, and did not worry over proper spelling.


Normal families had 5-10 children of their own, adn it was not uncommon to have an extra child living in the home. By the age of seven, children were given their full share of responsability and expected to perform to adult standards. During this thime, New England had one of the lowest rates of infant mortality in America. Nine out of ten infants born there survived at least until age five, and perhaps three-quarters lived to see adulthood. In more rural areas as many as 25% of children died before the age of one, and only about half made it to adulthood.


Most marriages ended with the early death of a spouse. A couple was lucky to get seven years out of each other. Second and third marriages were common. The man was head of the household. A woman might offer her opinion to her husband behind closed doors, and even prove a valuable ally, but, she was expected to concede to her husband in all matters. She could not own property without her husband’s permission, or vote. It was assumed that women were the weaker sex in every way, and if she did not follow her husband’s rules, he was encouraged to use physical abuse as a form of « correction ».
Thought Salem was never attacked, there was a real fear of Indians, especially duet o an orphan frome Maine who had watched his parents killed by Indians.









Puritans of New England by George Henry Boughton in 1884.
Puritains de la Nouvelle Angleterre par George Henry Boughton en 1884.




Les puritains de la Nouvelle Angleterre étaient un groupe important de protestants anglais du XVIe et XVIIe siècle qui avaient grandis en mécontentement avec l’église d’Angleterre. Ils soutenaient que l’Eglise d’Angleterre était devenue un produit de luttes politiques et de doctrines faites par l’homme et qu’ils étaient au-delà de la réforme. Pour échapper à la persécution des dirigeants de l’église et du roi, ils sont venus en Amérique.



Avant le début des procès des sorcières, les puritains pataugeaient essayant de trouver un but. Jusque vers 1660, la plupart des « Américains » avait un objectif commun : travailler ensemble pour forger une nouvelle frontière ; mais, après que la colonie puritaine eut été bien établie, les attentions se tournèrent vers le gain, matériel et spirituel. Les colons puritains ne se souciaient pas des dirigeants politiques anglais. Au lieu de cela, ils idolâtraient les pères fondateurs, comme ceux qui sont venus sur le Mayflower.  Cependant, en 1692, les pères fondateurs étaient morts et enterrés. La majorité de la population  était initialement né en Angleterre, mais, au cours des années, la marée a changé, et à la fin des années 1600, l’Amérique a été remplie de personnes nées sur son sol.




Il n’y avait pas de séparation entre l’église et l’état et les personnes qui ne participent pas aux réunions étaient suspectes et pouvaient être punies. Beaucoup de villes avaient une règle selon laquelle un homme ne pouvait pas voter s’il n’était pas membre d’une église. Parce que le mensonge était considéré comme un péché,  c’était punissable par la loi. Les  pendaisons n'étaient pas courantes. Mais, lorsque cela arrivait, c'était une forme de divertissement que les jeunes enfants étaient encouragés à voir. La partie la plus populaire de la pendaison était les derniers mots, quand la personne sur le point d'être exécutée dirait au revoir à sa famille. Les puritains raisonnaient en autorisant les enfants à assister à des pendaisons qui leur enseigneraient la conséquence d'un comportement immoral.



La vie était un ensemble épuisant de corvées avec peu d'amusement. La famille moyenne faisait son propre pain, beurre, cidre, bière, vêtements, bougies, et à peu près tout ce qu'ils utilisaient. Chaque membre de la famille pouvait s'attendre à travailler du matin au soir. Les maisons étaient sombres, humides et déprimantes. Une bougie brûlait toujours, même au milieu de la journée parce que les minuscules fenêtres laissaient entrer si peu de lumière.



La plupart des personnes ne savaient pas lire et signaient leurs noms sur des documents juridiques avec leur « marque ». La signature d’un « X » n’était pas à la mode pour les jeunes filles (et même les femmes adultes), qui aimait faire des cœurs bouclés et autres dessins inventifs. Parce que la plupart des gens ne savaient pas lire ou écrire, ils ne savaient pas comment leur nom était orthographié, et, étant donné cela,  le greffier de la cour ne pouvait pas demander à des analphabètes comme épeler leur nom, l’orthographe dépendait de la personne qui prenait les notes. La plupart des documents officiels évoquent des noms différents. Mary Easty était aussi Esty ; Osborn, Osburn ; Cory, Corey  et ainsi de suite. Même les hommes instruits utilisaient la grammaire en vrac, et ne s’inquiétaient pas de l’orthographe correcte.



Les familles normales avaient  5-10 enfants et il n’était pas rare d’avoir un enfant supplémentaire vivant dans la maison. A l’âge de 7 ans, les enfants avaient déjà leurs responsabilités et devaient répondre aux normes des adultes. Pendant cette période, la Nouvelle Angleterre avait l’un des plus faibles taux de mortalité infantile en Amérique. Neuf des dix  enfants nés vivaient au moins jusque l’âge de 5 ans, et peut être les trois-quarts atteignaient l’âge adulte. Dans les zones rurales, pas moins de 25 % des enfants sont décédés avant l’âge d’un an, et seulement la moitié environ a atteint l’âge adulte.



La plupart des mariages prenaient fin par la mort prématuré d’un conjoint. Un couple avait de la chance d’arriver à 7 ans de mariage. Les deuxièmes et troisièmes mariages étaient fréquents. L’homme était chef de ménage.  Une femme pouvait donner son opinion à son mari en privé, et même se révèler un allié précieux, mais, elle devait concéder à son mari dans tous les domaines. Elle ne pouvait pas posséder des biens sans l’autorisation ou le vote de son mari. On a supposé que les femmes étaient le sexe faible dans tous les sens, et si elle n’a pas suivi les règles de son mari, il était encouragé à utiliser de la violence physique comme une forme de « correction ».


Bien que Salem n'aie jamais été attaqué, il y avait une véritable crainte des Indiens, en particulier à cause d'un orphelin du Maine qui avait vu ses parents tués par les Indiens.










With the puritan peope, the Bible was the law. It was taken literally, and sins like adultery and sodomy could be punished by death. During this time, the Puritan faith had been taking some blows, and because there were few new people joining the ranks, ministers were constantly preaching about the fallingi ranks and the rise of the devil. These same ministers commonly spoke of the virtue of being a good wife, wich was all a woman could reallyy hope to be. A woman would be frowned upon if she owned her own land, didn’t have a lot of children, or, was in any way, outspoken or different. In the meantime, many people dabbled in the occult and practiced white magic. Simple wives tales like fortune telling were passed down from generation to generation, though it was considered evil and  ministers were often preaching about the dangers of inviting the devil in through the occult.


There was alos a general distrust and suspicion at the time. For instance, if a cow suddenly died, its owner would likely think one of his neighbors had cursed him. A man would not dare to question God’s judgment; he just questioned it being aimed at him. If he searched his soul, and found he had done nothing to deserve the death of his cow, he would blame the misfortune on the devil acting through a witch. The deny God was unquestionable, so, by, the same token, to deny the existence of the devil would be  just as blasphemous. The Bible wa staken tob e complete truth, and men who could read would consult the Bible for personal, as well as legal matters.


The puritain lifestyle was stringent and righteous, and they were not the loving and forgiving type one might expect in such a religious community. According to Marion Starkey, a 20th Century author and historian, if a man had a toothache, the Puritns figured he had in some way sinned withh his tooth. This feeling was so strong that some of the accused witches confessed in bewilderment, and wracked their brains to find something they had done in the past to allow the devil to use them in such a manner.
The puritains used fasting to honor God and unite the community in various causes, even though meals were very important, and usually the only time in the day when a person could sit and relax for a moment.


To the Puritans, there was little separation between dreams an real life – there being a reason for everything, believing that dreams contained prophesies, revelations  and truths that were more real than daily life.







hearthstone par Henry A. Loveloy
le foyer puritain par Henry A. Loveloy


Avec le peuple puritain, la Bible était la loi. Elle  a été prise à la lettre, et les péchés comme l'adultère et la sodomie pouvaient être punis par la mort. Pendant ce temps, la foi puritaine avait pris quelques coups, et, parce qu'il y avait peu de nouvelles personnes rejoignant les rangs, les ministres étaient constamment en train de prêcher sur la chute des rangs et la montée du diable. Ces mêmes ministres parlaient couramment de la vertu d'être une bonne épouse, ce qui était tout ce qu'une femme pouvait  vraiment espérer être. Une femme était désapprouvée si elle possédait sa propre terre, n'avait pas beaucoup d'enfants, ou, était en quelque sorte, franches ou différentes. En attendant, beaucoup de gens se sont essayé  au surnaturel et  pratiquaient la magie blanche. Des contes d'épouses simples comme la pratique de dire la bonne aventure, étaient transmis de génération en génération, bien que cela fût considéré comme mauvais et que les ministres prêchaient souvent sur les dangers d'inviter le diable par le biais de l’occultisme.

Il y avait aussi une méfiance et de la suspicion à l'époque. Par exemple, si une vache est morte subitement, son propriétaire était probablement tenté de penser que l'un de ses voisins l'avait maudit. Un homme n'oserait pas mettre en question le jugement de Dieu; Il s’interrogeait juste s’il le  visait  lui. S'il cherchait son âme et trouvait qu'il n'avait rien fait pour mériter la mort de sa vache, il imputerait le malheur au diable agissant par l’intermédiaire d’une sorcière. Nier Dieu était incontestable, de même,  nier l'existence du diable était tout aussi blasphématoire. La Bible était considérée comme une complète vérité, et les hommes qui pouvaient lire consultaient la Bible pour des questions personnelles et mais aussi, juridiques.


Le style de vie puritaine était stricte et juste, et, ils n'étaient pas du type aimant et indulgent qu’on pourrait s'attendre dans une communauté religieuse. Selon Marion Starkey, auteur et historien du XXe siècle, si un homme souffrait de maux de dents, les puritains pensaient qu'il avait en quelque sorte péché avec sa dent. Ce sentiment était tellement fort que certaines des sorcières accusées avouèrent perplexes, et se torturaient le cerveau pour trouver quelque chose qu'elles avaient fait dans le passé pour permettre au diable de les utiliser de cette manière. Les Puritains utilisaient le jeûne pour honorer Dieu et unir la communauté dans diverses causes, même si les repas étaient très importants, et généralement le seul moment dans la journée où une personne pouvait s'asseoir et se détendre pendant un moment.


Pour les Puritains, il y avait peu de distinction entre les rêves et la vie réelle - il y avait une raison pour tout, croyant que les rêves contenaient prophéties, révélations et vérités plus vraies que la vie quotidienne.











Massachusetts was a colon of England, and was forced to run things according to a set of rules called a « charter », handed down from the English king. However, just to get word to England would take 10 weeks by ship. In March 1692, when the first “witch scare” broke out, the prévious charter was been long eliminated. This meant there was no leader, no rules and the nearest thing to a leader was in England negotiating for a new charter. Because of the situation, the accused witches were examinded, and held in jail, but not tried. In May, Increase Mather, a puritan minister who was involved with the governement of the colony and the administration of Harvard College, sailed back from England with a new charter and a new governor. This when the actual trials began.




Le Massachusetts était une colonie anglaise, et était obligé d’éxécuter les choses selon un ensemble de règles, appelé une «Charte», transmis par le roi d’Angleterre. Cependant, juste pour obtenir un message d’Angleterre, cela prenait 10 semaines par le bateau. En mars 1692, lorsque la première «peur de sorcière» éclata, la charte précédente avait disparu depuis longtemps. Cela signifiait qu'il n'y avait pas de chef, pas de règles, et ce qui se rapprochait le plus d’un chef de file était en Angleterre en train de négocier une nouvelle charte. En raison de la situation, les sorcières accusées ont été arrêtées et détenues en prison, mais, pas jugées. En mai, Increase Mather, un pasteur puritain qui était impliqué dans le gouvernement de la colonie et à  l'administration du Collège d’Harvard, a quitté l'Angleterre avec une nouvelle charte et un nouveau gouverneur. C'est à ce moment-là que les procès ont commencé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1852
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INTRODUCTION   Ven 3 Fév - 21:37





All his life, Thomas Putnam, a resident of Salem Village, had been resentful of rich families, like the Porters, the richest family in the village. Both families grew up in Salem Village, but the merchant Porters were more worldly and successful than the farming Putnams. No matter how hard he tried, Thomas Putnams, an influential man in his own right, just felt he couldn’t measure up to the Porters, who had more land and more money. But, what really bothered Thomas Putnam was that the Porters were considered smarteur than the Putmans because they were better spoken. As a result, Thomas set out to break away from Salem Towne and form Salem Village; but, the township wasn’t eager to let the property go.


Salem Village was allowed to build a meeting house, but, it was to act as a franchise of the Salem Towne meeting house. Thomas Putnam tried to pull rank by hand picking the ministers, but, this only served to divide the community in half; those who supported Putnam and his choice of minister and those who hated Putnam, and wouldn’t support any choice he made.in the end, all the unsuspecting ministers. Who were sometimes not even paid, would eventually leave Salem Village because of the conflict.

Salem Village was finally allowed to act on it’s own, and Samuel Parris was the first minister to hold the job fort he budding community.








Toute sa vie, Thomas Putnam, un habitant du village de Salem, a eu  plein de ressentiment contre les  familles riches, comme les Porters, la famille la plus riche dans le village. Les deux familles ont grandi à Salem Towne, mais les marchands Porters étaient plus mondains et avaient mieux  réussis que les agriculteurs Putnams. Peu importe comment il a essayé, Thomas Putnam, un homme influent dans son propre droit, a juste senti qu'il ne pouvait pas être à la hauteur de la famille Porters, qui avait plus de terres et plus d'argent. Mais, ce qui dérange vraiment Thomas Putnam, c'est que les Porters étaient considérés comme  plus intelligents que les Putnams parce qu'ils savaient mieux parlé. En conséquence, Thomas a commencé à se détacher de  Salem Towne et forme Salem Village; Mais, le canton n'était pas désireux de laisser partir la propriété.



Salem Village a été autorisé à construire une maison de réunion, mais, elle agissait comme une franchise de la maison de réunion de Salem Town. Thomas Putnam a essayé de tirer rang à la main en choisissant les ministres (pasteurs), mais cela ne servit qu'à diviser la communauté en deux; Ceux qui soutenaient Putnam et son choix de ministre et ceux qui détestaient Putnam, et ne voulaient pas appuyer le choix qu'il avait fait. À la fin, tous les ministres sans méfiance, qui n'étaient même pas payés, finissaient par quitter le village de Salem en raison du conflit.

Salem Village a finalement été autorisé à agir par lui-même, et Samuel Parris a été le premier ministre (pasteur)  à occuper le poste de la communauté en herbe.










There were many beliefs among the Puritans of what constitued a « witch ». they thought that witches were notorious for killing otherwise healthy infants and they had pets, knowm as “familiars” tot do their evil bidding. The familiars would drint the blood of their witch masters from an extra « teat » located somewhere on its body, usually near the genitals as welle as having the particular habit of sucking between the index and middle finger.


Witches were also thought to be able to “curse” those who had irritaded them. They were also believed to have made a pact with the devil and were unable to say the “Our Father” prayer without making mistakes.






L'examen d'une sorcière par Thompkins Matteson




Il y avait beaucoup de croyances parmi les puritains de ce qui constituait une « sorcière ». Ils pensaient que les sorcières étaient connues pour tuer les nourrissons en bonne santé et qu’elles avaient des animaux domestiques, appelés « familier » pour faire leurs mauvaises actions. Les familiers buvaient le sang de leurs maitres sorciers à l’aide d’une « tétine » supplémentaire située quelque part sur son corps, généralement près des organes génitaux ainsi que d’avoir l’habitude de sucer entre l’index et le majeur.

Les sorcières étaient également réputées pour être en mesure de « maudire » ceux qui les avaient irritées. Elles étaient  également soupçonnées d’avoir fait un pacte avec le diable et étaient incapable de dire le «Notre Père » sans commettre d’erreur.









In Salem Village, in the winter months of 1961-1692, 9 year-old Elizabeth “Betty” Parris, and her cousin Abigail Williams, age 11, the daughter and niece (respectively) of Reverend Samuel Parris and his wife Elizabeth, began to have fits. The girls screamed, threw about the room, uttered strange sounds, crawled under furniture, and contorted themselves into peculiar positions. The girls complained of being pinched and pricked with pins. Village doctor, William Griggs, was called and he could find no physical evidence of any ailment and gave his opinion that the girls were victims of witchcraft, John Hale, a minister in nearby Beverly, described their  condition as “beyond the power of Epileptic Fits or natural disease to effect”.


Bettis Parris was the first to claim her illness was duet to having been “bewitched”. Their conditions, convulsions and outbursts of gibberish at first baffled everyone especially when other girls began to show similar symptoms. After Betty Parris and Abigail Williams, 12 year-old Ann Putnam Jr., also began to show signs of strange behavior. Shortly after her illness the Salem Witch Trials began, with the girls accusing neighbors of Witchcraft.






Dans le village de Salem pendant les mois d'hiver de 1691 à 1692, Elizabeth "Betty" Parris, 9 ans, et sa cousine Abigail Williams, âgée de 11 ans, respectivement fille et nièce du révérend Samuel Parris et de sa femme Elisabeth, ont commencé à avoir des crises. Les filles criaient, jetaient des objets dans la pièce, prononçaient des sons étranges, rampaient sous les meubles et se contorsionnaient dans des positions particulières. Les filles se plaignaient d'avoir été pincées et piquées avec des épingles. Le médecin du village, William Griggs, a été appelé et il n'a pu trouver aucune preuve physique de n'importe quelle maladie et a donné son avis  que les filles étaient victimes de sorcellerie. John Hale, un ministre du village voisin de  Beverly, a décrit leur condition comme «au-delà de la puissance des crises épileptiques ou comme effet d’une maladie naturelle. »








Betty Parris a été la première à prétendre que sa maladie était due au fait d’avoir  été «ensorcelée». Les contorsions, les convulsions et les explosions de charabia ont d'abord dérouté tout le monde, surtout quand d'autres filles ont commencé à montrer des symptômes similaires. Après Betty Parris et Abigail Williams, Ann Putnam, Jr., 12 ans,  a  aussi commencé à montrer des signes de comportement étrange. Peu de temps après sa maladie, les procès des sorcières de Salem ont commencé, les filles accusant des voisins de sorcellerie.











The first three people accused and arrested for allegedly afflicting Betty Parris, Abigail Williams, Ann Putnam Jr., and Elizabeth Hubbard were Sarah Good, Sarah Osborne and Tituba. The accusation by Ann Putnam,Jr., is seen by historians as evidence that a family feud may have been a major cause of the Witch Trials. Salem Village was the home of a vicious rivalry between the Putnam and Porter families and most of the residents were somehow engaged in this rivalry. It was so bad, that Salem Village citizens would often engage in heated debates that would escalate into full fledged fighting.


Sarah Good was a homeless beggar who was accused of witchcraft because of her appalling reputation. At her trial, she was accused of rejecting the puritanical expectations of self-control and discipline when she chose to “torment and scorn children instead of leading them towards the path of salvation”. Sarah Osborne rarely attented church meetings and was accused of witchcraft becouse the Puritans believed that she had her own self-interests in mind. The local residents of Salem Village also found it distasteful when she attempted to control her son’s inheritance from her previous marriage. Tituba, was a slave of a different ethnicity than the Puritans, and an easy target for accusations. She was accused of attracting young girls like Abigail Williams an Betty Parris with enchanting stories of sexual encounters with demoins, swaying the minds of men and fortune telling, wich stimulated the imaginations of young girls.


All three of theses women were seen as outcasts of and fit the description of the “usual suspects” for witchcraft accusations. No one stood up fort hem and they were brought before the local magistrates and interrogated for several days, starting on March 1, 1692. Afterwards they were sent to jail and numerous other accusations followed.

Martha Corey, Dorcas Good and Rebecca Nurse of Salem Village and Rachel Clinton of nearby Ipswich were soon accused. Martha Corey had voiced skepticism about the credibility of the girls’ accusation, drawing attention to herself. The charges against her and Rebecca Nurse deeply troubled the community because both were full members of the church. Dorcas Good, the daughter of Sarah Good, was only four years-old, and when questioned by the magistrates her answers were construed as a confession, implicating her mother. In Ipswich, Rachel Clinton was arrested for witchcraft at the end of March on charges unrelated tot he afflictions of the girls in Salem Village.





Les trois premières personnes à être accusées et arrêtées pour avoir prétendument ensorcelée Betty Parris, Abigail Williams, Ann Putnam, Jr. et Elizabeth Hubbard étaient Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba. L'accusation par Ann Putnam, Jr. est considérée par les historiens comme la preuve qu'une fureur familiale peut avoir été une cause majeure des procès de sorcière. Salem Village était le foyer d'une rivalité vicieuse entre les familles Putnam et Porter et la plupart des résidents étaient en quelque sorte engagés dans cette rivalité. C'était si mauvais, que les citoyens de Salem Village se livraient souvent à des débats animés qui se transformeraient en combats à part entière.


Sarah Good était une mendiante sans foyer accusée de sorcellerie à cause de sa réputation épouvantable. Lors de son procès, elle a été accusée de rejeter les attentes puritaines de maîtrise de soi et de discipline quand elle a choisi de «tourmenter et mépriser les enfants au lieu de les conduire vers le chemin du salut». Sarah Osborne a rarement assisté à des réunions de l'église et a été accusée de sorcellerie parce que les Puritains pensaient qu'elle avait ses propres intérêts personnels à l'esprit. Les habitants de la région de Salem Village ont également trouvé déplaisant quand elle a essayé de contrôler l'héritage de son fils qu’elle a eu de son précédent mariage. Tituba, était une esclave d'une ethnicité différente que les Puritains, et une cible facile pour les accusations. On l'a accusée d'attirer de jeunes filles comme Abigail Williams et Betty Parris avec des histoires enchanteresses de rencontres sexuelles avec des démons, balançant l'esprit des hommes, et de dire la bonne aventure, qui a stimulé l'imagination des jeunes filles.


Ces trois femmes étaient considérées comme des parias et correspondaient à  la description des "suspects habituels" pour les accusations de sorcellerie. Personne ne les a défendues et elles ont été amenées devant les magistrats locaux et interrogées pendant plusieurs jours, à partir du 1er mars 1692. Ensuite elles ont été envoyées en prison et de nombreuses autres accusations ont suivi.


Martha Corey, Dorcas Good, et Rebecca Nurse de Salem Village, et Rachel Clinton de la ville voisine d’Ipswich ont été rapidement accusés. Martha Corey avait exprimé  du scepticisme quant à la crédibilité des accusations des filles, attirant l'attention sur elle. Les accusations portées contre elle et Rebecca Nurse ont profondément troublé la communauté parce que les deux étaient des membres à part entière de l'église. Dorcas Good, fille de Sarah Good, n'avait que quatre ans et, interrogée par les magistrats, ses réponses furent interprétées comme une confession impliquant sa mère. À Ipswich, Rachel Clinton a été arrêtée pour sorcellerie à la fin de mars sur des accusations sans rapport avec les afflictions des filles du village de Salem.










Sarah Good was brought out first. She adamantly denied hurting the girls, and indicated she thought Sarah Osborne might be a witch. Then, Sarah Osborne was brought forth, denying any role in the afflictions. She was the first of the accused tob ring up the point that the devil could be using her likeness without permission; but this dit not sway the judges. During the questionig of both of thse women, the “afflicted girls” would scream in agony, go into trances, and copy every movement Sarah Good and Sarah Osborne made.


Tituba came out last. At first, she denied harming the girls, claiming she loved Betty and would never hurt her, but, the “afflicted girls” were screaming that tituba was hurting them at that very moment.

Soon, Tituba realized her claims of innocence were falling on deaf ears and changed her story. She began tot elle the shocked audience about late night broomstick trips with Good and Osborne, familiars in the shape of yellow birds, a grotestque animal with the head of a woman, and most alarming, a tall, male witchh leader from Boston though Tituba couldn’t read who they were.


She described how the devil tempted her with “pretty things”, and how Good and Osborne pressed her to hurt the girls. Tituba’s confession had a number of consequences; it lent credibility to the girls, but more importantly, it scared the wits out of everyone present. Even the “afflicted girls” remained silent while Tituba wove her story. The villagers were dismayed to realize the witch problem was bigger than they had imagined and set about trying to find the seven witches who had made their mark in the tall man from Boston’s evil book.







Sarah Good a été amenée en premier. Elle a catégoriquement nié blesser les filles, et a indiqué qu'elle pensait que Sarah Osborne pourrait être une sorcière. Puis, Sarah Osborne a été amenée, nia tout rôle dans les ensorcellements. Elle a été la première des accusés à faire valoir que le diable pourrait utiliser sa ressemblance sans permission; Mais cela n'a pas influencé les juges. Au cours de l'interrogatoire de ces deux femmes, les «filles affligées» crieraient en agonie, entraient en transe et copiaient tous les mouvements de Sarah Good et Sarah Osborne.


Tituba sortit en dernier. Au début, elle a nié faire du mal aux  les filles, affirmant qu'elle aimait Betty et ne la blesserait jamais, mais les «filles affligées» criaient que Tituba les blessait à ce moment-là.


Peu de temps après, Tituba réalisa que ses déclarations d'innocence étaient tombées dans l'oreille d'un sourd et changea son histoire. Elle commença à raconter à l'auditoire choqué les voyages en balais tard dans la nuit avec Good et Osborne, des familiers en forme d'oiseaux jaunes, un animal grotesque avec la tête d'une femme, et le plus alarmant, un grand chef sorcier de Boston qui portait lui le livre du diable, qui avait au moins neuf signatures, bien que Tituba ne pouvait pas savoir qui  étaient les personnes qui avaient signé le livre.


Elle a décrit comment le diable l'a tentée avec «de jolies choses», et comment Good et Osborne l'ont poussée pour blesser les filles. Les aveux de Tituba avaient un certain nombre de conséquences; Ils ont  donné de la crédibilité aux filles, mais plus important encore, ils ont effrayé l'esprit de chacun présent. Même les «filles affligées» sont restées silencieuses pendant que Tituba  tissait son histoire. Les villageois ont été consternés de réaliser que le problème de sorcière était plus grand qu'ils ne l'avaient imaginé et ont essayé de trouver les sept sorcières qui avaient fait leur marque dans le livre du grand homme de Boston.

















To all who saw, the fits seemed genuine. At one point, a girl who was not named, claimed to be watching the specter of a ghost wrapped in a white sheet float about the crowded room. Her father snatched into the air in the direction she pointed, and mysteriously produced a torn piece of sheet. Events like this cause present-day historians to assume the afflictions were not only faked, but facilitated by adults who knew they were fake. Because of his had reputation, most people assume the girl and father in this story are Ann and Thomas Putnam, but, the record does not mention names.


The “afflicted girls” were a scary and convincing sight, bleeding, rigid, contorted, crying and screaming out in agony. Some would lay there comatose and others would writhe around on the floor. They became experts at embellishing each other’s story. One fearful night, the wole congregation was huddled together in terror believing hundreds of invisible witches were surrounding the meetinghouse peering in through the windows all around them. The action wasn’t limited tot he meetinghouse and suspicious events began to happen throughout Salem.  People would search for a lost broom to find it sitting high in a tree. The heightened fear added tot he chaos, and everything seemed to carry an ominous note. The whole town was gripped fear of a demonic invasion.


The afflicted were always being poked, pinched or bitten by specters, and they had the marks to prove it. blood flowed freely, and bruises were common. As a rudimentary test, bite marks on the afflicted were compared with the bite of theh accused and it always seemed to match up, even if the accused had no teeth. More and more girls began to join the circle of the afficted, and even some grown women. We can  never  be sure if this was an honest case of mass hysteria, a ploy for attention, or a subconscious outcry tot he constriction placed upon women. What is known is that once one girl said something, the other girls, backed by their parents, would chime in and embellish the story.


It can be difficult to ascertain who did what, particularly at examinations and trials because there ws no official stenographer. Notes were taken by any number of people, quite often the Reverend Samuel Parris, and the records tend to lump the afflicted as « the girl » or « the afflicted » of all the girls afflicted, only two lived with both their parents. Abigail William was constant voice among the afflicted from the very beginning until the end.

Mercy Lewis was an active witch finder from the start. She eventually gave birth to an illegitimate child. Long after the trials, when people discussed the « afflicted girls », Mercy would be used as an example to discredit them and suggest they were nothing more than trollops looking for attention. Elizabeth Hubbard was an orphaned servant girl working for her own aunt and uncle. According to records, “she is notable for remaining in a trance for an unusually long time : the whole of the Elizabeth Proctor’s examination ». Mary Walcott was said to have spent most of the examinations knitting.


Mary Warren, John and Elizabeth Protor’s servant girl, had a brief moment of sanity when she tried to recant after the Proctors were arrested. But, when Abigail Williams said Mary had signed the devil’s book and Mary, herself, was accused of being a witch, she quikly decided she would rather be afflicted, and slipped back into her fits. Susanna Sheldon was nothig if not inventive. In less than two weeks, she was allegedly bound and gagged by spirits four times, though there was always a neighbor handy to untie her.

It wasn’t just young girls who were “afflicted”. Mrs. Bathshua Pope was an older woman who joined in with the accusers after Tituba’s confession. Her affliction gave her permission to mouth off publicly, complaining when sermons went on too long and throwingi objects across the room at accused witches. Goody Bibbier as an older woman known about town for gossip and ill will. Her actual name was Sarah Bibber, but at that time, the Puritan community had a class system. A married woman of respect was referreed to as “Mrs.” Or “Goodwife”, while women of a lesser class, were referred to as “Goody”. While she did not have a bad réputation because of a checkered past, most people about town dit not like her, and would rather avoid her. More than once, folks complained that Goody Bibber seemed able to go into fits “Whenever she pleased”. During the witch hysteria she was mentioned in depositionis and testimony against 15 people accused of witchcraft.


Ann Carr Putnam, Sr., the mother of Ann Putnam, Jr., also went in and out of fits. She was the first to accuse Rebecca Nurse. Ann had long struggled with nightmares of her dead sister. In her dreams, Ann’s sister and both of her deceased children would appear as if they were trying to tell her something important, but Ann couldn’t understand them. She mentioned this to others about town, and it was welle known that Ann Sr., thought someone had not only cursed her family, but  caused the death of most of the young children. To Ann, there was simply no other explanation fort he family to have such a high causalty rate.









Pour tous ceux qui assistaient au procés, les crises semblaient authentiques. À un moment donné, une jeune fille qui n'a pas été nommé, a déclaré être en train de regarder le spectre d'un fantôme enveloppé dans une feuille blanche flottant autour de la salle bondée. Son père se précipita dans l'air dans la direction qu'elle désignait et produisit mystérieusement un morceau de drap déchiré. Des événements comme celui-ci font dirent aux historiens actuels que les afflictions non seulement étaient truquées, mais facilitées par des adultes qui savaient que c’était faux. En raison de sa mauvaise réputation, la plupart des gens supposent que la fille et le père dans cette histoire sont Ann et Thomas Putnam, mais, le dossier ne mentionne pas de noms.




Les «filles affligées» étaient un spectacle effrayant et convaincant à voir, saignant, rigide, tordu, pleurant et criant à  l'agonie. Certaines tombaient dans le coma et d'autres se tordaient sur le sol. Elles sont devenues des expertes à embellir l'histoire de l'autre. Une nuit de peur, toute la congrégation était rassemblée dans la terreur en croyant que des centaines de sorcières invisibles entouraient la maison de réunion et scrutaient par les fenêtres tout autour d'eux. L'action n'était pas limitée à la salle de réunion et des événements suspects ont commencé à se produire dans tout Salem. Les gens cherchaient un balai perdu pour le trouver assis dans un arbre. La peur accrue s'ajoutait au chaos, et tout semblait porter une note sinistre. Toute la ville était saisie par la peur d'une invasion démoniaque.




Les affligées étaient toujours piquées, pincées ou mordus par des spectres, et elles avaient les marques pour le prouver. Le sang coulait librement et les contusions étaient fréquentes. Comme un test rudimentaire, les marques de morsure sur les affligées ont été comparés à la morsure de l'accusée et il semblait toujours correspondre, même si l'accusée n'avait pas de dents. De plus en plus de filles commencèrent à se joindre au cercle des affligées, et même des femmes adultes. Nous ne pouvons jamais être sûrs s'il s'agissait d'un cas honnête d'hystérie de masse, d'un stratagème d'attention ou d'un cri subconscient aux constrictions imposées aux femmes. Ce qui est connu, c'est qu'une fois qu'une fille a dit quelque chose, les autres filles, soutenues par leurs parents, suivaient le mouvement et embellissaient l'histoire.



Il était difficile de savoir qui avait fait quoi, surtout lors des examens et des procès parce qu'il n'y avait pas de sténographe officiel. Des notes ont été prises par un certain nombre de personnes, bien souvent le révérend Samuel Parris, et les dossiers tendent à grouper les affligées comme «les filles» ou «les affligées». De toutes les filles affligées, seulement deux vivaient avec leurs deux parents. Abigail Williams était une voix constante parmi les affligés depuis le tout début jusqu'à la fin.


Mercy Lewis était une chercheuse de sorcières active depuis le début. Elle a finalement donné naissance à un enfant illégitime. Longtemps après les procès, quand les gens ont discuté des «filles affligées», Mercy sera utilisée comme un exemple pour les discréditer et de suggérer qu'elles ne voulaient  rien de plus que d’attirer l'attention. Elizabeth Hubbard était orpheline et une servante travaillant pour ses tante et oncle. Selon les dossiers, «Elle etait remarquable pour rester dans une transe pendant un temps exceptionnellement long » à l'examen entier de Elizabeth Proctor. Mary Walcott aurait passé la plupart du temps des examens à tricoter.



Mary Warren, la servante de John et Elizabeth Proctor, a eu un bref moment de lucidité quand elle a essayé de se rétracter après que les Proctors aient été arrêtés. Mais, quand Abigail Williams a dit que Mary avait signé le livre du diable, Mary, elle-même, a été accusée d'être une sorcière, elle a rapidement décidé qu'elle serait plutôt affligée, et retomba dans ses crises. Susanna Sheldon n'était rien sinon inventive. En moins de deux semaines, elle aurait été liée et bâillonnée par les esprits quatre fois, bien qu'il y ait toujours un voisin à portée de main pour la détacher.



Ce ne sont pas seulement les jeunes filles qui ont été «affligées». Mme Bathshua Pope était une femme âgée qui s'est jointe aux accusatrices après les aveux de Tituba. Son affliction lui donna la permission de se plaindre publiquement, se plaignant que les sermons étaient trop longtemps et jetait des objets à travers la pièce aux sorcières accusées. Goody Bibber une femme plus âgée connue de la ville pour les commérages et la mauvaise volonté. Son nom réel était Sarah Bibber, mais, à cette époque, la communauté puritaine avait un système de classe. Une femme mariée respectable était appelée «madame», ou «bonne-mère», alors que les femmes d'une classe moindre étaient désignées «Goody». Bien qu'elle n'ait pas une mauvaise réputation à cause d'un passé à carreaux, la plupart des gens de la ville ne l'aimaient pas et préfèraient l'éviter. Plus d'une fois, les gens se sont plaints que Goody Bibber semblait capable d'entrer dans des procés «chaque fois qu'elle le voulait. Pendant l'hystérie des sorcières, elle a été mentionnée dans des dépositions et des témoignages contre 15 personnes accusées de sorcellerie. »



Ann Carr Putnam, Sr., la mère d'Ann Putnam, Jr., est également entrée et sortie des crises. Elle a été la première à accuser Rebecca Nurse. Ann avait longtemps lutté avec les cauchemars de sa sœur morte. Dans ses rêves, la sœur d'Ann et ses deux enfants décédés semblaient vouloir lui dire quelque chose d'important, mais Ann ne pouvait pas les comprendre. Elle en a parlé aux autres à propos de la ville, et il était bien connu qu’Ann Sr. pensait que quelqu'un avait non seulement maudit sa famille, mais elle avait causé la mort de la plupart des jeunes enfants. Pour Ann, il n'y avait simplement aucune autre explication pour que la famille ait un taux de victimes aussi élevé.











The « afflicted girls » would say a person’s « shape » was torturing them, a warrant was issued, and the accused would be taken into custody. The accused would then be checked over fort he witch’s mark by a group of people of the same seks. The mark was usually found somewhere  near the genitals (quite often between the vagina and the anus). Just to have a questionable mark was bad enough, but i fit was pricked with a pin and did not bleed, it was damning evidence.


The accused was brought in front of the girls for an examination, and the “afflicted” would immediately fall into fits. Typically, they would claim the accused person’s “shape” was sitting on the beam near the ceiling. Sometimes there was also an animal, usually a yellow bird sucking between the index and middle finger. Sometimes there was an invisible man whispering into thee art of the accused. The suspected “witch” would naturally deny this, throwing their hands up in the air, and rolling their eyes, but the “afflicted girls” would copy every movement to the extreme, as if they couldn’t control their own movements.


The girls would be bleeding from their mouths or other parts of their bodies. One girl even had a pin stuck through both her lips. Some were found tied and hung up on hooks. The whole area was gripped with a heigntened red alert, and everything had an ominous tone. All anyone talked about was “the poor affictd girls”, and  how evil was taking hold of them. The Puritans hated nothing more than the devil. In their minds, they were warriors for God, and they aimed to win the battle in his name. If the learned and respected ministers and magistraites thought the devil was afflicting these poor young children, it must bes o. The fits would intensify each time an accused claimed innocence, and the “touch test” would be employed. The Puritans believed if a witch touche dan afflicted girl, the witch’s spirit would be forced to return to her body. If the fit ceased at the touch of the accused it was taken as direct evidence of guilt.

Once accused of being a witch, the best option seemed to be confession. Some people confessed, hoping tos pare their lives, while others confessed because they genuinely thought they might have done something to invite the Devi lto use their form. Once a witch confessed, she was expected to name her accomplies, and there was no use saying there was no accomplice. Though there was some talk of hanging the confessing witches after they were no longer needed to testify, all those who confessed escaped execution.


The accuses would then be taken to jail, where they would be chained and held to await trial. People were responsible to pay fort heir own jail costs, down tot he chains used to hold them. Even after they were cleared some had to stay in jail because they couldn’t afford the jailor’s bill.



A tastic commonly employed was “tying neck to heels”, a throwback from Old England. The neck and the back of the heels were tied together, forcing the body into a nauseating backwards hoop. This treatment was not only reserved for charged criminals. Children of the accused witches were commonly tortured in this way to make them give damaging information about their family. A person could be kept in this way for as much as 24 hours, but like everythig else, the level of trauma inflicted depended upon the individual interrogator.


The families of the accused had different reactions. Some washed their hands of their kin, believing them witches. Others, like that of Rebecca Nurse and her sisters, always stood by their family, maintaining their innocence, but were powerless to do anything to stop the madness. Other families careful, because if they protested too much they could be charged as witches.


When teh accused were brought to trial, they didn’t stand a chance. Of the first 19 witches, every single one was found guilty and sentenced to death. One more was pressed to death because he refused to make a plea. The hangings were a public event. The accused would travel by way of cart, with people running alongside, taunting and cursing. Then, one by one, they would climb a ladder, say their last words, and the ladder would be taken out from under them.  Because there was no sharp fall to break the neck, it could take as many as ten minutes to die. After the hanging, their bodies were thrown in a shallow common grave near the site (some told stories of arms and legs sticking out of the hole). Some families, like that of Rebecca Nurse, snuck back tot he gravesite during the nigt to remove the body and bury it in  a secret place.







Les «filles affligées» disaient que la «forme» d'une personne les torturait, un mandat était délivré et l'accusée était placée en garde à vue. L'accusée était ensuite examinée pour la marque de la sorcière par un groupe de personnes du même sexe. La marque était habituellement trouvée quelque part près des parties génitales (assez souvent entre le vagin et l'anus). Juste avoir une marque douteuse était assez mauvaise, mais, si elle était piquée avec une épingle et ne saignait pas, c'était la preuve accablante.






L'accusée était amenée devant les filles pour un examen, et les «affligés» tombaient immédiatement en crise. En règle générale, elles prétendaient que la «forme» de l'accusée était assise sur la poutre près du plafond. Parfois il y avait aussi un animal, habituellement un oiseau jaune suçant entre l'index et le majeur. Parfois il y avait un homme invisible qui murmurait à l'oreille de l'accusé. La «sorcière» suspecte le niait naturellement, en levant les mains en l'air et en roulant les yeux, mais les «filles affligées» copiaient tous les mouvements à l'extrême, comme si elles ne pouvaient contrôler leurs propres mouvements.


Les filles saignaient de leur bouche ou d'autres parties de leur corps. Une fille avait même une épingle collée à travers ses deux lèvres. Certains ont été retrouvés attachés et accrochés sur des crochets. Toute la zone était saisie d'une alerte rouge élevée, et tout avait un ton sinistre. Tout ce dont on parlait était «les pauvres filles affligées», et combien le mal les prenait. Les puritains ne détestaient que le diable. Dans leur esprit, ils étaient des guerriers pour Dieu, et ils visaient à gagner la bataille en Son nom. Si les ministres savants et respectés et les magistrats pensaient que le diable affligeait ces pauvres enfants, il en etait ainsi. Les attaques s'intensifiaient à chaque fois qu'un accusé allégueait de son innocence, et le «test tactile» était utilisé. Les Puritains croyaient que si une sorcière touchait une fille affligée, l'esprit de la sorcière serait forcé de retourner à son corps. Si la crise  cesse au contact de l'accusée, c’etait considéré comme une preuve directe de culpabilité.


Une fois accusée d'être une sorcière, la meilleure option semblait être la confession. Certaines personnes ont avoué, espérant épargner leur vie, tandis que d'autres ont avoué parce qu'elles pensaient sincèrement qu'elles auraient pu faire quelque chose pour inviter le diable à utiliser leur forme. Une fois une sorcière confessée, on lui demandait de nommer ses complices, et il était inutile de dire qu'il n'y avait pas de complice. Bien qu'on ait parlé de pendre les sorcières se confessant  puisqu’elles n'étaient plus nécessaires pour témoigner, toutes celles  qui ont avoué, ont échappé à l'exécution.


Les accusées étaient ensuite conduites en prison, où elles  étaient enchaînées et détenues en attente du procès. Les gens étaient responsables de payer leurs propres frais de prison, jusqu'aux chaînes utilisées pour les détenir. Même après qu'elles aient été relâchées certaines ont dû rester en prison parce qu'ils ne pouvaient pas payer la facture du geôlier.


Une tactique couramment employée était «attacher le cou aux talons», un souvenir  de la vieille Angleterre. Le cou et le dos des talons étaient attachés ensemble, forçant le corps dans un cerceau de nageuse vers l'arrière. Ce traitement n'était pas seulement réservé aux accusés. Les enfants des sorcières accusées étaient généralement torturés de cette façon pour leur faire donner des informations préjudiciables sur leur famille. Une personne pouvait être gardée ainsi pendant 24 heures, mais, comme tout le reste, le niveau de traumatisme infligé dépendait de l'interrogateur individuel.


Les familles des accusées avaient des réactions différentes. Certaines se lavaient les mains de leurs proches, pensant qu’ils étaient des sorciers. D'autres, comme celle de Rebecca Nurse et de ses sœurs, se tenaient toujours à côté de leur famille, criant leur innocence, mais étaient impuissantes à faire quoi que ce soit pour arrêter la folie. D'autres familles priaient leurs proches d'avouer, qu'ils fussent des sorciers ou non. Les membres de la famille devaient être prudents, car s'ils protestaient trop, ils pouvaient être accusés d’être aussi  sorcièr(e)s.


Lorsque les accusées avaient été traduites en justice, elles n'avaient aucune chance. Des 19 premières sorcières, chacune d'elles ont été déclarée coupable et condamnée à mort. Un a été écrasé à mort parce qu'il a refusé de se défendre. Les pendaisons étaient un événement public. L'accusée voyageait en voiture, avec des gens qui courraient à côté, se moquant et la maudissant. Puis, une par une, elles montaient l’échelle, disaient leurs derniers mots, et l'échelle était retirée. Parce qu'il n'y avait pas de chute brusque pour briser le cou, cela pouvait prendre jusqu'à dix minutes avant qu’elles ne meurent. Après la pendaison, leurs corps étaient jetés dans une fosse commune peu profonde près du site (certains racontent des histoires de bras et de jambes sortant du trou). Certaines familles, comme celle de Rebecca Nurse, se sont faufilées vers la tombe pendant la nuit pour enlever le corps et l'enterrer dans un endroit secret.











People began to turn away from the trials when they witnessed the heartfelt last words of those being hanged; but, the real ending started when important people began to be accused. Some of these included Margaret Thatcher, who was the mother-in-law of Magistraite Jonathan Corwin, who presided over the examinations from the very first; former Governor Simon Bradstreet’s sons, colonel Dudley Bradstreet and John  Bradstreet of Andover; Sarah Noyes Hale, the wife of popular Beverly minister, John Hale; and Lady Mary Phips, the wife of the sitting governor, William Phips.


On october 12, 1692, the Massachusetts General Court held a meeting to figure out wat to do about the situation. They decided to forbid further imprisonment for witchcraft. On october 26th, church learders of Massachusetts alled for a statewide day of fasting, hoping God would give them the answer to the witch problem.


Though the accusations were still coming in, people accused were now let out on bail, instead of thrown into the already overflowing jails. People were beginning to see the mistakes that had been made, and now, the leaders were trying to figure out how to put a stop to it. they couldn’t very well pardon all of the witches and admit to puttin 20 innocent people to death, but they couldn’t in good conscience, allow the trials to continue. The questions went on for another four months while 150 of the accused sat in jail. Finally, in May, all accused witches were discharged, and could be released from prison as long as their jail costs were paid.


After many petitions, in October 1710, The General Court reversed all of the convictions against those who had family to ask. Brideget Bishop, Susannah Martin, Alice Parker, Ann Pudeator, Wilmot Redd and Margaret Scott were not cleared because they didn’t have family to petition on their behalf. On December 17, 1711, the families of the executed witches were given the sum of 578 pounds and 12 shillings to be distributed among 24 relatives of accused witches.







Les gens ont commencé à se détourner des procès quand ils ont été témoins des derniers mots du cœur de ceux qui étaient pendus; Mais, la vraie fin a commencé quand les gens importants ont commencé à être accusés. Parmi celles-ci figuraient Margaret Thatcher, qui était la belle-mère du magistrat Jonathan Corwin, qui présidait les examens dès le début; Les fils de l'ancien gouverneur Simon Bradstreet, le colonel Dudley Bradstreet et John Bradstreet d'Andover; Sarah Noyes Hale, l'épouse du célèbre ministre de Beverly, John Hale; Et Lady Mary Phips, la femme du gouverneur, William Phips.


Le 12 octobre 1692, la Cour Général du Massachusetts a tenu une réunion pour comprendre ce qu'il fallait faire à propos de la situation. Ils décidèrent d'interdire l'emprisonnement pour sorcellerie. Le 26 octobre, les dirigeants de l'église du Massachusetts se sont rassemblés pour un jour de jeûne dans tout l'État, espérant que Dieu leur donnerait la réponse au problème des sorcières.



Bien que les accusations soient toujours en cours, les accusés sont maintenant libérés sous caution, au lieu de les jeter dans les prisons déjà débordantes. Les gens commençaient à voir les erreurs qui avaient été commises, et maintenant, les dirigeants essayaient de trouver un moyen d'y mettre un terme. Ils ne pouvaient pas très bien pardonner à toutes les sorcières et admettre de mettre 20 personnes innocentes à mort, mais, ils ne pouvaient pas en bonne conscience, permettre aux procès de continuer. Les questions se sont poursuivies pendant encore quatre mois alors que 150 des accusés étaient assises en prison. Finalement, en mai, toutes les sorcières accusées ont été déchargées et pouvaient être libérées de prison tant qu'elles avaient payées les frais de prison.



Après de nombreuses pétitions, en octobre 1710, le Tribunal a annulé toutes les condamnations prononcées contre ceux dont la famille avait introduit une pétition.
Bridget Bishop, Susannah Martin, Alice Parker, Ann Pudeator, Wilmot Redd et Margaret Scott n'ont pas été autorisés parce qu'ils n'avaient pas de famille ayant introduite une pétiton en leur nom. Le 17 décembre 1711, les familles des sorcières exécutées reçoivent une somme de 578 livres et 12 shillings pour être distribuées à 24 familles de sorcières accusées.












The Reverend Samuel Parris tried to keep his job in Salem Village ; but, the friends and relative of Rebecca Nurse and Sarah Cloyce were eventually able to ged rid of him. His wife, Elizabeth, died in 1696 and the following year, he left the village and was replaced by Josehp Green, who succeeded in smoothing over many of the divisions within the community and congregation. Parris then when to Stowe, once again arguing over terms of his employment. He lasted there only a year. He later remarried and died in 1720.


Some of the “afflicted girls” – Betty Parris, Elizabeth Booth, Sarah Churchill and Mercy Lewis, all married. No one knows what became of Abigail Williams, Elizabeth Hubbard, Susanna Sheldon or Mary Warren.


Ann Putnam, Jr., never married. Both of her parents died in 1699, Thomas at 46, and Ann, Sr., at 37 years. Ann Putnam, Jr., was left to care for her nine younger brothers and sisters. At the age of 26, she wrote a formal apology that was read to the congregation by the new minister, Joseph Green. In her words, “I justly fear have been instrumental, with others, though ignorantly and unwittingly, tob ring upon myself and this land the guilt of innocent blood… As I was a chief instrument of accusing Goodwife Nurse and her two sisters, I desire to lie in the dust, and to be humbled for it”. Ann grew into a sickly woman and died at the age of 37, like her mother.







Le révérend Samuel Parris a essayé de garder son emploi dans le village de Salem; Mais, les amis et les parents de Rebecca Nurse et Sarah Cloyce ont finalement pu se débarrasser de lui. Sa femme, Elisabeth, est décédé en 1696 et l'année suivante, il quitte le village et est remplacé par Joseph Green, qui réussit à aplanir plusieurs divisions au sein de la communauté et de la congrégation. Quand Parris était à Stowe, arguant une fois encore sur les termes de son emploi, Il y est  resté un an seulement. Il s'est remarié plus tard et est mort en 1720.


Certaines des «filles affligées» - Betty Parris, Elizabeth Booth, Sarah Churchill et Mercy Lewis se sont mariées. Personne ne sait ce qui est devenu d'Abigail Williams, Elizabeth Hubbard, Susanna Sheldon ou Mary Warren.


Ann Putnam, Jr. ne s'est jamais mariée. Ses parents sont morts en 1699, Thomas à 46 ans et Ann, Sr. à 37 ans. Ann Putnam, Jr. a été laissée pour s'occuper de ses neuf jeunes frères et sœurs. À l'âge de 26 ans, elle a écrit des excuses officielles qui ont été lues à la congrégation par le nouveau ministre, Joseph Green. «Je crains avec raison que j'aie été l’instrument, avec d'autres, par ignorance et sans le vouloir, pour amener sur moi-même et sur cette terre la culpabilité de sang innocent ... Comme j'étais l’instrument principal d'accusation de Goodwife Nurse et ses deux sœurs , Je désire résider  dans la poussière, et être humilié pour cela. » Ann devint une femme malade et mourut à l'âge de 37 ans, comme sa mère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1852
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INTRODUCTION   Ven 3 Fév - 22:50










"I believe the reports
have been scandalous
and unjust, neither
will bear y light."

-- Reverend Francis Dane



"Je crois que les rapports
ont été scandaleux
et injustes, rien n’y
portera la lumière."

- Révérend Francis Dane










"People were Accused, Examined, Imprisoned,
and came to their Trials, where about Twenty of them Suffered as Witches; and many others in danger of the same Tragical End:
and still the number of
the Accused increased unto many Scores; amongst whom were many Persons of unquestionable Credit, never under any grounds of suspicion of that or any other Scandalous Evil."

-- Reverend John Hale





"Les gens ont été accusés, interrogés, emprisonnés,
Et sont venus à leurs procès, où environ vingt d'entre eux ont souffert comme des sorcières; Et beaucoup d'autres étaient en danger de la même Fin Tragique:
Et encore le nombre des  accusés a augmenté jusqu'à de nombreuses notes; Parmi lesquels il y avait beaucoup de personnes de crédit incontestable, jamais sous aucun motif de soupçon de cela ou de tout autre mal scandaleux.

- Révérend John Hale






Did You Know???

In 1692, a witch was defined as a person who signed the devil’s book, which allowed him/her to a specter or an animal to harm other people.




Le saviez-vous?
Dans 1692, une sorcière a été définie comme une personne qui a signé le livre du diable, qui a permis à lui/elle, à un spectre ou un animal pour nuire aux autres personnes.






"I can say before my Eternal Father I am innocent, and God will clear my innocency."

-- Rebecca Towne Nurse, when examined in
March, 1692




«Je peux dire devant mon Père Éternel que je suis innocent, et que Dieu approuvera mon innocence.

- Rebecca Towne Nurse, lorsqu'elle est interrogée
En  Mars 1692






"I cannot but condemn this method of the Justices, of making this touch of the hand a rule to discover witchcraft; because I am fully persuaded that it is sorcery, and a superstitious method, and that which we have no rule for, either from reason or religion."

-- Thomas Brattle, October 8, 1692





«Je ne puis m'empêcher de condamner cette méthode des juges, de faire de ce toucher de la main une règle pour découvrir la sorcellerie, parce que je suis entièrement persuadé que c'est la sorcellerie et une méthode superstitieuse et pour celle dont nous n'avons aucune règle, de Raison ou de religion. "

- Thomas Brattle, 8 octobre 1692









"Well! burn me, or hang me, I will stand in the
truth of Christ ..."

-- George Jacobs, Sr.,
May 10,1692.




"Bien! Brûlez-moi, ou pendez-moi,
je serai debout dans la vérité de Christ..."

- George Jacobs, Sr.
10 mai 1692.








Did You Know???

Nobody was burned at Salem, but they did burn “witches” in Europe.



Le saviez-vous ?

Personne n'a été brûlé à Salem, mais ils ont vraiment brûlé "des sorcières" en Europe.






During the Salem Witch hysteria, 19 people were hanged (14 women
and 5 men), and one
man was pressed to
death because he
would not make a plea.





Pendant l'hystérie de Sorcière Salem, 19 personnes ont été pendues
(14 femmes et 5 hommes) et un homme a été ecrasé à mort parce
qu'il ne voulait pas se défendre.








"if you take away my
life God will give you
blood to drink."
-- Sarah Good cursing the presiding clergyman, Nicholas Noyes, from
the gallows.

Years later, Noyes died unexpectedly, hemorrhaging from
the mouth.



"Si vous m'emportez
ma vie
Dieu vous donnera du
Sang à boire ".

- Sarah Good, sur la potence, maudissant Nicholas Noyes, président du clergé

Des années plus tard, Noyes est mort inopinément, une hémorragie de
la bouche.






Did You Know???
All of the women who confessed to witchcraft in Salem lived, and all of the
women who denied the witchcraft charges were hanged.



Le saviez-vous?
Toutes les femmes qui ont avoué pratiquer la sorcellerie à Salem ont vécu
et toutes les femmes qui ont réfuté les accusations de sorcellerie ont été pendues.







Les procès en sorcellerie s'achèvent en octobre 1692, les accusés sont progressivement mis en liberté jusqu'au printemps suivant. Officiellement, le gouverneur royal du Massachusetts, Sir William Phips, met un terme à la procédure après l'appel formé par le clergé bostonnien mené par Increase Mather. Celui-ci publie un « Cases of Conscience Concerning Evil Spirits » (Cas de conscience regardant les esprits maléfiques) le 3 octobre 1692, ouvrage qui contient notamment la phrase suivante : « Il apparaît préférable que dix sorcières suspectées puissent échapper, plutôt qu'une personne innocente soit condamnée » (It were better that Ten Suspected Witches should escape, than that the Innocent Person should be Condemned).

(source : http://www.yorthopia.org/pages/Dossiers-1792719.html)




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 1852
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INTRODUCTION   Sam 4 Fév - 15:58






Salem, Massachusetts courthouse in 1790
Salem, tribunal du Massachusetts en 1790





In 1957, the State of Massachusetts formally apologized for the events of 1692. Further, the legislature passed a resolution exonerating Ann Pudeator, who had been hanged.


On May 9, 1992, the Salem Village Witchcraft Victims' Memorial of Danvers was dedicated before an audience of over 3,000 people. It was the first such Memorial to honor all of the 1692 witchcraft victims, and is located across the street from the site of the original Salem Village Meeting House where many of the witch examinations took place. That same year, another memorial was dedicated in August in Salem. It consists of 20 granite benches near the Old Burying Point. The benches are inscribed with the name of the accused and the means and date of execution.








Finally, on November 1, 2001, acting Massachusetts Governor Jane Swift approved a bill that cleared all theaccused witches hanged in Salem in 1692 and exonerated the final five who had not been cleared by the previous amnesty resolutions -- Susannah Martin, Bridget Bishop, Alice Parker, Margaret Scott, and Wilmot Redd.

After the Salem Witch Trials ended, not a single person was ever executed in America for having been convicted of witchcraft.







En 1957, l'État du Massachusetts s'est officiellement excusé pour les événements de 1692. En outre, le législateur a adopté une résolution disculpant Ann Pudeator, qui avait été pendue.


Le 9 mai 1992, le Mémorial des victimes de la sorcellerie du village de Salem à Danvers a été inauguré devant un parterre de plus de 3 000 personnes. C'était le premier mémorial de ce genre à honorer toutes les victimes de la sorcellerie de 1692 et se trouve en face du site de la maison de réunion du village de Salem, où se sont déroulés de nombreux procès de sorcières. La même année, en août, un autre mémorial fut consacré à Salem. Il se compose de 20 bancs de granit près du Old Burying Pont (près de la vieille cime). Les bancs sont inscrits avec le nom de l'accusé et les moyens et la date d'exécution.













Enfin, le 1er novembre 2001, la gouverneure intérimaire du Massachusetts, Jane Swift, a approuvé un projet de loi qui a débarrassé toutes les sorcières accusées pendues à Salem en 1692 et a exonéré les cinq dernières qui n'avaient pas été autorisés par les résolutions d'amnistie précédentes - Susannah Martin, Bridget Bishop, Alice Parker, Margaret Scott et Wilmot Redd.

Après la fin des procès des sorcières de Salem, aucune personne n'a jamais été exécutée en Amérique pour avoir été reconnue coupable de sorcellerie


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INTRODUCTION   

Revenir en haut Aller en bas
 
INTRODUCTION
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dexter (Introduction)
» Sons of Anarchy (Introduction)
» Weeds (Introduction)
» introduction de métal dans le verre en fusion?
» Les 4400 (Introduction)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le grenier de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique :: LES SORCIERES DE SALEM :: LEGEND OF AMERICA-
Sauter vers: