le forum de l'histoire, des mystères, de l'insolite et du féérique
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 INDICES IMPORTANTS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: INDICES IMPORTANTS    Lun 1 Mai - 22:13





Le berger Paris
La fresque
- Découverte 2007
- La peinture droite
- Allons plus loin
- La peinture gauche
Les méridiens
- Les méridiens célèbres
- Les méridiens dans le Razès
- Les méridiens de Cherisey
- Le méridien secret
- Géographie sacrée de la France
Les Pommes Bleues
Le feuillet Tobie
Le 17 janvier
- Etude céleste
- Une date ésotérique





SOURCE :
Tous les textes et toutes les images
http://www.rennes-le-chateau-archive.com/[/color]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Mer 3 Mai - 17:20



Rennes-Le-Château est entouré de légendes et d’histoires merveilleuses mais celle du Berger Paris est certainement l’une des plus importantes car elle est la résurgence d’un secret enfoui depuis des siècles. Ce nouveau point de départ, qui est aussi un hasard inespéré, donnera naissance à une nouvelle saga que l’on nommera plus tard «l’affaire de Rennes-Le-Château » et que Gérard de Sède, magnifique romancier,  divulguera au public pour la première fois dans son livre «L’or De Rennes ou la vie insolite de Bérenger Saunière » paru en 1967.


Cette légende, qui n’en est pratiquement plus une aujourd’hui puisque nous avons suffisamment de faits historiques pour corroborer le récit, nous ramène en l’an 1645


Son histoire…


En 1645, un berger de Rennes-Le-Château nommé Ignace Paris mena ses brebis sur un domaine de pâturage aux alentours. La campagne de cette région est rude et le relief tourmenté. Alors qu’il le faisait paître, il constata que l’une d’elle avait disparu.  Il partit rapidement à sa recherche, mais alors qu’il recherchait vainement l’animal, il l’entendit bêler au fond d’un trou.



Ignace Paris décida alors de se faufiler dans cette anfractuosité pour sauver sa brebis, mais le passage était difficile et dangereux. Dans l’obscurité la plus totale, il essaya de se repérer en tâtonnant, tel un aveugle. Alors qu’il rejoignit la brebis dans une sorte de grande cavité, son esprit fut remplit d’effroi et d’enchantement. D’un côté il venait d’explorer de ses mains un ensemble de squelettes et de crânes, de l’autre, il caressait par poignées entières d’innombrables pièces d’or par terre et dans des coffres.


On peut imaginer la surprise et la peur de ce pauvre berger qui ne s’attendait certainement pas à une telle découverte. Sans doute pour prouver au monde extérieur sa trouvaille, mais peut être aussi pour se rassurer, il décida de remplir la capuche de son manteau de pièces d’or et se redirigeât vers la sortie en poussant tant bien que mal sa brebis au dehors. La tâche était d’autant plus difficile car l’animal était certainement blessé.

Le chemin était dangereux et étroit et le berger ne manqua pas de s’écorcher contre les parois. Arrivé à l’air libre, il camoufla la sortie de bois mort, et parti annoncer la nouvelle aux habitants du village.


Que devint le petit berger héritier d’un lourd secret ? L’histoire ne le dit pas. Une première version raconte que le berger, accusé de vol, fut conduit au châtelain du domaine, le baron Blaise de Hautpoul. Ce dernier séquestra Paris et le soumit à la question pour connaitre l’emplacement exact du trésor. Mais le pauvre berger succomba à la torture et Blaise de Hautpoul ne connut le secret que bien plus tard.
En fait les dernières recherches historiques menées par Franck Daffos nous apportent une autre version.

Et si le berger avait gardé son secret et le confia à l’un e ses proches ? Le fait est que, et ceci n’est plus une légende, Nicolas Pavillon, évêque du diocèse d’Alet commença à engager des travaux importants dans sa ville d’Alet dès 1646. Or il faut souligner que Nicolas Pavillon pris sont son aile un fidèle compagnon qui deviendra son secrétaire privé. Ce personnage se nommait François Paris et était prêtre originaire du Razès. Peut-on alors imaginer que le secret remonta d’Ignace Paris[ àFrançois Paris, pour finalement tomber dans les oreilles de Pavillon ? C’est fort possible…


Le Baron de Hautpoul connaitra le secret 15 ans plus tard et ceci est confirmé par un procès complexe qui eut lieu à cette époque entre Pavillon et Blaise de Hautpoul. L’objectif du baron était bien sûr d’interdire le passage sur ses terres des gens du Roi et donc de Nicolas Pavillon et de ses complices.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Mer 3 Mai - 17:21

La maison des Hautpoul


La famille de Hautpoul est une des plus anciennes de la plus haute noblesse du Languedoc. Le premier acte connu date de 1081 où un certain Pierre-Raymond d’Hautpoul figure avec Raimond comte de Toulouse. Ce même Pierre-Raymond d’Hautpoul prit part à la croisade en 1095 avec Raymond de Saint-Gilles.


Le château d’Hautpoul fut assiégé, pris et détruit en 1212 par  Simon de Montfort lors de la croisade des albigeois.

En 1422, Blanche de Marquefave épousa un autre Pierre-Raymond d’Hautpoul qui devint ainsi seigneur de la Baronnie de Rennes. Cette famille possèdera le château de Rennes-Le-Château pendant plusieurs siècles.
En 1732, François de Hautpoul, Marquis et chevalier de Hautpoul, épousa  Marie de Nègre d’Able, dame de Niort et Roquefeuil.

L’armoirie des Hautpoul est constituée d’or à 2 faces de gueules accompagnées de 6 coqs de sable crêtés becqués, barbés de gueule et posés 3,2, et 1.


Quelques allusions …


Les bergers d’Arcadie


Lorsque l’on connait cette très belle histoire on ne peut s’empêcher de la rapprocher de celle liée à Renns-Le-Château… En effet, comment ne pas penser aux célèbres tableaux « Les bergers d’Arcadie » de Nicolas Poussin et surtout à sa seconde version : trois bergers et une bergère découvrant un tombeau…

Si l’on considère que cette toile a été commandé à Nicolas Poussin pour coder le secret de Rennes-Le-Château et que ce secret est lié à la découverte d’Ignace Pâris, le tableau fut peint obligatoirement après 1645.

Or il se trouve que cette toile fait l’objet d’une polémique au sujet de sa datation. Officiellement estimé par le musée du Louvre entre 1638 et 1640, d’autres experts de Poussin situent la conception de la toile plutôt entre 1650 et 1655… D’autres recherches confirment la date 1655. Il suffit d’ailleurs d’analyser la finesse du trait, les coloris et la maturité de l’œuvre pour se rendre à l’évidence : le tableau n’a pas pu être peint vers 1640…




Le confessionnal de Bérenger Saunière


Lorsque l’on entre dans l’église de Rennes-Le-Château, à côté du diable se trouve un confessionnal en bois de chêne commandé par Saunière et/ou Boudet. Cet ouvrage aurait été tout à fait anodin s’il n’y avait  pas sur son fronton une scène sculptée bien curieuse.





Cette scène rappelle évidemment un épisode biblique peut souvent illustré, celui d’un bon berger délivrant un mouton pris dans un buisson épais et épineux. Mais ici, la sculpture en relief possède une autre lecture : celui d’un bon berger examinant la patte cassée d’une brebis. Le buisson épineux a disparu et l’on comprend difficilement comment l’animal aurait pu se casse une patte en étant piégé dans un arbuste.
L’allusion faite par Saunière etBoudet envers le berger [color=#00FA9A]Paris récupérant sa brebis après une chute dans un trou est suffisamment claire…


On peut mesurer ici l’ingéniosité du cryptage qui utilise un message biblique pour dire autre chose…De plus un seul détail, celui de la patte cassée, suffit à confirmer l’allusion. Sans cet élément graphique, le message aurait pu passer complètement passer inaperçu…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Mer 3 Mai - 17:25

Le porche 1646



Comme le souligne Franck Daffos dans son livre « Le secret dérobé », le porche de l’église de Rennes-Le-Château porte une signature très claire sur les piliers du porche. A droite on peut lire 1646 qui est l’année où [/FF00FF]Nicolas Pavillon[/color] devint dépositaire du secret de Rennes, un an après la découverte de Pâris en 1645…





Il ne faut pas confondre…



Il faut croire qu’il existe dans la mythologie grecque un autre  berger Paris, fils de Priam et roi de Troie. Plusieurs peintres ont traité ce sujet comme  Juan de Juanes, peintre espagnol du XVIe siècle.





Le berger est assis et regarde trois déesses. Il désigne de son index la plus belle et il s’agit selon la légende d’Aphrodite, les deux autres étant Héra et Athéna. Toujours selon la mythologie grecque il tient dans sa main une pomme d’or qui fut lancée par Eris lors des noces de Pélée et de Thétis…


Plusieurs auteurs verraient dans cette toile un cryptage lié à Rennes-Le-Château mais il n’existe aujourd’hui aucune étude sérieuse pour  l’affirmer.




De la légende à la réalité



Toute légende a sa part de vérité et il n’y a jamais de fumée sans feu. J’en suis persuadé. C’est courant mai 2007 que Jean Brunelin faisait paraitre sur le forum les premières photos de cette fameuse bergerie retrouvée grâce à Jean-Claude de Brou, un chercheur local.


[/color]








Après une patiente enquête de voisinage et un recoupement avec l’histoire locale, la célèbre bergerie fut enfin localisée. Elle est située au lieu-dit «Les Artigues », au sud de Montferrand. C’est en suivant le petit ruisseau de «la Dous » et que Boudet appelle délibérement par erreur sur sa carte «la Coume » que l’on arrive tout naturellement sur le plateau des Artigues. Cette erreur est bien sûr volontaire pour attirer notre attention. Voici ce que nous dit Boudet :









Sa position sur la carte IGN de Quillan 1/2500 confirme ce que nous dit Boudet. Elle est effectivement située au sud de Montferrand, tout près du ruisseau de la Coume (en fait la Dous) menant aux Artigues. Et un coup d’œil sur sa carte montre aussi que Boudet a omis de nous signaler cette Kaïrolo ce qui confirme son importance.





C’est donc en Août 2007 que j’entrepris d’immortaliser cette vieille bâtisse pleine de mystères.


La petite maison dans la prairie est décidemment bien frêle.


Compte tenu de l’état des murs de soutènement et des linteaux, elle a encore 10 à 20  ans devant elle, debout…












Les alentours de la petite bergerie sont incontestablement chargés d’émotions et d’histoire. C’est aussi dans ce lieu que Boudet fit certainement une partie de ses randonnées. Son église de Rennes-Les-Bains n’est effectivement qu’à 1 km à vol d’oiseau…











La bergerie a visiblement resservi dans une période récente mais l’état des poutres la rend dangereuse.













La position de la bergerie est aussi remarquable car elle se situe à 300m à  l’ouest du méridien 0 (de l’observatoire de Paris). Curieusement le tombeau des pontils est à 300m à l’est. Ce méridien focalise décidemment beaucoup de coïncidences…






Je ne pouvais terminer ce topique sur la petite bergerie sans remercier Jeannot (Jean Brunelin) qui permit à tous les passionnés de rêver sur ce lieu mythique avec son petit livre  « La croix dans le cercle » publié en juillet 2007.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Mer 3 Mai - 17:40



Les images offertes par la fresque de la Montagne Fleurie sont sans doute les plus belles surprises visuelles de ces dernières années dans le monde des deux Rennes. Non seulement cette découverte était inattendue, mais sa richesse et son imagerie émerveillent encore.


L’étude commença en juin 2007 avec Jean Brunelin et à partir d’une très belle idée : photographier en haute résolution le bas-relief Marie-Madeleine sous l’autel. des détails étranges étant perceptibles, il fut naturel d’aller voir également de plus près la fresque et ses peintures d’un autre siècle. Très vite, une cascade de surprises nous convainquit de l’importance de la composition. Nous n’étions pas en présence d’une simple décoration religieuse un peu trop voyante, mais plutôt devant un témoignage important, déposé discrètement à la fin du 19e siècle et destiné aux générations futures et aux curieux.




Je remercie l’équipe municipale de Rennes-le-Château 2008 de m’avoir accordé l’autorisation de photographier cette fresque dans les meilleures conditions possible. Ce travail que je livre aujourd’hui est le résultat de nombreuses heures d’études et de recherches. C’est pourquoi tout le matériel photographique et ces études sont copyright © RLC Archives –Jean-Pierre Garcia et Jean Brunelin




RENDEZ-VOUS SUR LE SITE :
http://www.rennes-le-chateau-archive.com/
POUR LIRE LA SUITE DE L’ANALYSE


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Mer 3 Mai - 17:45







RENDEZ-VOUS SUR LE SITE :
http://www.rennes-le-chateau-archive.com/
POUR LIRE L’ANALYSE


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Mer 3 Mai - 22:09







Mais de quelles pommes s’agit-il en réalité ? Quelle allégorie se cache derrière ces fruits peu courants ? Que veux-t-on nous dire à travers cette image ?


Depuis que la phrase clé du Grand Parchemin a été découverte, les chercheurs n’ont cessé d’imaginer des solutions. Voici un petit résumé des pistes les plus connues et en prime, celle née en août 2008 lors d’une recherche de terrain…




Pommes bleues, tout est symbole


La pomme vient improprement du mot latin «pomum » qui remplace en réalité le mot «malum », mais ce dernier rappelait trop Malus, ou le fruit du mal et il fut abandonné. Ce fruit vieux comme le monde, est consommé depuis l’antiquité et il existe aujourd’hui de très nombreuses variétés. Mais son aspect symbolique qui l’a suivi au cours de l’histoire est tout aussi intéressant.


La pomme, symbole du péché…


La pomme est le fruit défendu car celui de la  connaissance. C’est dans la bible que l’on trouve la plus belle allégorie. Le livre de la Genèse nous raconte qu’Adam et Eve furent chassés du paradis après avoir croqués un fruit interdit, identifié à tort à une pomme. La pomme devient ainsi le péché originel et le simple pommier, l’arbre de la connaissance interdite. La pomme est donc pour la religion chrétienne le symbole fort du savoir ultime. « Croquer la pomme » devient un acte d’initiation.


La phrase clé qui se termine par une pomme montre ainsi le chemin à parcourir pour parvenir à cette connaissance sacrée…






La pomme symbole de l’éternelle jeunesse…


Dans la mythologie grecque, Dionysos Bacchus, Dieu de la vigne et du vin, créa une pomme d’or et l’offrit à Aphrodite, sa maitresse. Eris, Déesse de la discorde, la jeta au milieu des invitées des noces de Pélée et de Thétis dont elle ne faisait pas partie et roula jusqu’au pied du prince berger Pâris, fils de Priam et roi de Troie. La pomme portait la mention «A la plus belle ». Héra, Athéna et Aphrodite qui revendiqueront le fruit, s’en remettront à  la décision de Zeus et au jugement de Pâris. Aphrodite, la plus belle des mortelles, sera élue.


Envoyer la pomme aux pieds de quelqu’un devint donc un signe d’amour. Mais ce symbole est très variable. Par exemple pour les Celtes, elle représente la Sagesse Traditionnelle et l’aliment de l’Au-delà, l’Immortalité…


Plusieurs peintres ont traité cette légende comme Juan de Juanes, artiste espagnol du XVIe siècle.




Le berger est assis et regarde les trois déesses. De son index il désigne la plus belle, c’est-à-dire selon la légende Aphrodite, les deux autres étant Héra et Athéna. Toujours selon la mythologie grecque, il tient dans sa main une pomme d’or qui fut lancée par Eris.


Plusieurs auteurs verraient dans cette toile un cryptage lié à Rennes-Le-Château mais il n’existe aujourd’hui aucune étude sérieuse pour l’affirmer.


Mais comment ne pas penser au berger Ignace Paris lorsque l’on relit cette belle légende ? La pomme deviendrait alors un moyen de relier sous la forme d’une belle parabole, la phrase clé et ses Pommes bleues avec l’histoire du Berger Paris et de sa brebis…



Le bleu, symbole spirituel



Dans la nature c’est la couleur la plus répandue puisqu’elle est celle de notre ciel et de la mer qui en est le reflet. Le bleu est souvent associé à une couleur profonde, infini et transparente. Elle symbolise la pureté mais aussi le froid et le vide. Ce sont toutes ces caractéristiques universelels que l’on retrouve dans sa symbolique.


Le bleu est la couleur des rêves et du calme, du silence. C’est aussi le domaine de l’irréel, de l’inconscience. Couleur transparente et pure, elle devient le symbole de la vérité pour les égyptiens.


Le bleu associé au ciel et au divin est considéré comme sacré. Le Bleu se retrouve en effet dans le blason de la maison royale de France, affirmant l’origine divine du roi. Cet aspect sacré du bleu se retrouve aussi dans l’expression « sang bleu » qui désigne les nobles et donc des personnes plus proches de Dieu que le commun des mortels.


Le bleu est la couleur de la tunique de Jésus en tant que symbole de la vérité prêchée et de la transcendance du fils de Dieu. C’est aussi la couleur du manteau d’Odin et de celui de la  Vierge.

La station XIV de ND de Marceille montre un bel exemple de ce bleu utilisé comme symbole spirituel





L’association des deux mots : «Pommes Bleues » est donc révélateur d’une symbolique très forte. Cette allégorie était-elle voulue pour résoudre l’énigme ?  Peut-être pas. Mais on ne peut ignorer ce qui se cache derrière cette expression étonnante.



Pommes Bleues, quelques pistes



Les pommes lumineuses



Le 17 janvier est une date importante dans l’affaire de Rennes. Or il se trouve que le 17 janvier à midi heure solaire, un rayon de soleil traverse les 4 verrières sud de l’église de Rennes-Le-Château et projette sur le mur nord des tâches de couleurs dont un très beau bleu ciel. C’est le phénomène appelé sans doute à tord «Pommes Bleues » qui est aujourd’hui devenu le prétexte à une réunion annuelle de passionnés et de curieux.


En fait, l’église de Rennes-Le-Château est parcourue par ces pommes bleues une bonne partie de l’hiver et pas seulement le 17 janvier. La trajectoire des faisceaux lumineux est aussi très difficile à interpréter, allant des fonds baptismaux, au chœur, en passant par la chaire.


Enfin, si on prend pour hypothèse que Saunière ou Boudet sont à l’origine de ce code lumineux, il faut aussi tenir compte de la déclinaison magnétique à raison de 0,07° par an depuis 110 ans. On peut aussi imaginer que le phénomène est plus ancien, ce qui rend alors l’interprétation encore plus difficile.





Il faut aussi reconnaitre que s’il existe des pommes bleues, nous avons aussi des pommes oranges, jaunes et vertes…



Finalement, le problème est toujours le même. Ne sachant pas ce que l’on cherche, il est impossible d’amener une conclusion…



En conclusion, il est très peu vraisemblable que les Pommes Bleues soient liées à ce phénomène observé à Rennes-Le-Château. D’ailleurs si l’on considère que les parchemins sont nés après la rénovation de l’église et la pose des vitraux entre 1891 et 1896, cette thèse disparait.

Tout ceci n’entame en rien depuis quelques années, la volonté d’observer ce spectacle lumineux et envoûtant dans l’église Marie-Madeleine à :

Midi pommes bleues…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Mer 3 Mai - 22:13

Des blasons



La solution des Pommes Bleues se limiterait-elle à ces tâches multicolores ? Non, car ces fameux fruits possèdent d’autres explications. On retrouve par exemple sur deux blasons des villages  d’Antugnac et d’Espéraza situés à quelques kilomètres de Rennes-Le-Château, de superbes points bleus assimilables à des pommes.







Les pommes du diable de Delacroix


D’après Philippe de Cherisey, il y aurait eu jusqu’en 1901 un vitrail très particulier à la chapelle des Saints Anges de l’église Saint-Sulpice de Paris.


Ce vitrail aujourd’hui disparu représentait Adam, Eve et un diable jetant des pommes bleues. Or à midi de chaque 17 janvier, le soleil vient éclairer le vitrail. Un halo de lumière bleue venait alors frapper la fresque de Delacroix «Héliodore chassé du Temple », indiquant ainsi un lieu secret et sacré…






Des pommes bleues miniatures…



C’est en août 2008, lors d’une randonnée dans le secteur de la bergerie Paris près d’un terrain très approprié au pâturage, que je décidais de franchir une végétation plutôt agressive. L’endroit est remplie de broussailles épaisses et de plantes épineuses qui vous perforent les bras et les chevilles. L’objectif était d’atteindre un point que je jugeais pour plusieurs raisons intéressantes.



Mais, alors que le chemin devenait particulièrement impraticable, un arbuste sans doute plus robuste que les autres me tira en arrière.




C’est alors que, jetant un regard sur le côté pour comprendre ce qui me retenait, mon esprit fut attiré par un détail imprévu. Le soleil éclairait sous mes yeux deux petits fruits d’un bleu intense.





Mais le plus étonnant est que lorsque l’on regarde de près l’arbuste, la confusion est saisissante. Les branches et les feuilles sont à s’y méprendre celle d’un petit pommier aux fruits charnus.


Il s’agit en fait d’un arbuste sauvage : «L’épine noire » ou Prunellier (Prunus Spinosa Rosacées) et dont le fruit « «Prunelle » cultive sa ressemblance avec une petite prune. Cette plante vivace aux baies comestibles bleues noires, vit dans les lieux incultes, arides et caillouteux, le long des chemins, sur les talus et à la montagne.








Et que nous dit Boudet ?




Comment ne pas souligner cette belle coïncidence provoquée par le nom de l’imprimerie affichée très clairement sur la couverture de La Vraie Langue Celtique : « IMPRIMERIE FRANCOIS POMIÈS ». Comment ne pas s’amuser également de ce Louis Figuier que Boudet aime à citer pour ses travaux en archéologie ?



Mais beaucoup plus subtilement, nous allons trouver en page 129 et 130 :
M.Pruner-Bey qui pourrait se traduire dans la langue phonétique de Boudet : «Baie du prunier » ou plus exactement «Baie du prunellier ». Nous ne serions pas très loin des Pommes Bleues…


On trouve également en page 20 :




Ou en page 146 :




Décidemment Boudet insiste sur ces baies sauvages. En fait, il utilise le mot «baie » 7 fois dans son livre. On retrouve aussi les baies de raisins rappelant immanquablement que les Pommes bleues sont aussi une variété de raisins de l’Aude…


Autre constatation, Boudet parle de nombreuses fois d’Adam et Eve mais sans nommer une seule fois l’objet du délit «La pomme ».




Le mystère des Pommes Bleues reste donc entier mais n’oublions pas un détail qui a son importance : du fait de la marque pluriel, il ne s’agit pas d’une pomme mais de plusieurs, ce qui exclut les solutions où la pomme constitue un élément central et unique…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Jeu 4 Mai - 11:58





Au cours de cette vaste enquête sur l’énigme de Rennes, il arrive que certains évènements surviennent de façon totalement imprévue dans l’actualité castel rennaise. C’est le cas d’un document particulièrement intéressant pour sa valeur historique, mais aussi pour son  caractère mystérieux, laissant derrière lui un parfum de Rennes : le feuillet Tobie.


Ce sujet que je soumet aux passionnés ne cherche en aucune manière à prouver une quelconque thèse. Comme toujours, je laisse le lecteur juge. J’apporte uniquement ici un témoignage, ayant eu le privilège de manipuler ce vieux parchemin et d’avoir pu échanger quelques savoureuses discussions avec son expert qui le présenta à une vente aux enchères parisienne à  la fin du mois de mai 2009.

Le temps nous dira si ce document possède une importance extrême ou non pour l’énigme. En attendant prenons le tel que et laissons nous entrainer dans son rêve.






Je tiens à remercier ici, Mr Roch de Coligny, expert au cabinet «Honoré d’Urfé » à Paris (62 rue Vaneau 75007 Paris), pour sa gentillesse et sa disponibilité, et qui me permit de mesurer la portée historique de ce parchemin et de son commentaire. Son appréciation sur l’authenticité et son analyse objective sont évidemment cruciales dans ce type d’affaire. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un vrai parchemin.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Ven 5 Mai - 13:12

L’histoire d’une vente


C’est un passionné qui m’alerta sur son apparition à une vente. En effet, il fut présenté à une vente aux enchères publiques le vendredi 29 mai 2009 à 14 h, dans la salle 4 du prestigieux emplacement Drouot-Richelieu à Paris.


Mais pourquoi un tel intérêt ? Car je le confirme ici. A l’annonce de la vente, l’expert fut littéralement assailli de coups de téléphone, apparemment par de collectionneurs atteints de sauniérologie. Les principales questions étaient : «Etes-vous sûr de son origine ? »

Il faut dire que dans le commentaire du catalogue figurait cette petite phrase, suffisante à réveiller n’importe quel chercheur de Rennes :




C’est donc une certaine curiosité que je me rendis à l’exposition Richelieu-Drouot du 28 mai. Il fallait en savoir plus sur son authenticité et son histoire.


Mais comme il ne faut pas non plus quitter l’implacable réalité des côtes du livre et des manuscrits anciens, rappelons que le feuillet Tobie a été estimé entre 4000 euro et 8000 europrouvant ainsi sa valeur historique.







Il est clair que le parchemin est d’une qualité exceptionnelle, mis en valeur par une magnifique lettrine. L’enlumineur, comme l’indique l’expertise, est inconnu mais son talent ne fait aucun doute.


Il est d’autre part incontestable que compte tenu du sérieux des experts et de la maison Drout, le document et son commentaire sont à analyser de près, car un lien avec l’affaire de Rennes est évident. La référence au coffre d’Hautpoul reste tout de même mystérieuse.






Mais il est inutile de rapporter partiellement les commentaires de son expert. Voici donc un extrait du catalogue qui décrit parfaitement le manuscrit.













_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Ven 5 Mai - 13:15

Un commentaire en or


Mais le plus intéressant est certainement ce qui vient ensuite. Car derrière plusieurs pages d’analyse, un résumé construit à partir d’un commentaire est proposé comme une illustration ludique du parchemin. Le résumé a été élaboré par l’expert qui supposa utile de rapporter dans le catalogue quelques notes manuscrites trouvées avec le parchemin.
En fait, le manuscrit de grand format servait à couvrir un dossier. Son envers était collé sur les deux faces externes de la chemise. C’est en voulant récupérer le document précieux que du cartonnage resta collé sur son verso. Mais le plus étonnant est que si le parchemin fut choisi à la vente Drouot pour son bel aspect historique, certaines notes manuscrites que contenaient le dossier n’eurent pas cette destinée. Heureusement pour les passionnés de Rennes, l’expert, en toute objectivité et ne connaissant pas réellement la portée de ses notes, fit un résumé dont voici le texte ci-dessous :





Et si le Chirographe était le parchemin ?


Il est évident que l’auteur des notes manuscrites, peut-être un ecclésiastique, devait se trouver dans la mouvance de Rennes. Un vocabulaire particulièrement évocateur y est utilisé. Mais surtout il est très  important de connaitre la forme de ces notes et leurs teneurs exactes car s’il y a eu analyse c’est que le manuscrit a une valeur dans l’énigme. D’autre part, le résumé comporte des majuscules qui d’après l’expert ont été parfaitement reportées. Pourquoi s’être donné la peine de mettre toute une série de mots en majuscules ? Sommes-nous face à un nouveau parchemin codé dont les notes seraient un mode d’emploi ?
Pour être sûr de ne pas transformer les quelques informations existantes aujourd’hui, voici ce que  nous dit, Mr Roch de Coligny, expert auprès du cabine d’expertise «Honoré d’Urfé » et avec qui j’ai eu un entretien direct :




Ces commentaires sont tout à l’honneur de M de Coligny qui fait preuve ici d’une parfaite honnêteté et qui veut bien sûr conserver son objectivité. Il reste néanmoins que si ces documents sont authentiques (et rien ne permet d’affirmer le contraire), ces informations inédites sont incontestablement de nouveaux grains à moudre pour  tous les chercheurs…


Le verso du parchemin est moins attrayant pour une vente à Drouot mais sa valeur reste intact. Ayant servi de couverture, le précieux parchemin fut collé à un dossier cartonné puis délicatement arraché. Heureusement, les parties encollées ont résisté et elles se conservent toujours l’écriture sous une couche de papier.






Un travail de nettoyage est évidemment à prévoir pour retrouver la beauté  du document mais par transparence on peut déjà juger de son contenu. On peut ainsi vérifier que le mot ASMODEE est bien présent au verso. Il restait introuvable au recto.






Qu’est-ce que le livre de Tobie ?


Le livre de Tobie fait partie de l’Ancien Testament et raconte les aventures d’un juif appelé Tobit sous la forme d’un roman épique et initiatique. Il apporte en fait une réponse à la question qui taraude la communauté juive en exil : comment vivre son judaïsme au milieu des païens ? Pour Tobie, la religion devient essentiellement une pratique familiale. En exil, le Juif doit vivre le plus possible retranché des Païens et surtout se marier au sein de sa communauté.


Résumé du livre :


Tobit, déporté à Ninive et devenu aveugle, il rencontre sa future épouse, Sara, victime des démons qui font périr l’un à la suite de l’autre ses époux. Tobit retrouve la vue et Sara est dépossédée grâce à l’intervention de l’ange Raphaël.

Tobit, un Juif pieux fait partie de la déportation à Ninive. Victime d’une maladie des yeux, il devient aveugle et est réduit à la misère. Il envoie alors son fils, Tobie, recouvrer une dette. Tobie part alors dans un long voyage. Il y rencontrera sa future épouse, Sara, vicitme d’un démon qui fait périr ses fiancés au fur et à  mesure qu’ils se déclarent…

Tobit sera guéri de sa cécité et Sara délivrée de son démon grâce à l’intervention d’un ange, Raphaël, qui va accompagner Tobie tout au long de son voyage.

Tobie raconte en fait un véritable voyage initiatique. Le jeune homme part très loin pour finalement trouver comme épouse sa plus proche parente. Parti pour une raison financière, il revient de son voyage avec le remède qui guérira son père. L’aboutissement heureux de cette quête réside dans la fidélité à la loi. Tobit (le père) est un modèle dans ce domaine. Au péril de sa vie, il s’attache à garder les commandements de la Loi alors même qu’il se trouve en terre étrangère.




A la lecture du livre on comprend que l’auteur est Tobit lui-même, mais pourtant il ne s’agit pas d’une histoire rédigée au moment de la captivité des Juifs dans le royaume assyrien. En ait, tout indique que le livre a été rédigé pendant la période grecque, probablement vers 200 avant notre ère (ainsi, il est question de payer l’ange Raphaël avec des drachmes). Sans certitude, cet ouvrage est peut-être l’œuvre d’un Juif de la diaspora, qui essaye de réfléchir à la manière de vivre sa foi en milieu païen. Le livre de Tobie témoigne d’un monothéisme fervent et d’un attachement scrupuleux à la Loi. Le monde païen est perçu comme hostile et le Juif fidèle doit l’éviter.


Le livre complet est disponible ici :
http:/www.biblieetnombres.online.fr/bible6nc/tobie.htm






Finalement la vente sera réalisée à 14h le vendredi 29 mai 2009 et le parchemin partira dans la poche d’un collectionneur pour 12000 euros.
Dommage que le petit musée de Rennes ne puisse pas encore s’offrir une telle acquisition, mais un jour peut-être…

A signaler que des documents médiévaux devraient faire l’objet d’une autre vente mais pas avant un an, donc à suivre…



_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Lanaelle
Admin
avatar

Messages : 2269
Date d'inscription : 29/12/2015

MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    Ven 5 Mai - 14:12




Tous les passionnés de Rennes-Le-Château le savent. Le 17 janvier est une date omniprésente et l’ignorer est une erreur. Bien sûr, selon les auteurs, cette date a plus ou moins d’importance selon les thèses défendues. Certains même sont persuadés qu’il s’agit d’un montage artificiel élaboré par on ne sait quelle société secrète récente comme le Prieuré de Sion de Plantard. Cette date n’aurait alors aucun fondement historique et serait le résultat de quelques illuminés assoiffés d’ésotérisme de pacotille.

Si on se limite à cette analyse, de l’affaire dans sa période contemporaine, la conclusion est facile. Mais si l’on s’aventure dans des temps plus anciens, le 17 janvier prend alors un sens très différent et insaisissable.


Coïncidences ? Concours de circonstance ? Traditions ? Message ésotérique ? Les questions sont multiples, mais on ne peut  les ignorer, de même que les liens avec Rennes-Le-Château. Bien sûr, je laisse chacun juge de tirer les conclusions.






Qui croit devoir fermer les yeux sur quelque chose se voit bientôt forcé de les fermer sur tout.
Jean-Jacques Rousseau




POUR VOIR L’ANALYSE COMPLETE
RENDEZ-VOUS SUR LE SITE :

http://www.rennes-le-chateau-archive.com/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassions.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INDICES IMPORTANTS    

Revenir en haut Aller en bas
 
INDICES IMPORTANTS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeu des indices
» Indices de révision des prix pour la restauration d'un bien culturel mobilier
» Trois indices pour un Personnage...
» liste des indices de prix
» Liste des personnages importants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de l'histoire, des mystères, de l'insolites et du féérique :: RENNES-LE-CHATEAU : TERRE D'HISTOIRE ET DE MYSTERES :: RENNES-LE-CHATEAU OU L'HISTOIRE D'UN GRAND SECRET-
Sauter vers: